Lucien Bouchard: Les confidences d’un ex

«Il n’y a rien de plus humain que la politique, rien de plus noble que de servir ses concitoyens», confie un Lucien Bouchard philosophe dans le livre Lettres à un jeune politicien. Notre journaliste l’a cuisiné un peu !

Lucien Bouchard: les confidences d'un ex
Photo: Jean-François Lemire

Lucien Bouchard n’a rien perdu de son amour du débat public. Touché ou fâché par une nouvelle, il lui arrive encore de sauter sur sa plume pour écrire aux journaux une lettre enflammée… qu’il range tout aussi rapidement dans le dernier tiroir de son bureau, au 26e étage d’une tour du centre-ville de Montréal.

Avocat au cabinet Davies Ward Phillips & Vineberg, l’ancien premier ministre du Québec (1996-2001), fondateur du Bloc québécois en 1992, s’impose un devoir de réserve. « Il y a toujours un prix à payer quand on prend position. Ça embarrasse les gens en place », explique-t-il.

À 73 ans, Lucien Bouchard fait une exception et revient à l’avant-scène. Dans un nouveau livre, Lettres à un jeune politicien (VLB éditeur) – résultat de multiples entrevues accordées à notre ancien collaborateur Pierre Cayouette -, il parle à cœur ouvert de sa carrière et explique le métier à un jeune qui voudrait se faire élire. L’ancien chef du Parti québécois, qui ne pense pas à la retraite, affirme en riant que cet ouvrage de 116 pages ne constitue pas ses mémoires. « Je vais commencer à les écrire bientôt ! »

N’empêche, au fil des pages, Lucien Bouchard aborde le sujet des difficiles – mais essentielles – relations avec les journalistes, l’art du discours, les compromis et la valorisation du pouvoir, la force morale qui doit guider un premier ministre, la franchise… Mais surtout, ce père de deux garçons de 21 et 22 ans exprime une urgence : la jeunesse québécoise doit s’intéresser à la politique.

« Je suis inquiet de voir que la classe politique est tellement dévalorisée. Je me suis demandé quoi faire pour convaincre les gens que c’est encore la démarche privilégiée pour amener des changements importants dans une société. Et combattre l’indifférence à l’égard des grandes questions », dit-il.

Dans une entrevue qu’il a accordée à L’actualité, Lucien Bouchard a fait le point sur sa vision du Québec, les défis actuels et sa relation amour-haine avec son ancien parti.

livre-lucien-bouchard


Quelle a été votre réaction en voyant la violence frapper au rassemblement du Parti québécois, au Métropolis, le soir des élections ?

Ça me surprend et ça m’inquiète. Au référendum de 1995, malgré l’intensité du débat, il n’y a pas eu un geste de violence, même pas une menace. Et là, avec un PQ très minoritaire, ça éclate. Le climat politique a changé au Québec. On ne peut pas continuer comme si rien n’était arrivé. Si j’étais premier ministre, je demanderais une enquête sur les événements pour repenser la sécurité des élus.

Le PQ a obtenu 32 % des voix, le PLQ 31 % et la CAQ 27 %. Le Québec semble très divisé

Il est segmenté comme il ne l’a jamais été, ce qui est fascinant et inquiétant à la fois. Quelle direction va-t-il emprunter ? On sent que les Québécois ne le savent pas. On a fait éclater le pouvoir politique. On se cherche.

Comment interprétez-vous la victoire de Pauline Marois et les défaites de Charest et Legault ?

Le Parti québécois vient de recevoir un cadeau empoisonné. On a élu la première femme au poste de premier ministre en lui liant les mains. Son gouvernement est ligoté. C’est une répudiation du programme du PQ et l’indication que le projet souverainiste ne va pas bien. Plus le PQ parlait de souveraineté en campagne, plus ses appuis baissaient. Les Québécois ont fait pour Pauline Marois ce qu’ils ont fait pour moi en 1998, quand ils m’ont reconduit au pouvoir, mais avec moins de voix que le Parti libéral de Jean Charest. Ça avait coupé les ailes à tout projet de référendum.

