Nouveau parti: Quelles forces pour Force Québec ?

Le journaliste de TVA Robert Plouffe nous apprenait ce mercredi que le nouveau mouvement politique que tente d’organiser François Legault s’appellerait Force Québec. Je dis: pas mal ! L’idée étant de rendre le Québec plus fort, c’est bien trouvé.

Premier test des Féquistes: égaler la force de frappe des lucides.
Premier test des Féquistes: égaler la force de frappe des lucides.

Cependant, le nouveau groupe devra faire une démonstration de force pour gagner une crédibilité durable dans l’opinion.

Certes, le jour de l’annonce du lancement du mouvement, la présence d’un ancien ministre senior du gouvernement Bouchard (ou deux), annonçant vouloir s’opposer à son ancien parti aura un impact négatif sur le Parti québécois. Cela le mettra sur la défensive. Généralement — j’en ai fait plusieurs fois l’expérience — le PQ gère très mal la défensive et le fait de la pire façon: en ordre dispersé.

Mais une fois ce moment passé, la question reviendra: quelle crédibilité donner au mouvement de François Legault ? C’est le politologue de l’Université Laval Vincent Lemieux qui nous a enseigné comment l’opinion accorde du crédit à un groupe politique: par cercles concentriques, le groupe doit d’abord montrer sa capacité à assurer sa cohésion et unir ses alliés potentiels, sinon il n’est pas considéré comme compétent pour rassembler au-delà de ces premiers cercles.

1) Réunir les lucides

Au jour de sa fondation, le FQ (je suppose que ce sera le sigle, on parlera donc des Féquistes) doit survivre à un premier point de comparaison : le nombre et la qualité de signatures réunies il y a cinq ans par les lucides, dont ce mouvement est l’héritier politique.

On y trouvait notamment les Facal, Bouchard, Robert Lacroix, Claude Montmarquette, Pierre Fortin, l’ex-ministre libéral Guy Saint-Pierre, la productrice Denise Robert et la chef d’entreprise Denise Verreault.

François Legault n’a pas besoin des mêmes, mais il doit présenter un calibre équivalent. La présence ou l’absence des Bouchard et Facal, seront, a fortiori, une indication forte de sa capacité, ou non, de rassemblement.

On rapportait ce jeudi, sur TVA et la SRC, que Charles Sirois, l’homme d’affaires qui fit à la fois fortune et faillite dans les télécommunications, et Normand Legault, ex-pape de la Formule I,  étaient présents lors d’une rencontre d’information/stratégie, le 11 septembre dernier, à la résidence de François Legault. Seront-ils du voyage ?

2) Les futurs-ex-adéquistes

Une fois passé le test de la reconstitution de la force de frappe des lucides, le test de la crédibilité se portera sur la capacité du FQ d’intégrer ses jumeaux idéologiques, les députés de l’ADQ. Il semble acquis que l’ex-aspirant chef puis adéquiste démissionnaire, Éric Caire, sera du voyage féquiste. Bien.

Mais les autres députés, Gérard Deltell en tête, feront-ils le saut? En un sens, si Legault et son équipe n’arrivent pas à rallier ceux qui sont de leur famille idéologique, et à absorber ce qui reste de l’ADQ sous un chapeau nouveau et amélioré (comme le RIN s’est dissout dans le PQ), cela sera vu comme un signe de faiblesse.

S’il y arrive, cependant, cela donnera au nouveau mouvement une petite aile parlementaire, ce qui n’est pas un bénin bénéfice. Avec un minimum d’effort, Caire et Deltell pourraient, à eux deux, être plus visibles et audibles qu’Amir Kadir !

3) La cohésion interne

Voilà une des causes de la déconfiture de l’ADQ, lors de la croissance de ses candidats vedette en 2007: la polyphonie et la cacophonie. Trop de contradictions entre les porte-parole tue le message.

On peut penser que l’appareillage de François Legault tiendra un discours cohérent sur les finances publics, la gouvernance et l’économie. Mais comme le signalait mon ami Facal I, il sera difficile de tenir souverainistes et fédéralistes sur un discours unique concernant: la loi 101, les écoles passerelles, les accommodements raisonnables, la laïcité, etc. Et les gaz de schistes ? Et l’environnement ? Et l’eau ?

4) Les signaux externes

Vincent Lemieux nous a aussi appris que l’opinion est très sensible aux signaux envoyés par les corps sociaux. Ils tenteront de voir si les gens d’affaires, alliés naturels, s’y montreront visiblement favorables. (Et si les syndicats sont contre — le contraire serait louche.) Ils voudront savoir si la personnalité télévisuelle Mario Dumont en dit, ou non, du bien. Les éditorialistes de droite enverront également des signaux. Un Alain Dubuc qui serait négatif, par exemple, ce serait une petite tuile.

5) La chasse aux électeurs

Une fois ces tests à peu près franchis, l’électeur cible du FQ sera prêt à se faire séduire. Où se trouve-t-il ? Contrairement à ce qui semble être généralement accepté, je crois qu’il est davantage chez les électeurs francophones ayant voté PLQ dans le passé que chez les péquistes.

S’il se transforme en parti à temps pour la prochaine élection, le FQ tiendra un discours de l’effort, de la rigueur budgétaire, de la remise en cause des acquis sociaux, du remboursement de la dette, du rapetissement de l’État. Cela sera fait, j’en suis certain car je connais François Legault, aussi intelligemment que possible.

Cependant cela sera compris comme suit: Vous n’avez pas, à 70% de Québécois, aimé le budget Bachand d’augmentation de tarifs et de taxes ? Ce n’est rien à côté de ce que vous promet maintenant le FQ !

Il y a un marché pour ce discours: les électeurs de l’ADQ, une toute petite tranche de péquistes, mais surtout les libéraux francophones de droite qui: 1) n’ont déjà pas voté en 2008; 2) ne voudront pas voter pour un PLQ déconsidéré, même avec un nouveau chef, la prochaine fois.

Je pense donc que le parti de François Legault, s’il franchit toutes les étapes, nuira davantage aux libéraux qu’aux péquistes.

La nécessaire abnégation

Cela dit, je me dois d’ajouter en terminant que je lève mon chapeau à François Legault et à tous ceux qui ont suffisamment de détermination et d’abnégation pour se lancer dans l’arène politique et vouloir créer une nouvelle formation.

Quels que soient mes désaccords avec lui (et avec eux), la santé démocratique dépend, en dernière analyse, des volontés individuelles de participer pleinement au débat public, dans les formations existantes ou dans de nouvelles. C’est ainsi que François, s’il va de l’avant — et comme Mario Dumont l’avait fait avant lui –, met du carburant dans le moteur de la démocratie québécoise.

Laisser un commentaire

Autres probabilités. Des probabilités qui ne sont pas synonyme de théorie vulgaire de complot mais de stratégies d’élites qui se donnent un droit divin de déterminer ce qui doit être fait au Québec de ce qui ne doit pas être fait.

Les classes d’affaires du Québec ne s’intéressent ni à la souveraineté ni même à l’amélioration du statut constitutionnel du Québec dans le Canada. Les attitudes nouvelles des F.Legault et J.Facal, ex ministres péquistes rejoignent finalement celles de la classe économique qu’un L.Bouchard sert bien en tant qu’ex p.m et associé d’une manière ou d’une autre aux Desmarais en participant à de nombreux conseils d’administration.

Les probabilités d’actions ou motivations cachées autour de ce nouveau parti de la part d’un Lucien Bouchard qui cacherait à Facal et F.Legault ses propres visées.

-En appui des 5 projets de loi sur le financement des partis en relais de la diversion de la commission Bastarache visant à mettre dans le placard une commission d’enquête sur la construction de la part du gouvernement Charest, remettre dans le décor politique, la question du modèle québécois.

-Empêcher l’élection d’un gouvernement péquiste à tout prix en défroquant les deux anciens ministres les plus néolibéraux de l’ancien gouvernement péquiste 1994-2003.

-Pour Bouchard, poursuivre -l’oeuvre actuelle- du gouvernement Charest qui demande zéro changements constitutionnels à Ottawa, maintenir l’absence de politiques linguistiques afin de pouvoir renforcer le français à Montréal qui doit simplement faire compétition sur une sorte de marché linguistique proposé d’ailleurs par la loi 103 qui légitime les écoles passerelles par le marchandage.

-S’assurer les conditions permanentes pour que la privatisation des soins par cliniques privées se continue.

-S’assurer les conditions d’une nouvelle augmentation relativement croissante des tarifs d’Hydro Québec sans aucune force d’opposition importante au parlement suite à une élection future ou l’opposition des partis du centre ou de la gauche nationaliste: PQ et QS ne dépasserait pas 24 sièges.

-S’assurer les conditions garanties pour une période importante d’un développement économique stable permettant exploration gazière, pétrolière puis développement éventuel concernant notamment l’exploitation du gaz de schiste sur le territoire québécois.

La base électorale évaluée par le Parti des lucides, la même base que celle de l’ADQ. La région de Québec, Chaudière-Appalaches et la Beauce
généralement plus conservatrices dans le Québec francophone espérant quelques percées en Montérégie et dans le Bas Saint Laurent. Les probabilités de discussions avec l’ADQ pour une fusion sont à considérer se rappelant les démarches en 2009 de l’ancien député adéquiste Éric Caire à ce sujet.

Ces calculs politiques se font aussi en tablant sur la faible popularité de Pauline Marois.

Faudra voir dans ces circonstances si Gilles Duceppe accepterait de remplacer madame Marois en tentant de limiter les dégâts pour le PQ considérant sa force personnelle dans une prise de parole vigoureuse et sa capacité plus grande de négocier une entente pour une alliance électorale avec le parti Québec Solidaire. Ne pas oublier les B.Drainville, A.Khadir, P.Curzi et St Arnaud capables de tenir le fort avec Duceppe dans les circonstances les plus difficiles.

J’extrapole certes, tout de même cela donne une idée comment les milieux politiques peuvent réagir dans les prochains mois.

Un embellie pour J.J.Charest probable.

L’espoir tout de même c’est dans le pourrissement de la réalité politique d’une nation que des nouveaux leaders à la Obama ou
Franklin D. Roosevelt peuvent apparaître faisant oublier les Facal, Charest, L.Bouchard et autres tristes sires.

Apparement ils ont ratés leur entré! et il vas leu faloir beaucoup de souffle pour se renflouer !
Quand on se prévaux d’une telle nomination comme « force Quebec »! Il faudrait entrer en force et bousculer tout sur son passage avec des arguments pertinents et vraiment révolutionnaires; qui s’adaptent le mieux à la réalité que vie le pays en se momment. L’important n’est pas comment se positionner: centre droite ou centre gauche ! mais plutot de quel mission on vas s’investir et quel est le vraie plus qu’on vas apporter au peuple et qui vas nous supporter.

« Je dis: pas mal ! L’idée étant de rendre le Québec plus fort, c’est bien trouvé. » JFL

===

Bien trouvé ? Pas sûr.

Ça va prendre combien de temps avant qu’ils ne se fassent appeler Farce Québec en dérision ?

Après Québec Solitaire aura-t-on Farce Québec ?

Me semble qu’il faut penser à ces dérives quand on choisit un nom.

Jean Émard

« Ils font pitié à voir ces gérants provinciaux à tenter de nous faire voir de la création de richesse dans ce qui n’est qu’un moment préparatoire à un vaste encan où déjà les manants se bousculent pour se disputer les postes d’encanteurs fiables.

Ils se drapent dans la rhétorique économique pour mieux nous préparer un hiver de force. Un destin minable à se chicaner sur la meilleure manière de chauffer la maison en brûlant les meubles. Ils sont médiocres et voudraient nous en faire une Histoire. »

http://goo.gl/FHIn

Tout de même drôle de voir la binette de Facal en haut de page.

