On nous l’avait caché: c’était les PPPs ou la corruption!

La gauche québécoise, y compris votre humble blogueur, a beaucoup critiqué les PPPs qui furent, un temps, la mode au gouvernement du Québec. Nous aurions peut-être été moins durs si on nous avait tout dit.

Un argument massue nous a été caché. Nous n’avions pas le choix entre les PPPs et la méthode conventionnelle, comme nous le croyions. Non, nous avions le choix entre les PPPs et la corruption.

C’est ce que dévoile l’ex-femme forte du gouvernement Charest, Monique Jérôme-Forget, dans Le Devoir de ce lundi.

«Pourquoi pensez-vous que toutes les firmes étaient contre moi? Et qu’elles se sont arrangées pour convaincre le gouvernement que ce n’était pas bon. Elles savaient qu’avec ça [les PPP], tu ne peux pas frauder», a déclaré celle qui a été ministre responsable des Infrastructures jusqu’à sa démission en avril 2009 (alors qu’elle venait d’être réélue en décembre 2008).

«Les PPP, ça sauve la fraude. Et les dépassements de coûts. Ce qui fait que les ingénieurs n’aiment pas ça», peste-t-elle avant de lâcher «ils ont fait tellement un gros lobby».

Chère Monique, si vous nous aviez présenté les choses comme ça, à l’époque, nous l’aurions intégré à nos calculs !

Laisser un commentaire

La grande famille libérale est aux abois. On a droit à toutes les ressources, même celles passées date pour essayer de sauver leur Titanic.

Si on entend bien Mme Monique Jérôme-Forget, nous allons finir par décorer Jean Charest et même créer une nouvelle journée fériée en son honneur.

Les meilleurs menteurs ne sont-ils pas ceux qui croient leurs propres mensonges.

C’est pathétique !

«Les gens sont trop bien élevés, les méchants peuvent s’en donner à coeur joie.»
[Dan Powell]

«Les PPP, ça sauve la fraude. Et les dépassements de coûts. Ce qui fait que les ingénieurs n’aiment pas ça» Monique Jérôme-Forget

Et si la partie privée du PPP est mafieuse ?

Pétition :
Demande d’instituer une commission d’enquête publique sur la collusion et la corruption dans le domaine de la construction et sur le financement des partis politiques

https://www.assnat.qc.ca/fr/ex​primez-votre-opinion/petition/​Petition-2019/index.html#Condi​tions

Un maire décide de faire repeindre la façade de la mairie. Il lance un appel d’offres. On lui présente 3 devis : un NEWFIE, un OTARIEN et un QUÉBECOIS… Le devis du Newfie est de 3 millions $, celui de l’Ontarien de 6 millions $, et celui du Québécois 9 millions $…
Devant de telles différences, il convoque les trois entrepreneurs séparément, pour qu’ils détaillent leurs estimations.
– Le Newfie dit qu’il utilise de la peinture acrylique pour extérieur en deux couches pour 1 million $, pour les échafaudages, les brosses, les équipements divers et assurances : 1 million $, et le million $ restant c’est la main d’œuvre.
– L’Ontarien justifie son devis en disant qu’il est le meilleur peintre, qu’il utilise des peintures de polyuréthane en trois couches, dont le coût est de 3 millions $. Les échafaudages et autres matériels, équipements et assurances coûtent 2 millions $, et le million $ restant c est la main d’œuvre.
Le Québécois est celui qui gagne finalement l’appel d’offres. Le Maire estime qu’il présente le devis le mieux justifié. Le Québécois lui a effectivement présenté l’affaire comme suit :
– Monsieur le Maire : 3 millions $ pour vous, 3 millions $ pour moi, et les 3 millions $ qui restent, nous les donnons au Newfie pour qu’il nous peigne la façade.

« Si vous nous aviez présenté les choses comme ça, à l’époque, nous l’aurions intégré à nos calculs »

Bien voilà, il est là le noeud du problème. Elle le sait bien que les grandes firmes achètent le silence du parti au pouvoir par des contributions financière. Elle n’a rien dit, pour protéger le sacro-saint PLQ, comme Charest ne fera rien non plus.

