Message du ROC: « Ne parlons pas Qc! » (Ajout)

Depuis mardi matin, des éditorialistes du Canada-anglais ont plusieurs conseils à donner au nouveau gouvernement Harper et au nouveau chef de l’opposition, Jack Layton. En un mot: oubliez le Québec !

Je citerai le Globe, le National Post, un stratège NPD et, pour dessert, une surprise québécoise.

Caricature de l'alertinternaute Louis-Joseph Montcalm

Le Globe à Jack Layton: votre premier test ? Lâcher le Québec !

Dès mercredi, l’équipe éditoriale du Globe and Mail appelait Jack Layton à abandonner une de ses promesses au Québec: celle d’appuyer la revendication de maintien au Québec de 25% des sièges aux Communes. Le Globe l’invite aussi à renoncer à son idée de retoucher à la constitution — même si le Québec en est exclu.

Il doit au contraire travailler avec Harper — dont le Globe a souhaité la réélection — pour « concevoir des politiques qui font la promotion de l’unité canadienne sans provoquer de débats constitutionnels ».

En gros, écrit le Globe: « Avec son nouveau statut de chef de l’opposition officielle, Layton doit développer la même vision du Canada pour tous les Canadiens. » Le fédéralisme asymétrique, non merci !

Enfin, le Québec ne compte plus !

Jeudi, dans le National Post, le chroniqueur Lorne Gunther avait le même message à livrer à Stephen Harper et aux conservateurs. Je me permets de le citer longuement:

Stephen Harper est quelque chose que les Canadiens n’ont jamais vu: un premier ministre né et élevé au Canada anglais dont la base politique ne dépend pas des demandes élastiques, suffisantes et égoistes du Québec.

Ceci pourrait (devrait) signifier la fin de l’hégémonie du Québec sur la politique canadienne, mais ne doit pas signifier la fin du Canada.

Le Québec est plus isolée dans notre débat national qu’à aucun autre moment de mémoire d’homme. Presque personne de moins de 50 ans ne pourrait se rappeler un moment où le réflexe de notre gouvernement national n’était pas de demander « Que voudra le Québec sur ce dossier? » Maintenant, ce que le Québec désire doit avoir beaucoup moins de poids.

Par exemple, les Québécois ne sont pas aussi enclins que les autres Canadiens à approuver les initiatives conservatrices de serrer la vis aux criminels ou aux aspirants-immigrants ni leur approche moins hystérique sur l’environnement. Mais les conservateurs ne doivent pas leur majorité au Québec, donc ils n’ont pas à se soumettre aux préférences de cette province.

Tout est dit.

Le NPD et les « séparatiste ethniques »

Vous voulez savoir ce que les proches de Jack Layton pensent du Québec ? Lisez ce qu’en écrit son ancien directeur de campagne, Brian Topp, dans le Globe and Mail de mercredi. Et sachez d’abord que Topp est brillant, superbement informé et parfaitement bilingue et que, comme négociateur de Layton lors de la tentative de coalition de 2008, il connaît très bien le Bloc, ses ex-députés, chef, conseillers:

What did it say about Canada that most of Quebec’s seats were held by ethnic separatists? What does it say about Canada that this is no longer true?

Vite ! Trouvez le politicien "ethnique" sur cette photo.

Voilà le résultat de 20 ans de présence à Ottawa des Viviane Barbot, Maka Kotto, Oswaldo Nunez, Maria Mourani. Les députés bloquistes étaient des « séparatistes ethniques ».

En quoi les nouveaux députés blancs francophones du NPD ne sont pas des « néo-démocrates ethniques » me dépasse un peu.

Mais cela indique combien les préjugés anti-nationalistes québécois sont bien enracinées, même dans les têtes les mieux faites, même dans la gauche progressiste canadienne.

Des conseils des amis Québécois

Pour terminer cette revue de presse révélatrice de l’état d’esprit du Canada-post Bloc, je m’en voudrais de ne pas citer la chronique publiée jeudi dans le Toronto Sun par Éric Duhaime.

Duhaime au ROC: Voici comment exterminer le Bloc, mon ancien parti!

Pour mémoire, Éric a été pendant plusieurs années conseiller de Gilles Duceppe, avant de passer au Reform Party à l’Alliance canadienne, puis à l’ADQ et plus récemment à Liberté-Québec. Lisons-le :

Pour planter le dernier clou dans le cercueil du Bloc, Harper doit maintenant respecter sa promesse de couper le financement public des partis politiques. Selon la loi actuelle, le Bloc pourrait encore recevoir 1,8 millions $ par an des contribuables canadiens. Ce financement est probablement la meilleure — sinon la seule — raison restante de justifier l’existence du Bloc.

Avant leurs résultats désastreux de lundi soir, avec 50 députés, le Bloc ne pouvait pas récolter de fonds substantiels de sa base de militants. Imaginez la difficulté, maintenant, avec quatre députés et pas de chef.

Alors qu’ils n’ont plus de raison de chialer contre le Canada et sans un sou venant de vos portefeuilles [Duhaime parle aux Ontariens], le Bloc pourrait bien ne plus avoir de raison d’exister. Si et quand il mourra, espérons qu’il y aura un rappel sur la tombe du Bloc pour souligner le rôle de Harper comme exterminateur.

Le concept de « petite gêne » ne semble pas exister dans la conscience de cet ancien conseiller de Gilles Duceppe.

(Ajout): Samedi, on remet ça.

Les journaux de Sun News (propriété de Quebecor) remettent ça ce samedi en éditorial, rapporte Samuel Auger du Soleil.

Plusieurs journaux de l’entreprise Sun Media, dont le Toronto Sun et le Calgary Sun, ont publié samedi un éditorial demandant au premier ministre Stephen Harper «d’achever» le Bloc québécois. Pour l’auteur (anonyme, selon la tradition éditoriale de plusieurs quotidiens anglophones), il est nécessaire de donner «le coup fatal» au Bloc québécois en abolissant le financement public des partis politiques.

«Mettre un terme à ces subventions forcera les libéraux à vendre des stylos au coin de la rue, et le Bloc n’aura plus que ses 20 ans de souvenirs à voler l’argent des contribuables canadiens pour financer leur trahison. Le plus tôt Harper mettra un terme à ces subventions, le mieux ce sera», soutient le texte d’opinion, où l’abolition du financement public des partis figure comme première priorité du gouvernement élu lundi.

Le détail que je préfère, dans ces éditoriaux de Sun News, est qu’ils proposent de donner au Bloc le « coup de gras« .

Laisser un commentaire

Le commentaire des journaux anglophones ne m’étonne pas et à la rigueur je dirais que pas grand monde ici doit être surpris.

Celui de Brian Topp non plus. J’imagine néanmoins que quelques uns des nouveaux députés du NPD vont sentir quelque chose comme un filet d’eau froide couler dans leur dos. Excluant la députée Brosseau de Berthier Maskinongé bien entendu…

Mais celui de Duhaime n’est pas de bon augure. Il est proche de certains commentaires d’habitués de ce blogue qu’on peut lire régulièrement en filigrane. Ils ont appris à ne pas dire vraiment tout ce qu’ils pensent mais entre les lignes c’est limpide. Je ne les nommerai pas pour ne pas être censuré…

Ma conclusion c’est qu’il va y avoir une radicalisation des positions dans tous les camps. C’est en cela que je dis que cela n’augure rien de bon.

On pourra relire l’Alouette en colère de Félix avec grande attention selon moi.

