Politique

« Harper ment effrontément »

Le premier ministre n’offre qu’une francophilie de façade, dit le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe. Qui déplore le recul du français dans l’armée, dans la fonction publique, à Air Canada…

Un vote pour la planète ?

Effrayés à l’idée de voir les conservateurs former un gouvernement majoritaire à l’issue des prochaines élections, des environnementalistes lancent un site Web pour aider les électeurs à voter « stratégiquement ».

La fuite en avant des partis progressistes

Qui se souvient de la dernière fois qu’un parti au pouvoir à Ottawa a volé une grande idée au NPD ? Personne de moins de 30 ans, car il faut remonter à la fin des années Trudeau pour dénicher la dernière initiative fédérale d’envergure à refléter l’influence néo-démocrate. C’était la Loi nationale sur la santé et on était en 1984.

L’arme secrète de Harper

Homme de main de Stephen Harper et général des guerres électorales du Parti conservateur, Doug Finley est l’une des personnalités politiques les plus puissantes du Canada. Et l’une des moins connues.

Le Tournant vert pour les nuls

Propulsé sur la scène fédérale à titre d’expert de la Constitution, le chef libéral, Stéphane Dion, mise son avenir politique sur l’environnement. La complexité de son Tournant vert donne toutefois le tournis à bien des Canadiens. Petit guide pour s’y retrouver.

Portraits de chefs

Redécouvrez les portraits des chefs des principaux partis fédéraux parus dans L’actualité. À lire aussi : un coup de gueule de Jean-François Lisée à l’endroit de Stéphane Dion, un essai de Chantal Hébert sur le Bloc québécois.

Les grands enjeux

La guerre en Afghanistan, le pétrole de l’Alberta, l’avenir du Grand Nord. L’actualité a rassemblé une sélection de reportages et d’analyses pour comprendre les grands enjeux de la campagne électorale.

Diviser pour régner

En abolissant certains programmes culturels, Stephen Harper pratique la politique de la division, méconnue au Canada mais populaire aux États-Unis. Pour la contrer, il faut la comprendre, dit la professeure D. Sunshine Hillygus, de Harvard. En voici les clés.

Une poigne de velours

Diriger, elle adore ça ! Et elle n’a pas peur de brasser la cage. Après avoir mis le Parti Québécois au pas, Pauline Marois s’attaque à un nouveau combat : la défense de l’identité québécoise.