Miser sur les redevances: trop risqué ?

On a beaucoup parlé, dans la campagne, de ce qu’il faudrait faire avec les redevances minières à venir. Et plusieurs s’interrogent à bon droit sur le pari qui est fait sur l’avenir lorsqu’on estime que l’activité minière restera soutenue, donc qu’on peut miser sur des rentrées robustes à moyen et long terme. La préoccupante synchronisation des ralentissements économiques chinois, européen et asiatique fait planer un doute sur le court terme. Mais après.

Dans un discours prononcé ce vendredi, le président de la Banque du Canada, Mark Carney, nous rassure:

Pourquoi on s’attend à ce que les prix des produits de base demeurent élevés

Compte tenu des pressions qui s’exercent sur la croissance à l’échelle du globe, les cours des produits de base ont baissé de 13 % depuis le sommet atteint en avril de l’année dernière, et on peut s’attendre à ce qu’ils demeurent volatils.

Néanmoins, les prix sont toujours supérieurs de quelque 25 % à leurs moyennes de longue période en termes réels.

En réalité, les prix réels de l’énergie et des métaux sont bien supérieurs à leurs moyennes de long terme depuis plus de sept ans, et le niveau des prix réels des aliments n’a jamais été aussi élevé depuis 35 ans (Graphique 2).

Tout au long du boom actuel qui dure depuis dix ans, l’ampleur des augmentations de prix a été plus grande, et l’éventail des produits de base touchés plus large, que lors des booms précédents. Depuis 2002, les cours des métaux et des céréales ont plus que doublé et les prix du pétrole brut ont presque quadruplé.

On peut se demander si une telle vigueur persistera.

La Banque est d’avis que ces prix élevés sont principalement attribuables à une hausse marquée et soutenue de la demande. L’ampleur et la persistance du redressement des prix des produits de base confortent cette conclusion.

Cette croissance repose sur une urbanisation rapide. Depuis 1990, la population urbaine en Chine et en Inde s’est accrue de quelque 500 millions de personnes, ce qui représente une augmentation équivalant à la population du Canada tous les 18 mois. Malgré le ralentissement cyclique prononcé que subissent actuellement la Chine et l’Inde, ce processus séculaire devrait se poursuivre pendant des décennies.

Encore de la croisance à venir... (Cliquer pour agrandir)

Ainsi, même si l’histoire nous enseigne que toutes les phases d’expansion ont une fin, et comme la convergence vers les niveaux de consommation enregistrés actuellement en Occident est encore loin d’être réalisée, on peut s’attendre à ce que la demande de produits de base demeure robuste, et les prix, élevés.

Rassurant.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

12 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Pour contourner le problème d’inflation/déflation puisque notre monnaie est toute relative aux métaux, nous devrions mettre en oeuvre une redevance « physique », un fort KNox Québécois, dans lequel on accumulerait les métaux précieux. Par surcroît nous pourrions utiliser cette réserve comme collatéral supplémentaire contre notre dette qui elle aussi deviendrait toute relative face à notre or physique.Personne ne le fait à ma connaissance dans le monde mais à mon avis ce serait purement révolutionnaire et les agences de cotations adorerait.

avant ces remarques, je me disais : Lisée ? à l’Education.
APRÈS LECTURE DE CES REMARQUES,,, en Industrie/Commerce …?

M. Lisée, auriez-vous une citation rassurante de Mark Carney concernant les conséquences environnementales de cette hausse de la demande?

Bonjour M. Lisée,

Le risque environnemental est grand à mon avis. Bien vouloir faire la lecture du rapport du vérificateur général en octobre 2002 sur « Les Mines Abandonnées dans le Nord » et tout particulièrement les sections 3.30, 3.31, 3.37, 3.60, 3.70, 3.75.

Ce rapport date un peu, la législation a été améliorée et modifiée mais certains problèmes qui y sont mentionnés sont toujours d’actualité dans le Grand Nord. Tout au plus cela peut inspirer notre gouvernement à agir mieux dans ce domaine.

http://www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/parl_cesd_200210_03_f_12409.html

Merci

Mon avis est que l’on doit évaluer le niveau des redevances en fonction des intérès des québécois et non des société minières. Rappelez vous quand un cite minier est abandonné le réaménagement environnementale ont été aux frais des contribuables. Il en va de même pour les gaz de chiste, trop de risque environnementale pour des bénéfices corporatif.

Croissance, croissance… sur quelle planète vivez-vous? Pas la mienne en tout cas.

Urbanisation de l’Asie? ah oui, on le voit bien avec la ville fantôme chinoise d’Ordos! http://www.bbc.co.uk/news/magazine-17390729

C’est fini, Fini, FINI!

