Notre mission: Aider les journalistes de Rad-Can à aider les ministres de Harper

Ces pauvres ministres ont besoin d'aide. Radio-Canada ne peut les laisser tomber !

Les journalistes de Radio-Canada sont bien en peine, ces jours-ci. Le nouveau code de conduite officiel des salariés de la boîte, y compris des cadres et journalistes, décrit de la façon suivante le comportement souhaité:

Article 1.2 Ils exécutent avec loyauté les décisions prises par leurs dirigeants conformément à la loi et aident les ministres à rendre compte au Parlement et à la population canadienne.

Ah ! Aider les ministres à rendre compte ! Qu’est-ce que cela pourrait bien vouloir dire ? Tout est question d’interprétation. Le syndicat des journalistes de la maison, soutenu par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, a choisi d’y voir une menace à l’indépendance des médias.

Je ne vois pas pourquoi. D’abord, si le gouvernement Harper a insisté pour qu’on indique que les employés de Rad-Can doivent « aider » les ministres, il s’agit d’un éclatant geste de transparence. Oui, oui. Ottawa admet que les ministres ont besoin d’aide. On ne peut être en désaccord avec ce message implicite.

Quelqu’un au bureau du Premier ministre s’est rendu compte que la pratique courante du mensonge, des lignes partisanes, faux-fuyants et autres entourloupes n’était pas, à long terme, dans l’intérêt du Canada. À qui demander de l’aide pour corriger cette situation ? À Sun News ? Restons plausibles !

Il est clair pour moi que la directive donne un énorme feu vert aux journalistes de Radio-Canada, les enjoignant de faire preuve de plus d’aplomb dans leur tâche d’aider les ministres à une meilleure reddition de compte.

Je donne un exemple. En entrevue, le journaliste pourrait dire:

« Permettez-moi de vous rendre service, en toute loyauté, Monsieur le ministre, mais cela vous aiderait beaucoup si vous nous disiez la vérité au sujet du coût des F-35, plutôt que le mensonge éhonté que vous venez de répéter. »

Et si le ministre regimbait devant tant d’outrecuidance, le journaliste pourrait rétorquer:

« Je n’y peux rien, Monsieur le ministre, je suis obligé de vous prodiguer cette aide, c’est écrit dans mon code de conduite! »

L’Ombudsman à la rescousse

Bon, j’admets que la clause introduit un biais. Pourquoi les artisans de la SRC devraient-ils aider seulement les ministres à rendre des comptes ? Et seulement les fédéraux ? Ne doivent-ils pas aider aussi les ministres des provinces — et particulièrement ceux du Québec ? Et les maires ? Et tous les politiciens ? Et les syndicalistes, étudiants et autres ? Enfin, tous les pouvoirs et contre-pouvoirs ?

Il y a une très bonne raison. Que certains, vous allez le constater de suite, refusent de comprendre.

Si vous êtes, comme moi, un lecteur attentif des avis de l’ombudsman de Radio-Canada, vous aurez pu constater ce mardi combien il diverge d’opinion avec ceux qui, à Ottawa, veulent donner la priorité de l’aide journalistique aux élus majoritaires fédéraux.

En l’espèce, le citoyen Dominique Sideleau se plaignait qu’un certain soir, Radio-Canada ait donné autant, sinon plus, de temps d’antenne à François Legault — un non élu — qu’à Amir Khadir — un élu.

L’ombudsman, prétextant « Impartialité et indépendance » (il ose même mettre ces termes dans l’intitulé de son site internet) s’est permis d’intituler son avis: Le service de l’Information doit-il prioriser les propos des élus?

C’est de la déloyauté caractérisée ! La directive est pourtant claire: il faut aider les élus qui sont des ministres fédéraux. Personne d’autre n’est mentionné, cette priorité est absolue!

Tourangeau incarne le refus de mettre les priorités à la bonne place

Ancien journaliste et cadre de l’information, donc suspect de vouloir se rebeller contre la directive, ce dénommé Pierre Tourangeau (circonstance aggravante: un ami de votre blogueur) écrit ce qui suit (du moins c’était toujours non censuré sur le site de Radio-Canada ce jeudi soir vers 21h):

S’ils donnaient systématiquement préséance aux points de vue de certains citoyens, aux élus par exemple, comme le souhaite M. Sideleau, les journalistes de Radio-Canada ne pourraient «refléter fidèlement l’éventail des expériences et des points de vue des Canadiens, » comme l’exige le premier principe [du code de déontologie].

