Message de Legault à Bouchard et Lévesque

Avant moi, le déluge !

Aux Francs-tireurs ce soir, François Legault a conclu comme ceci:

« Ce que les Québécois veulent, c’est un bon gouvernement, un gouvernement responsable. C’est ce qu’ils n’ont pas eu depuis 30 – 40 ans! »

Hummm… 30, 40 ans, cela nous mène à 1972… Donc, pour François Legault, les libéraux de Bourassa qui ont lancé la Baie James et  le gouvernement de René Lévesque de 1976 qui a mis les assises du Québec moderne, n’ont pas été responsables.

Bourassa et Lévesque ne sont pas avec nous pour répliquer. Mais j’en connais un qui ne sera pas content: Lucien Bouchard qui a nettement l’impression d’avoir dirigé un gouvernement responsable, y compris en embauchant un certain François Legault et en lui confiant d’importantes responsabilités.

Je ne voudrais pas être là la prochaine fois qu’ils se croiseront, dans un cocktail de Québec Inc. Ou plutôt oui, je paierais cher pour y être !

Laisser un commentaire

Comment il se trouvait, lui, comme ministre de l’éducation, alors qu’il voulait remplacer les notes des étudiants par des nuages et des sourires? Ça a pris Lucien Bouchard pour lever le ton et dire « ça prend des notes sur des bulletins »!
Ah, la voix de la sagesse…

Il y a 30 ans, c’était l’année 1982. Il y a 40 ans, c’était 1972. Il y a 50 ans, c’était 1962.

Legault nous dit pas quel était le dernier gouvernement responsable. Chronologiquement, ça exclut certainement celui de Lesage, selon la citation que vous rapporter. Quant à celui de Lévesque, il faudrait lui demander de préciser.

Quoiqu’il en soit, vous vous êtes légèrement emportés sur celle-là.

Très drôle ! Le test est passé, ça y est vous savez que ceux qui vous lisent savent aussi compter.

Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation :
«le gouvernement de René Lévesque de 1976 qui a mis les assises du Québec moderne». Je comprends que vous voulez appuyer votre propos ! Quant à moi les assises du Québec moderne vient de la Révolution tranquille des années 1960 à 1966 alors que le PLQ était au pouvoir, qu’un certain frère Untel faisait la lumière sur notre situation de Québécois et le système scolaire en particulier et au moment où André Laurendeau (éditorialiste du Devoir), avait beaucoup d’influence au Québec, ainsi que plusieurs autres qui ont fait leur part ! Également, au moment où nos économistes Québécois de talent ont été récupérés par le Gouvernement Lesage pour moderniser le Québec, en particulier Jacques Parizeau ! Mais le nombre incroyable de changements en peu de temps a été qualifié à juste titre, de Révolution tranquille !!!

Quel culot vous avez!

Voulez-vous rendre les gens responsables de leur parole?

Vous brimez la « libarté » libertarienne de dire une chose et son contraire dans la même phrase ou encore de proférer un tas d’incohérences dans les discours de la droite! Pis encore, vous empêchez les québec-basheux de faire de la désinformation!

Vous êtes un empêcheur de tourner en rond (expression applicable surtout dans le cas de la droite)!

François Legault nous dit, en gros, de ne pas douter de son sérieux, de ses bonnes intentions et de sa détermination quand il parle d’un gouvernement responsable;

je veux bien, cependant on verra bien ce que lui, Charles Sirois, leurs collaborateurs et leurs sympathisants pourront faire au cours d’un premier, et si la population le veut toujours, au cours d’un deuxième mandat.

Spin, spin, spin. Pas facile de spinner la franchise et l’audace. Je crois que j’aimerais mieux être dans la même pièce que vous et Bouchard. Comment allez-vous spinner ça le fait que vous étalez ses états d’âme à sa place? Lui qui, à l’instar des belles-mères du PQ , reste digne dans sa réserve de commentaires et de rabrouements des successeurs à la tête du parti. Et voilà que vous commentez à sa place, pas très respectueux à mon avis.

Je dirais 20-25 ans plutôt que 30-40 mais soyons honnête même si ça l’inclus Legault a raison. C’est plate mais c’est difficile de dire le contraire.

Sylvain Plourde

Quand on voie des messieurs Legault caller tout le monde avant lui pour se remonter ca vous dit tout suite quel genre de gouvernement ca vas etre on est mieux de faire attention ou l on met notre X car vous allez les avoirs pour au dela de 4 ans a les endurrer regarder Harper

Quel bouffi d’orgeuil ce Legault car il commence a dire des sottises de plus en plus fréquemment ….

Bonjour,

Monsieur François Legault devrait savoir que le Québec tel quel s’est vraiment développé et a surtout évolué sous la fulgurante lancée du Parti Libéral de Monsieur Jean Lesage en 1960. L’évolution s’est poursuivie magistralement jusqu’en 1976 avec le Parti Libéral de Monsieur Robert Bourassa. Car dès la prise de la gouvernance par le Parti Québécois en 1976, le SHOW DE BOUCANE commença avec toute sa panoplie, son éventail de mesures visant strictement à lancer de la poudre aux yeux du québécois qui ne sait pas encore la différence entre la gauche et la droite. Avec l’arrivée du Parti Québécois, les illusions commencèrent, les nationalistes québécois commencèrent furieusement à pelleter des nuages tout en se chicanant à qui mieux mieux comme des adolescents attardés. Tout en ayant pris la vilaine habitude de toujours prendre de sales vessies pour des LANTERNES SALVATRICES.

En conclusion, regardons nos péquistes à nous, notre gang de péquistes dans tout le Québec. Est ce que vous croyez VRAIMENT que ces gens ont évolué et fait grandir le Québec ? Est ce que de tels olibrius en 2012 avec leurs comportements peuvent être pris au sérieux en affirmant sans broncher : Le Québec, c’est NOUS ! Ont ils l’argumentaire requis en ce jour pour affirmer avoir fait avancer le Québec ? Certains avec l’humilité et la logique requise pourraient affirmer que le Québec AVEC EUX a plutôt piétiné dans de mémorables chicanes et laissé un goût amer de la vision erratique du nationalisme québécois. Au plaisir, John Bull.

Laissons papoter ce monsieur; il est plus efficace pour provoquer l’implosion de son nouveau parti que tous ses ennemis réunis!

Faut avoir du front tout le tour de la tête pour dire une chose pareil.Mr Legault croit vraiment qu’il peut faire mieux que tous ses prédécesseurs? C,est pas l’humilité qui l’étouffe Il a combien d’année d’expérience?Quel sont ses propres résultâts?
Parce qu’il est riche,il s’est acheté un parti politique et maintenant il veut rentrer à l’assemblée nationale sans que lui et son équipe soit élu et il vient faire la leçon sur qui saurait le plus et mieux gouverner.Tout ce qu’il veut c,est un jouet pour faire comme Desmarais.Quand on ne sait plus quoi faire de ses journées on s’achète un parti politique.

« Comment il se trouvait, lui, comme ministre de l’éducation, alors qu’il voulait remplacer les notes des étudiants par des nuages et des sourires? Ça a pris Lucien Bouchard pour lever le ton et dire “ça prend des notes sur des bulletins”!
Ah, la voix de la sagesse… »

C’est peut-être pour cela que Legault exclut Bouchard des gouvernements « responsables » ?