Le PLQ a fait mieux que prévu. C’est un grand parti qui a encore une force énorme et les Québécois ont reconnu ses lettres de créance. Ils lui ont envoyé le message de faire le ménage dans ses rangs, mais d’être prêt à revenir. Jean Charest a fait un discours de défaite très digne.

François Legault doit être déçu, je le comprends, car la conjoncture lui était favorable. Mais le résultat correspond sans doute à ses aspirations initiales. Les Québécois lui ont fait comprendre qu’il devait continuer à se préparer, car le Québec aura besoin de lui. Il a du temps pour labourer le terrain et construire l’expérience de son parti.

Dans vos Lettres à un jeune politicien, vous dites ne pas avoir entretenu de bonnes relations avec les barons du PQ. Encore aujourd’hui, dans certains rassemblements, des militants vous huent lorsqu’ils voient votre photo. Ça vous fait quoi d’avoir cette relation amour-haine avec votre ancien parti ?

Je ne suis pas le seul à avoir été hué par les radicaux du PQ. Camil Laurin, le père de la loi 101, l’a été lorsqu’il a défendu le droit des adultes francophones à fréquenter le cégep en anglais. Une position qu’on a défendue ensemble. Je suis donc en bonne compagnie!

D’ailleurs ces militants étaient très contents quand j’étais à la tête du parti ! Avec moi, ils sont allés plus loin que jamais avec la souveraineté. Il faudrait s’en souvenir. Je pense qu’ils ne me pardonnent pas de les avoir amenés aussi près de la terre promise. D’autres ne me pardonnent pas de ne pas partager les idées gauchistes du parti.

J’ai réfléchi beaucoup à ça. Parfois, je me demande si le PQ n’a pas eu tort d’essayer d’accéder à la souveraineté par le chemin de la gauche. Est-ce que ce n’est pas le germe de la défaite assurée ? Dans une société, on ne peut pas écarter les créateurs d’emplois, les décideurs économiques… Est-ce qu’il n’aurait pas fallu être plus rassembleur, plus ouvert, montrer qu’il y en avait pour tout le monde ? Que ce n’est pas une trahison d’être souverainiste dans le milieu des affaires ?

Beaucoup de gens qui ont voté contre la souveraineté en 1995 étaient inquiets de voir que les syndicats allaient prendre beaucoup de place dans les décisions. Il y a eu des appréhensions qui auraient pu être calmées si les gens plus à droite avaient senti qu’ils faisaient partie de tout ça. Moi-même, je me le reproche ; j’ai été chef du parti. On n’a pas été assez inclusif, on a inquiété le monde des affaires pour autre chose que la séparation, ce à quoi pouvait ressembler un gouvernement du PQ dans un pays souverain. Je n’accuse pas. Mais il faut s’interroger.

La grande coalition souverainiste du PQ, regroupant la gauche et la droite, est-elle encore vivante ?

Actuellement, non. Elle est délibérément du côté gauche. Elle n’est pas au centre, alors que je pense que c’est au centre qu’on peut gouverner au Québec.

Parmi les anciens premiers ministres du Québec, cinq seulement sont encore en vie. Votre expérience est rare. Pourquoi ne pas participer davantage aux débats ?

Je ne suis pas certain que les gens aiment que les anciens politiciens participent aux débats. Et si j’y participe, ce n’est pas pour dire la même chose que les autres, c’est pour marquer un désaccord, sinon un point de vue différencié. Quand on agit ainsi, on se met vite en porte-à-faux par rapport à ce que la population pense. Il y a toujours un prix à payer, surtout si on évite la langue de bois. De plus, ça embarrasse toujours les gens qui sont en place, même si c’est légitime de dire ce qu’on pense. Quand j’étais là, rien ne m’ennuyait plus que de voir les anciens acteurs dans les estrades dire ce que je devrais faire, alors que je savais que quand ils étaient là, ils ne le faisaient pas. J’ai été un acteur. Devenir un commentateur, sans le levier d’action entre les mains, c’est plus frustrant qu’autre chose.

