On ne blogue pas avec l’éditorialiste !

L’éditorialiste en chef de La Presse, André Pratte, consacre son éditorial de ce matin (lundi) à votre blogue favori. (C’est la consécration ! exulte l’alertinternaute Hugo.)

Un blogueur hilare, avec Pratte, chez Christiane Charette (Photo Radio-Can)
Un blogueur hilare, avec Pratte, chez Christiane Charette (Photo Radio-Can)

Dans un texte intitulé Un autre sophisme, André reprend, et conteste, plusieurs des éléments que vous avez lus ici ces derniers jours. Extrait:

C’est une énième version de la vision souverainiste: les différences entre le Québec et le reste du Canada seraient irréconciliables. Toutefois, pour faire cette démonstration, M. Lisée a recours à la caricature. L’Alberta n’est pas le Canada. La plupart des autres provinces, notamment l’Ontario, se trouvent dans la même situation que le Québec, consommatrices plutôt que productrices de pétrole.

Le raisonnement des leaders souverainistes au sujet des effets néfastes de l’industrie pétrolière de l’Ouest mène évidemment à la conclusion que le Québec doit se séparer du Canada. La thèse ne tient pas. Aux dernières nouvelles, les indépendantistes souhaitent qu’un Québec indépendant conserve le dollar canadien comme devise. Séparé, le Québec serait donc tout aussi vulnérable aux mouvements du taux de change du huard qu’il l’est aujourd’hui

Je vous invite à lire son éditorial au complet. À consulter, si ce n’est déjà fait, ma série sur les sables mouvants. Puis à patienter un peu, le temps que La Presse publie ma réplique.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

31 commentaires
Les commentaires sont fermés.

L’impression qu’avait ma conjointe ce matin après avoir lu l’éditorial de Pratte, c’est que sa St-Valentin avait dû avoir un goût de chocolat très amer.

C’est tout un honneur que cet éditorialiste a plat ventre vous fait monsieur Lisée car vous étaller vos connaissances , votre intelligence et vos principes et André Pratte est grassement payé par la famiglia Desmarais pour écrire des idées dictées par ses patrons même s’il en est pas totalement convaincu ……Cela ne fait pas un bon vendeur et parfois cela lui laisse des allures de Ti-Coune …
On attend votre réplique et espéront que vous aller plus loin que Richard Martineau qui a corrigé quelques faussetés et quelques sophismes dont ce charmant Pratte a le secret ….

La brigade à plumes de Gesca-La Presse a les pieds dans le goudron, histoire de défendre les intérêts de leur boss.Ils ont choisi de défendre les intérêts de monc on Paul plutôt que celles du Québec. Faut il s’en étonner.

Mais pourquoi faut il que les souverainistes tiennent tant à fournir de la copie en répliquant dans les pages et donner ainsi de la crédibilité à ce torchon de propagande. Pourquoi ne pas répliquer ailleurs. Pourquoi nourrir la bête.

Est-ce que le dollar canadien est encore au programme du PQ? Débarassez-moé de cela. Place au vrai dollar. Fini les hauts et les bas d’une monnaie à ressources.

Comme tous les intellectuels séparatistes, vous êtes passé maître dans l’art d’utiliser des événements conjoncturels dans vos sophismes pour démontrer la faillite du régime fédéral canadien. Ça a commencé avec René Lévesque en 1980 et la défense du français, pour continuer avec Lucien Bouchard en 1995 qui invoquait les déficits record du gouvernement fédéral, et se poursuivre avec Gilles Duceppe et l’affaire des commandites. Maintenant, c’est la question des sables bitumineux. Heureusement, les québécois ne sont pas dupes et savent reconnaître que le modèle fédéral est la forme d’organisation de l’État la plus avancée, la plus à même de protéger et garantir les droits des individus, et que le fédéralisme canadien sert très bien le Québec dans ce sens. Continuez à rêver à votre Québec unitaire, tout en gardant à l’esprit que n’est sans doute pas un hasard si 40% de la population mondiale vit dans un régime fédéral.

Moi qui a voté oui au dernier référendum,
c’est un de mes plus grand regret….
à savoir que le conseiller principal du
premier ministre d’alors est un communiste
imaginez une minute de quoi aurait l’air
le Qc aujourd’hui !
Nous serions la honte de l’Amérique.
——-

Je ne vois pas le propos de Monsieur Pratte en contratiction avec celui de Monsieur Lisée.