Il faut que d’ancien poids lourds du PLQ dénoncent et demande l’enquête publique, sauvez le peu d’honneur qu’il vous reste bordel!

Ironique et caricaturale 🙂

Oui en Privatisant les Profits tout en faisant payer les Pauvres, on évite la corruption au sein des services de l’État.

Mais les contrats demeure secrets (même l’OCDE n’aime pas ça), l’allocation peut se faire sans appel d’offre (comme à Québec, soit le principe même de la Collusion) et les besoins électoraux (la Corruption, car une campagne se finance) guident toujours l’octroie des contrats.

Qui surveillera les dépassements de coûts si le surveillant est une firme motivée par l’augmentation de ses marges de profits ?

Le Québec est-il prêt aux PPP ? non : Le CHUM a dû payer cher pour n’avoir que 2 offres de contrats, le Pont à péage privé déborde et est mal géré, le 1er CHSLD privé tue nos vieux.

Si l’État paie la construction et la location, on pourrait au moins mettre en compétition la firme avec les offrent de service des différents syndicats de col bleu. Peut-être qu’un détachement de travailleurs qui n’a pas droit au profit coût moins cher…

Dans ce débat, on semble oublier que si l’État gardait son expertise, on minimiserait les risques de corruption.
Et dans le fond, quel est la veritable différence entre les PPP et ladite « méthode conventionnelle… ».

Monique Jérôme-Forget…

C’est bien la ministre à la sacoche qui ne voyait rien sur son écran de « rrrrradarr » concernant les problèmes à la Caisse de Dépôt et sa perte de 40 milliards?

C’est bien la ministre, femme forte du gouvernement de Jean Charest, sur qui celui-ci comptait pour s’assurer une crédibilité économique, qui s’est présentée à la dernière élection en sachant qu’elle quitterait quelques semaines plus tard?

C’est bien la même personne qui prétextait vouloir prendre sa retraite et aller apprendre l’espagnol au Mexique, mais qui en faits s’est trouvé un poste dans une firme conseil?

Pour la crédibilité, on repassera…

Exact, Yannick.

Si l’État avait garder son expertise, la corruption serait beaucoup moins grandes.

C’est la grande réingénierie de l’État. Il fallait couper parce que ça nous coûtait trop cher.

Aujourd’hui, ça nous coûte plus cher et ça va dans les mains des criminels.

Encore une fois, les théories néolibérales anti-état sont dans le champs.

L’argument de Mme Forget serait valide si les montants négociés étaient gelés et le risque transféré au privé. Mais les données publiées la semaine dernière sur les dépassement de coûts dans les chantiers du Québec montrent qu’il y a eu pour l’État des dépassements de coûts aussi importants dans les contrats accordés en PPP. Bref, le risque n’a pas été transféré au privé. En outre, la solution PPP contribue hélas au transfert progressif de l’expertise du public vers le privé, transfert que le rapport Duchesneau identifie comme une des sources du problème.

Madame Monique…cela vous a pris du temps à dénoncer mais en ces temps troubles, je trouve que cela prend un certain courage pour le faire.

Nous avons une ancienne Présidente du Conseil du Trésor qui dit que les firmes d’ingénieurs conseil ne veulent pas des PPP parce qu’elles ne peuvent frauder. Donc ce que Mme Forget dit c’est que les firmes d’ingénieurs conseils du Québec fraudent et veulent continuer à le faire.
Je crois que c’est ça la bombe de cette nouvelle, le sujet des PPP est vraiment secondaire.
Michel Caron

Jean-François Lisée n’avait pas compris la formule des PPP, mais comme beaucoup de ses amis péquistes, il s’opposait d’abord et il réflichisssait ensuite. Or forcé d’admettre qu’il n’avait rien compris, il accuse le gouvernement de lui a voir caché quelquechose. Qui a-t-il de nouveau dans le camp souverainiste?

Mme La Sacoche oublie l’Îlot Voyageur: Le premier PPP devenu un monument comme on en voit dans les république de banane.
Elle était la ministre responsable de la Caisse de dépôt au moment des pertes historiques de 40 milliards ! Voyant venir ce qui suivrait la divulgation des résultats désastreux et la sanction électorale qui allait suivre, Charest précipite des élections.

