Message de John Lennon aux casseurs du métro

Lorsqu’on vous en arrivez à utiliser la violence,
alors vous jouez le jeu du système.
Le pouvoir va vous embêter: tirer sur votre barbe,
secouer votre visage pour vous pousser à vous battre.
Parce que lorsqu’ils ont réussi à vous pousser à la violence, alors ils savent comment s’y prendre avec vous.
Les seules choses qui les désarçonne
sont la non-violence et l’humour.
* John Lennon

 

Merci à Marilou pour ce signalement

Laisser un commentaire

Je ne sais pas qui sont ces activistes, mais si j’étais anarchiste (ce que je ne suis pas), il me semble que le 10 mai, le dismay dit à l’anglaise serait indiqué.

Et oui, l’humour fonctionnerait mieux.

Mahatma Ghandi, Martin Luther King, Aung San Suu Kyi, John Lennon, etc … même stratégie afin de vaincre le pouvoir établi, d’obtenir des gains sociaux et de faire évoluer l’humanité…

à la lecture du texte de monsieur Lisée, je viens de lire la traduction faite d’un texte de John Lennon, je ne sais qui l’a faite (cette traduction), mais déjà là, elle montre une grosse faute de français (qui les désarçonn(ent), Cher monsieur Lisée, en lisant L’Actualité, numéro de juin 2012, de voir que vous laissez afficher une photo d’une jeune fille nue à côté d’une autre avec un foulard juste dessous votre figure, me fait rire,je trouve cela d’un ridicule. Que vous ayez laissé passer une telle connerie dans un journal de qualité où vous êtes censé porter la parole d’un être intelligent. Tout d’abord, cette jeune fille, portant un casque sur sa tête, et ayant les seins nus, n’aurait-elle pas dû protéger ses seins au lieu de sa tête ? Ses parents, si elle en a, ne doivent pas être fiers d’elle. C’est complètement absurde. Cette jeunesse qu’on croit si prometteuse s’en va on ne sait où, et surtout, encouragée par des gens comme vous qui ne savent pas faire la différence entre les porteurs de carrés rouges et les porteurs de carrés verts (dont vous n’osez parler, évidemment), de peur de passer pour quelqu’un qui encourage la non-violence et le retour en classe. Et les seuls que vous blâmez, sont le gouvernement, monsieur Charest et madame Beauchamp. Ce ne sont pas eux les casseurs. Nous n’en pouvons plus de voir la face de Gabriel Nadeau-Dubois, partout dans les médias. Assez, c’est assez, et je ne sais que je ne suis pas la seule à m’exprimer sur ce désastre.

M. Lisée, vous aurez beau jouer sur les 2 paliers ( force encouragements envers les fanatiques qui empêchent les gens sérieux d’étudier, tout en précisant que toute violence est inacceptable), il n’en demeure pas moins que votre discours est celui d’un facilitateur envers les fanatiques portés à la violence, parce qu’ils n’ont pas la subtilité de tout lire ou de tout comprendre. Ils auront lu de vous ce qui les encourage à la violence.

Vous alignez les dominos tout en ajoutant que c’est pas gentil de pousser un domino. Commencez par ne pas aligner les dominos et ainsi vous ne serez pas un facilitateur de violence. Aligner des dominos, c’est implicitement encourager un délinquant à en pousser un pour tout faire tomber.

S’ils veulent réussir dans leur lutte, les leaders étudiants doivent dénoncer haut, fort et sans « oui mais… » ou « si seulement le gouvernement… » ces actes. Ils doivent s’en dissocier le plus vite possible, isoler ceux qui sont derrière casse et gestes illégaux. Les casseurs doivent devenir des parias. Sinon, ce sera tristement le mouvement étudiant qui y sera associé, malgré lui, et le support populaire, si crucial dans une démocratie, ne fera que s’égrener… Les tergiversations initiales de la CLASSE lui ont coûté cher dans l’opinion publique. Dans le contexte d’un conflit qui perdure aussi longtemps, la stratégie générale est plus importante que les tactiques au jour le jour.

Faut pas non plus « diaboliser » À n’en croire certains, les étudiants sont rendus de dangereux sanguinaires. Ils seraient prêts à tuer pères et mères pour arriver à leurs fins. Il ne manque que le quatrième cavalier de l’Apocalypse pour que l’oeuvre du démon s’accomplisse. J’ai peur.

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

-Helder Pessoa Câmara, archevêque brésilien, nominé au prix Nobel de la paix

Gandhi l’avait appliqué avec la troupe anglaise, avec le résultat que David gagna contre Goliath.

