L’impossibilité de changer de sujet

Une semaine après avoir déclaré qu’il n’y avait «pas d’engagement à ne pas tenir de référendum», le Parti québécois essaie désespérément de mettre l’accent sur d’autres points de la campagne.

Photo: Ryan Remiorz/La presse canadienne
Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne

Politique

Une semaine après l’onde de choc provoquée par le parachutage de Pierre Karl Péladeau dans la campagne électorale, le Parti québécois tente de changer de sujet.

Le PQ avait évidemment prévu — et espéré – que l’avènement de M. Péladeau aurait l’effet d’une bombe. Les stratèges péquistes ne se sont pas trompés sur ce point. Ce qu’ils avaient moins vu venir, peut-être, c’est que la venue de M. Péladeau transformerait soudain la campagne en cours en élection référendaire.

Et maintenant, une semaine après avoir déclaré qu’il n’y avait «pas d’engagement à ne pas tenir de référendum», le Parti québécois essaie désespérément de mettre l’accent sur d’autre points de la campagne.

La réalité, toutefois, c’est qu’il sera presque impossible de changer de sujet, pour deux raisons.

La première, c’est que malgré le désir urgent de l’establishment péquiste de balayer la question du référendum et de l’indépendance sous le tapis — pour faire porter l’élection sur d’autres enjeux —, plusieurs militants veulent au contraire parler de souveraineté et se réjouissent de constater la place centrale qu’elle occupe dans la campagne en cours.

La faction Option nationale — Victor-Lévy Beaulieu en tête — a retrouvé beaucoup de vigueur depuis l’arrivée de Pierre Karl Péladeau au PQ. Il ne sera pas facile pour le parti de convaincre ces militants de revenir à une prudente stratégie de la souveraineté-en-veilleuse et du référendum-aux-calendes-grecques. Ils ont trouvé en M. Péladeau le sauveur qu’ils n’espéraient plus, et ils cherchent la bataille.

C’est notamment le cas de Jacques Parizeau, qui écrivait vendredi dernier que l’arrivée de M. Péladeau au PQ ramenait «le vrai débat». Il distinguait par ailleurs ce vrai débat de la rhétorique du «bon gouvernement» — qu’il considère visiblement lassante, voire fausse par implication — et reprochait au Parti québécois d’avoir trop souvent «cherché à éviter de soulever la question [de la souveraineté] pendant les campagnes électorales», comme il tente présentement de le faire.

Avec un gouvernement majoritaire et un Capitaine Québec tombé du ciel, les militants n’accepteront pas facilement qu’on leur dise que les improbables et tant attendues «conditions gagnantes» ne sont toujours pas réunies pour engager le Québec dans une démarche référendaire à court terme. Comme l’écrivait Chantal Hébert dans le Toronto Star, «avec Péladeau à bord, un gouvernement péquiste majoritaire devrait sérieusement viser la tenue d’un référendum, ou risquer l’implosion.»

Refuser de tenir un référendum, dans ce contexte, reviendrait effectivement à concéder à la base militante que le PQ a renié sa raison d’être pour devenir un parti du paisible pouvoir provincial, pimenté d’une occasionnelle chicane avec le fédéral. Ce serait assurément le point de départ d’une mutinerie légitime.

L’autre raison pour laquelle il sera si difficile de changer de sujet découle de considérations, disons, plus pragmatiques : l’évacuation de tout principe et de toute idée du Parti québécois au profit du seul rêve de la souveraineté à tout prix et par tous les moyens.

Encore une fois, Chantal Hébert, dans le Toronto Star : «Si le gouvernement Marois est réélu le mois prochain, le projet de souveraineté sera le seul ancrage qui pourra garder ensemble son équipe divisée

Sur ce blogue, la semaine dernière : «Avec un futur caucus divisé sur les questions identitaires, environnementales et économiques, le seul point de ralliement péquiste ne pourra être que la souveraineté».

