Palmarès de la corruption: Maclean’s trouve la province #2 !

Le suspense était insoutenable, depuis la sortie du Maclean’s anti-Bonhomme. Mais qui était donc la seconde province la plus corrompue après le Québec — qui, comme chacun sait maintenant est « dans une ligue à part » ? Et quel est l’écart qui sépare le champion — nous — de la médaille d’argent?

Médaille d'argent de la corruption ! Encore un effort !
Médaille d'argent de la corruption ! Encore un effort !

Enfin, la réponse est dévoilée: La Colombie-Britannique s’installe fermement au deuxième rang. Le bronze va à l’Ontario. Qui le dit ? Les Britanno-colombiens et les Ontariens eux-mêmes dans un sondage Angus Reid commandité par Maclean’s et rendu-pas-suffisamment-public-à-mon-goût ce samedi 2 octobre.

Interrogés sur leur niveau d’inquiétude envers la corruption dans leur propre province, les répondants (très ou modérément inquiets) se répartissent comme suit:

68 % Québec
61% Colombie-Britannique
56% Ontario
46% Provinces Atlantiques
37% Alberta
33% Prairies

Alors, c’est clair ? (Incroyable, au Québec, 32% ne sont pas très ou modérément inquiets ! Il y a même 7% pas inquiets du tout ! La famille Tomassi-Charest élargie sans doute…)

Maclean’s a ensuite demandé à tous les Canadiens — qui étaient peut-être depuis quelques jours informés qu’une province en particulier était plus corrompue que les autres — de nous dire s’ils pensaient qu’une province en particulier était plus corrompue que les autres. (C’est la boucle de communication perfectionnée par Fox News. Fox vous dit quoi penser. Puis vous demande ce que vous pensez. Puis rapporte que vous pensez comme Fox.)

Mais il y a de la résistance:

58% des Québécois pensent que les politiciens
les moins éthiques sont au Québec
57% des citoyens de Colombie-Britannique pensent
qu’ils sont chez plutôt chez eux.
57% des Albertains pensent que les moins éthiques
sont… au Québec (45% les voient en Alberta)
56% des citoyens des provinces Atlantiques
les identifient aussi chez les Québécois
46% des Ontariens croient aussi qu’ils sont au Québec,
mais 43% les voient en Ontario. C’est chaud !
45% des habitants des Prairies votent
aussi pour les Québécois.

La science de la propagande

Il serait utile, pour l’analyse du phénomène de la propagande moderne, d’avoir une version de ce sondage réalisé une semaine avant le numéro spécial hypermédiatisé de Maclean’s. Mais la science restera à jamais ignorante de l’effet Maclean’s sur notre réputation canadienne.

Plus loin dans le sondage, Angus Reid propose plusieurs explications à la corruption québécoise. Et on voit que Maclean’s a contribué à convaincre 22% des Canadiens (et des Québécois) que « la corruption politique au Québec est un symptôme d’attitudes publiques étendues et ne peut être combattue seulement par des lois« . Bref une vraie tare.

Le quart des Canadiens — et 41% des Québécois — croient plutôt que la corruption est un problème « systémique » dont on peut venir à bout par des réformes. Un autre quart estiment que la corruption québécoise se limitent à « quelques pommes pourries » qu’il faut gérer au cas par cas.

Une autre question, polluée aussi par la Cover de Maclean’s, nous donne cependant une indication sur l’opinion qu’ont les Québécois de la corruption canadienne.

On demande à tous de nous dire si les politiciens Québécois sont plus ou moins éthiques que ceux des autres provinces.

44% des répondants du Rest of Canada (selon ma règle de trois) estiment que les politiciens du Québec sont moins éthiques que les leurs — une idée bien enracinée chez les Albertains (55%) et dans les provinces Atlantiques (57%).

Mais les Québécois ne sont pas de cet avis. Durs avec leurs propres politiciens, ils ne sont pas prêts à les considérer pires que dans les ROC. Seulement 29% les juges « moins éthiques » et 47% les jugent « aussi éthiques' » que les autres. Lucides, ils ne sont heureusement que 2% à les juger « plus éthiques ».

Du moins, pour le moment.

