L’image du courage

Il arrive qu’une vieille photo vienne mettre un politicien actif dans l’embarras (comme lorsqu’on a vu l’alors ministre allemand des Affaires étrangères, Yoshka Fisher, dans une photo qui le montrait, jeune manifestant, s’en prendre à un policier).

Mais ces jours-ci, au Brésil, c’est l’inverse. Un biographe de la présidente en exercice, Dilma Rousseff, a retrouvé dans les archives militaires une photo de la jeune Dilma, faisant face à un tribunal militaire avec un calme et une détermination — et une beauté — captivante:

Même pas peur !

Voici la mise en contexte lue dans Le Figaro de ce mardi:

Nous sommes en 1970. Dilma, alors âgée de 22 ans, comparaît devant le tribunal militaire de Rio de Janeiro. Tombée quelques semaines plus tôt entre les griffes de la police secrète, elle a déjà subi 22 jours de torture dans les geôles de la dictature brésilienne (1964-1985), sans lâcher le moindre nom. La légende veut qu’elle ait craché au visage de ses bourreaux.

Et voici la même, cette année:

Une présidente trempée dans l'acier

 

 

Laisser un commentaire

Et qui se cache le visage comme les vrais pleutres qu’ils sont ? Les larves avec des galons militaires.
Maintenant, Dilma doit encore faire montre de grand courage pour affronter le cancer qui ronge sa société: les mafias inflitrées dans tous les aspects de l’économie et la politique brésilienne. À témoin cette juge d’acier incorruptible assassinée cet automne (avec ses deux gardes du corps)car son service se spécialisait dans la traque des gros bonnets de la mafia. Bon courage, Brésil !

Vous connaissez beaucoup de gens, et de femmes, qui peuvent tenir à 22 jours de torture?
Ils ne devaient pas pousser fort en tout cas.