Le concept de « petite gêne » ni de décence n’existent pas non plus dans l’âme de beaucoup de souverainistes. Sur tout pas Duceppe. Lui avez-vous fait la morale, vous le grand progessiste quand il a traité J.Verner de conne et d’insignifiante, comme 2-3 autres femmes? Votre option est mal placée pour critiquer. Et Duceppe n’a jamais perdu ses réflexes de communiste étiqueteur abruti. Le commentaire d’Eric D. a beaucoup plus de classe que nombre d’interventions de souv. (Larose, Falardeau, Duceppe, même Landry inclus). Votre option a été envoyée au grenier des Québécois, avec les bons vieux souvenirs. Cessez de vous torturer et revenez-en. Conseil d’ami, si je puis dire… 😉

Ouf !!! À en couper le souffle…mais je ne suis pas surpris !!!

Il y a un demi-siècle, Mon grand-père, qui était un vieux rouge de bord en bord, m’avait dit : « Ce Trudeau ne dit pas la même chose en français et en anglais ! Il doit être un menteur ! » Avec la télévision qui nous permettait de constater la différence, j’ai compris assez vite !

Il m’avait aussi dit : « Un jour, les couleuvres vont finir par sortir ! » Je pense commencer à comprendre !

Laurent Desbois,
ex-franco-Ontarien,

fier Québécois depuis quarante ans,

et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!

Le Canada exclut donc le Québec plus que jamais, il n’en a pas besoin. Vivement que le Québec s’exclue lui-même! Québécois, debout!!

En lisant ces textes qui m’apparaissent à prime abord plus méchants que politiques, j’ai éprouvé le besoin de cliquer sur les liens source (je n’ai pas suffisamment d’anglais pour bien comprendre, je vous fais donc confiance pour la traduction), pour mesurer le degré de popularité de chaque papier en vérifiant combien de fois il a été relié sur facebook ou twitter. Ces chiffres consolent, ou révoltent encore plus.

Totalement daccord! Il est temps que le Québec cesse d’avoir l’air du petit frère handicapé des autres provinces qui a toujours un ou des besoins particulier plus compliqué que tout le monde à cause de sa supposée différence. Layton disait « Travaillons ensemble », bien justement, il est temps de mettre la main à la pâte avec les autres provinces pour faire avancer le pays, car oui, même si plusieurs semblent l’avoir oublié, il s’agissait d’un élection fédérale et non provinciale, qui dans les faits, avait pour but d’élire des gens désireux de travailler à travailler d’un commun accord pour faire avancer le pays et non juste pour aller peser à nouveau sur « play » et faire jouer une vieille cassette souverainiste à Ottawa en se prétextant un peuple tellement différent du reste du pays.

Bonjour monsieur Lisée,je voulais vous dire que j’aime beaucoup vos interventions, que cela soit à la SRC ou sur vos blogue. Je trouve ça franchement déplorable qu’un ancien conseiller de monsieur Gille Duceppe soit devenu un »ami » des canadien anglais !!! Est-ce qu’il se cherche une job au gouvernement Harper ?? Avec des gens comme ça (canadien anglais), j’espère que les Québécois vont constater qu’ils nous aiment pas et qu’ils se foutent royalement de nous !! Nous allons manger nos bas pendant quatre ans et c’est là que nous devons voir que nous ne faisons pas parti de ce pays et que nous devrions par la suite faire notre pays !!! … Enfin je le souhaite de tout mon coeur. Merci … reste à voir si Jack Layton va avoir une voix pour le Québec … ??

« Conscience » et « Éric Duhaime » dans la même phrase. Je ne suis pas certain que cela se peut.

Le moins qu’on puisse dire est qu’ils sont très fédéralistes ! Pouvions-nous nous attendre à mieux ? C’est Jack Layton qui se retrouve avec un problème de taille. Je me demande comment il se sortira de cette impasse. Il ne peut ignorer le nombre imposant de députés québécois. De toute façon que de beaux incitatifs à voter pour le PQ aux prochaines élections….

Anyway, pour de plus en plus de gens au Québec, envoyer un député de leur circonscription à Ottawa, c’est comme envoyer un élu au parlement européen.

Le peu de connaissances que les Québécois moyens ont du fonctionnement de la Chambre des Communes en est un exemple. Sinon, la « victoire » du NPD serait apparue comme une cuisante défaite pour tout le monde au Québec, des le soir du scrutin.

En plus du pouvoir législatif qui se confond avec l’exécutif, en plus de la distorsion entre % de vote et représentation au parlement; la distance qui s’installe entre les véritables préoccupations des gens et les « armes de séduction massives » (les fameux projets de loi clientéliste du PCC) n’est pas près de se résorber.

Bref, j’aimerais davantage qu’on insiste sur le fait qu’autant de gens se sont abstenus de voter en 2011 qu’il y en a qui ont appuyé le parti au pouvoir. Cela nous éclairerait plus sur LA véritable promesse que le NPD ne pourra pas tenir: changer le système électoral de l’intérieur, à partir des sièges de l’opposition. Trop occupés à essayer de ménager la chèvre et le chou pour prendre plus de pouvoir à la Chambre des Communes, ils oublieront la base même de leur programme électoral pan-canadien: « the system is broken in Ottawa ».

PS: la coupure aux subventions publiques par vote sera faire une pierre deux coups au PCC: tenter d’anéantir pour de bon le Bloc ET s’assurer que la chef du PVC ne soit pas à la tête d’une « vague verte » dans une élection future… Une élection rendue de plus en plus « inutile » par l’inégalité des forces en présence, bien entendu….

La défaite est dur à prendre M. Lisée. Bien sur, il ne faut plus parler Québec. Il faut parler Canada. Nous somme Canadiens sauf pour certain qui se croit déjà dans un autre pays!!

La publicité du Bloc ne disait pas:

Ne pourrait ont pas unir nos forces pour le bien du Québec. Parlons d’une seule voix. Stephen Harper à choisi de diviser la population pour mieux régné. Rive nord contre rive sud. Québec contre Montréal. Région contre ville. Au Québec nous croyons que tous ensemble, homme et femme nous devons unir nos forces pour mieux avancer. Nous croyons que le succès des uns profitera à tout les autres. Le 2 mai, parlons Québec. Votons Bloc Québécois.

Éveillez-vous à la nouvelle réalité. Voici le nouveau discourt qu’il faut tenir;

Ne pourrait on pas unir nos forces pour le bien du Canada. Parlons d’une seule voix. Gilles Duceppe à choisi de diviser la population pour mieux régné. Canada contre Québec. Français contre anglais. Fédéraliste contre souverainiste. Au Canada nous croyons que tous ensemble, homme et femme, nous devons unir nos forces pour mieux avancer. Nous croyons que le succès des uns profitera aux autres. Le 2 mai, parlons Canada, Votons conservateur.

Le succès des uns profitera aux autres et nous avons déjà beaucoup profiter du succès canadien. Un peu de reconnaissance ne ferait pas de mal.

No Bloc ahead, c’est oublier que le dernier Gouvernement Harper était surtout minoritaire à cause des Libéraux ; PCC 143, PLC 77, Bloc 49, NPD 37, ind 1, balance 1. 143 + 77 = 220, une majorité de plus de deux tiers. Sans compter le NPD 37 et André Arthur ce qui fait un total de 258 sur 308. Bon nombre de caricaturistes exagèrent pour nous divertir.

D’accord avec l’équipe du Globe and Mail contre le maintien au Québec de 25 % des sièges sociaux aux Communes pour rester proche du principe d’une électeur 1 vote. Cessons de quémander des arachides et en avant toutte sur l’essentiel, la souveraineté dans l’interdépendance.

Pour tout dire, je souhaite dans les meilleurs délais sous une opposition progressiste 0 siège au Québec dans le Canada après avoir retoucher à la constitution au point de l’en exclure. Il se construira son avenir en souveraine interdépendance avec lui et davantage avec les États Nord-Est américains plus proches et plus près de nos intérêts marchands depuis que notre réputation mondiale en Canada est à la baisse. Nous connaîtrons ainsi après des perturbations certaines un meilleur siècle 2008-2108.

Que faire de mieux pour l’unité canadienne ? Fusionner l’Île du Prince-Édouard au Nouveau-Brunswick ne serait pas une solution substantielle.