Un dernier mot sur ce sondage. Les questions sont posées au présent. Les répondants se prononcent donc sur la situation actuelle. Les articles du Maclean’s étaient nettement plus ambitieux. Ils affirment que la structure politique québécoise est historiquement et pathologiquement plus corrompue que les autres.

Si cette question avait été posée aux Québécois, ces derniers auraient montré davantage de crocs, j’en suis certain.

Laisser un commentaire

Résumons…

Si on prend une méthodologie similaire à Transparency International, le Québec est bel et bien la province la plus corrompu du Canada.

Pour moi, le point principal, n’est pas de savoir qui sont les plus corrompus. Mai de savoir comment on s’en débarasse et au plus vite, ça presse. Trois autre années c’est trop long et impensable.

Bien piètre exercice de justification du Maclean’s.

C’est ce qui m’attriste le plus dans la partisanerie: des gens deviennent irrationnels et sont prêt à faire les plus basses associations sous des airs sérieux pour justifier des jugements émotifs.

Leur haine du souverainisme est tellement viscérale qu’ils font tout pour les associer à la corruption, la pathologie sociale et j’en passe. Cela crée des raccourcis farfelus comme ceux du Macleans. C’est ce qu’on appelle diaboliser.

Alors que les scandales sont fédéralistes (Tremblay à Montréal, Charest à Québec et les commandites à Ottawa), ces gens détestent tellement l’idée d’une consultation sur l’indépendance qu’ils acceptent de voter à nouveau pour eux au prix de l’étiolement de nos institutions démocratiques (et du gaspillage de nos impôts).

Encore pire: on tente (le ROC et les partisans libéraux aveugles) de faire croire à la population des énormités: on annonce la mort du Bloc à chaque élection. On soutient que le PQ n’arrive pas à faire des gains (alors qu’il a atteint des niveaux historiques et que le PLQ est à son appui plancher). On soutient que les Québécois sont antisémites et xénophobes (alors que le Québec a moins de crimes à nature antisémite par habitant que l’Ontario, tout en ayant une population juive plus élevée).

C’est là le coeur de la solitude de deux peuples. Pourtant, les fédéralistes n’ont qu’à lever le petit doigt pour tout régler: les Québécois attendent encore (naïvement peut-être) une réintégration dans la constitution canadienne. Ils ne veulent qu’une association de partenanariat avec le Canada. Ils attendent encore une place qui leur revient au sein du Canada.

Les fédéralistes le savent. Mais ils ont tellement usé de rhétorique fallacieuse, de Quebec Bashing pour gagner des votes ailleurs – bref, ils ont tellement démonisé les demandes minimales des Québécois qu’il est devenu suicidaire de vouloir rationnellement régler dans l’harmonie les problèmes fondamentaux du Québec et du Canada.

Et le Maclean’s participe à cela. Comme bien d’autres, d’ailleurs. Alors qu’ils utilisent la «ligne dure» avec le Québec pour le remettre «à sa place», ils nous éloignent d’un rapprochement durable des Québécois et des Canadiens.

Et si on faisait plutôt l’exercise contraire, c’est à dire celui visant à trouver quelle est la province canadienne la moins corrompue… pour ainsi trouver pourquoi elle occupe ce rôle, et ensuite s’en inspirer?

Petit « guess » comme ça… il s’agit probablement de la province la moins étatisée et la plus libre économiquement parlant…

@David
Quelle est la méthodologie de Transparency International ? Où peut-on avoir les résultats de son utilisation pour le Québec comparativement aux autres provinces ? À quelle méthodologie similaire vous référez-vous ?

Je partage joyeusement l’ironie de cette saga évidemment. En même temps, je trouve qu’ily a un petit peu un air d’arroseur arrosé dans tout ça.
Jouer avec des Palmarès et susciter des réactions épidermiques, après tout l’Actualté connait ça.

Le…classement annuel des écoles suscitait toujours des réactions passionnées n’est-ce pas?

Je conseille à tous de lire le dernier texte de David Descoteaux (par google, écrire: « Thank you Maclean’s ! » – Jean Charest ), sur le lien qu’il y a entre liberté économique et corruption.