Les casseurs se font le jeu du pouvoir : ils l’autorisent à devenir fasciste.

C’est un paradoxe qu’il nous tarde de voir appliquer par tous les revendicateurs.

Là, honorable est piégé…

Sans chercher à en tirer quelque conclusion que ce soit, il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer les violences dans les manifestations.
1) Des gens qui sont frustrés de la situation et qui en viennent au vandalisme.
2) Des agents provocateurs qui veulent que les manifestants paraissent « violents », ou qui poussent des manifestants vers la violence.

J’aurais beaucoup de misère à croire qu’il n’y a pas un peu des deux. Surtout que, dans le deuxième cas, c’est relativement facile à faire. Une bombe lacrymogène dans le métro, et automatiquement, on pense que les étudiants en sont la cause.

Donc, c’est important de garder la tête froide. Il y a sûrement des étudiants qui agissent mal dans ce conflit. Mais je doute fort que ceux qui tirent avantage à faire mal paraître les étudiants n’en rajoutent pas un peu.

Si, il n’y avait pas de casses, le mouvement deviendrait beaucoup plus gros, avec des citoyens de tout les âges, et pour différentes causes. À qui tout ça profite(la casse)? Posez la question c’est y répondre…

On est bien prompt à sauter aux conclusions, il me semble… Attendez au moins qu’on ait mis la main au collet des auteurs de ces méfaits avant d’en accuser les uns ou les autres. Rien ne prouve que ce soient des étudiants qui ont jeté ces bombes fumigènes dans le métro. J’ai été personnellement témoin de suffisamment d’actes de provocation délibérée, depuis le début de ce conflit, pour nourrir de sérieux doutes quand à l’identité des coupables. Après tout, les engins de ce genre ne se vendent pas au dépanneur du coin!

« Notre résistance à cette oppression ne signifie pas que nous voulons du mal au peuple britannique. Nous cherchons à le convertir, non à le battre sur le champ de bataille. Notre révolte contre la domination britannique est désarmée. Mais que nous convertissions ou non les Britanniques, nous sommes résolus à rendre leur domination impossible par la non-coopération non-violente. C’est une méthode invincible par sa nature même. Elle est basée sur le fait qu’aucun spoliateur ne peut atteindre son but sans un minimum de coopération, volontaire ou forcée, de la part de sa victime. »

extrait de la 2 ième lettre de gandhi a hitler écrite le 24 12 1941. ces opposants naturels a l,époque ;les anglais avaient, disons simplement,un comportement militaire moins radical que les nazis qui en étaient déja ,au moment de l’écriture de la lettre ,a quelques centaines de milliers sinon de millions de morts juifs et autres et qui croyait que ceux-cis(les nazis) lisant sa belle lettre mettraient fin a leur massacre,l’histoire lui prouva que non,la facture de la cessité collective mondial et de la non-coopération et non-violence ,6 millions de morts

@ »honorable »:

Vous avez eu le culot de dresser un parallèle entre les tensions raciales du sud des USA et les grévistes pacifiques du mouvement étudiant. Vous ramenez une mouvement légitime à une poignée minoritaire de casseurs. Vous ignorez sciemment les compétences de ceux qui opposent des arguments raisonnables (ex: m. Robichaud) en leur balançant toutes sortes d’attaques personnelles que vous justifiez parce que, selon vous, ils ne sont pas de votre « bord » idéologique. Vous méprisez les « références » des gens qui ne pensent pas comme vous et ironisez sur leur niveau de lecture.
Si vous ne comprenez pas que ce type de discours, par son mépris et son intransigeance, est en soi générateur de mépris, d’intransigeance, donc de violence, c’est que vous n’êtes pas qualifié pour commenter ce débat.
Vos « références », en relations humaines, m’apparaissent insuffisantes pour prétendre à une quelconque autorité dans ce domaine, malheureusement.

Alors que Ghandi prêchait la non-violence, il y avait aussi en Inde des luttes armés et des attentats.

Même chose pour Martin Luther King, dont la lutte se déroulait à la même époque que celle de Malcolm X (qui, lui, recherchait une égalité plus profonde que celle, de surface, revendiquée par King).

Les Algériens, les Cubains, l’ANC de Mandela, les Israëlien, les Palestiniens, tous ces gens, à un moment ou à un autre, ont usé de violence ou de sabotage pour lutter contre l’oppression.