Que ce soit pour le PQ ou l’hypothétique FQ, la stratégie pour les prochaines élections est simple : promettre s’ils sont élus de faire une commission d’enquête sur la construction.

Jamais une telle promesse n’aura fait autant consensus.

Jean Émard

Le nom » Force Québec » a été retiré. Trop près de » Forces armées » semble-t-il; trop rigide.

On peut effectivement dire que ce mouvement répond à une demande structurelle ( la droite « affirmationniste », ainsi que conjoncturelle ( la faiblesse des libéraux, adéquistes, et peut-être même péquistes).

Pourtant, étant débardeur et ayant vécu le lock-out de cet été, je peut vous dire qu’il y a plutôt en ce moment une vague non-cristallisée chez les québécois.

Oui, je l’ai vécu en direct cet été, et peux vous dire qu’après avoir apprivoisé le néo-libéralisme depuis 2003 ( élection du gouvernement Charest), il y a en ce moment chez les québécois, suite à la crise économique, une intuition collective qui fait son chemin, mais qui n’est pas encore tout-à-fait définie.

Cette intuition-conviction économique ( car je crois les québécois relativement achevés au niveau social) semble se situer proche des hypothèses de base de Keynes ( et non les prolongements dits post-keynésiens). Un système social fort, mais sensible à l’initiative personnelle.

Une sorte de gauche-efficace….

Voyons-voir.

Vous noterez au passage, la montée constante (structurelle) de « Québec solidaire » qui est maintenant le troisième parti au niveau des intentions de vote.

( Non, je suis péquiste.)

Raphaël Erkoréka,
Débardeur,
Port de Montréal.

Ne risque-t-il pas d’enterrer d’avantage le mouvement souverainiste? J’ai plutôt peur que l’on s’enligne vers un nouveau scénario 2007 avec un PLQ minoritaire!

Cela ne risque pas non plus de diviser davantage le mouvement souverainiste puisque ceux de droite vont se résoudre à mettre de côté (peut-être de façon permanente) leur affiliation au PQ?

Beaucoup de francophone qui vote PLQ le font simplement pour voter rouge… Ils ne pourront jamais faire confiance à d’ex-péquiste! Je croirais votre analyse seulement si certains député/ministre de l’actuel PLQ change de côté aussi… Sinon, jamais la base rouge foncé pourrait se résoudre à voter autrement.

Je trouve que c’est une excellente nouvelle.

Je souhaite que ce nouveau mouvement à peine naissant sera bientôt un réel parti, et qu’il sera prêt à temps pour les prochaines élections, même si Charest voulant leur couper l’herbe sous le pied, par le déclenchement d’élections précipitées, se coupera lui-même le cou ainsi qu’à son parti.

Je crois que le FQ (nous pourrons parler alors des forquistes, pourquoi pas?):

1) viendra combler l’important vide politique existant au Québec,

2) aidera, dans un premier temps, à se débarrasser des actuels libéraux du Québec et à empêcher par la suite, pour longtemps j’espère, leurs semblables de reprendre le pouvoir, et

3)viendra, dans un premier temps, insuffler un nouveau dynamisme à une population qui en a grandement besoin en aidant à rétablir un équilibre des forces plus représentatif de l’électorat des anées 2010.

Peu importe le nom de ce nouveau mouvement politique, un regroupement permettant à nos, Joseph Facal, François Legault, J.F. Lisée si cela l’intéresse et aussi plein d’autres qui ont du coeur au ventre serait vraiment une bouffée d’air frais pour le Québec. Pour tous ceux qui en ont assez et qui ont perdu confiance dans leurs élus tant Libéraux que Péquiste, la venue d’une nouvelle option me semble très intéressante. Une alternative à l’alternance Péquiste et Libérale risque fort de redonner aux Québécois le goût de la politique et le goût de s’y impliquer. Mon père me disait » Si tu ne t’occupe pas de politique, la politique s’occupera de toi… » Ce qui est triste, c’est que maintenant personne d’intéressant, d’honnête ou ayant un idéal à défendre ne désire se joindre à ceux qui sont assis sur les banquettes de nos parlements.

J’espère qu’ils auront le courage d’aller jusqu’au bout de leurs idées pour en faire un véritable parti politique.

Jean-François Longval
Sherbrooke

Supposons :
– FQ a un représentant à l’Assemblée nationale; elle cannibalise alors l’ADQ et les libéraux
– FQ doit se positionner sur la question nationale; elle sera souverainiste au final
– FQ affronte le PQ et perd; quelle gloire pour Mme Marois!!!
– FQ affronte le PQ et gagne; les souverainistes gagnent tout de même, selon le 2e point
Ce n’est pas une mauvaise nouvelle pour les souverainistes, puisque ce groupe de droite finira tôt ou tard par être souverainiste, voire à les aider. Il serait même possible que, vu le timing, cela porte un coup fatal aux libéraux..

J’ai bien hàte de voir le programme de ce nouveau mouvement.

Bien que j’aie beaucoup aimé votre billet monsieur Lisée, je ne crois pas que l’aperçu de programme de ce futur parti politique sera aussi à droite que vous le supposez. Je crois qu’il sera plutôt de centre-droit, pas très éloigné de celui du PQ ni de celui du parti libéral, sinon il n’aura pas de marché au Québec. Enfin l’on verra.

Si Lucien Bouchard, François Legault, Joseph Facal, tous anciens ministre, et quelques autres personnalités ex-péquistes ne réussissent pas à convaincre les électeurs péquistes de joindre leurs rangs, je ne crois pas qu’ils arrivent à faire une percée sur la scène électorale. Je vois assez mal les électeurs libéraux faire immédiatement confiance à ces ex-péquistes, qui ont semblés être sincèrement convaincus de la nécessité de l’indépendance, et qui, de leur propres aveux, ni ont pas renoncé pour toujours.

Je ne crois pas qu’il serait sage, pour les fondateurs de ce nouveau parti de se laisser appeler des féquistes. C’est trop proche de felquistes et de féééqueux.

De plus, à moins de présenter un programme super excitant, genre: moins de taxes-plus de services, moins de fonctionnaires-meilleurs résultats en éducation et en santé, moins d’argent en voirie-plus d’autoroutes, etc.

Je suis convaincu que ce nouveau parti ne pourra pas promettre de lancer une Commission d’enquête sur l’industrie de la construction et les contributions aux partis politiques. Il indisposerait trop de monde et de supporteurs éventuels, et il accaparerait une trop grande attention des medias sur une seule question, qui pourrait être,comment ce nouveau parti se finance-t-il lui-même, et il ferait oublier une bonne partie de son programme.

Enfi, mais ce n’est certainement pas la dernière interrogation que suscitera ce nouveau parti, on devra répondre de façon répétée à des questions portant sur ses éventuelles relations avec Ottawa et sur les convictions politiques à long terme de ses principaux dirigeants. Exemple: Quel choix faites-vous entre le fédéralisme et l’indépendance? Quelles relations aurez-vous avec le Bloc québécois – et- qui défendra les intérêts du Québec à Ottawa? Et il y en aura mille autres de ce genre.

Il faut leurs souhaiter bonne chance, et bonne chance également à Pauline Marois, car je ne crois pas qu’il y ait, dans la culture et la tradition politique québécoise, une place durable pour trois grands partis politiques. Et je ne crois pas que le parti libéral soit sur le point de disparaître.

Je ne suis pas convaincu que ça va faire mal aux Libéraux. Ils sont présentement au même niveau qu’ils l’étaient au moment de tomber minoritaire avec une ADQ forte. Avec tous les scandales qui tombent sur le PLQ, c’est à peu près juste le noyau de pur et dur qui reste. C’est quand même 30%.
En politique, il n’y a rien de plus attrayant que la nouveauté (même si ce sont des vieilleries sous un autre nom) sauf pour un libéral puisque la peur de la souveraineté motive complètement et totalement son vote. D’anciens péquistes resteront toujours suspects, sauf pour des péquistes et des adéquistes. Et je ne crois pas avoir entendu parler de vedettes « féquistes » anglophones. Cet électorat sera encore marginalisé, donc Libéral.
Reste un point: ceux qui croient que le PQ n’est pas assez indépendantiste ne seront pas plus satisfait avec ces « féquistes », sauf que ça risque de radicaliser le PQ qui devra se démarquer. Ça va faire peur aux électeurs plus neutres. Aux premières rumeurs de « certificats de citoyenneté » et sa résonance xénophobe, oubliez tout de suite le vote « ethnique ».
BREF, ce FQ m’apparait comme une vraiment très mauvaise idée qui divise le vote mobile et raffermit le vote libéral. Or, on ne peut tout simplement pas se permettre d’avoir un quatrième mandat Libéral.
J’espère sincèrement me tromper.

Pourquoi pas le Parti Conservateur du Quebec? En meme temps s’allier qques tetes grises comme Benoit Bouchard.

Devant le spectacle désolant de nos leaders politiques québécois actuels, quel choix avons-nous?

Je suis totalement et entièrement en faveur de la création d’une autre entité politique québécoise qui nous entretiendra d’autre chose que du séparatisme et de nos « choix collectifs » et qui mettra un couvercle sur nos sempiternelles chicanes avec le fédéral, du moins pour quelques années.

Le Québec regorge de défis économiques et politiques importants et il doit remettre ses priorités à la bonne place. Il doit se prendre en main et il a actuellement tous les outils pour le faire. Pas besoin de se séparer pour les utiliser. Il ne nous manque que le courage politique et les personnalités politiques qui semblent être intéressées par ce projet ont, pour l’instant du moins, la crédibilité requise pour nous faire entreprendre le virage vers le gros bon sens.

Fini les demandes incessantes (voire ridicules) au gouvernement pour régler NOS problèmes.

La fin pour JFL approche!!! Il devra se trouver une VRAIE job où il sera mesuré et rétribué selon les résultats de son travail.

je retiens Jean-François une part de votre message et une admission de Joseph dans son dernier billet.

Vous dites «S’il se transforme en parti à temps pour la prochaine élection, le FQ tiendra un discours de l’effort, de la rigueur budgétaire, de la remise en cause des acquis sociaux, du remboursement de la dette, du rapetissement de l’État. Cela sera fait, j’en suis certain car je connais François Legault, aussi intelligemment que possible.

Cependant cela sera compris comme suit: Vous n’avez pas, à 70% de Québécois, aimé le budget Bachand d’augmentation de tarifs et de taxes ? Ce n’est rien à côté de ce que vous promet maintenant le FQ !»

À cela Joseph répond, apparemment bien conscient de la difficulté : «Bref, si vous n’avez pas de mandat, vous ne pouvez rien faire. Mais si vous demandez un mandat, on vote contre vous.»

D’après moi il y a de l’eau dans le gaz.

Quant au groupe en voie de formation, il est bien possible que dans sa réflexion il se voie en train de répondre aux besoins du Québec. Mais ça reste leur perception de ce que sont les besoins du Québec.

Quand on regarde sa composition, en tout cas ce qui filtre de sa composition, je suis loin de trouver ça intéressant. Quand on glisse dans les informations que madame Desmarais, du clan Desmarais appuierait cette initiative, moi personnellement ça me laisse passablement dubitatif.

À moins qu’il soit menteur, ce que je ne crois pas, et après ce qu’il a écrit et professé, je ne vois pas Joseph Facal amalgamé à des fédéraleux absolutistes comme les Desmarais. Et ce n’est qu’un aspect de la chose.

Farce Québec. Bien décidément, Facal et Legeault sont servis. Dans 2-3 mois, on fera bien des blagues sur ces deux vire-capots avec la parenté.

