Petit cours de langue de bois

Voici le genre d’intervenant que l’on déteste au Cérium. Celui qui parle pour ne rien dire. Il y a des experts de la chose.

Ici, l’humoriste (et pédagogue et militant de l’éducation populaire) français Frank Lepage semble puiser dans une longue écoute de ce fléau pour démonter le mécanisme du parler-toc. Un peu lent au début, il faut aller à 2’25 » pour la démonstration essentielle.

(Merci à l’alertinternaute Catherine C. pour ce signalement.)

Les commentaires sont fermés.

Bonjour,
Le tout ressemble très fort aux beaux discours admonestés aux péquistes depuis le le début mais sans la rigueur idéologique de la langue de bois. Nos nationalistes à nous se sont fait servir la langue de bois en la triturant pour passer à quelque chose de bien plus insidieux, soit la belle LANGUE DE COTON dans laquelle Monsieur Bernard Landry excelle ainsi que la cheffe actuelle Madame Pauline Marois. Cette LANGUE DE COTON dont les péquistes sont friand a surtout une réponse à TOUT. Le pouvoir que la langue de coton exerce sur l’auditeur est tel qu’il paralyse celui ci dans sa faculté de PENSER en parsemant les discours de contradictions…..En conclusion, avec de tels discours, ceux qui les gobent ne sont pas équipé pour aller bien LOIN…..Au plaisir, John Bull.

Excellent truc pour apprendre à parler sans avoir à trop penser et sans qu’il soit nécessaire d’agir

Bravo. Ce vidéo s’inscrit tout à fait dans une démarche qui fait la jonction entre civilisation et culture.

Trouvons un jeu de 52 cartes (une idée géniale par semaine de l’année) et sept cartes complémentaires (un verbe d’action par jour de la semaine). Puis on offre le tout au premier ministre, à la cheffe de l’opposition, aux représentants des deux autres partis de l’Assemblée et on se fait une année du tonnerre.

«Une performance hors du commun, à nulle autre pareille qui nous laisse sans voix, unique dans son genre, inimitable et tellement sentie, qui fait traverser toute la gamme des émotions et nous rend captifs. Avec un léger bémol, cependant.»

La langue de bois n’est pas réservée au domaine politique, mais aussi artistique, critique, émetteur de chroniques. L’oralité est généralement du remplissage. Le bon tribun est un artiste, comme le conteur, le mime ou le magicien. Le mauvais tribun, même compétent, n’est jamais écouté, il ennuie doublement.

Le canon a tué la féodalité: l’encre tuera la société moderne.

– Napoléon Bonaparte

*

Les grands orateurs qui dominent les assemblées par l’éclat de leur parole sont, en général, les hommes politiques les plus médiocres: il ne faut pas les combattre par des paroles, ils en ont toujours de plus ronflantes que les vôtres; il faut opposer à leur faconde un raisonnement serré, logique; leur force est dans le vague, il faut les ramener dans la réalité des faits: la pratique les tue.

– Napoléon Bonaparte

Les plus populaires