D’ailleurs, et c’est la grande question, Lennon, avec ses bed-in, a-t’il réussit à changer le monde? J’en doute. Il a surtout contribué (sans doute malgré lui), à côté de chef-d’oeuvres musicaux admirables, à la création et à l’entretien d’une industrie culturelle dévastatrice qui fait encore des ravages aujourd’hui et s’enfonce toujours plus chaque jours dans la vulgarité crasse et l’impérialisme culturel destructeur (contre lequel il nous faut lutter chaque jours au Québec et ailleurs). De notre côté, les manifs du 22 mars et du 22 avril ont eu autant d’effet qu’une piqûre de moustique sur un rhinocéros.

D’ailleurs, on fait montre d’une facilité un peu douteuse en associant l’enfumage d’un métro (qui n’a pas fait de blessé) à de la violence. On devrait plutôt appelé cela de la perturbation radicale et non-violente. Il va toutefois de soi qu’à l’époque du capital, tout ce qui s’attaque de près ou de loin à celui-ci (vitres de banques, lieux de travail, transports pour se rendre aux lieux de travail) sera toujours considéré comme violent. Évidemment, les actes brutaux et réellement violent de la police seront quant à eux toujours des dommages nécessaires.

Qui se dit de gauche devrait vanter le courage des patriotes qui luttes pour l’émancipation de leur peuple (et ce même si l’on est d’accord ou pas avec leurs méthodes) plutôt que de se poser, dans un élan très prattrien, à la défense de la « loi et l’ordre » du capital.

http://www.youtube.com/watch?v=AqC_Gma221M

The Beatles – Revolution (Lyrics)

…..We all want to change the world

But when you talk about destruction

Don’t you know that you can

count me out

…you better free your mind instead

But if you go carrying a picture of

Chairman Mao

You ain’t gonna make it with anyone anyhow

so you say you want a revolution, do the right

thing and count me IN

Et quand ils vous amènent à utiliser la violence, ils peuvent se permettre de rentrer dans le tas en s’en donnant à coeur joie.

À Nic : et quand vas-tu dénoncer la violence de la majorité silencieuse, qui est le principal soutien de toute la violence institutionnelle de ce monde ?

Les casseurs ont brisé quelques vitrines, la majorité silencieuse tue, torture, pollue, gaspille à chaque jour, sans le moindre remord.

La population des «soi disant bien pensants» est bien mal placée pour donner des leçons à quiconque.

Manif annoncée (pour ceux qui veulent se joindre aux étudiant-e-s) :

« Dans la vie, t’es plus pirate ou ninja? »

Viens nous le montrer à la méga-manifestation PIRATE VS NINJAS!

À la suite de l’immense succès de la Grande Mascarade, nous récidivons avec cette manifestation bidirectionnelle où s’affronteront deux antagonismes millénaires. Chaque camp aura un trajet avec des objectifs bien précis… Toutefois, il a été résolu «qu’advenant une intervention des forces policières, que les pirates et les ninjas fassent une alliance stratégique.»

Cette fois-ci, ce sera un quartier résidentiel cossu de Montréal qui sera le théâtre des affrontements des deux camps. Les ninjas revendiqueront notamment le libre port du masque en manifestation afin de pouvoir conserver leur habillement traditionnel en toutes occasions, alors que les pirates dénonceront entre autres les attaques balistiques qui ont fait perdre les yeux de deux camarades. Yaarr!

Le 24 mai à 15h, plus de détails à venir!

«Tout d’abord, cette jeune fille, portant un casque sur sa tête, et ayant les seins nus, n’aurait-elle pas dû protéger ses seins au lieu de sa tête ?» -Elizabeth

Vous trouvez vos seins plus important que votre tête vous?

«monsieur Charest et madame Beauchamp. Ce ne sont pas eux les casseurs.»

Non, ils sont bien pire et ont déjà fait beaucoup plus de dommage à notre société en 10 ans que tous les casseurs réunis depuis 100 ans.

En même temps, on parle d’un ralentissement des transports en commun dû à quatre bombes fumigènes. Ça reste pacifique.

En ce moment, il y une marche de ninjas et de pirates. Encore des blagues depuis douze semaines, encore rien de réglé.

J’espère que nous trouverons une sortie pacifique de la crise.

Vous continuez d’alimenter la grogne en axant le gouvernement de violence pour les rendre anarchique. Tellement irresponsable et égocentrique pour détenir un pouvoir sur les étudiants… et après ça essayer de canaliser leur rage dans la volonté de voter péquisse. Vous êtes méprisable.