En fin de semaine, c’était au tour de Michel David, chroniqueur politique au Devoir — un quotidien qui n’est pas exactement reconnu comme hostile au Parti québécois — d’écrire ce qui suit à propos de l’arrivée du conservateur et antisyndical M. Péladeau au sein du prétendument progressiste et généralement syndicaliste Parti québécois :

À court terme, cet improbable mariage pourrait être viable. Pendant que tout le monde s’affairera à la préparation du référendum, les dossiers qui risqueraient d’opposer M. Péladeau aux membres plus progressistes du gouvernement et à la base militante du PQ pourront toujours être remis à plus tard.

Cela suppose toutefois qu’il y ait un référendum à la clé. Un gouvernement minoritaire devrait évidemment y renoncer. La simple présentation du livre blanc sur l’avenir du Québec n’aurait plus aucun sens. La gestion des «vraies affaires», comme l’atteinte du déficit zéro, le financement des soins de santé ou encore la révision du Code du travail, risque d’être nettement moins consensuelle. Sans parler du leadership de Pauline Marois, qui serait inévitablement remis en question.

Autrement dit, il semblerait que le Québec ait trois choix le 7 avril prochain : (1) un gouvernement péquiste majoritaire et sur l’autoroute du référendum ; (2) un gouvernement péquiste minoritaire, dysfonctionnel et en crise de leadership; ou (3) un autre gouvernement.

* * *

À propos de Jérôme Lussier

Jérôme Lussier est juriste et journaliste. Au cours des dernières années, il a notamment travaillé à Radio-Canada et tenu un blogue au journal Voir, en plus d’avoir été conseiller politique à la Coalition Avenir Québec. Il blogue sur les enjeux sociaux et politiques contemporains à L’actualité depuis 2013. On peut le suivre sur Twitter : @jeromelussier.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

29 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Il y a aussi une raison encore plus terre à terre : il manquera de temps au PQ pour changer de sujet. Nous aurons jeudi un débat, donc mercredi les chefs feront relâche pour se préparer. Idem la semaine prochaine. Également, quels autres sujets sont disponibles pour le PQ? Avec 25 500 emplois perdus en février seulement, le PQ peut difficilement parler d’économie…

Pour paraphraser Chantal Hébert : « If Marois is re-elected to office next month, the quest for sovereignty is the only glue that stands to hold her fractious team together » ; la question serait encore de savoir si la thématique du pays souverain est bien la « super glue » qui va souder cette juxtaposition de groupes d’intérêts et d’égos parfois divergents à laquelle ressemble de plus en plus cette formation politique.

Je comprends bien que depuis le début, avec le ralliement notamment de Pierre Bourgault à sa fondation, que le PQ a toujours formé une sorte de « confédération » au centre de laquelle, la question nationale se devait de l’emporter sur toutes sortes de considérations.

Néanmoins, n’en déplaise à ce grand intellectuel qu’est Jean-François Lisée, se peut-il que cette diversité des participants à la « cause », relève en quelques sortes plus de la pantomime, une sorte de jeu divertissant qu’on trouve entre autre dans la « Commedia dell’arte » que dans la gestion ténue d’une stratégie gagnante en un court délai (ce que relève Michel David), d’une accession par la force des choses au statut de l’indépendance ?

Ainsi pour poursuivre dans cette veine de la tradition théâtrale propre à la comédie italienne. Je serais au fait de me demander, si lorsque les masques vont invariablement tomber, on ne s’aperçoive alors que la profession de foi tenue par les uns et les autres, qu’elle ne tient pas (d’où le caractère humoristique de la situation), lorsque tout relevait plutôt de la bouffonnerie en fait et lieu du calcul aguerri d’un Niccolò Machiavelli de ce monde.

S’il dût, au fil du mouvement être tenu pour manifeste que la glue ait été sensible aux frictions de toutes sortes. Il faudrait en déduire alors que le retour aux vraies choses, ne pourrait se terminer en toute fin que par des déchirements.

— En cette occurrence, la perte de gouvernement par madame Marois aurait possiblement pour effet d’accélérer l’accession de monsieur Péladeau à la tête de cette formation et dans ce cas, les partisans devraient se tenir obligatoirement soudés, par la force des choses pour ne pas prendre le hasard de risquer l’implosion.

Mais où allez-vous chercher ça que le caucus du PQ est divisé ?

Pourquoi ce presque voeux que vous faites que pour le reste de cette campagne le PQ sera dans l’impossibilité de parler d’autres sujets que de la question référendaire ?