Comme l’équipe éditoriale Globe and Mail, je suis aussi contre le fédéralisme asymétrique. On s’entend sur ce point. La sexualité asymétrique oui, le fédéralisme asymétrique, non. Je suis malgré cela ouvert au débat sur le fédéralisme asymétrique.

Qui domine au Globe and Mail, la direction générale, l’équipe éditoriale, les actionnaires, les lecteurs abonnés ou pas ?

J’ai étudié au Cégep Montmorency avec Éric Duhaime, qui était alors un partisan péquiste. En effet à sa place je me garderais une petite gêne.

Encore plus intéressant! J’ai déjà écrit que la nouvelle grille de représentation électorale canadienne et la plus que faible présence de représentants conservateurs au Québec risquait de créer une nouvelle dynamique d’exclusion du Québec
et partant engendrerait possiblement une des conditions gagnantes.
Mais voilà que les médias du ROC en remettent et contribue à souffler sur les braises.
Èxcellent! Et quoi qu’en dise notre ami (un peu pisse-vinaigre)Duhaime, Harper pourrait bien se retrouver aux yeux des historiens comme le fossoyeur des frontières canadiennes telles qu’on les connaît aujourd’hui.
Et le ROC n’aura que lui à blâmer pour avoir perdu cette belle terre distincte le séparant des Maritimes.
J’ai la savoureuse impression que les démonstrations d’amour du ROC envers le Québec ne seront pas suffisantes..la prochaine fois.

M.Lisée
Vous faites beaucoup de d.magogie concernant l’article du National Post. Vous avez oublié d’inscrire cette partie:
Quebec need not be ignored or made irrelevant. Rather the Tories have the first chance in two generations to keep Quebec’s influence over federal politics at realistic levels, proportionate with that province’s share of the population.

L’article fait référence à garder l’influence à un niveau proportionel au % de population du Canada. Vous auriez dû inscrire l’article au complet au lieu de juste utiliser une partie qui avantages votre cause…

Durant la campagne j’ai souvent répété à des gens que pour des raisons historiques,j’étais incapable de faire confiance aux Anglais.

Merci mr Lisée vous me donnez mille fois raisons.

Un jour un écrivain m’a dit qu’il ferait plus confiance à un serpent qu’à un Canadien Anglais!…

Je suis en colère, mais fallait bien s’y attendre, rien ne me surprend dans tout ça. Prochaine élection provinciale, je vote PQ, et OUI au prochain référendum, si référendum il y aura.

Salut Jean-François!
J’aimerais simplement apporter quelques précisions au sujet de ta chronique « Message du ROC: Me parlons pas Qc! ». D’abord, je n’ai JAMAIS été conseiller du Reform Party. J’ai adhéré à l’Alliance canadienne après que le parti de Preston Manning se soit sabordé.
Deuxièmement, contrairement à ce que tu mentionnes, mon message au sujet du financement public des partis politiques fédéraux ne s’adressait pas exclusivement aux Ontariens. Cette chronique a été publié dans plus de trente journaux, partout au Canada. J’ai même fait une intervention sur le même sujet, jeudi soir dernier, à l’émission de Mario Dumont à V-Télé.
Ce n’est pas parce que, comme de nombreux Québécois, j’ai participé à la vie démocratique du Bloc que je vais aujourd’hui me taire (ou me garder une « petite gêne ») sur ce que je considère être un parti politique sans raison-d’être dans le Québec de 2011.
Si d’ex-bloquistes s’étaient aussi fait entendre un peu plus ces dernières années au lieu de se laisser museler par la garde rapprochée du chef, le Bloc n’agoniserait peut-être pas autant aujourd’hui.
Le mouvement souverainiste aurait intérêt à prendre acte du rejet du Bloc par l’électorat plutôt que chercher un bouc-émissaire. La complaisance au nom de la cause n’aide personne.
Le Québec sort affaibli au lendemain de la dernière élection fédérale à cause de l’incapacité du Bloc de se moderniser ou de se saborder. Et ça, ce n’est certes pas la faute des électeurs.
À bientôt,
Éric Duhaime

Salut Éric,

Merci pour ces précisions. Je corrige donc dans le texte: tu étais à l’Alliance Canadienne et pas au Réform. Quant à ton opposition au financement public des partis politiques, je confirme que tu souhaites en tout temps que l’État ne s’en mêle pas et que les riches puissent davantage peser sur les messages politiques que les pauvres.

Cependant lorsque tu écris en anglais pour des lecteurs canadiens-anglais que c’est leurs taxes qui paient pour le Bloc — et non celles des électeurs québécois du Bloc –, tu renforces un stéréotype anti-nationaliste québécois. Assume.

Je défendrai jusqu’au sang ton droit à la liberté d’expression, y compris celle de n’avoir aucune gêne.

Cependant je ne peut m’empêcher de constater qu’à l’heure où Claude Garcia, qui avait dit lors du référendum de 1995 qu’il fallait “écraser” le mouvement souverainiste, est maintenant un pilier de l’ADQ, Éric Duhaime, co-fondateur de Liberté-Québec, donne, en anglais, des conseils à Stephen Harper sur comment “exterminer” un parti — le Bloc — qui a reçu 23% des voix au Québec, donc davantage que le parti de Harper.

Et davantage, pendant que j’y pense, que l’ADQ. Devrait-on aussi « l’exterminer » ?

Bien cordialement,
Jean-François

Il y a plein de Canadians suprémacistes donc séparatistes qui ont de la difficulté à accepter qu’on était ici avant eux et qu’on ne fait pas parti de cette mosaïque anglaise nord-américaine. Ils ont refusé le fait français à travers le Canada pour essayer de le limiter au Québec. Ce faisant, Les Canadians ont bâti la nation québécoise.

Quelle est la réaction des Québécois ou Canadiens français quand les Canadians attaquent le Québec ou le fait français au Canada ? Silence (sauf l’Acadien Yvon Godin, Thomas Mulcair et Denis Coderre). Les Québécois ne répondent pas aux médias canadian à cause de cette maudite dichotomie fédéralisme/souverainisme.

Comme disait Falardeau:«Le Canado, on en a rien à foutre du Canado». Les souverainistes souhaitent un Québec souverain qui trouve sa source dans l’état-nation plutôt que dans la réaction aux Canadians suprémacistes.

Les fédéralistes, eux, gardent sous silence les exactions des Canadians contre le fait français au Canada. Quand dira-ton la vérité sur la situation des Anglo-Québécois et des Canadiens-français hors-Québec ?.. Pourquoi les Canadians ne veulent pas que les juges à la Cour suprême doivent comprendre les deux langues du pays ?

Pendant ce temps, les suprémacistes donc séparatistes anglais jouent aux Great Canadians et personne ne leur répond. Remarquez bien qui recevra bientôt l’ordre du Canada ?.. Don Cherry. Dans la même veine, moi je propose, Jacques Parizeau.

Pourquoi le Québec devrait obtenir un traitement de faveur? N’en déplaise aux nationaleux, à part la langue, rien ne nous distingue du reste du Canada. NOus voulons un gouvernement tout aussi interventionniste. La seule différence est le drapeau

Eric Duhaime a travaillé pour Gilles Duceppe et Maxime Bernier pour Bernard Landry
Est-ce que travailler pour un leader souverainiste fait perdre la raison?

Par réaction envers l’élection d’un gouvernement Harper majoritaire, il est très possible que la cote du mouvement souverainiste remonte au Québec. Les Québécois pourraient juger que l’indépendance serait le seul moyen de se débarrasser de Harper. On sent déjà une remontée de l’antifédéralisme canadien. Finalement, il se pourrait fort bien que le Québec ne soit plus là lors de la prochaine élection fédérale.

