Ni vu, ni Kony 2012

Êtes-vous l’une des 56 millions de personnes à avoir vu la vidéo, terriblement efficace, appelant à une mobilisation citoyenne massive pour arrêter Joseph Kony, le leader de la Lord’s Resistance Army, responsable du kidnapping de dizaines de milliers d’enfants soldats en Ouganda et dans les environs depuis 25 ans ?

C’est un petit bijou d’instrument de mobilisation. (Vous pouvez le voir à la fin du billet.) Le ton, le montage, l’utilisation des enfants — blancs et noirs — le rythme, les étapes à franchir, tout y est. (En fait, je me serais passé de la référence à Hitler, entre autres.)

Mais voici la question: est-ce efficace ? Et la deuxième, qu’est-ce que j’en sais, moi qui suis concentré sur la politique québécoise ?

Joseph Kony et quelques-unes de ses victimes

Eh bien vous allez sourire, il se trouve que ma tendre et compétente conjointe, Sandrine Perrot, fait partie de la poignée de spécialistes mondiaux sur la question. Chercheure à SciencesPo Paris, elle a interviewé des dizaines d’ex-lieutenants de Kony, visité ses victimes, discuté avec les forces qui lui résistent, écrit moultes analyses fines sur la question. Et elle est même occasionnellement consultée par le Département d’État américain et par le gouvernement français sur le sujet.

Je retiens de nos conversations qu’il y a fort à douter que Kony soit arrêté en 2012, peu importe le nombre de millions de courriels et de gazouillis envoyés par toutes les bonnes volontés du monde, Angelina Jolie compris. Et je m’inquiète de la déception qui pourrait s’abattre sur les jeunes mobilisés dans l’opération lorsque, le premier janvier 2013, Kony continuera à rire dans sa moustache.

Pourquoi ? Parce que ce n’est pas la première fois qu’une opération militaire est organisée, par l’armée ougandaise et avec l’appui de l’armée américaine, pour arrêter Kony et ses troupes. Non seulement les tentatives précédentes ont échoué, mais alors même que l’administration Obama a envoyé, en octobre dernier, 100 conseillers militaires pour mener à bien cette opération, l’armée ougandaise, elle, a démobilisé la moitié des 4 000 soldats qu’elle avait précédemment engagé dans cet effort. (La lettre envoyée par les organisateurs de Kony 2012 à Obama ce 7 mars est d’ailleurs plus lucide que la vidéo à ce sujet.)

Il est coriace et mobile, ce Kony. Il se déplace de la zone nord de l’Ouganda, sa base historique, vers le Sud-Soudan et maintenant vers le nord-est de la République démocratique du Congo et le Centrafrique. Avec les années, il est devenu complètement autonome, endurci, aguerri, capable de se réinventer et de se régénérer dans ces immenses zones de non-droit, où les structures étatiques sont pour l’essentiel inexistantes.

Comment déjoue-t-il la quincaillerie électronique américaine ? Depuis la dernière tentative de capture, Kony a jeté ses radios et ses téléphones satellitaires. Il est revenu à l’encre, au papier et aux coursiers pour communiquer avec ses troupes.

Surtout, il profite d’un camouflage qu’aucun Taliban ou milicien irakien ne détenait pour se protéger des drones et de l’œil perçant des satellites américains: la canopée. La couverture feuillue de la jungle lui sert de parapluie et rend très difficile les missions d’observation.

Les Américains ont déjà affronté ce problème: avec les soldats Vietcongs dans les années 1970. D’où leur utilisation massive de défoliant (dont le fameux « agent orange ») sur la jungle vietnamienne. Mais — cela ne vous a pas échappé — les Vietcongs ont gagné.

Kony a une autre arme, surnaturelle celle-là. Ses soldats le croient doués de pouvoirs spéciaux, qui lui permettent de voir et de savoir, à distance, ce qu’ils disent de lui, et à qui. Ce qui tend à faire taire les défecteurs (surtout ceux d’origine ougandaise), du moins assez longtemps pour que leur information ne soit plus utile à sa traque.

