Mirador: pas excellent, pas inutile

J’aurais dont voulu vous dire que Mirador était excellent. Vérité, mensonge, scandale, stars, politique, que de bons matériaux pour une intrigue riche, nuancée. Un Wire québécois.

Un atout: le regard hypnotique de Pascale Bussières (Photo, pas terrible, de Radio-Can)
Un atout: le regard hypnotique de Pascale Bussières (Photo, pas terrible, de Radio-Can)

Sans rire, on sait faire l’excellence. Omerta. La première saison de Lance et compte. Temps dur — de la grande télé. J’aurais réglé pour un Scoop. Mais non.

Mirador n’est qu’un feuilleton, avec un scénario en noir et blanc peint en HD par-dessus. Une chose, une, la rend regardable: le regard hypnotique de Pascale Bussières. Mais c’est une opinion personnelle.  Ma copine, par exemple, est moins impressionnée.

Donc, pas excellent. Mais utile. Tout ce qui peut enseigner aux citoyens quelques ficelles du métier de la communication, tout ce qui peut leur donner quelques outils pour décoder l’univers médiatique est bon à prendre.  Alors, pour les yeux de Pascale et pour la relative utilité pédagogique, je vais donner à Mirador encore une ou deux chances, surtout qu’on annonce une incursion en politique la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Entièrement d’accord. Pas mauvais, mais on attendait plus.

Dichotomie beaucoup trop forte le frangins bolé qui a toute les qualités et le ti-coune qui ne l’a pas (comme dans un film de série B). Performance douteuse de La Haye dans le rôle du ti-coune. Excellente performance de Lyne encore pas fine (mais qu’est-ce qui lui arrive côté body?). Choix de musique qui ne lève vraiment pas.
Excellente caméra

En fait, le gros problème est au niveau de l’écriture. Comment expliquer que la fille a mis la drogue du viol dans le verre de sa copine avant d’aller au bar? Pourquoi votre actrice préférée s’est amourachée d’un p’tit Ricardo, 20 ans de moins qu’elle, qui fait la cuisine? Pourquoi a-t-elle laissé son Blackberry sur la table?

Je trouve les dialogues plutôt excitants et très directs.
Pour ma part, j’aime Pascal Bussières mais son visage est beaucoup trop léché. On dirait qu’elle a eu peur du HD. Le contraste est plutôt frappant lors de sa conversation avec « Philippe Racine » dans le café.
Je suis déjà accro et attends avec impatience l’épisode suivant.

tout à fait d’accord ! Pourquoi nos scénaristes font ils toujours des personnages aussi uni dimensionnels. Trauma et Mirador sont bien loin de séries américaines comme Gray’s anatomy, brothers and sisters et mad men. Aucune nuance, les bons et les méchants sont campés d’avance ce qui leur fait perdre toute crédibilité. C’est dommage nous attendions beaucoup de ces deux séries et le personnage de david Lahaye est simplement imbuvable amis pas du genre qu’on aime détesté juste du genre ouach tasse toi de là mon looser.

Je suis d’accord avec vous M. Lisée. Ce matin, après une nuit de someil, le souvenir que les images qui me reviennent le plus ce sont des gros plans des yeux Patrick Labbé. Dans mon souvenir c’était comme ceux de gros plans de héros de bandes dessinées. Pas très subtile, voire caricatural.

J’espère que les prochains épisodes que j’ai bien l’intention de regarder auront un peu plus de finesse, de subtilité. 6/10

Pascale envoutante oui. Oui aussi à l’attitude du «héro» qui déjoue, dénonce un certain journalisme axé avant tout sur sexe, scandale et sang au détriment du vrai.

Cher M. Lisée,
je suis tout à fait d’accord avec vous (et pas avec les critiques télé qui ont aimé). L’unique intérêt sera de voir les événéments à crises choisis, faire un parallèle avec la réalité. Parce que pour les intrigues personnelles, on repassera. On devine tout de suite que Patrick Labbé va reprendre avec son ex Bussières et que son frère est incapable de s’engager et collectionne les conquêtes. Tout ça à cause de la mère qui fera sûrement son arrivée dans quelques épisodes… Des clichés, du réchauffé, du déjà vu mais un brin éducatif en effet.

Dans Mirador on fait dans la caricature, comme si on avait peur que le public n’embarque pas dans une intrigue qui défile à 4X en comparaison avec Virginie… La dualité des frères (Caën et Abel) et le père magnanime, en apparence seulement, mais déterminé à atteindre ses fins peu importe les moyens, ou peu s’en faut, donne dans le manichéisme. Le père privilégiera au final dans le premier épisode la méthode « humaine » d’un Abel marqué au fer rouge de l’insensibilité au facteur humain de la machination qu’il avait lui-même ourdie. On remarque que cet Abel ne répugne pas à jouer de l’acte criminel en composant un 911 salvateur pour protéger son produit.

Tel père, tel fils; la dualité des deux fils proposée comme miroir d’une même vision où ce qui importe au final, c’est de gagner la partie !