FORCE-QUÉBEC OU DIVISION-QUÉBEC

soyons unis dans la division

un Québec fort dans un Canada uni

Je leur prédit un belle Louiseharelite quand ils vont se présenter devant la Gazette et l’électorat ultra-fédéraliste. Legault a quand même fait le budget de l’an 1 non?

Ce mouvement s’il se tranforme en parti aura fort a faire pour convraicre un bassin d’électeurs car le gros de son programme se résumera a réduire les dépenses de l’état et de réduire la taille de l’état ! En théorie cela semble possible chez une frange de droite jusqu’a ce qu’ils doivent dire ou il couperont ! Dans la santé , l’éducation ou dans quel ministère ? Lorsque l’on sait l’acharnement que Francois Legault avait a augmenter les budgets de l’éducation ….. Les électeurs réalisent très vite que leurs services seront réduits et que les taxes , impôts et tarifications seront augmentés … Ce programme ne sera pas très vendeur ni très attrayant …..
Demandons a Jean Charest si son dernier budget budget qui augmente les tarifs et taxes et doit réduire les dépenses de $6.1 milliards est populaire et il ne semble pas savoir ou couper ces milliards …..
Ce parti s’il voit le jour pourra remplacer l’ADQ et fera une brèche plus grande dans le monde des affaires du PLQ qui en paiera un plus grand prix que le PQ qui pourrait conserver sa frange de 50% chez les électeurs francophones ….

La création d’un tel parti nuirait plus au PQ qu’au PLQ.

La division des votes paverait la voie à la ré-élection du PLQ ad vitam aeternam.

Merci Legault!

Joseph Facal, ami de François Legault, François Legault, grand ami de Lucien Bouchard qui est lui-même et depuis longtemps, un grand ami de Desmarais.
Il viennent, avec la création de Force Québec, d’agrandir le clan de nos ennemis.

Vient un moment où il faut dire clairement les choses. Les libéraux sont en train depuis plusieurs années de spolier le Québec, de lui enlever ses institutions, de vendre son territoire à rabais; ils ont érigé la corruption en système. Qui est derrière eux ? Desmarais. Force Québec mange dans la main de Desmarais et trahissent notre grand objectif de faire l’indépendance. Dans le fond, Desmarais tente d’assurer ses arrières pour l’avenir. Et rien ne changera, les Québécois continueront de se faire flouer.
Si Facal, Legault, Bouchard étaient sincères, ils se mettraient plutôt à la tâche de démontrer qu’avec les richesses que le Québec a, l’indépendance n’est désormais plus qu’un objectif, mais aussi le seul moyen d’assurer notre avenir collectif comme peuple francophone.
Voilà la raison pour laquelle j’ai utilisé ce mot lourd de sens, ennemi.

Vous avez beau analyser, approuver, dénigrer, il reste que les québécois eux, pensent rarement plus loin que leur nez.

Dans un sondage internet hier (Cyberpresse je crois), des 30000 répondants, 65% ont affirmé qu’ils voteraient pour Legault. Je dirais que c’est assez significatif.

Ca demontrerait aussi qu’il y a beaucoup de gens de la droite au Québec et que si l’ADQ ne s’est pas imposé, c’est seulement à cause de leur incompétence…

Force Québec.

Un nouveau parti pour diviser le vote des Québécois français et faire encore passer le PLQ. Pas bête. Le Plan Marois leur fait vraiment peur.

Le crime est signé : le nom du parti en anglais sera Power (Corp.) Quebec.

C’est vraiment pousser l’effronterie jusqu’à sa limite.

Ce matin, j’ai vérifié au registre des entreprises. Force Québec n’est pas enregistré, ni rien de similaire.

Cependant, pas plus tard qu’hier, le nom de domaine FORCEQUEBEC.ORG a été enregistré :

Domain ID : D160340778-LROR
Domain Name : FORCEQUEBEC.ORG
Created On : 06-Oct-2010 22:24:32 UTC
Last Updated On : 06-Oct-2010 22:24:35 UTC
Expiration Date : 06-Oct-2011 22:24:32 UTC

Ainsi que FORCEQUEBEC.CA :

Domain name: forcequebec.ca
Domain name status: EXIST
Approval date: 2010/10/06
Renewal date: 2011/10/06
Updated date: 2010/10/06

Notez que le propriétaire du nom a pris la précaution de préserver son identité :

« Personal information about the holder of this domain name is not available in the search results because the registration is privacy protected. »

Il s’agit peut-être d’un opportuniste qui espère revendre le nom plus tard, à gros prix. Si c’est bien Desmarais qui est derrière cette opération, le nom de domaine pourrait valoir de l’or.

Les membres du PQ sont appelés les péquistes, les membres du BQ sont appelés les bloquistes, comment appelleront nous les membres du FQ ?

Le concours est ouvert.

La tradition pencherait vers les féquistes, mais je trouve que c’est risqué. Les gens pourraient confondre avec les felquistes.

Je suggère donc les foqueurs ou les féquals, à votre gré.

Surtout si l’expert en la matière : Facal, en devient le chef.

Décidément, cette histoire sent mauvais.

En tant que jeune près de la trentaine, je vois d’un très bon œil l’arrivée d’une nouvelle option politique. OUI les leaders de ce mouvement seront peut-être des »vieux » du PQ ou du PLQ mais selon moi leur expérience est plus que nécessaire. Il faut arrêter de tout critiquer! Donnons la chance au coureur et donnons-nous la chance de sortir de ce marasme chronique qui semble s’attaquer au Québécois de tous âges. Impliquons-nous et permettons aux nouvelles idées de nous faire rêver d’une fierté à nouveau! À quand les élections? 🙂

Si c’est un mouvement c’est bien si c’est un parti c’est autre chose.

Un parti pourrait mettre le parti libéral comme l’ADQ moribonds

Et si les indépendantistes tombent dans le piège divisioniste ce sera le PQ de centre qui deviendrait moribond pour ce nouveau parti à la Dumont Lucide d’extrème droite.

Au départ le message semble être que tout ce qui compte c’est l’argent mais sans viser à récupérer nos impôts à Ottawa, car sans l’indépendance nous n’aurons jamais notre argent et nous n,auront jamais l’argent internationale des ambassades
ce mouvement sera donc une perte de temps

Si c’est un parti fédéraliste préparons nous à voir disparaître le parti des anglais et à des gouvernement minoritaires donc à un Québec de plus en plus affaibli . Un nouveau beau risque désastreux

Si un tel mouvement avait pour but ultime de préparer l’indépendance pour la réaliser là ça serait positifs en assurant notre décolonisation et la fin de cette guerre génocidaire qui dure depuis 1755

Les Desmarais de ce monde voient le pouvoir libéral leur glisser des doigts. Ils envoient donc une équipe de mercenaires diviser les votes.
Avec l’appui indéfectible de la communauté anglo-allo le remplaçant de Charest est mort de rire.
Le parti libéral serait probablement réélu minoritaire comme en 2007 avec une alliance sur les grands dossier économiques et sur la gestion des finances publiques avec le nouveau parti, le pouvoir resterait dans les mêmes mains.
Assez machiavélique …

Un autre mouvement politique qui va inévitablement se buter au fédéralisme canadien et revenir à la question essentielle.

Quelle perte de temps.

D’ailleurs, un parti politique avec Sirois, Legault(2)et al? Aussi bien conclure que les millionnaires dirigeront le Québec. Ca promet pour les classes moyenne et défavorisée.

Vive le mode de scrutin à deux tours. Il permet des alliances, des accords, des programmes de gouvernement, contre l’adversaire commun. Quoi que… quoi que… quel serait le vrai domaine adversaire du FQ? l’économique ? le politique?

Péquiste, je risque de voter pour ce nouveau FQ. Dans mon patlin, un boîte postale pourrait se faire élire – suffit qu’elle soit rouge.

Si ça peut me permettre de faire sortir un rouge, je voterai pour eux. Ce que ni peut qu’aider le PQ…

J’entends le tonnerre gronder au loin. Aucune percée de soleil à l’horizon.

Votre analyse, M. Lisée, à l’effet que le PLQ serait le plus touché par l’arrivée de ce nouveau parti politique tient beaucoup trop de la pensée magique. Vous pouvez difficilement concevoir que ces personnalités politiques de haute valeur, celles liées à ce nouveau parti, puissent aider le PLQ. Cette hypothèse vous horripile sans doute suffisamment pour vous amener à penser que le PLQ sera le perdant avec l’arrivée de ce nouveau parti.

Si ce nouveau parti politique voit le jour, lui et le PQ se cannibaliserons inévitablement.

Je pense que ceux et celles qui votent pour PLQ sont pour la plus grande part des fédéralistes qui rejettent complètement l’idée de la souveraineté pour le Québec. Sans doute une petite partie de l’électorat du PLQ lui est acquise à cause de sa position de droite. Mais ceux-là sont loin de former un groupe important. Au Québec, sauf pour une petite partie de l’électorat, le concept de parti de gauche ou de droite est encore peu développé.

Non. Je suis persuadé que l’avènement de ce nouveau parti politique favorisera fortement le PLQ.

Si les promoteurs de ce nouveau parti ainsi que les dirigeants du PQ faisaient preuve de maturité politique, ils auraient pu trouver une façon de travailler ensemble plutôt que de s’affronter dans une bataille fratricide. Mais les égos sont sans doute trop gros pour seulement envisager cette hypothèse.

Personnellement je vois la possibilité de l’arrivée de ce nouveau parti politique comme une mauvaise nouvelle, d’autant plus dramatique qu’elle semble sérieuse.

Alors je lance bien humblement, du haut de ma petite personne, un appel aux dirigeants du PQ (Mme Marois en tête) et aux promoteurs de ce nouveau parti : SVP messieurs, dames, trouvez une façon de travailler ensemble et ne permettez pas au PLQ de continuer à saccager le Québec. Ne jouez pas aux dés avec notre destin politique!

«La tragédie de l’homme, c’est que quand il peut faire quelque chose, il finit toujours par le faire.» [Jacques Attali]

Ce nouvau parti: Force pour Québec ?

C’est comme un médicament de naturopathe ! C’est fort quand c’est dilué à l’infini !

on ne va pas à la guerre avec ce parti !

Clovis Simard

Qu’ils le forment ce nouveau parti politique, s’ils le veulent, mais avec la promesse de le mettre en action seulement si le Québec devient souverain.

Je ne comprends pas pourquoi, mais bien des gens croient qu’en votant oui à un référendum, il n’y aurait que le PQ dans le pays Québec, donc qu’ils n’auront plus de choix politique.

Rien n’empêche, dans un Québec libre d’attaches, d’avoir des partis de gauche, de centre et de droite avec toutes les combinaisons possibles. Alors, chacun de ces partis, n’aurait d’autres choix que de travailler pour les Québécois et de se faire élire selon les idées qu’ils préconisent, et ce, sans le fil fédéraliste qui nous pend encore et toujours au bout du nez.

Je n’arrive pas à comprendre comment ils vont pouvoir éviter la question nationale. Le problème de la question nationale prend ses racines dans le partage des pouvoirs qui a pour effet que le fédéral sera toujours en mesure de voter des lois qui pourraient aller à l’encontre des politiques du FQ. Par exemple comment pourront-ils argumenter contre la commission unique des valeurs mobilière. Seront-ils reçus comme une bande de séparatistes en puissance par le fédéral, seront-ils obligés de faire une profession de foi fédéraliste pour légitimer leur opposition, si tant soit peu qu’ils s’y opposent. Même sans réclamer de pouvoir du fédéral, le problème va se poser.

