Madame 93%

Il ne faut jamais sous-estimer la capacité des hommes de sous-estimer les femmes.

– Sara Paretsky, auteure américaine.

Laisser un commentaire

Je ne sais pas si c’est un pas vers l’indépendance mais au moins ça en est pas un dans la direction opposée.

Le 93 % d’appui suggère le contraire de votre citation. A 93 % d’appui, il y avait manifestement peu d’hommes dans la salle en train de sous-estimer Mme Marois. Sara Paretsky: mange tes bas de nylon…

Donner la chance au coureur

Pauline Marois semble déterminé d’entreprendre le processus pédagogique de la souveraineté et en même temps décidé d’opérer un temps d’arrêt durable à ce qu’un premier ministre gouverne le Québec province comme un gérant de boutique. Nous savons de qui l’on parle! Pauline Marois a su réunir une équipe autour d’elle maintenir une stabilité dans le parti.

Bravo pour toutes ces choses décisives!

Le bémol contre P.Marois se trouve dans sa capacité à se faire aimer de la population toutefois si à partir de ce 93% de voix obtenues, elle réussit à gagner le respect des Québécois c’est l’essentiel. Car en politique le respect compte plus que la popularité. J’aurais préféré Gilles Duceppe, chef du Parti Québécois, je me rallie à cette décision en tant que Québécois souverainiste pragmatique et électeur péquiste.

Il faut maintenant appuyer le BQ contre les trois partis fédéralistes qui veulent notre bien comme un trop lointain oncle d’Amérique!

Je connais très bien l’entourage immédiat de Mme Marois. Ils n’ont pas fait la même erreur que Landry et Bouchard. Ils ont « géré » le congrès. Toutefois, un ami à moi, que je classerai dans les indécis mous, me faisait remarquer avec justesse ce matin que…le PQ a donné toute la corde voulu à Mme Marois. Elle doit livrer maintenant 2 choses. Le pouvoir et la Souveraineté. Elle ne peut pas livrer que le premier. Conclusion: La pression va devenir forte..sur Mme Marois dans 3 ans seulement.

Elles ne sont peut-être pas écoutées mais elles finissent par être entendues.
Pour en revenir au pont car s’il y a une chose de féminin c’est bien la persévérence. Évitez à tout prix de provoquer la guerre avec une femme, jamais elle ne vous le pardonnera….
Une gente masculine avertie en vaut deux.
Donc je disais, voici un pont 3 fois plus long que le sera le pont champlain.$$Payé par qui?
Et remarqué qu’il ne sert à rien d’autre.
http://www.confederationbridge.com/fr/index.php
http://maps.apocalx.com/constructions-batiments-ponts/ponts/175-pont-de-la-confederation.php
Si en plus il était habité, servait a améliorer le transport en commun trens-québec, et d’infrastructure majeur de logements, commerce, loisir et plein air. On pourrait diviser la facture.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e9/Kr%C3%A4merbr%C3%BCcke_Erfurt.jpg
http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/futur-pont-champlain-et-si-on-voyait-grand/8460/#more-8460
M. Harper est prêt a s’assoir pour négocier nos propositions, les 2 autres disent oui on peut demander n’importe quoi, mais dirons t-ils oui avec les plans et le carnet de chèque en main?
Félicitation à mme Marois. L’Idée de son association avec le bloc n’est pas une bonne stratégie. Pour négocier avec le Canada il faut le faire en partenariat avec des élus du ROC donc d’un même parti avec qui on travaille déjà qu’on a mis au pouvoir et qui travaillera dans le meilleur intérêt d’un règlement satisfaisant et acceptable pour le canada et avec le POUVOIR d’agir. Le bloc sera toujours dans l’opposition et n’aura jamais plus que 23% des sièges. Impossible pour lui d’agir, ça fait assez longtemps qu’ils nous font des promesses et ça ne donnera jamais rien puisqu’ils n’ont aucun pouvoir autre que celui de quémander. Quand on est au pouvoir et qu’on a plusieurs sièges au pouvoir c’est tout autre chose. Mon choix est pour un fédéralisme renouvellé ou un état indépendant dans la fédération canadienne. Mais jamais un pays séparé ça s,est se faire avaler tout rond pas les américains.