Bonjour,
Afin que la démocratie soit mieux exercée dans la Fédération Canadienne pour valider le concept du poids d’un vote dans l’urne, le Canada doit dès maintenant ajouter une trentaine de circonscriptions dans l’Ouest Canadien et aussi en Ontario qui est presque sur le point de doubler la population québécois avec seulement 108 circonscriptions de mémoire. Tandis que le Québec devrait en avoir moins que 75 mais suite à une entente antérieure avec Monsieur Robert Bourassa, le Québec se voit assuré de garder ses 75 sièges, ce qui veut dire que depuis plusieurs années, le poids d’un électeur québécois dans l’urne est beaucoup plus fort que celui de bien des endroits au Canada, ce qui permit souvent au Bloc Québécois avec seulement 16 % des votes de la part des québécois de décrocher le gros lot de 50 comptés, soit 67 % des députés. Cela n’est pas démocratique car le vote d’un compté rural qui élisait le Bloc Québécois avait beaucoup plus de poids dans l’urne que celui d’un Ontarien par exemple.
Tant qu’au gouvernement des Tory’s, soyez assurés que le Québec aura sa large part du gâteau avec les députés du NPD qui parleront Québec au Québec et s’érigeront en défenseurs des valeurs de gauche au GRAND Dam des 4 députés DÉPITÉS du Bloc Québécois restants qui seront dans le poulailler pour n’avoir que le choix d’applaudir les défenses du Québec par le NPD. Le Nouveau Parti Démocratique fera ce que le Bloc Québécois savait le mieux faire, soit se lamenter en rôtant sur tout et sur rien. Le NPD avec 4 longues années devant lui pourra consolider ainsi que d’instaurer ses assises au Québec en ayant toute la VISIBILITÉ de son bord, étant le part de l’Opposition Officielle pour 4 ans. Et dire que dans beaucoup de circonscriptions au dernières élections, Québec Solidaire avec son bénévolat pour le NPD, un vrai parti de gauche se méritera sûrement un retour d’ascenseur pour les prochaines élections provinciales car Québec Solidaire faute d’argent ne pouvait pas avoir de machine électorale dans tout le Québec des régions……. Bien à vous, John Bull.

Échec!
Le Québec est mise en échec.

Son poids démographique diminue dans le Canada. Maintenant, on peut se passer de ces maudits frogs pour gouverner à Ottawa. Une bonne chose de régler pour le ROC.

Maintenant, est-ce une épiélection ou est-ce une tendance lourde? Chose certaine, l’Ontario a choisi les conservateurs cette fois-ci. Mais ce n’est pas encore clair qu’elle le fera la prochaine fois!! Si le Québec n’a plus un mot à dire sur la gouvernance de ce pays, l’Ontario, elle, n’a pas dit son dernier mot.

La sainte alliance Ouest-Ontario n’est pas encore consommée. J’espère que l’Ontario réalisera que les valeurs conservatrices westerners les aliènent!

Parce que si l’Ontario choisit définitivement l’ouest et que le Canada central historique divorce, l’avenir du Québec au Canada ressemble à celui des Maritimes. Malheureusement, j’ai peur que les Québécois s’en satisfassent! Alors, ça sera échec et mat!

Mais, sait-on jamais? Quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, disait Bourassa, le Québec est et restera le seul et unique maître de son destin.

Dès que vous avez mentionné « une surprise québécoise », dans le contexte, j’ai tout de suite pensé à Duhaime.
Ce bonhomme semble se faire une habitude de dénoncer le Québec dans ce journal : il se fait la mascotte d’un Québec « canadian » : un Québec qui se trouve insupportable. Dommage qu’il ne montre jamais ce visage aux québécois eux-mêmes.

-À l’émission de Mario Dumont, Duhaime montre son visage le plus doux de conservateur lucide, alerte face aux errements du gouvernement. Le type honnête, qui ne se laisse pas berner par la « b*llsh*t », et qui refuse de se taire. Parfois, il faut le reconnaître, il lui arrive de souligner des abus ou des gaspillages sur lesquels nous aurions à plus nous pencher.

-Au JdeM, il pousse un peu plus son personnage et nous présente plutôt son visage libertarien. Un intellectuel pour qui l’état, dès qu’il sert à quoi que ce soit, devrait être démantelé. Tout comme Nathalie Elgrably dans les pages de ce même journal, Duhaime semble tout simplement ne pas supporter l’idée qu’un seul sou de ses impôts puisse servir à qui que ce soit d’autre que lui-même. (Remarquez, c’est une position intellectuelle honnête, surtout pour quiconque fantasme de revivre la trépidante époque du Far West.)
Tant chez Dumont qu’au JdeM, son argument de fond, l’équivalent de son « cogito ergo sum », semble être : « Heille, qu’est que tu comprends pas : tu consommes, tu payes ! ». (Ce qu’il déclame, vous observerez, en fronçant les sourcils et en écarquillant les yeux à la fois. C’est assez dramatique.)

-Mais c’est pour le National Post que Duhaime réserve son meilleur fiel. Tout en anglais, pour un public avide de ce genre de rhétorique, il se plaint de notre mendicité infantile envers le Canada, de la part injuste de la péréquation que le Québec réussit à usurper grâce à la menace de la séparation, de nos politiques sociales irréalistes… Vous voyez le genre.

Les trois visages de Duhaime forment un tout cohérent. Un personnage que nous apprenons à connaître depuis quelques temps : le « x » (ou « y », pas sûr) frustré, pour qui la société, l’état, la nation, le Québec se définissent comme autant d’encombres à son insatiable soif de « Libarté ! ». Duhaime est probablement le plus articulé d’entre eux.

Il fallait lire ce libertarien se servir de toutes ses chroniques dans le JdeM et littéralement vomir sur le Bloc a partir du premier jour de la campagne électorale ….. Il est assez révélateur de constater toute la hargne d’Éric Duhaime envers les souverainistes et tout le mépris affiché envers Gilles Duceppe …. Ce n’est que parti remise et tel un phénix , le Bloc et les souiverainistes vous feront ravaler votre haine maladive …….

La quasi-disparition du Bloc Québécois va nous ouvrir bien davantage les yeux que s’il était resté aussi fort. Le vrai visage du Canada va enfin se dévoiler très clairement, et plus personne ne pourra sérieusement dire : «C’est de la faute au Bloc qui bloque tout! »

Le Bloc avait pour mission de briser le mirage Libéral qui nous laissait croire que nous pouvions aussi bien gouverner le Canada que les autres. La mission est parfaitement remplie, bravo!

Le tsunami orange québécois est un message ultime au reste du Canada : « Désolé, nous ne pouvons pas aller dans la même direction que vous, même en nous mettant massivement à voter pour un parti fédéraliste. » C’est aussi un message ultime à nos fédéralistes québécois : « Allez-vous enfin comprendre que le train du Canada ne nous emmène pas là où nous voulons aller ? »

Seule la souveraineté du Québec peut provoquer un mouvement vers un véritable confédéralisme. J’ai confiance que les Canadiens progressistes finiront par le comprendre, si nous nous levons enfin debout pour assumer notre destin de peuple libre et responsable.

« Avec de tels amis, on n’a pas besoin d’ennemis »

Merci, M. Lisée
cela fait chaud au coeur d’ainsi se faire rappeler jusqu’à quel point on est aimé et respecté. Parfois j’ai tendance à en douter alors que je devrais me rappeler du si émouvant « On vous aime » de 1995:
http://www.youtube.com/watch?v=TkDIDoMQYyw

En tant que souverainiste, je me réjouis fortement de la nouvelle donne politique. Ceux qui y voient un recul de la souveraineté souffrent quant à moi d’une myopie politique compréhensible, mais néanmoins trompeuse.