😉

Je n’ai aucune inquiétude pour les relations entre Bouchard et son dauphin Legault. Cette déclaration n’est bien sûr qu’un slogan de propagande et ne visait pas à décrire la réalité (ce n’est pas à cela que servent les slogans) ni même la perception de la réalité de ceux qui lancent les slogans.

Elle ne vise qu’à « mousser » la CAQ en faisant croire que « tout va mal » (voir votre billet pourtant justement sur cette stratégie de la pseudo-droite) et qu’elle est la seule voie de salut (TINA: There Is No alternative).

Cela reflète autant l’opinion de Legault et de son patron Sirois que le slogan: « VUS…pour les amants de la nature » reflète la « préoccupation » environnementale des fabricants et vendeurs de VUS.

Propagande!

Je note au passage que Legault en faisait parti. C’est donc qu’il est tout aussi irresponsable que ses congénères.

Lorsque je lis les nouvelles qui concernent le financement de son parti, j’ai vraiment peur pour le Québec s’il est élu à la tête du gouvernement.

Les gestes parlent d’eux-mêmes.

Moi, mon opinion c’est que Legault, comme d’autres hommes d’affaires en politique avant lui, va se casser la pipe.

Diriger une entreprise pis diriger un parti politique, c’est totalement différent.

Je me souviens de certains hommes d’affaires qui n’ont pas fait long feu en politique: Gobeil, McDonald notamment.

Je pense que son projet de faire disparaître les Commissions scolaires, en particulier, est une erreur…..cela créerait un système de gestion semblable à celui de la Ville de Montréal. Et puis, les Anglos ont droit à leurs Commissions scolaires de par la canadian constitution..

Je crois que Legault vient de s’auto pelure de bananiser comme dirait un des ancien premier ministre visé…

Comment peut-il se dire alors fois responsable et avoir en même temps cautionné dans le passé des geste irresponsables de par sa fonction de ministre!!!

Ouff, bye bye logique…

J’aime bien votre sous-titre, Avant moi le déluge. Ce type me fait beaucoup penser à Stephen Harper, non seulement dans le discours mais dans les méthodes et l’organisation politique. Comme par magie, pour Harper le Canada fut ‘a failed socialist experiment’ – jusqu’au jour ou il devint premier ministre. Ses prédécesseurs furent tous des deux de pique. Legault me semble pareil – quel égo.

Dur vieillir, n’est-ce pas. Mon mari, sexagénaire, est toujours embêté quand on lui demande son âge : quarante… euh, non … il faut qu’il fasse le compte, et il se trompe toujours. Moi je trouve que cela lui donne du charme : je le trouve aussi beau et aussi l’fun qu’à trente ans.

Pauvre JFL ! Plusieurs se sont attardés à ton erreur due probablement à la rapidité de ta réaction. Mais pourquoi remarquer le petit point noir sur la page blanche et oublier d’argumenter sur le fond de la déclaration parce qu’elle est réellement GROSSE. M. Legault refuse de joindre le forum de l’Assemblée Nationale et c’est là sa vraie place. De guerre lasse qu’il était face au cynisme du gouvernement libéral les semaines prédédant sa démission du parti québécois, nous pourrions alors voir s’il a pris de l’assurance et de quel bois il se chauffe désormais dans l’enceinte nationale. Osera-t-il à la première occasion ? C’est à voir.
P.S. Quant à l’erreur de date, passons outre les trop nombreux rappels à ton endroit…

Et ce n’est pas la seule connerie que ce grand parleur a prononcée, il se propose aussi de faire un grand ménage dans la haute fonction publique dès les premiers 100 jours de son règne…tout un agenda de bordel pour un état moderne…et tout un agenda pour un politicien qui prétend posséder la vérité toute crue, sans l’ombre d’un doute ou d’une toute petite inquiétude. Au juste, pour qui se prend-t-il ce cher avanturier de l’économie à l’américaine ?

Pauvres québécois, un type leur raconte des énormités et affirme que tous les gouvernements depuis 1972 ont été irresponsables, y compris un gouvernement auquel lui-même a participé, non comme simple député, mais comme ministre et ils ergotent sur les dates, comme si cela avait un iota d’importance ! Ils préfèrent ignorer ce que ce discours a à la fois d’outrageant pour tous ces gens qui ont contribué à construire le Québec moderne et pour leurs électeurs et aussi l’incommensurable fatuité ou la complète inconscience de celui qui se permet ce genre de propos.

Ce bonhomme sept heures nous dit que tout le monde au Québec a fait un job de cochon, y compris lui-même et il a l’outrecuidance de venir maintenant donner des leçons et prétendre que d’irresponsable qu’il était alors, il est maintenant devenu le sauveur du peuple.

De ministre irresponsable et incompétent, il s’est transformé en PM potentiel responsable et compétent, tellement compétent, qu’il considère être en mesure de faire mieux que les Bourassa, Lévesque et consort.

J’en suis rendue à penser qu’au Québec, plus on dit de singeries et d’énormités, plus on est populaire.

Après 9 ans de patapouf qui ne laissait pas sa place dans le domaine, nous sommes maintenant affligé d’un caquetant qui en rajoute des tellement gigantesques, que même patapouf n’oserait suggérer.

Le projet de la Baie James a été annoncé par Bourassa en 1971, sa réalisation s’est échelonnée sur une période de 10 ans, donc les propos diffamatoires du caquetant couvrent bien l’une des plus grandes réalisations de l’histoire du Québec, sans compter le travail réalisé par l’équipe de René Lévesque.

Tenter de se faire du capital politique en dénigrant ses prédécesseurs, en balayant d’un revers de main quarante ans de notre histoire, comme s’il s’agissait d’une époque honteuse, m’apparaît comme le comble de la lâcheté et de la vacuité.

Je ne crois pas qu’il y ait actuellement au Québec un seul ego qui soit aussi gonflé à l’hélium des sondages que celui de ce pauvre con. Si ce n’était qu’un jeu, n’impliquant pas de conséquences désastreuses pour le Québec, je souhaiterais qu’il gagne, pour le simple plaisir de le voir se casser le nez.

Je ne vois pas ce qu’il y a à corriger M. Lisée, 40 ans, cela nous ramène bel et bien en 1972, à l’époque de Bourassa et au tout début de la réalisation du projet de la Baie James.

La Baie James ne date pas de 1962, le projet a été annoncé par Bourassa en 1971. D’ailleurs en 1962 c’était le gouvernement Lesage qui était au pouvoir, c’était l’époque de la nationalisation de l’électricité. Mais probablement qu’aux yeux du caquetant cela aussi doit être « irresponsable ».

Wow,

Seriez-vous sur le point de vous coaliser M. Lisée?

Quand la seule chose qu’on trouve à redire en tant qu’homme « sage » c’est de commenter les quatre ou cinq dernières secondes d’une entrevue, en se trompant des ses calculs en plus, disons que c’est un FAIL.

Courage!

faut quand même le faire, qualifier son propre gouvernement, dans lequel on a eu des fonctions importantes, d’irresponsable!