La question nationale n’est pas une problématique que québécoise mais aussi canadienne, ils seront, malheureusement pour eux, tributaire de la perception du ROC, Ce qui les forcera à se positionner. Je ne peux pas m’imaginer que ce parti se voulant d’une rigueur sans égale puisse louvoyer et adopter une non position sur le sujet.

Fonder un nouveau parti, à condition d’en être le chef, relève de la vanité.

Nous sommes plusieurs anciens adéquistes dans les coulisses à souhaiter un nouveau parti. Même Gérard Deltell en secret souhaite céder sa place et se sauver de cet immense fardeau qui lui est tombé dessus. Que dis-je, nous sommes plusieurs Québécois à souhaiter un nouveau parti de droite. Mais François Legault à la tête du mouvement? J’ai des doutes.

Il a eu au moins 3 occasions de devenir chef du PQ. À ma connaissance il a déclaré forfait avant même d’avoir commencé la course à chacune des occasions. Comment croire un chef de parti qui prétendra vouloir « brasser le Québec » alors qu’il n’a pas été capable de « brasser » son parti? Comment il pourrait se présenter devant l’électorat contre Pauline Marois alors qu’il n’a pas eu le courage de se présenter contre elle à la chefferie?

Je respecte Françôis Legault, je crois qu’il était un bon ministre et un redoutable parlementaire. Mais il n’a pas les qualité d’un chef. Et on ne fait pas du neuf avec du vieux. J’en ai assez de voir tout le monde scander les noms de Bouchard, Legault et Facal, ils ont eu leur chance, ils ont faits leurs gestes, et le Québec est toujours aussi mal foutu. Il faut du neuf, des citoyens de qualité, tannés de notre système, qui décident de faire le saut. Des illustres inconnus qui embarquent dans un nouveau mouvement. C’est comme ça que toutes les révolutions ont commencé. D’ici à ce que ça arrive, un « Force-Québec », un « F-Q » (dites le en anglais pour le fun), ne fera que diviser l’opposition, et comme l’adq en 2007-2008, permettre au règne libéral de continuer.

Je voulais être bref, mais J,en ai trop à dire. Une dernière chose. On ne peut pas mettre la question nationale de côté, pas au Québec, même pour régler les problèmes urgents. Il faut une position claire. Indépendantiste, statut-quotiste, ou une position mitoyenne, appelons-la réformiste, qui désire rester dans le Canada, mais pas sous les conditions actuelles. C’est cette 3e position que l’adq n’a pas eu le courage de mettre pleinement de l’avant. Mais je pense que c’est la position qu’une majorité de Québécois veulent. On ne peut pas juste être neutre au Québec, il faut prendre position. Mais il existe 3 choix, pas seulement 2.

D’abord pour le nom : je ne voudrais certainement pas faire partie « dé…féquistes » ! À quoi risqueraient-ils de passer leur temps, affublés d’un pareil titre ?..

En revanche, cette formation permettrait peut-être de faire enfin « sauter le bouchon » qui semble bloquer présentement toute avancée vers notre libération.

S’il faut passer par là, eh bien, « déféquons » !

J aimerait adhérer à ce parti, je me cherche car pour Tante Pauline c`est fini , et advenant un élection demain matin je pense qu environ 75% des quebecois ne savent plus ou mettre leur croix.
Alors si quelqu`un sait si on peut prendre notre carte de membre , ne vous gênez pas
Merci

En parlant de dérive dan sles noms: pourquoi pas le « Bloc Legault »?

Sincèrement, bien des vire-capots dans cette engeance!!!

Puisqu’il est question de faire le ménage dans le marasme du modèle québécois, est-ce que Legault va nous rembourser les 600,000$ qu’a couté l’élection partielle causée par son départ? Et est-ce qu’il va aussi rembourser sa prime de départ puisqu’il revient?

Dites-moi pas Monsieur Lisée que vous ne savez pas encore que ce groupe sont des Libéraux qui veulent venir en aide à Jean Charest en fractionnant les votes des anti-PLQ.

Faites vos vérifications

« Il s’agit peut-être d’un opportuniste qui espère revendre le nom plus tard, à gros prix. » Rhéal Mathieu

===

C’est rare que ça marche. Il faudrait en enregistrer un trop grand nombre : forcequebec, force-quebec, partiforcequebec, .ca, .info. .net etc.

Jean Émard

et pourquoi pas le B L Q

Bloc

Lego

Québécois

et fracturer au maximum les forces dites

Nationalistes en plus du PLQ, LE PQ,l’ADQ,QS,

le BLQ, le Parti Vert et ..ecétéra cétéra,téra…

…Jean Charest est mort de rire, il passe a la

prochaine élection. Merci M.Facal de ne pas

rejoindre ce groupe et il me reste tres peu

d’espoir en ce qui concerne le Québec.

Merci Mme Marois pour votre incapacité a réunir

les différents courants politique al’intérieur

du PQ…. tres tres loin du Parti fondé par

M. René Lévesque

L’indépedance du Québec n’est pas un boulet mais un moyen pour diriger pleinement le Québec avec TOUS SES POUVOIRS.
Comment régler nos problèmes avec moins de la moitié de nos moyens, de nos pouvoirs alors que les pays tels que le Canada, la France, l’Allemagne…ont de la difficulté à y parvenir?
L’indépendance d’un pays n’est pas en parallèle avec les autres problèmes…elle en est plutôt la clef, une nécessité intrinsèque…
Connaissez-vous un pays qui voudrait solutionner ses problèmes en étant très dépendant d’une autre nation?
Bien sur, vous allez me dire que la souveraineté n’est pas réalisable dans l’immédiat…soit!
Je crois que nous n’avons pas le choix nous devons tout tenter pour la réaliser…c’est une question existentielle, vitale et indispensable.
En attendant continuons de faire de notre mieux avec le peu qu’on a….Hélas!
D’aucuns dirons…pourquoi faire l’indépendance alors que nous n’arrivons pas à régler nos problèmes en éducation, santé etc…
Et bien, je vous répond, que si pour être une nation souveraine il fallait que nous ayons réglé nos problèmes…il n’y aurait AUCUN pays sur la terre.
La division du vote francophone permettra le retour au pouvoir, du superficiel et démagogue John James Charest…
Les Canadians sont Maclean’sement morts de rire.
Pas drôôôôôle de faire parti d’une minorité colonisée!!!
Malgré tout….
JE GARDE ESPOIR POUR LE PEUPLE QUÉBÉCOIS.

C’est ce que plusieurs attendent afin de sortir du placard! La fin de l’angélisme, le début d’un nouveau cycle économique, l’assainissement des finances publiques.

À ceux qui mentionnent que le Québec sera géré par des millionnaires. J’aime mieux voir Normand Legault, qui a fait une belle carrière et est devenu financièrement prospère me diriger plutôt que du monde qui s’accroche à leur poste et leurs dons afin de garder un salaire de 90K$ parce qu’ils gagnaient moins dans le privé.

En plus de Québec-Suicidaire avec Mère Thérèsa nous serons maintenant pognés avec Farce-Québec et le Père Legault$$$.
Tout va très bien madame la Marquise…

Sept ans de malheur avec le PLC pour en arriver là. J’ai envie de demander une affectation à l’étranger…

Concernant le projet d’un nouveau mouvement politique québécois, ma perception est la suivante: lorsque dans une société on voit un ras-le-bol de nombreux citoyens, lorsque dans une société de nombreuses personnes ont l’impression, exagérée ou non, erronée ou non, que plus rien ne bouge et que règnent l’immobilisme et l’impuissance, il est logique et normal que de nouvelles forces politiques cognent à la porte et «nous» annoncent qu’enfin un relève dynamique, clairvoyante et lucide est prête à combler les nombreux vides, sources de bien des frustrations. Le mouvement envisagé par les Legault et autres compères a l’avantage d’être en bonne partie le projet de politiciens expérimentés. Mais comme dirait le sage, qui vivra verra!

JSB, sociologue

Un parti politique qui laisserait temporairement de côté la souveraineté pour mettre ses priorités sur des problèmes criants comme la santé et l’éducation voilà ce dont nous avons besoin.

Que l’apparition de FQ soit plus nuisible aux libéraux qu’aux péquistes ne me fatigue pas du tout. Maintenant, un tel parti au pouvoir aurait intérêt à obtenir un gouvernement majoritaire s’il veut réellement avancer vers ce quoi une majorité de québécois ne veut pas entendre. Il faudra beaucoup de courage à François Legault et ses accolytes pour informer et convaincre qu’il est maintenant temps d’insuffler un vent nouveau au Québec s’il ne veut pas s’enliser dans un futur assez proche.

Je me souviens d’avoir lu « À mes Amis Souverainistes » d’Alain Dubuc et j’imagine qu’il jubile présentement à la lecture de cette nouvelle. Comme lui, je suis de son côté et appuie fortement l’initiative des lucides. Un début probable de nouvelle Révolution Tranquille est en branle, qui sera je l’espère bien, pour le plus grand bien de la population québécoise.

Je suis un indépendantiste. J’ai toujours voté pour le PQ jusqu’à maintenant. Par contre, je serais très ouvert à la création de ce parti. J’ai toujours bien aimé Facal et Legault. Je sais qu’au fond d’eux ils font ça pour le bien du futur pays du Québec qu’ils feront une fois qu’ils auront jugé que nous serons retourné à une situation moins précaire qu’en ce moment.

Marois ne m’a jamais fait « trippé » et elle ne pogne pas dans la population.

Je suis souverainiste en théorie. J’ai voter ADQ aux deux dernières élections. Si il y avait un « buzz » souverainiste, j’y serais. Il n’y en a plus, on est (comme peuple) ailleur. Si il y a effectivement une Force Québec, j’y serais, ca me rejoint tout comme les lucides et l’ADQ.

Je ne suis pas tellement inquiet pour les deux partis souverainistes (et progressistes) que sont le PQ et Québec Solidaire. Le regroupement dont il est question est porteur d’un discours « économiste » qui à mon avis a peu d’écho chez le Québécois progressistes. Sur la scène politique, un tel discours a de la difficulté à s’articuler avec les préoccupations sociales (santé, éducation, sociétés d’État …) et à s’incarner dans un véritable programme politique. L’ « économisme », comme le « psychologisme » sont des discours réducteurs (qui réduisent à une perspective la réalité complexe) qui peuvent certes avoir un impact dans des débats ciblés, mais, comme des amuse-gueules, on ne peut en faire un plat.

L’électorat conservateur sera certes tenté par le mouvement (électeurs de l’ADQ et du Parti libéral), d’autant que les personnes qui semblent l’animer présentement sont des gens crédibles et moralement « sortables ». Mais à plus long terme, je pense que les contradictions internes du discours économiste et des politiques de droite (prospérité des individus et inégalité sociale) feront surface.

enfin, et ce n’est pas trop tôt. Il y a surement une majorité de québécois qui attendent qu’il y ait quelqu’un qui se lève debout et qui nous propose une alternative à un gouvernement corrompus ou encore à une opposition qui n’a rien à proposer, si ce n’est (la séparation) sans se rendre compte que le (timing) est passé et dépassé surtout que sans un leader charismatique, c’est voué à l’échec.
Je ne suis pas très politisé car, nos politiciens actuels étant plutôt les éteignoirs que des motivateurs, mais, voilà une étincelle qui pourrait enfin allumer la mèche de plusieurs électeurs.
Bravo. On vous regarde aller. Bonne chance

Est-ce un mouvement (pas encore un parti politique !) qui est le revers de Réseau-Liberté-Québec ?

Je crois en solidarité d’un tel parti. Mais je ne crois pas que cet aventure sois très lucide.