Comme monsieur Lisée le souligne il est évident que présentement le Canada est plutôt sous le contrôle d’une mouvance conservatrice dont le chateau fort est l’Alberta.

Comme monsieur Pratte le souligne le Québec est plutôt dominé par une pensée ‘libérale’ qui a plus d’affinité avec l’Ontrario, le NB et la CB si on exclue les questions d’identité et de langue.

Il est aussi vrai que l’économie doit de toute facon s’adapter au lois du marché tel que mentionné par monsieur Prate

Il est vrai que les soubresauts de la monaie font mal aux industries qui voient le feuille de route sous le contrôle de la volatilité plutôt que sous celle d’une planification selon les tendance à long terme.

Tout le monde dit vrai. Personne dit toute l’histoire.

Bon, dire toute l’histoire c’est souvent un peu, long… ca prend ainsi plusieurs personnes.

Pratte commence comme ça:
«..l’intellectuel le plus brillant du mouvement souverainiste, Jean-François Lisée. Dans son excellent blogue..»
puis conclu plus loin: «Cette analyse est simpliste.»
Donc il rabaisse TOUT les souverainistes à des penseurs simplistes.

@jean claude pomerleau
« Mais pourquoi faut il que les souverainistes tiennent tant à fournir de la copie en répliquant dans les pages et donner ainsi de la crédibilité à ce torchon de propagande. Pourquoi ne pas répliquer ailleurs. Pourquoi nourrir la bête. »
Pour que les lecteurs de cette Pravda Libérale puisse avoir une autre opinion que celle d’un éditorialiste biaisé et prompt aux demi-vérités et aux sophismes. Ce n’est pas tout le monde, hélas, qui diversifie ses sources d’information. Ça ne prend pas beaucoup de temps sur un blogue pour tomber sur un de ces champions de la mauvaise foi qui ne s’abreuvent qu’aux rumeurs distillées par le Politburo de ce parti.
D’un coup qu’en lisant un autre point de vue, ils seraient pris d’un affreux doute…
( Cela dit, son argument sur la monnaie Canadienne avait du sens. J’ai hâte de voir ce que M. Lisée va répliquer là-dessus. )

Le raisonnement de Monsieur Pratte est, et de loin, beaucoup plus perspicace, rationnel et judicieux que le vôtre Monsieur Lisée. Il est basé sur des fondations fortes et solides. Il a une façon délectable de vous rouler dans la farine en quelques phrases qui prouve hors de tout doute sa supériorité intellectuelle.

Oh…en passant, non seulement les séparatistes nous ont promis d’utiliser le dollar canadien lors du dernier référendum dans le but de nous faire entrer dans leur cage à homards, mais également le passeport canadien, les institutions canadiennes, les frontières canadiennes, les fonctionnaires fédéraux canadiens, et alléluya canadien!!! Et en plus, PLUS de 5 ans de bordel économique!!!

Pas beau ça?

Plate n’est pas un éditorialiste c’est le représentant vendeur en chef de Power corp.
En plus d’être endormant il va au front pour son patron.
De la privatisation du système de santé en passant par l’anti-syndicalisme ,la souveraineté et maintenant les sables bitumineux on voit les intérêts d’affaires de la main qui le nourrit.
C’est sa job ,c’est correct il a droit de gagner sa vie, mais qu’il arrête de jouer à la vierge offensée et de prétendre à l’impartialité.
Quand il le fait il n’a aucune crédibilité.

De plus la Presse s’est mise à la mode des blogues pour faire plus moderne, cependant lui et son employé Lagaçé censurent les envois quand l’argumentation est trop forte et contraire à l’option fédéraliste du journal.
Ça commence vraiment à ressembler à « La Pravda » ce journal!

Allez monsieur Lisée, faut pas manquer l’occasion de clouer le bec à ce soldat de Gesca et de Desmarais.

Daniel Fortin: Mais quelle belle vison utopique et romanesque avez-vous du Canada. Ca m’a presque soutiré une larme. Vous demanderez aux francophones hors-Québec si le régime fédéral canayen les défend bien. À la vitesse dont ils disparaissent vous feriez mieux de leur poser la question rapidement avant qu’il n’y ai plus personne pour vous répondre.

Continuez à faire l’autruche, d’autres continuent à se tenir debout.

