Manifester sans déranger en 5 étapes faciles

Peut-on vraiment manifester dans l’ordre ? Absolument ! Il suffit de suivre ces quelques trucs, dit le blogueur Mathieu Charlebois.

Photo: Graham Hughes/La Presse Canadienne
Photo : Graham Hughes/La Presse Canadienne

PolitiqueSamedi, alors qu’il était attendu à un colloque du PLQ à Gatineau, Philippe Couillard a dû faire demi-tour. Avait-il oublié de fermer un rond de poêle à la maison ? Non : les autorités policières ont jugé que les manifestants en face de l’édifice étaient trop dangereux.

Le danger était clair, comme on peut le voir dans les images de Radio-Canada ou sur la photo du journal Le Droit : ils étaient quelques dizaines, des professeurs et des infirmières, et certains d’entre eux (pas tant que ça) avaient moins de 50 ans.

La veille, c’était au tour d’Yves Bolduc d’être victime d’intimidation, alors qu’une dizaine de manifestants ont interrompu son discours devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Fidèle à son habitude de ne jamais manquer une occasion de faire une déclaration qui ne tient pas debout, le ministre a ensuite affirmé au micro qu’il n’avait «pas d’objection à ce que les gens manifestent, à condition que cela se fasse dans l’ordre», rapporte Le Devoir.

Peut-on vraiment manifester dans l’ordre et sans déranger ? Absolument ! Il suffit de suivre ces quelques trucs.

1. Devenez la minorité silencieuse

Lorsque les rues commencent à s’agiter, les politiciens ne jurent que par la majorité silencieuse. Parce qu’elle ne fait pas de bruit et ne prend pas la parole, elle est beaucoup plus facile à comprendre.

Prenez exemple sur la majorité silencieuse et devenez la minorité silencieuse. Rentrez au travail chaque matin, passez à travers votre journée, rentrez à la maison, faites le souper et couchez les enfants, comme la majorité silencieuse.

Mais pendant que vous faites tout ça, pensez fort fort fort à ce que vous voudriez changer dans la société. Vous pouvez aussi froncer les sourcils, de temps en temps, si quelque chose vous fâche trop.

Par la magie du silence, le gouvernement va vous entendre et vous comprendre.

2. L’espace public, c’est chacun son tour

Philippe Couillard n’aurait pas eu à annuler sa présence à Gatineau si les manifestants avaient fait leur chahut, disons, quelques centaines de mètres plus loin.

Mieux encore : tout le monde aurait eu plus de facilité à trouver du stationnement s’il n’y avait pas eu un congrès libéral ET une manifestation en même temps, au même endroit. Vous savez, on n’a pas tous la chance de se déplacer en autobus jaune loué par la CSN.

Quant au discours d’Yves Bolduc, qu’est-ce que ça aurait été d’attendre quelques heures, le temps que le ministre termine et que la foule quitte la salle, avant d’aller l’interrompre ? Tout le monde aurait eu la chance de dire ce qu’il avait à dire, mais personne n’aurait été obligé d’entendre l’autre ou, pire, de l’écouter.

3. Lâchez la rue, un peu

Il n’existe que très peu de raisons d’empêcher les autos de circuler. En fait, il n’en existe que deux : pour faire une vente-trottoir ou pour installer une grosse scène avec le logo d’une marque d’automobile. Manifester ? Désolé, mais ce n’est pas dans la liste.

Les gens n’ont rien contre les manifestants qui veulent faire prendre une marche de santé à leurs pancartes, mais qu’ils fassent ça sur le trottoir !

4. Soyez polis

Crier «L’austérité, on n’en veut pas !» ou «Bolduc, démissionne !», c’est un peu impoli. Quand ma fille dit «Je veux du lait», elle se fait répondre qu’il manque le mot magique.

Faites un petit effort : «L’austérité, on aimerait ne pas en avoir, SVP» et «La démission d’Yves Bolduc serait appropriée !», ce sont d’aussi bons slogans.

Aussi, «Stoppez l’austérité !», c’est un peu catégorique. Montrez que vous êtes ouvert à la discussion et au compromis avec une bannière «Stoppez, ou au moins ralentissez l’austérité (ou le redressement des finances publiques, si c’est le terme que vous préférez)».

5. Utilisez les grands espaces du Québec

Il n’y a aucune raison pour que votre manifestation se fasse toujours au centre-ville de Montréal. On ne se déplace pas en auto à Montréal pour être toujours pris en otage dans le trafic ! Sauf si on vient entre le lundi et le dimanche, quelque part entre 7 h le matin et 23 h le soir, évidemment.

Profitez des grands espaces du Québec. Une manif monstre à Matagami, un énorme rassemblement citoyen à Lac-Bouchette ou une démonstration publique massive à Kuujjuaq, je dis : pourquoi pas ?

Et surtout, ne vous sentez pas obligé de revenir après.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue maintenant sur la politique avec un regard humoristique. On peut aussi l’entendre faire des chroniques à La soirée est encore jeune, lire ses anticritiques culinaires sur le blogue Vas-tu finir ton assiette ? et le suivre sur Twitter :@OursMathieu.

Laisser un commentaire

Il était temps que quelqu’un le dise.
Mais avec la nouvelle loi fédérale, il n’y aura qu’à donner un chiffre magique pour interdire toutes manifestations ou grèves : …coûte tant de millions de dollars par jour, ça fragilise l’économie canadienne …

Cinq autres règles:
Indignez vous avant de vous informer.
Attendez les autobus de la FTQ et de la CSN pour le transport au lieu de rassemblement « improvisé ».
Employez des étudiants: héros, il ne faut pas l’être soi-même, il y a du personnel pour cela.
Attendez, avant d’agiter vos pancartes, que les journalistes et caméramans soient sur place.
Communiquez le nombre des manifestants avant qu’une équipe compétente (photo aérienne), ne le fasse pour vous.

C’est amusant. Vous avez raison, si on suit les 5 étapes, les autorité
s et les politiciens seraient contents.

Je suis un peu tanné des interminables critiques dans le journaux. Pour moi, rigoler un peu sur ce qui se passe dans notre drôle de société provoque autant la réflexion. C’est le but non ?

jaime bien les autobus preté par la csn mais dou vient cet argent de la csn pour louer les autobus

cest qui qui demande a la csn de manifester de vnous paralyser dans le traffic si il veulent gouverner yont juste a se presenter aux elections cest bien plus facile de brailler ou de manifester

Méchant syndicat…. Maintenant que tous les travailleurs sont bien traités par nos bonnes entreprises, leur mission devrait être terminée…

Pourquoi viennent- ils encore brimer MA LIBARTÉ sacr…. ???? ( 😉 De toutes façon, je suis à la retraite mais…. toujours pressé d’aller au Temple d’achat….

«Ne trouvez-vous pas aberrant, contradictoire et révoltant que les syndicats envoient les étudiants au front contre l’austérité? Encore la semaine dernière, on parlait des échecs en français, du besoin de récupération des étudiants du cégep et du décrochage. Puis aujourd’hui, on les pousse dans la rue. Quelle logique?»