Ce sont des ex péquistes, qui pourra l’oublier? Et des ex péquistes de droite en plus. Leur légitimité est déjà en fallite.

J’estime que la droite au Québec est majoritairement fédéraliste. Alors qui votera pour eux? Nous avons déjà un parti de droite fédéraliste, et même deux avec l’ADQ.

Que tout ce beau monde s’associe au PLQ et lui donne l’allure qu’il veut lui donner. Pourquoi pas?

Ah! J’oubliais ce sont des ex péquistes.

Les gens qui voulaient faire du Québec souverain un pays de droite sont créatures très à part.

A voir les réactions des gens, le vote va enfin lever. Il était temps que les partis sortent de leur zone de confort. C’est du changement concret dont le Québec a besoin, quel que soit le parti qui l’apporte.

Bonjour,
Peu importe si Monsieur Joseph Facal et Monsieur François Legault fondent un nouveau parti ou pas, le mal est déjà fait pour le Parti Québécois. Les péquistes étant déjà étourdis par leurs ennemis de l’intérieur et par tous leurs ennemis imaginaires vont avoir de la difficulté à s’en remettre avec en plus deux autres ennemis potentiels de la Cause, le choc sera brutal pour l’électorat dont la perception déjà ancrée dans l’imaginaire collectif sur la façon dont les renégats sont traités par cette bande de gamins. Car tous ceux qui osèrent douter du dogme, de la religion péquiste ont tous été roulés dans la boue. La machine infernale des péquistes de démonisation, du lançage de bouette et de tirs nourris sur le messager est déjà en marche car le vieux fond catholique des péquistes se montrera encore une fois au grand jour : Hors de la religion péquiste, point de salut ! Pathétique, en effet… Au plaisir, John Bull.

Avoir un parti souverainiste-nationaliste de centre-droit serait intéressant pour remettre le Québec sur les rails. Ça enlèvera le seul argument utilisé par les fédéralistes, soit qu’on n’a pas les moyens de nous donner notre pays.

Bonjour,

Je ne comprends pas cet idée:

« il sera difficile de tenir souverainistes et fédéralistes sur un discours unique concernant: la loi 101, les écoles passerelles, les accommodements raisonnables, la laïcité, etc. Et les gaz de schistes ? Et l’environnement ? Et l’eau ? »

Sauf pour les écoles passerelles, il me semble que c’est le lot de tous les partis. Pour plusieurs des sujets listés, n’y a-t-il pas une certaine harmonie entre les deux groupes? La coupure ne m’apparaît pas si nette.

Mais, je dois préciser que je crois que M. (Pinocchio) Charest brouille présentement les cartes parce qu’il fait fi de la population. Il agit en autocrate. Je caresse cette illusion que ses ministres qui le suivent comme des moutons sont foncièrement bons et qu’un autre chef changerait la donne.

Je vous remercie de lever votre chapeau pour cette initiative. Tout est tellement négatif qu’on oublie qu’il y a des gens qui veulent vraiment que les choses avancent.

Le FQ obtient déjà toute mon attention!

Bonne journée
Parise

C’est clair qu’il y a une belle opportunité. Présentement, nos choix sont les suivants:

1- les libéraux qui ne gouvernent pas et se comportent en excellents politiciens mais piètres ministres et premier ministre,

2- les péquistes qui ne pensent qu’à se séparer et qui ne comprennent pas que leur option est dépassée (quel perte de temps et talents)

3- les adéquistes qui n’ont aucune équipe et bien que j’apprécie Gérard Deltell, il n’a pas les qualités d’un premier ministre (aucun des autres chefs d’ailleurs),

4- les solidaires qui font actuellement un excellent travail avec peu de moyens mais qui feraient sauter la caisse au pouvoir,

5- les verts qui ont une excellente vision mais bien trop partielle de ce que ça prend pour gérer une province (on pourrait oublier toute création de richesse avec eux).

Comment voulez-vous ne pas dire oui à un autre parti??? J’espère que le projet se matérialisera. Mon vote leur est pratiquement assuré à l’avance!

Bien que Legault ait repoussé le nom de Force Québec pour un éventuel parti, comme il le dit dans une entrevue ce matin dans le Devoir, je trouve le terme Féquiste très approprié pour des membres d’un tel parti, par son rapprochement avec le mot latin qui a donné »fécal », »feces » en anglais et »fesses » en français, »défèquer »… ce dernier étant tout approprié pour l’action que produira chez leurs opposants la création d’un tel mouvement!

Le sujet est très important. l’ex politicien L.Bouchard plutôt populiste dans le genre va mousser la candidature des Facal et F.Legault dans un nouveau parti. Si l’organisation de ce nouveau parti se tient avec Legault comme chef, sur papier ce parti pourra faire des dommages importants au PQ. Donc désaccord avec J.F.Lisée.

Points à soulever.

– F.Legault pourrait devenir plus populaire que
P. Marois qui manque eh oui beaucoup de charisme.

– Le PQ encerclé par un parti de droite lucide visant l’électorat francophone et par un parti de gauche solidaire visant l’électorat francophone pourrait imploser à moins que le sens de la responsabilité politique amènent les dirigeants de QS de conclure une alliance ferme avec le PQ visant d’une part à bloquer l’élection de nouveau du PLQ ou pour une façon plus sure de réduire l’impact du parti Lucide.

– Conséquence évidente, tôt ou tard, l’ADQ serait absorbé par le parti Lucide, la division du vote tout court se révélant trop forte avec 5 ou 6 partis en incluant le Parti Vert pour un système britannique qui n’encourage qu’un bipartisme dominant.

– Rappel, Rappel. Le PLQ dispose d’une condition de (parti unique) pour les minorités du Québec sans oublier la réalité d’un vote similaire en Outaouais pour les libéraux. Le PLQ est assuré d’un bloc de députés entre 37 et 43.

1-Ce qui rend possible un gouvernement minoritaire voire majoritaire pour le PLQ si la division du vote entre francophones est maximale comprenant 3 ou 4 partis à la condition d’un succès important du Parti Lucide équivalent en gros à celui de l’ADQ en 2007.

2- Ce qui rend possible difficilement l’élection d’un gouvernement péquiste minoritaire pour les mêmes motifs ci haut en remarquant longuement ici qu’un gouvernement PQ exclusivement minoritaire ne serait possible que si le PQ remporte toute la Montérégie, Laurentides-Lanaudière, qu’il se maintienne dans l’Est de Montréal avec ou contre QS, qu’il représente tout le Saguenay et la Côte Nord. Tout comme il faudrait que le PQ bloque une percée des lucides dans le Bas Saint Laurent tout comme en Mauricie. Régions peu péquistes tout comme l’Estrie qui serait tenté par le Parti lucide à part peut être le compté de Sherbrooke, espace francophone moins rural que solidement urbain détenu actuellement par le p.m Charest qui pourrait revenir au PQ.

Là ou le PQ est en difficultés si moins que dans le West Island c’est dans Québec,
Chaudières-Appalaches et la Beauce ou on imagine facilement que le Parti Lucide y trouverait son terrain fertile à la condition fondamentale tout de même du sabordage de L’action Démocratique dans le nouveau parti de -droite dite responsable-.

– Ce parti des lucides pourrait t-il comme autre conséquence geler durablement la question de l’avenir du Québec au point de substituer la polarisation gauche droite à la polarisation fédéralisme du statut quo contre nationalisme souverainiste et affirmatif?

À long terme ça ne pourrait tenir avec Montréal qui s’anglicise menaçant le français comme langue des Québécois faisant du français dans la métropole québécoise une langue seconde transformant des institutions comme les universités francophones et la Grande Bibliothèque en lieux dévitalisés en contradiction avec leur nouvel environnement. Si le gel opère assez longtemps, les dégâts pourraient s’avérer importants. Seule la société civile francophone serait aux premières lignes pour agir car les partis politiques ne nous représenteraient plus convenablement. Dans les années 40 et 50, L’U.N de Duplessis et le Parti Libéral ont omis de nombreuses dimensions de la vie des Canadiens Français d’alors.

Autrement dit, nous devons nous souvenir parce qu’autrement on se fera avoir complètement avec la nouvelle carte politique que L.Bouchard suggère aux Québécois qu’il imagine comme des enfants candides.

Force Québec?

Par Marc-André Blanchette

Depuis quelque temps, quelques anciens députés issus de partis politique parlent d’un projet de parti politique. Une démocratie tripartite pour le Québec? C’est envisageable, puisque plusieurs analystes politique se font porteur d’un nouveau prisme d’analyse.

J’écoutais à la radio l’autre jour une nouvelle perspective de la politique Québécoise qui me semblait sensée. On parle ici de recentrer le débat politique autour de la gauche socialiste et la droite néo-libérale. Ce débat me semble actuellement plus souhaitable, étant donné l’effritement du symbole de la démocratie. Commission Bastarache, délire de financement et prête-noms, copinage dans les questions de contrats, etc.

La bonne gouvernance est une condition sine qua non pour l’édification d’un projet de société plus poussé. Je pense que le débat prend une tournure , parce que dans un régime démocratique, les gens ont une forte tendance à payer des impôts. Dans l’optique clientéliste du système actuel, le manque de légitimité d’un gouvernement, pousse les gens à essayer d’éviter l’impôt. Et bien à eux de le faire.

Le débat initié par des gens de vision, est maintenant devenu une question pour comptable et économiste averti. Alors la question nationale tombe instantanément dans un délire constitutionnel. Le statu quo est atteint sur ce sujet malheureusement ou heureusement, actuellement la question n’est pas là. Étant donné le statu quo atteint sur plusieurs questions, il nous faut déplacer le débat, sinon la politique politicienne s’essoufle, et le débat politique est sein pour la démocratie.

Il est aussi grandement temps de se poser la question sur la gauche et la droite au Québec, sur nos modèles managériels au sein de la fonction publique. Des questions de gestionnaire vous me direz, mais des questions pertinentes pour le moins. Des coupures dans la fonction publique, une redéfinition du rôle de l’État pour les citoyens? Des questions qui ont somme toute été reléguées au second plan derrière la question nationale.

Vu le cul-de-sac constitutionnel du débat de la souveraineté du Québec, des hommes et femmes ont décidé de mettre en relief des concepts de base du fonctionnement de l’État. Le grand schisme démocratique au Québec est tel que le débat doit changer pour faire évoluer de nouvelles idées. Auront-ils vraiment de nouvelles idées, on peut supposer que non. Cependant, ils auront certainement de nouvelles questions, que le Québec mérite de se poser.

Hypothèse quant au nouveau débat public: Peut-être est-il temps que le québécois devienne citoyen québécois, qu’il s’informe des nouveaux projets de société, de la direction générale du conglomérat à la tête de SA démocratie. Que les médias cessent d’être l’oiseau qui prémastique pour donner à l’oiselet. Peut-être sommes-nous un grand peuple… tout reste à prouver

Bien que je ne sois pas plus certain que vous des résultats de cette nouvelle formation politique, je lui accorde tout de même le crédit d’habiter démocratiquement ses testicules.

Bonne Chance à vous Force Québec

Comment se compliquer la vie davantage dans un système électoral à un tour? En multipliant les partis qui sont mathématiquement sûrs de ne pas faire élire une majorité de députés. Comme il faut changer de gouvernement pour changer de système électoral, votons PQ le plus vite possible. Après ça, réformons le système ou votons l’indépendance.