Le 21 novembre 2008, en pleine campagne électorale, les dirigeants de la Caisse convoquent une conférence de presse pour venir rassurer le publique sur les liquidités de la Caisse. C’était une commande politique pour sauver l’élection des libéraux. Pour rassurer le monde sur les liquidité, la Caisse avait effectué une vente de feu de son portefeuille d’action en pleine capitulation boursière (Octobre).
Madame la sacoche avait transformé la Caisse en Caisse électorale de dépôt !
M Legault qui était critique des institutions financières pour l’opposition lui avait offert sa collaboration pour faire face à la crise de liquidité, elle a nié et procédé.
Le coût de l’opération: 3 milliards en manque à gagner pour la Caisse.
Je reviens sur cette épisode dans ce texte dans lequel je pose une question à M Legault: pourquoi avoir invité Mme La Sacoche à faire parti de son équipe ?
http://www.vigile.net/La-question-qui-tue,35379

@ François # 12

Votre perception des choses, particulièrement vos attaques à l’endroit des employés du MTQ, frôle l’hystérie. Vous nous feriez une grâce si vous preniez le temps le lire le rapport en question. Vous y apprendriez que le mandat confié aux professionnels est disproportionné par rapport à la tâche mais surtout que l’entreprise privée qui vous est si chère à la main mise totale sur les contrats… N’est-ce pas ce que vous souhaitiez?

Selon vous, quel est donc le pourcentage de fonctionnaires incompétents pour qu’ils aient droit au surnom de « fon fon »? 90%, 100% 110%?

Quant à vos références plus que questionnables qui s’approchent dangereusement de la propagande haineuse, je vous recommande le visionnement de la conférence suivante puisque vous partagez tellement de valeurs avec ces gens.
http://www.youtube.com/watch?v=IalvH1cjnuQ

@Georges

Si les PPP sont si bons, comment se fait-il que vos Libéraux les ont abandonnés?
Alors les PPP sont bons ou pas?
Ce serait bien de préciser. Parce que sinon, on pourrait croire qu’encore une fois, une généralisation empreinte de mépris provenant d’un partisan Libéral cache son absence d’argument. Il y en a même qui pourraient se dire que ce n’est rien de neuf, venant du camp fédéraliste.

Vous savez, les gens ont de ces idées!

@Georges Paquet

Lisez dans le dictionnaire le sens du mot « ironie » et relisez ensuite la chronique de M. Lisée. Vous allez découvrir des choses.

😉

Moins chers ????

Et les CHSDL qui seront construits et gérés en PPP. Celui de Saint-Lambert va coûter 200 millions de dollars en 25 ans pour 200 places*, soit 40 000 $ par personne par an. Et après 25 ans, le gouvernement reste locataire.

*Le projet initial en « mode conventionnel » prévoyait 225 places

En plus, le gouvernement garantit l’hypothèque de la compagnie 7009453 Canada inc. (Oui, une compagnie à numéro créée pour l’occasion et qui peut disparaître au moindre pépin, nous laissant avec les dégâts).

C’est ça le partage des risques ? L’État assume tous les risques et le « privé » ramasse tous les profits. Et la population (ici les personnes âgées qu’on y envoie) le mauvais service (voir les reportages de R-C sur ce CHSLD).

Et pas de corruption ? Les propriétaires de la compagnie 7009453 Canada inc., aussi propriétaires des Résidences Soleil (c’est beau l’esprit de conccurence) ont versés 53 500 $ à la caisse du PLQ entre 2000 et 2008 (dont 11 100$ en 2008).

Vraiment, ce n’est pas parce qu’on a avalé les âneries de Monique Jérôme-Forget pendant qu’elle était ministre des finances qu’on est obligé de continuer de les avaler quand on en fait une indigestion.

