L’opinion mondiale (et canadienne) tourne le dos au capitalisme actuel

La BBC a mis en ligne hier un sondage passionnant, réalisé dans 27 pays, et allant au coeur du sujet. Voici la question-clé:

 Le message ne passe pas au G20 (Photo CreativeCommons)
Le message ne passe pas au G20 (Photo : J. White CC2.0)

Laquelle de ces trois affirmations reflète le mieux votre opinion au sujet du capitalisme de libre marché:
a) Le capitalisme est fondamentalement vicié et un il nous faut un autre système économique
b) Le capitalisme a quelques problèmes, mais ils peuvent être réglés avec davantage de réglementation et de réformes
c) Le capitalisme fonctionne bien et toute augmentation de la réglementation va le rendre beaucoup moins efficace

Cette dernière réponse ne reçoit de majorité dans aucun des pays, les principaux au monde, interrogés.  Les plus grands tenants du capitalisme actuels se trouvent aux États-Unis, mais ils ne sont que 25% à y adhérer. Ils sont suivis des 21% de procapitalistes pakistanais, puis de 19% de tchèques. Les pro-capitalistes canadiens sont 15%.

L’opinion mondiale est massivement favorable à la réforme et au retour de la règlementation, y compris 55% des Américains et 53% des Canadiens. Ce qui retient cependant l’attention est l’importance, relative, du groupe qui rejette le système:Un Canadien sur cinq et 13% des Américains sont de ce nombre, mais 43% des Français et 37% des Mexicains sont dans ce camp. Une curiosité: seulement 18% des Chinois rejettent le capitalisme. Si Mao était vivant, il se retournerait dans sa tombe…

 Source: GlobalScan.com
Cliquez pour voir le tableau - Source: GlobalScan.com

Le sondage de la BBC n’en reste pas là. Il interroge l’opinion sur:

Le rôle de leur gouvernement dans la distribution des richesse au niveau national

56% des Canadiens et 41% des Américains, ce qui est déjà beaucoup, sont à la traîne des autres pays du G7 dans leur appui à une augmentation de la redistribution de la richesse: de 67% au Royaume-Uni jusqu’à 87% en France et 89% en Italie. Il y a là un énorme ressac contre l’augmentation des inégalités de revenus observés depuis un quart de siècle. (Voir le Tableau ici.)

Le rôle de leur gouvernement dans la réglementation des entreprises

Les pluralités favorables à une augmentation du rôle de l’État passe de 48% au Canada (33% ne veulent pas de changement)  et 44% aux USA, jusqu’à des majorités allant de 56 à 76% en Europe de l’Ouest. Le discours de la dérèglementation est à l’agonie dans l’opinion. (Voir le Tableau ici.)

L’importance d’un accord à Copenhague vs protéger l’économie nationale

La même firme, GlobeScan, a publié le 2 novembre un autre sondage, portant sur 12 pays, dont le Canada, avec une autre question dure:  «La tâche d’aider l’économie nationale pendant la récession est-elle une priorité plus importante, aussi importante ou moins importante que la lutte contre les changements climatiques?»

M. Harper, vous écoutez ? 72% des Canadiens croient que l’économie est une priorité égale (51%) ou moins importante (38%) que le changement climatique.

J’ai gardé le meilleur pour la fin:  les répondants nord-américains — canadiens et américains confondus —  sont
3% à penser que leurs gouvernements ne doivent pas tenter de réduire les émissions de gaz à effet de serre,
10% qu’ils devraient les réduire graduellement, sans tenir compte des objectifs internationaux (la position d’Ottawa), 35% qu’ils devraient s’engager à respecter les objectifs internationaux de réduction et — cymbales —
44% qu’ils devraient dépasser les objectifs de réduction internationaux.

(Voir le rapport pdf ici.)