Lorsqu’il déclare que le mouvement souverainiste devrait prendre acte du rejet du Bloc par l’électorat, il semble oublier que bon nombre de séparatistes convaincus, comme moi, ont voté NPD le 2 mai dernier. Loin d’un engouement naïf ou d’un changement d’orientation politique, il s’agit simplement d’un sacrifice stratégique. En effet, il était clair pour tous que le Bloc ne faisait plus avancer la cause, et en fait lui nuisait carrément par son immobilisme. Malgré l’immense respect que je dois à Gilles Duceppe, le fait que bien des gens souhaitaient le voir à Québec indique à quel point les souverainistes accordaient de moins en moins d’importance au Bloc.

Si les résultats de la dernière élection nous démontrent une chose, c’est que jamais le Canada n’a été aussi fragile au cours de 30 dernières années, toujours clivé en deux malgré la disparition d’un parti. Quand je regarde autour de moi, parmi mes amis, sur les médias sociaux, je suis frappé de constater un regain sans précédent de la fibre nationaliste.

En ce sens, l’élection aura été un électrochoc pour une cause qui, si elle était dormante, n’en était pas moi toujours vivante. J’ai même des amis allophones et anglophones qui m’ont avoué que si un référendum avait lieu maintenant, ils seraient presque tentés de voter Oui. Bien sûr, il est peu probable que l’option souverainiste l’emporte dans Westmount au cours d’un prochain référendum; toutefois, il devient de plus en plus clair pour une majorité de Québécois, toutes origines confondues, que nous formons une société de plus en plus distinctes au sein du Canada. Cet éloignement, de moins en moins relié à la langue, ne peut que servir la cause souverainiste.

Bien à vous,
Élie Charest

PS Dans mon message précédent, le « il » faisait référence à M. Duhaime. Désolé pour toute confusion.

Je crois que tout ceci pourrait bien tourner en notre faveur. Si le Canada donne du « Oubliez le Québec » partout dans les médias anglophones, et bien c’est correct, allez-y, sortez le moton. Ici aussi on a le Washington Post et le New-York Times et on sait lire en anglais. Les Canadiens vont finir par s’entre-chicaner et les Québécois vont finir par comprendre qu’il est grand-temps de se donner un pays. Laissons-les (les Canadiens) se vautrer dans leur supposée victoire. On verra bien plus tard.

Ce qui est le plus ironique dans le commentaire d’Éric, c’est qu’il accuse la garde rapprochée du chef bloquiste d’avoir muselé d’autres bloquistes, alors que la mainmise du chef conservateur sur la caucus du gouvernement est de loin plus autoritaire.

Concernant le financement public, il est clair que le gouvernement vise le Bloc, et plus largement, cherche à restreindre l’impact de la masse populaire sur les idées véhiculées par les partis politiques.

Jean-François Daoust

1- (sur l’éditorial du Globe and Mail) Je ne vois pas l’utilité d’un fédéralisme asymétrique. D’autres provinces que le Québec devraient pouvoir obtenir le retrait d’un programme fédéral avec compensation financière. Il n’y a pas de bon motif de le permettre uniquement pour le Québec.

2- (la chronique du très à droite National Post) La criminalité au Canada augmente quand on se déplace vers l’ouest. Les inégalités et la répression que cultivent les gens de droite stimulent la criminalité au lieu de la réduire. En matière environementale, l’Alberta est réactionnaire et complètement dévouée aux compagnies pétrolières. Si l’Alberta se tenait debout, les redevances qu’elle demanderait aux pétrolières permettraient à l’ensemble des Albertains(et non pas seulement aux plus riches) de s’enrichir tout en rejetant moins de polluants dans l’atmosphère et dans les cours d’eau.

3- Éric Duhaime a décidé de gagner sa vie en se mettant à genoux devant les oligarques. Il est démagogique quand il prétend que ce sont les taxes du ROC qui assumaient le financement du Bloc. Ce n’est pas seulement au Bloc qu’il s’en prend, il veut que les partis politiques suivent son exemple de soumission aux forces du marché.

Je pense que le Bloc a été victime du fait que le combat fédéraliste vs souverainiste a été relégué au second plan pour le combat gauche vs droite, et je dois avouer qu’avec les nouvelles des derniers mois, ce débat est plus urgent. J’ai même certaine crainte que le PQ amorce un petit virage encore plus à droite avec Marois qui tend la main à Legault. Et je ne suis pas assez à gauche pour voter QS. Je sens qu’il y aura bientôt un vacuum centre gauche en politique québécoise. Très dommage.

Marvelous
Après 20 ans avec un seul parti fédéraliste, le Bloc Québécois, qui faisait tout pour maintenir la fédération fonctionnelle, nous nous retrouvons aujourd’hui avec aucun parti fédéraliste, mais seulement des partis centralisateurs. Ce qui va faire en sorte de part et d’autre de l’Ottawa River de rejeter l’autre côté et d’augmenter le sentiment indépendantiste Québécois au détriment du sentiment nationaliste.
Enfin, le premier pas vers d’indépendance en 20 ans.

« je confirme que tu souhaites en tout temps que l’État ne s’en mêle pas et que les riches puissent davantage peser sur les messages politiques que les pauvres. »

Quelle démagogie primaire! À moins, bien sûr, que vous puissiez prouver que « les pauvres » donnent plus aux partis politiques depuis la mise en place de ces mesures.

Sinon, pourquoi tous les Canadiens devraient verser de l’argent à un parti politique seulement parce qu’il a obtenu assez de vote? Qu’ils se financent eux-mêmes

Un article essentiel pour ceux d’ici qui fonctionnent encore avec l’idée que les médias Canadian ne s’adonnent pas au salissage systématique du Québec et de ses institutions. La riposte de M. Duhaime est révélatrice à ce sujet : il jouit d’une tribune médiatique intégrée à travers le pays, autant sur papier que derrière le petit écran, et peut sans difficulté faire parvenir ses appropriations de stéréotypes à tout un chacun. S’il y a gène à avoir, Éric, c’est de jouir de cette plateforme de diffusion totale puis de faire retraite vers la liberté d’expression quant la moindre contrepartie critique fait jour. Pauvres, pauvres porte-paroles de la droite, victimes au mégaphone platine.

Pendant que l’Alberta élit les conservateurs avec 60% des voix, le Québec délaisse le BQ, le seul parti capable de le représenter adéquatement.

Pendant que le Reform party est devenu le PC capable de prendre le pouvoir à Ottawa en unissant la droite canadienne. Le Bloc a demandé l’union des indépendantistes de gauche et de droite dans un combat plus difficile que l’ancien Reform Party n’a connu celui de travailler pour rendre possible un projet de pays.

Si le BQ s’est positionné au centre gauche on le lui à reproché c’est parce que la révolution tranquille s’est construite au centre gauche. Le BQ n’a jamais été une copie du Parti Réformiste de Manning parce que la construction d’un État québécois ne peut reposer sur une défense du néolibéralisme.
Le Canada le sait bien son projet étant l’écrasement de la belle province dans sa plus parfaite insignifiance.

Ce Duhaime lui apôtre de toutes les collaborations, de toutes les compromissions, des amitiés intéressées et dont l’idéal est à droite faisant de celle ci son pays devrait immigrer en Alberta, il y trouverait la terre de ses espérances.

Partez vivre en Alberta E.Duhaime, au quotidien, vous pourriez vérifier à chaque heure le bonheur de vivre dans une terre qui à déclarée le travail de la pensée comme inutile.

L’Alberta si c’est une terre promise, il faut en vivre l’expérience.

Le Québec veut valser entre gauche et droite dans le déni du mépris du Canada à son égard, il se trompe.

Il faut absolument protéger les canadiens de ce méchant Québec… mettons-le à la PORTE 😉

Et pourquoi pas une remise en question sur le Québec et sa façon d’être avec ses voisins Canadien? Bous n’êtes pas tanné de passer pour des quémandeurs!

En fouillant dans les divers médias québécois, il est très facile de trouver le même genre de textes dénigrant les canadien et le Canada et parfois même beaucoup agressif et violent.