Il faut: ou bien être comme l’araignée bornée, prise dans la toile qu’elle s’est elle même tisée, ou bien comme l’autre araignée qui, regardant son congénère stupide, va l’aider à s’en sortir. Cela s’appelle un dépassement dialectique (en allemand: aufhebung). (Je ne suis pas hégélien mais quand même, il avait du chien sérieux ce vieux pré-marxiste idéaliste. Lien: http://fr.wikipedia.org/wiki/Aufhebung )

J’ai personnellement vécu, il y a quelques années, une expérience de ces casseurs professionnels qui travaillent pour discréditer les citoyens qui manifestent pacifiquement et démocratiquement leur désaccord. Cette fois-là, le promoteur contesté avait commandité un appel à la bombe pendant une séance du conseil municipal. Une fois tout le monde évacué par les soins de la SQ, quelques gros bras disséminés dans la foule ont voulu s’en prendre aux policiers… heureusement, des citoyens bien avisés ont tôt fait de dissuader la foule de suivre l’exemple de ces fauteurs de violence, qui ont eu l’air bien ridicules… Quelques instants plus tard, on a vu ces mêmes casseurs aux côtés du promoteur, l’air de dire qu’ils avaient fait ce qu’ils avaient pu… et sans doute aussi pour réclamer leur dû…

Oui il y a des casseurs dans les manif.

Mais oui aussi il y a eu et il y a encore sans aucun doute des agents Samson.

Le problème, c’est que quand on dis agent Samson, c’est comme dirait aznavous, que l’on parle d’un temps que les… moins de 42 ans ne peuvent pas connaître.

Et forcément pas, reconnaître.

@ Elizabeth #3

« Tout d’abord, cette jeune fille, portant un casque sur sa tête, et ayant les seins nus, n’aurait-elle pas dû protéger ses seins au lieu de sa tête ? » (Elizabeth)

Vous rendez-vous compte Madame que vous écrivez que les té… que les seins sont plus important que le cerveau? Imaginez, Madame que si c’était un homme qui avait écrit une telle phrase, qu’il pourrait se faire lapider d’insultes bien méritées.

Le dérangement causé par les jeunes de 18 à 25 ans, celui que les vieux n’acceptent pas, leur font dire des tas de conneries. En fait ces vieux ont probablement toujours été dérangés par les enfants. Je suis dans la soixantaine et maudit que je n’ai pas hâte d’être vieux.

Pour donner un exemple plus québécois et faire mieux saisir le message de Lennon, j’utiliserais une analogie de hockey.

Ce n’est pas le provocateur qui va au banc de pénalité, mais celui qui réplique. C’est Maurice Richard qui se retrouvait au banc de pénalité, pas celui qui lui avait donné un coup de coude sur le nez…

Je n’ai jamais compris cette justice à géométrie variable, mais ce qui est vrai au hockey – tristement – est aussi vrai dans la vie. L’élément qu’on identifie comme « perturbé » est rapidement maîtrisé et mis hors d’état de nuire. Mais a-t-on seulement réfléchi sur la nature du malaise? Rarement sinon jamais.

Le provocateur s’en sort toujours ou presque; celui qui cède à la provocation est immanquablement sanctionné.

Dans le cas qui nous occupe, qui croyez-vous a été l’élément provocateur (et qui a tout mis en oeuvre pour jouer ce rôle jusqu’au bout)?

Lorsqu’on vous en arrivez

À part cela, d’accord.

Mais il ne faut pas oublier que ce message s’adresse à des gens normaux. Pas à des casseurs professionnels, qui n’en ont rien à cirer de la démocratie et de la société. Ce qu’ils veulent c’est l’anarchie.

@lagentefeminine : un petit valium, peut-être?
En passant, la violence de la police n’est pas une supposition, c’est un fait avéré. Des centaines de témoignages, de vidéos et de photos l’attestent de façon absolument évidente. Quant à la grogne, je la vois bien plus dans votre genre de commentaire que dans l’attitude des étudiants… :p

@Serge Grenier: « À Nic : et quand vas-tu dénoncer la violence de la majorité silencieuse, qui est le principal soutien de toute la violence institutionnelle de ce monde? Les casseurs ont brisé quelques vitrines, la majorité silencieuse tue, torture, pollue, gaspille à chaque jour, sans le moindre remord. »

Je ne vois pas trop ce que vous me reprochez exactement. Le billet de M. Lisée était à propos des évènements de ce matin dans le métro, et c’est exactement ce à quoi je répondais. Le billet n’était pas à propos des gaz à effets de serre. Ou des séances de torture à Guantanamo. Ou du gaspillage de pastèques en Californie. Ou même de la violence policière à Victoriaville. J’essaie de rester sur le sujet. Mon seul message était un point de vue bien humble, un conseil personnel aux leaders étudiants : si vous voulez éviter de perdre encore plus l’appui de la population, ne tombez pas dans le piège de donner des munitions à vos adversaires. Au minimum, vous donnerez l’impression de donner l’exemple. Ce sera déjà ça.