CONCLUSION 1: les dirigeants du G20 sont beaucoup plus timides que leurs opinions nationales dans leurs efforts de réforme en profondeur du capitalisme et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

CONCLUSION 2: l’opinion doit trouver une façon de se faire entendre de ses dirigeants politiques à brève échéance.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

28 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ce qui est fascinant, c’est de voir que si on réunit les deux dernières options, c’est l’Allemagne et le Japon qui sont les pays adhérant le plus au capitalisme. Deux pays qui ont été ravagés par la seconde guerre mondiale.

Quel « timing » pour ce genre de sondage hein?

Je suis assuré que ce sondage bénéficie de l’effet halo. S’il avait été fait il y a quelques années alors que les choses tournaient rondement pour tous les pays capitalistes du G-20, les réponses auraient été diamétralement différentes et elles le seront lorsque les choses se seront tassées.

Les gens veulent autre chose que le capitalisme mais quoi d’autre? Qui et comment se produira la richesse? D’où viendra l’argent à redistribuer? évidemment, personne ne définit ce paradis terrestre utopique. On se contente de promettre un monde meilleur et mieux encadré réduisant ainsi d’autant la liberté des gens mais pourtant, celui dans lequel nous vivons est la résultante de plus de 100 ans d’interventionisme étatique et voyez le résultat…

Personnellement, je crois qu’il faille dérèglementer notre société et responsabiliser les gens sur les conséquences de leurs choix.

Je pense plutôt que si Mao était vivant il serait capitaliste. Ce genre de sondage prouve surtout que les sondages ont bien peu de légitimité. On peut faire dire aux gens n’importe quoi. Mais allez concrètement dire aux gens que vous leur enlèverez le droit de posséder de l’argent, des biens, leur maison, et que l’état sera dorénavant propriétaire de leur compte de banque et de leur demeure et je pense que vous vous appercevrez vite que le capitalisme restera le système préféré d’une grande majorité de gens.

Dans sa forme actuelle, écrivez-vous. Mais le capitalisme est toujours en évolution. Il a déjà changé et il changera, mais nous demeurerons capitalistes.

Il semble clair avec le bilan de la dernière crise qu’une réforme du système capitaliste est aussi essentielle pour l’humanité en général,que la lutte contre les gazs à effet de serre.
Les états ont beau imprimer de l’argent pour la donner aux grandes banques et aux institutions financières en faillite,ça ne sauvera pas le système. Surtout que les responsables de la crise n’ont rien compris.
Ils recommencent les mêmes investissement toxiques,se bourrent les poches de bonus faramineux et rient du citoyen ordinaire.

Les gouvernement devront légiférer et controler le système car le laisser aller actuel nous mène directement dans le mur.

De plus,quand c’est rendu que des « traders »spéculent sur la faim d’une partie de l’humanité en stockant des céréales essentielles comme le riz et le maïs,en jouant sur les cours de ces « commodities »,et en convertissant des céréales en bio-carburant alors qu’un milliard d’êtres humains ont faim. le système est grandement malade.

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/les-affameurs-9782350760940

Enfin, j’ai bien hate de lire votre essai « Imaginer l’après crise » et de voir les solutions proposées,car je considère aussi que le statu quo actuel ne peut plus durer et que le néo-libéralisme économique a échoué lamentablement.

«les dirigeants du G20 sont beaucoup plus timides que leurs opinions nationales dans leurs efforts de réforme en profondeur du capitalisme et de réduction des émissions de gaz à effet de serre»

Qui va s’étonner de ça? Les dirigeants du G 20 font partie de ceux qui font les règles. Pour eux et leurs petits amis. Pourquoi ils changeraient les règles du capitalisme, ils mangent deux steaks en même temps, et le mot faimne fait pas partie de leur vocabulaire.

On peut brailler aussi fort que l’on veut. Ceux qui peuvent changer les règles ce sont ceux qui les font. Et ceux qui les font les font pour eux. Alors ils ne changeront rien qui ne soit que cosmétique.