C’est peut-être tout simplement une formule pour dire que son gouvernement à lui serait responsable. Cherche-t-on un gouvernement responsable (pour ne pas dire lucide) ou un gouvernement qui respecte les québécois et leurs valeurs ?

Tarifs d’électricité multipliés par 2 demain ça vous tente ?
Les mesures de M.Legault en éducation ont fait démonstration de leur échec aux USA.
Privatisation progressive des soins de santé : voilà une régression coûteuse au plan social.
Non, une province n’est pas une compagnie.

«Good grief!» dirait un certain Charlie Brown. Legault c’est la grenouille qui veut devenir plus gros que le boeuf. Si jamais, les Québécois en venaient à le mettre au pouvoir, par une sorte de fuite désespérée en avant, je crains qu’on en arrive même par regretter les libéraux et Jean Charest. Pitié!

Et voilà que faute de pouvoir dire des choses intelligentes, notre bon caquiste se met à dire n’importe quoi. Fallait s’y attendre.

Tout son édifice intellectuel est construit sur
du sable et en plus en porte-à-faux. Ça ne peut donc pas tenir bien longtemps.

Je crois bien ce parti politique vivra un vieillissement très accéléré et rapidement il se retrouvera avec le caquet bas 😉

«On ne saurait stigmatiser par trop d’expressions le vice de ces hommes souples et trompeurs toujours prêts à parler comme vous le voulez, non comme la vérité l’exige.»
[Cicéron]

@Sylvain MARTEL

Que le caquetant se permette de tenir des propos aussi démagogiques, fallacieux et outrageants, au début, au milieu ou à la fin d’une entrevue et quelle qu’en soit la durée, il faut être parfaitement à côté de ses pompes, pour y ajouter foi et n’avoir pas grand chose entre les deux oreilles, pour considérer que cela ne méritait pas d’être soulevé.

D’ailleurs, votre besoin d’intervenir démontre bien que le bât blesse.

Je ne me souviens plus qui a écrit qu’en politique, y’a rien de plus vieux que la nouveauté.
Sincèrement, c’est encore une nouvelle tête pour une ADQ avec des synonymes. On entend encore le même crédo (« les vieux partis »…) et les mêmes clips sans profondeur, comme s’il suffisait de jouer au messie pour gagner des votes.
On n’a pas de René Lévesque en ce moment, mais il y en a un maudit paquet qui se prennent pour lui.

M. Legault est sévère avec son passé de politicien et son passage au gouvernement (1998-2003).

Se traiter lui-même d’irresponsable. Serait-il devenu lucide?

En passant M. Lisée, avez-vous rectifié le tir?

Étonnant ce caquetant qui affirme sans rire que ses petites recettes managériales de plastrage qui ne s’attaquent en aucune façon à la racine de nos problèmes et ne sont dictées que par ses préjugés anti-syndicaux doublés de pensée magique vont, comme par enchantement, changer la face du Québec.

Ou bien ce type est un imbécile ou bien un sale petit démagogue attiré par le pouvoir et par ce qu’il peut en tirer.

Un réformateur n’applique pas des recettes simplistes, il ne pense pas que l’évaluation ou le salaire sont des « solutions miracles ».

Ce type prétend avoir « réfléchi » durant des années aux problèmes que connaissent les systèmes de santé et d’éducation et tout ce qu’il trouve à proposer c’est de mettre la hache dans les commissions scolaires, de bonifier la paie des enseignants et de les évaluer. Pourquoi évaluer les enseignants et ne pas faire de même avec les directions d’écoles et les gestionnaires ? Pourquoi augmenter les honoraires des médecins, sans éprouver le besoin de les évaluer ?

Comment un individu, qui connaît le fonctionnement de l’État Québécois, ose-t-il mettre de l’avant de pareilles sornettes et prétendre qu’elles sont la « solution » ?

Finalement, ce qu’il dit, c’est que tous les problèmes du système d’éducation relèvent de la responsabilité des enseignants et des commissions scolaires. C’est avec ce genre d’analyse à courte vue que ce petit monsieur va, lui aussi, contribuer à empirer les choses.

Le caquetant en est encore au niveau de l’infantilisme en ce qui concerne ses facultés d’analyse et de réflexion. Le Québec n’est pas une usine et les êtres humains ne sont pas des marchandises.

Il y a trois possibilités quant à François Legault:

a) Il se surestime grandement.

b) Il sous-estime grandement les Québécois.

c) Les deux.

Dans tous les cas, à voir qui le finance, on voit bien quels intérêts il défendra s’il arrive au gouvernement.

@Olivier

Serait-ce trop demander que de souhaiter un gouvernement responsable, qui sache aussi respecter les Québécois et leurs valeurs ? Pourquoi au juste l’un exclurait-il l’autre ?

Un gouvernement responsable doit-il impérativement tout saccager comme un sauvage ? N’est-il pas possible d’imaginer un gouvernement responsable qui commence par le commencement et se donne la peine d’analyser la situation, de comprendre les problèmes et d’y apporter des solutions saines et durables ?

Est-il absolument nécessaire de toujours jeter le bébé avec l’eau du bain et de passer son temps à réinventer la roue, comme si tous ceux qui s’y sont frottés avant n’avaient rien fait de valable, qui vaille la peine d’être préservé, sans nier la nécessité d’y faire un bon ménage ?

Je me méfie comme de la peste des imbéciles qui croient ou tentent de faire croire qu’ils détiennent la clé de voute, qu’ils incarnent le Graal et qu’il n’y a aucun salut possible hors de leur petite personne.

le Québec n’a eu aucun gouvernement responsable (économiquement parlant) depuis la mort de Duplessis. Depuis ce temps, les gouvernements pensent qu’on peut obtenir la prospérité en volant légalement les gens et en donnant des services à des gens qui ne paient pas pour ceux-ci. Ça nous a transformé en la 5e juridiction (au dernières nouvelles) la plus endettée de la planète

Depuis plus de 150 ans tous les gouvernements du Québec sont des gouvernements responsables, redevables envers les élus qui siègent à l’Assemblée nationale et pouvant être défaits par ces élus sur un vote de confiance.

Puisque ce Monsieur veut siéger à l’Assemblée il devrait se familiariser avec le vocabulaire parlementaire plutôt que de chercher à confondre les citoyens.

Nous avons perdu une quinzaine d’années avec l’ADQ.

Le Québec va-t-il devoir encore perdre tant d’énergie avec ce parti qui ne pense qu’au capital et au PIB?

Legault est en train de se faire une paire de bottines en bétons avant d’allez nager dans les élections.

De jour en jour, je suis déçu de Legault…

Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il sera meilleur que Jean Charest, qui doit absolument débarrasser aux prochaines élections.

Donc, dépendant des sondages, je vais voter contre les libéraux, mais pour le plus fort, pour être sûr que les libéraux « scram » au plus sacrant.

Je pense que M.Legault s’emballe un peu.Il devrait, lorsqu’il répond à des questions, y penser un peu et se mettre en perspective.C’est pas une course, ni un spectacle que de tenter d’expliquer une vision du Québec de demain.

Je sais aussi que M.Martineau est plutôt sympathique à la cause de la CAQ.Probablement qu’il avait un peu l’impression d’une discussion dans un salon intime où personne ne le regardait..

