Petit guide pour mieux débattre des signes religieux

De Québec à Ryad en passant par Agrabah, Mathieu Charlebois revisite à sa façon le débat sur les signes religieux. 

On doit encore débattre des signes religieux? Vraiment? Personnellement, j’aimerais mieux replonger dans le débat sur Slav, si ça peut vous donner une idée. Mais bon… puisqu’il le faut, faisons-le correctement.

Voici quelques arguments et exagérations que j’aimerais voir bannis, et de façon bien plus pressante qu’une burqa hypothétique dans les forces de l’ordre.

« Un professeur portant un signe religieux endoctrine ses étudiants »

Les enseignants sont-ils une figure d’autorité? Sûrement, mais il ne faut pas exagérer non plus.

On m’a parlé activement et explicitement de mathématiques pendant 11 années sans réussir à m’y intéresser, mais il suffirait d’un prof qui porte la kippa pour que je me couche chaque soir en lisant la Torah?

Tout comme les sinus et les cosinus, ça ne me rentre pas dans la tête.

« Si on était dans leur pays… »

Haaaaa, le fameux  « Si on était dans leur pays, il faudrait faire ci pis ça et on n’aurait pas le choix. » Évidemment, « leur pays » est généralement un raccourci pour désigner un pays musulman totalitaire générique, comme l’Arabie Saoudite.

Et c’est vrai : si on était en Arabie Saoudite il faudrait porter les vêtements prescrits par la loi et on n’aurait pas le droit de manifester. La vie n’est pas facile à Agrabah pour un jeune voleur et son petit singe, on a tous vu le documentaire de Disney.

Vous savez pourquoi c’est comme ça? Parce que l’Arabie Saoudite est une monarchie qui a un texte religieux en guise de constitution. Et ça, laissez-moi vérifier mes notes… hum, hum… han han… Ouais, ouais ouais… C’est bien ce que je croyais. Ça, c’est exactement le contraire d’une démocratie laïque.

Alors quand vous vous demandez pourquoi on devrait avoir honte de faire quelque chose parce qu’ailleurs ce serait pire, c’est parce que cet ailleurs, c’est ce qu’on ne veut pas être.

Pour ma part, je propose qu’on évite de calquer nos actions sur le pays qui arrive 141e sur 144 en fait d’égalité hommes-femmes dans le classement du Forum économique mondial. Mais ça, c’est juste moi et mes lubies.

Et parlant de « leur pays »…

Permettez-moi cet aparté fédéral :

Chaque fois qu’il est question du turban que porte le chef du NPD Jagmeet Singh, il se trouve des gens pour expliquer qu’il n’a qu’à retourner d’où il vient s’il tient tant que ça à ne pas l’enlever.

D’ailleurs, d’où vient-il, exactement?

Ha ben. Ça ne coûtera pas trop cher de billets d’avion. Il va même pouvoir s’y rendre en autobus! C’est bien.

Pas besoin de venir d’ailleurs pour porter une croix de 6 pieds dans le cou, un turban rose fluo et autres accessoires religieux. Je ne crois pas qu’on puisse vraiment régler quoi que ce soit en retournant quelqu’un « dans son pays », quand son pays c’est Montréal-Nord.

Honnêtement, toute cette logique de « eux » et de « nous » a des relents de xénophobie, et… Quoi? Que me dites-vous?

« Les Québécois ne sont pas racistes! »

Petit guide pour trouver du racisme et de l’intolérance au Québec :

  • Ouvrez votre fureteur.
  • Entrez l’URL facebook.com dans l’espace désigné.
  • Cliquez au hasard pendant trois ou quatre minutes.
  • Fermez votre ordinateur.
  • Pleurez longuement la perte de votre innocence.

En lisant ce que je viens d’écrire, plus d’un iront directement dans les commentaires de ce texte, le caps lock dans le tapis, pour expliquer que « LES QUÉBÉCOIS NE SONT PAS RACISTES, CESSEZ DE DIRE QUE TOUS LES QUÉBÉCOIS SONT RACISTES. »

Un chroniqueur adepte des phrases d’un paragraphe y consacrera peut-être même un texte, se désolant qu’on accuse encore TOUS LES QUÉBÉCOIS d’intolérance. Donnons à ce chroniqueur le nom fictif de Matthieu. Avec deux t, parce que c’est un nom fictif.

