Papa François et les méchants grévistes

Il y avait 55 000 étudiants en grève, le 31 mars. En en renvoyant trois par jour, on pourrait régler le conflit en 50 ans. «Pour une fois qu’un politicien a une vision à long terme, on ne va pas commencer à se plaindre !» dit Mathieu Charlebois.

Photo © Jacques Boissinot / La Presse Canadienne
Photo © Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Alors qu’une partie de l’ASSÉ tente de remettre la charrue après les bœufs en proposant de faire la grève de la grève jusqu’à l’automne, le ministre de l’Éducation, lui, fonce à pleine vapeur.
Politique

Quand Yves Bolduc est parti et que François Blais a pris sa place, on s’est tous dit que l’âge d’or de la déclaration saugrenue était terminé au ministère de l’Éducation. Or, le passage de Bolduc à Blais nous montre plutôt que ce n’est pas parce que tes structures de phrases se tiennent que tu dis nécessairement quelque chose de plus brillant.

Mardi, par exemple, Blais s’est fait demander si, en 2012, il était pour ou contre la loi 72 — la fameuse loi spéciale. Sa réponse : il ne s’en souvient plus.

Pour celui qui était alors doyen de la faculté avec le plus grand nombre d’étudiants en grève à l’Université Laval, c’est un oubli olympique. Un oubli de calibre «témoin qui ne s’en rappelle plus devant une commission d’enquête».

Si j’étais la conjointe de monsieur Blais, je lui texterais l’adresse de la maison, au risque de le retrouver errant dans le quartier sans pouvoir se souvenir de l’endroit où il habite.

De la même façon, on sent que le ministre voudra bientôt oublier l’entrevue qu’il a donnée mardi matin à l’émission Maurais Live, sur les ondes de CHOI Radio X, à Québec. Plus précisément ce segment :

Sévir contre «deux ou trois étudiants par jour», pour servir un avertissement aux autres. Ajoutons un peu de plumes et de goudron après une course folle dans les couloirs, tiens, parce que ça aussi, «ça ferait réfléchir les autres».

Il y avait 55 000 étudiants en grève, mardi. En en renvoyant trois par jour, on pourrait régler le conflit en 50 ans. Pour une fois qu’un politicien a une vision à long terme, on ne va pas commencer à se plaindre.

Reste la question : les «deux ou trois étudiants», comment les choisit-on ? On fait ça au hasard, comme dans Hunger Games, ou on cible ceux qui ont les idées qu’on aime le moins ?

Pendant qu’on y est, prendriez-vous un peu de paternalisme infantilisant avec votre mépris ? C’est votre jour de chance ! François Blais en a mis une double portion.

«On fait ça avec les enfants quand on veut corriger leur comportement», a-t-il expliqué à un Dominic Maurais hilare comme devant une bonne blague de pet. «On ne dit pas du jour au lendemain : va dans ta chambre, tu n’auras pas de souper. On commence par leur dire : il va y avoir une sanction pour ce que tu as dit à ta mère, etc. Et on s’assure qu’on pose ce geste-là.»

Dans cette allégorie, l’étudiant est un enfant qui n’a pas pris son Ritalin, l’université est une mère à qui on a dit «t’es un caca !» et le gouvernement est un bon père de famille qui menace de priver de souper le petit tannant.

Ahhhhh… le fameux «bon père de famille», symbole ultime de la bonne gouvernance. Vous remarquerez que quand un politicien dit qu’il gouverne en bon père de famille, il veut surtout dire qu’il a raison, mais que le peuple-enfant, lui, ne comprend pas. Quand le peuple-enfant va être devenu un peuple-adulte, il va comprendre que c’est pour le bien des jeunes qu’on coupe en éducation.

En attendant, les grévistes devront apporter un billet signé par leurs parents pour pouvoir rentrer en classe après la crise du bacon qu’ils appellent «grève».

«Cher M. Blais,
Félix ne pouvait pas être en classe la semaine dernière, parce qu’il était occupé à casser des fenêtres au centre-ville et à se faire tirer des capsules lacrymogènes en plein visage par les policiers.
Il s’excuse.
Je l’ai privé de télévision pour le reste du mois. Il a promis qu’il ne recommencera pas.
— Maman Félix»

Toi, le ministre ou le député, souviens-toi de cette leçon : quand un animateur de Radio X te répond que ton idée «a ben de l’allure» et qu’il «aime ben ça», pose-toi des questions. Tu viens probablement de proposer quelque chose d’un peu réactionnaire et réducteur.

* * *

À propos de Mathieu Charlebois

Ex-journaliste Web à L’actualité, Mathieu Charlebois blogue maintenant sur la politique avec un regard humoristique. On peut aussi lire ses anticritiques culinaires sur le blogue Vas-tu finir ton assiette ? et le suivre sur Twitter :@OursMathieu.

Laisser un commentaire

D’abord ils ne sont pas en grève, on ne peut pas faire la grève quand on reçoit un service ou consomme quelque chose, on boycotte.

