Personne n’est à l’abri d’un Donald Trump

On aime bien s’imaginer que nous sommes à l’abri d’un Donald Trump. Mais l’attrait de Trump est aussi universel que la certitude que les émissions pour enfants étaient meilleures dans notre temps.

Photo : Christopher Gregory/Getty Images

Photo : Christopher Gregory/Getty Images

Politique

Avertissement: si vous êtes cardiaque ou enceinte, cessez ici votre lecture. Les deux mots qui viennent peuvent créer un sentiment d’anxiété, causer des palpitations et donner des cauchemars aux plus sensibles. Vous êtes prêts?

Donald Trump.

Pas de panique. Respirez, ça va passer.

panique

Ça ne passe pas, hein? Je sais.

On a beau écouter les analystes et les gens-qui-connaissent-ça-plus-que-nous expliquer qu’il ne sera pas président et que l’élection est encore loin et que ça arrive tout le temps que des candidats loufoques prennent les devants au début de la course, mais que ça ne dure jamais, on angoisse quand même tellement à penser à un monde où Donald Trump est président des États-Unis qu’on se met à faire des phrases d’un paragraphe de long quand on écrit sur le sujet.

Que vous soyez une femme, un Mexicain, un musulman ou même un homme blanc riche, Donald Trump a une insulte pour vous. D’une certaine façon, Donald Trump n’est peut-être pas raciste ou sexiste: il méprise tout le monde. C’est le O négatif de la grossièreté, l’insulteur universel.

Si ce n’était que ça…

Des immigrants illégaux aux vaccins en passant par le premier Gémeaux de Marina Orsini, il n’y a pas un sujet à propos duquel l’aspirant président est incapable de sortir de son toupet une déclaration complètement farfelue. Les immigrants illégaux devraient être retournés dans leur pays, les vaccins causent l’autisme et s’il avait été à la place de Marina, il aurait gagné aux Gémeaux il y a longtemps. Et plus qu’une fois! Que voulez-vous, «She’s a loser!»

Donald Trump a des opinions qu’il prend pour des faits, et des faits qu’il invente de toutes pièces à partir de ses opinions. Comment tant de gens peuvent-ils vouloir voter pour cet homme? On s’inquiète peut-être même plus d’eux que de lui. Lui est seul. Eux, ils sont des milliers.

Le secret de Trump, c’est qu’il applique un principe brillamment baptisé et expliqué par l’humoriste américain Stephen Colbert: le truthiness.

Le truthiness, c’est une vérité qu’on sait être vraie parce qu’elle a l’air vraie. Le truthiness existe en dehors des dogmes élitistes des «faits», de la «logique» et de la «réflexion». En truthiness, nos tripes en savent plus que notre tête, et si notre instinct nous dit que c’est vrai, ce doit bien l’être.

Ainsi, si on croit déjà que tous les immigrants illégaux devraient être déportés, on tape des mains quand Trump annonce qu’il a l’intention de le faire s’il prend le pouvoir. Les questions de logistique quant à la déportation de 11 millions de personnes (!) se perdent dans le son de nos applaudissements.

On aime bien s’imaginer qu’au Canada ou au Québec nous sommes à l’abri d’un Donald Trump, que nous ne sommes pas comme ça, nous. Mais la vérité, c’est que le truthiness, c’est comme la certitude que les émissions pour enfants étaient meilleures dans notre temps: c’est universel.

Il suffit de voir les faussetés à propos des réfugiés syriens qui font le tour des médias sociaux ces jours-ci. Propulsé par les certitudes de ceux qui confondent leurs a priori avec des preuves, n’importe quel montage photo ou texte d’un site douteux est capable de faire le tour du Web en moins de temps qu’il n’en faut à Donald Trump pour changer d’expression faciale.

trump-faces

Si vous avez toujours «su» que les réfugiés étaient des terroristes, vous ferez un «Haaaa-HA!» de vieille pub de pharmacie en croisant ceci:

Sacrebleu! Qu’on barre les frontières à double tour et qu’on jette la clé! Les hordes sauvages sont à nos portes pour obliger nos femmes à voter en burqa! La preuve: ce musulman en habit de combat. Que peut-il être d’autre qu’un islamiste prêt à égorger nos enfants avec la lame de son fusil?

Il pourrait, pourquoi pas, être un ancien rebelle syrien, qui combattait jusqu’à récemment le groupe armé État islamique. C’est du moins ce qu’on apprend dans l’article du journal The Atlantic où a été piqué ce montage photo. (Voir la photo numéro 40.)

Oups. N’attendez pas la rétractation de Pegida Québec, ils sont trop occupés à faire les pires montages au monde sur Photoshop.

L’info était fausse, le texte ne proposait aucune preuve ni même aucune source, mais en truthiness, l’impression que ça semble vrai puisqu’on le pensait justement déjà, ça suffit.