J’ai l’impression que si quelqu’un pointe à Matthieu qu’il a une tache de spaghetti sur sa chemise, il comprend qu’on pense qu’il est habillé de la tête aux pieds en spaghettis. C’est une véritable fixation, qu’il partage avec plusieurs.

Non, « les Québécois » ne sont pas racistes. Mais il y a des racistes au Québec. Ce sont des Québécois, et ils sont racistes. C’est comme ça. J’aimerais vraiment ça pouvoir dire que nous sommes le seul endroit sur Terre où ça n’existe pas. Malheureusement, je dispose d’un accès à internet.

Un petit mot sur le crucifix de l’Assemblée nationale

À en écouter certains, il était là avant même la fondation de Québec. Le crucifix flottait dans les airs et Duplessis a construit l’Assemblée Nationale autour.

C’est quoi l’affaire, exactement? Est-ce que l’édifice va s’écrouler si on l’enlève? Est-ce que c’est l’équivalent « patrimonial » d’un mur porteur?

Si un crucifix avec une sculpture de Jésus lui-même en personne dessus, ce n’est pas un symbole religieux, il n’y a rien qui l’est. À part embarquer un curé sur les épaules du président de l’Assemblée, je ne vois pas comment on pourrait faire plus évident comme signe ostentatoire. On force même tous les députés à le porter, symboliquement.

C’est pourquoi on devrait sortir l’escabeau patrimonial et le tournevis de la laïcité pour le décrocher et le mettre ailleurs. Dans un joli présentoir à l’entrée de la pièce, pourquoi pas? Sur l’écriteau à côté, on pourrait même ajouter que ce n’est même pas le crucifix original, mais bien une reproduction qui date des années 1980. (Voilà qui nous ratatine le patrimoine!)

Quand on voudra se rappeler des racines catholiques du Québec, on n’aura qu’à regarder la grosse croix blanche en plein milieu du fleurdelisé. Les symboles, c’est fait pour ça.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

54 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je trouve ce débat, où l’enflure verbale est omniprésente, un tantinet ridicule et vous confirmez mes impressions.

Il y a tellement d’autres dossiers autrement plus prioritaires et essentiels où le gouvernement devrait investir temps et argent…

Bravo Mathieu Charlebois, votre texte non seulement est humanistement tout à fait juste, mais il témoigne d’une bonne compréhension de nos deux Chartes (QC et CA) ainsi que des droits humains reconnus mondialement. Merci pour contribuer à éclairer et j’espère que nos bons CAQuistes catho prenne le temps de le lire. J’ai constaté que, malheureusement, ces bienheureux et bienheureuses n’essaient même pas d’aller plus loin que leur propre nombril et ignore le restant. C’est pour cela qu’envers eux et elles, je suis devenu ferme, disposé à leur expliquer une fois, et si ils ou elles continuent à m’imposer leur religion blanche catho de souche, je déviens violemment et fortement affirmatif, comme avec les Témoins de Jehovah. Je suis athée, humaniste égalitaire et le droit des un-e-s s’arrètent aux droits des autres. Fais aux autres ce que tu veux qu’on te fasse.

Très respectueusement, voilà encore un autre opinion d’un partisan des libéraux qui ne font que et ont toujours fait que jouer au ‘Papa’ du peuple canadien. Au lieu de les écouter, les libéraux ont toujours essayer de nous faire la morale.

Allez donc traiter la majorité des québécois, qui ont voté, ‘d’épais’ de penser comme ils le font. Essayez, vous aussi, de jouer au ‘papa’ pour nous dicter ce que l’on doit penser. Vous n’avez pas gagné votre vote aux élections, sans doute. Saviez-vous que lorsqu’on vote pour un gourvernement qui ont les visions et les directions qui nous rejoignent, bien, on souhaite qu’ils les fassent. Les visions du gouvernement élu a rejoint la majorité de peuple QUI A VOTÉ. SVP, n’allez pas sortir plein des calculs superflus. Les résultats sont là. Ils réalisent ENFIN nos souhaits!

Peu importe si ça vous semble absurde… Ça ne vous appartient plus. Rangez-vous derrière l’opposition minoritaire. Les autres, nous souhaitons nous ranger derrière un gourvernement qui veut faire avancer le Québec au lieu de l’endetter. Encore là, je suis certain qu’on pourra se débattre. Visiblement, la majorité du Québec veut régler cet enjeu de signes religieux. Arrêtez de juger les gens. C’est certain que pour vous, qui croyez tout connaître parce que vous êtes journaliste, vous pouvez et avez droit à votre opinion. En écrivant un tel article provoquant, c’est comme si entrez dans une arène. N’attendez pas à être le seul à donner des coups! Nous avons droit nous aussi de dire ce qu’on pense de ces opinions.

