Mammouth budgétaire: les conservateurs imposent le bâillon

Non contents de court-circuiter le Parlement avec un projet de loi budgétaire omnibus, les conservateurs ont décidé d’utiliser le rouleau-compresseur pour le faire adopter, ce qui laisse présager un escamotage de première classe de l’étude des réformes de l’évaluation environnementale, de la Sécurité de la vieillesse, de l’assurance-emploi, du contrôle de l’étiquetage et j’en passe. Le gouvernement a présenté et adopté une motion, ce matin, limitant à sept jours bien comptés le débat sur ce projet de loi qui compte 431 pages d’amendements à plus d’une soixantaine de lois. L’intention avouée du gouvernement est de procéder au vote en deuxième lecture dès le 14 mai et de faire adopter le projet de loi avant l’été. Impossible de respecter cet échéancier sans limiter les travaux en comité et le débat en troisième lecture. Cela veut donc dire qu’un nombre très limité de citoyens, d’experts et de groupes pourront se faire entendre et que les parlementaires ne pourront pas jouer leur rôle de législateur. Mais ni l’une ni l’autre de ces conséquences ne préoccupent les conservateurs qui ont imposé le bâillon à répétition depuis qu’ils sont majoritaires. Cet empressement, qui fait fi de la délibération démocratique, les sert bien cependant puisqu’il empêche, faute de temps, une mobilisation digne de ce nom. À moins que le Sénat puisse jouer son rôle, comme l’espèrent les libéraux qui y siègent. Le hic est que les conservateurs y sont majoritaires et les députés et sénateurs conservateurs sont réputés pour leur docilité exemplaire. À ce rythme, et si personne ne réagit, les conservateurs vont réussir à transformer le Parlement en simple théâtre de joutes partisanes. En une ombre de l’institution démocratique qu’il est censé être et où le peuple est supposé se faire entendre à travers ses élus. Désolant spectacle.

 

Laisser un commentaire

Je pensais réellement que ce parti désirait être réélu aux prochaines élections. Mais nous constatons que ce n’est pas une priorité. L’important est de faire passer des lois qui lui conviennent sans tenir compte des opinions des autres partis. Je ne peux croire que les résultats des élections en Ontario ont eu si peu d’effets sur sa volonté d’en faire à sa guise, encore et encore. Et c’est cela qui me préoccupe au plus haut point… Je me demande à quoi il pense…

C’est la pensée unique, de l’idéologie unique, de l’unique gouvernement Royal Harper du Dominion de sa Majesté la Reine du Chef du Canada dans toute sa splendeur!

C’est t’y pas beau ça?

Vous allez encore en jouir pendant encore trois autres belles années.

Ça ne fait que commencer, vous avez encore rien vu.

Ça fait depuis 2006 que je le prédis à qui veut l’entendre sur toutes les tribunes.

Mais il faut croire que l’adage dit vrai: il n’y a pas plus aveugle que quelqu’un qui ne veut pas voir et il n’y a pas plus sourd que quelqu’un qui ne veut pas entendre.

Les canadiens les aiment et ils ont voté pour leur accorder une «strong and stable National majority»

Nous sommes tous baisés…

Vous êtes baisés…

Ils vont tous nous baisés…

Je crois qu’on peut légitimement commencer à employer le mot « dictature ».

Il y a d’importants nouveaux pouvoirs pour les ministres dans ce projet de loi, des pouvoirs qui devraient faire l’objet d’un projet de loi à part.

Au moins ils ne songent pas *sérieusement* à abolir les élections.

Les plus populaires