Bref, arrêter Kony serait une bonne chose. Il est le premier des crapules mises en accusation par la Cour Pénale Internationale (ce qui, paradoxalement, rend toute tentative de négocier avec lui futile). Sa responsabilité dans les millions de morts que compte la région RDC/Sud-Soudan/Ouganda au cours du dernier quart de siècle est cependant minime. Cela ne l’excuse pas, mais permet de mettre en contexte une dynamique de violence assez répandue dans la région.

Kony sera-t-il arrêté en 2012 ? L’immense opération de relations publiques lancée ces derniers jours augmentera la pression sur le gouvernement américain pour qu’il investisse davantage de moyens dans sa capture.

Mais si on avait lancé, après le 11 septembre 2001, un mouvement Ossama 2002, cela aurait-il changé quelque chose ?

Le fait est que Kony est plus difficile à appréhender que Bin Laden. Grâce au mouvement de mobilisation, il restera dans le radar politique américain en 2012 et peut-être en 2013.  Si Kony est aussi résistant dans les 24 prochains mois qu’il le fut au cours des derniers 25 ans, peut-être mourra-t-il, de vieillesse, à l’ombre de la canopée.

Pour un point de vue critique de la vidéo, lire ici. Pour un sommaire des critiques de la campagne Kony 2012, voir ici.

Les commentaires sont fermés.

Tout a votre honneur M Lisée de faire hommage au qualités professionnelles et au travail de la femme qui partage votre vie et de lui apporter votre soutient en sensibilisant vos lecteurs à la cause quelle défend en cette journée de la femme. Avançons

Vous avez peut-être aussi manqué l’excellent billet de Michael Wilkerson publié hier par la revue Foreign Policy, qui reprend quelques-uns de vos arguments.

Comme vous le dites, il semble que Kony ne soit plus en Ouganda depuis quelques années.

Peu être que en 2012 il ne sera pas arreter! alors campagne 2013?

Je penses que l’initiative est assé belle et assé interessante pour mérité un appui.

Peu être que ca ne marchera pas… mais si ca marchait?

Merci de votre point de vue éclairant. Salutations à Madame Perrot pour son travail.

Je prefere les idealistes qui font ce qu’ils peuvent aux cyniques qui savent et qui ne font rien.

Très impressionnantde vous lire comme toujous

M Lisée.Félicitations à votre douce.

« Si Kony est aussi résistant dans les 24 prochains mois qu’il le fut au cours des derniers 25 ans, peut-être mourra-t-il, de vieillesse, à l’ombre de la canopée. »

Ça fait mal cette phrase, ça coupe l’herbe sous le pied.
Il n’y a eu aucune manifestation de masse de ce genre depuis les derniers 25 ans… pourquoi ne pas y croire?
C’est bien facile de douter.
On y est habitué.
On a rarement encourager dans les médias, rarement appuyé, rarement oser l’espoir.
Vous êtes le miroir de la société.
Peut-être que si vous osiez croire en l’homme, l’homme se reconnaîtrait et oserait croire en lui-même.
C’est la confiance qui fait bouger les choses.

« Mais si on avait lancé, après le 11 septembre 2001, un mouvement Ossama 2002, cela aurait-il changé quelque chose ? »

Nous ne pouvons pas le savoir puisque nous ne l’avons pas fait.
Vous proposer quoi dans cette situation?
Que l’on ne posent aucun geste sous prétexte que c’est peine perdu alors que l’on a rien tenté, nous, le publique.
Puisqu’il semble que kony ne soit plus en Ouganda, nous devrions tous retourner à nos nombrils???

Il y a de sérieuses raisons de douter de la volonté réelle d’arrêter Kony, qui est selon moi davantage un épouvantail servant de prétexte pour diverses opérations armées, comme les FDLR servent d’épouvantail à Paul Kagame pour envoyer ses tueurs terroriser la population des Kivus, en RDC, et y violer les femmes sous l’oeil complice des Casques bleus, des ONG à gages et des médias oligarchiques. C’est ainsi que Kagame a opéré un gigantesque nettoyage ethnique dans les Kivus et en est devenu le vrai patron. Kabila n’est qu’une marionnette de Kagame.