Plus généralement, si on veut avancer un peu dans tout ça, il faudrait peut-être arrêter de mélanger tout et rien, gaz fumigènes et pollution, zèle policier et torture.

« La tactique de la boule de billard »

Quand la police va trop loin, ou que la position idéologique contre les manifestants est indéfendable, on sort la boule de billard. Prête à être sortie du tiroir du spécialiste des communications, on la montre aux médias en cas de besoin.

Ce qui me frappe le plus est qu’il est bien plus profitable de parler d’altercations que de parler des enjeux qu’une manifestation soulève. Dans le cas des étudiants, on voit bien qu’on a voulu déplacer le débat vers les casseurs.

De toute façon, que les manifestants soient idiots ou brillants n’a aucune importance. C’est l’enjeu qui doit être débattu. Cessez un peu d’être fascinés par la boule de billard, et regardez un peu l’important: les économies que nous ferons sur le dos des étudiants vont-elles nous coûter plus cher à long terme?

Je termine la lecture de tous vos commentaires sur le propos du jour. Propos comme dans proposition, du latin: pour une position! Je suis pacifiste de nature, malgré une gronde intérieur qui est attisée par l’arrogance et l’abêtisement des dirigeants et de leurs messagers. Le peuple docile aura goûté hier matin à la médecine servie à mes con-citoyenNEs. Il n’y avait pas que des étudiantEs à cette manisfestation de Victo. Il y avait aussi d’autres regroupements sociaux qui voulaient signifier son mécontentement général et particulier! Que les bombes fumigènes du métro(difficiles à trouver sur le marché)aient incommodées les citoyenNEs. Soit! Que la fumée dégagée ait traversée l’écran de vos téléviseurs, soit! C’est une réalité! Triste réalité en soi! Que leurs mots(maux) et le sens de ces mots(maux) n’arrivent pas à émouvoir le troupeau donnera souvent un prétexte à la meute de s’agiter(comme dans agitateur)…Action direct sans conséquences, de la fumée quoi! Ah oui, vous êtes arrivéEs en retard au boulot hier matin. Désolé, mais vous aurez moins perdu que notre société, cette société que vous nourrissez par vos impôts(d’imposition) et taxes(de taxage). Que diriez-vous à vos enfants s’ils gaspillaient la nourriture dont vous avez peiné à la sueur de votre front(glorieux)…Réfléchissez, il en va de l’avenir de ces mêmes enfants qui en ont assez du gaspillage de ces dirigeants et maîtres d’un jeu dont ils changent la règle au gré d’un vent avantageux… Réfléchissez, il en va de votre future aussi…et ceci ne deviendra pas un écran de fumée… Bon matin!

Aux admirateurs de Ghandi (dont je suis!), je crois qu’en faisant un parrallèle entre la situation qu’il a vécue en Inde et celle de nos étudiants boycotteux est pousser le bouchon un peu loin.

Ghandi était un leader, un VRAI alors que nos « porte-paroles » estudiantins ont renié la signature qu’ils ont apposée au bas de la dernière ENTENTE et en plus, ils ont été désavoués par leurs propres membres. Certains ont même admis avoir été dépassés par l’ampleur de la réaction de leurs membres. C’est dire le peu d’ascendant qu’ils ont sur leurs troupes.

Ils devraient démissionner immédiatement car ils ne représentent PERSONNE!

De plus, il m’est difficile de ne pas relier les dernier événement des bombes fumigènes dans le métro de Montréal au boycott étudiant. Croyez-vous VRAIMENT que ce genre de crime aurait été commis si la situation avait été normale (i.e.: sans boycott)???

Poser la question est y répondre.

L’agentféminine qui débloque. Et ignore que les mots qui dépassent l’entendement sont violents.

Les balles de plastique ont été utilisées d’une façon négligeante à Victoriaville et les policiers de la SQ devront répondre de cet abus de la force.

La jeunesse n’est pas un troupeau de moutons à tondre. Elle a le droit de manifester. Et que la police fasse son travail avec compétence auprès des groupes organisés de casseurs. Ils en ont les moyens : nos impôts ne seraient pas à la hauteur de leur travail ?