Au lieu du système capitaliste basé sur le vol par les plus pervers , violents et menteurs la planète doit prévilégier le centre en rejetant comme la peste la droite et la gauche .
Le centre doit être un équilibre social pour tous en rassemblant le meilleur de la droite sans le pire et le meilleur de la gauche sans le pire . La gauche sans le centre et la droite conduit au Goulag et la droite sans le centre et la gaucghe conduit aux camps de concentration .
Et ceci parce que l’être humain est à la fois individuel national et international donc une personne une nation et une humanité.
MichelG

Churchill disait que le capitalisme était le moins pire des systèmes économiques. C’était au siècle dernier, au moment où la croissance à tout prix était la norme et signe de modernité. Aujourd’hui, les lumières de la science éclairent parfaitement le paysage socio-économique et nier l’évidence de l’implosion systémique annoncée relève de la folie pure. Pourtant.

Que faut-il pour changer de comportement comme de système économique ? « Vous êtes pas tanné de crever bande de caves » ? Questionnait l’artiste… au siècle dernier !

Encore faut-il savoir quel genre de réformes seraient-ils prêts à accepter. Si on se fie à la tendance, la crise a plutôt profité à la droite en Europe et on ne peut pas dire qu’Obama propose des réformes en profendeur du capitalisme. Il faut voir le plan Dodd, déjà beaucoup plus ambitieux que le plan de l’administration, pour voir le chemin qu’il reste à parcourir.

D’après moi le problème c’est que la gauche est devenue totalement incapable de s’approprier le populisme comme levier de réforme. Ça n’a pourtant pas toujours été le cas.

Conclusion 3 : Le capitalisme entretient une oligarchie.

Le libre marché n’est pas le problème. C’est l’intérêt, l’usure et la spéculation qui doivent êtres interdites car contraires aux lois de l’environnement naturel (d’équilibre de la véritable économie).

Ce n’est pas le système. Dans le fond n’importe lequel système a du bon.
Mais à la base, on ne peut permettre que le privé possède et dirige les banques.
Alors peut-on envisager sérieusement une banque d’état. Attention, on nous casse les oreilles avec le miracle chinois …et bien en Chine, on retrouve une banque: une banque d’état.
Quelqu’un osera-t-il en faire la promotion sans se faire menacer ou pire…..le malheur vient des banques privées…alors vive une banque d’état.

Malheureusement, dans les grandes villes du monde, j’ai l’impression qu’on ne vit pas ou ne voit pas les changements climatiques, sauf les conséquences rapportés dans les médias, souvent à propos de régions. Le développement économique demeure une priorité des citadins – on veut de nouvelles routes, de nouvelles entreprises (emplois) et surtout encore plus d’argent dans nos poches. Donc, selon moi, si les gens présentent un certain niveau de sensibilité à ces questions, c’est essentiellement dû au travail des médias. En région, on se retrouve confronté, par exemple, à l’érosion de nos berges et lorsque des décisions (adaptation, réglementation) seront mises de l’avant, nous risquons d’être beaucoup plus réceptifs. Quand la facture va être annoncé, j’ai hâte de voir les gens de la ville se mette à chialer pour faire reculer un gouvernement qui cherchera d’abord à se faire réélire! Ça va juste coûter plus cher…

« Si Mao était vivant, il se retournerait dans sa tombe… »

Vivant dans la tombe.

Ouash!

Avez-vous essayé?

J’en connais un. Il faisait monter ses invités au grenier pour leur offrir d’essayer la sienne.

Le capitalisme se renouvelle constamment mais il doit être contrôlé et lui mettre des balises et lui donner des règles , j’ ai vu un reportage la semaine passé sur le krach de 1929 , l’ appât du gain a fait s, effondrer toute l’ économie mondiale . L ‘ histoire s’est répété en 2008 des que wall street a réussi à faire enlever la règlementation de contrôle des bourses et la spéculation est devenu effrontément répandu et agressive , le même scénario s’ est répété , on prêtait à n’ importe qui , c, était prévisible . Sans règlementation le capitalisme » est un serpent qui se mordera la queue » Karl Marx

@ MichelG#7

J’aime bien votre commentaire.

