Mamans des USA et du Swaziland: même combat !

Pendant l’été, quelques billets de blogue choisis, en rappel.

Qu’ont en commun les États-Unis, le Swaziland et la Papoue Nouvelle-Guinée ? Ce sont les trois États au monde qui n’offrent pas aux mères des congés de maternité rémunérés.

Le message des USA aux mères: pas besoin de congés !

Oui, vous avez bien lu. Tous les États occidentaux et l’écrasante majorité des États les plus pauvres au monde reconnaissent la nécessité pour les mères de recevoir une rémunération pendant les semaines qui suivent leur accouchement. Mais pas la première puissance économique mondiale: les États-Unis.

En fait, c’est seulement depuis Bill Clinton, en 1993, et contre le voeu des chambres de commerces et des Républicains, qu’a été introduit dans la législation américaine l’obligation, pour l’employeur, de réembaucher la mère après son congé de maternité… non rémunéré !

Et encore, cette obligation ne s’applique qu’aux entreprises de plus de 50 employés ! La moitié des salariées du pays ne sont pas couvertes !

Selon Human Rights Watch, aujourd’hui aux États-Unis, seulement 11% des salariées ont droit à un quelconque congé de maternité rémunéré. C’est le cas pour des cadres supérieurs, pour une petite part de la petite proportion de salariées qui sont protégées par un syndicat et pour les chanceuses qui habitent la Californie et le New Jersey, deux États qui ont légiféré pour donner un droit de six semaines de congé payés… à même une assurance financée exclusivement par les salariés !

C’est beau, le modèle américain !

Billet d’abord publié lors de la fête des mères 2011

Laisser un commentaire

L’écrasante majorité des États les plus pauvres du monde… Ah bon »reconnaissent » et non pas donnent une rémunération…

Ok, j’avais mal compris !

C’est beau les tournures de phrases contre les Américains!

d,apres moicertains de vos blogueurs réguliers se prélassent sur une plage de santa banana en ré-écoutant un match expo-dodger et en réfléchissant a la manìère d’influencer un petit politicailleux régional lors de futurs élections provinciale en vociférant contre la gaugauche déguiser en king du rock and role parce que vous auriez déja reçu une brassée de bois vert de tout nos zamis dretteux en réaction a cette article,lol,oups il me semble avoir déja vu ce scénario quelques part .

Mais pourquoi les républicains sont si mesquins est-ce pathologique ou dans leur génétique et il y a pourtant de nombreuses femmes dans ce parti…..

Ma mère , mon épouse ,mes soeurs,n’ont pas eu droit a ces congés maternité payés .Cependant ma fille ,ma brue ont eu cette chance mais n’ont pas eu plus d’enfants .Je suis d’accord que ces congés existent mais ce n’est pas cela qui feras augmenter le taux de natalité.

@ Christian Desjardins

En isolant le mot « reconnaissent » de sa phrase, vous lui enlever tout son sens. Ce que la phrase dit c’est de reconnaitre la nécessité de recevoir. Quand on donne, il faut donc qu’il y ait quelqu’un qui reçoit. Et que dit le billet : « […] reconnaissent la nécessité pour les mères de recevoir une rémunération […].

« Ok, j’avais mal compris ! » En plein ça !

**************************************************

Ce qui est honteux pour les américains s’est d’être comparé à des pays comme le Swaziland et la Papoue Nouvelle-Guinée .

L’article est intéressant, dommage que la photo soit si horrible, je suis certaine qu’on aurait pu en trouver une avec plus de goût (même si elle a le mérite d’être explicite…)

Il y a un lien direct entre natalité et conditions généreuses liées à la maternité et à la paternité…. Les pays nordiques – et maintenant le Québec – le démontrent de façon très claire… Dans les pays en développement, une plus grande égalité – hausse de l’âge de mariage des filles, scolarisation et emploi rémunéré – fait baisser aussi considérablement le nombre d’enfants (Unicef 2006)… Il faut faire attention au taux de natalité aux États-Unis qui est asse élevé, mais c’est en raison de certaines communautés ethniques et fausse la moyenne… Mais c’est maintenant clair: dans les sociétés post-industrieles, les femmes choisissent la carrière avant les enfants, s’il n’y a pas la possibilité d’avoir les deux…