S’ils devaient accorder plus d’importance aux élus, les journalistes ne respecteraient pas non plus le deuxième, car ils ne seraient pas indépendants « des pouvoirs politiques ».

On comprend le principe invoqué: il y a tellement de gens à aider à rendre des comptes que les journalistes ne peuvent pas, règle générale, prioriser ceux-ci plutôt que ceux-là.

Mais ce Tourangeau, le syndicat et la FPJQ ne pourraient-ils pas descendre de leur Tours d’Ivoire et de leurs chevaux de principes déconnectés pour admettre que, dans la réalité, il y a des priorités.

Si, début 2012, quelqu’un a démontré, plus que tout autre, son criant besoin d’aide pour rendre des comptes, c’est bien le gouvernement Harper et ses pauvres ministres. Avec la directive, ils crient à l’aide, ils implorent les professionnels de l’information.

Quelqu’un à Radio-Canada va-t-il enfin les écouter ou ces handicapés de la reddition de compte devront-ils, à leur corps défendant, s’adresser au privé ?

Laisser un commentaire

Somme-nous en train d’assister à une lente, mais certaine dérive. Des lois adoptées à répétition sous le baillon et maintenant, des directives aux journalistes de la SRC. N’est-ce pas de cette façon que tranquillement les États totalitaires prennent forme? Je suis inquiet.

L’autre jour, dans un topo du radio-journal de la SRC, on a passé en rafale les commentaires de Jean Charest, de Pauline Marois, de François Legault et d’Éric Caire au sujet des revendications étudiantes… Sans doute y a-t-il eu erreur au montage, car Khadir était sans voix, tandis que la CAQ parlait en stéréo… Erreur??? Je continue de penser que le citoyen Dominique Sideleau avait bien mis le doigt sur qqch de bien réel…

Un pas de plus vers un régime autoritaire!

De plus en plus , Harper tente de se rapprocher de son idole , la Chine, et faire le Chanada : contrôle extrême, capitalisme sauvage, parti unique! Le peuple du ROC finira-t-il par protester à l’instar des Québécois qui ont élu le NPD?

un jour pas si lointain ont pourra raconter a nos enfants que nous avons déja connu, a une autre époque, un régime politique qui s’appelait démocratie,c’était hier a peine, avant harper et sa bande.

la castration intellectuelle a toujours fait partie de la boite(souvenez-vous des minutes du patrimoine a scully ) et comme le dis si bien le proverbe,stand up and fight or shut up and die like an aviator.

Totalement grotesque et malheureusement synonime d’une dérive totale. Cela ressemble à du totalitarisme et à de la dictature de pensées. Ce n’est même pas caché alors que sous M.Trudeau et M.Chrétien, on le disait en catimini, laissant libre des journalistes de critiquer le pouvoir en place. Scandaleux et franchement dangeureux.

Il n’y a même pas place à de l’humour tellement c’est incroyable.Merci pour l’infos et vive la liberté de presse.

Ce n’est pas qu’au fédéral qu’on tente de mettre en laisse les fonctionnaires. Au ministère de l’éducation du Québec, les fonctionnaires sont maintenant sommés de cesser de porter le carré rouge: http://www.ledevoir.com/societe/education/349270/titre

On veut même contrôler leur vie privée: « … l’obligation de « faire preuve de réserve dans la manifestation publique de vos opinions. Cette obligation s’applique autant dans votre vie privée que professionnelle ». »

Toutefois, on continue à tolérer le kirpan, le hidjab ou la croix.

Une société d’état fédérale n’est pas le bon outil de propagande séparatiste. Et encore moins de désobéissance civile. Quand au fait que ce soit les gestionnaires qui gèrent c,est normal, quand les employés veulent faire de l’ingérance c’est le temps de faire du ménage. Toute entreprise s’attend a ce que les employés respectent la culture et la mission de l’entreprise. Dans ce cas ci donner une information sur l’actialité de tout le Canada, en français mais pas seulement la vie des francophones. Le Canada a une grande diversité de payeurs de taxes et de citoyens qui doivent recevoir une information de qualité professionnelle et le plus objective possible. Diffuser les communiqués des parlements en direct autant que possible et de manière professionnelle pas en mettant la table pour créer des attentes pour entretenir une crise créer de toute pièce grâce au concours des médias. Ce que j’entends dans cet avertissement cest que probablement que les fonfons syndiqués selon leur habitude suite au changement de direction ne collaborent pas avec la nouvelle direction et font de l’ingérance en voulant contrôler l’Information.