Enfin, reste que nous verrons de plus en plus à quoi peut ressembler un programme de la CAQ.IL dit que dans les 100 premiers jours, il enclenchera le processus pour appliquer ses nombreuses réformes et qu’il compte sur l’appui de la population pour aller de l’avant.IL n’a pas peur qu’il dit car il aura les appuis.On verra bien.

“Ce que les Québécois veulent, c’est un bon gouvernement, un gouvernement responsable. C’est ce qu’ils n’ont pas eu depuis 30 – 40 ans!” (Legault)

Finalement il recommande aux Québécois ne ne pas l’élire.

Et on pourrait avoir un la gaffe semblable comme PM.

Mr Bean, sauvez-nous.

Legault est en train d’essayer de «se vendre».

Il essaye de faire croire à tout le monde que c’est lui qui est le meilleur dans tout.

Serait-il par hasard en train de sentir la soupe chaude pour se vanter à ce point?

Faudrait peut-être lui rappeler que c’est nous les citoyens qui pourrions dire s’il est plus responsable que les autres ou pas et s’ il est en meilleure position que tout autre pour négocier avec Ottawa.

Mais j’ espère que nous n’aurons pas à le faire.

J’espère tout simplement qu’il ne sera jamais élu.

D’ailleurs ce n’est pas à lui de dire ce que nous voulons.

En tout cas moi je n’en veux pas de Legault. Ça c’est sûr.

Il se prend vraiment pour ce qu’il n’est pas celui-là.

Il faut se méfier des gens qui se sentent aussi sûrs d’eux-mêmes, il faut se méfier des gens qui ne doutent pas d’eux-mêmes, au moins à l’occasion.

Cela peut les conduire aux pires excès.

L’ Histoire en fourmille d’hommes de ce genre.

L’attitude de non respect des opinions divergeantes pire que des religions, on considèrent ceux qui ne partagent pas votre avis comme des gens qui n’ont pas vu la LUMIÈRE et son incapables de comprendre que ça viennent d’un côté ou de l’autre tout ce que ça cause c,est de la chicane et de l’immobilisme. Pour toutes ces raisons, les partis politiques et leurs idéologies pour nous mettre dans des carcans et nous empêcher de prendre potision sur chaque question individuellement selon nos moyens et nos choix selon la conjoncture mondiale dans le moment présent et en prévision plus rationnelle qu’optimiste de l’avenir, moi chus pu capable. Qu’on nous laisse dont prendre position sur chaque question, exercer notre libre choix sur chaque décision au lieu de donner a des politiciens les droits de décider pour nous et de se foutre de nos besoins et de nos positions en ayant une majorité ou en faisant des aliances de partis sur les décisions. On veut et c’est tout a fait légitime la démocratie ou c’est le citoyen qui décide pas des politiciens qui se font pousser dans le derrière par des groupes de pression ou groupe d’intérêts.

“Ce que les Québécois veulent, c’est un bon gouvernement, un gouvernement responsable. C’est ce qu’ils n’ont pas eu depuis 30 – 40 ans!”

C’est ce qu’un politicien dit quand il ne veut pas s’identifier à une idée précise. La CAQ se distingue pas le flou de son programme. Apparemment ni de droite, ni de gauche; ni fédéraliste et pas vraiment indépendantiste.

Peut-être autonomiste, si cela veut dire quelque chose.

« On verra… » 😉

C’est surtout depuis les récessions des années 80-90 que le Québec tire de la patte côté finances.Ce que Legault devrait réellement faire , c’est rendre plus efficace la fonction publique mais malgré les dénis de tous les partis qui ont été au pouvoir, le nombre de fonctionnaires a continué d’augmenter ces 15 dernières années. Quand un seul travailleur sur quatre produit réellement quelque chose et que la dette de notre province avoisine les 230 milliards de $,il y a lieu de s’inquiéter.
Les autres pays se développent rapidement et comme le dit l’adage:qui n’avance pas recule…est-ce Legault qui pourra régler le problème? j’en doute… car les forces qui empêchent le changement sont tellement organisées que ce n’est pas avec les groupes intéressés aux améliorations que les choses changeront.
Remarquez que je ne me plains pas personnellement mais je regarde les 18-30 ans s’endetter , ne pas s’intéresser aux politiques et je ne peux m’empêcher d’être sûr qu’un jour ils vont se réveiller surtaxés et pas contents du tout…2012 l’année du commencement du déclin démographique…tic tac tic tac…

Monsieur Lisée,

Est-ce vrai que le titre de votre prochain livre sera «Comment mettre la CAQ K.-O.» ?

Surtout, s’il-vous-plaît, ne me répondez pas «On verra» !

Pour renchérir au commentaires # 30 sur la promesse de M. Legault de faire le ménage dans la fonction publique dans les 100 premiers jours d’un hypothétique règne, faut-il en conclure que pour rendre le Québec plus efficace il imiterait notre bon maire Tremblay, et qu’il remplacerait tous ces gens par des firmes d’ingénieurs-conseils, fort probablement grands donateurs de sa campagne, à le conseiller sur les décisions à prendre pour le plus grand bien de tous les citoyens, et bien sûr le plus grand bien de leur porte-feuille…

Bonjour,

Donc, si je vous ai bien compris, Monsieur François Legault, vous semblez reprocher aux Messieurs René Lévesque et Lucien Bouchard de ne pas avoir poussé plus en avant leur rôle de porteurs d’eau. Et que vous en tant que porteur d’eau, vous irez à fond la caisse pour mieux éclipser l’aura de tous ceux dont vous voulez chausser les souliers…. Avec plaisir, John Bull.

@ lemoutongris #46

Quand on en est rendu à faire l’éloge du Duplessisme économique (minerai bradé à 1¢ la tonne, oppression du mouvement syndical, patronage, commission Salvas, etc.) on est bien loin du progressisme…

Vous êtes soit un nostalgique d’un mauvais temps passé ou vous avez encore le nombril vert et avez une idée tronquée de cette époque.

J’opte pour le second choix…

Ces commentaires relèvent du délire profond.

Monon’c Paul a trouvé un digne successeur à notre patapouf national, un « nouveau » clown pour le Québec!

Laissez les caqueteux caqueter, surtout ne leur retirez pas les micros.

Dans le contexte actuel, la CAQ va rafler la mise comme l’a fait la vague orange au Québec et à Ottawa. Les électeurs québécois n’analysent pas les détails des propositions malheureusement. Ils votent pour l’homme avec leur coeur. Et comme les électeurs sont incapables de reconnaître et d’apprécier un femme compétente comme meilleur choix, alors j’ai bien peur d’avoir raison aux prochaines élections.

« Monon’c Paul a trouvé un digne successeur à notre patapouf national, un “nouveau” clown pour le Québec! » (Daniel Charette)

En cas de perte un remplaçant est absolument nécessaire.