L’être humain est un être de tribu et l’est encore.

L’individualisme bon pour l’individu, mais mauvais pour la société.

Tout est basé sur le social dans le sens de société, même le capitalisme.

Encore faudrait-il que la crise actuelle ait été causée par la déréglementation, ce qui n’est pas du tout le cas.

Depuis le milieu des années 80, les budgets consacrés aux agences de réglementation de l’économie ont constamment augmenté. Avec Bush Jr. ces budgets ont battu des records.

http://wc.wustl.edu/09-regulator/index.html

Mais pour les journalistes, surtout ceux qui sont biaisés à gauche, il est plus facile d’accuser les méchants capitalistes (il est plus facile d’être populiste que rigoureux).

À écouter, le podcast de Russ Robert avec Charles Calomiris (Columbia Business School) qui retrace l’historique de toutes les crises bancaires. Cette crise, comme toutes les autres, ne fait pas exception: elle a été causée par des politiques gouvernementales qui ont encouragé le risque.

http://www.econtalk.org/archives/2009/10/calomiris_on_th.html

Le problème ce n’est pas le capitalisme, c’est le crony-capitalisme. Et le crony-capitalisme c’est quelque chose qui peut uniquement exister dans les États interventionnistes.

Le capitalisme, une invention rationnelle pour faire croire au petit peuple que l’histoire est régulée par des principes d’offre et de demande. Mais ce que la définition du principe ne dit pas, c’est que le fantasme du petit peuple est d’avoir le contrôle sur son développement via le politique.Une autre belle invention des vrais dirigeant qui contrôle à la foi, l’offre et la demande en plus bien sur d,avoir asservi le politique. Quelle désolation, avec toutes les richesses, on aurait pu au lieu de se faire berner et dépenser nos énergie dans des causes fictives comme la langue, la culture, les frontières géo et politique, l’environnement, on aurait DU, citoyen de la terre unir nos efforts pour développer des conditions de vie acceptable pour tout les humains. La consommation, le gaspillage, la piasse et j’en passe pensé a tout ce que vous considèrerez inutile ou superflus dans vos dernières 30 minutes de vie, ou votre conscience vous mettra devant l’essentiel.
Comme faire échec à toute cette gamique. Il existe certainement plusieurs solutions mais certainement en développant un système humanisme mondial, tout crime contre la personne devrait être géré par des lois communes, tout crime contre l’humanité géré aussi par le même tribunal commun, et tout besoin humanitaire géré par une même administration commune. Mettre dans les lois et obligation de chaque régions la nécessité de ne pas nuire à un individu ou un groupe. Ça a l’air inpensable, irréaliste au premiers abord certe déconcertant mais en changeant les régulations de nos pensés et mettant en priorité les valeurs hamanitaire et la protection des humains se sont les ressources et les personnes qui se retrouveront au service de l’humainité et non l’inverse.