Groucho Marx n’a pas changé le monde, les hommes sont peut être des femmes comme les autres mais Pauline Marois n’a obtenu son 93% que des membres du PQ, admiratifs et conscientes de ses qualités incontestables de ministre gestionnaire. Mais bonne gestion n’est pas charisme. Les sondages ne donnent pas les mêmes chiffres. Si le PQ devait gagner les prochaines élections (on est encore loin) ce serait avant tout pour éliminer le PLQ et surtout Jean Charest. Quelle sera la scène politique dans deux ou trois ans?

J’espère que les assassins politiques, par compulsion ou conditionnement mental, de l’aile radicale du PQ, sans oublier les belles-mères politiques, leurs acolytes et fidèles exécutants, continueront de soutenir madame Marois dans ses stratégies du moment,

même lorsqu’elle sera contrainte de faire des choix et peut-être des compromis qui n’iront pas toujours dans le sens des voeux de la majorité des radicaux ou de certains individus influents parmi ceux-ci.

En plus clair encore, j’espère que les radicaux, de tout âge et de tout acabit du PQ, ne joueront pas aux gérants d’estrade, ne tenteront pas, verbalement ou par écrit, de faire primer leurs opinions sur la ligne de parti par des déclarations publiques, même opportunes à leurs yeux, et ne sémeront pas la zizanie au sein du parti par une attitude et des critiques destructives.

93.08%…tel qu’indiqué souvent au tableau indicateur!

En 3 ans, elle a « replacé » beaucoup de choses.

Ce fut un congrès très intéressant, foi de SPQ-Libriste!..elle a le Parti Québécois….bien en main….

Raphaël Erkoréka,
Débardeur,
Port de Montréal.

Bonjour,
Une grande majorité de femmes québécoises n’ont jamais été attirées par le nationalisme. Serait-ce que parce dans cette société matriarcale, la femme québécoise a toujours porté les culottes en étant beaucoup plus matures et responsables que l’Homo Québécus nationalus. Madame Pauline Marois a démontré toute sa pogne avec cette bande de péquistes qui sont pour la plupart encore adolescents dans leurs comportements très souvent immatures. Que les belles mères classiques de ce parti prennent enfin leur trou car Madame Pauline Marois a fait la démonstration que toute la pogne et le torque qu’elle a, ses prédécesseurs ne lui sont jamais arrivés à la cheville. Qui aurait dit que un certain jour, le mou allait triompher des purs et des durs. Cette maman de quatre enfants en a vu de toutes les sortes et le parti est sous son emprise. Peut on penser que Messieurs Bernard Landry et Jacques Parizeau vont y penser 2 fois avant de jouer de nouveau dans les talles de Madame Pauline Marois qui en portant comme il se doit pour une femme les culottes dans cette province matriarcale depuis toujours. Seulement une femme pouvait faire cette job de bras avec des nationalistes qui ne savent plus ou moins se guider sans boussole. Au pas les nationalistes, la cheffe vous tient par le chignon du cou. Au plaisir, John Bull.

Mme Marois pédale dans la bonne direction pour que le PQ gage la prochaine élection générale, premier pas vers le Québec plus francophone ou…moins anglophone…plus nationaliste.

De tous les partis fédéraux en campagne contre le BQ jusqu’à Mme Chantal Hébert, la réplique des amoureux du Canada est cinglante envers les
-séparatistes- ou patriotes québécois mal aimés suite au 93% obtenu par Mme Marois. Un rappel en guise de métaphore concernant essentiellement Duceppe dont on lui reproche une trop grande agressivité ou intensité en campagne. Est considéré mécréant celui qui joue au chien de garde et qui peut mordre.

Des individus ou collectivités sont respectées lorsqu’elles agissent en valises? Je ne croirais pas.

Pauline Marois a la responsabilité de tenir certains engagements qui concernent une collectivité et pas seulement une collection d’individus isolés.