Deuxièmement il est plus que temps que les autorités mettent leurs culottes dans cette histoire, la stratégie de l’apaisement est un échec et une honte. Il faut libérer l’accès aux classes pour ceux qui veulent s’y rendre, les autres doivent en subir les conséquences, y compris l’échec et le renvoi.

Troisièmement il est temps d’envisager la fermeture ou au moins des réductions draconiennes de certaines facultés de «sciences humaines». Il faut aussi des réformes pour encourager la réussite et décourager ceux qui vont à l’université pour poireauter. Ultimement il faudra aussi augmenter les frais, on ne peut pas continuer de laisse les université sombrer dans la sous-financement et la médiocrité.

Moi les Ché en herbe je suis pu capable! La farce a assez duré, il est temps de réagir et d’agir.

Pbrasseur,

Vous devriez nous dire ce que vous êtes encore capable d’endurer plutôt que ceux que vous n’êtes plus capable.
Ça va aller plus vite…

Bonne journée,

D’accord avec vous M.Brasseur.Si ces enfants gâtés n’ont pas été élevés dans le respect des autres il est temps de leur montrer le savoir-vivre….Le grabuge ça suffit ….La grève c’est pour les travailleurs.

Tout-à-fait! Et on engage Brasseur (à 200$/heure) pour leurs montrer le savoir-vivre et le respect.

Euh, peut-être pas finalement…

Il faudra aussi augmenter les frais… rahlala … Cette bonen vieille réplique à l’américaine. Allez, qu’on imite les états américains et les autres provinces canadiennes, plutôt que de se baser sur d’autres modèles qui fonctionnent très bien et qui sont quasi gratuit… L’accessibilité à une éducation de choix est ce qui maintient une société en santé… Une société peu éduqué c’est par contre bien mieux pour pouvoir faire ce que l’on veut avec.

« …plutôt que de se baser sur d’autres modèles qui fonctionnent très bien et qui sont quasi gratuit… » (sic)

Ah… Bon… les profs ne sont pas payés dans vos universités « quasi gratuites »? Les livres sont donnés? Les immeubles sont construits par des bénévoles? Etc…?

Rien, ab-so-lu-ment RIEN n’est gratuit dans la vie et surtout pas l’éducation. Il y a toujours un cochon qui paie la note.

De plus, que valent VRAIMENT les diplômes des ces universités « quasi gratuites »? Hein?

Vous voulez « toutte gratisse »? Vous en aurez pour votre argent. Ça vaudra RIEN!

Bravo monsieur Brasseur, enfin quelqu’un qui démontre qu’il se tient debout.

Non mais c’est assez, les enfants gâtés ! Au lieu de se payer l’ordino haut de gamme, le iPhone haut de gamme, le iPod haut de gamme etc, les étudiants devraient investir dans leurs études pour le peu que cela leur en coûte. J’appliquerais la recette “Reagan” utilisé pour faire retourner les aiguilleurs du ciel au travail.

Bientôt et c’est déjà le cas pour des milliers d’anciens étudiants, ils font face à un fardeau de dettes pour avoir jouer à la cigale Ils ne peuvent plus se débarrasser de leurs dettes d’étude en faisant faillite comme ce fut le cas durant deux décennies puisque le gouvernement de monsieur Bourassa a mis fin aux mauvaises créances (350$ millions) d’étudiants qui montaient des factures salée et faisaient faillite dès leur fin d’étude.

La formule fut très simple “à compter de minuit demain soir, ceux qui ne seront pas de retour au travail iront se trouver du travail ailleurs”. 99% des aiguilleurs sont retournés au travail au lieu de mettre en péril l’aviation commerciale du pays, même si les aiguilleurs avaient été remplacés par du personnel des forces armés tout aussi compétent mais beaucoup moins payés.

Les péquoistes (sic) ont passé leur temps à donner des bonbons à tout le monde et nous sommes encore “pogné” avec leur support gouvernemental tout azimut dont plusieurs programmes sont hors de tout sens commun et ce dès le départ il y a 15, 20 voire presque 30 ans. Un concept copier de cette mère patrie qu’est la Frrrrrance, qui aujourd’hui est tout aussi dans la dèche et bien plus que le reste de l’Union Européenne.

Et bien le Québec devrait sortir d’en dessous de la robe de sa mère, la Frrrrance et réfléchir à leur avenir sans avoir à retourner chez leurs parents à 25, 30, voir 35 ans car les études qu’ils ont largement séchées, ne peuvent conserver leur emploi parce qu’ils ne peuvent remplir adéquatement les postes convoités et obtenus durant une courte période.

Leur fameux “projet de société” a été construit en disant oui à tous ceux qui voulaient quelque chose de plus avec les résultats plus que décevant auxquels nous faisons face depuis au moins une dizaine d’années.