« on est bien loin du progressisme »

progressisme : idée qu’on peut faire avancer la société en la taxant et en freinant l’innovation

« Vous êtes soit un nostalgique d’un mauvais temps passé ou vous avez encore le nombril vert et avez une idée tronquée de cette époque. »

idée tronquée : trouver que le libéralisme économique (moins la corruption, nautrellement) est mauvais et que le socialisme/interventionnsime est meilleur

@ lemoutongris #65

Non

Progressisme: qui tend à la modification de la société (politique, social et économique) vers un idéal par des réformes.

idées tronquées: parler au travers son chapeau en affirmant à tort et à travers des conclusions fallacieuses, tout en omettant des parties de l’histoire qui ne font pas notre affaire…

@lemoutongris

Libertarianisme: Idéologie négationniste et fraude intellectuelle visant à faire croire qu’elle détient le monopole de la liberté des individus, alors qu’elle implique sa soumission à des dogmes, tels que le système capitaliste et le consumérisme, faisant d’eux de simples pantins monnayable et les rabaisser au rang de produit.

Idée tronquée: Croire que le libertarianisme est la seule et unique solution pour l’avenir de l’humanité, alors que sa fondation remonte à il y a 200 ans, qu’elle n’a pas évolué ou à peine depuis ce temps, et donc qu’elle est 200 ans en retard par rapport aux possibilités que l’intelligence et l’imagination humaine libre et vraiment créative peut vraiment offrir comme multiplicité de choix modernes et constructives.

Idée tronquée no. 2: Proclamer que le libertarianisme défend la responsabilisation des individus quand ses gourous qui la propagent font preuve de complète déresponsabilisation, en jetant tout le blâme sur les États pour tous les maux de la Terre, sans assumer leurs parts de responsabilités dans l’échelle des erreurs humaines, ni proposer de plans ou de vraies idées constructives autrement que de critiquer les autres comme des enfants gâtés et des chialeux de salon.

Personnellement, celle qui m’assomme, s’écrit comme suit:

« Socialiser les pertes et privatiser les profits ».

En somme, pour les financiers, nous ne sommes que bêtes de somme.

« qui tend à la modification de la société (politique, social et économique) vers un idéal par des réformes. »

idéal presque exclusivement en faveur de plus de gouvernement, et donc qui présente une régression

« Idéologie négationniste »

personne ne nie l’Holocauste, à ce que je sache

» et le consumérisme »

ça, c’est le gouvernement. le « vrai » capitalisme vit selon les fonds disponibles

« Croire que le libertarianisme est la seule et unique solution pour l’avenir de l’humanité »

j’en cherche ne serait-ce qu’UNE meilleure

« en jetant tout le blâme sur les États pour tous les maux de la Terre, »

si L’État ne cause pas les guerres, les dépressions, l’inflation, la famine, alors qui?

@lemoutongris

« personne ne nie l’Holocauste, à ce que je sache »

Idée tronquée no.3: S’esquiver du caractère négationniste de son idéologie en détournant l’attention et en faisant du faux-fuyant. Ça passe pour une insulte à l’intelligence des lecteurs et montre uniquement le caractère borné et parfois irresponsable de celui qui fait de la propagande libertarienne.

« ça, c’est le gouvernement. le “vrai” capitalisme vit selon les fonds disponibles »

Idée tronquée no.4: Élever le sophisme au rang de Vérité alors qu’il ne se base que sur un énoncé descriptif et non normatif, qui ne repose donc sur rien d’empiriquement vérifié, et qui simplifie par l’outrance une problématique complexe.

L’État n’est pas derrière toutes ces campagnes de pubs visant à imposer aux consommateurs l’idée de consommer pour faire marcher l’économie. S’ils ne vivaient que sur les fonds disponibles, les entreprises ne dépenseraient pas des fortunes dans la publicité et ne engageant même des psychologues pour trouver des formules visant à influencer les gens afin de créer un besoin pour nous faire vendre leurs produits. L’État ne les empêche pas de le faire d’ailleurs.

Et si le « vrai » capitalisme ne vivait vraiment que sous un fond disponible, ça prouverait que dans un État libertarien, les multinationales extra-riches auraient un avantage démesuré sur les PME, les petites entreprises et les « self-made-man », ce qui ne ferait qu’accroitre la dépendance des gens envers ces monstres du capitalisme pour subvenir à leurs besoins même essentiels par manque de choix et de concurrence saine et ne résoudrait pas concrètement les inégalités économiques actuels.

« j’en cherche ne serait-ce qu’UNE meilleure »

Apprends à réfléchir et tu trouveras. Mais évidemment, c’est plus facile de se soumettre à une idéologie et d’accuser un autre du tort que tu crois ou pense qui t’es causé sans faire l’effort d’en voir les défauts, que de réfléchir en profondeur et de transcender ce que tu es et devenir vraiment libre et responsable de ton destin. L’être humain n’est pas venu au monde AVEC le capitalisme et l’État. Il a don du réfléchir et pas tout seul dans son coin pour apprendre à grandir, créer ces systèmes ou institutions. Il peut donc très bien en imaginer et créer d’autres. Il n’est pas figé immuablement dans ceux qui existent actuellement.

Le fait qu’une majorité de gens n’ait jamais adhéré au libertarianisme, prouve qu’elle n’assure aucune garanti de liberté pour eux. D’autant plus que ses adeptes sont des gens mieux nantis qu’eux financièrement, alors ça suscite une certaine méfiance.

« si L’État ne cause pas les guerres, les dépressions, l’inflation, la famine, alors qui? »

Idée tronquée no.5: Établir une conclusion supposément logique à des principes supposément rationnels, mais qui ne nous disent rien à propos des fondements de ces principes rationnels exposés (quels sont-ils?) et de la démarche logique effectué pour arriver à cette conclusion (où est ta démonstration logique?).

La vérité logique d’un énoncé n’assure pas sa vérité à tous les niveaux. Elle peut amener des tas d’absurdités et des généralisations comme tu viens de le faire.

Les religions ont été la cause de bien plus de guerres dans l’Histoire que les États par exemple. De plus, tu n’as aucune preuve que l’État est la cause de dépressions; c’est une corrélation sans fondements qui démontre que tu ne connais pas la complexité du problème. Même chose pour l’inflation car trop d’agents économiques en ont été la cause des problèmes qui y sont reliés. Même chose pour la famine, où le climat (comme la crue du Nil dans l’Égypte Antique, les périodes de sécheresse en Inde), l’hygiène (la qualité de l’entreposage des stocks, les maladies végétales épidémiques (le mildiou en Irlande), l’inéquité dans la distribution alimentaire que le capitalisme contribue à entretenir justement par le consumérisme et le contrôle excessif des moyens de production alimentaire entre les mains des corporations, et même l’Homme sans l’État, en sont autant de causes profondes.

Le monde doit être analysé dans toute sa complexité à plusieurs échelles. C’est là l’une des nombreuses négligences des libertariens d’être incapables de réfléchir et de creuser plus loin pour identifier les multiples sources d’un problème, et de comprendre qu’une ou des solutions constructives donne plus de liberté aux gens, seuls ou en groupes sociaux.

Mais non, c’est tellement plus facile de faire de la démagogie réductrice par la propagande afin d’endoctriner le bon peuple à une idéologie qui n’a rien de vraiment libre à lui offrir que son aliénation à un capitalisme bienveillant.

