Marijuana : drogue douce, politique forte

Le sort du pays ne dépend pas de la légalisation du pot. Mais au plan stratégique, la proposition de Justin Trudeau est excellente, dit Jérôme Lussier.

Photo: Getty Images
Photo: Getty Images

Donc Justin Trudeau voudrait légaliser la marijuana. C’est ce qu’il a déclaré récemment en Colombie-Britannique. Il croit que le combo légalisation/réglementation permettra un contrôle plus efficace de la substance – notamment auprès des mineurs – que la criminalisation actuelle.

Il a pris soin de préciser qu’il ne souhaite pas encourager qui que soit à consommer du cannabis, et que cet enjeu ne devrait pas être au coeur de la prochaine élection, qui devrait plutôt se jouer sur l’économie et l’environnement. Il affirme essentiellement que la science devrait prévaloir sur l’idéologie, et que les faits scientifiques – et sociaux – suggèrent que la légalisation et le contrôle constituent une approche supérieure à la répression actuelle, héritée d’une autre époque.

M. Trudeau a raison. Il est d’ailleurs pratiquement impossible de le contredire rationnellement. Mais la partisannerie ne s’enfarge pas dans ces fleurs de tapis.

Les Conservateurs n’ont pas perdu de temps pour ressortir des arguments éculés et promettre de “défendre les familles canadiennes” contre la drogue et la violence, dans une reprise apparente de Reefer Madness, 77 ans plus tard. (La légalisation de la marijuana sortirait plutôt cette industrie du giron du crime organisé et rendrait son contrôle – et sa taxation – beaucoup plus efficaces.)

Le NPD a réagi de manière détournée, affirmant que la légalisation de la marijuana est une “question compliquée” et qu’il faudrait, entre autres, penser aux impacts de cette décision sur l’économie et nos relations avec les États-Unis. (C’est vrai. Mais entendre le NPD affirmer que les impacts économiques et l’opinion des Américains devraient être des considérations prioritaires dans les choix politiques canadiens, c’est à mourir de rire.)

La question de la légalisation de la marijuana n’est pas nouvelle au Canada. Et elle n’est certainement pas nouvelle pour le Parti Libéral. C’est Pierre-Elliott Trudeau qui, en 1969, avait institué la Commission Le Dain, dédiée à l’étude de la marijuana et favorable à une libéralisation des lois entourant cette substance. Au moment de quitter la vie politique, Jean Chrétien avait fameusement exprimé son désir de décriminaliser la marijuana. L’ancien fondateur et candidat du Bloc Pot et du Parti Marijuana, Marc Boris St-Maurice, est même passé chez les Libéraux fédéraux en 2005. Visiblement, il y a longtemps que le Parti Libéral considère la question.

Évidemment, la légalisation de la marijuana n’est pas un enjeu de Grande Politique. M. Trudeau est apparemment le premier à le reconnaître quand il affirme que la prochaine élection devrait plutôt se jouer sur le terrain de l’économie et de l’environnement – des questions plus graves que le sideshow du cannabis. Le sort du pays ne dépend pas de la légalisation du pot.

Mais au plan stratégique, la proposition de Justin Trudeau est excellente. Elle affirme clairement le caractère moderne du Parti Libéral. Elle a le potentiel de devenir une wedge issue qui pourrait favoriser le camp progressiste (pour une fois). Elle place les Conservateurs sur la défensive et les fait passer pour des obscurantistes rétrogrades. L’idée a même réussi à déboussoler le NPD au point de le faire passer pour le parti de l’économisme et de l’asservissement au pouvoir américain.

Évidemment, tout ceci demeure de la politique estivale, qui n’aura peut-être aucune importance dans quelques semaines. Mais sur cet enjeu, l’instinct de M. Trudeau aura été le bon.

 

Laisser un commentaire

À vous lire, tout le monde est pour la légalisation SAUF le parti conservateur. Allo ici la Terre?

Mais bon, je suis content que Justin ait trouvé un sujet à sa hauteur.

L’article semble dire que le NPD n’est aussi pas d’accord avec le légalisations. Cela dit, il faut soit être mal informé ou s’avoir fait laver le cerveau pour est contre le contrôle de cette substance. En effet, le film reefer madness (ainsi que tout autre forme de média de cette époque) a fait la propagande contre le cannabis et la plupart de vos parent (ou grand-parent) en ont subient la manipulation. SVP faites vos recherches à la place de répéter ce que le gouvernement ou média vous disent.