Le concept de gouvernement paternaliste qui doit gérer la population qu’en “bon père de famille” sans prudence et sans égard aux conséquences du fameux “gouvernement providence” qui est à sa base, ne fait que compromettre cette volonté de remplir leurs “devoirs et obligations” de cette population qui en veulent toujours plus, pour mieux lézarder une société qui se dit bien ordonnée.

D’ailleurs le dit “mouvement étudiant” fera boule de neige pour tous ceux qui ont des récriminations contre le gouvernement tel que se fut le cas lors de la présence de “Dubois-Nadeau” qui ne payait même pas son loyer et aurait dû demeurer chez ses parents qui demeurent à Montréal au lieu de dépenser pour “aller foérer” sur de dos des contribuables.

À force d’invoquer le grand principe de “démocratie” en lien avec “la liberté de parole” et liberté de faire des “grèves” (droit qui ne s’applique pas aux étudiants de toute façon”) a ses limites et celles-ci ont atteint leur sommet depuis belles lurettes.

Si les étudiants ne sont pas heureux du traitement et des “PRIVILÈGES” qu’ils détiennent, ils devraient aller étudier ailleurs.

« Non mais c’est assez, les enfants gâtés ! Au lieu de se payer l’ordino haut de gamme, le iPhone haut de gamme, le iPod haut de gamme etc, les étudiants devraient investir dans leurs études pour le peu que cela leur en coûte. »

« Bientôt et c’est déjà le cas pour des milliers d’anciens étudiants, ils font face à un fardeau de dettes pour avoir jouer à la cigale »

Il n’y a rien de logique dans tout ça. Si ce sont réellement des enfants gâtés, alors ce ne sont probablement pas eux qui se payent les mac book, iPhone, iPod.

Personnellement j’ai un téléphone intelligent dont le citoyen moins intelligent croirait qu’il coûte 1000$ ou nécessiterait un forfait de 80$/mois. Rien de plus faux, je l’ai payé la moitié prix (parce que ce n’est pas un iPhone ou un Samsung) avec un forfait de 20$/mois : c’est moins cher qu’un téléphone résidentiel avec n’importe quelle compagnie. J’ai connu des centaines d’étudiants et les seuls qui correspondent à vos clichés étudient en génie, en droit ou en administration.

Quand je lis ce genre de commentaire, j’ai vraiment l’impression que vous ne faites aucun effort. Que vous utilisez les 2-3 étudiants gâtés que vous avez vu (et ils n’étaient surement pas en train de manifester parce que les anarcho-communistes n’achètent pas des produits Apple) pour généraliser à tous.

Je pourrais continuer comme ça pour chacun de vos paragraphes si vous voulez, votre analyse est particulièrement médiocre, tout comme votre solution à la Reagan est farfule (pour rester poli).

On se fait manger la laine sur le dos. On paie de plus en plus pour de moins en moins. Personnellement, je ne pourrais pas me permettre de ne pas travailler pour protester. Des étudiants le font. Je ne peux qu’applaudir leur dévouement à l’avancement de la société dans laquelle nous vivons. Bravo aux étudiants.

Quel dévouement d’aller embêter le peuple et d’empêcher les autres étudiants qui ne sont pas d’accord pour la grève et qui veulent étudier!! Vous appelez ça du dévouement.En plus, ceux qui se cachent le visage ce sont des lâches.Le ministre a entièrement raison il faudrait leur donner une bonne leçon et les chasser de l’Université.C’est mon opinion et je la partage…

« D’abord ils ne sont pas en grève, on ne peut pas faire la grève quand on reçoit un service ou consomme quelque chose, on boycotte. »

Qu’elle est la différence dans les faits? Personnellement je ne vois pas ce que ça implique de différent, ils peuvent boycotter comme ils veulent. C’est rien de plus que de la rhétorique.

« Deuxièmement il est plus que temps que les autorités mettent leurs culottes dans cette histoire, la stratégie de l’apaisement est un échec et une honte. »

Quelle stratégie d’appaisement? Même si la loi spéciale n’est plus effective, les itinéraires sont quand même exigés sans quoi les manifs sont déclarées illégales… Il est où l’appaisemment là-dedans?

« Troisièmement il est temps d’envisager la fermeture ou au moins des réductions draconiennes de certaines facultés de «sciences humaines». »

Aucune explication pourquoi ce serait dans l’intérêt des universités de faire ça…

« Il faut aussi des réformes pour encourager la réussite et décourager ceux qui vont à l’université pour poireauter. »

Je ne sais pas combien ça fait de temps que vous êtes allé à l’université, mais 2500$+ par session pour « poireauter », il y a pas grand étudiants qui peuvent se le permettre. D’ailleurs, je ne peux pas dire si c’est partout pareil, mais les étudiants qui ne réussissent pas suffisamment bien se font servir un ultimatum pour remonter leur moyenne. Et, oui, il y a des étudiants qui se font expulser parce que leurs notes sont trop faibles. C’est même beaucoup plus fréquent au cégep.