@lemoutongris

Si c’est votre texte d’audition pour entrer à l’école Juste Pour Rire, vous nous avez bien fait rire avec votre « État qui étrangle les banques ».

http://www.americanprogress.org/issues/2008/09/cra.html

http://prospect.org/article/did-liberals-cause-sub-prime-crisis

http://www.federalreserve.gov/newsevents/speech/kroszner20081203a.htm

Et voilà de quoi vous prouver que les gens intelligents ne prennent jamais des vessies pour des lanternes.

« S’esquiver du caractère négationniste de son idéologie en détournant l’attention et en faisant du faux-fuyant. »

négationnisme (selon le Robert 2007) : déni de l’existence de l’Holocauste. Tout autre terme est une corruption

« L’État n’est pas derrière toutes ces campagnes de pubs visant à imposer aux consommateurs l’idée de consommer pour faire marcher l’économie. »

Si les campagnes de pub « imposent » quoi que ce soit, alors tu dis très clairement que tous les humains sont des automates sans cervelle

« Il peut donc très bien en imaginer et créer d’autres. Il n’est pas figé immuablement dans ceux qui existent actuellement. »

Je sais. Mais en ce moment, le capitalisme est ce qu’il y a de meilleur

« Le fait qu’une majorité de gens n’ait jamais adhéré au libertarianisme, prouve qu’elle n’assure aucune garanti de liberté pour eux. »

ou que les sophismes protectionnismes/étatistes sont encore trop forts

« Les religions ont été la cause de bien plus de guerres dans l’Histoire que les États par exemple. »

religions liées intimement à l’État jusqu’à la Renaissance

« De plus, tu n’as aucune preuve que l’État est la cause de dépressions »

1929, 1969, 2000, 2008…

« c’est une corrélation sans fondements qui démontre que tu ne connais pas la complexité du problème »

CHAQUE FOIS, SANS EXCEPTION, la masse monétaire augmentait de façon exponentielle par une expansion du crédit. CHAQUE FOIS’ SANS EXCEPTION, ça s’est terminé en crise. qui nbe comprends pas?

» Même chose pour l’inflation car trop d’agents économiques en ont été la cause des problèmes qui y sont reliés »

Les problèmes viennent de signaux faux envoyés par l’État et/ou la Banque centrale

« ù le climat (comme la crue du Nil dans l’Égypte Antique, les périodes de sécheresse en Inde), l’hygiène (la qualité de l’entreposage des stocks, les maladies végétales épidémiques (le mildiou en Irlande), »

Il y a une marge entre mauvaises récoltes (causes naturelles) et famine (ou un manque de libre-échange empêche le pays de trouver de la nourriture aiileurs)

« l’inéquité dans la distribution alimentaire que le capitalisme contribue à entretenir »

autre confusion entre interventionnisme et capitalisme

« par le consumérisme »

ça, c’est le socialisme

» C’est là l’une des nombreuses négligences des libertariens d’être incapables de réfléchir et de creuser plus loin pour identifier les multiples sources d’un problème »

le problème est (presque) exclusivement le gouvernement. L’Histoire nous donne raison; pourquoi chercher plus loin?

Bref, tu as encore échoué à trouver UN argument montrant que j’ai tort

Le sujet est délicat mais je lis plusieurs réponses à mouton gris et je me demande s’il s’en amuse, et répond la première énormité qui lui passe par la tête juste pour vous faire réagir.

Pensez-vous sérieusement qu’il croit que « négationniste » parlait seulement d’holocauste ou il le fait exprès?
Qu’il est sérieux dans son éloge de Duplessis ou qu’il sait que ça fait bondir 90% des gens au Québec (dont son interlocuteur), et qu’il s’en délecte)?
Qu’Hydro appauvrit le Québec (sérieux!!!) Même Éric Duhaime ne dit pas ça!
Les exemples sont nombreux où on se dit « bin voyons! ça se peut pas qu’il pense ça! ».
Bin justement, ça se peut pas.

Pour conclure, v’la un test de dépistage du troll qui vient de Wikipédia, (site qui ne peut pas être bon, vu sa propension à propager le savoir au plus grand nombre…).

« Dans la majorité des cas, l’évaluation repose sur l’aspect récurrent ou caricaturé de l’argumentation (…) »

Je pense qu’à un certain point de caricature, ça se qualifie.

@lemoutongris

« négationnisme (selon le Robert 2007) : déni de l’existence de l’Holocauste. Tout autre terme est une corruption »

Par extension, le terme est régulièrement employé pour désigner la négation, la contestation ou la minimisation d’autres faits historiques. La définition d’un dictionnaire n’étant jamais immuable, tout autre définition ne sont pas donc pas forcément des corruptions.

« Si les campagnes de pub “imposent” quoi que ce soit, alors tu dis très clairement que tous les humains sont des automates sans cervelle »

Non, j’affirme qu’en jouant avec notre subconscient, elles nous influencent suffisamment pour faire de nous des êtres jamais totalement libres dans le capitalisme.

« Je sais. Mais en ce moment, le capitalisme est ce qu’il y a de meilleur »

Le fatalisme n’est pas une solution viable, surtout quand le capitalisme plus qu’imparfait et fait autant de mal que de bien. Contribue plutôt à la liberté des gens de façon plus constructive.

« ou que les sophismes protectionnismes/étatistes sont encore trop forts »

Jusqu’à présent, je n’en ai jamais fais usage. Ton moyen de défense est pauvre.

« 1929, 1969, 2000, 2008… » + « CHAQUE FOIS, SANS EXCEPTION, la masse monétaire augmentait de façon exponentielle par une expansion du crédit. CHAQUE FOIS’ SANS EXCEPTION, ça s’est terminé en crise. qui ne comprends pas? »

Toi! En associant simplistiquement des faits à des conclusions sans aucune démonstrations tangibles pour vraiment l’étayer. Plusieurs facteurs ont été les causes des diverses crises financières et donc qu’il y a plusieurs hypothèses, pas juste UNE SEULE VÉRITÉ.

« Il y a une marge entre mauvaises récoltes (causes naturelles) et famine (ou un manque de libre-échange empêche le pays de trouver de la nourriture aiileurs) »

Quelle marge? Et en quoi le libre-échange est-il si bénéfique pour les pays du Tiers-Monde en permettant de sous-payer des travailleurs dans ces pays?

« autre confusion entre interventionnisme et capitalisme »

L’un va de pair avec l’autre, ils ne vont pas séparément. C’est toi qui est confus.

« ça, c’est le socialisme »

Sophisme. Il est question de la défense des droits des consommateurs individuels, pas d’une remise en cause des fondements du capitalisme et de la société de consommation en faisant la promotion du socialisme. C’est pourquoi en partie le consumérisme favorise le maintien du capitalisme ET d’une société de consommation. Les droits individuels ne relevant pas uniquement de l’idéologie socialiste.

« le problème est (presque) exclusivement le gouvernement. L’Histoire nous donne raison; pourquoi chercher plus loin? »

Quand on est endoctriné, on est persuadé d’avoir raison, même quand l’Histoire vous donne tort. D’autant plus que tu répètes l’idée tronquée no. 5

Idée tronquée no.5: Établir une conclusion supposément logique à des principes supposément rationnels, mais qui ne nous disent rien à propos des fondements de ces principes rationnels exposés (quels sont-ils?) et de la démarche logique effectué pour arriver à cette conclusion (où est ta démonstration logique?).