Ce que j’ai vu et entendu au premier point de presse du PQ ce matin déjà m’indique tout à fait le contraire, j’ai vu une équipe forte présenter sa vision et son plan de match en Santé et moins de journalistes pour dévier du sujet principal probablement parce qu’ils doivent commencer à réaliser que les auditeurs préféreraient qu’ils questionnent les propositions des partis pour les aider à mieux les comprendre, que de systématiquement et à répétition poser la même question qui va amener le même genre de réponse et qui n’apprend rien à personne.

C »est clair que ça fait l’affaire du PLQ de pouvoir dévier le débat sur cette question, ça leur permet de camoufler derrière ça qu’ils n’ont pas grand chose d’autre que du réchauffer à proposer aux électeurs, n’eut été de l’arrivée de PKP qui a dit haut et fort ce que le PQ projète faire l’indépendance un jour et le plus tôt possible (rien de neuf), c’était certain que le PLQ allait tenter de jouer cette carte là et à leur façon (pour faire peur) durant la campagne. Mais depuis quelque jour chaque fois que P.Couillard tente de jouer là-dessus il se fait amener sur le terrain de l’ouverture de nouveaux débats constitutionnels, on lui demande ce que serait sa position… il hésite, il recule, il dit finalement qu’il laisserait le ROC en prendre l’initiative, qu’il en veut plus en parler, ha ! Est-ce que les journalistes vont le talonner, ramener la question à répétition, lui servir la même médecine qu’ils ont servi à Pauline Marois ? Je crois que non. Il ne faut pas prendre les électeurs pour des nigauds, ils ont vu et comprennent les positions de chefs sur ces questions là, il veulent et ont besoin à mon sens que les journalistes couvre l’ensemble des points des programmes des partis et qu’ils cessent de dévier l’attention sur ce seul point.

COCO VEUT UN BISCUIT….

Les PERROQUETS, à l’oeuvre, devant un théatre de marionnettes… Et Jérôme qui répête : « » » » Pendant que tout le monde s’affairera à la préparation du référendum, » » » » et : « » » »Sans parler du leadership de Pauline Marois, qui serait inévitablement remis en question. » » » » SIC.

And again: THE POLITIC FICTION… en toile de fond..

( Jérôme Lussier est juriste et journaliste ) Encore de la fiction peut-être… Attendez !!! JURISTE ? N’y-a-t’il pas une relation ou un lien quelconque entre JUSTICE et MORALITÉ… Puis JOURNALISTE ? Un lien entre RÉELLE INFORMATION et CONSCIENCE SOCIALE…

Je viens peut-être d’une autre époque ou ces valeurs de compétence et d’honnêteté avaient cours et permettaient à ceux et celles qui les possédaient de se couchaient le soir, satisfaits d’avoir accompli un travail utile et de qualité pour lui-même et pour ses semblables…

En ces temps-là, nous regardions des bêtes grogner, baver et ne pas vouloir LÂCHER LEUR OS et nous nous réconfortions de voir l’Humain s’être élevé au dessus des simples réflexes de peur ou d’avidité… ( des clics, des clics, des clics, ) la nouvelle monnaie virtuelle.

Dites nous Jérôme, quelle société voulez-vous? Quels sont vos rêves pour votre communauté? Qu’est-ce que vous espérer pour votre famille: une planète moins meutrie ou une troisième voiture que vous sortirez que les jours de beaux temps ????

Moi, en tout cas, j’aimerais vous connaître mieux. Explorer votre vision du monde. Peut-être pourrais-je enfin, VOIR et RÉPÉTER LES BONS MOTS….

or TO SEE AND PROCESS THE REAL THING…………

Les sondages de ce matin donnent le Parti Libéral en avance sur le PQ.

Peut-être aura-t-on droit à un gouvernement Libéral majoritaire? Je l’espère car il est grand temps de mettre fin aux tartuferies des péquistes carrés rouges.