Il y a aussi bon nombre de bourses offertes aux étudiants performants, certaines ne sont pas affichées et sont offertes par l’université elle-même.

« Ultimement il faudra aussi augmenter les frais, on ne peut pas continuer de laisse les université sombrer dans la sous-financement et la médiocrité. »

Et vous croyez que les coupures du gouvernement Couillard vont aider à pallier ce prétendu sous-financement?

Pour ce qui est des accusations de médiocrité on repassera…

L’article est intéressant et fait sourire. Par contre, je le trouve un tantinet trop méprisant envers Radio X.

Bah, c’est rien à comparer au mépris que les radios poubelles peuvent exprimer dans leurs émissions.

« je le trouve un tantinet trop méprisant envers Radio X »

Peut-on vraiment être trop méprisant envers Radio X ? C’est une radio qui ne devrait même pas exister. Elle ne sert qu’à laver le cerveau
des habitants de Québec en leur mettant des idées douteuses dans la tête. Il faut croire que Québec est une ville propice à cela. André
Arthur a sévi de la même manière pendant des décennies. Ça doit faire partie de l’ADN des gens de la région de Québec. À trop vouloir
être différent des gens de Montréal, les gens de Québec ont fini par accepter n’importe quoi qui peut les rendre uniques. Prenez-vous en
mains et cessez de vous laisser influencer de cette manière. C’est pathétique et ridicule.

L’ article n’ est pas drôle du tout Mathieu Charlebois! Même que je dirais que c’ est méprisant envers les contribuables consommateurs qui eux travaillent et votent! Les petits groupuscules étudiants dans certaines universités et c.e.g.e.ps sont des enfants ( oui enfants) immatures qu’ on a laissé faire trop longtemps et qu’ ils ne représentent que la simple petite minorité des étudiants et que leurs demandes sont superflues et INCOMPRÉHENSIBLES!
Ce que le ministre a dit c’ est très représentatif de la population en général! Les travailleurs sont vraiment écoeurés @ Montréal de ne jamais être sûr s’ ils vont arriver a leurs rendez-vous avec toutes ces rues qui sont constamment pris d’ assaut sans destination donnée a la police! Oui j’ ai hâte qu’ ils se lassent de leurs crises du bacon ! Oui qu’ on foute en dehors des universités les anarchistes et qu’ on organise des votes secrets au plus sacrant pour le boycott et C’EST FINI ! LA MANIFESTATION EST TERMINÉE !

Tout à fait d’accord, j’en ai marre qu’on banalise l’intimidation et le non respect de la propriété par les groupes de pression. ÇA SUFFIT!

C’est à se demander si cette société a encore une colonne vertébrale et une simple compréhension de ce que c’est qu’un état de droit!

Vous faites appel au droit d’association ou celui du droit d’expression?

Ah non! Laissez-moi deviner, vous invoquez le droit à la libre circulation en vous disant que ça doit s’appliquer à vous lorsque vous être pris dans le traffic à cause d’une manifestation?

Je vois que vous êtes de bonne humeur encore aujourd’hui.

Dites, ça vous arrive d’être de mauavise humeur des fois?

Puisque les « demandes » des étudiants sont « incompréhensibles » comment faites-vous alors pour juger qu’elles sont superflues ?

Sur les manifestations, je vous rappellerai que manifester est un droit fondamental tandis que « le droit de circuler en automobile de la façon la plus directe possible entre deux points donnés, le plus rapidement possible entre ces mêmes points, sans être victime de quelque délai indu que ce soit, pour quelque cause que ce soit, ne constitue certainement pas un droit assimilable à un droit fondamental garanti par les Chartes. » (juge André Brossard, Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, (SCFP, section locale 301) c. Coll)

Tout ce qui est incompréhensible de la part des médias, des travailleurs, des députés ( a part l’ irresponsable Amir Kadir) ect.. c’ est du superflu! Que le groupuscule d’ étudiants qui sont contre tout nous disent ce qu’ ils veulent clairement! Oui manifester est un droit fondamental! MAIS DONNE TON ÉTINÉRAIRE ET FAIT-LE DE FAÇON SÉCURITAIRE! Sinon ça devient dangeureux pour tout le monde et non sécuritaire! C, est la loi ! C’ est le DEVOIR des organisateurs de le respecter! Pas de respect de la loi ; moi j’ apelle ça des HORS – LA- LOI , donc les agitateurs perdrent leur droit fondamental de manifester! A ce que je sache on est encore dans une république de bananes!

A propos , l’ injonction obtenue par le juge Mongeau contre les manifesteux de l’ Uquam qui empêchent les vrais étudiants d’ entrer; va t’ elle être respectée? S’ il ne l’ a respecte pas ses manifesteux radicaux deviennent des hors-la-loi et qui n’ ont que des droits mais aucun devoir!

N’était-ce pas les « demandes » étudiantes qui étaient « incompréhensibles » et « superflues » ? Je déduis que vous êtes confus.

