Loi antiterroriste : des conservateurs trop pressés

Dans les faits, le projet de loi antiterroriste (C-51) a pour but de protéger nos valeurs et notre démocratie. Mais pour le faire adopter, le gouvernement conservateur est prêt à bousculer le Parlement — et, par ricochet, à se moquer de ces mêmes institutions démocratiques qu’il dit vouloir défendre, explique Manon Cornellier.

Le projet de loi antiterroriste (C-51) a prétendument pour but de protéger nos valeurs et notre démocratie, mais pour le faire adopter, le gouvernement conservateur est prêt à bousculer le Parlement — et, par ricochet, à se moquer de ces mêmes institutions démocratiques qu’il dit vouloir défendre.
Politique

Ainsi, il ne lui a pas suffi de limiter le débat en deuxième lecture sur le projet de loi C-51 : il a tout fait pour faire de même avec l’étude en comité.

N’eût été de la résistance du NPD (qui a multiplié les tactiques dilatoires), le comité de la Sécurité publique et nationale n’aurait eu que trois jours d’audiences, en plus de la comparution du ministre et des fonctionnaires, pour entendre des témoins.

Et quand on dit trois jours, il faut comprendre qu’une audience d’un comité de la Chambre ne dure généralement que deux heures. Donc, six heures pour entendre le point de vue d’experts, de juristes et de citoyens sur un projet de loi qui risque de modifier l’équilibre entre la protection des Canadiens et le respect de certains droits fondamentaux. Dire que c’est peu est un euphémisme.

Le gouvernement veut que le comité rende son rapport le 31 mars, car il veut que le projet devienne loi avant l’été. Le NPD a accepté l’échéance du 31 mars, tuant dans l’œuf les accusations conservatrices à l’effet que les néodémocrates ne cherchaient qu’à tout retarder.

En contrepartie, le NPD demandait que le comité siège durant les deux semaines de relâche de mars afin de donner plus de temps aux témoins, sans succès.

Le comité ne tiendra donc que huit jours d’audiences. Malgré cela, le gouvernement affirme qu’il sera possible d’entendre au moins 48 témoins, le NPD ayant une liste de plus de 50 personnes.

Mais autant de gens en si peu de temps veut dire que les témoins devront comparaître par groupe de trois ou plus, et chaque groupe n’aura qu’une petite heure pour exposer son point de vue. On n’est pas loin d’une parodie d’étude sérieuse.

Le gouvernement invoque l’urgence, mais pourquoi alors refuser de siéger durant les deux semaines de relâche ? Parce que plus il y a de témoins avec des critiques crédibles — et avec assez de temps pour les faire comprendre —, plus il y a de chances que la nécessité d’apporter des changements devienne trop évidente pour être ignorée par le gouvernement.

Or, le gouvernement ne veut pas que ce projet de loi soit vraiment modifié, du moins pas de manière à permettre aux autres partis d’en prendre le crédit. Cela ferait perdre aux conservateurs l’exclusivité de l’atout sécuritaire qui les sert si bien, comme le montrent les sondages.

En d’autres mots, les intérêts du Parti conservateur ne s’accordent pas dans ce dossier — et ce n’est pas le premier — avec la poursuite d’une démarche respectueuse de notre démocratie parlementaire. Celle, comme je le disais, qu’on prétend vouloir protéger avec le C-51.

* * *

À propos de Manon Cornellier

Manon Cornellier est chroniqueuse politique au Devoir, où elle travaille depuis 1996. Journaliste parlementaire à Ottawa depuis 1985, elle a d’abord été pigiste pour, entre autres, La Presse, TVA, TFO et Québec Science, avant de se joindre à La Presse Canadienne en 1990. On peut la suivre sur Twitter : @mcornellier.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Vous n’êtes pas écoeurés que nos élus travaillent toujours beaucoup plus pour leur ré-élection que pour les intérêts des citoyens…. Même ceux de l’opposition.

Bien sûr, les analystes politiques aiment bien tenter d’illustrer les tactiques et les stratégies de chacun, MAIS, c’est très rare qu’ils s’en insurgent !!!

On dirait qu’ils sont plus un produit dérivé d’une Politique-Spectacle que des experts de l’ÉVALUATION de la qualité des Hommes et des Femmes que nous élisons…

Parfois on dirait qu’ils cautionnent le fait comme si cela ne pouvait en être autrement…. Le beau et grand JEU POLITIQUE… Comme des parties de Hockey avec des partisans aveuglés par le spectacle.

C’est cela, Notre Démocratie tellement valorisée ??? Une concertation et une coopération favorisée par une obligation de gouvernements minoritaires ne vaudrait-elle mieux ?

Y a-t-ils des gens compétenrts pour discuter de valeur d’un changement de règle ?? Ou allons-nous avec cette pratique PUÉRILLE de questions jamais répondus en chambre et de mesures toujours reportées parce ce n’est pas NOTRE parti qui l’ait initié…

Une OBLIGATION de résultats peut-elle être envisageable, chez nos politiques. Nous voulons de l’efficacité, de la qualité et en avoir pour notre argent…

N’est-ce pas là qu’il faudrait commencer et faire cesser de se moquer des citoyens-contribuables à qui on demande toujours plus de sacrifices pour un JEU DÉNATURÉ qu’ on appelle encore la Représentation Citoyenne???

Prenons une salle remplie de 100 personnes .
Ils vont voter pour un petit groupe.
50 % s’abstiennent de voter.
7 groupes représentant des partis politiques différents votent ( 50%)
7 pour le parti A
6 pour le parti B
4 pour le parti C
10 pour le parti D
13 pour le parti E
2 pour le parti F
8 pour le parti G

Le parti E a gagné

Seulement , les 50% qui se sont abstenu de voter ,représentent 70% de la population( ils ont le plus d’enfants )
Si on y ajoute les 37% qui n’ont pas voté pour le parti E , ça fait un total de 87% de votants ( et plus de 90% de la population ) qui , selon nos critères de démocratie , vont devoir accepter de subir les décisions unilatérales d’une infime partie de la population politique : LE PARTI E qui n’a obtenu que 13% de ceux qui ont voté et a peine la moitié des votants potentiels (moins de 6 %) et encore moins si on compte toute la population.

VIVE LA DÉMOCRATIE » » » » » » »

Harper est en campagne électorale et comme son ami et model politi Busch

Tout juste après « Charlie », TOUS voulaient d’une loi antiterroriste sévère et drastique au Canada.

Pour NOUS protéger contre ce genre de boucherie.

Maintenant que Monsieur Harper nous l’offre, les idiots utiles se manifestent et ce, juste que parce que c’est Harper…

Rigolos ces Québécois non?