C’est dans la continuité. Julie Miville-Dechêne avait la même « impartialité ». Comme Simon Durivage et d’autres. Le journalisme à Radio-Canada, c’est une honte pour la profession…

Les conservateurs ne tarderaient pas à créer des goulags au Yukon…s’ils étaient assez intelligents pour savoir ce que ce mot signifie.

Qu`est-ce que la liberté? Curieux que l`on soit obligé de parler de loyauté, de se conformer à la loi? Aident les ministres à rendre compte au Parlement? Mais dans quel système sommes-nous? Des journalistes médiateur entre les ministres et le Parlement? Ai- je bien compris? Je ne vois pas le rôle de médiateur entre les ministres et la population ? Et les premiers ministres, sont-ils inclus? Les journalistes des exécutants? Les dirigeants vont se conformer à la loi? Je l`espère! Mais en somme ils seront les seuls interprètes de la loi! Ont-ils eux des rapports définis avec les ministres? Etc. Oh! est-ce vraiment un article du fameux code de valeurs et d`éthiques (sic)? Comment peut-on élaborer un « code » d`éthiques (sic)?
(Publié aussi comme commentaire au Devoir )

Je suis complètement soufflée par cette directive!
Nos journalistes radio-canadiens devaient déjà travailler dans les bureaux du contentieux pour nous informer « comme il faut ». Qu’est-ce que ce sera dans l’avenir? La seule consolation, si l’on oeut dire et si ça dure, c’est que Harper baisse dans les sondages… Mince consolation quand même .
C’est triste d’être les témoins de la dévalorisation de « notre » pays.

Pour aider les gens de pouvoir à mieux faire passer leur message, l’engagement… l’enrôlement de la lagentefeminine par le service des nouvelles de Radio Canada permettrait à tous et à toutes de noyer le poisson en rendant absolument incompréhensible quelque argument que ce soit. (cf #10)

La pensée unique, l’idéologie unique, de l’unique gouvernement Harper.

J’en veux encore plus…

Vous savez ce qu’il vous reste à faire M Lisée!!!

Il est temps de vous convertir à l’empire Bleu des Sables Bitumineux ou bien faudra vous trouvez une job. Je suis certain que plusieurs ici ont fait des rapports dévastateurs sur votre libre pensée.

En parlant de liberté, j’ai toujours cru que la force de notre démocratie reposait justement sur la liberté de presse. Dire que nous faisons la guerre ailleurs pour défendre la liberté!

Il y a bien plus de conservatisme, de propagande et de mesure proche de la dictature que de droite économique dans leur propos.

Si on avait une culture plus propre, plus éduqué et intègre il y aurait beaucoup plus de mouvement populaire contre les conservateurs de Harper et la corruption de Charest.

Désopilante chronique, vraiment. Délectable!

Au-delà du fond, sur lequel les démocrates seront je l’espère unanimes, la forme est particulièrement savoureuse.

Les manifestations de l’esprit sont trop rares pour ne pas les souligner. Bravo M. Lisée!

J’ai bien ri en lisant votre billet mais je ne crois pas qu’on trouverait la situation très drôle
si jamais ceux qui « refusent de mettre les priorités à la bonne place » se voyaient remplacés de force par de petits thuriféraires de services.

Mais de quoi se plaint on? On savait très bien qui était Harper avant de lui donner ce mandat majoritaire. Ce qui me surprend ce n’est pas qu’il soit tellement obtu, manipulateur, fédéraliste intraitable et conservateur d’extrème droite. On le savait. C’est là que ça fait mal!
Il ne nous reste qu’à attendre la prochaine fenêtre pour sortir de la cuisine si on endure plus la chaleur. Une élection suivi d’un référendum ou??? À moins qu’on s’habitue à la chaleur…

Est-ce le même « code » qui prévaut pour les journalistes de CBC (RoC)? Ça pourrait être différent.
Le fossé s’élargit même chez les journalistes de cette institution canadian.

quoi, ça devrait facilité nos relations avec la chine et la corée du nord,non?pourtant ils pensent exactement comme nos conservateurs.lol

M.lisée dans votre exemple vous ne pouvez rétorqué que vous aidé le ministre. Vous êtes en train d’aider la population à savoir la vérité sur les coûts du F-35. Selon le nouveau code de conduite , vous seriez exclus sur le champ de Radio Canada. Le ministre d’Harper aurait raison de regimber, vous ne l’aidé pas a faire comprendre l’idée ou le message de son boss Harper. Donc je vous demande un peu plus de rigueur intellectuel dans vos exemples pour bien saisir la pensée d’Harper si on veut s’en débarrasser un jour. Chose loin d’arriver.

Les plus populaires