L’image: En attendant les retombées du Plan Nord

L'an 2111: Deux Québécois pétrifiés en attendant leur premier chèque de redevances du Plan Nord
Laisser un commentaire

Attendre, attendre, il faudrait peut-être cesser d’attendre Non ?

Un chèque ? Si on savait que notre valeur est en nous et tout ce qu’on peut faire pour nous ? par nous car c’est notre responsabilité de regarder autour de nous, sinon on peut dire qu’on a bien ce qu’on mérite collectivement.

Que doit-on comprendre?
Ce sont des inouits ou des contracteurs ou encore des chefs de compagnies minières?

Je crois qu’il n’y aura pas beaucoup de commentaires, et je me permets donc de prendre beaucoup de place:

Quoique pétrifiée devant les annonces sans gêne d’un premier ministre élu trois fois par des québécois qui croient encore que les magouilleurs professionnels vont arrêter de magouiller par l’annonce d’un plan Grand Nord, je continue à pouvoir réfléchir et visionner ce que cela promet de donner: du tout à l’ancienne, tout à la façon ancienne de créer des projets payants pour peu de gens mais que toute la population va devoir payer de leurs sueurs transformées pendant des quarts de siècles de leurs impôts et taxes au nom du développement à tout prix.

On est en train d’arnacher, voire d’arnaquer, contre toute logique sociétale, écologique, économique et même morale et politique la dernière rivière saine du territoire, la Romaine, en bandits dignes du machiavélisme européen venus ici en envahisseurs détruire la nature sous prétexte de nous montrer à vivre.

Et nous devons applaudir devant le Plan nord qui lui sera mieux? plus « civilisé »?

C’est de la poudre aux yeux, à l’ancienne, qui dure au moins depuis 500 ans, à part peut-être la période de Champlain qui fait de nous des métis, différents un peu , encore craintifs devant le bulldozer ( bouteur, en français) du capitalisme froid, arrogant et prétentieux qui bouscule notre devenir.

Charest promet de faire dans le nord du « plus de la même chose » sans témoins, des routes qui d’emblée vont séparer les lieux de vie des animaux, végétaux et humains, qui vont créer des « effets tunnel géographiques » pour donner du travail payant pour l’état à des gens en besoin qui vont se sacrifier avec honnêteté pour vider notre territoire de ses ressources, à vil prix ( sans retour vrai pour l’état).

Et cela sans considération pour la nature, sauf bien sûr dans les contrats, bidons du point-de-vue écologique (l’histoire se répète, quand il s’agit des mêmes gens, de compagnies soumises et contraintes à la même philosophie).
.
Et cela sans vision d’avenir, sans vision consensuelle et consentie sur ce que nous voudrions faire de nous, de notre territoire, de notre relation avec les amérindiens, de notre rapport avec le reste de la planète dans le prochain siècle, un peu comme se fit le chemin de fer reliant l’Atlantique au Pacifique il y a plus d’un siècle, sur le modèle anglais, en tirant dans le tas des opposants, métis et amérindiens, en utilisant des chinois démunis pris en esclavage, sous la coupe complaisante du gouvernement fédéral, malgré le scandale qui impliqua le premier ministre de l’époque, un « canadien-français ».

On veut de l’improvisation? Vive le Plan nord!

Et cela en affirmant qu’il y aura un train ( ou des trains ) sans considérer la voie aérienne proposée par l’inventeur du moteur-roue et du monorail génial que son groupe propose, par dessus les arbres, rivières et lacs, et sans considération pour le TGF qu’un autre québécois a conceptualisé, permettant une très grande vitesse sans l’effet tunnel géographique, et fonctionnant sous tous les modes de propulsion tout en favorisant l’électricité, à un coût dérisoire. On va faire des routes? entretenir des routes l’hiver alors que la voie aérienne en exige peu?

Et surtout tout cela sans encore une fois considérer qu’avant l’imposition d’un état de droit, des gens vivaient ici, qui avaient leur droit, et aussi le droit, préséant, d’évoluer dans la modernité, des gens qui le font bien mais qui demeurent prisonniers de ce que les gens dits » civilisés » décident à leur place.

Leurs droits, comme celui de la nature, comme celui des métis que nous sommes, relèvent du « méta-droit » et cela tout plan, aussi nord soit-il, devra le considérer, avec un compas sain, et une vision qui dépasse soit la caisse électorale, soit la volonté d’être inscrit dans l’histoire.

Maude Tremblay, métisse.

Quelle chance d’être pétrifié ! dans le plus beau pays au monde ! On a juste a se distraire et on ne s’en apercevra pas !

Je suis pas sérieux mais qu’est-ce qu’on peut faire quand on veut des solutions miracles toute tout de suite sans regarder la réalité.

Derrière la réalité aussi laide soit-elle, il y a de belles choses qu’on ne peut voir en se distrayant temporairement dans l’impuissance morbide.

La corruption à l’échelle nationale : voila le plan nord bien ventilé.

Et les développeurs de se frotter les mains !

Pauvre Québec sous les Libéraux magouilleurs.

Les communautés authoctones n’ont même pas accès à l’eau potable et au logement salubre dans nombreuses situations et on lance un autre projet ballon politique ! Quelle misère collective !

Ce projet a d’ores et déjà été dénoncé par les scientifiques et les observateurs pour son vide.

Vivement les élections et que l’on envoie les libéraux en Floride, là où ils rêvent terminer leurs jours tranquilles et pleins aux as. Belle gang d’opportunistes.

bravo à Maude Tremblay,métisse.
voilà une opinion qui mérite d’être publiée à la une de l’actualité!

Suivre le chemin dans le terrain des inukchuks (sic) et vous aboutissez incontestablement a la galerie nationale. Merci, M. Lisee.

Les plus populaires