Vous avez investi une partie de votre capital de sympathie dans la défense des gaz de schiste. Est-ce que cela vous empêche d’aller sur la place publique pour alimenter les débats ? Est-ce que ça vous discrédite ?

S’il y en a qui pensent ça, tant pis pour eux. Je suis un avocat d’affaires, je gagne ma vie. Je considère que j’ai le droit de la gagner. J’ai consacré pas mal d’années à travailler pour presque rien, et j’en suis très fier. J’ai même remis ma pension du fédéral au gouvernement du Québec pendant les cinq années où j’ai été premier ministre. Je ne vois pas en quoi travailler au développement des ressources naturelles du Québec est un manque d’éthique.

Je sais qu’il y a un débat, un point de vue qui s’exprime très fort contre les gaz de schiste, mais le point de vue positif, on ne l’entend pas. J’ai contribué à calmer le jeu. L’industrie a accepté de se soumettre aux études en cours. La science va parler. La sérénité, le calme vont nous permettre d’avoir une meilleure perspective de tout ça. Ça va rester un débat de société. Est-ce qu’on veut développer nos richesses naturelles ? Ça peut se faire très correctement. Évidemment, quand ça ne fait pas leur affaire, les écologistes à tout crin deviennent intolérants. Le Québec ne pourra pas tourner le dos à ses richesses naturelles, si leur exploitation se fait dans le respect de l’environnement.

Vous dites dans votre livre que les jeunes peuvent apprendre de vos bons coups et de vos erreurs. De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière politique ?

Ce dont on est le plus fier en politique, c’est ce qui est le plus difficile à réaliser. Et le plus difficile, c’est souvent ce qui est le moins populaire. L’aune pour juger du courage d’un politicien, c’est la capacité de dire non à quelque chose qui est propulsé par un courant populaire et de dire oui à quelque chose d’impopulaire. C’est facile de dire toujours oui, notamment au détriment des finances publiques.

Sur le plan personnel, ce qui m’a poussé à bout, c’est ma démission du Parti progressiste-conservateur, en 1990, à Ottawa. J’ai traversé ça comme un calvaire. J’en suis fier, parce que ça m’a amené au référendum de 1995. J’étais porté par ce que je crois.

Comme premier ministre du Québec, c’est l’atteinte du déficit zéro. C’était incroyablement difficile. Personne ne semble se rappeler qu’on a mis fin à la décote des finances du Québec, alors qu’on s’approchait de l’abîme, des obligations de pacotille et des taux d’emprunt épouvantables. On ne fait pas ça parce qu’on est un enfant de chienne. On fait ça dans l’intérêt public. J’ai eu un consensus avec les syndicats pour le faire. Les fusions municipales aussi, j’en suis fier. La ville de Québec en profite beaucoup maintenant.

Quelle a été votre plus grande erreur ?

Je pense souvent aux mises à la retraite des infirmières. D’abord, ce n’est plus vrai, après neuf ans, que les difficultés du réseau de la santé sont dues à ces départs. Mais je me demande parfois si on n’aurait pas pu faire autrement. Il faut dire que personne ne pensait que les infirmières seraient aussi nombreuses à profiter de la retraite volontaire. Ça montre à quel point leur métier est difficile.

La réforme de l’éducation aussi, j’y pense. On a accentué la bureaucratie. C’est devenu énorme. On ne se serait pas fourvoyé si on n’avait pas laissé autant de liberté aux fonctionnaires pédagogues. Si je revenais en politique, je voudrais être ministre de l’Éducation. Je voudrais dénouer les nœuds dans ce ministère, ramener les profs à l’avant-plan, donner un visage plus humain à l’éducation. Le système se protège. C’est un jargon des pédagogues. On ne comprend rien et eux non plus. Il y a du ménage à faire là.