@ Georges Paquet – Vous avez tout à fait raison. La praxis sociale de M. Lisée, ses certitudes qu’une administration débarrassée de toutes corruptions est malgré tout plausible, possible même, une part de naïveté aussi peut-être, l’avait aveuglé (comme beaucoup d’entre nous d’ailleurs) sur le rôle éminemment, essentiellement moral des PPP. Dans ses articles, dans son blog, M. Lisée dénonçait depuis longtemps la corruption rampante dans les structures du pouvoir. Il n’imaginait pas qu’au sein de ce gouvernement quelqu’un, en fait quelqu’une, tentait d’y mettre un frein. Bravo à M. Lisée pour sa reconnaissance des faits, mais surtout aujourd’hui, bravo Madame Monique Jérôme-Forget,

Si Mme Forget est sincère, elle ira signer la pétition sur le site de l’Assemblée Nationale demandant une commission d’enquête publique sur la construction, la collusion et le financement des partis politiques:

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-2019/index.html

Si une telle enquête a lieu, elle pourra apporter son témoignage, étaler publiquement les preuves de ce qu’elle avance et la commission d’enquête pourra démontrer si cela est vrai ou non.

Allez un peu de courage Mme Forget. Allez signer et inviter publiquement le PM à tenir cette CEP.

@ F.T.:

Courage ???

La toute première question me venant à l’esprit sur cette sortie publique de Mme Ex-ministre des finances et ex-présidente du Conseil du Trésor est celle-ci:

Dans quel but fait-elle cette sortie publique qui discrédite encore davantage JJ Charest et ses ex-collègues du Conseil exécutif si ce n’est que de vouloir protéger ses arrières dans une éventuelle Commission d’enquête publique où elle serait appelée à témoigner ?

Si le Conseil des ministres a cédé aux pressions d’entreprises qui ne voulaient pas de PPP afin d’empocher des « extras », elle fournit alors un excellent argument blanchissant sa réputation par sa démission en avril 2009, 4 mois seulement après les dernières élections, en raison de son désaccord d’abandonner la formule PPP.

Quelle serait toute autre utilité pour Mme J-Forget de vouloir discréditer à ce stade-ci le gouvernement Charest dans le dossier de la corruption ?

@Jean-François Lisée

Cher blogueur,
la prochaine fois que vous faites de l’ironie, j’ai bien peur que vous devrez le préciser. Parce que, manifestement, il y en a qui ne comprennent que ce qu’ils veulent comprendre!

@François 1

«Mais le rapport Duchesneau déclare clairement que la corruption au Québec existe depuis plus de 30 ans.»

Et la corruption a prit des proportions plus grandes depuis l’arrivée des libéraux.

«soit bien avant qu’il n’y ait de pseudo-coupures dans les fon-fons du Ministère des Transport…»

Le rapport auquel vous faites références déclare clairement qu’il y a eu des coupures, ce qui résulte à une perte d’expertise.

«Des expliocations Kevin???»

C’est fait.

«De plus, visez ceci:

http://www.antagoniste.net/2011/09/30/les-fonfons-du-mtq-un-sommet-dincompetence-et-dinutilite/

Bonne lecture!!!»

Vrai, excellente lecture. J’ai bien rigolé. Celui déclare :

«Le ministère des Transports du Québec compte 4 198 employés réguliers qui ont la charge de superviser 30 projets routiers. Faites le calcul, ça représente 140 fonctionnaires par projets.»

Vous et votre ami l’Antagoniste, vous vous n’êtes sûrement pas promener en voiture cette été. Juste sur l’île de Montréal, il devait y avoir plus de 300 chantiers routiers.

Les projets routiers n’est qu’une partie du travail du MTQ. Autre que les projets routiers en cours, le MTQ doit élaborer de nouveaux projets, rénover les infrastructures et faire l’inspection de nos infrastructures.

C’est sans compter que ce n’est pas tous les fonctionnaires du MTQ qui travaille sur les chantiers. Que faites-vous des employés qui travaillent pour les ressources humaines ou autres départements essentiels au bon fonctionnement du ministère?

De plus, le rapport auquel vous vous ne gêner pas pour faire référence déclare clairement que le MTQ manque de staff.

J’espère que maintenant vous avez l’esprit plus éclairé.

