Pauvreté: le Québec est la Scandinavie d’Amérique !

Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec
Commentateur de droite refusant d'admettre que le Québec est un des endroits au monde avec le moins de pauvreté.

Le problème avec les bonnes mesures comparatives sur la pauvreté  est qu’elles sont toujours en retard sur la conjoncture. Je dis les »bonnes mesures » car il faut, pour bien mesurer la ‘richesse’ des pauvres, prendre en compte le coût réel du panier de consommation, très variable d’une province à l’autre et nettement plus faible au Québec qu’en Ontario, par exemple, et non se fier aux moyennes coupées de la réalité et des prix réels — ce que fait malheureusement Statistiques Canada. (Mais ce qu’avait un jour confirmé, dans un moment d’égarement, le très conservateur Fraser Institute.)

Et puisque la situation économique du Québec a été meilleure que celle de ses voisins nord-américains et que celle de ses cousins européens depuis la crise de 2008 (et avant, en croissance per capita), les derniers tableaux disponibles minimisent la performance québécoise.

Quoiqu’il en soit, voici les compilations présentées en juin dernier dans le rapport gouvernemental Le Québec mobilisé contre la pauvreté. D’abord pour le Canada:

Imaginez si on avait du pétrole ! (Oups, on vient d'en trouver!) - Cliquez pour agrandir
Imaginez si on avait du pétrole ! (Correction: on vient d'en trouver!) - Cliquez pour agrandir

Ensuite, avec encore davantage de retard sur le réel, la mesure internationale:

Cliquez pour agrandir.
Dans le top 10, avec les Scandinaves ! Cliquez pour agrandir.

Merci au spécialiste des politiques sociales Alain Noël, de l’UdeM, pour ce signalement. Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :
Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Scandinavie = 90% des syndiqués Québec 40%
Scandinavie= autosuffisance , Québec 33%
Scandinavie = instruction , Québec crétinisation
Scandinavie = contrôle 100% des ses médias Québec à peine 20%
Etc …
Sans notre colonisation nous serions les mieux développés dans tous les secteurs

Je ne suis pas un expert en économie mais il me semble que nous devrions voir la bonne performance du Québec lors de la crise économique en tenant compte d’une réalité.

En septembre 2006 s’est produit à Laval le drame de l’effondrement du viaduc de la Concorde. Rapidement on déclencha des travaux d’abord pour étudier l’état des viaducs sur tout le territoire québécois. Puis des budgets importants ont été débloqués pour effectuer de nombreux travaux de réfection des viaducs québécois.

Ainsi, à cause de la tragédie du viaduc de la Concorde, un an avant le début officiel de la crise de 2008, le Québec avait déjà entrepris de grands travaux d’infrastructures alors qu’ailleurs on commençait à peine à les planifier. Le Québec, malgré lui, avait donc une longueur d’avance sur les autres administrations publiques.

Alors, quand Charest prétend que son gouvernement a mieux fait, économiquement, que partout ailleurs, il serait bon de lui rappeler que n’eut été de cette tragédie, il n’est pas absolument pas certain que le Québec se tirerait aussi bien d’affaires. Un peu de réalisme et d’humilité serai8t donc approprié.

«A quelque chose malheur est bon.» [Proverbe]

Québec:
De 1976 à 2007, le revenu des pauvres est resté inchangé à 12 700$. Du côté des riches, la situation n’est guère mieux: le revenu est passé de 97 000$ à 103 200$. L’écart entre les riches et les pauvres est donc resté relativement stable, il était de 85 200$ en 1976 et de 90 500$ en 2007.

Ontario:
En 1976, les pauvres avaient un revenu moyen de 12 700$ (comme au Québec), en 2007 ce montant est passé à 14 800$. Chez les riches, les gains ont aussi été importants, les revenus sont passés de 106 100$ à 137 900$. L’écart entre les riches et les pauvres était de 93 400$ en 1976 et de 123 100$ en 2007.

Alberta:
En 1976, les pauvres avaient un revenu moyen de 11 900$ (c’était moins qu’au Québec), en 2007 ce montant est passé à 17 100$. Chez les riches les gains ont aussi été substantiels, les revenus sont passés de 110 400$ à 152 700$. L’écart entre les riches et les pauvres était de 98 500$ en 1976 et de 135 600$ en 2007.

Depuis 30 ans, le revenu médian des Québécois n’a pas seulement stagné, il a diminué ! Les revenus avant et après impôt ont décru de 9,2% et 8,7% respectivement. Dans le reste du Canada, la situation est diamétralement opposée. Les revenus avant et après impôt ont augmenté de 8,3% et 9,0% respectivement.