Je ne sais pas où mène un « étinéraire », par contre, l’itinéraire exigé à l’article 2.1 du règlement P-6 a été déclaré, par le juge Randall Richmond de la Cour municipale de Montréal, comme non-déclaratoire d’infractions : « [109] Par conséquent, le Tribunal décide que les chefs d’accusation portés contre les trois défendeurs ne correspondent à aucune infraction créée par une loi en vigueur au moment où se sont produits les faits décrits dans ces chefs. Ces chefs doivent donc être rejetés. » (Montréal (Ville de) c. Thibeault Jolin)

Au sujet de l’injonction demandée par l’UQAM, le juge Mongeon a été égal à lui-même, il a répété les mêmes arguments ridicules qui ont été formulés au printemps 2012.

@Marc Sauvageau , tu as la tête dure et en plus des oeillères! C’ est illégal de manifester sans itinéraire donné a la police, c’ est -tu clair! C’ est illégal de ne pas respecter une injonction de la cour, c’ est -tu clair! C’ est qui le confus!

Avant de traiter les autres d’entêter, faites-donc l’effort de réfléchir et d’apprendre à lire des textes simples. « … les chefs d’accusation …ne correspondent à aucune infraction créée par une loi en vigueur … ». C’est « ti » assez clair ?

J’ai déclaré que le juge Mongeon avait basé son jugement sur les mêmes arguties qu’au printemps 2012, je n’ai pas écrit qu’il fallait défier des injonctions. Je le répète une autre fois, sur un ton moins respectueux ce coup-ci : apprends à lire, « sacrament » !

D’accord, manifester est un droit fondamental c’est aussi un droit d’empêcher ceux qui veulent étudier de suivre leur cours?Qu’ils délaissent la classe pour aller foirer dans les rues c’est leur choix..Mais, que l’on foute la paix aux autres qui ne sont pas du même avis et qui veulent terminer leur année scolaire..

Ne mêlons pas tout. Il existe le droit fondamental de manifester et le droit de grève qui est maintenant reconnu comme un droit dérivé du droit d’association. Si certains manifestent par des débordements en empêchant les dissidents d’assister à leurs cours, c’est que ceux-ci ne respectent pas les décisions prises en assemblée générale de faire grève.

Ces dissidents se servent des tribunaux pour faire valoir un droit apparent, celui du lien contractuel entre l’étudiant et l’université (ou le collège) en ignorant cependant, le lien contractuel pourtant bien réel (1) les liant avec leur association.

1- Code civil du Québec, RLRQ c C-1991, art 313

« D’accord, manifester est un droit fondamental c’est aussi un droit d’empêcher ceux qui veulent étudier de suivre leur cours? »

Il y a eu des débordements là-dessus, mais la raison première si les cours ne se donnent pas c’est parce qu’il n’y a qu’une poignée d’étudiants dans les classes.

« Mais, que l’on foute la paix aux autres qui ne sont pas du même avis et qui veulent terminer leur année scolaire.. »

Est-ce que c’est un droit fondamental?

En ce qui me concerne, je trouve l’article de Mathieu Charlebois tout à fait pertinent. J’aime sa prose moqueuse. Les gens ignorants sont plus facile à manipuler. D’où l’intérêt de Couillard de couper en education. Doit-on le laisser faire?

Bravo Monsieur le ministre de l`éducation : « je comprends que vous ne voulez pas« ,dites-vous. Question : Que faites-vous du subjonctif ?
Autre question : vous dites: « C`est des endroits« ….Pourquoi ne dites-vous pas :« Ce sont des endroits« ?
Continuez comme cela :« y`a pas personne qui va vous croire « dit constamment un de vos collègues qui ignore que deux négations égalent une affirmation ou mieux encore « étudit« ….comme l`a écrit récemment une autre ! Sinon vous serez privé de votre prime de départ…Vous étiez Recteur ?
J`en suis fort aise !

Tout d’abord, félicitation pour votre chronique, et toutes vos chroniques d’ailleurs; elles sont très drôles. Ensuite, le ministre n’a visiblement jamais éduqué d’enfants; on ne menace pas de sanction des petits enfants, on les envoie immédiatement dans leur chambre. Au contraire, on ne prive pas de souper des adolescents en pleine croissance; on les menace de les priver d’ordinateur, de confisquer leur tablette, leur Ipod et leurs autres jouets, puis on enferme tous les chargeurs de la maison dans un coffre-fort ou dans notre casier au bureau. Enfin, pour ce qui est de savoir quels étudiants mettre dehors; mais les meneurs, voyons, tout le monde sait ça. Enfin, si un père de famille se mêlait de priver un enfant de souper, ce serait une ingérence inacceptable dans le champs de compétence de la mère. Comme chacun sait, c’est la mère qui prive de souper; le père, lui, confisque les Ipods.