Vous dites que le contexte politique actuel est plus complexe que jamais en raison de la mondialisation de l’économie et du vieillissement de la population, qui malmènera les finances de l’État. Dans ces conditions très techniques, soulever la passion est plus difficile. Est-ce que ça rebute les jeunes ?

Les sombres débats techniques, le public, jeune et moins jeune, ne les comprend pas. C’est complexe et on ne sait pas où est la vérité. Quelle que soit la décision que tu prends, ça ne va pas chercher beaucoup d’appuis.

N’est-ce pas plutôt parce que les politiciens semblent trop calculateurs, les yeux rivés sur leur réélection, ce qui augmente le désabusement, notamment chez les jeunes ?

Il ne faut pas être angélique. Les politiciens ont toujours tenu à l’œil leurs chances d’être réélus. Il y a le chef, mais il n’est pas seul. Il y a une équipe, et tout le monde n’est pas kamikaze. Certains voient leur action à plus long terme. Duplessis, Lesage, Lévesque… tous les premiers ministres regardent les sondages. Mais les politiciens ne sont pas moins bons qu’avant. Il y a la présence des médias, la langue de bois… Il y a plusieurs facteurs qui influencent la perception des gens.

Dans Lettres à un jeune politicien, on lit : « Nos plus brillants esprits doivent de toute urgence investir les partis politiques et les lieux de pouvoir. » Pourquoi cette urgence ?

Les vraies décisions sont prises au niveau politique. Et plusieurs ne sont justement pas prises actuellement. Les politiciens n’ont pas le soutien pour prendre des décisions difficiles. Les finances publiques, ça n’intéresse personne. Même aux débats des chefs, dès qu’il y a quelques chiffres, on trouve que c’est trop.

Il faut plus de dynamisme, plus d’enthousiasme, pour amener les gens à être réceptifs aux changements nécessaires. La pâte est molle. On a besoin de plus de jeunes – il faut renouveler la classe politique. Et de plus de gens qui ont du vécu, de l’expérience, dans toutes sortes de domaines.

Vous dites qu’il faut retrouver l’idée qui fera redécoller les Québécois. Donc, à vos yeux, le projet souverainiste n’est plus ce projet porteur ?

C’est vrai. Quelqu’un qui pense que c’en est un vit dans une bulle. On cherche un autre projet.

Est-ce à dire que vous n’êtes plus souverainiste ?

Pas forcément, non. On peut être souverainiste et constater que ce n’est plus ça qui fait battre le Québec. Tout comme le syndicalisme, l’Église, l’État-providence… Il y a beaucoup de choses à bout de souffle au Québec actuellement. Pourtant, le Québec a tellement de talents, d’atouts, d’énergie. Il y a quelque chose qui doit reprendre, se cristalliser de nouveau. Ça viendra des jeunes.

Qu’est-ce qui explique que le Québec ne fonce pas beaucoup ces temps-ci ?

Les partis cherchent le bon bouton sur lequel appuyer. Ça doit être très difficile de faire de la politique aujourd’hui. On le voit, d’ailleurs : il y a toutes sortes de promesses éparpillées. Même si je revenais en politique, je ne saurais pas comment embarquer le monde. Je ne prétends pas avoir la solution.

Quelle devrait être la grande priorité au Québec aujourd’hui ?

L’éducation. Je sais que la santé, c’est important, mais ça ne change rien d’y mettre de l’argent. Je ne dis pas de ne pas y investir, mais c’est à fonds perdu. Il faut trouver un moyen de remettre ce système en ordre, et personne ne l’a trouvé. Comment ça se fait qu’on ne soit pas capable de régler le temps d’attente dans les urgences, avec tout l’argent qu’on dépense ? Je ne blâme personne, car c’était pareil dans mon temps. La bureaucratie augmente sans arrêt. C’est un signe d’impuissance. Alors que l’éducation, c’est l’avenir.

Vous affirmez que les carences dans l’enseignement de l’histoire à l’école contribuent au désintérêt des jeunes pour la politique. Comment ?

