L’image : l’ingrédient secret de Jean Charest

Il faut énormément de volonté pour refuser, comme le fait notre premier ministre, d’ouvrir une commission d’enquête sur la construction, alors que l’immense majorité de l’opinion — y compris libérale — et de nombreux corps professionnels le réclament.

La résistance du premier ministre à la pression force l’admiration. Comment fait-il ? A-t-il une potion magique qui lui permet de maintenir une aussi exceptionnelle attitude de fermeture ?

Eh bien, chers internautes, la réponse est oui. Après une longue recherche, votre blogueur favori a trouvé l’ingrédient utilisé par M. Charest pour résister à toute ouverture de commission :

Vous vous êtes déjà coupés en voulant ouvrir une huître ? Imaginez qu'elle résiste 75 fois plus qu'une huître normale !
Vous vous êtes déjà coupés en voulant ouvrir une huître ? Imaginez qu'elle résiste 75 fois plus qu'une huître normale ! Voilà le secret du PM !
Laisser un commentaire

Vous la voulez votre commission d’enquête pour remplir vos tabloïds pendant 2 ans et dépenser 20-25 millions $ aux contribuables…

Alors là vous êtes fort ! Que trouve t-on quand on parvient à ouvrir l’huître ? Jean Charest lui-même !

Bonjour,le tout est le résultat d’une constitution bien écrite avec un bon code éthique en 2010 à l’assemvlée nationale ils sont en train de produire un code éthique mais il y a un mais ce code éthique va -t-il être vraiment sévère et à la hauteur de ce que la population attend.

Une bonne constitution d’État avec une assermentation concentrer sur une charte des droits et devoir envers les citoyens avec un vérificateur pour enquêter voilà ce qu’il faut pour récupérer toute les billes qui ont été perdu par le trésor québécois tout est dans l’assermentation sur les droits et devoir aux citoyens voilà votre code éthique .

C’est impossible pour Pauline,même d’effleurer Jean Charest. Comment fait Jean? C’est très très très facile. Je ne peux vous le divulguer, vous allez refuser de me publier.
Votre questionnement est le plus intelligent que j’ai lu jusqu’à maintenant sur la politique québécoise, depuis la dernière élection.
Vous vous rappelez lorsque Pauline prétendait crevasser la muraille à Jean, je crois l’automne dernier? Je la trouvais très drôle dans mon salon.
Cette énigme, pour la comprendre, il faut reculer jusqu’en 1960. Vouloir la comprendre à partir mettons des 10 dernières années, c’est peine perdue. Je crois que Pauline le sait ce qu’il faudrait faire, mais elle ne peut pas, elle tente par d’autres moyens, même si ce n’est pas efficace. Elle joue le tout pour le tout actuellement, si elle continue de cette façon, elle va s’épuiser et devra laisser sa place.
Et ça recommencera et recommencera…
Les Québécois ont de la difficulté avec la réalité. Une simple stratégie de Pauline suffirait à planter Jean.
L’analogie avec les huitres… je respecte votre explication.

Vous avez bien raison, surtout que nous venons de « perdre » 40 milliards. Non, non, non, comme faisait la poupée…pas d’enquêtes! Tournons notre regard vers l’avenir, oublions le passé, fermons les yeux, nous avons les paupières lourdes, très lourdes…non, « c’est trop cher aux contribuables… » vous dormez…profondément…zzzzzzzzzzzzzzzz

Bizarre de coïncidence, en lisant votre texte, M. Lisée, mon lecteur MP3 jouait « Libérez-nous des Libéraux » des Loco Locass…

Christian

S’il n’y avait pas eu la CECO en 1973, nous mangerions encore de la viande avariée …
et plus.
D.Trudel

Jean Charest de par son comportement de dictateur politique, on se fout de tout, lance um puissant et dangereux message a l’ensemble de la classe dirigeante que tout est permit patronnage, mensonge, omerta, non respect des lois, sans aucun risque de pénalité aucune. En tout cas les libéraux, le partie, si on ce fie a l’histoire politique du Québec risque de périr comme l’union national de duplessie. Ce personnage est une nuisance publique extremement dangereux.

Pour répondre à M. Chenier, d’un point de vue strictement financier, son argument est faible car si le coût d’une commission d’enquête publique permet aux contribuables de récupérer 50 millions en contrats frauduleux évités (puisqu’on aura démasqué le subterfuge et amélioré les mécanismes de surveillance, etc.) alors on récupère 25 millions. On appelle cela l’espérance mathématique. Il faut mettre fin à des pratiques obscures qui coûtent très très cher au québécois.

La conviction, l’honnêteté et la droiture. Voilà ce qui nous manque actuellement dans le paysage politique québécois, tous partis politiques confondus. Comme peuple, nous nous écrasons et voilà ce qui arrive.

Québec, réveille-toi!
Christian Lachapelle

@Alain Chénier

««Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi.»
[Éric-Emmanuel Schmitt; Le sumo qui ne pouvait pas grossir]

20-25 millions $ c’est pas mal moins que le coût de la corruption au Québec qui se chiffre sûrement en milliards de dollars.

Il n’y a plus qu’à ouvrir des parcs d’élevage dans le St-Laurent et produire une population forte et aussi vigoureuse que Charest le Viking.

> Vous la voulez votre commission d’enquête pour remplir vos tabloïds pendant 2 ans et dépenser 20-25 millions $ aux contribuables…

C’est vrai qu’il vaut mieux en dépenser beaucoup plus en contrats pour les « amis ».

Sérieusement, je crois que la chose à faire serait que Jean Charest démissionne après avoir convoqué une commission d’enquête qui aurait comme mandat, comme le suggère Amir Khadir, non pas de trouver des coupables (les « pommes pourries » comme les appelle Charest), mais découvre l’ampleur du système de corruption, par quels moyens un tel système s’est installé et surtout comment empêcher qu’il se perpétue.

Je pense que 20-25 millions$ c’est bien peu si ça permet de démontrer que le gouvernement en a dépensé (et continue à le faire) 10 fois plus inutilement en accordant des contrats de construction surpayés à des amis du parti libéral.

Charest ne fait qu’appliquer la règle suivante:
Entre des maux, choisit le moindre…

Le parti Libéral fédéral ne s’est pas encore remis d’une commission 10 ans après. Charest n’a d’autre choix que de faire décanter la m…. que de la brasser!

«Vous la voulez votre commission d’enquête pour remplir vos tabloïds pendant 2 ans et dépenser 20-25 millions $ aux contribuables…»

Non monsieur Chénier. On veut juste savoir qui nous vole, combien il nous a volé, pendant combien de temps il l’a fait, et comment faire pour se débarasser de lui.

Monsieur Charest est gras dur au point de vue financier.
Son chat est mort pour diriger le parti libéral aux prochaines élections.

Alors il se défile et laise le temps s’écouler.

Il doit se dire:”Aprés moi le déluge!”