Madame Marois s’est débauchée depuis des semaines en virevoltant d’un concept à l’autre et en multipliant les contradictions. Le dernier en lice est le recrutement de PKP (l’un des PIRES employeurs du Québec!!!) qu’elle considérait comme son Messie et qui s’avère, depuis, un boulet très lourd à porter. Comme l’écrivait Madame Hébert, difficile d’ignorer l’éléphant dans son propre salon surtout lorsqu’on l’a soi-même invité.

Depuis la déclaration de son propre chouchou, le poing levé à la Guevara, qu’elle le veuille ou non, cette élection portera sur le prochain référendum que la nation québécoise ne veut PAS!

La majorité péquiste tant désirée devient ainsi une une de l’esprit. Mais l’élection Libérale devient, elle, une possibilité de plus en plus probable.

L’arroseur arrosé quoi…

La seule chose qui me vient à l’idée en voyant les résultats de ce sondage c’est : Où est rendue la fierté des québécois ?

Il est difficilement explicable que des québécois le moindrement informés sur la politique au Québec misent sur les Libéraux pour améliorer leur sort, ces Libéraux grands champions toutes catégories de l’encouragement et de l’exploitation de la culture de corruption pour parvenir à ses fins, la Commision Bastarache nous a démontré l’importance que le PLQ donne à leurs grands collecteurs de fonds électoraux en retour d’ascenseur, la Commission Charbonneau nous a déjà donné un avant goût des coûts que ces pratiques des Libéraux ont occasionné aux Québec et le pire est à venir, ces Libéraux qui misent essentiellement sur d’avantage de privatisation du système de Santé pour améliorer la situation au lieu de chercher à améliorer le système public, ces Libéraux qui ont fait la gaffe de défusionner les municipalités qui l’avaient été à Montréal et en fait quelque chose d’ingouvernable, ces Libéraux qui ont aucun plan valable pour sortir le Québec du bourbier où il se trouve dans la fédération canadienne, ces Libéraux de P.Coulllard qui promettent de remettre le Québec sur les mêmes rails et dans la même direction que le gouvernement Charest, ces Libéraux qui promettent de nous ramener en arrière.

Ces mêmes Libéraux qui présentaient leur plan économique ce matin en disant qu’ils trouvent finalement que l’idée de leur taxes de $200 sur la Santé n’était pas une bonne idée après tout et qu’ils allaient la couper s’ils prennent le pouvoir, flanqués des économistes qu’il a recrutés P.Couillard nous dit le plus sérieusement du monde qu’il va revenir à l’équilibre budgétaire en 2015 après avoir déjà dit qu’il croyait que le Québec devrait reporter de quelques années cet objectif que 2015 ne serait pas réaliste. Ce plan, est loin d’être crédible, mais il fallait lancer quelque chose.

Et les piliers de de cette fameuse équipe Libérale: Fournier, Moreau, Paradis, Boulet, Tanguay, Thériault, Barette, Bolduc.. ça promet !

Non j’ai beau essayer, je n’arrive pas à comprendre comment des québécois peuvent raisonner pour seulement penser redonner à cette équipe là le plein contrôle de la gestion de la province, elle est où la fierté de ces québécois ?

« Il est difficilement explicable que des québécois le moindrement informés sur la politique au Québec misent sur les Libéraux pour améliorer leur sort… » (sic)

C’est bizarre mais je me disais exactement la même chose au sujet des électeurs (surtout les gauchistes!!!) qui s’entêtent toujours à voter pour le PQ.

Je ne les comprends pas. C’est un mystère que de tenter de concevoir qu’une personne vote sciemment pour un parti hypocrite qui ment, qui déshonore son passé, qui trahit le peuple, qui tente vicieusement de le manipuler et qui abuse de la confiance que les gens lui ont donné dans le passé.

MAIS, le peuple se réveille et la grosse balloune de la Marois est en train de lui péter en pleine face!

La panique totale s’installe au PQ ce qui est de très bon augure pour la possibilité d’un gouvernement majoritaire Libéral!

Ce que je dis sur les Libéraux ce sont des faits bien validés pas un procès d’intention comme vous le faites.

Quant à la panique si vous voulez vous y frôler imaginez 1 minute ce qu’aurait l’air un PLQ au pouvoir sans P.Couillard parce qu’il aura été battu dans sa circonscription, le vrai visage du PLQ referait brutalement surface avec des Paradis, Fournier, Moreau, Hamad ou semblable pour se remettre au pas sur les plans de match « à la Charest » y’a réellement de quoi paniquer juste à imaginer cette possibilité … bien réelle.