Le libéralisme contemporain fondement de cette civilisation pour le meilleur et le pire est en train d’oublier que le libéralisme est plus que le marché, il est aussi la défense démocratique des citoyens, le droit à l’affirmation nationale des nations.

C’est deux points sont l’objet même des chroniques ici de M.Lisée qui croit à la démocratie du peuple et à la nation qui le nourrit pas exclusivement aux marchés.

Une société libre est nécessairement divisée. Seule une société assiégée se ralliera en masse derrière un Leader, un Sauveur. Et que font, en congrès, ces sociétés politiques que sont le PQ et le PLQ? Ils plébiscitent leur chef alors que l’Abstention monte en puissance. C’est que le PQ et le PLQ se sentent assiégés par ceux là même qu’ils disent servir… Et il y aurait matière à se réjouir? Moi je pense plutôt que tout ceci est à pleurer.

Si les femmes sont si persévérantes que le dit l’agente féminine, serait-ce une des raisons qu’on a tendance à les écarter des hauts postes car elles serait moins manipulables ? Juste une idée comme ca ! LOL

Jean Charest avait fait fondre la neige avec un 97 % en 2008.

http://bit.ly/eJpAx4

Une différence de moins entre le Parti libéral du Québec et le Parti Québécois, deux partis à chef unique comme au temps de Duplessis. Ça me laisse songeur.

Elle est dans la marge d’erreurs, dans l’aspiration, a-t-elle un SREC ?

Bonjour,
Madame Pauline Marois a fait encore une fois la démonstration que dans cette société matriarcale qu’est le Québec, seulement une femme peut mettre au pas des adolescents attardés. Avec toute sa pogne sur les militants, la lionne de Charlevoix a tout simplement démontré qu’elle avait la main mise sur les participants en recueillant son 93 %. Ce que Monsieur Bernard Landry doit en rougir !
Forte de cet appui, ayant quelque peu baissé la garde hier matin, Madame Pauline Marois n’a pas eu le temps de voir la fronde venir. A peu près tout ceux qui venaient de lui accorder ce score à la soviétique se retournaient sur un dix cents et votaient sournoisement en faveur d’un durcissement de la Loi 101 pour interdire l’affichage en anglais. Encore une fois, cela démontre au grand jour toute l’inconscience qui anime ce parti dont beaucoup savent être de pures girouettes. Bien sûr en ne sachant même pas que l’ONU avait déclaré la Loi 101 discriminatoire pour les anglophones sous cet aspect. Plus inconscient que ça, et bien cela donne le ton pour le futur ! Au plaisir, John Bull.

Alors il existerait un lien entre l’option nationaliste et le matriarcat selon notre logue maison John Bull… En comparaison avec le sort que Harper a réservé à sa ministre lavée de tout soupçon par la GRC, je préfère les discussions musclées des militants du PQ sur les enjeux électoraux au cloaque fédéraliste.

Les rangs se sont resserrés au PQ. Comme quoi lorsque vient le temps de l’action, la cohésion se manifeste dorénavant à hauteur de 93% plus un…

Oui monsieur Lisée , les hommes ont sous-estimé cette femme car son leadership est différent …..Maintenant quelle a obtenu cette grande notorité dans sa députation et son parti , elle peut passer a l’étape suivant de son plan pour rejoindre une frange plus vaste de la population et s’imposer comme seule alternative a ce gouvernement usé et corrompu n’en déplaise au John Bull , Erwin Basque ou Rioux de ce monde dont la haine anti-nationaliste est maladive ….

C’est effectivement un pas dans la bonne direction. Encore un peu et les amis corrompus de cette tête creuse de johnbull seront mis à la porte.

Remarquable de voir que le PQ est un parti qui peut débattre des idées, alors qu’ au congrès des libéreuls de Charest, il n’y avait eu AUCUN DÉBAT.

On se souvient du pauvre militant qui avait présenté une motion pour débattre de la pertinence d’un commission d’enquête sur la construction (« corruption » , comme l’avait appelée Charest) et qui n’avait même pas eu de secondeur, dans ce parti de galettes écrasées.