— J’aimerais profiter de cette tribune pour m’adresser à nos commentateurs « grincheux » :

Mes chers commentateurs grincheux. Dites-vous bien que nos jeunes qui manifestent ; deviendront un jour tôt ou tard des vieux. Et qu’eux même deviendront un jour ou l’autre également des grincheux. Dans la vie après tout, tout est question de temps. Un jour avec l’arrivée du printemps et le retour des amours comme les petits oiseaux, on descend dans la rue et ça fait du bien de protester un peu.

Puis les années passent, on paie des taxes et des impôts, on se fait achaler par son supérieur hiérarchique et madame qui était pourtant si désirable au début, préfère vous tourner le dos ou elle vous a quitté depuis un bail pour un autre (ou une autre) depuis bien longtemps.

Alors bien sûr, chers amis grincheux, vous avez de très bonnes raisons de vous plaindre et de grogner aussi. Sauf que vous avez perdu (tout comme moi d’ailleurs) le goût de protester dans la rue.

Dites-vous bien que toute chose a une fin et que tout compte fait prendre un peu d’exercice dans la rue est sain. La rue étant un espace commun, il est équitable de le partager. Non ? Ainsi je vous enjoins de prendre ces désagréments étudiants en patience, juste pour ce qu’ils sont. Tout cela finit tôt ou tard par passer. Car ici comme ailleurs toutes les choses ont une fin. Comme quoi, quoiqu’il en soit, de vous ou de moi, tôt ou tard il ne restera plus rien. De bons souvenirs parfois dans le meilleur des cas.

Nous sommes tous égaux… Une fois morts en effet. Tâchez de préserver votre joie aussi longtemps que possible malgré tous ces méchants enfants trublions et protestataires, vous fûtes exactement comme eux, rappelez-vous, il n’est point si longtemps ! — Comment étiez-vous voici 30, 40 ou bien encore 50 ans ?

Si vous permettez, nous pourrions suggérer aux grincheux d’aller sur You Tube écouter Jacques Brel chanter » Les bourgeois ». Je crois que cette chanson illustre fort bien votre propos.

@ Serge Drouginsky, ouais ! Demandez donc a ces ( grincheux ) d’ être patients pendant le printemps érable et l’ été 2012 et en plus pendant tout le printemps désagréables de 2015 et possiblement l’ automne aussi? Comme vous dites si bien il faut que jeunesse se passe mais quand ça devient de l’ enfantillage a répétition!

Les commercants ,les travailleurs, les vrais étudiants qui veulent étudier ( car ils sont largement majoritaires) , les citoyens de Montréal et alentour qui veulent circuler pour aller a leur occupation et enfin les contribuables de tout le Québec qui font les frais de tous ces sauvages de l’ UQUAM qui font des grafitis partout et qui ne respectent pas personne!!! Y en a marre!!

Gincheux : d’humeur maussade et revêche! Oh que oui! Grincher: acariâtre,hargneux! Oh que oui! Y a toujours bien une limite a se piler sur la grosse orteil a tout les jours sans dire un mot par des anarchistes, des hors la loi qui croit avoir tous les droits! NON FINI LA RÉCRÉATION LES PTITS S’ AMIS! ON RETOURNE EN CLASSE ET QUAND VOUS SAUREZ EXACTEMENT CE QUE VOUS VOULEZ, VOUS POURREZ FAIRE UNE MANIFESTATION ET JE PENSE QUE VOUS ALLEZ GAGNEZ EN CRÉDIBILITÉ!

@ beauly02,

Je respecte votre opinion. Toutefois quand vous regardez l’histoire et pas seulement celle du Québec, vous constaterez que des mouvements étudiants, il y en a depuis plus de 150 ans et même au Moyen-âge il y avait déjà des étudiants qui défilaient pour toutes sortes de raisons. Tout cela en quelques sortes fait un peu parti de la tradition.

Certains « leaders » étudiants qui ont fait du bruit pendant leur jeunesse, accèdent ensuite à des postes de responsabilités. Certains deviennent même politiciens et certains accèdent à des postes importants dans divers États.

La vie est faite d’agréments et aussi de désagréments. Certaines personnes ressentent plus que d’autres péniblement certains désagréments et je n’ai pas de difficulté à comprendre que certaines personnes soient plus irritées que d’autres par les mouvements estudiantins.

Quoiqu’il en soit, n’exigez pas des jeunes qu’ils soient plus matures que leurs parents. Des immatures de 50, 60 ans et plus, j’en croise dans ma vie presque quotidiennement, alors profitez de la vie et surtout du beau temps 🙂

@Serge Drouginsky, pour ce qui est des 50,60 ans et+ qui sont immatures ,ça je suis entièrement d’ accord avec vous! Mais actuellement je ne vois aucun leaders étudiants à l’ horizon qui pourraient accédés à court terme à des postes de responsabilités tel Martine Desjardins et Léo Blouin. En passant l’ASSÉ vient de mettre dehors son exécutif ce dimanche a.m. Probablement que se sont des enfants de coeurs comparé à l’ aile la plus militante du parti socialiste étudiant!