Ce qui donne du pouvoir des uns sur les autres c’est la dépendance.
Donc l’autosuffisance est la clé de l’indépendance.
Dans le début du sciècle dernier les grandes familles étaient basées sur ce principes, il y avait bien sur le troc et l’entraide pour combler les manques. La science et les développements technologiques n’étant pas ce qu’ils sont aujourd’hui, ils devaient faire face a des problématiques pour lesquels des solutions technologiques existe maintenant.La taille de ses communautés devraient être plus grandes qu’une famille de 10-15 personnes. Mettons ça a une prendrait des communautés peut être de 7-8000 personnes pour rester a des dimensions humaines et mettre suffisament de ressources en commun pour arriver à être auto suffisant. Bien sur il faut »réingénérer » tout nos bâtiments, transports, biens, et services pour qu’ils soient durable et performant. que chaque personne puisse contribuer, développer les compétences et se mettre au service de la communauté.. Prenez peut-être le genre château fort du moyen âge. L’humain étant ce qu’il est il faudra créer des lois et des mesures punitives qui soient suffisament dissuasives et rentables pour l’humainté pour assurer la sécurité et empêcher que des groupes se forment pour briser l’ordre social. Dans la mesure ou le passe de chacun n’est qu’éphémère sur la planète il ne doit pas resté de trace de ce passage (empreinte écologique) après le déaprt d’une personne rien ne devrait être jeté. Donc la propriété privé de bâtiment, de bien, même de vêtements est à proscrire tout doit être utilisable, ou réutilisable pour d’autres fins. Àa a l’air extrêmiste et scénario de fin du monde, mais c,est peut-être tout ce qui nous reste à faire si on veut vraiment sauver la planète. Et gageons qu’en vivant ainsi, moins de besoins individuels, plus de contribution à la satisfaction des besoins de la communauté, il vous restera plus de temps pour profiter de la vie et développer des relations significatives votre vie aura été plus riche. Si on a des b^timents auto-suffisants, autonettoyants, que chaque adultes à un espace individuel, que les repas, la prise en charge des enfants, l’éducation, la santé, la production de biens et services, tout est collectif, quand vous aurez mis 4 hrs par jour de votre temps a contribuer (vous avez déjà éliminer les temps de déplacements, vous aurez du temps à vous. Dans la vie la seul chose dont vous devriez être maitre c,est votre temps, présentament nous sommes dans un systèmes ou la très très grande majorités de votre est asservie à des besoins inutile.

Votre opinion ne nous étonne pas.

Bien sûr, une intervention étatique est toujours bien.

On viendra dire qu’on vous exproprie pour faire passer un pylône ou une autoroute, vous n’aurez pas un mot à dire dans un système étatique.

Des politiciens et des bureaucrates biens-pensants décident à votre place.

On viendra vous dire qu’il vous faut financer obligatoirement l’armée, les grands projets que s’offrent nos politiciens, les projets verts certifiés Guilbeault, Suzuki ou Reeves ou la justice sociale qu’invoque la gauche caviar avec votre argent que vous avez gagné, vous n’aurez pas un mot à dire dans un système étatique.

Des politiciens et des bureaucrates biens-pensants décident à votre place.

On viendra vous dire que vous n’avez pas le choix d’envoyer vos enfants à l’école dans la langue choisie par un groupe, avec les standards fixées par des fonctionnaires, où on leur apprend une mémoire national-socialiste qu’on appelle faussement de l’Histoire, des religions alors que vous êtes croyants ou un athé (comme moi) qui croit qu’on gagnerait à apprendre plus de sciences, de langueS ou de mathématiques dès le primaire.
Là aussi, vous n’aurez pas un mot à dire dans un système étatique.

Des politiciens et des bureaucrates biens-pensants décident à votre place.

Bien sûr, ce système étatique lourd, inefficace, bureaucratique, qui prend aux uns pour donner aux autres (dont à des entreprises appelées à disparaître un jour pour que d’autres prennent la place), ne peut être défendu qu’à moins d’être de ces lobbyistes qui réussissent à y imposer leurs points de vue haineux (contre d’autres individus – le nationalisme est aussi une idéologie qui appelle à détester d’autres personnes selon des critères, comme le racisme).

Sinon, c’est parce qu’on est soi-même un privilégié du système qu’on cherche à défendre chaque parcelle de privilèges.

Comme sous l’Ancien Régime. Avec la différence qu’aujourd’hui, on fait croire que de choisir son tyran à chaque 4 ans fait de nous des gens libres d’un système de castes naturelles protégé par l’État.