Il faudrait peut-être regarder les arguments de M. Pratte avec un peu plus de sérieux. Il n’a pas tort quand il dit que l’Alberta et ses sables bitumineux ne représente pas, loin de là, le ROC. Les Québécois ont cette vision étroite du ROC comme un espèce de bloc homogène. Ce n’est pas le cas et il y a bien des gens des autres provinces qui sont en profond désaccord avec l’Alberta et ses politiques. Par exemple, en Colombie-Britannique, les gens sont généralement contre ce genre de développement à outrance, surtout dans les régions côtières et de l’île de Vancouver.

Ce n’est qu’un exemple. En prenant ce genre de raccourci, il arrive que celui qui propose l’argument se tire dans le pied et obtienne le résultat contraire. En d’autres termes, ce genre d’argument plutôt faible, risque d’affecter négativement la cause que vous voulez défendre. Il serait beaucoup plus pertinent d’avoir des arguments réels, vrais et pertinents.

C’est un grand honneur que vous faites à Pratte.

Ce dernier ne peut tenir le titre d’éditorialiste, puisque ses propos sont ceux d’un chroniqueur.

J’aime toujours rappeler ce qu’il déclarait lors de son passage à TLMEP il y a quelques années.
Sa présence à cette émission tenait bien sur du fait qu’il venait de publier un livre dont le titre était « Le syndrôme de Pinocchio »

Puisque l’émission atteint des auditoires dont la grande partie parvient à des francophones dont la majorité est nationaliste, il a déclaré qu’il avait voté « oui » au référendum de 1995. En disant cela et s’en servant pour mousser la vente de son insignifiant bouquin il faisait état d’une malhonnêteté intellectuelle qui est un trait marquant de sa personnalité.

Petit personnage et reconnu comme tel, il écrit que l’opinion de Jean-François Lysée est simpliste. Et en relisant sa chronique, on comprend aisément qu’il fait de la projection.

Et malheureusement il a une certaine influence sur des esprits petits qui ne peuvent contester l’ordre établi à cause de la très grande fragilité de leur insécurité, voire qu’un changement, une vérité, une vision autre les déséquilibre au point de le prouver comme le commentaire six des présents commentaires.

J’ai remarqué que les vieux journalistes de La Presse, vieux dans le métier, n’ont pas de blogues. Trop habitués à ne jamais être contredits. Je pense en particulier à Dubuc et Lysiane Gagnon. La photo de Mme Gagnon doit dater de 25 ans. Susceptible et coquette ?

L’idéal serait de controler notre propre monnaie en s’inspirant possiblement de l’experience de Wörgl(monnaie locale emise par le gouv local pour des depenses specifiques, et accepter pour taxe, dont la valeur se deprecie graduellement selon un mechanisme precis). En emettant l’argent pour payer un projet d’infrastructure(investissement durable) puis en retirant de la circulation ce montant, c’est l’equivalent d’un emprunt mais a 0% d’interet. Il serait egalement judicieux d’examiner la possibilité et les modalités d’utilisation de 2 monnaies, une locale(ex: Worgl, avec laquelle on paye les impots et les taxes municipales ) et une autre($ Can, etc).
Evidemment l’usage de notre propre monnaie sera opposé par les banques centrales et les groupes opposés a une plus grande autonomie pour les habitants du Quebec, et le risque de sabotage organisé (contrefacon, attaques speculatives) doit etre considéré. Nous pourrions nous doter de notre propre service de transactions en ligne comme paypal mais en cooperative-publique(bref au lieu d’un hydro-quebec qui sert de taxe déguisées, les excendants de revenus serait divises a part egale entre tous les utilisateurs membres).

Pratte est un sophiste consommé n’en déplaise à Daniel fortin qui m’a l’air de tenir son miroir bien droit devant sa lorgnette…

J’ai bien hâte de voir votre réplique, car je dois avouer que je me faisais la même réflexion que M. Pratte (chose rare s’il en est) pour ce qui est des conséquences monétaires de vos propositions, à savoir que si le Québec souffre de la montée du dollar due au pétrole à l’intérieur du Canada, il en souffrira autant sinon plus à l’extérieur du Canada s’il conserve la même monnaie.

Est-ce qu’on critique M. Lisée parce qu’il est un influent souverainiste ? NON, on critique ses idées quand on est en désaccord.

Comment se fait-il que sur tous les blogues »souverainistes » on se permet de critiquer M. Pratte pour le grand crime de travailler à la Presse, donc d’être à la solde du démon lui-même qu’est P. Desmarais ? Où sont les critiques de ses idées ?