@JFC
Dans quel média ? La Presse ? Le Journal de Montréal ? L’Actualité ? Le Devoir ? Malgré son penchant souverainiste, je n’y ai jamais lu de Canada bashing aussi virulent. Ne me sortez pas des textes de médias marginaux de vigile.net ou de l’Aut’Journal. Ces médias ne sont pas comparables au National Post ou au Globe and mail.

JFC: justement, la meilleure manière de ne plus passer pour des quémandeurs, c’est d’être maître de notre destinée en devenant un état souverain.

Pourquoi s’entêter à essayer de faire marcher un mariage forcé?

Pour ce qui est des médias québécois, ne comparons pas les pommes aux oranges: quel éditorial d’un quotidien majeur a tenu des propos aussi dérogatoire à l’intention du ROC? Des citations donneraient plus de crédibilité à ta critique…

On est un drôle de peuple. On aime se faire du mal, on ne se tient pas debout. Quand allons-nous nous prendre en main et couper tous nos ponts avec le Canada.
Nous sommes la risée de ce Canada. Le NPD n’a rien fait et ne fera rien pour nous

A lire tous ces commentaires très peu élogieux de ce libertarien , on peut se demander , mais que fait-il comme chroniqueur au JdeM et qui représente ce libertarien ? Il n’y a pas 2% de libertariens au Québec …. Qu’attend PKP pour le foutre dehors et prendre quelqu’un de plus représentatif et de plus modéré ….. Ce petit Duhaime a face de ….. est de la même catégorie que Maxime Bernier , un gaffeur impénitent …..

« maintien au Québec de 25% des sièges aux Communes »? Très antidémocratique; et insultant pour le reste du Canada.

Si la représentation électorale, aux dernières élections, avait été proportionnelle à la population, l’Ontario aurait 106 comtés au lieu de 95; BC et l’Alberta auraient 53 comtés au lieu de 46; et le Québec aurait 74 comtés au lieu de 75.

La majorité conservatrice aurait été encore plus grande (probablement + 18 sièges au lieu de + 12 sièges).

Espérons donc, en toute justice, que le nombre de sièges à la prochaine élection fédérale sera d’au moins 328, tous les sièges additionnels étant au bénéfice de la Colombie Britannique, l’Alberta et l’Ontario.

Nombre de sièges à la chambre des communes (année/ total/ sièges québécois/ % des sièges situés au Québec):

1904 213 65 31%

1917 235 65 28%

1925 245 65 27%

1949 262 75 29%

1953 265 75 28%

1979 282 75 27%

1988 295 75 25%

2000 301 75 25%

2004 308 75 24%

2015 326? 75 23%?

Confédération qu’ils disaient…

Et le pays n’a de cesse d’opprimer, de réduire et de dénigrer par la voix de ses valets.

Laissons-les nous haïr en paix !

On les aura subis assez longtemps.

Le gouvernement Harper, au cours des 4 prochaines années, va assurément donner au mouvement nationaliste québécois, plus de « gaz » que le Bloc en 15 ans! Plus que la « nuit des longs couteaux » de ’82, que Meech ou Charlottetown. Il était temps que les québécois découvrent clairement ce que le « Canada wants ». Et ils sont sur le point de l’apprendre.

Les québécois, qui ont déjà fait payer le prix aux Libéraux canadiens, pour leurs « magouilles » référendaires (commandites), de toute évidence préparent le même traitement aux Conservateurs. Tout ce qu’il fallait au québécois pour damner définitivement le fédéralisme canadien est en place.

Quant à la « vague orange » qui a déferlé sur le Québec, il n’y a rien là d’étonnant ou de permanent. Vous souvenez-vous de l’ADQ? « Un petit tour et puis s’en vont… »

Cette élections révèle un Québec fort, qui fonce et prends des risques en « bloc ». Voilà qui est très sain et augure bien pour l’avenir du pays du Québec. Les québécois se tiennent debout et unissent leurs forces, catalysent leurs énergies vers un but commun, parlent d’une même voix. Certainement une des « conditions gagnantes » tant réclamées par les Bouchard, Landry et Marois…

Mais qui aurait dit que cette « condition gagnante » nous serait offerte sur un plateau d’argent par le fédéral lui-même!

Les québécois ont décidé de réagir, tous ensemble. Réagir à la malhonnêteté de leur traditionnel Parti Libéral. Réagir à l’inutilité politique du Bloc Québécois. Réagir aux propositions républicaines (heu pardon, conservatrices) de Harper et sa bande…

Un beau miracle se produit en ce moment: le Québec se souvient! Et il a, enfin, la mémoire longue…

Avec le niveau honteusement bas des dons de bienfaisance au Québec (le plus bas, de loin, au Canada), les quatre Blocquistes recevront de la neige en hiver, de la population du Québec

Il ne faut pas se fier aux apparences ! Le Bloc ne bloquait pas vraiment les conservateurs….C’est quand nous nous faisons mannipuler que nous sommes bloqués et débousollés ! Il ne faut pas se fier aux apparences, il faut chercher à comprendre et voir plus loin…surtout si ca a l’air ridicule ou qu’il s’agit de l’inconnu…

Quelle belle occasion pour un séparatiste de faire du pouce avec des déclarations anti-québécoises que nous n’avons pas volées. Avez-vous déjà dormi avec une personne qui tire toujours la couverture vers elle sans se soucier si vous avez froid. Qu’est-ce qui vous passe par la tête lorsqu’au petit matin cette personne se lève pour se rendre au travail. Et même si cette personne est votre conjoint(e) que vous aimez tant. Soyez honnête… C’est sans doute comme ça que se sentent nos voisins et amis canadiens des autres provinces. Alors monsieur Lisée, cessez d’entretenir la flamme de la haine et soyez beau joueur. La population québécoise que vous aimez tant, a choisi de faire la paix. Faites donc de même SVP

Après avoir suivi les liens donnés par M. Lisée ici, je me demande sincèrement si nous avons lu les mêmes textes. Par exemple, l’article du Globe and Mail à comme but de montrer que M. Layton se trouve désormais dans une position difficile –car non seulement doit-il tenir à ses promesses électorales québécoises (ce qui est vrai), mais il doit aussi représenter l’entier du Canada en tant leader de l’opposition officielle (ce qui est vrai aussi). On ne dit pas qu’il doit choisir le Canada au-delà du Québec, comme le suggère Lisée — au contraire, l’auteur du texte se demande comment Layton va faire pour représenter les deux groupes en même temps sans avoir l’air d’un hypocrite. Voila pourquoi l’article s’appelle ‘Jack Layton’s delicate Quebec dance’ — pour ceux qui ne lisent pas l’anglais, ça veut dire ‘La danse (québécoise) fragile de Jack Layton’.

L’honnêteté, est-ce trop demandé?

Si seulement un sondage était fait dès maintenant : je n’ai jamais autant entendu parlé de souverainisme du Québec ! Et je ne gravite pas dans un univers politique…

Le Québec orange dans le Canada bleu royal…

Cela prouve qu’une chose, et encore plus clairement sans le Bloc (qui l’aurait cru…), c’est à dire avec un vote avec les mêmes partis que tout le Canada : nous sommes différents, nous ne souhaitons pas être directement dans la lignée des ÉU, nous croyons en des valeurs de gauche, d’une société qui se tient et qui ne parle pas SEULEMENT d’argent. Et le pays dans lequel nous sommes voit autrement.

Le Conservatisme nous écoeure et nous ennuie, et pour bien des québécois un parti qui se nomme « conservateur » veut déjà tout dire. Nous croyons en le progrès, et non au retour en arrière : les propos anti-guais, méga-prisons et power-pétrole ne collent pas au Québec. Nous croyons en notre culture et à la qualité de nos productions, nous ne souhaitons pas nous assimiler complètement à la culture américaine. Et le pays dans lequel nous sommes voit autrement.