Croyer -vous sincèrement que ces gens -là représentent l’ opinion générale des étudiants?

Visiblement, l’ASSÉ n’est pas un mouvement étudiant. C’est un mouvement anarchiste ou encore un club-école de la FTQ (allez savoir) qui se SERT des étudiants pour faire avancer leur idéologies. Ce groupe se sert justement du momentum créé par les mouvements étudiants qui ont changé le monde au cours du dernier siècle.

Ici, ce que l’on voit, c’est un groupe de « supposés » étudiants qui font des assemblés qui dure tellement longtemps que seul les purs et durs restent jusqu’à la fin pour voter pour la grève. Aucun leader peut prétendre représenter un groupe avec un si faible appui. Ils refusent le vote secret, ils refusent le vote à distance, bref ils agissent comme des dictateurs qui manipulent leurs élections. Il est absolument inapproprié d’utiliser l’expression grève étudiante, quand plus de la majorité des étudiants sont contre. C’est de l’arnaque. En ce qui me concerne, les étudiants devraient se révolter contre l’ASSÉ et non contre le gouvernement.

@ beauly02

Pour répondre à votre question.

Vous évoquez la question de savoir si une organisation spécifique étudiante, ici l’ASSÉ est représentative de l’opinion générale des étudiants. Je ne vous étonnerai pas si je réponds à votre question par un : « Non » ! Non je ne crois pas que l’ASSÉ soit représentative de la majorité des étudiants.

Simplement, ma position est que je respecte le droit des étudiants de manifester, s’ils le veulent. J’estime qu’ils doivent pouvoir manifester sans heurts. À ce titre je n’apprécie pas la brutalité policière. De même, je reconnais le droit des étudiants de se prononcer démocratiquement sur l’opportunité ou pas de mener des actions telles que la grève. Mais personnellement, j’aime mieux les négociations de bonne foi.

Pareillement, je reconnais aux étudiants la liberté de choisir l’association étudiante qu’ils veulent pour les représenter. À ma connaissance, aucune association au Québec ne peut prétendre être représentative d’une majorité d’étudiants à elle seule. Les associations étudiantes ne sont pas des partis politiques. Ils n’ont pas la charge de former une majorité.

Elles ont donc le choix d’aller suivant leurs cheminements respectifs ou si elles le souhaitent de se regrouper pour former un mouvement uni. L’ASSÉ est par son statut un regroupement de diverses associations étudiantes universitaires et collégiales. Nous constatons actuellement ses incohérences au niveau de la direction.

Cela décrédibilise certainement le mouvement.

Cela dit, lorsque des étudiants cagoulés et masqués entrent dans une salle de classe pour faire arrêter un cours. Je trouve ça de très mauvais goût et je n’approuve pas. Car selon moi, cela ne relève plus du droit, mais de l’intimidation. Je suis contre toutes formes d’intimidation en général. Ceci jette une ombre maléfique sur la véritable authenticité des revendications.

J’ai ri et j’ai savouré! Ce que ce ministre me déçoit! Au moins, avec le ministre Bolduc, je n’avais pas d’attente.

« On ne dit pas du jour au lendemain : va dans ta chambre, tu n’auras pas de souper. On commence par leur dire : il va y avoir une sanction pour ce que tu as dit à ta mère, etc. » Franchement! Comme si la mère allait attendre le retour du père pour dire à l’enfant qu’elle allait sévir. L’autorité n’est plus détenue uniquement par le père, déjà là, on voit que le ministre Blais n’est pas à jour. J’en ai ras-le-bol des gouvernements qui se croient « bon père de famille » et mettent dans le rôle des enfants tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

Premièrement, si je me fis à ce que j’ai vu (vidéo et commentaires des journalistes), il n’y avait pas 55 000 étudiants dans la rue hier. Il y avait un mélange de personnes de tout les horizons.

Deuxièmement, il semble qu’une très faible proportion d’étudiants appui la grève. C’est dur à évaluer puisque la super démocratie des associations ne permet pas d’évaluer le pourcentage d’appui réel (vote à main levée de personnes présentes à l’assemblée). De plus, seul l’ASSÉ est impliqué et ce groupe est indigné 12 mois par année et le sera toujours peu importe qui gouverne. J’ai fait deux grèves dans ma vie pour améliorer mes conditions de travail. Dans les deux cas, nous avons réussi a améliorer notre sort sur la plupart de nos demandes. Nous avons toujours respecté les policiers et ce que nous n’avons pas eu, ne nous a pas encouragé à tout détruire. Dans tout les cas, nous n’aurions jamais pu faire la grève avec des votes aussi faible que la représentation étudiante actuelle.