Les deux reportages ci-dessous lèvent le voile sur la complicité des Casques bleus, mais sont l’exception à la règle dans les médias.

http://www.tagtele.com/videos/voir/59294/

http://www.tagtele.com/videos/voir/63839/

Il y a aussi de sérieuses raisons de douter de la responsabilité de Kony dans les crimes qu’on lui reproche. Il a beaucoup plus l’air d’un illuminé que d’un grand assassin. Voyez plutôt le reportage suivant, où le journaliste doit admettre n’avoir vu aucune trace d’enfants kidnappés ou maltraités.

http://www.youtube.com/watch?v=KdBcypx1DfE

Remarquez qu’en cent fois plus de temps, ce reportage a été vu par vingt-cinq fois moins de personnes que la vidéo virale dont parle M. Lisée et qui est un très bon exemple des méthodes de désinformation de la CIA, du Pentagone et du Département d’État pour nous faire croire à une initiative populaire ou citoyenne. Ce fut le cas du printemps arabe, qui a servi à mettre des salafistes au pouvoir en Libye et qui a fait reculer l’Égypte et la Tunisie de quelques siècles aussi. Le printemps arabe était une mise en scène orchestrée avec beaucoup d’argent et des moyens de communication énormes, y compris les grands médias et les médias sociaux, que les désinformateurs de l’oligarchie ont les moyens de manipuler à grande échelle.

Demandez-vous pourquoi les maitres du monde propagent leur vidéo activiste anti-Kony sur Facebook, mais pas l’entrevue pourtant drôlement plus instructive avec Kony. Serait-ce parce que cette entrevue ne cadre pas avec la perception qu’ils veulent nous donner de Kony? Si les oligarques le voulaient, 32 millions de personnes auraient vu et entendu le reportage exclusif sur Kony et pourraient se faire une meilleure idée du genre d’homme dont il s’agit. Ce n’est pas le cas. Pourquoi?

La chasse à Joseph Kony est sans doute une autre mise en scène. Le but? Justifier l’envoi de GI sur le terrain, en Afrique, là où se trouvent d’immenses réserves de pétrole, de coltan, de cassitérite, d’or, de diamants, etc. C’est que les marionnettes mises au pouvoir par l’Empire finissent par désobéir, et on ne peut plus leur faire confiance. Paul Kagame, du Rwanda, en est un bel exemple. Il fraye un peu trop avec les Chinois depuis quelque temps.

Concernant la tendre moitié de M. Lisée, qui semble croire au père Noël, il faut dire que beaucoup de supposés spécialistes sont consultés par les gouvernements occidentaux non pas en raison des connaissances particulières de ces spécialistes, mais surtout parce qu’ils disent aux décideurs psychopathes ce qu’ils veulent entendre et ce qui leur permet de justifier divers massacres stratégiques. Hiroshima en fut un bel exemple. Aujourd’hui, l’Empire commandite le terrorisme en Syrie et tue avec ses drones en Afrique et au Moyen-Orient, grâce aux avis éclairés de faux spécialistes et à une propagande de guerre massive dans les médias, y compris à Radio-Canada.

Au Canada, quand on en sait trop et qu’on en dit trop sur l’Afrique, on n’est plus un spécialiste, mais une cible pour les poursuites-bâillons (Alain Deneault) et la diffamation (Robin Philpot). Les spécialistes dociles ne sont pas inquiétés et savent très bien où se situe la limite à ne pas franchir pour garder leur chaire.

Aucun pessimistes n’a inventé ni découvert quoi que ce soit. Et comme personne ne l’avait fait avant, aller sur la lune était plutôt farfelu il y a 50 ans. Changeons et le Monde changera. Comme disait Gandhi: « Be the change you want to see in the world. »

Je suis de ceux pour qui le verre est toujours à moitié plein. Quoique techniquement il est toujours plein. Air + eau.

Rêvons encore un peu. Et merci pour votre éclairage Jean-François.

Je suis très impressionné par cette campagne et je souhaite fortement qu’elle aboutisse tel que souhaité. merci pour votre point de vue équilibré sur les chances de succès de la campagne. Je comprends les risques de déception de tous les jeunes impliqués dans cette campagne mais, l’approche est franchement originale et a déjà fait ses preuves dans d’autres contextes. De plus, qui ne risque rien………

Je souhaite que l’administration Obama réalise l’impact médiatique majeur que pourrait avoir le succès de cette campagne lors de la prochaine année électorale présidentielle et mette les moyens nécessaires pour en assurer le succès.