La vérité logique d’un énoncé n’assure pas sa vérité à tous les niveaux. Elle peut amener des tas d’absurdités et des généralisations comme tu viens de le faire.

Nous attendons encore la démonstration des libertariens et leur démarche pour faire la preuve empirique que leur idéologie rendra plus libres les humains. Jusqu’à maintenant, vous vous contentez de simples remarques et sophismes en vous contentant de prendre ce qui vous convient pour faire malhonnêtement de la propagande au lieu d’analyser les faits et de les voir dans une perspective plus grande et plus profonde.

Je ne suis pas là pour défendre l’État, ni le système en place. Mais c’est aux libertariens que revient le fardeau de la preuve de démontrer que son idéologie fonctionne, même quand dans l’Histoire justement, car aucune idéologie n’a résisté à l’épreuve du temps, ni ne voit ses théories ne résister aux analyses dans le monde réel sur le plan pratique. Ce n’est pas en faisant du « wishful thinking » avec des oeillères dans sa vision et des contradictions que tu nous convaincras les gens que libertarianisme est synonyme de liberté.

« Bref, tu as encore échoué à trouver UN argument montrant que j’ai tort »

Merci de nous montrer qu’un libertarien peut également faire des affirmations prétentieuses qui ne convaincront aucune personne un tant soit peu intelligente d’adhérer à votre idéologie.

@ Le Loup Blanc

« Le fait qu’une majorité de gens n’ait jamais adhéré au libertarianisme, prouve qu’elle n’assure aucune garanti de liberté pour eux. D’autant plus que ses adeptes sont des gens mieux nantis qu’eux financièrement, alors ça suscite une certaine méfiance.”

« D’autant plus que ses adeptes sont des gens mieux nantis »

À mon avis il faut faire une nuance.
Les très riches supportent les libertariens et les dretteux, mais ils ne sont certainement pas des adeptes de cette doctrine et certainement qu’en plus ils ne croient pas à ces balivernes. Un personnage comme Legault encourage certainement (dans l’ombre) les dretteux et libertariens. On peut prendre comme exemple ce qui se passe en politique aux USA actuellement. Les gens votent pour ceux qui leur vident les poches et qui les mettent dans la misère. Les riches, comme des charlatans, comptent sur le rêve de se sortir de la misère au près des misérables.

À lire les libertariens qui interviennent sur les quelques blogues que je connais, ils sont en général des personnes sans le sous à la culture déficiente souvent des bornés. Les gens qui s’enrichissent ou bien nantis n’ont pas le temps d’intervenir sur les blogues. Les très riches eux ont le moyen d’influencer les pauvres soit en arrondissant leurs fins de mois (pour les plus brillants) ou pour les plus pauvres de leur gonfler le torse en les faisant rêver de s’enrichir. Quand on observe Legault (on verra) c’est dans ce sens qu’il intervient, mais ici on est pas aux états.

Donc les money makers se servent de cette religion, ceux des gens ordinaires, le petit peuple, de la droite excessive et des libertariens pour augmenter le nombre de supporteurs dans leurs troupes. Clinton à peut être voulu gagner des gens de la droite profonde en déréglementant avant les élections à la fin de son mandat.

Enfin une chose est claire pour les gens cultivés, les gens de la droite et les libertariens qui se ressemblent n’ont que des sofismes à nous présenter comme argument ou de la contradiction et affirmations simplistes sans fondement souvent incompréhensible même pour les gens les plus instruits.

« Qu’Hydro appauvrit le Québec (sérieux!!!) »

En vendant tout aux prix du marché, HQ aurait rapporté (1988) 240M$ de plus, et ses obligations valaient moins que les bons du Trésor

« Qu’il est sérieux dans son éloge de Duplessis ou qu’il sait que ça fait bondir 90% des gens au Québec »

je parlais uniquement de son libéralisme économique. je méprise sa censure et sa restriction des droits individuels (et de sa corruption

« Pensez-vous sérieusement qu’il croit que “négationniste” parlait seulement d’holocauste ou il le fait exprès? »

blâme le Robert 2007, pas moi

« vu sa propension à propager le savoir au plus grand nombre »

et surtout à pencher d’un seul bord. Aucun prof d’université n’accepte cette source

« “Dans la majorité des cas, l’évaluation repose sur l’aspect récurrent ou caricaturé de l’argumentation »

donc, tous les interventionnistes sont des trolls

« affirmations simplistes sans fondement souvent incompréhensible même pour les gens les plus instruits. »

alors lis Frédéric Bastiat. Ça peut pas être plus clair que l’Étatisme est un échec sur toute la ligne

@Youlle

Quand je regarde la plupart des portes-étendards de la droite libertarienne, qui ont souvent plusieurs emplois et qui n’ont pas l’air pauvres, loin de là. Ils doivent être certainement assez bien nantis. Je vous recommande d’ailleurs de regarder les gens qui assistent ou s’expriment lors des rencontres des tenants du libertarianisme, et vous verrez ce que je veux dire.

Ceci étant dit, je ne connais pas le niveau de vie des libertariens qui intervienne sur ce blogue, et vous soulignez un bon point. Je sais par contre qu’ils cherchent à en faire la propagande par tous les moyens médiatiques au même titre que le Tea Party au États-Unis, afin d’implanter leurs idées pour que la population finissent par y adhérer. Les méthodes employés pour imposer une idéologie par la propagande sont nombreuses et bien documentés, alors que pourtant ces deux mots sont biens distincts l’un de l’autre dans leur sens initial, ce qui prouve encore une fois la complexité de l’évolution et des idées humaines.

Un lien à lire à ce sujet: http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=580

Et ici: http://www.huyghe.fr/actu_615.htm

« Les méthodes employés pour imposer une idéologie par la propagande sont nombreuses et bien documentés, alors que pourtant ces deux mots sont biens distincts l’un de l’autre dans leur sens initial, ce qui prouve encore une fois la complexité de l’évolution et des idées humaines. »

Oui très juste. VOyant leurs idéologies échouer, les socialistes ont décidé de s’appeler progressites ou libéraux. Ça a très bien fonctionné

@lemoutongris

« Oui très juste. VOyant leurs idéologies échouer, les socialistes ont décidé de s’appeler progressites ou libéraux. Ça a très bien fonctionné »

Tout comme les libertariens qui, voyant leur idéologie échouer tout autant depuis 200 ans, essaient par tous les moyens d’utiliser les ressources du web et des médias pour se répandre et progresser, par l’utilisation des partis politiques pour s’infiltrer, tels que le Tea Party avec les Républicains, et les libertariens au Québec qui se sont infiltrés dans l’ADQ (Duhaime a travaillé au sein de ce parti et a y conservé des contacts) et au Canada parmi les Conservateurs de Harper (Maxime Bernier étant un libertarien affirmé).

Remplacer une idéologie déficitaire par une autre n’a jamais été positif dans l’Histoire. Une leçon à retenir, surtout quand les libertariens utilisent les même armes dont ils dénoncent pourtant l’emploi à leurs adversaires, comme quoi le libertarianisme aussi est devenu une idéologie propagandiste dont il faut se méfier, surtout qu’elle se contredit déjà dans sa définition.