@ Kevin (# 24):

« Et la corruption a prit des proportions plus grandes depuis l’arrivée des libéraux. » (sic)

Avez-vous des preuves de ce que vous avancez? Car Duchesneau, que je considère plus…informé que vous sur le sujet, a clairement écrit que la dite corruption semble beaucoup plus présente au niveau municipal (les Libéraux oeuvrent au provincial…) et qu’aucun élément de preuve ne l’emmenait à conclure que le provincial était impliqué dans la corruption.

De plus, vous vouvenez-vous de Jean Breault? Un des acteurs du scandale des commandites…qui a appris à frauder le système via le…Parti québécois. Oui…oui…le même parti que René Lévesque qui a voté des lois à l’époque pour nettoyer le Québec de la corruption. Imaginez…au P. Q. on a imaginé des stratagèmes malhonnêtes pour violer ses propres lois!

Et vous venez nous dire que c’est pire sous les Libéraux??? N’importe quoi…

Le reste de votre intervention est à l’avenant.

@ Kevin:

J’allais oublier 2 choses:

Les gogosses du Ministère des Transports qui se sont récemment écroulées ont été construites alors que le MTQ regorgeait de fonfons et qui plus est, on a situé le pire moment de négligence des dépenses étatiques pour l’entretient de nos infrastructures entre 1977 à 1985, or, qui était au pouvoir à cette époque? Eh oui…le Parti québécois avec René Lévesque en tête qui avait pourtant assez d’argent pour ses référendums.

Source: http://www2.lactualite.com/pierre-duhamel/2011/09/29/construction-la-solution-par-les-fonctionnaires/

@François 1

Où ai-je écrit qu’il n’y avait jamais eu de corruption au PQ?

Nulle part.

Alors pourquoi me parlez-vous de Jean Breault? Vous argumentez tous seul sur ce point.

« la dite corruption semble beaucoup plus présente au niveau municipal (les Libéraux oeuvrent au provincial…) et qu’aucun élément de preuve ne l’emmenait à conclure que le provincial était impliqué dans la corruption. »

Vous croyez que le municipal est complètement indépendant du provincial?

La présence de la corruption est plus grande depuis l’arrivée des Libéraux, c’est un fait.

Ont-ils avoir directement avec cette corruption? Aucun élément de preuve amène à conclure que le gouvernement est impliqué dans la corruption. Mais n’empêche que la corruption est plus grande.

Pour votre commentaire #26

Pourquoi vous mettez l’emphase sur le PQ? Personne essaie de défendre le PQ ici. Encore une fois, vous argumentez seuls. C’est maladif chez vous de cracher sur le PQ même quand il n’y a aucun rapport.

Pour en revenir au vrai sujet. La négligence sur l’entretien de nos infrastructures n’ont pas duré de 1977 à 1985, mais bien de 1977 à 2011!

Et ça va toujours en s’empirant parce que l’on laisse tout au privé qui en a rien à foutre que les ponts s’effondre parce que ce n’est pas eux qui paient.

PS: En passant, les «gogosses» qui se sont effondré du tunnel Viger ont été construit en 86 (PLQ). La majorité de nos infrastructures ont été construites en 1968 et 1977.

@ Kevin (# 27):

« La présence de la corruption est plus grande depuis l’arrivée des Libéraux, c’est un fait. » (sic)

Z’avez des preuves (une étude comparative, etc…) de ce que vous avancez Kevin?

@ Kevin (# 27):

VOUS: « Pour en revenir au vrai sujet. La négligence sur l’entretien de nos infrastructures n’ont pas duré de 1977 à 1985, mais bien de 1977 à 2011! »

RÉALITÉ: « Le Québec a fortement négligé son réseau routier. De 1977 à 2003, surtout entre 1977 et 1985, le Québec avait manifestement d’autres priorités que de prendre soin de ses routes (sous-entendu: le référendum des séparatistes!!!). »

Source:

http://www2.lactualite.com/pierre-duhamel/2011/09/29/construction-la-solution-par-les-fonctionnaires/

VOUS: « La majorité de nos infrastructures ont été construites en 1968 et 1977. »

RÉALITÉ: C’était bien avant les pseudo-coupures au Min. des Transports et pourtant…