Je me considèere plus a droite qu’a gauche cest a dire se payer des services qu’on a véritablement les moyens de se payer et le faire de manière efficace et responsable.
Donc selon moi çca devrait être 2 ans de congé de maternité malgré que moi je les ai pris a mes frais.Mais…
Considérer la femme comme une prsonne autonome qui ne dépend pas de son conjoint et a droit aux programmes de retour en emploi, au bs, aux prets et bourse indépendament des revenus de son conjoint, bref qu,elle garde son autonomie. Et…
Que le calendrier scolaire du préscolaire a l’université soit changé pour 3 sessions avec 3 semaines entre chacune et une semaine de relâche au milieu plutot 2 pour celle durant l’été. Plus efficace pour les enfants pour faire de la rétention, la possibilité de reprendre une session sans perdre son groupe d,âge et une bien meilleure rentbilité économique pour toutes les sphèeres de la société.
Les familles peuvent ainsi choisir de prendre leur vacances dans la saison qui leur convient et meme de prendre congé pour aller pour une ou 2 session sans que çca ne pénalise l’enfant. 2 sessions par année mais avec la possibilité d’en faire 3 comme a l’université. Le mieux, plus gérable pour les employeurs aussi au lieu que tout le monde veuille prendre leurs vancances dans une courte période. La possibilité des profs de travailler 1,2 ou 3 session selon leur choix. Ainsi que ce soit les mère qui retournent, les préretraites ou la possibilité de trvailler dans différentes régions. Au niveau touristique, culturel et sportif on vient ainsi de créer 3 période de 3 semaines durant l,année, une de 2 semaines et 2 d’une semaine. Beaucoup d’espace pour créer des loisirs rentables.
En metant le congé a 2 ans on vient de réduire la demande de place pour poupon. Et je mettrais le début de l,école a 2 ans, ce qui vient réduire les écarts entre les enfants. Mais comme il y aura peut-être des réticences alors au choix mais obligatoire a partir de 4ans. C’est vraiment plus facile de concilier travail et famille puisque les écoles vont fournir des services de garde et des camps de jours durant tout les congés et que les garderies elles vont avoir les places suffisantes pour répondre aux besoins de ceux qui choisissent la garderie. Comme ça coutera moins cher aux citoyens de les envoyer a l’école gageons qu’ils seront nombreux a faire ce choix. La formation pour l,enseignement par contre elle est plus spécialisée en éducation du préscolaire. Les services de transport fournies. En mettant l’argent sur les services et coupant les comissions scolaires pour donner au ministèere la tâche d,administrer la répartition des ressources spécialisées et financières pour lù,entretien des bâtiments. On a déjèa un ministère de l’éducation c,est a çca qu’il devrait servir et au développement d’enseignement a distance pour permettre au jeunes des régions de rester dans leurs région durant la majorité de leurs études. Au lieu de les quitter pour ne plus y revenir. Si la formation a lieu dans leur région ils y resteront. Plus de programmes d’enseignement cop avec stage rémunéré par les entreprises va donner une expérience pratique et des revenus pour réduire l’endettement des étudiants et favoriser le développement régional.

Et pourtant M. Barré, le taux de natalité a augmenté au Québec depuis l’instauration du système actuel de congés de maternité.

Et pourquoi y en aurait-il? La principale chose qui influence sur la natalité, c’est l’augmentation de la richesse générale. Les mesures étatiques de natalité sont non seulement inutiles, mais aussi dangereuses

« La principale chose qui influence sur la natalité, c’est l’augmentation de la richesse générale. »

Mais quelle farce! Et je suppose que l’on se prend au sérieux.

Si c’était le cas les États unis d’Amérique et le Québec seraient surpeuplé et l’Afrique complètement vide.

Ce que l’on peut dire de gros pour protéger son dogme.