Ce serait intéressant de lire les commenaires de Lafonaine si, par hasard, il passait par ici !

Prochaines étapes prioritaires dans la campagne pour Madame Marois. par ordre décroissant: L’urgence de faire face au danger islamiste (alors que les musulmans ne comptent que pour 3,5% de la population et que 60% ne pratiquent même pas); une déclaration malveillante venant du Canada anglais, permettant de braquer les québécois (alors que grosso modo, c’est plutôt l’indifférence qui domine outre-frontières, sinon une grande fatigue auditive); le danger de la bilinguisation de Montréal (alors que le PQ fait tout pour que les immigrants se sentent exclus); enfin dénoncer les « amis » du parti libéral (alors que le PQ n’est pas en reste, et ne cesse de nommer ces derniers à des postes de commande, bien rémunérés).
En avant la musique. Yves Desgagnés y pourvoira.

On mesure le danger d’une menace religieuse, surtout, par le « grenouillage » et la ferveur des fanatiques. Moins par le confort et l’indifférence de gens assis sur leur divan, affligée de fatigue auditive.

Bien sûr, Mme. Fatima Houda-Pepin ne sais pas beaucoup de quoi elle parle… Vous, si….

Placer des gens compétents à des postes clés malgré le fait qu’il fasse parti de nos connaissances et qu’ils partagent notre vision n’est pas vraiment un problème SI ce n’est pas en récompense DE GROSSES ENVELOPPES BRUNES ou DE COMMANDITES favorisant notre arrivée au pouvoir.

Maintenant, RADIO-CANADA nous propose une association PLQ-CAQ ce matin, Il ne veulent probablement que JASER, je suppose…

DE LA BONNE INFORMATION neutre et pertinente, une chance qu’on les a pour NOUS GUIDER !!!!!

Le Parti québécois : mauvaise posture ou imposture ?

Le PQ, ce n’est pas nouveau, promet à ses membres la souveraineté ou l’indépendance du Québec tout en faisant croire aux citoyens qu’il n’y aura pas de référendum. Cela n’a aucun sens.

Ensuite, il se présente comme étant une coalition gauche-droite, ce qui veut dire qu’il essaie de tout promettre à tout le monde, ce qui est une absurdité.

Lui qui prétend défendre l’identité des Québécois a de moins en moins d’identité lui-même sinon celle d’un imposteur.

Ce parti embrouille les enjeux et fait des promesses qu’il ne peut tenir. Il devient clientéliste et populiste.

Ce parti empêche que se positionne clairement les partis sur l’axe gauche-droite à cause de l’appui qu’il reçoit de la majeure partie des 40% de Québécois qui sont souverainistes. Il nuit donc au dynamisme d’une démocratie normale.

Et au niveau fédéral, à peu près les mêmes électeurs, en votant pour le Bloc, ont permis la prise du pouvoir par les conservateurs. Et les indépendantistes se plaignent ensuite du fait que le Canada nous ressemble de moins en moins.

La minorité indépendantiste est devenue une minorité de blocage du progressisme au Québec et au Canada.

D`accord avec vous Francois Beaule; je dirais plus IMPOSTURE car le PQ veut d`abord et avant tout faire l`indépendance et leurs jupons dépassent énormément DE CE TEMPS-CI et la déclaration de P.K.P est très courageuse dans les circonstances! C `est bien sûr impossible de changer de sujet lorsque notre crédibilité est démasquée. La fierté québeccoise s`est d`abord et avant tout la franchise et la transparence et actuellement le PQ n`est pas franc et transparent envers la MAJORITÉ des Québecois et pour cela qu`il n`obtiendra pas la majorité le 7 avril prochain!!

Vous vous trompez de parti, le vrai imposteur c’est le PLQ, celui qui ose se représenter avec sensiblement la même équipe, la même vision et sensiblement le même plan de match qu’avait le gouvernement de J.Charest, soit celui qui a fait le plus de dommages au Québec durant ses 9 années au pouvoir. Je ne peux croire qu’une majorité de québécois sont prêts à remettre leur sort entre les mains de ces imposteurs.

