Parisella vs Bush: « Mission impossible »

W a eu ce lapsus, à la fin de sa « conversation » avec John Parisella, au Reine Elisabeth ce jeudi. Interrogé sur ce qu’il regrettait dans son action présidentielle, l’ex-président a parlé de la bannière « Mission accomplie » affichée sur le destroyer USS Abraham Lincoln, le premier mai 2003, soit alors que l’invasion irakienne était terminée mais que la guerre civile ne faisait que commencer. Mais W s’est trompé. Il a parlé de « Mission impossible », reflétant plus exactement le degré de difficulté de son intervention irakienne. Mais mes pensées sont allées à son interviewer, John Parisella.

D’abord, l’exercice était périlleux. D’après ce qu’a rapporté La Presse, Parisella devait rester dans un corridor défini par les organisateurs. Ensuite, il lui fallait être courtois mais crédible, ne pas débattre avec l’invité mais ne pas être obséquieux. Il faut aussi savoir de Parisella, que je connais bien, qu’il déteste la confrontation, en plus de ne pas être rompu à la technique de l’entrevue. Finalement, entre le moment où il a accepté la tâche et celui de l’accomplir, il est devenu Délégué général désigné à New York (il entre en fonction en novembre), ce qui lui impose un devoir de réserve envers une famille politique républicaine qu’il devra, lui le démocrate avoué, assidument fréquenter. Finalement Bush, qui faisait d’abord un discours, venait de livrer une performance très divertissante et de mettre une partie de la foule de son côté (de là ou j’étais, je dirais que le quart des 1400 personnes présentent n’applaudissaient jamais W). Bref, comment John s’en est-il tiré ?

Je lui donne un B-. Contrairement à David Frost face à Nixon, rejetant le script prévu et posant d’abord la question la plus difficile, Parisella a commencé avec plusieurs balles molles qui ont grugé un temps précieux. Jamais il n’a abordé la question de la torture, ce pourquoi il perd tout un point. Se décidant d’aborder la question irakienne, John s’y est pris avec une telle délicatesse que Bush lui a fait de la main un signe qu’on pourrait traduire par « accouche! ». Il était pressé de donner sa version des faits. Parisella a ensuite vaillamment voulu contredire Bush plusieurs fois, commençant ses phrases par « but ». Bush a commencé à s’impatienter lui reprochant, avec humour mais n’en pensant pas moins, de commencer toutes ses questions par « but ». « Essayez de dire ‘et’ pour une fois » a dit l’ex-président. Parisella, toujours flegmatique, a voulu contester un argument présidentiel, affirmant vouloir répliquer (rebut) sur un point.  « Ai-je entendu rebuttal » a ironisé Bush, mécontent que la conversation tourne au débat et identifiant — correctement — son interviewer comme un partisan démocrate.

Le futur délégué général a terminé en posant quelques questions de bilan — de quoi êtes vous le plus fier ? que regrettez vous le plus ? La conversation arrivait à sa conclusion logique. Mais John semblait prendre goût à son rôle et avait toujours une question de plus. Alors Bush a pris les choses en main et a mis fin à l’échange, remerciant la foule et saluant de la main.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Vous avez un regard éclairé sur nombre de
sujets qui ne sont pas toujours présentés dans les média connus. Ça aide à la
compréhension des dessous de la
politique où les couches sont souvent superposées.

John Parisella est passionné de politique étatsuniennes.
Comme plusieurs individus, il démontre un attachement et une passion démesurés par rapport à son attachement et à sa passion du pays du Québec.
Oh bien sûr il fut conseiller de Bourassa et plus récemment de Johnny Boy à qui il doit son futur poste pour services rendus.
C’est à se demander s’il sera vraiment à sa place ou sera-t-il ambigüe dans sa vision des relations Québec USA compte-tenu de son amour du géant du sud. Ou ce que je pense, un poste de la sorte plus honorifique que le titre lui permettra de satisfaire à son amour des USA plus que son amour du Québec.