Voici un extrait:

« *Certains commentateurs aiment se référer au classement de «perceptions» de corruption de Transparency International, où les pays scandinaves sont classés comme faiblement corrompus, pour conclure que cette corrélation n’existe pas. Ces commentateurs occultent le fait que les pays scandinaves ont grandement évolué dans les dernières années et sont loin de représenter l’idéal de gouvernement social-démocrate interventionniste d’antan. C’est aussi confondre taille de l’État et intervention de l’État. Quiconque tient ses connaissances à jour sur les pays scandinaves savent que ceux-ci, par exemple, laissent le privé offrir les soins de santé, que les Pays-Bas ont des réglementations infiniment moins contraignantes que le Canada, qu’en Suède les syndiqués, bien que plus nombreux en proportion qu’au Québec, ont beaucoup moins de pouvoir, etc. Il serait donc plus juste de parler de «liberté économique» que de taille de l’État pour faire ces comparaisons. De la même manière que plusieurs pays (dictateurs) d’Afrique fournissent peu de programmes sociaux, mais contrôlent tout. D’ailleurs, quand on croise les données de Transparency International avec celles de l’indice de liberté économique du Fraser Institute, la relation est claire (p.19, tableaux 11-12). »

Avouez qu’il vise juste !
🙂

Non David, la méthodologie de Transparency International et celle d’Angus Reid mesure la PERCEPTION de corruption – pas la corruption en tant que tel. Reid et Transparency le disent clairement.

La perception de ce qui est acceptable ou inacceptable varie d’une province à l’autre, d’un pays à l’autre. En Alberta lors d’une campagne électorale un chef d’entreprise peut donner 30 000 $ à un parti de la part de son entreprise, 30 000 $ en tant qu’individu, son épouse un autre 30 000 $ et chacun 10 000 $ à une ou des associations de comté.

Je gagerais que 99,9% des Québécois jugeraient malhonnête qu’une entreprise et ses directeurs faisant affaire avec le gouvernement puisse l/galement donner plus de 100 000 $ à une parti lors d’une campagne électorale. On crierait au scandale. En Alberta, on s’en félicite, on dit que ces gens contribuent à la santé de la démocratie albertaine. La perception de ce qui est acceptable n’est pas la même au Québec et en Alberta.

http://www.elections.ab.ca/public%20website/files/Documents/Guide_Instructions_on_the_Preparation_of_Official_Receipts.pdf

Il faut remercier Jean Charest et son gouvernement pour avoir mérité cette honneur qui rejaillie sur nous tous D’avoir transformé la machine gouvernementale au service du PLQ , de ses militants , de sa caisse et de ses bailleurs de fonds a fait cette grande différence de nous donner le premier rang au Canada …. Nous nous en souviendrons éternellement mon sieur Charest ….

peut importe ce que les gens pensent…le Quebec
nage dans la corruption etalee au grand jour..faites moi la preuve de ce qui se passe dans les autres etats svp et je le croirai

@David

La méthode Transparency International est basée sur la perception d’experts qui suivent la politique de très près. C’est assez différent d’une opinion publique influencée par la presse
à sensation.

Quant à moi, je résumerais le sondage d’Angus Reid de la façon suivante : Les Québécois sont à l’heure actuelle les plus allergiques à la corruption, qu’elle soit provinciale ou fédérale.

Mais 99,9% des crimes politiques sont commis par des fédéralistes donc des royalistes canadians et leurs colonisés .

@David
C’est faux.
Transparency International ne se base pas sur un simple sondage d’opinion dans la population. Surtout pas après un article visant à influencer les réponses, c’est très peu scientifique.

Pour ceux que cela intéresse, ce lien vous mènera vers la méthodologie employée par Transparency International pour l’indice de perception de la corruption.

http://www.transparency.org/policy_research/surveys_indices/cpi/2009/methodology

En passant, Sébas : certaines pratiques sont acceptables, voire encouragées, dans le secteur privé mais sont taxées de corruption dans le secteur public.

Par exemple, si je décide d’emmener un client faire du ski, je paye pour mes dépenses et ses dépenses, bouteille de vin, etc., je prépare un compte de dépenses que je déduirai des profits de mon entreprise avant de soumettre ce profit à l’impôt – c’est légal, voire encouragé par l’état. Le même geste avec un fonctionnaire plutôt qu’un client pourrait faire la une des journaux et causer un scandale. On parle toujours de perception de corruption.