Ces imposteurs ont défusionné Montréal qui est maintenant presque ingérable tandis que la ville de Québec fisionnée est devenue une des plus prospère.. au Canada. Ces imposteurs à l’éthique douteuse et leurs grands argentiers ont permis et encouragé la corruption comme les Commissions Bastrache et Charbonneau nous l’ont démontrés et le pire est à venir avec la Commission Charbonneau. Ces imposteurs ont ouvert la porte toute grande au secteur privé en Santé et ils reviennent en nous promettant effrontément de continuer dans ce sens là (entre doc vendus au privé on se tient). Ces imposteurs après s’être transformés en promoteur (J.J Charest) du plan marketing des minières en faisant passer au second rang les intérêts des québécois, disent qu’ils vont recommencer. Ces imposteurs n’ont jamais voulu reconnaître que notre langue était à risque à Montréal et jamais voulu prendre des mesures pour redresser la situation. Ces imposteurs ont complètement bousillé / neutralisé le Ministère des Transports au profit des bureaux de génie conseil avec les résultats qu’on connaît. Ces imposteurs qui se disent de fiers fédéralistes n’ont aucune espèce d’idée comment l’affront fait au Québec en 1982 (constitution jamais acceptée par le Québec) pourra être corrigé, laisser le Québec dans les limbes face au fédéral avec les impacts négatifs que ça a sur le Québec leur convient.

Contrairement à ce que vous dites, le PQ dit clairement et depuis toujours qu’il considère que l’indépendance est une meilleur option pour le Québec que son maintien dans la fédération et que ce sont les québécois qui en décideront par référendum lorsqu’ils donneront eux-mêmes des signaux clairs qu’ils croient eux aussi que de prendre en main tous nos moyens pour faire évoluer le Québec est préférable en laisser une partie importante sous le contrôle du gouv Fed qui a une vision centralisatrice pour la Canada et des valeurs la majorité de temps à l’opposé des québécois la preuve en a été faite continuellement au cours des dernières décennies. L’imposture autour de cette question vous l’inventez de toute pièce.

Je lis chez vous le petit catéchisme péquiste: 1. Les libéraux ont détruit le Québec (le Québec rejoint progressivement l’Ontario dans le domaine de l’emploi, de l’éducation, de l’innovation, et a résisté à la récession de2008); 2. La corruption, par association (alors que le PQ nomme ses associés depuis dix-huit mois, tout azimut, à des postes fort bien rémunérés); 3. Le méchant fédéral et ses visées centralisatrices (alors que le parti conservateur délègue aux provinces, croit à un gouvernement central limité et a fortement diminué le niveau de ses recettes – 2% de la TPS).

Ce que je résume comme bilan du PLQ colle très bien à la réalité et cette liste de faits majeurs qui les caractérisent est loin d’être exhaustive. Par exemple ces.. imposteurs ont 1) démantelé H.Q Pétrole & Gaz (ancien SOQUIP) et troqué en secret nos droits d’exploration 2) après avoir laissé pourri le débat sur la révision de la carte électorale ils ont fermé 3 comtés dans l’Est du Québec (qui ne leur étaient pas favorables) pour les remplacer par 3 nouveaux sur l’île de Montréal ( qui leur sont plus favorable) 4) ils ont tabletté des rapports de commissions mandatées pour redresser les secteurs Agriculture / Pêches / Alimentation la voix des lobbies non alignés sur les intérêts du Québec ayant plus d’écoute au PLQ. 5) les opérations fantômes de Mme Courchesne comme ministre du Trésor mises bien en évidence après qu’elles ont été découvertes 6) les garderies et Tomassi… En voulez vous d’autres points négatifs du bilan du PLQ ?