Nous croyons en notre énergie hydro, et en tout ce qui est plus vert : nous avons ou nous aurons des enfants, et leur futur nous importe. Le pétrole n’est pas notre source de revenu, et nous ne voulons pas exploiter nos gaz de chistes. Et le pays dans lequel nous sommes voit autrement.

Ces valeurs, qui sont celles de base du PQ, sont également celle du NPD, si on met de côté le souverainisme pour un moment. Le vote ne reflète pas un changement d’idéaux pour le Québec, mais un effort vers un Canada uni avec des valeurs alliant celles du Québec, en mettant le discours souverainiste en veille.

Le rejet des élections a été vu comme un ultimatum. Le Québec aimerait pour une fois, avoir une vraie voix, et le futur ne laisse qu’entrevoir une chose : une séparation ou une soumission complète à des valeurs étrangères. Et vous feriez quoi ?

Que personne ne vienne me dire qu’il est étonné de la teneur de ce discours dans le RduC.

À chacune des fois que le mouvement souverainiste vit un revers, le canada anglais s’empresse d’en rédiger un acte de décès.

Et chaque fois, leur attitude condescendante et arrogante à l’égard du Québec et des québécois fini par leur exploser en plein visage.

Samuel Auger dans le quotidien Le Soleil de Québec en fait également un bon recensement:

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201105/07/01-4397287-des-journaux-du-canada-anglais-demandent-de-marginaliser-le-quebec.php

Tout les québécois savent que leur « love-in » de 1995 n’était qu’une démonstration d’hypocrisie motivée par un sentiment de panique.

Et si le passé est vraiment garant de l’avenir, ne soyez pas inquiet, plus ça va changer, plus ça demurera pareil!

Comme dirait l’autre, avec des amis éditorialistes comme ça (du ROC), on n’a pas besoin d’ennemis…

Je souhaitais signifié mon accord au propos de Yves de Larochelière.
Selon moi, jamais depuis longtemps le Québec ne s’est unis à se point. La montée du nationaliste, une question de temps seulement.

Finalement, M. Lisée, vous êtes l’équivalent séparatiste des fédéralistes que vous citez.

Le mépris engendre le mépris. Peut-être que cette hargne anti-Bloc est le résultat de 20 and de chantage et provocation des troupes de Gilles Duceppe à Ottawa.

Il est vrai qu’il faut vivre au Québec pour comprendre toute les nuances du nationalisme Québécois, du simple citoyen fédéraliste, mais qui tient à la loi 101, jusqu’aux pseudo-Felquistes de Patrick-Bourgeois. Et pourtant, vous utilisez la même médecine pour balayer le ROC d’un même coup de pinceau.

Toutes les formes de racismes sont mal vues sauf quand c’est contre les Québécois. Le « Québec bashing » est un sport apprécié et approuvé dans RoC et personnes ne semble s’en préoccuper.

On n’est pas tanné de se sentir coupable d’exister ?
On n’est pas tanné d’être des moutons ?

Couper le financement publique des partis, c’est, selon moi, littéralement mettre fin à la démocratie Canadienne.

Avec cette mesure sur la table, le Bloc, mais aussi les Verts, et même les Libéraux sont au bord du gouffre. Corriger moi si je me trompe, mais n’est-il pas à l’encontre des valeurs Canadiennes que de permettre seulement au biens nantis de mener une campagne politique? À mon avis, une mesure inverse serait de mise. C’est à dire 100% de financement publique et aucun financement privé. Et comment financer tout ça me demanderez-vous. C’est simple, augmenter les impôts des grandes entreprises. Au lieu de faire une contribution, via des prêtes noms, à un parti de leur choix, les entrepreneurs seraient forcés de contribuer à l’exercice politique, mais il serait interdit pour eux de faire un choix. Car malgré que les corporations soit des entités légale, pourquoi auraient-elles le droit de vote?

De plus, cette mesure affaiblira tous les partis, ce qui va encore une fois nous rapprocher du modèle américain.

S’il faut descendre dans la rue pour empêcher cette ignominie, j’y serai!

Je ne comprend pas le fait qu’au Quebec on soit tous le temps en train de pleurnicher sur le fait qu’on nous aime pas… Comme si on aimait beaucoup le ROC. Franchement, qu’est ce qu’on espère? Qu’on soit continuellement a dire des conneries sur les anglophones et espérer qu’ils nous aiment? En fait, je crois qu’on cherche, a travers ce pleurnichage, a justifier la haine de certains intellos vis a vis du ROC… En pensant que peut être cette haine va enfin donner un peu d’énergie au projet souvrainiste. Il me semble qu’un tel projet devrait reposer sur autre chose que juste de la haine…

Merci M. Lisée de nous démontrer encore une fois l’évidence deux peuples, deux mentalités, deux nations, deux pays.

Quand nous serons confiants et fiers nous aurons le courage de faire du Québec ce pays qui fera l’envie de tous.

Vivre le Québec souverain!

Les dretteux libertariens ne se rendent pas compte que le Québec est représenté par un parti socio-démocrate, membre de l’Internationale Socialiste !

Criez dans le noir et vagissez à la lumière, trolls politiques de l’exploitation !

What else is new Mister gunther? On connaît votre message depuis des années;vous nous refilez la même cassette un Canada unie mais toutefois le Québec au dernier rang. Le Québec à ce que je sache a toujours été isolé du reste du Canada. Le Globe and Mail, le National
Post, le Toronto Sun, le Calgary sun , Sun news de Québécor et Cie,ne sont que l’écho des Conservateurs. Vous ne faites que confirmer ce qu’ils ont comme dessein politique. Depuis qu’ils sont au pouvoir, ce sont les porte-à-faux, le muselage, le resserrement de la politique criminelle, le renoncement à toucher à la constitution (même si le Québec en est exclu) l’abolition des subventions des partis politiques que dire de l’Environnement et des Arts… beaucoup et rien en même temps. L’OUEST EST AU POUVOIR! À moins que… nos représentants de la vague orange fassent valoir si j’ôse dire, nos droits??? c’est à voir… ..Le gros paquebot conservateur sur la vague orange pourrait-il un moment donné sombrer ou au moins perdre l’équilibre dans une vague de fond:???
l’élection provinciale dans deux ans …..pour en revenir aux chroniques,, Brian Topp dans le globe and Mail de mercredi sur le « Séparatistes ethniques » -Allons donc c’est pas sérieux…Comment un tel journal ose accepter ça-..Ah!. c’est vrai, La Liberté de presse! Quant à la chronique d’Éric Duhaime dans le Toronto Star prônant l’abolition du financement public des partis politiques…lui,cet ancien du parti Bleu qui a changé plusieurs fois d’allégences,-C’est une trahison pure et simple. sJe retiens pour terminer quelques lignes assassines qui me montent à la gorge:
Globe and Mail-« La fin de l’hégémonie du Québec
Duhaime, Toronto-Star « Si et quand il mourra il y aura un rappel sur la tombe du bloc »
Sun News de Qébécor-« La tombe du Bloc:
Calgary et Toronto Sun-« D’achever le Bloc québécois, »
» le coup fatal au Bloc »
« Donner au Bloc le coup gras »
Mr.Harper , les funérailles c’est pas pour demain.
Et moi,
Dans ma Gaule natale, je lis mes Astérix.

Jacqueline salvas

C’est bien vrai qu’avec le BQ nous avons passé pour des chialeux, des syndicalistes, des siphonneux de péréquation, des ANTI Terre-Neuve ou ANTI Alberta parce que la majorité des québécois ont cru bien des choses comme par exemple que nos taxes financeraient l’hydro électricité des Newfees (c’est une garantie de prêt pas une subvention – économie 101). Le BQ voulait un Canada vert et a crié haut et fort à l’injustice pcq Ottawa ne devrait pas donner une garantie de prêt pour de l’hydro électricité à T-N-L.