La question c’est a quoi ça sert d’accumuler du capital si tu na pas de contrôle sur sa valeur légal. Tu peux bien partir et acquérir tout l’or de la planète si tu ne fais pas parti de ceux qui partagent des intérêts commun et contrôle les valeurs en créant des mouvements par la msie en marché et l’achat des valeurs pour contrôler le marché tu es dans le champs, espérons juste pour toi qu’il ne soit pas virtuel par ce que c’est dans le chemin que tu risques de te retrouver.

Fallait s’y attendre, la horde de libertariens est arrivée.

« On viendra dire qu’on vous exproprie pour faire passer un pylône ou une autoroute, vous n’aurez pas un mot à dire dans un système étatique. » (Mathieu)

Avec les libertariens il n’y aurait aucune route puisqu’elle doivent passer sur les terres.

On ne pourrait même pas passer à travers les champs à cheval. Ce serait brimer les droits de propriétaires du libertarien.

Quelle lourdeur impensable le rêve du système libertarien!

Francois 1er,

Madame Elgably-Lévis est totalement sans nuances.

Tout ces régimes énoncées fonctionnent de facon dictatoriale. Elle confond totalitarisme et communisme. Elle met sur la table de la gestion économique les meurtres commandés par des hommes délirant au pouvoir absolu, quand elle devrait se concentrer sur le point de vue strictement écomomique.

Ce que s’efforce de faire celui qu’elle critique en passant.

Monsieur Lisée, au lieu de remâcher la même vielle gomme comme cette dame, a le mérite d’essayer de réinventer quelque chose.

Pourquoi le capitalisme serait il le système parfait? La race humaine aurrait plafonné et ne pourrait par s’améliorer sur le plan de son mode d’échange économique?

La spéculation à outrance et la concentration des richesse dans les mains des uns et des heures de travail dans les mains des autres n’est pas un modèle viable, et on ne peut pas citer des meutriers pour palier à sa capaciter d’argumenter à même son champ d’expertise.

Le système économique du futur sera celui qui permet une certaine redistribution des richesses sans briser l’esprit d’opportunité source de création et d’initiative. C’est du capitalisme, mais en version douce. Je pense pas qu’il est question d’avoir l’état dans chaque garde-robe même dans les rêves les plus fous de ceux qui réfléchisent aux failles du système actuel. Sinon les maxiste-léninistes seraient à 30% dans les sondages.

@ Montréalais:

Mme. Elgrably ne confond pas totalitarisme et communisme car tout régime gauchiste-communiste EST totalitaire. Nommez m’en un qui ne l’est pas… Rappellez-vous les lignes d’attente devant les boulangeries étatiques pour avoir droit à son quignon de pain ou à sa paire de chaussures (lorsqu’il y en avait…) dans la Grande Russie communiste.

De plus, dans son texte, elle écrit clairement que le capitalisme n’est PAS parfait!!! Mais aussi que l’homme, en plusieurs milliers d’années de recherches, n’en a pas trouvé de meilleur. Bonne chance à M. Lisée…

Pour pouvoir règner em maîtres absolus selon leur idéologie, les gauchistes n’ont d’autre choix que de canaliser toute décision vers un pouvoir central (selon leur philosophie, l’omniprésence de l’État tentaculaire remplace la liberté individuelle, ennemie de tout gauchiste!) et ils se rapprochent ainsi d’un État totalitaire où un gouvernement autoritaire et répressif, servi par ses bureaucrates rampants, décide et planifie tout; d’ailleurs, je trouve qu’ici même, on s’en remet beaucoup trop à l’État opresseur et que l’on rabaisse la responsabilité individuelle au point mort. On a un problème quelque part? Le gouvernement DOIT s’en occuper et rajouter une couche de règlementation aux nombreuses strates déjà en place, d’où les problèmes insolubles auxquels nous faisons actuellement face et qu’on a le culot d’attribuer au capitalisme!!! Voyez par exemple l’organisation ingouvernable de la Ville de Montréal fusionnée, défusionnée, agglomérée et tutti quanti. Elle n’est qu’un échantillon édifiant du genre de planification étatique dont les gauchistes rêvent en privé. Laissez-moi savoir si vous en voulez d’autres…