Les souverainistes, M. Lisée en tête, dont l’option stagne depuis longtemps dans l’opinion publique, essayent de faire flèche de tout bois pour mousser leur option.

Quand ce n’est pas le pétrole de l’Alberta, c’est le français aux Jeux de Vancouver, le scandale des commandites etc.

Une chose est certaine, le Canada n’est pas parfait et tous les Canadiens le savent. Par contre, les souverainistes voudraient nous faire croire que le Québec l’est et surtout le Québec indépendant le serait encore plus. Personne n’y croît. Même le talent de M. Lisée ne peut pas camoufler ses sophismes, mais ce sont ses sophismes que nous dénonçons et non la personne.

Il y a longtemps que je ne lis plus Pratte, ses propos me laissent indiférante et il n’y a aucune chance que je m’y remette.
D’ailleurs tout comme Lysianne Gagnon,il a très peu de crédibilité dans notre société.

mon cher édenté,
je ne crois pas que le Québec soit parfait et je suis convaincu que- même souverain- il demeurera un pays dirigé par des humains imparfaits.

Je viens de lire en rafale l’ensemble de vos textes sur les sables mouvants. Impressionnante analyse et surtout, j’y crois. Ce qui me fait y croire, c’est qu’il me semble que le gouvernement Charest semble manoeuvrer, sans le dire, dans le but de protéger le Québec de ce que vous appréhendez. Je ne sais pas si M. Charest se prend de la bonne manière ou s’il serait mieux de s’y prendre autrement. mon point est simplement qu’il me semble que Charest semble vouloir prévenir les dégâts notamment par l’achat du réseau électrique du NB.

Pas de dentier

Si il y a une option stagnante au Québec c’est bien l’option fédéraliste ,votre option ne va nulle part.

Moi aussi je n’ai jamais cru André Pratte lorsque il prétend avoir voté oui en 95.Trôp facile à dire ,je crois que certains autres fédéralistes aiment également l’écrirent comme s’ils avaient découvert un jour la lumière(rouge).

J’ai un haut le coeur chaque fois que je vois le nom de Pratte mais je m’auto-flagelle pour m’assurer de connaître l’opinion de l’adversaire et pouvoir m’abaisser sur le même plancher pour détruire l’argumentation qu’il peut réussir à des personnes un peu moins avertis sur certains sujets, vous vous certainement du dicton qui dit; mentez, mentez assidûment comme les conservateurs, il en restera toujours quelque chose ceci peut tout aussi bien s’appliquer à fanfaronner, fanfaronner assidûment, il en restera toujours quelque chose.

@pasdedentier

Les souverainistes apportent une solution à l’impasse constitutionnelle. Or, les fédéralistes québécois sont coincés pcq la constitution de 1982 est cadenassée…

Je me suis toujours demandé comment des fédéralistes québécois peuvent fêter le 1er juillet une CONfédération? Imaginez ils acceptent que le Québec soit 1/13 dans une fédération…qui devait être une CONfédération.Or, Trudeau a réglé le cas du biculturalisme, et de la CONfédération, en 1968 et en 1971..pis en 1982.

@M. Gratton,

Puisque j’ai toutes mes dents, c’est que je n’ai pas de dentier !

Merci de votre réponse, ça en fait au moins un. Ce que je voulais dire c’est qu’il est un peu ridicule de changer la motivation principale pour la souveraineté pour correspondre au bobo du jour du Canada. Tantôt son déficit, tantôt les commandites, tantôt ceci ou cela de relativement anodin.

M. Lisée est fort habile à ce jeu. Il tire toujours la couverte de son bord, mais pour un polémiste c’est correct.

Exemple: il est un homme de gauche qui défend très souvent le modèle québécois. La semaine passée, il a sorti le taux de chômage relativement bas du Québec en créditant le modèle québécois. Cette semaine il blâme le pétrole albertain pour la perte de 55 000 emplois québécois. Vous voyez un peu la contradiction, un autre pourrait dire tout à fait le contraire et serait accuser par les souverainistes de sophisterie.

C’est toujours deux poids deux mesures.

Bonjour Pasdedentier,

Je ne trouve pas que la résilience d’un économie diversifiée et les pression exercées par la hausse du dollar sur les exportateurs Québecois sont deux constats en contradictions.

Les exportateurs veulent un dollar stable, pas un yoyo tel qu’on le voit depuis 5 ans.