Cette démarche, cet enjeu vous semble dérisoire, mais dans d’autres pays, ils vivent de toutes autres réalités. Ceux de l’Europe, entre autres. Et je ne comprends pas pourquoi vous vous mettez la tête dans le sable à ce sujet. Des milliers d’images et d’enregistrements vidéos circulent pour nous sensibiliser!

J’imagine que vous êtes un de ceux qui croient que le Québec devrait agir en urgence pour le climat, l’environnement, etc… Ce premier enjeu entrepris par le nouveau gourvernement ne coute presque rien et pourrait être réglé rapidement. On pourrait ensuite passer à plein d’autres choses. Malheureusement, des gens qui agissent comme vous, essaient de faire passer votre peuple pour des ignorants alors que vous faites que cacher des vérités.

Oh, et pour l’environnement, réchauffement climatique…nous en faisons déjà beaucoup à ce sujet. Encore une fois, comme notre beau réseau TVA, on croît que le Québec est énorme! Nous sommes moins en population dans notre immense province que dans la simple ville de New York! Pensez-vous sincèrement que notre comportement envers l’environnement aura un réel impact sur le monde entier??? Analogie: Ici on fait notre possible pour garder notre portion de notre cours d’eau (représentant le monde) propre, mais tout l’monde pisse dedans!!!
Il faut que les principaux producteurs de tous les produits de consommation s’y mettent! Je n’ai pas de leçon à vous faire là-dessus. Je connais plusieurs entreprises qui ne veulent rien savoir du Québec parce que nous sommes un trop petit marché…Faites le raisonnement…

« Déplorable », c’est ça le mot que je cherchais en pensant à la xénophobie rampante de bien des électeurs. Mais non, la CAQ et les déplorables ne constituent pas la majorité des Québécois, loin de là. Encore une fois, si M. Legault peut se vanter d’être le dictateur temporaire du Québec en vertu de sa « majorité » harperienne, c’est à cause du système électoral bancal qui nous afflige partout au pays. La majorité des Québécois n’ont pas voté pour la CAQ et parmi ceux qui ont voté pour la CAQ, il y en a un gros paquet qui l’ont fait faute d’alternative pour se débarrasser des libéraux… Débarrassez-nous des libéraux oh oh oh oh…

holà M. vous avez une analyse de la politique très partisane et très provocatrice , Alors il faut penser comme vous parce que vous êtes la vérité même, il vous reste du chemin à faire pour pouvoir être impartial .

Tout d’abord, malgré l’élection d’un Gouvernement caquiste majoritaire, il ne faut pas perdre de vue que 37% ont voté pour eux et que cela représente moins de 25% de tous les électeurs inscrits. Alors pour ce qui de la légitimité de la CAQ de faire ce qu’elle veut on repassera. D’autant plus que ce projet de laïcité a été loin d’être un sujet chaud durant la campagne électorale.

Ensuite, il m’apparaît bien évident que Mathieu Charlebois n’a rien d’un Libéral. Il a beaucoup trop d’humour pour cela et dans cette chronique il ne fait que remettre en perspective des évidences. Ça reste de l’opinion. On peut être d’accord ou pas, mais est-ce une raison suffisante pour taper sur lui comme vous le faites ? J’en doute fort.

En aucun temps, l’auteur ne remet en question le fait qu’il faut légiférer et je suis persuadé qu’il le souhaite lui aussi. Et ce, comme une vaste majorité de Québécois. Si la population s’était rangée derrière la Charte proposé par le PQ en 2014, le débat serait clos et on serait passé à autres choses. Non, le bon peuple a préféré écouter les mensonges libéraux et se laisser berner par le fait que le projet de Charte était supposément raciste. À quelques détails près, la CAQ la fera adopter 5 ans plus tard. C’est 5 ans de perdu, mais vaut mieux tard que jamais.

@ NPierre: Par votre riposte M. NPierre, vous me démontrez noir sur blanc ce que je pensais sur un autre billet de l’Actualité, ¨Les peureux du pot¨…
Ceux qui ne pensent pas comme vous sont des fascistes, nazis et autres espèces du genre. Il est donc impossible de discuter avec des personnes comme vous sans se faire invectiver, sans se faire traiter de tous les ¨phophobes¨. Alors, quant à moi, continuez de discuter tout seul, vous avez certainement toujours raison, comme quelques autres de votre genre qui écrivent dans ces pages.