Indépendantiste de la deuxième heure(1970-80)je suis plutôt favorable au nouveau RIN et à tout autre mouvement rassembleur visant le OUI à 55%.
Je trépigne d’impatience de voir MON PAYS QUÉBEC sortir du carcan fédératif anglicisant, centralisateur et fossoyeur de la francophonie canadienne et briller sur la scène internationale.
Ce n’est pas le temps de diviser et de tergiverser entre fédéralisme, économisme, psychologisme et tutti quanti…
J’appuie tout ce qui oeuvre dans ce sens… si ce nouveau mouvement peut y mener, tant mieux, mais actuellement, je doute de cette « nouvelle chance »
associationniste avec le ROC toujours déguisé WASP et clairement anti-Québec.
Le joyeux retraité de Mazatlán.

PORTRAIT DE FAMILLE

un peu plus à gauche
les autres, un peu plus à droite

SMILE !
click

THANK YOU

La seule force que J’y vois, c,est le retour en force de politiciens de carrière qui n’ont pas le courage de débattre à l’intérieur de leur ancien parti, le PQ. c’est aussi un coup de sonde auprès de l’établishment du PQ à l’égard du leadership de Pauline Marois. Bien sûr, il s’agit d’un autre mouvement qui resmble étrangement aux Lucides de Lucien Bouchard.
D’ailleurs, dans votre texte vous ignorez volontairement l’impact de ce mouvement sur le leadership de madame Marois. Vous êtes au PQ ce que réprésente Liza Frulla du Club des ex au PLQ.

Il était temps. Comme toute formation politique, celle-ci aura ses éléments « équilibrants » et quoi qu’on puisse en dire aujourd’hui, cette initiative courageuse et necéssaire pourrait enfin définir la politique québécoise du 21e siècle.
A l’heure actuelle, le PQ et le PLQ ont toujours les réflexes sociaux, économiques, constitutionnels et culturels hérités et défendus depuis la Révolution tranquille. Il faut bien admettre que le Québec a changé: l’entrepreneurship, le rayonnement francophone international, les enjeux de la migration (et non pas seulement de l’immigration, la famille sont entièrement transformés depuis les 40 dernières années. Les priorités doivent être révisées et la « modèle québécois », recyclé.

J’encouragerai activement un parti politique qui aurait le courage d’exercer une gouvernance sérieuse, basée sur le respect du citoyen et de la chose publique, capable de prendre des décisions et faire des choix politiques en vue du Bien Commun. N’en déplaisent a personne, se sont des hommes et des femmes instruits, impliqués, s’exprimant clairement et voulant mettre la pierre a l’édifice qui devraient en être les représentants.

Féquiste cest trop comme Felquiste, puisque mr Fac-al serait un fondateur et qu’il faudrait plutot un nom qui evoque la Force d’un Nationalisme de droite; les Facistes! 😉

« Et si Duceppe remplaçait Marois à la tête du PQ ? »
Oui, mais pour ca il va falloir qu’une majorite de membres du PQ allument (impopularité sans egale des Liberaux et PQ ne leve pas = probleme majeur), car le recent remaniment semble indiquer pour un non-initié que mme Marois prefere affaiblir le parti. Et ca prendrait de plus, un projet de societe, en commancant par une reforme du systeme electoral (proportionel, financement publique, transparence, initiative loi separee) et un maitre chez-nous (ressources, energie, alimentation) qui contrasterait avec le modele republique de banane neoliberale (corrompue) du PLQ. Et je dois dire que QS est tres solide et franchement mieux pour 1 depute que le PQ a mon humble avis, mais plus QS s’illustre sur les dossiers plus on risque de diviser le vote dans notre system actuel, d’où l’importance d’une reforme electorale selon moi. Pour moi l’ideal serait ne plate forme commune PQ-QS qui met a l’avant plan le grand menage anti-corruption et une reforme electorale ainsi que quelques loi et politiques qui font consensus au Quebec, suivit d’une election.

On dirait bien que le Plan Marois fait suffisamment peur pour que Madame Desmarais s’implique dans la création de ce nouveau parti…

L’indépendence du Québec de facto règle tous les problèmes référendaires que nous vivont.

Les Desmarais et leur grand ami Lucien Bouchard le savent bien.

On va encore se faire passer un sapin !

M. Drouin écrit : «Et si Duceppe remplaçait Marois à la tête du PQ ? »

Bien oui, M. Duceppe est de l’extrême gauche, il est plus près de Québec solidaire que du PQ » Il pourrait réunir ces 2 partis et former un parti communiste québécois afin de se démarquer solidement de la droite.

Est-ce que vous avez une meilleure idée ?

Entièrement en accord avec ce nouveau partie a la condition qu’il ne parle pas de séparation du Canada si non il ne seras pas présent dans l’électorat Et jamais Mme Marois auras l’appui des Québécois pour faire sa séparation. Le nouveau partie doit négocier un entende finale avec le Federal et ça presse .

Bonjour…
Comment concilier tous ces gens que le gouvernement central devrait remettre au moins les champs de compétence qui relève du Québec…comment les convaincre que plus que jamais il a y péril en la demeure en ce qui a trait à la langue française…je pose cette question: ne serions-nous alors qu’une simple nation de pacotille…nous n’avons vraiment pas de mémoire….je suggèrerais à tous ces pseudo-nouveaux-héros de relire ou de lire « Égalité ou Indépendance » de Daniel Johnson père!
Il verrait que tout fédéraliste qu’il était…il voyait bien que nous étions dans un cul-de-sac! Et je n’oserais jamais rapporté que même feu Maurice Duplessis avait déclaré à l’Assemblée Législative du temps que si on ne voulait de nous comme peuple(il disait race…)que l’on sortirait de cette faussement appelée Confédération…FRANCHEMENT ON FAIT PLUS QUE TOURNER EN ROND…

M. Campagna se demande : «Est-ce un mouvement (pas encore un parti politique !) qui est le revers de Réseau-Liberté-Québec ? »

C’est la version montréalaise du Réseau-Liberté-Québec comme les Nordiques serait la version québécoise du CH.

M. Latreille écrit : «Un parti politique qui laisserait temporairement de côté la souveraineté pour mettre ses priorités sur des problèmes criants comme la santé et l’éducation voilà ce dont nous avons besoin.»

M. Charest a mis la souveraineté de côté depuis 7 ans, est-ce que ça a réglé les problèmes de la santé et de l’éducation, selon vous ?

Force Québec n’a pas vu encore le jour « il est en gestation », qu’il désire changer son nom pour faire moins…forces armées.

Fait que, Force Québec s’efforce de trouver un autre nom. Vous avez une suggestion moins…forçant ?

Joseph Facal aurait du écrire : »Quelque chose comme une grande famille $$$ » en référence aux Desmarais. Jamais je n’aurais cru qu’il virerait son capot aussi vite…Déçu très déçu.

Vive le Québec libre.Et en premier lieu libéré de cette famille originaire de Sudbury,Ont.

Je suis soulagé de voir ce nouveau parti se poindre à l’horizon.
Cependant, contrairement à ce que dit M. Lisée, je crois que le PQ va subir les conséquences de ce nouveau venu, tout autant que le PLQ.

La raison est simple: les gens ne veulent pas voter pour le PLQ aux prochaines élections, mais ils ne veulent pas non plus voter pour le PQ. La raison pourquoi le PQ mène dans les sondages, c’est qu’il s’agit de la seule alternative au PLQ. À part un 25-30% de souverainistes purs et durs, le reste des votes attribués au PQ pourrait très bien migrer vers le FQ une fois que le parti sera mis en place.

Bravo M. Legault pour cette initiative.

Un nouveau parti… humm..
C’est pas un nouveau parti dont nous avons de besoin, mais d’une nouvelle façon de gouverner. D’un côté un gouvernement corrompu et de l’autre la « Pauline ». Oui oui celle-là même qui a plongé le système de santé dans un tel marasme.

Et si nous avons ce nouveau parti et cette nouvelle façon de faire saurons nous le suivre…

Bonne chance M. Legault!

Enfin du nouveau. Je vous regarde aller et j’espère beaucoup que vous allez nous offrir quelque chose de réaliste. Soyez TRÈS clair sur votre option face à la souveraineté. C’est ce qui va inciter plusieurs personnes à vous suivre ou non.

Il est évident que le PQ doit refaire ses forces.
Si nous croyons en la nécessité de la souveraineté, chacun de nous a le devoir de participer, à sa façon, à ce renouveau. A commencer par vous, M. Lisée. Il est grandement temps que vous preniez une part politique plus active en cette quête d’indépendance. Faites comme Rné Lévesque, et osez vous mouiller plus que le petit orteil.

C’est pas sérieux
Tout pour divisé les francophones. ça n’a aucun sens. Avec les médias fédéraliste on sait bien qu’ils vont toutes essayer pour que ça fonctionne. C’est déja parti pour cela. Une autre magouille libéral. Ça fait 40 ans que ça dure. Legault je me demande ce qui lui prend. ce serait plus simple que marois laisse sa place, mais encore la on a vue lors des deux dernières courses a la chèferie du pq. GESCA/RD place son poulin, Boisclair et Marois le choix des médias fédéralistes.

Quelle farce plate…
Nous avons milité pour la souveraineté et voilà que des têtes fortes nous tournent le dos et veulent détruire le beau travail de l’Opposition sous la gouverne de Madame Marois.

Non, je ne veux pas de ce FQ…

P-e enfin un vrai partie représentant une grande partie de la population délaissé politiquement parlant. Je rêve d’un parti fièrement identitaire et conservateur qui pourra nous guider dans le droit chemin vers un Québec fort et autonome. Suis-je le seul à rever de grandeur pour le Québec??? :/

Il est évident que les Legault et Facal vont faire comme l’A.D.Q,avec leur nouveau parti,si ça se rend là.
Il vont aller chercher les quelques libertariens qui votent par mécontentement où frustration.
Les gens qui,comme moi croient que la solution ultime pour le Québec,est l’indépendance,ça ne changera pas grand chose.
Tout ceux qui sont dans ce groupe,n’ont pas beaucoup d’intérêts pour une société plus juste et égalitaire.
Regardez les égos de ces individus,c’est à croire qu’ils veulent tous être chef de parti.
Pour ce qui est de leur conviction souverainiste,
(Legault et Facal)on repassera,plus opportunistes que souverainistes.

P/S.Je pense qu’ils ont oublié leur bon ami
André Pratte,le ti pit à mon oncle Paul,il ne sera pas content

Monsieur Lisée,j’aimerais faire quelques remarques.

1. Un certain nombre de vos commentateurs traitent régulièrement l’idée de souveraineté nationale d’idée dépassée. Il existe pourtant un exemple éloquent et cependant jamais évoqué que cette affirmation est fausse : l’exemple de la Grande-Bretagne. Voilà un pays qui tient mordicus à sa souveraineté. Ça vaudrait la peine que vous preniez le temps d’examiner comment ce pays a manœuvré depuis qu’il dit faire partie de l’Europe, tout en refusant la monnaie unique. Il m’apparaît un cas éclairant de la lutte de citoyens pour conserver leur âme. Ce pays, tout comme le nôtre, est au prise avec la crise économique. Les électeurs britanniques viennent d’élire un gouvernement de droite et l’un de ses premiers gestes est d’affirmer haut et fort l’importance de la souveraineté nationale pour tenter de se sortir de l’impasse. Je vous réfère à un article récent du journal Le Monde dont le titre est éclairant : http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/10/06/londres-promet-une-loi-pour-reaffirmer-sa-souverainete_1421215_3214.html

2. J’aimerais dire à beaucoup de vos commentateurs qui croient que les politiques de droite sont la voie du salut de se référer à ce qui se passe aux Etats-Unis. Si la solution passait vraiment par là, les États-uniens devraient littéralement nager dans le bonheur le plus total. Les années Bush sont le meilleur exemple de la stupidité des idées de droite qui sont reprises partout sur la planète sauf à quelques endroits. Idées reprises au Canada et au Québec : diminution du rôle de l’État, déréglementation tous azimuts, baisse de l’impôt pour les riches financées par l’augmentation du déficit, etc.