Saviez-vous qu’H-Q s’alimente aussi des centrales nucléaires du nord des states et ferme les vannes de ses barrages lorsque les prix ne sont pas à son avantage.. ça c’est vert! (les marchés de l’électricité du Canada
et des É.-U. sont interconnectés. Il repose sur une diversité de sources d’énergie, sur d’importantes interconnexions de
transport et sur des échanges bilatéraux qui profitent aux deux pays – hydraulique, au gaz, au charbon tout comme le nucléaire!!).

Le Qc reçoit 7.8 miliards de dollars en péréquation (le Québec est la province qui reçoit le plus de péréquation au Canada avec 7.8 B$ annuellement – très loin devant l’Ontario – surtout que cet argent provient en grande partie des sables bitumineux!).

On peut s’imposer d’une autre façon qu’en chialant ou en brayant à Ottawa comme, peut-être, en bâtissant un Québec prospère avec des gens travaillants (pas des syndicaliste payés à rien faire), puis et surtout avec des gens qui ont du cœur au ventre avec une intelligence créative… pas en vivant au crochet des chèques d’Ottawa. Nous au Qc on veut créer de la richesse, pas partager celle qu’on n’a pas!

À avoir fait du surplace pendant 20 ans… j’pense que ça nous a donné une bonne idée de ce que serait les dirigeants d’un Québec indépendant..

Élie Charest votre -mariage forcé- serait comme une séparation forcé de deux amoureux pour plusieurs autres québecois. Sam: ce soir à Tout le monde en parle, bashage anti-Harper directement sur la chaine d’état. Ici, dans l’actualité.

Felicitations a M. Lisee. Une chance que le quebec a encore de tels intellectuels capables de livrer La vérité.
L’independance sera possible en se retroussant les manches!

so what… gauche, droite, un con ou un autre… va tu manger demain, peut tu voyager comme tu veux, et ce n’est que party remise… moi j’airais vote NPD par conviction anyway…je n’aime pas notre fashiste a la tete du pay, mais WTF… c’est la vie

Merci Monsieur Lisée pour cet article.

En résumé, le Canada rit de nous.

Sois le Québec adore faire rire de lui, soit il dort debout.

Quand donc chausserons-nous nos souliers et dire « oui » à un pays?

« Je ne comprend pas le fait qu’au Quebec on soit tous le temps en train de pleurnicher sur le fait qu’on nous aime pas… Comme si on aimait beaucoup le ROC. »

Les dépendentistes ont toutes les raisons de « chialer » sur ce fait. Mais surtout les « nationalistes mous ». Parce que ce fait démontre justement que la « pacte entre deux peuples » qu’est censé être le Canada est une illusion. Et que tout leur rêve repose sur une « union » artificielle.

Une bonne partie de souverainistes le disent, sans haine: le peuple canadien et le peuple québécois sont forcés de vivre dans une promiscuité étouffante dans le cadre de la fédération canadienne. Il serait donc mieux pour les deux peuples que, sereinement, l’on en fasse le constant et qu’on s’entende pour avoir chacun notre « chez soi ». Cela n’exclut pas les relations de bon voisinage et la coopération. Mais celles-ci sont impossibles dans le cadre actuel, qui n’a pas de place pour reconnaître le fait qu’il y a deux peuples (pardon pour les peuples amérindiens et inuit) dans le Canada.

P.S. Si vous pensez qu’au Québec, on tient des propos « haineux » avec le Canada, vous devriez sérieusement lire ce qui s’écrit et qui se dit dans les médias officiels du RoC au sujet de Québec. Et ce depuis le traité de Paris de 1763. Ce qui se publie au Québec est très généreux en comparaison. Et ce n’est pas une exagération.

Encore une fois nous avons la démonstration claire que l’unité canadienne n’est qu’utopie. Pourquoi s’entêter à vouloir la maintenir et ne pas pas plutôt opter pour la prise en charge de tous nos pouvoirs et lois. VIVE LE QUÉBEC LIBRE!

Ça fait quoi si Éric Duhaime a déjà travaillé pour Gilles Duceppe? Le Bloc c’est une secte et on a jamais le droit de la quitter?

Gilles Duceppe a bien été maoiste et membre du parti communiste du Canada.

La plus belle chose qui vient de nous ariver ici au Québec est la défaite du Bloc. Pourquoi? Parce que npus allons tellement être dégoûtés de l’attitude de ces fédéralistes qui ne comprennent rien aux Québécois et qui veulent seulement nous écraser et cela depuis de 1760 que finalement le prochain référendum nous débarrassera du Canada, qui ne fait plus partie de nous.

Et vive le Québec Libre !

@honorable #50:

Le Québec n’est donc pas surreprésenté aux Communes. En fait, si on regarde la proportion d’électeurs plutôt que la population, il serait même plutôt sous-représenté (> 25% des électeurs du Canada cf http://enr.elections.ca/home2.aspx).

Pour équilibrer vraiment les choses, il faudrait retirer des comtés à ceux qui sont surreprésentés, les Maritimes, IPÉ en particulier. Mais vous préférez vous féliciter de voir le Québec se faire sous-représenter encore plus? Quels masochistes finis vous faites, heureux de se faire manger la laine sur le dos et qui en redemandent.

Monsieur Black s’excuse de ne pouvoir être avec nous pour la Fête Nationale!

Conrad Black sera condamné à nouveau en juin

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/etats-unis/201105/09/01-4397723-conrad-black-sera-condamne-a-nouveau-en-juin.php

L’empire médiatique de Conrad Black comprenait, à son apogée, le quotidien torontois The National Post.

L’homme d’affaires et auteur, né au Canada, a été libéré sous caution l’an dernier d’une prison de la Floride. Il avait purgé deux des six années et demi de sa peine en lien avec les quatre condamnations dont il avait fait l’objet.

Ne parlons surtout pas QC! Le débat des chefs en français parlait juste du Québec et a évacué 2 millions de franco canadiens ou francophiles qui ne demeurent pas au Québec. C’était bcp trop parler du Québec!

Vous voyez M. Lisée, tout est une question de perspective et ce qu’on veut bien voir.

Parlons jobs! Parlez-en donc à mme Paillé! Fini les petits bureaucrates de mes deux, vous n’avez jamais tenu dans vos mains un marteau ou une pelle! Au lieux d’évacuer votre trop plein d’énergie à écrire, déblatérer et soulever le peuple avec des idéaux et de la politique-fiction, essayez donc de construire quelque chose de bien réel: une entreprise! construire des ponts à l’international ou avec nos voisins du ROC. Quand vous nous donnerez le pouvoir économique, on fera bien ce qu’on veut et en vous pourrez parler du QC comme un exemple à suivre!

Que les Québécois sont mous et sans colonne! Se faire rire de soi de la sorte, et supporter les coups bas sans broncher. C’est du délire.

Le Bloc nous a fièrement défendu, a aidé à faire dévoiler le scandale des commandites, a défendu les travailleurs d’ici, en foresterie, dans les petites entreprises et j’en passe; ils ont protesté contre le vol dans les caisses de l’assurance-emploi (NOTRE argent impunément pillé), contre les dépenses extravagantes et honteusement gigantesques dans le militaire. Ils ont dénoncé le dédoublement des programmes qui représentent du gaspillage éhonté de notre argent. Bref, la liste est longue, et le Bloc était plus qu’essentiel.

Tous ces gérants d’estrade qui crachent sur ces gens passionnés et travailleurs du Bloc sont des ignorants. Et les Québécois d’ici qui ne voient même pas cette évidence sont encore pires. Avec tant de petitesse, de mépris et de trouille, pas de doute qu’on ne soit pas encore indépendants.

Une caricature ajoute à l’information ce que la majorette ou l’équivalent ajoute à la musique d’une fanfare.

Les plus populaires