La prohibition est un super succès, la drogue est moins que jamais disponible et de moins en moins de personne consomme cette drogue. Les prison ne sont pas surpeuplées et grâce a cette réalité personne n’a vu sa vie détruite par un système judiciaire prompt et diligent. Merci à ce quasi centenaire de bien bienpensance. Après la prohibition l’autre magnifique succès des bien pensant est le contrôle des naissances chez les adolescentes grâce à l’abstinence.

Justin ne dit pas que la campagne doit porter sur l’économie et l’environnement parce qu’il y croit mais bien parce qu’il ne veut pas s’aventurer sur le terrain glissant du dossier de la mari. Peu importe le sujet, tant qu’il pourra prendre le dessus sur les conservateurs, il le fera faites moi confiance. Si vraiment les gens étaient pour la légalisation, il en ferait son thème principal.

Vous semblez faire totalement abstraction de l’aspect négatif de la légalisation de cette substance comme s’il ne s’agissait que de claquer des doigts pour faire disparaître tous les méfaits liés au cannabis. Hélas, cette question est loin d’être simple et si Justin suit cette voie, il se fera manger tout rond par ses adversaires politiques.

Bref, légal ne signifie pas nécessairement bon non plus. Je suis entièrement conscient que la prohibition pure et simple n’apporte rien de bon, mais il me semble qu’il existe des solutions beaucoup plus réalistes que de demander au gouvernement de produire, vendre et percevoir des taxes de ce produit. Prenez l’exemple du gouvernement qui devient de plus en plus « addict » aux redevances de loto-québec…

En parlant de science, ça me dépasse qu’en 2013 on pense encore à une quelconque façon d’encourager les gens à fumer à la lumière de tout ce que nous savons à propos des effets de la boucane sur notre système.

Soit, mais quiconque veut en fumer aujourd’hui le fait, donc en ce moment il y a deux ensembles d’effets négatifs: le premier celui du pot, le deuxième, celui de la prohibition. Il est là le problème la prohibition amène plus d’effet négatif qu’il en préviens et ce pour toute les drogues.

C’est bien mal connaitre la position du NPD qui est favorable à la décriminlisation, mais non à la légalisation. La nuance ? La légalisation signifie encadrer la production et le commerce de cette drogue, comme pour la loto ou l’alcool, et de taxer la vente. Voir même d’encourager cette industrie si cela reflète la vision politique du parti au pouvoir. La décriminalisation par contre signifie simplement que ce n’est pas un crime de consommer ou de posséder. Ça ne le rend pas légal, cela signifie simplement qu’un poteux ne pourra pas se voir poursuivi pour des charges criminels. Par contre étant donné les méandres du droit canadien, cela signifie qu’une province pourrait alors, une fois décriminalisé, remettre des amendes aux poteux voir les poursuivre au civil et meme les emprisonner dans une prison provinciale et dépendamment de la façon dont la substance était décriminaliser, une province pourrait même déjudiciariser la question, soit cesser de s’ingérer totalement et laisser libre cour au commerce sans entrave comme c’est le cas en Hollande (où le cannabis est toujours illegal d’ailleurs, mais décriminalisé)

Le problème en Hollande c’est que les coffee shop peuvent vendent du cannabis mais n’ont pas le droit d’en produire. Ce qui est plutôt hypocrite. Donc, si une personne se fait prendre a faire pousser du cannabis ( qui à pour but d’approvisionner ces coffee shops) il se fera poursuive et peut-être même emprisonner. Par contre s’il ne se fait pas prendre la grande quantité de cannabis qui sert à approvisionner ces coffee shop demeura illégal jusqu’au moment qu’elle franchisse les portes d’un coffe shop. C’est pourquoi selon moi il est hypocrite de décriminalisé le cannabis au Canada, il faut le légaliser. Saviez-vous que la marché du cannabis au états-unis dépasse celui du maïs ? Et que notre situation au Canada doit être plutôt semblable ? Il serait donc irresponsable de laisser continuer cette drogue à enrichir le crime organiser.

Les plus populaires