Pause Dimanche matin: combo SF/Aguilera

J’avoue, j’aime la science-fiction et Christina Aguilera. Rapport ? (Suis allé voir Burlesque cette semaine — pas aussi bon que Chicago, mais un excellent moment à passer. Fin de la parenthèse).

Ce billet est donc surtout pour les garçons.

Voici d’abord une rareté un combo: Star Trek/Aguilera:

Retour à Burlesque. À mon avis la meilleure chanson du film est Express, dont un fragment est maintenant disponible en ligne, après le saut de page :

https://www.youtube.com/watch?v=QyMK78jAi8A

(parodie Star Trek via benoitronique.)

Laisser un commentaire

Je n’apprécie pas du tout la science fiction sauf peut-être pour l’inventivité sur les moyens de vie.
Mon film préféré est le scaphandre et le papillon. Le deuxiéme est money pit. Le troisième plusieurs film de Denis Arcand. Qu’ont-ils en commun les relations entre les personnes. On aura beau vivre dans n’importe quel sciècle dans n’importe quelle classe. Les relations entre les personnes demeure se qui nous fait grandir, régresser, aimer et souffrir. Notre condition d’humain, nos limites et notre capacité a rebondir, voilà ce qui me fait vibrer dans un film. On débranche en parti l’intellect et laisse plus de place aux émotions.
Christina est super. Je l’ai vu en spectacle, j’ai beaucoup d,admiration pour ces femmes qui réussisse. Je trouve déplorable qu’elle se sente obliger de se dénuder à ce point pour vous démontrer ses talents mais ce qui me fait sourire c,est l’indépendance dont elle JOUIT. Alors exicitez-vous tant que vous voudrez messieurs vous ne la sauterez pas celle-là. J’aime beaucoup son nouveau régistre de voix plus grave, plus mature, plus puissante quoi?

La science-fiction – comme la ‘culture populaire’ en général – est plus profond des fois qu’on le pense…

Star Treck par example come le bloguiste a utilisé. Le créateur, Gene Rondenbury je crois, avait des idées bien arrètées sur la société, et voulais je crois offrir un future possible et des idées en arrières pour y arriver en même temps que divertir les gens.