L’entêtement du gouvernement est ridicule et irresponsable. Le devoir d’un chef d’État est de pacifier et non de foutre le bordel en refusant une solution aux conflits. En l’occurence, une trêve, une médiation, une négociation honnête.

C’est manifestement trop demandé à un gouvernement corrompu et opportuniste.

@Dupe vous portez bien votre nom. »La jeuensse a LE DROIT de manifester ».Il est faut être dupe pour ne pas voir que les étudiants PLUS responsables sont d’accord avec la hausse. Qu’ils veuelent que nos universités soient à l’avenir mieux financées, que les étudiants ait plus d,accessibilité ce que donne l’offre globale. L’universalité des services a bas prix a un prix qu’on ne peut plus se payer. Nous accumulons les déficits et laissons aux jeunes une dette énorme. Alors il faut revoir chaque service et trouver une façon de les financer pour les protéger. On ne doit plus emprunter pour financer les études des plus riches. On doit avoir des services qui trouvent différentes sources de financement au lieu de mettre tout le poids sur la classe moyenne qui étouffe sous le poids des taux d’impôts. En ayant des frais suffisamenet élevés pour que les services de qualité soient assurées et qu’on ait par le biais de d’autres programmes la capacité de supporter ceux qui en ont vraiment besoin. On agit de manir responsable et évite de rentrer dans le mur comme tout les pays hypersyndiquées.
Vous parlez des droits des étudiants de manifester. Personne n’est contre ça. Mais regarder ce qu’ils en font de ce droit, ou plutôt si vous acceptez d’enlever cos lunettes pour voir les syndicats pas juste les profs qui poussent derrière. Eux ne manifeste pas selon les lois. Ils intimident et usent de force pour BLOQUER l’accès. Ce n’est pas un droit. Ils briment les DROITS de nos étudiants RESPONSABLES, ceux qui veuelent payer leur juste part… leurs parents parce que cest une responsabilité parentale les études des jeunes et accepter l,Offre globale qui est valable. et convient à la très grande majorité des québécois.
Alors vous suggérez que la population québécoise doit céder devant l’intimidation, le non respect de nos lois. Devant des profs qui vont sur la ligne imaginaire car sil y a un droit de manifester, il n’y a pas de droit de grève, ni de ligne de grève, donc pas de droit de bloquer l’accès.
Donc vous sugg`rez que la population agisse de manière irresponsable et inconséquente en pliant devant l’intimidation. En ne faisant pas respecter la lois. En n’allant pas DÉFENDRE nos droits en cours pour maintenir le rapport de force des étudiants et des syndicats qui les organisent et les financenet et les appuient (dès que le nombre est insuffisant sur la linge ils viennent s’y joindre).
Alors vous voulez l’anarchie. Car ce n’est qu’une des nombreuses revendiaction de la classe. Ils ont une listes d’épicerie bien longue que les syndiqués appuieront et seront dehors a chaque mois pour une autre revendication. Ils ne savent pas compter, ils prétendaient qu’il y avait de l’argent a alller chercher dans les universités, quand on leur dit d’accord allors le chercher l’argent qui trainen dans nos universités SOUSFINANCÉES ils reculent. Ça n’est pas dans la rue qu’on gère le Québec et ça n’est pas aux synbdicats d,imposer une dictateure par la force et l’intimidation. On doit respecter les droits des étudiants responsable (la grande majorité) et faire rentrer les profs ou les renvoyer chez-eux s’ils préfèrent être dans la rue. Mais JAMAIS on ne doit céder à l’intimidation. On doit faire respecter nos lois et nos droits. OUI IL FAUT JUSDICIARISER le conflit et faire prendre leurs responsabilités a ceux qui BLOQUENT l’accès aux cours, à ceux qui CHARGENT les policiers. Le régime de terreur des syndicats MOI je ne vivrai pas dans ça. Je l’ai vécu bien avant, des grèves avec des bombes, des morts, de l’intimidation, DÉJÀ VU DÉJÀ DONNÉ. Dans des villes minièreson vit, on voit tout de proche, on ne peut nous illusionner et donner aux syndicats le rôle de blanche neige.
Les réunions au collège se font dans des gymnase, sans chaise durent 6 heures, on pense pouvoir y voter la loi, on y vote des règlement pour enlver le droit de vote a ceux qui veuelent faire respecter leur droits en court. On y vote des mandats de grèves dans des résolutions telleement contraignantes qu’on ne peut rentrer en classe a moins que le gouvernement gel ou fasse un moratoire. Même s’il enlève plus que la hausse dans d’autres mesures ils ne peuvent mettre fin à la grève. Vous êtes dupe et gardez votre tête dans le sable, si vous voulez vivre dans la dictature des syndicats ça sera bien pratique. HEUREUX LERS INNOCENTS.
Le gouvernement ne r`gle pas parce qu’il DOIT aller en élections pourquoi? Parce que les syndicats et les mafieux le veulent. Pourquoi parce qu’un autre parti pourra faire marche arrière sur le placement syndical et la commission. Moi je veux qui, fasse son mandat, qu’on ait des élections a date fixe. Je suis pour la hausse et la solution globale. Je veux aussi qu’il mette fin à la session pour faire sortir les boycotteux du terrain des insatitutions, avec mention incomplet. Je veux qu’il fasse immédiatement une session de reprise auquel les jeunes et les profs s’engagent a être présent et respecter les r`glements et les ,lois. Qu’on durcisse le ton tolérance zéro, pas de manifestation aux institutions. Et qu’on fasse un référendum sur la question en juin. On ne fait pas des élections pour donner une porte de sortie aux syndicats et aux mafieux. Les élections viendront à la fin du mandat. Je veux un grand ménage dans nos processus de contrats, dans le respect de nos lois. Qu’on mette dehors les fonctionnaire qui font de la corrompu (il y en a les partis passe et les système demeurent) et qu’on adopte la coopération citoyenne en permettant aux citoyens de s’impliquer davantage dans les décisions de la chambre des communes en y débattant sur des blogues et en votant sur chaque décisions. Sans égards au compté. Tout les votes via le web sont compilés et pondéré pour donner un poid de 25% des votes de la chambre dans la proportion des votes.
Vivre dans une dictature, accepter que des groupes puissent imposer leur volonté a la population par la force et l’intimidation JAMAIS. Je veux vivre dans une société ou la loi et l’ordre ont leur place, et que les citoyens peuvent faire valoir et influencer l’opinion publique de manière pacifique particulièrement sur le web. Et qu’on mette la coopération citoyenne dans la chambre des communes. Le spartis auront moins de pouvoir. Il y aura donc moins de corruption, ça fait beaucoup de monde a acheter. Je veux que les journaliste deviennet plus professionnels. Qu’ils annoncent leurs couleurs dans chacun de leur articles et que ceux que les médias de l’état soient impartiaux.
Pour être originaire d’une région très riche en ressources naturelles mais qui ne se développe pas par manque de capitaux. Comme je ne veux plus vivre d’expérience de chicane entre centrale syndicale et cie qui se foutent des travailleursa et de la population. Je sait que sil y avait des partenariats entre coopérative de travailleurs NON SYNDIQUÉS avec des normes du travail provinciales plus détaillées pour des revenus ÉQUITABLES (pas des mineurs a 100M$ par année) Je veux plus de coopératives et de partenariats entre, fond de développement régional (qui investie dans la diversification de l’économie régional, transformation, entreprises de services etc) et cie (parce que OUI ça prend des capitaux), sinon il n’y en a pas de développement. Un équilibre entre responsabilités, prise en charge et retour. Mais des cies qui sont partenaires de syndicats pour s’enrichir mututellement NON MERCI. Ils ont toujours eu les même méthodes, mener par l’intimidation et la force la population les employées, la population et les gouvernements. J’en ai assez de ça. Les dupes et les autruches réveillez-vous. Les syndicats n’ont pas de frontières quamnd ils ont mis une économie sur le cult, ils vont dans une autre. Devenons responsables, faisons respecter nos lois, nos droits et ne plions pas devant l’intimidation et la violence. Prenons les moyens légaux de rendre tributaire chaque individus de ses actes. Ne laissons pas des groupes nous imposer de baisser les bras et de ne pas faire respecter nos DROITS en court s’il le faut. Jamais ils ne terminerons, si nous plions, il reviendront la semaine prochaine avec une autre demande, la liste est longue, une société démocratique oui on a droit a nos opinions, le droit de les faire valoir mais dans le respect des droits des autres et le respect de nos institutions, nos lois, ceux qui sont là pour les faire respecter et nos gouvernements.