Solution pour juger une province de 7 milions raciste ou non: « ouvrir Facebook pendant quelques commentaires [et conclure que la province est raciste] ».
Wow, on a vraiment publié ça dans un « guide » pour mieux débattre? La méthode semble particulièrement non scientifique.

Pour ne pas dire « particulièrement » stupide et
biaisée … L’Actualité publie de plus en plus
de textes poubelles de la part des intégristes de
la Charte… qui se renforcent mutuellement dans
leur petite opinion sectaire sur le net, en oubliant
que la dite Charte contient justement une clause
dérogatoire parce que les « sacro-saints » droits
individuels (qui remplacent la religion pour
certains), doivent être contrebalancés par des
normes collectives dans le cadre d’une société
« juste » et « démocratique ». Et comme par
hasard, la démocratie vient de trancher le
débat, dans une ÉLECTION générale qui devrait
être plus fiable que la liste des petits amis
Facebook de M.Charlebois… Quel torchon cet
article…

À chaque fois que Mathieu Charlebois écrit un article ils s’en trouvent pour le décrier. C’est un BILLET HUMORISTIQUE. Il me semble que c’est facile à comprendre.

« En lisant ce que je viens d’écrire, plus d’un iront directement dans les commentaires de ce texte, le caps lock dans le tapis, pour expliquer que « LES QUÉBÉCOIS NE SONT PAS RACISTES, CESSEZ DE DIRE QUE TOUS LES QUÉBÉCOIS SONT RACISTES. »

Un chroniqueur adepte des phrases d’un paragraphe y consacrera peut-être même un texte, se désolant qu’on accuse encore TOUS LES QUÉBÉCOIS d’intolérance. Donnons à ce chroniqueur le nom fictif de Matthieu. Avec deux t, parce que c’est un nom fictif.

J’ai l’impression que si quelqu’un pointe à Matthieu qu’il a une tache de spaghetti sur sa chemise, il comprend qu’on pense qu’il est habillé de la tête aux pieds en spaghettis. C’est une véritable fixation, qu’il partage avec plusieurs. »
Ça y est, on a trouvé le Mattieu à e « t » !

Bonjour,
Je m’attendais à mieux. Quelque chose qui n’aurait justement pas le ton hargneux qu’ont beaucoup trop de débat à ce sujet. Pardonne-moi, mais en plus d’être raciste, je suis probablement sexiste. J’aurais aimé que la chrinique soit faite par une femme, une femme qui a envie d’aborder la question. Une question qui n’est pas banale. À l’heure où on nous rappelle la fin de notre espèce à toutes les demi-heure, parce qu’il est minuit moins une, j’aurais eut besoin de quelque de franchement plus sérieux et plus pédagogique. Comme réthorique, on aura eut meilleur maître. Merci quand même, pour l’effort.

Vous pourriez ajouter à mon commentaire que le crucifix devrait prendre le bord, à mon humble avis.

Bon, vous aussi vous mélangez religion et race?

Haha ! il l’a oubliée, celle-là :
Comment répondre à « les religions ne sont pas une race » 😀

Parfaitement juste en effet… Pour être raciste
il faut faire référence à la couleur de la peau.
Avec la religion, on parle de culture et de
mœurs… Confusion qui sert aux intégristes
multiculturalistes à forcer l’acceptation de
tout et n’importe quoi, en culpabilisant
toute critique…

très bien écrit… je suis du même avis, sauf que je ne trouves pas les mots aussi facilement 🙂

Si possible une suite pour nous expliquer comment ça se passe ailleurs en France, en Algérie, à Boston( où plusieurs universités) en Angleterre, en Nouvelle-Zélande, en Norvege et au Qatar, disons!