Depuis 1977, seules 2 provinces ont affiché une décroissance de leurs revenus médians: le Québec et la Colombie-Britannique (5,9% avant impôt et 0,2% après impôt). À titre comparatif, le revenu médian des Albertains a augmenté de 23,3% avant impôt et de 18,1% après impôt.

En 1977, l’écart du revenu médian avant impôt entre le Québec et le reste du Canada était de 2 286$; en 2007 cet écart est passé à 11 402$. Durant la même période, l’écart du revenu médian après impôt entre le Québec et le reste du Canada est passé de 1 872$ à 10 028$.

Pour couronner le tout, en 2007 le Québec se classait bon dernier dans le palmarès du revenu médian.

Avant Impôt:

1. Alberta: 65 200$
2. Ontario: 57 900$
3. Colombie-britannique: 52 300$
4. Manitoba: 50 300$
5. Saskatchewan: 50 200$
6. Île-du-Prince-Édouard: 48 700$
7. Terre-Neuve: 46 700$
8. Nouvelle-Écosse: 45 700$
9. Nouveau-Brunswick: 45 500$
10. Québec: 45 200$

Après Impôt:

1. Alberta: 56 200$
2. Ontario: 52 000$
3. Colombie-britannique: 47 000$
4. Manitoba: 41 100$
5. Saskatchewan: 44 000$
6. Île-du-Prince-Édouard: 43 200$
7. Terre-Neuve: 41 600$
8. Nouveau-Brunswick: 40 900$
9. Nouvelle-Écosse: 40 700$
10. Québec: 40 000$

Vive le modèle québécois…

http://www.antagoniste.net/2010/01/21/30-annees-perdues/

Voici le taux officiel de pauvreté de Statistique Canada en 2008:

1-British Columbia: 11.4
2-Quebec: 11.2
3-Ontario: 9.3
4-Manitoba: 8.6
5-Nova Scotia: 8.3
6-Newfoundland: 7.3
7-Saskatchewan: 7.2
8-New Brunswick: 7.1
9-Alberta: 5.6
10-Prince Edward Island: 5.2

Selon JF Lisée, le Québec est l’un des endroit dans le monde avec le moins de pauvreté. Pourtant, on est un des endroit les plus pauvre du Canada. On peut sortir un gars de la politique mais on ne sort pas la politique du gars.

En 2004, l’Alberta, le Québec et l’Ontario avait un taux de pauvreté similaire.

En 2007, malgré le plan incroyablement dispendieux des libéraux, le Québec a été la province qui a le moins réduit son taux de pauvreté…

Alberta: -42,5%
Ontario: -20,0%
Québec: -7,0%

Voici dans quelle mesure les taux de pauvreté ont diminué depuis 1976:

1. Île-du-Prince-Édouard: -66.6%
2. Terre-Neuve: -65,4%
3. Saskatchewan: -49,7%
4. Nouveau-Brunswick: -47,1%
5. Alberta: -46,5%
6. Manitoba: 46,5%
7. Nouvelle-Écosse: -42,1%
8. Reste du Canada: -30,3%
9. Québec: -26,0%
10. Ontario: -21,7%
11. Colombie-Britannique: -4,9%

Toujours selon Stats Can, voici la proportion des gens qui ont été sous le seuil de la pauvreté entre 2002/2007 (stats les plus récentes):

-Québec: 2,7%
-Ontario: 1,7%
-Alberta: 0,4%

http://www.antagoniste.net/2010/06/09/arguing-with-idiots-sam-hamad/

Ce qui me désole c’est que ces résultats seraient de beaucoup meilleur avec un gouvernement qui possède une vrai vision social de notre société. Domage pour nous nous élisons des cupides sans âme. Seulement aveuglé par leur propre pouvoir ou intérès.

Imaginons si nous exploitons le gaz de schiste , les réserves de gaz natuel et les réserves de pétrole correctement en gens évolué qui respectent les critères environnementaux , ce que nous seront comme peuple …. Pour cela il va falloir être plus intelligent que pressé …..

Tiens, les Jeff Fillion de ce blogues sont bien silencieux tout d’un coup… Je m’attends à la voir débarquer pour nous dire qu’on est pauvre, voyons donc !

On a pas de villes dignes du tiers-monde avec des quartiers entiers de maisons barricadées, comme chez nos voisins du sud, les loyers et l’électricité sont abordables, beaucoup de services sont gratuits ou peu coûteux – comme les garderies à 7$ – donc, au final, beaucoup de gens à revenus relativement faibles se retrouvent finalement dans la classe moyenne alors qu’aux USA, ils vivraient dans la misère avec un revenu équivalent.