3. Si les Québécois veulent faire face à la musique, et Dieu sait que les défis sont grands, c’est de retomber les pieds sur terre et de ne se fier qu’à eux-mêmes. C’est ce que les générations qui nous ont précédés ont toujours fait. Nous avons tendance à vouloir copier ce qui se fait ailleurs parce que nous manquons dramatiquement de confiance en nous-mêmes. Pourtant on a de beaux exemples de réalisations dont on peut être fier que ce soit dans le domaine économique ou culturel. Ce n’est pas pour rien que les Québécois ont survécu si longtemps. Ils ont fait les efforts nécessaires. Aux grands maux, les grands remèdes ! Ça nous prend un sursaut national pour revaloriser ce qui mérite de l’être dont l’importance de la notion de service public et l’intégrité qui doit s’y rattacher, l’importance de l’éducation et la maîtrise de sa propre langue, l’importance de la préservation et de l’amélioration de la santé. Je crois que c’est ce que tentent de faire les Legault et Facal mais ils s’y prennent mal. Les Québécois n’ont pas besoin de droitistes, ils ont besoin de gens qui manifestent du jugement pour nous éclairer sur la route que nous devons parcourir.

Force Québec
La déconfiture et le désavoeue général du PLQ, combiner a l’entêtement de Pauline Marois de s’accrocher a la chefferie du P.Q.malgré son manque flagrant de leadership ainsi que sa tiédeur souverainiste, ouvre véritablement la voie a l’avènement ‘’opportuniste’’ de »Force Québec » composer des Legault, Faycal, Bouchard, et Cie, dit: les »LUCIDES ».
Cela aurait pour effet de remettre en question la pertinence du Bloc Québécois,faisant craindre que la gauche indépendantiste,ne se sentant trahie et évacuée du débat politique National ne se radicalise.Cette radicalisation si elle devait se produire scellerait de façon irrémédiable le sort du rêve SOUVERAINISTE.

Diviser pour régner mais cette fois cette division risque fort de se diriger contre les fédéralistes libéraux et adq

Vous écrivez:
«Avec un minimum d’effort, Caire et Deltell pourraient, à eux deux, être plus visibles et audibles qu’Amir Kadir!»
Ça leur prendra plus qu’un minimum d’efforts. Ça leur prendrait beaucoup plus d’intelligence (Kadir est réellement intelligent, lui) et un bon sens de l’analyse politique. Je ne vois pas comment cela pourrait se réaliser dans le cas de ces deux hommes.

@illes Bousquet :
octobre 7, 2010 à 16:22

D’abord reconnaissons qu’on est toujours plus à droite de quelqu’un et plus à gauche d’un autre. Tout est relatif.

Mais j’aime mieux la position plus à gauche de Duceppe que celle plus à droite de je ne sais pas trop qui encore ou disons, pour les fins de la discussion, de la gang du PLQ.

J’espère que Force Québec (ou ce que sera le nom) voit le jour. Avec Joseph Facal et François Legault à la tête, ce parti a de la crédibilité pour gouverner le Québec. Je voterai pour ce parti. Le Québec a besoin d’une alternative crédible contre le PLQ et le PQ et a besoin d’un parti respectable de centre droit. L’ADQ était un parti promettant, mais il a été révélé comme des amateurs qui, à part de Mario Dumont et Gilles Taillon, ne peuvent pas prétendre diriger un gouvernement.

J’étais péquiste et souverainiste, mais je ne peux plus voter pour le PQ. Ce grand parti de René Lévesque et de Lucien Bouchard qui avait bien servi le Québec est maintenant l’ombre de lui-même. Il vieillit mal et est obsédé par le référendum et la souveraineté plutôt que d’offrir premièrement un bon gouvernement au Québec. Il prétend être rassembleur pour la gauche et la droite, mais il ne peut pas le faire. Bien que beaucoup de gens de gauche aient quitté le PQ pour fonder QS, ce parti a encore trop de militants de gauche pour être rassembleur. Je crois que Pauline Marois serait une bonne première ministre parce qu’elle a tant d’expérience pour gouverner le Québec, mais les militants de son parti ne l’apprécient pas. Pauline Marois mérite plus que ce parti.

Si, un jour, le Québec est prêt de discuter la souveraineté, la FQ et le PQ pourraient se joindre temporairement pour la réaliser, comme le PQ et l’ADQ se sont réjouis pour le référendum de 1995.

Attendons de voir ces gros noms s’inscrire officiellement comme parti, de présenter leur programme détaillé pour ensuite vendre des cartes de membres en faisant du porte-à-porte dans les régions.

J’étais péquiste et souverainiste ainsi que mon conjoint mais, depuis l’arrivé de Pauline Marois comme chef du parti jamais nous voterons pour ce parti par contre, si un nouveau parti se formerait avec M. Legault comme chef du parti c’est assuré que nous voterons pour ce nouveau parti puisque que Charet n’est pas mieux avec sa mémoire défaillante . Demandons-nous pas pourquoi le taux de participation est si faible, les jeunes et les moins jeunes ne veulent plus de ces vieux partis corrompus.

«reconnaissons qu’on est toujours plus à droite de quelqu’un et plus à gauche d’un autre» écrit Denis drouin, vous avez bien raison. Sylvain Lelièvre l’avait compris en écrivant sa chanson le chanteur indigène :

«On est toujours un peu l’Iroquois de quelqu’un
Que l’on soit Québécois, Breton, Nègre ou Cajun
Je vous laisse à chanter quel peut être le vôtre
On est toujours l’Indigène d’un autre.».

N’est-ce pas?

je croyais que le virage à droite était défendu à Montréal. Mes Facal et Legault devraient nous expliquer comment ils peuvent sans rire mettre de côté la question nationale qui est la solution aux manques à gagner du Québec. 50 milliards + 50 milliards moins évidemment notre part de la dette etc.Sans entrer dans une guerre de chiffre il faut réaliser qu’avec une population d’à peine 8 millions d’habitants, ce qui est bien en deça de plusieurs grandes ville du monde ainsi qu’un très petit nombre de personnes très riches, la seule façon de perdurer comme population francophone en amérique de nord est à court moyen terme de regrouper nos ressources et nos efforts et se donner la possibilité de faire nos propres choix, pas contre le Canada mais pour le Québec. D’où l’importance pour encore un certain nombre d’années d’investissements publiques majeures notamment dans la formation et la recherche. Le temps va permettre de consolider la classe moyenne et d’élargir le nombre de personnes ayant accumulées une certaine richesse et ainsi se donner la capacité de faire plus de place au privé.Je ne sais pas par quel tour de magie Mes Legault et Facal et tous ces lucides peuvent par des opérations de réingénéerie de l’état Québécois dégager une masse critique de dollar qui va permettre de développer le Québec sans aller chercher ce que l’on envoie au fédéral et nous permettre notamment de faire nos choix à titre d’exemple l’achat des F-35 etc

Je crois que la priorité numéro 1, qu’importe la forme de gouvernance que voudrait atteindre quelconque nouveau parti, est de se conformer à la Règle de Droit. Le présent déficit démocratique du gouvernement au pouvoir illustre bien l’usurpation du juridicata ainsi que de la législature (peuple fondateur) par son Exécutif indifférent (Conseil des Ministres). Il est clair que tant que le Québec ne s’approprie pas d’une constitution valide, tant que la communauté juridique internationale refusera de le reconnaître comme Nation légitime.

En attendant, c’est la loi constitutionnelle fédérale qui prime. Le Conseil Constitutionnel EQUITAS expose judicieusement les actes et omissions inconstitutionnelles du présent gouvernement à la dérive (voir: http://www.eqrolc.ca). Les québécois et québécoises ne pourront jouir de quelconque souveraineté tant que les présentes formes de gouvernance ne procurent au peuple fondateur une constitution valide qui lui appartient. Pour valider sa place légitime au niveau international, Force Québec (ou tout autre parti) doit avant tout établir les balises constitutives d’une nation souveraine afin que les québécois et québécoises prennent conscience de la portée légitime de leur futur vote. Sans constitution légitime, le Québec ne peut devenir Nation. – D. Couture

J’ai toujours voté pour le PQ ,mais ils ne m’ont pas fait la preuve qu’ils étaient capables d’assainir les finances publiques, de gérer la province comme une grosse PME,c’est pourquoi je ne leur fait plus confiance.
Avec la dette que nous avons ,ne pensons plus à l’indépendance …
Il faut au plus vite comme un chef de famille dire non quand on en a pas les moyens économiques.

Re…

J attends toujours des réponses…et si vous m’en donnez des bonnes je deviendrai fédéraliste…mais ça fait au moins 10 fois que je demande les mêmes questions et ni John Bull et autres ne sont capables de me répondre…

Ces questions vous les trouverez au no:85…

Merci

À Jean-Claude Gagnon,
Il n’y a pas de réponse unique, claire et définitive à la question que vous posez dans votre intervention, au numéro 85.

C’est à chaque individu que revient le choix d’y apporter sa réponse. Comme vous l’avez vu, les citoyens ont été invités à deux reprises à se prononcer sur cette question, au référendum de 1980 et à celui de 1995. La démocratie et le respect du droit de chaque personne d’avoir et d’exprimer son opinion, ne permettent pas d’imposer une option politique à une majorité de citoyens qui n’en veulent pas.

Rien n’empêche cependant un parti de mettre l’indépendance au programme de son parti, et de tenter de se faire élire. Celà se fait depuis 1976. Mais le défi, c’est de mettre tous les éléments de ce programme à la diposition des électeurs, avec clarté et rigueur. À mon avis, il faut être claire et précis sur plusieurs questions que les citoyens se posent avec raison.

Ainsi:
1-Un Québec éventuellement indépendant garderait-il le dollar canadien, comme sa devise?
2-Tous les Québécois auraient-ils automatiquement la nationalité québécoise et un passeport québécois.
3-Le Québécois conserveraient-ils la nationalité canadienne. Leurs enfants auraient-ils la nationalité canadienne, automatiquement?
4-Faudrait-il que tous les canadiens qui voudraient entrer au Québec possèdent un passeport?
5-Quelles seraient les conditions pour qu’un canadien viennent s’installer au Québec? Et le Canada devrait-il imposer les mêmes conditions?
7-Le Canada devenant inévitablement un pays unilingue anglophone, quelles mesures le Québec devrait-il prendre pour faire progresser l’usage du français en Amérique?
8- Le Canada se retirant de l’Organisation internationale de la Francophonie, le Québec maintiendrait-il au niveau actuel, les contributions que l’OIF reçoit à la fois du Québec et du Canada.

Enfin, il se pose une dernière question. Avant de demander de nouvelles compétences, ne trouvez-vous pas que le Québec, sous tous les gouvernements, devrait remplir avec plus de rigueur et de succès, les compétences qu’il a déjà en santé, en éducation, en immigration, en conditions de travail, en financement des partis politiques, en mesures sociales, en représentation à l’étranger et en promotion des investissements étrangers au Québec et en promotion de ses entrepreneurs ici et à l’étranger?
Un examen attentif de ces questions vous amènerait à constater que le Québec possède autant, sinon plus, d’autonomie dans le système canadien que la France et les 26 autres pays membres de l’Union européenne n’en possèdent dans leur nouveau système fédéral de gouvernance européenne.