Comme il est claire juridiquement qu’une association étudiante n’a pas le droit de priver des étudiants de l’accès à leurs cours et qu’on ne peut pas scinder le vote, car des groupuscules contre tout il y en a et ne peuvent légitimer sur de brimer le droit de la majorité. Il ne sagit pas d’une question qui concerne une discipline, un département ni même une institution. C’est une question nationaleapplicable a la majorité des institutions publiques et ça ne concerne pas seulement les étudiants mais bel et bien les payeurs de taxes. Le gouvernement annule la session sans mention d’échec et met fin au boycott pour faire le référendum. Une session de reprise de la session d’hiver sera offerte par internet ou en classe du 14mai au 30 juin selon l’offre de l’Institution.
Il doit faire un référendum sur la question en proposant 3 solutions distinctes pour adopter celle retenue par le plus grand nombre d’électeurs. Les électeurs légaux ont plus de 18ans, étant donné les circonstances les étudiants réguliers a temps plein à la session hiver 2012 auront le droit de vote, il leur suffit d’aller s’inscrire avec preuve de fréquentation scolaire et de citoyenneté canadienne.
Le référendum sera tenu quelque part en juin, accessible aussi par internet, tout les citoyens devront respecter le résultat démocratique. Le gouvernement va changer les règles provinciales de manifestation et adopter l’obligation de le faire a visage découvert, d’avoir avisé la municipalité du trajet minimum 1 jour ouvrable à l’avance. Ceci est afin de préserver le droit de manifester en toute sécurité. C’est une solution démocratique et légitime de sortiede sortie de crise. La démocratie directe.
A : hausse prévue indexée a partir de la 8ième année
Étalement sur 7 ans
Bonification de l’aide financière
Régime de remboursement proportionnel au revenu
Conseil pour assurer une meilleure gestion des universités tel que proposé précédement par la FEUQ
Évaluation de l’impact de la hausse
http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Avril2012/27/c9804.html
B : hausse prévue indexée a partir de la 6ième année
Étalement sur 5 ans 0$ frais afférents
Bonification de l’aide financière accessible a tous, sans référence aux revenus actuel basé sur le calcul des moins de 20,000$ pour une durée limité a 10ans par personne, remboursable au plus tard 6mois après la fin des études proportionnel aux revenus maximum 15% revenus, sur une durée maximale de 15ans a taux fixe 3% financée par le gouvernement du Québec via une caisse éducation qui réinvestira les profits dans des programmes coops.
C : hausse prévue étalée sur 5ans indexée a partir de la sixième année, bonification de l’aide financière
Avec une subvention proportionnelle aux revenus -20,000$an. -90% (frais scolarité + frais afférents),
20-30,000$an -80%, 30-40,000$an -70%, 40-50,000$an -60%, 50-60,000$an -50%, 60-70,000$an -40%,
70-80,000$an -30%, 80-90,000$an -20%, 90-100,000$an -10%, plus de 100,000$an 0% de subvention.
Les revenus annuels du programme seront indexés aux 5ans suivant l’augmentation du coût de la vie durant la période couverte.

