Pause Beaux dimanches: Romantisme vrai

Vous vous êtes gavés de romantisme de pacotille pour la Saint-Valentin? Vous voulez passer à l’étape supérieure et goûter à quelque chose d’à la fois plus intense et plus pur ?

J’ai ce qu’il faut. Le Concerto pour piano et orchestre du Québécois Alain Payette.

Pourquoi lui ? Seulement parce qu’il est, selon le critique Daniel Boissier

le meilleur compositeur romantique contemporain, comme l’attestent ses 12 émouvants préludes pour piano («Confidences poétique », 1998, interprétées par Alain Lefèvre) dont on peut écouter sur collectionCB le Prélude n° 7. Son «Concerto pour piano et orchestre», créé en 2000, est un retour aux sources du sentiment dans toute l’acception du terme, tout y est mesuré et sincère, profond et juste. Nous l’écoutons ici dans l’interprétation de la pianiste Anne-Marie Dubois et sous la direction de Marc Bélanger.

C’est ici pour la seconde partie:

(transparence totale: Alain a déjà tenté de m’enseigner le piano.)

Les commentaires sont fermés.

»Alain a déjà tenté de m’enseigner le piano.) »
On entre pas (a moins du subliminal) des connaissances dans l’esprit humain, c’est l’humain qui doit ouvrir son esprit pour les laisser entrer.
Rien n’est perdu, vous avez tout le temps d,apprendre…
http://www.marsoui-actualite.com/article.php3?id_article=907
J’adore le piano, mais je ne joue pas encore. ;-(
Les émissions de radio de François Dompierre sur espace musique, je trouve ça tellement enrichissant et agréable. Autrefois il y en avait tous les jours en après-midi j’étais une auditrice assidue. Quel talent, quelle culture et quelle voix posée.
J’ai apprécié l’écoute de votre choix musical. En ce beau dimanche pour à la mémoire de ma mère son chanteur préféré.
http://www.youtube.com/watch?v=2ZSADBhXBm4

Ouais, c’est comme ça qu’on composait au XIXème siècle. Mais en 1953, c’est complètement dépassé pour ne pas dire arriéré.

Je connais le discours redondant de M. Fréchette. Pendant que les salles de concert se vident il y en a qui n’ont que des insultes à lancer plutôt que de tenter de créer des ponts entre le public et les compositeurs. Laissez les uns construire au lieu de détruire comme vous semblez vous plaire à le faire.
Alain Payette,compositeur

J’ai écouté attentivement. Je ne vois pas pourquoi les gens n’iraient pas entendre une telle oeuvre en concert. C’est une pièce de concert qui met généreusement le soliste en évidence et c’est bien nordique comme musique.

J’ai une faiblesse pour la voix. J’aime particulièrement l’opéra, le drame, l’excès. Ces temps-ci ce sont des vieux enregistrements de Flagstad et Melchior que j’écoutent. Difficile de trouver mieux.

@Alain Payette
Ça ne vous dit rien de créer du nouveau? Peut-être trouvez-vous cela créatif de composer à la manière de Bach, de Beethoven ou de Mozart, comme le fait Dédé Gagnon?

Cours d’histoire de la musique pour les nuls
M. Fréchette, Bach (époque baroque) Mozart (époque classique)
Beethoven (début du romantisme). Ma musique n’a aucun lien avec ces trois compositeurs. Si vous aviez nommé :Rachmaninov, Ravel, Debussy , j’aurais eu un grain de sympathie pour vous. Apprenez votre histoire de la musique et de grâce ne mêler pas les styles. Ceci dit j’ai beaucoup de respect pour André Gagnon il a sûrement amené beaucoup plus que n’importe quels compositeurs ici au Québec. Soyez juste dans vos propos, apprenez votre histoire avant de parler et vous ne sèmerez pas de tempêtes inutiles.
Alain Payette

Suite au commentaire d’Alain Payette – j’avais pensé à Rachmaninov, mais aussi à Grieg. La musique d’Alain Payette est du Nord et intemporelle, comme delle de Granados de l’Espagne et aussi intemporelle.

Je ne sais pas ce qui est ‘neuf’ en musique – sauf pour les instruments et l’amplification. Quelqu’un qui entend le Magnificat de Bach pour la première fois entend quelque chose de neuf – pour lui.

Chacun ses gouts – surtout en musique. Et il y en a pour tous les gouts.