Bonjour,
Dans le Devoir de ce main, l’excellent journaliste Monsieur Michel David est désopilant en parlant des girouettes péquistes qui ont retournés gros Jean comme devant leurs vestes face à la pogne magistrale de Madame Pauline Marois qui a réussi a ramener à la raison ses brebis égarées. Et que dire de cette excellente chronique du non moins excellent Monsieur Denis Lessard dans La Presse de ce matin qui parle du Congrès des Crêpes, le plus beau qualificatif trouvé pour tous ces péquistes qui effectivement se sont fait retourner comme des crêpes par la cheffe suite à cette loufoque situation concernant l’affichage interdit en anglais. Bien sûr, les crêpes n’ont pas eu le temps de prendre au fond, il faudra à nos amis les péquistes de remettre toute la farine dans le sac avant que tout le monde dans leurs rangs se roulent dedans…. Au plaisir, John Bull.

@John Bull

Comment trouvez-vous l’agonie du Parti libéral du Canada ?

Même pas une femme pour vous sauver, pauvres petits gars.

Un journaliste a déjà signalé que Pauline Marois en tant que ministre a toujours réussi à faire progresser ses dossiers politiques et atteindre le but qu’elle s`était donnée.

Devenue chef du PQ depuis 2007 elle a réussie à sauver puis à discipliner ce parti et à l’unir ce qui à mon avis est exceptionnelle.

Par sa tenacité et sa grande intelligence elle peut possiblement nous conduire à la souveraineté.Je dis possible parce que ce ne sera pas facile.Mais ça demeure tellement pertinent que cela est jouable.

Cela ne changera rien pour la souveraineté.
De plus en plus d’immigrants qui eux votent en masse contre la souveraineté.

Le peuple a compris cela,pas le PQ.

Un parti formé par la masse des baby-boomers et il a négligé la relève (chacun leur tout au pouvoir et c’est le motif de la Marois).

Legault va mélanger les cartes et les péquistes le savent aussi.

La fraude, les illusions étant installées au sein du parti libéral, plus personne n’en veut de ce parti là sauf les immigrants, les anglophones et ceux qui ont des intérêts. La voie est ouverte pour Legault.

Les purs, les durs et les purs et durs du PQ, incluant ses députés et militants qui ne souffrent pas de compromis avec leurs priorités à eux, même si elles n’ont rien à voir avec les voeux de la population,

empêchent aujourd’hui et continueront vraisemblablement d’empêcher le PQ de répondre aux voeux de la grande majorité des québécois et ce, malgré les talents, le leadership et le doigté de madame Marois et le soutien de son excellente équipe de députés et de la grande majorité de ses militants.

En effet, dès que le PQ réussit à guérir ses blessures, les éminences grises et les francs-tireurs de son aile fourre-tout d’individus et de groupuscules que l’on pourrait qualifier de »radicaux-libres », genre SPQ libre, Vigile, RRQ et apparentés, en mal de causes personnelles à promouvoir, lui tirent dessus avec ce qui leur tombe sous la main, comme par exemple :

– l’affichage commercial unilingue français, battu de justesse mais qui reviendra à la première occasion,

– la loi 101 appliquée aux CEGEPs,

– le harcèlement incessants à venir des dirigeants du PQ pour la tenue d’un référendum au plus tôt,

– le talonnement incessant des instances du parti pour qu’il ne cesse de demander au fédéral le rapatriement de tous les pouvoirs en vue d’essuyer des refus consécutifs de »défédéralisation » du Canada avant le fait, etc. etc.

Pensez-vous qu’il sera possible de réaliser un jour l’indépendance du Québec avec de tels puristes, enfermés dans leur bulle et endurcis par les frustrations qu’ils se font vivre chaque jour et qu’aucun amalgame d’accomodements de peut et ne pourra jamais satisfaire parce qu’ils n’acceptent et n’accepteront jamais quelque compromis que ce soit qui irait à l’encontre de leurs chimères au surplus toujours changeantes ?

Je ne crois absolument pas.