Quand vous parlez des québecois parlez-vous au nom de la majorité qui ont dit NON au référendum DE 1980 ET 1995 et du dernier sondage crop qui dit que 63% des Québecois ne veulent pas de référendum!! Et pourtant c`est clair comme de l`eau de roche que la stratégie péquiste était de continuer à valser sur la charte identitaire et mettre PKP dans le coup pour aller chercher des votes dans la région de Québec. Vous n`avez pas encore compris que vous parlez au nom de la minorité souverainiste et/ou indépendantiste et non au nom des Québecois Canadiens. Cessez donc de parler au nom de tout le monde ; ça c`est de l`imposture!!! Pour ce qui est de l`administration libérale depuis 9 ans ça je vous l`accorde ça s`insère dans la continuité qui fait que depuis 50 ans au Québec on a hypothèquer les actifs du Québec et maintenant depuis 25 ans on a rempli la carte de crédit en se donnant des services au-delà de notre capacité de payer! À qui mettre la faute, au libéraux ou aux péquistes?

Je pense que d`abord et avant tout c`est plustôt aux contribuables qui demandent sans cesse et ne se préoccupe pas de la facture; c`est aussi à cause de l`intransigence et du statut quo des syndicats de la fonction publique et parapublique et des municipalites ( on le voit très bien dans l`actualité) que les gouvernements qui se sont succédés depuis ses annnée n`ont pas eu de marge de manoeuvre ou de courage politique d`arrêter toutes ses bonasseries! Alors d`entendre parler de référendum et de charte sur la laïcité c¸a n`explique pas les vrais problèmes qui nous préoccupe au plus haut point NOUS LA MAJORITÉ DES CONTRIBUABLES!

Quand j’ai parle du PLQ qui a systématiquement roulé les québécois par ces actions négatives de leur bilan bien sûr je parle au nom de TOUS les québécois, de tous ceux qui habitent le Québec peu importe où ils se trouvent.

Quand je dis que ce sont les québécois qui décideront si oui ou non ils voudront se donner un pays je parle encore de TOUS les québécois. Ce qui vous irrite peut-être et je vous comprends c’est le fait qu’on revienne au 20 – 25 ans avec la même question, ben je la justifie comme suit : lorsque des politiciens, et il s’en trouve, sont convaincus qu’il y a une voie qui satisferait mieux les intérêts du Québec qu’une autre (l’indépendance vs fédération) je considère qu’il est de leur devoir de le dire, de la faire connaître de la proposer aux citoyens; c’est ce que le PQ fait en devant composer avec toutes les entraves que les fédéralistes leur mettent dans les pattes.

Je suis d’accord avec vous, nous les québécois avons une large responsabilité pour les postures pas toujours enviables dans lesquelles nous nous retrouvons, et comme ce sont les politiciens qui prennent les actions qui nous mènent dans ces mauvaises postures ou nous en sortent, il est très important de bien les choisir aux élections et de demeurer vigilants et de lever le ton au besoin entre les élections pour leur rappeler que nous les élisons pour voir à nos intérêts pas les leurs ou ceux des lobbies qui les courtisent.

« Quand je dis que ce sont les québécois qui décideront si oui ou non ils voudront se donner un pays… » (sic)

Vous avez subi DEUX (2) rebuffades de la part du peuple québécois. DEUX fois NON!!!

Y-a-t’il quelque chose que vous n’avez pas compris là-dedans?

« Ces imposteurs qui se disent de fiers fédéralistes n’ont aucune espèce d’idée comment l’affront fait au Québec en 1982 (constitution jamais acceptée par le Québec) pourra être corrigé, laisser le Québec dans les limbes face au fédéral avec les impacts négatifs que ça a sur le Québec leur convient. » (sic)

Et dites-nous, Claude, de quelle fa¸on cet « affront » influence-t-il votre vie de tous les jours?

Tentez d’être précis et d’éviter les phrases creuses qui caractérisent les séparatistes dans ce dossier SVP.

Ça n’affecte pas ma vie comme la décision de ma municipalité de choisir d’investir dans une nouvelle piscine intérieure plutôt que dans une nouvelle salle de spectacle ou l’inverse, c’est en obligeant le Québec à se plier à cette constitution et à la charte des droits qui en fait partie que ça vient nous affecter, c’est « insidieux », lorsque par exemple la loi 101 du Québec est charcutée par la cour Suprême du Canada suite aux interprétations qu’elle fait de cette constitution et que ça rend cette loi moins efficace pour protéger ma langue et ma culture dans ma province ça me préoccupe et ça me touche parce que j’ai à coeur qu’elle soient mieux protégées que ça.