Il en va de même pour l’animateur Éric Duhaime, qui, alors qu’il accuse tout un chacun d’avoir une réaction irrationnelle devant la crise des réfugiés, est bien prêt à mettre sa raison à Off si on lui présente quelque chose qui va dans le sens de ce qu’il a envie de croire.

Ne tombez pas de votre chaise, cette histoire où deux photos côte à côte sont considérées comme une preuve irréfutable est totalement fausse et c’est très facile de le prouver.

Cher Éric,

Si tu allais sur Google un peu avant de publier des liens vers des sites conspirationnistes qui inventent des informations de toutes pièces, tu saurais un peu plus qui croire. Ça éviterait aussi à 425 de tes abonnés de partager une supercherie complète. Tu sais, c’est un peu ta responsabilité, en tant que personnalité médiatique.

Au cas où tu n’aurais pas l’adresse de ce chouette site qui permet de trouver tout plein d’information, la voici: www.google.com.

Cordialement,

Mathieu

N’attendez pas une rétractation de monsieur Duhaime non plus, il est occupé à alimenter l’hystérie autour du niqab. De toute façon, lui aussi est dans le business du truthiness.

Comme les autres adeptes du truthiness, il profite du travail de ceux qui préparent le terrain pour lui. Il profite de ceux qui annoncent que les dangereux étrangers arrivent ici par pipeline et que nous sommes envahis, de ceux qui prétendent qu’il y a un débat sur les changements climatiques, de ceux qui veulent faire peur parce que ça les sert bien.

A beau mentir qui vient de loin, tant qu’il arrive avec un mensonge qui va dans le sens de nos croyances. Parce que c’est rassurant, parce que ça fait du bien d’avoir raison, parce que c’est tellement plus simple comme ça.

Si nous ne sommes pas minimalement vigilants et conscients de nos propres préjugés, nous sommes tous à risque d’applaudir un Donald Trump. Et ça, ça fait peur.

***

Je profite de l’occasion pour souligner l’excellent travail que fait L’inspecteur viral, sur le site du journal Métro. En cas de doute sur un truc que vous voyez passer encore et encore dans votre fil de nouvelles, commencez par voir s’il en a parlé.

Les commentaires sont fermés.

Donald J.Trump sera le prochain président américain . Bientôt 4 millions de supporteurs sur sa page Facebook. Le Canada suivra le virage à 180 degrés nécessaire pour sauvegarder nos valeurs chrétiennes occidentales et le Québec comme à l’habitude accusera le retard les deux pieds bien ancrés dans le gauchisme passé date.

«…sauvegarder nos valeurs chrétiennes occidentales…»

Tiens, quelqu’un qui vit encore dans les années ’50. Quelqu’un peut lui envoyer un enregistrement des Cyniques? Elle serait au moins rendue aux années ’60.

@ Mathieu
Je ne comprends pas pourquoi tu cites Duhaine. Tant qu’à citer des étudiants du secondaire, prends-en au moins qui sont intéressants.

Regarde le premier débat républicain et tu verras que les valeurs chrétiennes sont toujours très d’actualité pour les américains. Le christianisme est encore très présent chez le ROC et techniquement au Québec aussi (http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/demo30a-fra.htm). La révolution tranquille des années 60 a eu lieu au Québec, pas ailleurs.

En ce qui concerne Trump, il n’est pas représentant de la foi chrétienne dans ses actions, peu importe ce qu’il dit. Le christianisme enseigne l’humilité, le respect, l’amour du prochain.

Un président des Etats-Unis qui serait contre l’immigration illégale de masse dans son pays? Quelle horreur! Faut vraiment être fou! C’est pas de même chez les démocrates (un immigrant illégal = un vote de plus pour eux!).

Mathieu Charlebois a bien raison. Mais le problème est plus profond qu’il ne le croit. Le truthiness, c’est la façon normale de fonctionner du cerveau humain. Quand ce n’est pas Trump, ce sont les preachers et les gourous de toutes sortes qu’on croit sans se poser de questions.

Et ça, c’est bien dommage. Il faudrait améliorer les connaissances générales des gens et leur scepticisme face à toutes ces faussetés qu’on lit et/ou entend tous les jours.

Peut-être même devrait-on tout simplement mettre à l’amende tous les menteurs? Ça règlerait toutes les dettes gouvernementales très rapidement… ;-))

Je suis bien en retard pour laisser un commentaire, mais…. Se peut il que nous soyons nous aussi atteints de truthiness aiguë et chronique quand une majorité d’entre nous croit les Harper, Couillard et Leitao de chez nous, et que ceux qui ont gardé un peu de sens critique n’en sont pas moins réduits à croire les vérités vraies des Trudeau Mulcair et autres ???? Aucune des ces vérités ne semblent vérifiées dans les faits, de part comme d’autre!!!!
GT