« Tout comme les libertariens qui, voyant leur idéologie échouer tout autant depuis 200 ans »

CHAQUE FOIS, SANS EXCEPTION que le gouvenement s’est retiré de l’économie, elle s’est mieux tirée. CHAQUE FOIS, SANS EXCEPTION, que le gouvernement est intervenu, l’économie a trainé de la patte.

Quel échec?

@lemoutongris

Alors dans ce cas, expliquez-moi l’échec de l’Irlande et de l’Islande, où l’État s’est retiré de l’économie et a tout laissé au privé? Et comment se fait-il qu’avec des interventions de l’État plus éclairés et bien ciblés pour poser les bases de ce qu’ils appellent là-bas le capitalisme social, des États comme la Suède, la Finlande et la Norvège sont actuellement en tête du peloton des nations économiquement fortes?

Chaque fois sans exception? Tu ne convaincrais même pas un cheval de bois avec cette affirmation gratuite qui, encore une fois, ne fait montre d’aucune démonstration étayée sur des preuves formelles qui tient compte des complexités économiques et politiques de divers pays de monde. Rien n’est parfait sur cette planète, chose qu’aucune religion et idéologie, incluant la tienne, refuse d’admettre.

dans les 2 cas, mon point est encore valide

irlande : les dépenses publiques ont fortement augenté dans les années 2000
islande : le gouvernement a garanti des prêts bancaires, laissé les taux d’intérêt trop bas de même qu’une bulle immobilière à la Mae et Mac

» Et comment se fait-il qu’avec des interventions de l’État plus éclairés et bien ciblés pour poser les bases de ce qu’ils appellent là-bas le capitalisme social, des États comme la Suède, la Finlande et la Norvège sont actuellement en tête du peloton des nations économiquement fortes »

économie encore interventionniste mais réformée; en Suède, à peu près tous les services publics sont privés/en compétition

« ’aucune démonstration étayée sur des preuves formelles »

Grande Dépression : précédé d’une décennie d’inflation, et suivi d’une fascisation de l’économie
Stagflation : précédé d’une (autre) décennie d’inflation
Bulle technologique : 5 ans de crédit facile
Bulle immobilière : nationalisation des hypothèques à risques par le gouvernement, intérêt ridiculement bas…

satisfait?

@lemoutongris

Satisfait surtout de voir que ta réflexion n’a pas progressé d’un iota et ne va que dans le sens de ton idéologie.

Encore une fois, ton argument n’explique pas toute la complexité du problème irlandais et islandais. Mais je me doutais bien que tu me lancerais une réponse unilatérale sans une vrai exploration profonde.

Par exemple, la forte dépendance de l’Irlande aux bénéfices réalisés par les multinationales (en grande majorité américaine et étrangère je te signale), et la récession rapide aux États-Unis, ont eu un effet démultiplicateur sur l’économie irlandaise. La chute des bénéfices de ces entreprises combinées à l’effondrement du marché immobilier a plongé le pays dans la crise durable qu’elle vit en ce moment, bien plus que ces dépenses publiques, qui malgré leur accroissement, restait en deça de bien d’autres pays européens.

« économie encore interventionniste mais réformée; en Suède, à peu près tous les services publics sont privés/en compétition »

Mais on est quand même très loin d’un état libertarien, surtout avec des travailleurs syndiqués à 85%, ce qui est 37% de trop pour ton gourou Éric Duhaime, qui dit que 47% de syndiqués est de trop, et que la syndicalisation est un frein économique alors que c’est tout le contraire pour la Suède.

« Grande Dépression : précédé d’une décennie d’inflation, et suivi d’une fascisation de l’économie
Stagflation : précédé d’une (autre) décennie d’inflation
Bulle technologique : 5 ans de crédit facile
Bulle immobilière : nationalisation des hypothèques à risques par le gouvernement, intérêt ridiculement bas… »

Ce ne sont pas là des démonstrations étayés par des preuves pour appuyer des hypothèses. Ce ne sont que des affirmations jetés en l’air que tu cherches encore une fois sans succès à me faire avaler comme des vérités.

Comme par exemple pour la bulle technologique. Le caractère spéculatif exagéré, et les fraudes commises par des entreprises comme Enron, et un tas de malversations et d’irrégularités comptables sont autant de causes du problème qui n’ont rien à voir avec l’intervention étatique.

J’attends toujours.

« Mais on est quand même très loin d’un état libertarien »

j’ai jamais dit ça

« Par exemple, la forte dépendance de l’Irlande aux bénéfices réalisés par les multinationales (en grande majorité américaine et étrangère je te signale), et la récession rapide aux États-Unis, ont eu un effet démultiplicateur sur l’économie irlandaise »

ça a été jumelé par une explosion des dépenses publiques, alors mon point tient toujours. les déficits sont TOUJOURS causé par trop de dépenses

« Comme par exemple pour la bulle technologique. Le caractère spéculatif exagéré »

AUCUNE, AUCUNE sépculation du genre ne peut avoir lieu sans des signaux faussés par l’État, i.e. le crédit facile. ça explique ABSOLUMENT TOUTES les crises économiques.

fait intéressant : les économistes autrichiens ont vu venir la crise actuelle en… 2003, jsutement à cause des nombreux signaux de l’État

@ Le Loup Blanc (# 84):

Les spéculateurs ne font en fait que de mettre en évidence les forces ou les faiblesses d’i=un domaine en particulier et ils risquent LEUR argent à ce jeu.

Dans le cas de Lehman Brothers (banque mise en faillite!) par exemple, les spéculateurs ont retiré leurs billes AVANT l’effondrement exposant la situation précaire de la banque en question.

Dans leur tour d’ivoire, les milliers de bureaucrates et de «gendarmes» chargés de démasquer ce genre de fraude aux États-Unis (la Réserve fédérale, la Securities and Exchange Commission, les agences de crédit, etc.) n’ont rien vu. Comme dans le cas de Bernie Madoff, ils dormaient sur la switch. Et comme dans celui d’Enron en 2001 – ce courtier en électricité qui a déclaré faillite après avoir menti sur l’état de ses finances –, ils ont manqué le bateau. Dans ce dernier cas, ce fut encore une fois les spéculateurs qui sonnèrent l’alarme en faisant chuter le titre d’Enron. Les régulateurs, eux, ont allumé… six mois plus tard!

Prenez la Grèce en ce moment. Les politiciens grecs, bon nombre d’entre eux des irresponsables qui ont endetté leur pays jusqu’au bord de la faillite, blâment aujourd’hui les spéculateurs pour leurs problèmes. Mais les spéculateurs ne provoquent pas les crises. Ils les exposent au grand jour. Et forcent les responsables à corriger leurs problèmes sans tarder. En faisant chuter une devise ou une action en bourse, ils préviennent les autres investisseurs – comme vous et moi – qu’il vaut mieux déguerpir. Que les choses sentent mauvais dans telle entreprise ou tel pays. Ce sont les entreprises comme Enron, Lehman Brothers et les gouvernements qui provoquent les crises. Les spéculateurs donnent seulement l’heure juste sur la situation d’une entreprise ou d’un pays. Comme le veut l’adage: si votre visage est laid, ne blâmez pas le miroir.