@ lemoutongris #9

« Les mesures étatiques de natalité sont non seulement inutiles, mais aussi dangereuses » Par ce stupéfiant énoncé, on voit que vous n’êtes pas une brebis grise !

m.lisée pas necessaire d,aller au usa ,demander a stephen et ces zamis progreshistes de l’ouest canadian ce qu’ils pensent de ce genre de programe,vous allez vous rendre compte que pour ce genre de sujet; a tarés américains, taré et demi canadian.comme ont dit chez nous quand on a un poteau dans l’oeil on voit mal le curre-dent dans celui du voisin.lol

Et le taux de natalité (et de fécondité) aux USa est supérieur à celui du Québec.

Ce qui prouve que les programme Québécois de congés parentaux et de garderies sont complètement inutiles.

Merci à Lisée pour cette démonstration. J’aime quand la gauche sans le savoir donne des arguments à la droite.

« Si c’était le cas les États unis d’Amérique et le Québec seraient surpeuplé »

Les ÉU sont le 3e (de mémoire) pays le plus peuplé de la planète; la population du pays a explosé depuis 1790 : http://en.wikipedia.org/wiki/US_population
Le Canada est handicapé par sa situation géographique (comme la Russie)

« et l’Afrique complètement vide »

La nature (famine) suit son cours malheureux… Et avant la Révolution industrielle, c’était sensiblement la même chose en Europe, donnant ainsi raison à Malthus

« Ce que l’on peut dire de gros pour protéger son dogme. »

en effet, il faut beaucoup d’imagination pour renier les faits que j’amène

“La principale chose qui influence sur la natalité… » (lemoutongris)

Quand on parle de natalité en quantité, on ne parles pas de grandeur de pays, mais de taux de natalité.

Les états unis sont au 137 ième rang sur 193 pour la natalité. Par contre le Niger, le Mali et l’Ouganda en Afrique sont les trois premiers.

Ce que l’on peut raconter de sans rapport pour protéger son dogme.
++++++++++++++
@ David

« Et le taux de natalité (et de fécondité) aux USa est supérieur à celui du Québec.
Ce qui prouve que les programme Québécois de congés parentaux et de garderies sont complètement inutiles. » (David)

Le taux de natalité du Niger est de trois fois supérieur à celui des États uni. Donc selon le raisonnement de David la politique des États unis est un fiasco.

Par contre, au Québec le taux de natalité à augmenté avec les nouvelles politiques.

« …les programme Québécois de congés parentaux et de garderies sont complètement inutiles. »

Allez donc dire cela à une femme enceinte qui à un fer à repasser bien chaud entre les mains ou simplement à votre compagne.

« Ce que l’on peut raconter de sans rapport pour protéger son dogme. »

Ce que les socialistes peuvent dire comme énormité quand il y a UNE erreur de mot

@ David, @ lemoutongris

Le taux de natalité est en corrélation direct avec le niveau d’éducation et le niveau de vie des gens. Rien à voir avec les programmes de congés parentaux. Ainsi aux USA les latinos avaient 2,45 enfants par femme en 2004 contre 1,89 dans la population blanche non hispanique. Et c’est dans cette population ( latino ) que se trouve la plus grande pauvreté. En effet, comme le rapporte le US bureau of Census en 2004: « Among the Hispanic population in the United States, 22.6 percent were in poverty, compared with 12.4 percent for the total population. »

« Et c’est dans cette population ( latino ) que se trouve la plus grande pauvreté »

Ce qui prouve mon point. Si le gouvernement ne faisait pas vivre artificiellement les pauvres (food stamps, notamment), ces derniers n’auraient pas autant d’enfants

@ lemoutongris #19

C’est tout le contraire. Plus vous êtes riches et éduqués, moins vous avez d’enfants. Plus vous êtes pauvres et non éduqués, plus vous avez d’enfants. Donc, si le gouvernement américain cessait son aide, les pauvres deviendraient plus pauvres et du même coup moins scolarisés et auraient plus d’enfants. C’est ce qui se passe en Afrique même si les états africains essaient de faire du rattrapage.

« Donc, si le gouvernement américain cessait son aide, les pauvres deviendraient plus pauvres et du même coup moins scolarisés et auraient plus d’enfants. »

Faux, plusieurs se botteraient le derrière. J’en ai des exemples probants dans ma belle-famille, ou l’aide gouvernementale rend paresseux et insouciant

Les plus populaires