On n’enseigne plus l’histoire au Québec. Pourtant, juste comprendre d’où vient le Québec, quels obstacles il a surmontés, quelles injustices très graves il a affrontées, ça changerait la dynamique politique. Ça permettrait de se situer dans la perspective générale de l’humanité. L’histoire ne commence pas aujourd’hui, avec Twitter. Il s’est passé des choses avant ! [Rire] C’est incroyable la coupure avec notre histoire.

Dans votre livre, vous revenez sur cette entrevue à TVA où vous avez dit que les Québécois travaillent moins que les Ontariens et les Américains. Vous dites qu’on a mal interprété vos propos, que vous n’avez jamais déclaré que les Québécois étaient paresseux. Ça vous a blessé ?

Ce qui m’a marqué, c’est la réaction de déni que j’ai provoquée. C’est inscrit dans les chiffres. Les gens refusaient des données pourtant incontestables. Ça en dit long sur la mentalité un peu frileuse des Québécois aujourd’hui. On panique vite, on a peur de tout. Il n’y a plus vraiment de cible collective, de projet de société, de motivation profonde. C’est l’un des effets négatifs du référendum manqué. Ça laisse des traces, un référendum manqué. Les politiciens ont aussi moins de temps pour s’exprimer. Il y a vite des dérapages si on cherche à faire des nuances. Les politiciens sont terrorisés.

Vous dites que les politiciens évitent à tout prix d’énoncer les vérités difficiles pour ne pas vivre ce type de controverse. Est-ce la faute des médias, qui font des raccourcis, ou des citoyens, qui ne veulent pas entendre la vérité ?

Les gens ne veulent pas l’entendre, et des partis politiques soufflent là-dessus et dénigrent les autres. Pourtant, on est mieux de se dire les choses franchement. Il faut parler aux gens. J’ai tenté de le faire, parfois avec maladresse, parfois avec succès. Il faudrait être moins craintif. Regardez François Legault en campagne électorale, quand il a dit que trop de jeunes veulent la belle vie. Il s’en est tiré, mais je pensais que ça provoquerait un mouvement susceptible de le couler.

Selon vous, un gouvernement doit savoir dire non à la rue et aux groupes de pression, qui ne vont pas toujours dans le sens de l’intérêt public. Est-ce que le conflit étudiant représente la rue à laquelle un premier ministre devait dire non, comme Jean Charest l’a fait ?

Il y a des nuances à faire. Je ne veux pas entrer dans le débat. Personnellement, j’aurais parlé davantage avec la population. Tenté d’avoir un contact plus direct, d’abord avec les citoyens, ensuite avec les étudiants. Je ne me serais pas fait d’illusions, par contre. Deux associations sur les trois voulaient régler, alors que l’autre [NDLR : la CLASSE] ne voulait rien savoir. Le problème était complexe, parce que les trois se sont mises ensemble.

Que pensez-vous de la nouvelle loi 101 que le Parti québécois veut imposer, avec l’obligation aux francophones de fréquenter un cégep en français ?

Je ne veux pas faire déraper le débat. Ce n’est pas le propos de cette entrevue. Mais vous devinez ma pensée. Je me suis battu contre ça quand j’étais chef du PQ. J’ai affronté mon propre parti. Je n’ai pas changé d’idée.

Est-il possible de se définir ni comme souverainiste ni comme fédéraliste, tel que le fait la Coalition Avenir Québec ?

Quelqu’un qui est en politique, surtout s’il forme le gouvernement, va avoir de la difficulté à échapper à cette dichotomie-là. C’est au cœur de notre débat depuis 40 ans. Ce serait un peu les limbes constitutionnels. Or, la politique, ce n’est pas les limbes, c’est la réalité. Il y a des positions à prendre. Il y a une dynamique entre le Québec et le fédéral, c’est toujours une partie de bras de fer. Un premier ministre doit gérer cette responsabilité. Est-ce que ça peut se faire en dehors de l’axe souverainiste-fédéraliste ? Ou bien on accepte la fédération, ou bien on ne l’accepte pas.

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie