Chaire Raoul-Dandurand">

Élections de mi-mandat 2014 : quelques prédictions et courses à surveiller

Des millions d’Américains sont conviés aux urnes, aujourd’hui, à l’occasion des élections de mi-mandat, qui ont été marquées par des dépenses électorales records… mais qui n’ont pas réussi à susciter l’intérêt de la population. À quels résultats doit-on s’attendre ?

Day of Decision Arrives with Senate Control on the Line
Photo : Getty Images

Comme tous les deux ans, en ce premier mardi suivant le premier lundi de novembre, des millions d’Américains sont conviés aux urnes — cette fois-ci afin d’élire 36 sénateurs, 36 gouverneurs et 435 représentants, de même que les membres des législatures de la plupart des États, des maires, des shérifs, et quantités d’autres officiels locaux.
Politique

Les midterms de 2014, marquées par des dépenses électorales records, n’ont toutefois pas réussi à susciter l’intérêt des Américains, qui pourraient bien bouder les urnes en grand nombre.

On peut d’ores et déjà prédire que les élections au Congrès devraient offrir peu d’occasions de réjouissances au Parti démocrate, qui peut toutefois encore espérer remporter des sièges de gouverneurs, alors que de nombreuses courses demeurent serrées.

La Chambre des représentants : vers une reconduction augmentée de la majorité républicaine

De l’avis de tous les observateurs, le contrôle de la Chambre des représentants n’aura jamais été un enjeu de cette élection.

Le taux de réélection faramineux (généralement au-delà de 90% dans les dernières années), l’impopularité de Barack Obama et la tendance historique du parti du président à enregistrer des pertes au Congrès au moment des élections de mi-mandat ont constitué dès le départ des obstacles insurmontables.

Le portrait de la Chambre devrait demeurer assez semblable, alors que les républicains devraient en conserver le contrôle, avec une majorité augmentée. En date du 31 octobre, le site Crystal Ball estimait que les républicains pouvaient espérer un gain de neuf sièges, qui porterait leur total à 243 (contre 192 pour les démocrates).

Une lutte à finir pour le contrôle du Sénat

Contrairement à la Chambre des représentants, la lutte pour le contrôle du Sénat devrait tenir les observateurs en haleine jusqu’au bout.

Les démocrates doivent défendre 21 des 36 sièges en jeu, dont certains dans des États qui leur sont défavorables.

Les sièges démocrates au Montana, au Dakota du Sud et en Virginie occidentale sont déjà pratiquement acquis au Parti républicain, tandis que ceux en Alaska, en Arkansas, au Colorado, en Iowa et en Louisiane pourraient eux aussi changer de main.

Les républicains ont besoin d’un gain net de six sièges pour prendre le contrôle de la Chambre haute. Ils seraient en bonne position pour y parvenir, selon le statisticien Nate Silver, qui évalue à 71,6 % (en date du 2 novembre) les chances d’un contrôle républicain au terme des élections.

Malgré ces circonstances défavorables, il ne faut cependant pas tenir les démocrates pour battus. Des surprises peuvent encore survenir en Géorgie, où la démocrate Michelle Nunn est dans une égalité statistique avec le républicain David Perdue, de même qu’au Kansas, où le sénateur républicain sortant Pat Roberts est en difficulté contre le candidat indépendant Greg Orman, lequel pourrait choisir, une fois élu, de faire caucus avec les démocrates.

Fille d’un ancien sénateur, la démocrate Michelle Nunn pourrait causer une surprise et remporter un siège en Géorgie. Photo : Wikipedia

Par ailleurs, en cas d’égalité 50-50 dans la distribution des sièges, les démocrates conserveraient le contrôle du Sénat, puisque le vote décisif irait au vice-président des États-Unis (Joe Biden).

Notons, en terminant, que le contrôle de la Chambre haute pourrait ne pas être décidé le 4 novembre, puisque la Louisiane et la Géorgie prévoient la tenue d’un second tour si aucun des candidats n’obtient 50 % des votes. Ce second tour aurait lieu le 6 décembre en Louisiane et le 6 janvier en Géorgie (soit après le début du 114e Congrès, le 3 janvier 2015 !).

Les courses au poste de gouverneur : une année exceptionnellement serrée

Mis à part au Sénat, certaines courses pour les postes de gouverneur devraient tenir en haleine les observateurs de la politique américaine en cette soirée du 4 novembre.

Cette situation est en quelque sorte exceptionnelle. S’il est relativement rare pour un gouverneur en exercice d’être battu aux urnes, l’agrégateur de sondages RealClearPolitics affirmait, en date du 1er novembre, que 10 gouverneurs sortants sont présentement impliqués dans une course trop serrée pour identifier un favori.

Du nombre, on trouve des États populeux, tels le Colorado, la Floride, l’Illinois et le Michigan.

Il semble par ailleurs acquis que le gouverneur républicain de Pennsylvanie, Tom Corbett, perdra son siège contre le démocrate Tom Wolf.

Près de chez nous, dans le Maine, le républicain Paul LePage et le démocrate Mike Michaud se livrent une lutte à finir.

Par ailleurs, s’il y a une course à surveiller tout particulièrement — dans l’optique de la prochaine élection présidentielle —, c’est celle au Wisconsin. Le gouverneur républicain sortant Scott Walker, un candidat probable pour 2016, y est engagé dans une lutte intense contre la démocrate Mary Burke.

Une victoire de Walker dans cet État réputé favorable aux démocrates le placerait dans une bonne position en vue de la course pour l’investiture de son parti, tandis qu’une défaite pourrait bien le contraindre à une retraite politique prématurée.

Le gouverneur Scott Walker (R-Wisconsin), candidat probable à la présidentielle de 2016, doit assurer sa réélection au poste de gouverneur du Badger State. Photo : Wikipedia/Megan McCormick

 

* * *

À propos de l’auteur

Christophe Cloutier (@CristobalClaver) est chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, qui compte une trentaine de chercheurs en résidence et plus de 100 chercheurs associés issus de pays et de disciplines divers et qui comprend quatre observatoires (États-Unis, Géopolitique, Missions de paix et opérations humanitaires et Moyen-Orient et Afrique du Nord). On peut la suivre sur Twitter : @RDandurand.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.