Faut regarder le tableau d’ensemble quand on veut comprendre une situation, pas juste les points noirs qui font notre affaire.

@ David

«Voici le taux officiel de pauvreté de Statistique Canada en 2008»

Ça fait des années que Statistique Canada crie sur tous les toits qu’il ne publie pas de taux de pauvreté…

http://www.statcan.gc.ca/pub/13f0027x/13f0027x1999001-fra.htm

@ JF Lisée

«car il faut, pour bien mesurer la ‘richesse’ des pauvres, prendre en compte le coût réel du panier de consommation»

C’est ce que fait la mesure du panier de consommation. Voici un graphique de l’incidence du faible revenu selon la mesure du panier de consommation de 2000 à 2007 :

http://www.rhdcc-hrsdc.gc.ca/fra/publications_ressources/recherche/categories/inclusion/2009/sp-909-07-09/page10.shtml

Aux tableaux 8, on peut constater que cette incidence fut plus faible au Québec, même s’il n’a pas de pétrole, qu’en Alberta au cours de 5 des huit années présentées et plus faible qu’en Ontario au cours des 6 dernières années présentées.

Aux tableaux 10, on peut constater que l’ampleur du faible revenu fut plus faible au Québec qu’en Alberta au cours des 8 années présentées et plus faible qu’en Ontario au cours de 7 des 8 années présentées. Et, comme le Québec s’est mieux débrouillé au cours de la dernière récession, on peut s’attendre à ce que le Québec ait affiché encore une bonne performance de ce côté de 2008 à 2010.

Bref, quand on prend des indicateurs qui tiennent compte du coût de la vie, le Québec se débrouille mieux que les autres provinces de ce côté.

Cher David,

Tu devrais pourtant être heureux que le Québec soit la Scandinavie d’Amérique, non ? Il me semblait que la Suède était ton modèle libertarien du jour…

Comme je disais l’autre jour, on a encore du travail à faire pour les rejoindre côté dépenses publiques (et syndicalisation), mais quand on se compare, on s’en tire pas trop mal. Vive le libertarianisme !

@koldo

Ce qui démontre à quel point il est mal renseigné, la Suède ayant une couverture sociale plus poussée que la nôtre, des impôts plus élevés, plus de fonctionnaires par habitants que nous et des travailleurs syndiqués à 90%. Tout ça après le virage à droite des dernières années. Ils ont beau avoir viré à droite, à côté d’eux, nous sommes plutôt à droite. C’est sûr que si on se compare aux USA, l’éternel modèle de nos Elvis Gratton et de nos Jeff Fillion, c’est autre chose.

Les Jeff Fillion ne savent pas vraiment ce qui se passe ailleurs, c’est ça le problème. Ils aiment déblatérer contre le Québec parce qu’ils n’ont pas vraiment de points de comparaison. Ils ont une vision du monde tellement limitée…

@ David et @ Denis Drouin:

Merci de nous apporter vos lumières sur ce sujet. On ne peut évidemment pas compter sur Monsieur Lisée pour l’objectivité, anxieux qu’il est de tenter de faire paraître le Québec sous un angle positif malgré tout.

Ce qu’il doit en gratter des fonds de tirroirs pour nous pondre ses démonstrations à toutes les semaines.

Je crois également savoir que le Québec a atteint ce degré de chômage À CRÉDIT non?

@ koldo

L’indice de liberté économique de la Suède: 7,28

L’indice de liberté économique du Québec: 4,40

Le Québec est à des années lumières de la Suède.

Prenons les syndicats, c’est ton exemple. En Suède ils ont la chance d’avoir des syndicats intelligent. Par exemple, le principe d’ancienneté n’existe pas, les gens sont rémunérés et évalué selon leur productivité.

Dans une école en Suède, un professeur syndiqué peut aller négocier directement son salaire avec le directeur de l’école en faisant valoir ses excellents performances.

Ces choses sont impensable au Québec car ici les syndicats existent pour protéger les incompétents.

Idem pour la privatisation, la Suède est en train de tout privatiser son secteur public (y compris les transport en commun). Chose impensable au Québec. L’assurance chômage, les pensions de retraite, la santé et l’éducation ont aussi été privatisé dans une large mesure (système de voucher pour l’éducation primaire et secondaire).

La Suède est plus à droite que l’ADQ n’a jamais osé l’être.