Elle est belle comme le jour!

Et dans un tout autre ordre d’idée…

Ce n’est pas pour rien que l’on nomme le diable « le malin ».

Les enfants sont innocents et purs. Ils ne connaissent pas le mal, mais nombre d’entre eux sont souillés par le monde.

« L’homme est bon de nature mais il se corrompt et se déprave au contact de la société. » (J.J.Rousseau)

Je connais des tas de gens qui sont foncièrement bons. Et je sais qu’il y a des êtres que l’on qualifie de psychopathes. Même si certains individus peuvent y être disons prédisposés, il est rare que l’on naisse dément. Ainsi, la « prédisposition » trouverait sa source dans le milieu qui façonne l’individu.

Je crois que le monde est sous l’emprise des psychopathes.

Lorsque nous nous adressons à des tyrans pour traquer un tyran, la réussite s’en trouve nécessairement compromise.

Nous ne devrions jamais faire confiance à des psychopathes. Et pourtant, ce sont eux que nous choisissons pour s’occuper des affaires de notre État. Nous connaissons le résultat!

Avant de voter, nous devrions y penser!

Hypocrisie et cynisme au paroxisme!
Qui s’intéresse vraiment aux enfants ougandais ou d’ailleurs? Le malheur de ces pauvres fait le bonheurs de tous ceux qui se font de la pub sur leur sang.
Qui est Kony par rapport à tous ces seigneurs de guerre reçus en Occident par les gouvernements, les médias et les clubs de «scientifiques» avec honneurs et fanfares?
Arrêtez de prendre les victimes pour des valises. Ce qui intéresse est le pétrôle, la sécurisation de notre confort.
Kony pèse combien de livres de crimes comparé ;a Bush et ses carnages en Irak? Avez-vous entendu un chat mioler l’appel à l’arrestation de ce boucher qui nous est cher? Pas même vous, cher Lisée!
Si vous voulez faire des recherches vraiment humanistes et non hypocrites, remontez les filières du commerce des armes et des matières premières.

C’est ici en occident qu’il faut faire des arrestations, et vous verrez les «kony» tomber comme des mouches.

Donner de la visibilité à ce mouvement et faire pression sur le gouvernement américain pour qu’il investisse plus dans sa capture est une chose mais la question que beaucoup se pose est : quel est le meilleur moyen pour nous, citoyens québécois et d’autres nations, d’aider la cause des enfants soldats et les victimes de Joseph Kony?

Votre femme aurait-elle des suggestions d’organismes?

Je veux bien acheter la trousse et faire la promo du mouvement Kony 2012 mais j’aimerais aussi aider financièrement les enfants et non la chasse à l’homme!

Allez voir ce lien http://allafrica.com/stories/201203080913.html

In October 2011, U.S. President Barack Obama announced that he was sending 100 Special Forces soldiers to help the Ugandans hunt down Kony. By the end of the year, the Ugandan army confirmed that the troops had moved along with the Ugandan army to Obo in the Central African Republic and Nzara in South Sudan.

The problem with Invisible Children’s whitewashing of the role of the government of Uganda’s president Yoweri Museveni in the violence of Central Africa is that it gives Museveni and company a free pass, and added ammunition with which to bludgeon virtually any domestic opposition, such as Kizza Besigye and the Forum for Democratic Change.

By blindly supporting Uganda’s current government and its military adventures beyond its borders, as Invisible Children suggests that people do, Invisible Children is in fact guaranteeing that there will be more violence, not less, in Central Africa.

>>>Mais est-ce efficace ?

On verra en temps; les resultats seront disponibles eventuellement. Il faut qu’on soit un peu patient.

« Et je m’inquiète de la déception qui pourrait s’abattre sur les jeunes mobilisés dans l’opération lorsque, le premier janvier 2013, Kony continuera à rire dans sa moustache. »

J’hallucine ???
Moi je m’inquiète plutôt des enfants enlevés ou mutilés ou assassinés, des parents tués par par leur propres enfants contraints de le faire !
Le simple espoir que ressentent les opprimés du fait de voir qu’il y a d’autres humains sur la planète se soucient d’eux et qui veulent agir, ça vaut le coût ! Peu importe le temps que ça prendra.
Quel texte décevant de votre part.