Je crois plutôt qu’il est largement préférable de tout faire pour être le plus heureux possible chaque jour, indépendamment des circonstances et du contexte socio-politico-économique dans lequel nous vivons et devrons éventuellement vivre tel que nous le ferons ou qu’on nous l’imposera, tous tels que nous sommes, tant et aussi longtemps que nous vivrons.

Pour ma part, je choisis d’apprécier le cadeau de la vie chaque jour qu’elle m’est donnée; indépendamment des circonstances.

C’est la seule et la plus merveilleuse chose sur laquelle j’ai un pouvoir réel.

En complément à mon commentaire précédent :

À cause de son aile radicale maladivement destructrice et malheureusement trop influente, je ne crois pas que madame Marois et ses collaborateurs/collaboratrices et ses sympathisants ne puisse conduire le Québec à travers le processus d’indépendance.

Je souhaite par contre sincèrement bonne chance à François Legault et à son équipe naissante de néophytes en politique.

Je crois que si la population du Québec veut un jour se donner un pays forcément indépendant à tout point de vue, elle doit et ne pourra le faire, selon moi, qu’en position de force économique.

Et c’est ce que le mouvement et futur parti politique de François Legault se propose de faire : une province économiquement forte pour éventuellement, si la population le désire au moment jugé opportun, un pays économiquement fort.

Parce qu’il ne vaut pas la peine de tenter de faire un pays qui n’est pas appelé à être économiquement fort à très court terme à compter de l’enclanchement du processus d’indépendance.

Il ne suffit pas de souhaiter faire une chose pour pouvoir la faire, il faut d’abord être en position de force pour cela. Et cela est vrai pour tout.

Parce qu’ils veulent brûler les étapes, les purs et durs qui mènent encore malheureusement le PQ n’aboutiront à RIEN sinon à écoeurer davantage la population qui est déjà suffisamment écoeurée comme ça avec tout ceux qui ont le feu au cul.

Que les impatients lâchent l’arène politique, ce n’est pas pour eux.

Pour ma part, je vote PQ à la prochaine élection et j’espère que le parti de François Legault sera alors, dans 2 ans, en bonne voie de formation pour qu’il soit en position de prendre le pouvoir dans 6 ou 7ans, après le premier terme du PQ de madame Marois ou dans 10 ou 12 ans après le 2ième terme du PQ s’il est réélu pour un 2ième mandat.

@ Jean François Côté (# 25):

Ah ça. vous pouvez le dire: ses onéreuses toilettes silencieuses, sa réforme de l’éducation qui a plongé le Québec dans l’horreur, son mari qui, présidant aux pires années de la SGF, s’est retiré avec un régime de pension en or et ransférable au dernier vivant, ses garderies à $5 qui continuent à nous coûter collectivement des milliards, etc.

En effet, la liste de ses « réalisations » n’a pas de fin…malheureusement pour le Québec!

28 claude pelletier :
avril 18, 2011 à 21:38

je ne crois pas que madame Marois et ses collaborateurs/collaboratrices et ses sympathisants ne puisse conduire le Québec à travers le processus d’indépendance.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

En utilisant deux négations, vous dites que madame Marois peut «conduire le Québec à travers le processus d’indépendance.»

Vous avez raison.

M. Lisée est dans les patates.
Le Parti québecois a un chef déterminé et il est sur la voie du seccès. Elle a réussi à imposer ses idées et à contrôler les purs et durs…

Quant à François Legault, il peut toujours rêver mais sa dernière sortie sur l’éducation est une utopie. Tant qu’il ne fera pas l’indépendance du Québec, il peut faire des projets mais il va se heurter à Ottawa. Quand j’ai entendu Charles Sirois parler d’éducation, j’ai ri…

Monsieur Legault peut rêver de fonder un nouveau parti mais avec l’ADQ, il n’ira pas loin…

31 Raymond Campagna

j’aurais plutôt dû dire, dans mon commentaire # 28, quelque chose comme ce qui suit:

… À cause de son aile radicale, … malheureusement trop omniprésente et trop influente … je ne crois pas que madame Marois, ses collaborateurs et collaboratrices et ses sympathisants PUISSENT conduire le Québec à travers le processus d’indépendance.