Mais ces choses là tu les ignores car tu ne sais pas ce qui se passes ailleurs, ta vision du monde est trop limitée. T’as aucun point de comparaison.

@ Darwin

Pour Stats Can le taux de pauvreté = les gens à faible revenu.

David,

Je te fais remarquer que le titre du billet est
« Pauvreté: le Québec est la Scandinavie d’Amérique »

Donc réjouis-toi mon brave et va prendre l’air !

@ David

«Pour Stats Can le taux de pauvreté = les gens à faible revenu.»

Le lien que j’ai fourni montre justement que Statcan nie cette relation : «Le débat gravite autour de l’utilisation des seuils de faible revenu comme seuils de pauvreté, même si Statistique Canada affirme clairement depuis leur diffusion, il y a plus de 25 ans, qu’ils n’en sont pas.»

http://www.statcan.gc.ca/pub/13f0027x/13f0027x1999001-fra.htm

Mais, bien sûr, vous connaissez mieux le sens des données fournies par Statcan que son statisticien en chef…

@ koldo

Dans son billet (l’a tu seulement lu ?) JF Lisée dit: « Commentateur de droite refusant d’admettre que le Québec est un des endroits au monde avec le moins de pauvreté. »

Tu as bien lu: « un des endroits au monde ».

@ Darwin

Le titre des tableaux dans le billet de JF Lisée (tu a pris le temps de les consulter) parlent de « faible revenu » et JF Lisée dit faible revenu=pauvreté.

Si JF Lisée peut dire que faible revenu = pauvreté alors pourquoi moi je n’aurais pas le droit d’utilisé cette terminologie ?

Pourquoi tu me critiques alors que c’est Lisée que tu devrais critiquer.

@ David

«Pourquoi tu me critiques alors que c’est Lisée que tu devrais critiquer.»

Si vous lisez le commentaire 8, je lui ai mentionné que le bon indicateur pour évaluer la pauvreté est la mesure du panier de consommation, ce qui est exactement le titre du premier tableau. D’ailleurs, la source de ce tableau n’est pas Statistique Canada, mais Ressources humaines et développement des compétences Canada.

Si je vous ai critiqué, c’est parce que c’est vous qui avez utilisé les taux de faible revenu de Statistique Canada. Au cas où vous ne le sachiez pas, ce ne sont pas les mêmes taux et la méthodologie est différente (les calculs de Statcan ne tiennent par exemple pas compte du coût de la vie différent dans chaque province, ce qui est super important, surtout pour le logement).

@Darwin

En fait, selon l’économiste Luc Godbout, une famille à faible revenue ou de la classe moyenne est plus riche au Québec que dans la plupart des pays du G8 (incluant les provinces canadiennes) si on tient compte du coût de la vie.

@ Darwin

Tu reconnais que c’est une mesure du faible revenu donc.

Et je suis amusé de te voir critiquer Stats Can. Depuis plusieurs mois on nous dit que c’est l’agence de stats la plus réputé de la planète et là, parce qu’elle trace un portrait que la gauche n’aime pas, stats can c’est pas bon.

Amusant.

Mais taux de faible revenu ou pas, ça ne change rien au fait que le revenu des plus pauvres a stagné au Québec alors qu’il a augmenté dans le ROC.

Tout comme ça ne change pas que le taux de persistance est aussi plus élevé au Québec.

@david

» Tu as bien lu: “un des endroits au monde”. »

Oui j’ai bien lu. Ça change quoi ?
Tu acceptes ou tu acceptes pas ?

La Suède c’est ton modèle libertarien, oui ou non ? À ta place, je serais fier d’habiter » le modèle scandinave d’amérique ». On a d’ailleurs un état encore plus petit que ton modèle libertarien suédois (ce n’est pas moi qui le dit mais le Fraser Institute). Les libertariens ça militent pour la réduction de la taille de l’état, oui ou non ? Bon alors…

@ David

«Et je suis amusé de te voir critiquer Stats Can.»

Critiquer Statcan ? Je ne critique pas Statcan, je vous critique d’interpréter les données de Statcan incorrectement. Leurs données sur le faible revenu ont un sens, mais pas celui que vous leur donnez.

Et vous êtes assez prétentieux pour penser que, quand on vous souligne que le statisticien en chef lui-même affirme que les taux de faible revenu de Statcan ne sont nullement des taux de pauvreté, c’est une critique contre Statcan et non contre votre ignorance du sens réel de ces données. Quel illogisme !

Pour David, il y a les faits et l’interprétation de ces faits. Manifestement pour lui, l’interprétation des faits prends le pas sur les faits….