Lorsque je réalise que cette constitution de 1982 permet au Canada de planifier et de construire son avenir sans le Québec (besoin de vous faire un dessin ici ?) mais que le Québec lui est lié par cette constitution même s’il ne l’a pas voulue ni signée et peut-être et est affecté par elle, ça aussi ça me touche, ça ne m’empêche pas de faire ce que je veux chez nous mais ça me touche je n,aime pas ce genre d’injustice.

Tous partis politiques provinciaux au Québec sont contre la notion de multiculturalisme inscrite dans la constitution canadienne et que les juges de la cour Suprême utilisent pour interpréter cette constitution et rendre leurs jugements, mais peu importe la législation qu’ils adopteraient au Québec dans l’intérêt des québécois qui irait à l’encontre du multiculturalisme elle sera toujours bloquée en cour suprême. La constitution canadienne réserve déjà sa médecine à charte sur la laïcité du Québec lorsqu’elle sera adoptée, ça me touche aussi de savoir que ce sera le cas.

Le sénateur Gérald Beaudoin (vous connaissez ?) acteur privilégié du débat constitutionnel a écrit:
« La charte canadienne des droits et libertés a un impact majeur, profond et irréversible sur les citoyens canadiens. Majeur parce que mis à l’abris de modifications législatives. Profond parce que ce sont de nombreux droits et libertés qui sont constitutionnalisés. Irréversible parce qu’aucun gouvernement osera abroger cette charte ». et je crois que les 30 dernières années lui ont donné raison et ça mon ami c’est une vraie affaire.

Maintenant répondez que c’est encore une chanson de séparatiste.

Et dire qu’il y a des centaines de gens qui risquent leur vie ainsi que celle de leur famille pour venir croupir dans notre enfer canadien…

Et que dire de tous ces vendus qui octroient au Canada l’une des trois (3) premières places où il fait le meilleur vivre au monde…

Je crois qu’il y a un complot, une conjuration internationale contre le pauvre petit Québec sans défense et continuellement et innocente victime de la cruauté et de la férocité des gros méchants anglos…

N’importe quoi!

C de bonne guerre , pour les anti PQ faut marteler le thème référendum , la séparation et la catastrophe économique qui suivra , même après trente ans ca poigne encore un peut

À JL. Catastrophe économique attaboy! C`est sûr et même pendant encore 50 ans ça va marcher parce que tout simplement ça fait 2 fois qu`ont dit non et vous allez encore nous achalé pour ne pas dire nous harceler avec ça!!

Vvoi devrait-on trouver normal que le voisin ait son mot à dire sur la façon de gérer notre maison? Le vrai pouvoir est à Ottawa et il est détenu par une majorité de Canadiens-anglais – judiciaire (Cour suprême), législatif (Chambre des Communes et Sénat) et exécutif (Cabinet, fonction publique, Forces armées,

…GRC). Les Québécois sont donc à la merci de la bienveillance de la majorité de l’autre nation. Et il y a des Québécois qui trouvent ça normal et qui préfèrent le statut quo? Où donc est passée la fierté? (s’cusez pour les erreurs dans l’autre texte, ma tablette me joue des tours)

La majorité des Québecois (sondage ipsop de ce matin ) 72% ne veulent plus ou pas de référendums! Parlez- en pour vous-même en votre nom personnel ou au nom de votre minorité (indépendandiste et/ou séparatistes) mais cessez de parler des Québecois en général et de leur fierté, de leur-ceci, de leur cela comme si vous seriez en possession de la science infuse et que la grande majorité seraient des insignifiants!!!

Pas la majorité (d’insignifiants), car il y a des Québécois fédéralistes qui font un excellent travail pour le Québec demeure une province et si les gens du ROC pouvaient l’apprécier, ils diraient sûrement well done. Il y a sans doute des fédéralistes (et des souverainistes d’ailleurs) mous qui ont peur du changement, ce qui est très compréhensible et qui ne font pas d’eux des insignifiants. Mais le résultat est le même – le Québec n’est pas prêt de sortir du carcan confédéral.