@lagentefeminine #35
Tant de mots pour si peu d’idée.

Rien n’est plus dangereux qu’une idée, quand on n’a qu’une idée.

Alain (Émile Chartier, dit), Propos sur la religion

@Marc Sauvageau les blog ça n’est pas la place pour dénigrer n’importe qui sans contribuer comme vous le faites au dé.bat. Symptomatique de ceux lui sont endoctriné et n’ont aucune idée personnelle aucun sens critique et surtout rien de constructif a donner pour bâtir une société.
Développer son sens critique n,est pas compliqué. On a qu’a se demander le pourquoi a qui ça profite?Certain disent qu’ils faut un moratoire, mettre tout sur la glace pourqoi? Ce sont justement ceux qui ont créer cette crise a des fin électoralistes. Eux ne veulent pas régler le conflit, ils veuelent entretenir la grogne jusqu’au élections et ainsi se faire élire et revenir en arrie`re sur le placement syndical et la comission Charbonneau, bref éviter d’être éclbousser et ainsi perdre toutes chance d’être au pouvoir et de nous en passer une vite avec la souveraineté. NON MERCI.

François1

Si GND offrait sa démission elle serait refusée. Il est un excellent porte-parole de notre assemblée qui est souveraine.

@ lagentefeminine

« Développer son sens critique n,est pas compliqué. »

Il y a une énorme différence entre être critique et répéter son avis personnel ainsi qu’exprimer sa propre vision négative sur les syndicats à chaque intervention à des fins de propagande.

Au Québec vous pouvez voler des milliards aux contribuables, personne ne vous achalera.

Vous pouvez aussi violer une jeune chanteuse dont vous aurez la responsabilité ou tuer vos enfants à coups de couteau et vous ne ferez même pas 2 ans de prison.

Par contre, ne faites surtout pas un peu de boucane dans le métro, on vous traitera comme un membre d’Al Quaida et vous serez accusés de terrorisme.