Par ici, la bière artisanale!

Rona Ambrose veut rendre plus de bières artisanales canadiennes accessibles aux Canadiens. Voici pourquoi.

rona-ambrose-beer-pong
Rona Ambrose (au centre) s’adonne à une partie du bière-pong. (Photo: Deb Ransom)

Les membres du Parlement canadien font une pause estivale considérablement longue. Alors que la plupart d’entre eux passent ce temps dans leur circonscription, Rona Ambrose occupe le sien comme bien des compatriotes en vacances: en prenant une bière. La chef intérimaire du Parti conservateur a été vue une broue à la main un peu partout, de la brasserie Stack, à Sudbury, jusqu’à celle de Walkerville, à Windsor. Comment la politicienne explique-t-elle cette soudaine soif estivale de bière?

Depuis le début de l’été, votre fil d’actualité est rempli de photos de vos visites dans des microbrasseries canadiennes. Qu’est-ce qui se cache derrière tout ça?

Nous menons une campagne qui s’appelle Libérez la bière. Il y a un côté amusant et un côté sérieux à cela. Le côté amusant est que le Parti conservateur fait la promotion des bières artisanales, qui deviennent de plus en plus populaires pour de bonnes raisons. On parle ici de gens de nos localités qui ont décidé d’investir leur argent, de lancer leur microbrasserie et de brasser leurs propres bières dans leurs quartiers. Le côté sérieux de cette campagne est qu’il s’agit de propriétaires de petites entreprises qui, à cause de lois commerciales dépassées, ne peuvent pas vendre leurs produits à l’échelle du pays; ils ne peuvent le faire que dans leur province.

Donc une microbrasserie canadienne ne peut pas prendre de l’expansion en dehors de ses frontières provinciales, alors que la Budweiser coule à flots partout au pays.

C’est exact. C’est un problème qui concerne le libre-échange et les choix offerts au consommateur. Ça implique aussi des emplois et des petites entreprises. Voilà le côté sérieux de cette histoire. Nous avons toutefois cru intéressant d’y ajouter un aspect comique pour souligner l’absurdité de ces barrières commerciales; c’est là qu’est née la campagne Libérez la bière. Nous avons même créé quelques produits dérivés.

Avez-vous des manchons isolants?

Bien sûr. Nous avons des isolants et des sous-verres personnalisés.

Rona Ambrose microbrasserie
Rona Ambrose visite une brasserie en Ontario dans le cadre de la campagne Libérez la bière. (Photo: Brad Davey)

Êtes-vous une buveuse de bière?

J’’aime bien en goûter, mais je ne suis tout simplement pas une buveuse. Mon horaire ne me le permet pas de toute façon.

Mais si vous alliez dans un bar, que commanderiez-vous?

Je bois habituellement un martini. Quoique je ne commanderais pas de bière par moi-même, ces bières artisanales ont vraiment beaucoup de saveurs attirantes. Lorsque nous sommes allés à la Bayside Brewing Co, une microbrasserie à Erieau, en Ontario, j’ai pris une lager aux cerises sauvages; j’aurais pu en boire tout l’après-midi.

Cet article a été adapté de Châtelaine.