LA LUMIÈRE ET L’ÉLECTRICITÉ

Jean Charest:

fermez la lumière
ça coûte cher l’électricité !

Je dirais plutôt que nous avons le palmarès des politiciens corrompus les moins prudents du Canada. En effet, ils se font prendre. Mais, venez pas me faire croire que le milliard (mille millions, oui, oui, pour deux journées!) dépensé pour les deux sommets de G8 et G20 n’a pas servi à graisser une multitude de pattes proches du parti au pouvoir. Seulement, ils ont probablement pris les précautions nécessaires pour ne pas se faire prendre. Mais si les journalistes avaient un tant soi peu de jugement, ils cesseraient de perdre leur temps avec la Commission Bastarache (qui ne sert en fait qu’à divertir l’attention des réels problèmes et à noyer le poisson) et ils éplucheraient les dépenses faites par le gouvernement fédéral lors de ces deux sommets. Il y a là selon moi une mine à scandales bien plus juteux que la nomination des juges.

En fait, ce sont les deux provinces qui ne mettent pas le fluor dans leur eau : leurs citoyens peuvent toujours se tenir debout et dénoncer la corruption.

« Pour ceux que cela intéresse, ce lien vous mènera vers la méthodologie employée par Transparency International pour l’indice de perception de la corruption. » Loraine King

===

Il reste à démontrer que la PERCEPTION est représentative de la corruption RÉELLE.

Jean Émard

À quand une commission Bastarache dans les autres provinces?Même inutile, au moins elle permettrait des comparaisons! Et les premières places seraient chaudement disputées? Et ne parlons pas du férédral?
À quand la nomination d’un juge souverainiste dans une cour fédérale? Même qu’un jour, un certain Michael Fortier a déjà dit publiquement qu’il veillait au grain pour qu’aucun souverainiste ne soit nommé juge.

J’habite en Alberta, les résultats du sondage ici ne m’étonnent guère; tout ce qui est lié de près ou de loin au Québec est pourri, tout ce qui est lié de près ou de loin à l’Alberta est clair comme de l’eau de roche.

Cependant l’Alberta, un État à parti unique et par définition incorruptible, a institutionalisé le pot de vin; ici ça s’appelle faire des affaires. Les employés d’Encana et autre Enbridge recoivent des milliers de dollars de leurs employeurs pour financer le parti conservateur canadien et albertain en leur nom.

Un jour peut être pas si éloigné qu’on peut le croire,il y aura une autre crise majeure entre le Québec et le R.O.C. On verra peut-étre ,ce moment venu ,le Québec »bashing »se transformer en crise d’hystérie Canadian. Pi là c’est nous qui allons rire car il sera trôp tard ,les carottes seront cuites pour les Canadians.

Les résultats du sondage auraient été complètement différents (du moins au Québec) s’il avait été réalisé durant les deux mandats de René Lévesque…

@ Denis Drouin, Bob & Loraine King

Transparency International base son indice sur la perception de la corruption selon un sondage réaliser dans différent pays.

« The Corruption Perceptions Index (CPI) measures the perceived level of public-sector corruption in 180 countries and territories around the world. The CPI is a « survey of surveys », based on 13 different expert and business surveys. »

Bref, comme je disais, si on prend une méthodologie similaire à Transparency International, le Québec est bel et bien la province la plus corrompu du Canada.

@David – « “The Corruption PERCEPTIONS Index (CPI) measures the PERCEIVED level… »

Et si vous lisez attentivement la méthodologie sur le site de Transparency Int’l, on demande aux répondants si des lois encadrent les relations entre les fonctionnaires, les politiciens, et les fournisseurs, etc., et la fréquence des contraventions.

Ces lois ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre. Je reviens sur mon exemple albertain. Il est légal en Alberta pour une compagnie de donner 30 000 $ à un parti lors d’une campagne électorale; il est illégal au Québec qu’une compagnie verse 1 000 $ (ou quelque somme que ce soit) à un parti politique.

Si le donateur québécois se fait prendre, il y a scandale et poursuite au criminel. Il y a perception de corruption.