Et vous constaterez également que si un Québec, éventuellement indépendant, adoptait, comme il semble inévitable, le dollar canadien comme sa monnaie, les relations avec le reste du Canada reviendraient à peu près à ce qu’elles sont maintenant, à cause de tous les comités, consultations, coordination, règlements et autres prévisions qu’il faudrait gérer en commun, avc la Banque centrale du Canada et toutes les autres institutions canadiennes (et TOUT celà, en anglais, bien sûr).

Alors, continuez à réfléchir, et cherchez à comprendre pourquoi les Québécois, en grande majorité, ne veulent plus entendre parler de référendum et de ce qui viendrait après.

Georges Paquet

Pour ceux qui auraient oublié le rêve de l’état Provigo sous Bourassa…

« « Il faut runner l’État comme une business ». C’est ainsi que le président du Conseil du Trésor Paul Gobeil résumait le programme du gouvernement du Parti libéral avec l’enthousiasme du néophyte fraîchement débarqué des hauteurs de l’entreprise privée pour mettre la hache dans le secteur public. C’et le même Gobeil que le gouvernement Bourassa a désigné pour s’occuper du comité des soi-disant « sages » chargé de lui dire quoi faire en matière de « réforme administrative ». La composition du comité dit tout : Michel Bélanger de la Banque nationale, Yvon Marcoux de la Banque d’Épargne, Pierre Lortie de Provigo ainsi que Paul Goleil lui-même. En effet, on trouverait difficilement des conseillers mieux qualifiés pour dire comment on « runne » l’État comme une business. »

(…)

« ÉDUCATION ET SANTÉ : RETOUR AU PRIVÉ

Le gouvernement Bourassa s’est fait élire en garantissant le maintien des acquis dans l’éducation et la santé, mais les propositions du comité Gobeil veulent nous ramener à l’âge des ténèbres dans ce domaine. Le comité veut taxer la maladie en ajoutant au revenu imposable la valeur des soins reçus jusqu’à concurrence de 1 500$ ou 2000 $. Les petits et moyens hôpitaux seront aussi privatisés et les CLCS des régions urbaines seront remis aux municipalités, qui en feront ce qu’elles voudront bien. Par contre, le comité estime qu’il y a trop de médecins au Québec et propose de fermer la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke. Ce sera parfait pour les corporations professionnelles. »

Ainsi de suite, comme on peut le lire dans l’article.

http://www.lagauche.com/lagauche/spip.php?article526

M.Paquet…

vous me dites dans le fond qu une nation car c est ce que nous sommes ce n est qu en paroles…et il vaut donc mieux laisser l autre nation conserver 60% de nos impôts…et ne me parler pas de la péréquation sur 20 ans on arrive à égalité…mais dans le fond ce que vous me dites ça irait très bien pour les quelque 150 nouvelles nations qui sont nées depuis 1945…et l’Acte de l’Amérique Britannique du Nord qui a donné naissance à la Confédération,la mal nommée,et que tous ces nouveaux pays et nous aussi nous devrions de nous contenter de notre statut de demandeurs…savez-vous que Duplessis Daniel Jonhson et même Bourassa ont eu tort de demander que l’on respecte ce que nous sommes à tort ou à raison…
Nommez-moi un seul champ de compétence que les provinces se seraient appropriées depuis 1867 et vous me convaincrez…malgré que l ‘Indépendance d’un peuple se fait pour sa langue et sa culture si minimes que ce soient…
M.Paquet ça s’appelle ça être colonisé…et en plus sans même s’en apercevoir…

On veux-tu se faire dire de continuer de payer plus en recevant moins pour, ainsi, mieux engraisser le privé. Franchement… L’art de la nouvelle-pas-si-nouvelle-droite de tenter de renouveler son allure nouvelle sans venir aux nouvelles et prendre la nouvelle qu’on ne veut pas des nouvelles-vieilles-idées de la si publicisée et claironnée et médiatisée nouvelle-droite. Pas surpris au demeurant que cela soit relayé par la «fameuse» maison de production Bazou-Bazzo-vieille-nouvelle-droite-pas-si-nouvelle, fausse penseuse nouvelle, s’il en fut… claironnante promotrice d’autrefois de l’oublié André Boisclair, ex-champion rhétoriqueur creux de ces pulsions nouvelle-droite dans le gros ventre gangrené et putride du PQ. Pas étonné non plus qu’ils aient tassé le petit Dumont, populiste foufou, flambé comme un carcajou, quand la ligne actuelle de ce «nouveau» mouvement c’est le louvoiement. Pourquoi ne pas admettre ouvertement, candidement, qu’il s’agit d’un parti de droite-droite bien rigide et bien cynique visant à ploutocratiser encore plus le Québec et à servir ouvertement la bourgeoisie. Bouchard, l’éternel crypto-conservateur. Legault, le vire-capot. Facal le réac fiscal. Pourquoi louvoyer ainsi et ballonner tous ces ballons. Messieurs, s’il-vous-plait…

Et si les médias en parlent tant, c’est parce que les médias servent les mêmes maîtres que ce futur parti, pardi.
Paul Laurendeau

@ Geaoges Paquet, votre commentaire # 111 :

Je trouve que votre commentaire # 111, de réponse à Jean-Claude Gagnon, est très juste monsieur Paquet. Bravo!

Comment je fais pour me joindre à ce nouveau Parti politique, j’ai travaillé 2 ans à l’exécutif du Parti québécois ST-Eustache-Deux-Montagnes et on a fait élire notre député.
J’aime votre approche, pour plus de renseignement sur moi, voir Facebook.Vous n’avez pas de site Web…!

Un nouveau sauveur est né…

Oui, le voici enfin celui qui nous fera traverser le désert vers les prés parsemés de joie et de richesse (or ou argent) le beau rêve Américain. Mais rappelez moi l’histoire récente de nos amis américains, ne viennent’ ils pas de mettre à la porte le pire des conservateurs depuis Ronald Reagan et élirent un démocrate le premier président noir des états-unis (ça c’est de la révolution). Nos sauveurs veulent nous proposer ce que le peuple Américain vient de rejeté, le futur parti FQ ne nous proposes pas la révolution mais la dévolution …

Je suis un simple citoyen propriétaire d’une maison qui m’a coûté trois fois sont prix. Les banques et les caisses nous volent honteusement et font des profits qui ne cessent d’augmentés alors que nous nous appauvrissons et que notre pouvoir d’achat font à vu d’œil. La dernière crise économique a été engendrée par les faillites bancaires au États-Unis et c’est avec les impôts des contribuables qu’ils ont été sauvées … suis-je le seul à croire que l’on se fait avoir?

Si j’ai bien compris monsieur Paquet, pour devenir un pays, il faut d’abord être parfait…
comme le Canada, la France, l’Allemagne…et tous les autres,….j’imagine…

Bizarre que cette perfection soit obligatoire pour les Québecois seulement.

Votre argumentation est fallacieuse MONSIEUR PAQUET.

Le FQ devra recruter des anglophones crédibles et respectés pour abimer le score électoral du PLQ.

Avec les comtés acquis d’avance au PLQ dans le 514 et un peu autour, c’est le principal « danger ».

SI, et seulement si, FQ peut aller chercher ces vedettes anglophones (en dehors du cercle des politiciens municipaux svp…) alors le PLQ sera vraiment déboulonné de son socle… il ne manquera plus qu’un petit coup de vent pour se débarasser de ces corrompus toxiques pour notre bien collectif.

Si vous vous proposez aux élections, indiquez moi
où se trouve votre parti pour que je puisse
prendre ma carte de membre.

Mr Charest et Mme Maroi pensaient qu’ils seraient
les seuls à se représenter pour les prochaines
élections.

Ça fait depuis plusieurs années que je les accusent de corruption. Ils sont égoistes.

Ils ont voté des lois pour protéger les
Beaudoin, Hébert, Tellier comme étant des faiseurs
d’emploi, alors que les emplois qu’ils nous offrent sont payés en parti par des programmes
gouvernementaux qui prennent fin aux 6 mois.
Il n’y a pas plus d’emploi réel avec eux.

Il est temps de les mettre au placard, et
c’est vous qui en avez la clé du placard.

J’espère que vous serez élu.

Jocelyn

À savoir si le FQ doit oui ou non s’afficher sur la question nationale,est à mon point de vue l’enjeu essentiel.Pour le souverainiste que je suis,je dirais que,pour l’instant, le message de la rigueur et de l’intégrité est le message essentiel.Par contre,à moyen terme,j’ai besoin d’une sorte de garantie morale que l’indépandance nationale est dans la mire.

Je ne crois pas que l’essentiel de la clientèle interessée par le FQ vienne du PLQ.Oui l’ADQ sera sa première clientèle.Il y a une frange de francophones qui ne voteront pas pour Jean Charest mais qui voteront PLQ s’il a un nouveau chef.Il y a les irréductibles libéraux qui ne changerons pas leur votes sans compter le vote ethnique et anglophone qui resteront fidèles.

N’oublier pas que la nature du discours que compte privilégier le FQ s’adresse à des gens éduqués et intéressés par la chose publique.On ne parle ici d’un chef du type »leader charismatique » mais plutôt d’un gestionnaire.

Pour moi la question nationale doit être essentiellement revue dans son mode stratégique et non sur sa finalité.Je crois qu’il faut revenir au mode »beau risque » ou celui un peu plus lointain d »’Égalité ou indépandance »

S’Il a été possible de refaire notre unité et d’enclencher une dynamique suffisante pour pratiquement gagner le dernier référendum,c’est grace à René Lévesque.Il a fait la démonstration,au péril de grands déchirements et de grandes souffrances, de l’impossibilité de la réalisation de la cohabitation des 2 nations dans ce pays.Il a,à mon point de vue,laissé sa santé dans ce choix.

oui je suis d’acord pour un nouveau parti qui veut etre a l’ecoute des gens du quebec avec le canada,et non pas d’actuel debat de crise de folie a la chambre comme presentement,on croie qu’ils prennent le monde du quebec pour des idiots,au-lieu de travailler en sembles pour le bien etre de la population et du quebec dans le canada,j’ai 65 ans & j’ai travaille au meme endroit pendant 44 ans & ma pension de veillesse vien du canada & je ne veut pas la perdre,mais ce n’est juste la seule raison.

La derniere chose dont le Québec a besoin, c’est d’une droite! Le PLQ nous montre déja un bon portrait de l’objectif fondamental de Force Québec, on n’a pas besoin de d’autres économiste destructeur d’écosystemes! Ce que le Québec a besoin, c’est de créer des emplois en développant un Québec ou le développement, autant économique que sociologique sera durable, ou les Québécois auront le pouvoir de géré leur affaires, tout en préservant leur langue d’antan; Le Francais et tout ca, sans se soucier de l’assimilation probable qui pourrait résulter de la mondialisation à laquelle notre monde adhère et s’uniformise, détruisant ainsi quelque chose de fondamental; les différences!!

Bien beau tout celà. J’ai l’impression que chaqu’un veut crée ca petite bande « gang de rue » belle image tous ca! Alors que le fondement de basse de la politique est de gèrer une societé avec des valeurs de oui ou non, là, chaqu’une des déssision sont pris pour la popularité et les sondages. C’est correct un nouveau parti mes reste à voir les vrai valeur de monsieur et de ca bande, immortelle sont les grands polititien qui ont diriger avec intelligence. bonne chance M.legault.

La vague orange au fédéral montre à Mr Legault que si il démarre un parti qui nous débarrassera des commissions scolaires qui dégrossira un état trop gros étouffant,il aura l’appui des Québécois.
MIKE HARRIS l’a fait en Ontario
Les gens sont tannés d’avoir peur en passant sur les ponts Champlain et Mercier.Nous ne somment pas des cascadeurs,on est des travailleurs.
Mr Legault,on ne veut plus de Charest et Marois,sautez sur l’occasion.