M. Lisée qui n’a rien d’autre à dire sur Madame Marois et le résultat du vote de confiance au Congrès du Parti Québécois que ‘Madame 93%’.
Serait-ce qu’il supportait les actions de la ‘gang’ de M. Parizeau, Lisette Lapointe, et Crémazie, et se retrouve comme eux ‘un p’tit peu déçu’ d’une telle solidarité?
Son silence crie.

@ François 1

« Ah ça. vous pouvez le dire: ses onéreuses toilettes silencieuses… »

Vous avez raison 600$ pour une toilette!

Quel scandale!

@claude pelletier

«conduire le Québec à travers le processus d’indépendance»
– – – – – – – – – – – – – — – – – –

Pouvez-vous nous présenter les étapes détaillées de ce «processus d’indépendance» sur lesquelles vous basez votre jugement affirmant l’incapacité de madame Marois à franchir ces étapes ?

36 Raymond Campagna :

Demandez à monsieur Parizeau, à madame Marois à monsieur Turpe, à monsieur Lisée ou à quelqu’un de leur entourage qui a fait un peu le tour de la question; l’un ou l’autre pourra vous expliquer clairement qu’elles sont les étapes minimales du processus.

Ils ne pourront peut-être pas vous en préciser la durée, mais ça vous en donnera une idée réaliste, enfin espérons-le, et ça vous aidera à y voir un peu plus clair.

Bonne chance dans vos recherches et sollicitations d’information.

@claude pelletier

Votre jugement ne repose donc que sur votre opinion du moment.

J’en étais sûr.

Merci de le confirmer.

39 Raymond Campagna

C’est en effet mon opinion actuelle ou du moment comme vous dites.

Nous verrons si madame Marois et ses collaborateurs et collaboratrices sauront réussir le tour de force de garder le contrôle du parti et la confiance suffisante des membres du PQ malgré les assauts prévisiblement incessants des radicaux pour faire prévaloir leurs agendas d’ici un prochain référendum et après, surtout s’il n’est pas gagné à au moins 50% + 1 lors d’un éventuel 2ième mandat.

Aussi, la blessure d’égo qui a amené messieurs Parizeau et Landry à malheureusement se retirer, chacun à un moment crucial de leur parcours, n’amènera peut-être pas madame Marois à le faire dans un éventuel moment de faiblesse.

Mais indépendamment de mon opinion actuelle je souhaite bonne chance à madame Marois et à son équipe actuelle et future.

Et même à 50% + 1 des votes en faveur de l’indépendance exprimés par au moins 90% de la population en droit de voter, un tel résultat ne serait pas considéré, à juste titre à mon avis, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Québec, comme suffisant pour être reconnu décisif.

Je vais poser une question ici qui en fera sursauter plusieurs : l’anglicisation graduelle du Québec serait-elle une si mauvaise chose ?

Serions-nous malheureux si nous vivions dans un contexte autant anglophone que francophone et graduellement plus anglophone que francophone, comme le reste de l’Amérique du Nord et comme de plus en plus tous les pays du monde, tout simplement parce que nous communiquons déjà de plus en plus chaque jour à l’échelle de la planète en temps réel en utilisant l’anglais plus souvent qu’autrement parce que c’est la seule langue que nous pouvons utiliser entre non-francophones ?

Pour ma part je ne veux pas me limiter à communiquer uniquement avec des francophones simplement parce que ma langue maternelle est le français et que c’est une belle langue et tout et tout.

Je veux aussi pouvoir choisir librement d’avoir accès à l’information autant en anglais qu’en français.

L’utilisation d’une langue universelle commune à tous ne comporte que des avantages pour tous.

Le débat est ouvert pour ceux que ça intéresse.

Je répète que je vais voter pour le parti québécois, non parce qu’il fait la promotion de l’indépendance mais parce qu’il formera de loin un bien meilleur gouvernement que le parti libéral. Et je souhaite au parti québécois d’être au pouvoir tant qu’il formera à mes yeux un bon gouvernement, c’est-à-dire un bon gestionnaire de la chose publique.

Quant au mouvement naissant de François Legault, j’ai amplement le temps de voir venir.