Mr Desgagné, COMMENTAIRE 8

Si Mr Lisée est la «lumière» qu’un journaliste et écrivaint devrait être, je lui suggère de se nourrir de tes éclairages plutôt que de se référer à son amour.

Les tragédies humanitaires dans le monde sont étroitement liées à la corruption des médias et des sorciers du savoir dits chercheurs ou spécialistes.
Si l’Actualité n’était pas corrompue, nous devrions par exemple lire ton commentaire 8 en page article, et l’article de Lisée en commentaire. Et Lisée n’est ni le premier ni le grand pollueur/lessiveur des mémoires.

Et si une notoriété publique venait à déséquilibrer davantage ce personnage et lui faire prendre des risques qu’à date, il n’a pas trop encourus, sûr de sa stratégie habituelle? Peut-être est-il fatigué de son petit train-train de vingt ans et réagira-t-il effrontément pour jouer avec le grand géant américain? Sortant de sentiers battus, ne sera-t-il pas plus facilement épinglable? Si on n’entreprend rien, rien ne changera. Il faut essayer différentes recettes. L’ardeur de ces jeunes et l’immense mobilisation suscitée par eux mettront peut-être le feu aux poudres? Il est de mauvaise humeur de couvrir la marmite de si bons sentiments. J’en suis pour créer un événement sans précédent vendredi le 20 avril prochain. À suivre…

Oui c’est une « bonne idée » (hum), qui a abouti avec l’envoi de conseillers US pour la force militaire d’un gouvernement en lui-même « carnassier »… Et Kony court toujours. Ce qui m’étonne, c’est que le type de la vidéo ne fait pas du tout appel à l’ONU ou ses casques bleus, il me semble que ce serait pourtant de leur ressort non? Ou moins compliqué à convaincre, leur «politique étrangère» ne s’attardant pas (théoriquement) à prioriser quelque intérêt de groupe financier, contrairement à la politique étrangère US… Enfin bref, au minimum, c’est un excellent stunt marketing pour le CV du type de la vidéo, c’est surtout lui (et son fils) qui se font connaître, Kony étant un bon « faire-valoir »… Mais bon, telle une hypocrisie ou naïveté bon-enfant, il faut croire qu’on a besoin de cela pour se rappeler (et se convaincre) qu’il nous reste un « coeur à la bonne place », pas pour réellement combattre tous les bandits et destructeurs de monde qui arpentent notre planète.

Francois Munyabagisha, je crois que M. desgagné a tors et raison en même temps. Par exemple, sa perception de ce qui se passe en Syrie est erronée. De un, on parle d’un dictateur qui use de violence pour museler toute remise en question de quelque décision du pouvoir en place. Il est normal que des populations prennent l’opportunité de se faire entendre et de s’opposer ouvertement, surtout quand c’est dans « l’air du temps » (alors qu’en un tel contexte la justification est confortée par tout un continent et même l’outre-atlantique). De deux, il semble que les faits contredisent le s propos de M. Desgagnés : outre les proclamations de bonnes intentions et la paperasse que l’on signe en grande pompe à l’ONU, que se passe-t-il? Les gouvernements eux-mêmes ont intérêt à ce que le dictateur de Syrie reste au pouvoir. D’ailleurs, ce dernier les a bien manipulés en stigmatisant ce mouvement démocratique de fond et de tous horizons religieux confondus, en le stigmatisant disais-je sur une poignée d’extrémistes islamistes. Ainsi il a su semer la peur chez ces pouvoirs occidentaux qui le laissent en réalité bien tranquille (la peur de l’islamisation que les européens ne cessent de dénoncer en leurs contrées).

Surtout, ne faisons rien.

Tout le monde est corrompu et rien ne marche.

Alors c’est bien plus simple de continuer à regarder Occupation Nulle…

(Par contre on peut au moins éviter de jeter son argent par les fenêtres en le donnant à une organisation qui n’investit que 32% sur le terrain…)

Bah! Quand la CIA n’en aura plus besoin, on s’en débarassera. L’instabilité c’est bon pour la vente d’armes et qui sont les fournisseurs de Kony? Le groupe Invisible Children semble très rétissant à soulever cette question pourtant fondamentale.

Les plus populaires