Troisièmement, il est vrai qu’on peu parler d’une bourde de M. Blais, il n’en demeure pas moins que la liberté des uns empiète sur la liberté des autres. C’est pour ça que peu importe le groupe d’ « enfants » (pour reprendre votre expression) il faut un « bon père de famille » pour diriger, autrement, c’est l’anarchie. Contrairement à certaines idée tordues, le concept de « bon père de famille » est un concept qui désigne un administrateur qui protège les administrés et non l’inverse. C’est un concept légal qui ne disparaîtra pas, peu importe toutes les frustrations qui l’accompagne. C’est à la base même de la démocratie. D’ailleurs, contester ce concept équivaut à démontrer son attachement à une société injuste qui encourage les plus baveux à s’approprier des droits et des biens à l’encontre des gens respectueux et honnêtes. Bref, en ce qui me concerne, toute personne qui conteste la seine administration perd toute sa crédibilité dans un système démocratique comme le nôtre.

@ pbrasseur, Marie Gaétane Charest, Wentworth Roger et cie…

Les petits bourgeois ont pété leur coche ????

Vous avez le nez vissé sur votre pouvoir d’achat et votre portefeuille et aucune vision à long terme.

La plupart de ces étudiants politisés ont une vision des enjeux PRIORITAIRES pour leur avenir et celle de l’Humanité qui est en avance de 5 à 10 ans sur celle d’une population de travailleurs-consommateurs ÉTOURDIS dans le tumulte mercantile quotidien… d’une société qui n’a plus de projet rassembleur autre que celui de réussir à faire les paiements mensuels des gadgets si ESSENTIELS à leur bonheur de consommation….

Je trouve pour le moins surprenant de la part de ceux qui, comme moi, sont arrivés à la retraite et qui ont le loisir et le temps (enfin) de s’instruire à nouveau et de pouvoir mettre à jour un mode de pensée dépassé….

Faire de l’aveuglement volontaire devant des conditions planétaires qui ont changées et qui ne permettent plus de RÊVER d’une croissance de la consommation et de la production SANS FIN…. ne sert qu’à faire augmenter une FRUSTRATION et une INSÉCURITÉ réactionnaire….

Souvenez vous de ce que nous disions étant plus jeunes: Nous faisons partis, soit de la solution, soit du problème…

Pour ma part, je ne VEUX PAS, par nostalgie pour » les trentes glorieuses » ou un mode de vie dépassé, devenir un FREIN à l’émancipation de cette jeune génération.

Une génération qui sera, peut-être, une des dernières à avoir profiter d’une Éducation critique et démocratique qui n’est pas encore totalement réduite aux simples BESOINS d’un marché avide d’enrichir une caste de gros producteurs … ( ET NON, nous n’en faisons pas partis et nous n’en récoltons plus les miettes… grâce à une inégalité croissante dans nos sociétés de moins en moins démocratiques…)

A lire: SCIENCE, ON COUPE ! par Chris Turner…

Pour ceux qui n’ont pas compris…

C’est SURTOUT contre ce recul démocratique qu’on manifeste…

Que ce soit intuitivement ou consciemment, ces citoyens ont encore ESPOIR que le PROGRESSISME est toujours possible malgré les ÉVANGILISTES conservateurs ou républicains.

Vous rigolez, nous avons une génération gâtée qui veut avoir tout ce qui est à la dernière mode téléphone cellulaire intelligent,ordinateur le plus performant, étudier gratuitement en prolongeant leurs études et j’en passe.Nous avons étudié, nous avons payé nos études en lavant la vaisselle dans les restaurants car nos parents n’avaient pas les moyens de nous les payer…Voilà ma réflexion M.Réflecteur

Ouais, moi je me souviens surtout que les généreux prêts et bourses se sont effacés dès que les baby-boomer n’en ont plus eu besoin… Laver la vaissaille? Faites-moi rire!

Quand on se comporte en enfants (lire faire fi de l’autorité en bloquant l’accès aux cours), il ne faut pas s’étonner qu’on se fasse traiter comme des enfants. D’ailleurs, ces étudiants ‘enfants’ savent-ils ce que c’est l’autorité? Leurs parents les ont-ils éduqués? Pas sûr… Ils ont droit de manifester mais pas en étant illégal. Si non, c’est l’anarchie.

Le parti des ordures. J’ai honte d’être québécois et encore plus d’être cabadiens.
Comment peut-on, comme peuple, être assez mou et ne pas sortir à grands coup de pied au cul ces ordures de notre parlement.

Ah bon, et j’imagine qu’avec votre indignation superficiel, que vous arriveriez à diriger et contenter le groupe de chialeux indiscipliné, gérants d’estrades que sont les Québécois?

@Broadcast, on se calme ! Vous irritez plusieurs contribables qui ont voté ( 41.5%) pour ce parti des ordures! Quand vous parlez de ( comme peuple) de qui parlez-vous? Parlez-vous du peuple qui a élu le parti libéral de façcon MAJORITAIRE le 7 avril 2014 ou si vous parlez de votre peuple insignifiant!