Et pour tirer les ficelles et échafauder les plans les plus machiavéliques afin de couvrir jusqu’à l’odeur de la merde, il convient de s’en tenir éloigné avec une longue perche ou de penser le problème du haut d’un Mirador d’où l’on peut tirer sans risquer d’être soi-même atteint.

Voilà pourquoi les « Spinners » seraient perçus comme autant de manipulateurs et de lâches. La population est-elle dupe des opérations de blanchiment de clients ? Certainement pas, mais puisque les clients pensent à leur premier devoir : survivre et remporter la bataille sur le plan électoral ou médiatique, il est donné à penser que les « spinners » ont un bel avenir en ces temps de turbulences.

Autant que les yeux de Pascale Bussières ? …

Si on revoyait « Scoop » aujourd’hui, je ne sais pas si on trouverait ça aussi bon. Et « Lance et compte » est maintenant relégué, par beaucoup, au rang du psychotronique. En télé comme ailleurs, on a évolué..
En ce qui concerne Mirador, c’est sûr qu’on ne parle pas ici d’une de nos grandes séries télé, on ne parle pas non plus des mêmes budgets, semble-t-il.
Côté clichés et caricature, le pire est évité. Et les répliques sont croustillantes. Je vais au moins écouter le prochain épisode:
http://marieclaudeducas.infopresse.com/2010/01/07/allez-vous-suivre-mirador/

Bizarre !

La Haye, on dirait Jean Thomas Jobin lors de ses
shows d’humour.

Intéressant !

Pascale Bussières en reporter blondinette croustillante ?

Ca lui permet de se désnobinardiser.

« T’as d’beaux yeux tu sais » Pratique le blog pour draguer. Vous nous tiendrez au courant du résultat?

Effectivement on n’apprend pas grand chose, toutefois le personnage joué par La Haye est intéressant. Le fait qu’il parle un franglais (frenglish) assommant le rend encore plus antipathique. J’imagine que c’est voulu…

Bizarre, on dirait qu’ils se sont trompés dans l’attribution des rôles.
Mettre La Haye relationiste d’expérience et Labbé en jeune loup maladroit eût été plus crédible à mon sens…

Je n’ai pas vu Mirador.

Dans votre palmarès des séries étiquetées grande télé, je suis assez d’accord avec Omertà et Lance et compte, la 1re mouture. Si on écoute cette dernière en faisant abstraction de tout ce qui a suivi, elle demeure une série magique à plusieurs points de vue.

Je ne suis pas trop surpris dans vos choix de ne pas apercevoir Minuit, le soir et Grande Ourse, qui sont de la télé de genre, peu pratiquée en ces contrées.

Par contre, je suis étonné de ne pas y voir Bunker, le cirque, dont l’écriture férocement caricaturale de Luc Dionne et le jeu des comédiens étaient jouissifs : Pierre Savoie, Louise Marleau, Raymond Bouchard, Rémy Girard, David Boutin.

Trauma est décevant car le publicité était trop forte pour le résultat. Fabienne Larouche en met beaucoup trop et on se croirait dans une série américaine.

Mirador comme les autres téléromans ne peuvent nous faire oublier lea s bons reportages et les concerts que nous servaient la télévision d’état.

Mhouais, pour de la télé ce n’est pas mal. Et je retrouve toujours la versatile Pascale Bussières avec plaisir. Cela dit, pour le moment en tout cas, je suis un peu sur ma faim : collectionneur de comédies à l’italienne depuis ma plus tendre adolescence (je suis en train de transcoder, ému, mes vieux VHS en nouveaux DVD !), je trouve que Mirador manque à la fois de vitriol et de nuances. L’humanité des personnages, surtout les deux frères, est du genre service minimum (un autre internaute l’a bien dit plus haut : ça fait un peu « série B ») et par ailleurs une cible de choix comme les maquign… euh, les relationnistes aurait pu et dû être l’occasion d’un ‘carton’ ô combien plus dévastateur.

Je vous trouve assez cru dans vos propos, surtout les commentaires. Moi je salue Mirador, qui est ma série favorite après Trauma, qui selon moi a reçu une publicité décente qui met tout à l’honneur son contenu riche. Reste qu’il y a encore trop de Québécois râleurs qui sont incapables de reconnaître de la bonne télévision québécoise que nous offre Mirador, qui, avec un budget aussi restreint, offre un produit de qualité tout comme Trauma. J’ai 18 ans, et je lis des commentaires qui n’encouragent pas. Je vous rappelle qu’avec les coupures dans la culture, c’est quand même exceptionnel d’obtenir de la bonne télévision encore. Je lève mon chapeau à tous les auteurs, la croustillante Chantale et le choquant Luc et en les encourageant pour continuer à repousser les limites avec des scénarios de qualité. Ils auraient besoin d’encouragement, je pense. Faites pas comme le gouvernement.

J’ai adoré cette série. Beaucoup de rebondissements. Des acteurs , qui pour certains, que nous voyons rarement à la télé..et tant mieux si nous pouvons voir de nouveaux visages.
J’adore Patrick Labbé dans son personnage.
Bravo !