Vous voulez « réinventer » le capitalisme? Dérèglementez-le et ramenez-le à ce qu’il était au départ, soit un échange libre et volontaire entre des individus. Redonnez un LIBRE choix aux être humains et cessez de penser que l’État est parfait et peut tout régler; d’ailleurs, ne trouvez-vous pas étrange qu’en même temps que nous considérons nos politiciens comme aussi peu crédibles que des vendeurs d’autos usagées, que nous voulions remettre entre leurs mains encore plus de NOTRE liberté et de NOTRE argent?

Pour le reste, je vous accorde que Mme. Elgrably, que j’apprécie souvent, verse ici dans le manque de nuance.

Tous les massacres commis depuis 100 ans dans le monde l’ont été par les communistes et les capitalistes donc par les matérialistes et les sectaires anti catholiques .

Plus de 2 milliards deux cent millions d’assasinés par guerres sales , tortures , euthanasies et avortements , tous commis par la droite et la gauche matérialistes .

Nous devons nous méfier comme la peste de la droite et de la gauche et vive la véritable démocratie au centre car tous les êtres humains sont des individus et méritent respect ont une nation qui mérite respect et se doivent de respecter l’humanité entière.

À bas l’individualisme égoiste de droite à la Harper le collectivisme anti humain de gaucheà la David .

Existe-t-il un système pour contrecarrer la concupiscence ?
Le capitalisme conduit à l’achat de politiciens qui finissent par créer des situations scandaleuses où ils mettent leurs privilèges devant l’intérêt du peuple. Les politiciens communistes utilisent le prétexte du bien du peuple pour obtenir des avantages matériaux et faire des passes droits pour eux et leurs proches. Les monarques, pour peu qu’il en reste, profitent de l’argent du peuple. Ne parlons pas des dictatures.
L’histoire nous abreuve de tels abus dans tous les grands systèmes ayant été portés à notre connaissance et ce depuis les hittites. Le contemporain nous démontre aussi cela même dans le plus petit village.
Avons-nous vraiment évolué ?
Nous en sommes encore à nous disputer la proie et les chefs se réservent les morceaux les plus charnus en laissant les rognures aux plus démunis de la meute.
Le problème ne se pause pas tant sur le sujet du système idéal, mais plutôt sur le dépassement de l’animal par l’humain « étique » que nous devrions devenir.

Le modèle coopératif lui n’a pas été utilisé à l’échelle nationale. Avec des décisions prises a majorité (non concensuelle, car c’est la que commence la magouille), en limitant la croissance et la surproduction et la surconsommation. Imaginez que vous n’ayez pas le choix de vivre avec toutes les cochoneries que vous achetez, toute votre vie durant, sa change tu quelque chose oui la responsabilisation on doit la faire à tout les niveau, individuels, industriels, institutionnels etc

Bonjour François 1er,

L’absence de démocratie est le point commun entre les régimes énoncés.

La France est un état à gauche, la Suède est un aussi. Je ne vois pas pourtant de statue géante de Jacques Chirac sous l’Arc de Triomphe.

C’est sur que si on pige dans la liste des état dictatoriaux… on ne trouve que des exemples dictatoriaux.

Même ceux qui font l’éloge de certains aspects du communisme comprennent que son application à la lettre est impraticable.

Tout le monde sait que la solution est entre les deux: Elle doit emprunter certains aspects de redistributions de richesses tout en préservant l’esprit d’opportunité.

Au lieu d’aller dans ce genre de détails, Madame préfère aller dans le sensationalisme éclatant pour faire un cachet de pigiste rapide.

Sans nuances je persiste.