Obama, l’an 1 : ce qui n’A PAS marché

Obama avait livré une promesse qu’il ne pouvait pas remplir — et il aurait dû le savoir : le rassemblement. Obama a bâti une organisation populaire gigantesque qu’il n’a pas utilisée — et qu’il aurait dû mettre au service du changement. Prenons-les un à un :

1) Une ère de rassemblement. Ce n’était pas qu’un slogan de fin de campagne. Dès 2004, dans le discours qui l’a révélé à la nation, il répétait comme un mantra les mots: les États-UNIS d’Amérique. Dans son excellent second livre, The Audacity of Hope, il soulignait, avec raison, le fait que les Américains et leurs élus partagent davantage d’opinions communes qu’ils n’ont de divergences. Dans tout son parcours vers la présidence, il a semblé croire et a certainement fait croire qu’avec lui, l’ère des vicieuses batailles partisanes dont l’Amérique moderne souffre — plus que beaucoup d’autres démocraties occidentales — allait cesser. C’était impossible. C’était naîf. Obama a certes tendu la main avec une constance qui force l’admiration — et il a au moins la satisfaction de voir que l’opinion reconnaît ses efforts. Mais les républicains ont développé depuis la montée du stratège Lee Atwater en 1988, sous Bush père, et son successeur Karl Rove, sous Bush fils, une culture de brutes politiques.

Et, comme ils l’ont fait avec Clinton en 1992, ils veulent affaiblir Obama en 2009. Aucun républicain ne traverse la ligne partisane pour aider Obama. Et ceux qui voudraient le faire se feraient exclure de leur parti, comme l’a compris le sénateur Arlen Specter, passant aux démocrates pour la simple raison de garder son poste. Les États-Unis d’Obama sont donc aussi désunis que ceux de Bush ou de Clinton.

2) La plus grande organisation politique de masse jamais vue. Il y a un an, au soir de la victoire électorale, l’opération Obama détenait 13 millions d’adresses courriel, des centaines de milliers de citoyens actifs, engagés, volontaires pour que le président réussisse le changement promis. La Maison-Blanche a décidé de maintenir cette organisation active. À quelle date les 13 millions ont-ils reçu un avis d’envoyer un courriel à leurs élus pour les pousser à voter pour le changement ? 11 mois plus tard, le 30 octobre 2009. Cet article du New Republic (intitulé Disorganised) révèle les problèmes organisationnels qui expliquent partiellement ce fiasco. Mais le problème est d’abord politique. Le président a choisi de jouer, seule, la carte du compromis parlementaire, des ententes avec certains lobbies, de la main tendue jusqu’au risque du ridicule. Cela a été fait sous le drapeau du pragmatisme. Mais il aurait été plus réaliste d’asseoir ce pragmatisme sur une démonstration continue de force politique, la force des réseaux laissés en jachère.

Laisser un commentaire

Très bien vu pour ces deux promesses qu’il n’a pas tenues. Je dirai que la première est dû au résistance du système politique américain alors que la seconde s’explique plutôt par un manque de volonté politique. Je pense que si Barack Obama avait voulu mobiliser son électorat sur plusieurs points pour court-circuiter le Congrès, il aurait pu le faire.

Cela étant dit, ces deux points ne sont pas les seules promesses que M. Obama a laissées en suspens. Il n’y a qu’à voir l’espoir qu’il a suscité. Forcément, cela impliquait des échecs surtout quand la conjoncture s’acharne.

Sur mon blog, j’en ai énumère quelques uns au niveau international: http://unregardsurlactu.blog.lemonde.fr/2009/11/04/obama-un-an-et-alors/

Merci