Où est Michael ?

Depuis son passage à Londres, le 8 juillet, pour prononcer un discours sur le libéralisme qui a eu très peu d’écho au Canada, on n’a plus vu le chef libéral Michael Ignatieff en public. Et au Québec, on en a entendu parler pour la dernière fois le 10 juillet, après que le premier ministre Stephen Harper l’eut attaqué en marge du sommet du G8. La seule réaction du chef libéral : un communiqué et une réplique de son député Bob Rae.

Cela contraste avec le scénario du début de l’été. Entre la fin de la session parlementaire, le 19 juin, et son discours à Londres, Michael Ignatieff était beaucoup plus facile à trouver. Célébrant la Fête nationale à Québec et à Saint-Georges. Participant au défilé de la fierté gaie à Toronto. Servant des crêpes au Stampede de Calgary. Puis il y a eu Londres. Puis rien. À part deux brefs messages sans conséquence sur le site Twitter, le chef libéral est invisible depuis deux semaines.

Son bureau affirme pourtant que depuis son retour, Michael Ignatieff n’a cessé de travailler, d’assister à des réunions et de rencontrer des gens. C’est qu’il a un programme à peaufiner, M.Ignatieff.

L’attitude de Michael Ignatieff tranche avec celle déjà adoptée par d’autres chefs de l’opposition sur le point d’affronter l’électorat. Après s’être effacé durant l’été 2004, ce qui lui avait valu un flot de critiques, Stephen Harper était sorti de sa réserve l’été suivant pour sillonner le pays et rencontrer les Canadiens. Cela ne l’avait pas empêché de préparer son programme, son organisation et la campagne de 2005-2006, d’où il était d’ailleurs sorti gagnant. Jean Chrétien avait fait le même pari avant lui.

Le retrait de Michael Ignatieff de l’arène publique, pour un temps aussi court soit-il, n’est pas sans conséquence. Le chef libéral n’est pas accessible pour répondre aux questions des médias. Ses députés se démènent pour réagir aux dossiers de l’heure, faire des tournées, participer à des fêtes locales, mais ça ne remplace pas le chef.

Faire le tour des fêtes estivales et des barbecues n’est pas, pour un chef de l’opposition, une occasion pour s’empiffrer, mais pour être sur le terrain en vue d’une éventuelle élection. À une période de l’année où le gouvernement a toute l’attention des médias. Les conservateurs, eux, en profitent. Non seulement ils s’offrent des conférences de presse pour annoncer un même projet plusieurs fois mais ils convoquent aussi les médias pour «célébrer les progrès accomplis dans le cadre de projets». C’est exactement ce que fera aujourd¹hui le ministre de l’Industrie, Tony Clement, au collège de Red Deer, en Alberta, collège qui a reçu des fonds du programme d’infrastructure du savoir.

L’entourage de Michael Ignatieff assure que le chef libéral sera sur le terrain dès le début d’août, avec une visite à Matane et Gaspé, suivie d’une tournée du pays. Il n’arrêtera plus jusqu’à la reprise des travaux parlementaires. On saura où le trouver, le défi sera de le suivre.

Laisser un commentaire

Est-ce vraiment nécessaire cette tournée des festivals pendant l’été ? Oui ça permet de rencontrer les électeurs, j’en conviens. Mais pour moi, qu’un chef soit ou non présent me laisse froid. Je crois que notre choix va se faire pendant la campagne et que la mémoire des électeurs est bien courte. Un passage à l’été au Stampede de Calgary, est-ce que vraiment cela va permettre au PLC de gagner 20 comtés en Alberta? On voit des mouvements dans les intentions de vote pendant une campagne de 30 jours. Alors, la tournée des tournois de golf….

Évidemment, c’est mon opinion de jeune trentenaire avec des jeunes enfants…. Je vais m’identifier beaucoup plus à des politiciens qui prennent du temps l’été pour s’occuper de leur famille…

Dès qu’il recommencera à rencontrer publiquement et aussi qu’il rencontrera les journaliste, il déclamera que durant sa période d’éclipse il a travaillé TRÈS FORT.

Pour compléter le tableau et votre analyse madame Cornelier, voyez donc ce qu’en pense Jacques Keable dans …votre jounal, le Devoir bien sûr, ce matin.

Plus putain qu’Ignatief c’est dur à battre.

Je doute qu’il soit avec Duceppe et Harper qui eux aussi ont disparu. Le seul que l’on voit c’est Jack Layton – à la télé américaine pour discutter d’assurance-maladie…

Michael m’a envoyé un ‘dix-pourcent’ ! Dans mon courrier aujourd’hui, un pamphlet sur Chalk River- au style calqué des Conservateurs, avec une portion que l’on peut completer, couper et retourner à Ignatieff au 131 rue Queen à Ottawa – « no postage required » (au lieu d’un timbre il y a une photo de Pearson….

Mes choix:
1. Did the Harper Conservatives mismanage the Chalk River reactor over the las three years (yes or no)?

2. Do you believe that it is important for Canada to continue producing medical isotopes for cancer testing (yes or no)?

3. Who do you trust more to find a solution to the current medical crisis resulting from the closure of Chalk River (Michael Ignatieff ou Stephen Harper) ?

Je me demande toujours à quoi servent ces choses – premier pas pour demander des dons?

Maintenant qu’Ignatieff a refait surface, et puisque l’on sait que Monsieur Harper et sa famille sont en vacances à Harrington Lake, et que Layton défend le système de santé canadien sur la télé américaine, il ne nous reste plus qu’à trouver Gilles Duceppe. Lira-t-on bientôt sur ce site votre chronique « Où est Gilles ? »

Les plus populaires