En Alberta, il n’y a aucun scandale pour un don de 30 000 $, aucune poursuite, puisque c’est légal. Il n’y a aucune perception de corruption.

Bref, si on prend une méthodologie similaire à Transparency International, le Québec est bel et bien la province PERÇUE comme étant la plus corrompu du Canada.

@David

Ça fait plusieurs mois que je suis vos commentaires sur ce Blog et d’autres aussi.

Tous vos commentaires sur le Québec sont très très négatifs. Si les faits sont négatifs, vous les rendez encore plus négatifs. S’ils sont positifs, vous les interprétez de façon négative.
Tout est noir.
POur vous, ça doit être extrêmement déprimant de vire au Québec.
À vous voir aller, je ne tire qu’une seule conclusion : être libertarien c’est une maladie grave!

souriez ! 🙂

25David

« Transparency International base son indice sur la perception de la corruption selon un sondage réaliser dans différent pays. »

« Bref, comme je disais, si on prend une méthodologie similaire à Transparency International, le Québec est bel et bien la province la plus corrompu du Canada. » (David #25)

Donc ce n’est qu’une perception et non la réalité.

Donc le Québec n’est pas la province la plus corrompue mais bien seulement perçue comme corrompue.

Suite à la commission Bastarache, et évidemment les témoins sensés dire la vérité, on s’apperçoit qu’il y a des menteurs assez bien rodés pour protéger M. Charest. Le pire dans tout ça c’est que M. Charest lui-même ne dit pas la vérité. C’est dommage qu’un premier ministre ne sache pas quand il faut dire vrai. De plus, il est très bien appuyé par sa gang de moutons à Québec.

Avec tout ce « Quebec Bashing » des dernières années, on est loin du « Québec Love In » de 1995 à la veille du référendum de 1995. D’autant plus que les frais d’organisation de cet événement étaient illégaux selon la loi électorale du Québec !!! Je propose qu’on organise un « ROC Hate IN » au Cente Ville de Montréal …imaginez des milliers de Québécois avec le doigt pointé !!! J’aimerais voir les réactions de tous les biens pensants du ROC !!!

@ Loraine King

C’est ce que je dis, dans les 2 cas (TI et Angus Reid) c’est la PERCEPTION de la corruption qui est mesurée.

@ Jean

je pourrais dire la même chose des souverainistes.

@ Yvon Fleurent

C’est avec cette méthode que TI fait son classement.

Alors les séparatistes-gauchistes…voulez-vous toujours d’une enquête publique sur l’industrie de la construction qui risquerait de donner raison (encore plus!) à Mclean’s???

@David

Bob Binette ne ferait pas mieux.
Après s’être obstiné comme ça se peut pas, il conclut : n’e l’sait !

François 1 :

Si on comprend bien, les fédéralistes-droitistes, eux, ne voudraient pas d’enquêté pour contrer la corruption de peur de donner raison à Maclean !

Bien sûr …quoi de mieux que la censure pour les fans de Harper ? 😉 lol

François 1 :
octobre 7, 2010 à 5:38
Alors les séparatistes-gauchistes…voulez-vous toujours d’une enquête publique sur l’industrie de la construction qui risquerait de donner raison (encore plus!) à Mclean’s???
– – – – – – – – –

Vous n’en voulez plus depuis quand ?

Je ne saisis pas l’allusion de monsieur François 1, car le lien entre les cas de corruptions, que ce soit les commandites, la construction et ajoutons le lobbyiste non inscrit des conservateurs, c’est que ce sont des fédéralistes et sûrement pas des gauchistes. Alors pourquoi séparatistes et gauchistes auraient-ils peur des enquêtes ?

Diviser pour mieux régner!

Je pense qu’il faudrait réfléchir avant de se déchirer entre nous qui ne sommes pas multimillionnaires…Qui profitent de ces discordes ridicules? Qui rigoleront le plus à la mort des démocraties? Qui seront nos dirigeants?

Le Nouvel Ordre Mondial?…

Je pense qu’un gouvernement totalitaire communiste est plus inquiétant que notre niveau de popularité au palmarès de la corruption au pays. Ils seront dans le même bateau que nous!!!

Réfléchissez! Observez qui nous manipulent!