Sortez la tête du sable, messieurs (dames) nos dirigeants.

Geez, je ne sais plus quel URL vous lancer à la tête pour vous sortir tous (média et classe politico-business) de votre torpeur!

La campagne électorale a complètement ignoré ces enjeux: pic pétrolier, catastrophes météorologiques (i.e. inondations et sécheresses record) et soubresauts moribonds du capitalisme financiarisé. C’est sûr, c’était plus important de savoir qui a déjà embarqué sur le Touch de M. Accurso.

Quelque chose comme un grand peuple? Laissez-moi rire.

Et vous nous parlez de croissance! Encore et encore. Chez l’homme de la rue, cette obstination serait de la bêtise ou de l’apathie. Chez vous (les médias et la classe politiques) c’est criminel.

Nos élites nous ont trompé, faillant à leur tâche première: l’oikonomía, la gestion de la maison.

Allez, ouste !

Mark Carney nous rassure. Eh ben! Un autre vendeur d’assurance? Comme si on en manqait. Il y a quelques années le PDG d’Hydro-Québec a expliqué une baisse assé importante de certains revenus de l’année par une diminution équivalente des précipitations de l’hiver précédent. Allez raconter cela à un cheval de bois… La capacité de prod d’HQ provient surtout d’énergie accumulée d’avance et utilisable pour plus d’une année. Alors… Non seulement les explications de ces gaillards sont difficles à accepter en ce qui concerne le passé et le présent, pour ce qui est de notre futur, aussi bien consulter Madame Irma. M. Lisée, maintenant que vous êtes membre du gouvernement, rassurez-nous en ceci: De grâce, allez-y ‘mollo’ avec les prétendues ‘merveilles’ du secteur minier parceque contrairement à vous, les tentatives d’explications par l’urbanisation en Asie ne m’apparaissent que très peu détaillées et par conséquent pas très pertinentes. Les fameux marchés asiatiques, le prétendu Eldorado des occidentaux. J’en attends encore les effets positifs, car le solde net en $ dans mes poches diminu petit à petit et d’année en année comme si quelque part un Gremlin voulait ma peau. Prenez donc le temps d’en savoir réellement plus sur le sujet en fouillant l’état actuel de ce sapistri de plan Nord laissé par l’administration précédente et revenez nous en parler; disons, avant que les Libs reviennent au pouvoir. Si vous voulez un tuyau: misez donc sur la science et la technologie via le secteur manufacturier, avec les gens d’ici. Reculer avant de sauter, ça fonctionne parfois. Les mines, comme pour la loterie: Pourquoi espérer tant de ce qu’on contrôle si peu? Si on doit se débattre face à l’économie Asiatique, inspirons-nous de ses leitmotivs: Sagesse-prudence-patience.

Bon, je fais suite à mon propre commentaire, c’est contre la nétiquette, je sais…

Mais j’ai trouvé une référence pour ma convergence des crises.

Un contenu léger et vidéo en plus… en anglais cependant:

http://crisisofcivilization.com/

« The Crisis of Civilization is a remix documentary feature film investigating how global crises like ecological disaster, financial meltdown, dwindling oil reserves, terrorism and food shortages are converging symptoms of a single, failed global system. »

Bon visionnement!

@ Raymond Lutz

C’est fini, Fini, FINI!

Moi je ne suis pas sûr.

Mais une chose est certaine jamais l’Amérique ni l’Occident n’ont eu ce moyen de construire de telles choses pour l’avenir, les Chinois l’ont.

Actuellement la Chine planifie pour 30 à 40 ans que ce soit pour l’énergie ou pour les ressources.

Les fâmeuses entreprises du privé de l’Amérique, les meilleures, ont de grosses misères noires à voir 3 ans en avant, mais c’est plutôt six mois si on parle d’économie. L’Amérique à plutôt tendance à se tourner vers les armes pour planifier.

Alors, qui sera en avant dans dix ans?

@ Youlle: Yé, un interlocuteur! Merci.

Quelle économie peut prétendre vivre en autarcie complète? La demande domestique chinoise ne pourra suffire à leur propre croissance. Et la crise économique est globale.

« Is China’s bubble bursting? An expert explains the bankruptcy-driven suicides in Wenzhou and the consequences of the nation’s staggering debt » Oct 11 http://www.salon.com/2011/10/31/is_chinas_bubble_bursting/

et plus récent (Jan 12)

« Unrest in China A dangerous year: Economic conditions and social media are making protests more common in China—at a delicate time for the country’s rulers »
http://www.economist.com/node/21543477

Dans dix ans, on sera tous dans la chnoutte, en avant ou non.