Cet article biaisé et superficiel ne traduit qu’une faction marginale du débat sur la laïcité. Il serait plus utile de publier des articles sérieux sur le sujet. La principale menace à la laïcité au Québec n’est pas le crucifix à l’assemblée nationale (qu’il faudrait d’ailleurs placer au musée) mais les progrès de l’intégrisme islamiste, des mots que certains n’osent pas prononcer de peur de passer pour islamophobe. L’auteur parle de propos marginaux et ignore sans doute qu’il y a eu des colloques, de nombreuses conférences et de nombreux articles sur la laïcité au Québec et les signes religieux. Pour le lectorat de l’Actualité qui veut en savoir plus, voici un des derniers articles majeurs écrits sur le sujet, un entretien avec la chercheuse indépendante, Yolande Geadah, experte de ces sujets: https://sisyphe.org/spip.php?article5489 et on lira aussi de nombreux articles du Mouvement laïque québécois, de Djemila Benhabib, de Fatima Houda-Pepin, de la professeure Nadia El-Mabrouk, de la philosophe Louise Mailloux, du professeur Daniel Baril, et de bien d’autres. Se prendre comme exemple pour démontrer que l’influence de l’enseignement ne marque pas un enfant, c’est peut-être rigolo, mais pas fort. http://plus.lapresse.ca/screens/6ec484fa-2f22-40f4-b868-c087b26ac047__7C___0.html

Merci beaucoup et Bravo Mme Carrier pour votre commentaire si lucide avec des références très sérieuses sur un sujet tout aussi sérieux.

M. Duplessis est parti et il aurait du apporter son crucifix avec lui et foutre la paix avec celui-ci qui aurait du rester dans la chapelle du parlement ou encore dans un autre lieu.

Très juste. Si on a pas le courage d’enlever le crucifix de l’assemblée nationale, n’interdisons pas le port de signes religieux. SR

Le crucifix est là, immobile, presque invisible par sa hauteur, une relique. Le hijab se déplace partout, à hauteur de femme: de la garderie à la rue, aux médias, aux transports en commun, affirmant: nous sommes des religieuses pratiquantes, vous avez remarqué?

Pourquoi puis qu’on y est, faire disparaître notre histoire, nos origines françaises, anglaises, la couleur de notre peau, il y a bien d’autres problèmes au Québec, sans vouloir restreindre la liberté des autres.
Combien l’absurdités devrons-nous lire encore ?

Il faudrait préparer un futur premier ministre à prendre les guides du PQ ou du plQ et le préparer aux defis de la religion, environnement, internet.

Au début du siècle les Français ont réglé la question en interdisant tous les signes religieux à l’école. On annonçait un désastre. A peine une centaine de filles ont cessé d’aller à l’école.
Ici, Landry a niaisé la puck. Pardon avec le voile. Son argument? Ben elles viennent tout juste d’arriver. Laissons-leur le temps de s’aclimatiser à notre société. La naiveté péquiste dans toute sa candeur pathétique (pas étonnant que ce parti ait échoué dans son projet d’indépendance! Sont tellement naifs les Péquistes)
Allez faire un tour dans les écoles de Montréal aujourd’hui.
Bref, il faut interdire les signes religieux partout où on le peut encore. Ca urge. Let’s go la CAQ.

« Tout comme les sinus et les cosinus, ça ne me rentre pas dans la tête. »

Pourtant les sinus y sont déjà !!!

Tout à fait d’accord avec vous. D’a, je trouve qu’il n’y a pas assez de journalistes qui ont votre courage.

Les commentaires de ceux qui ont perdu leur élection et ces autres qui n’ont pas voter car voter pour un autre parti que le leur depuis qu’ils ont droit de vote était impossible même si ils avaient comme bien des québécois une écoeurantite aiguë libéral. Donc soyez bons joueurs et laissés la chance au coureur Legault avec son équipe.

Pour ce qui est du religieux, on peut toujours regarder ce qu’il se passe et c’est passé en Europe dans plusieurs pays qui ont ouvert leurs frontières aux diversités culturelles et ou le résultat ne semble pas très concluant en matière de vivre ensemble.

Ici nous sommes au Canada des Trudeau au service de la Reine, ce pays qui cherche à se démarquer des autres avec son mantra non genré, multiculturel, globaliste, écologique et pétrolier économiquement donc ouvert à tout et son contraire. MAIS il y a cette province de gaulois qui a des différences d’opinions sans nécessairement être raciste, misogyne, xénophobe ou tous ces autres qualificatifs jusqu’à nazisme. Vous devriez demandé au Français et leurs dirigeants si ils feraient les choses différemment si un retour en arrière était possible. Bien je crois qu’une bonne majorité de québécois de toutes origines veux cela pour le pays en devenir qu’ils ont choisi et nous devons tous ensembles ne pas se laissés distraire par les minorités extrémistes des deux côtés.
C’est ça la différence au Québec, enfin une partie de la différence pour laquelle plusieurs veulent venir nous joindre.

Merci, Monsieur Charlebois, de me faire rire !
Ne dit-on pas de certains sujets particulièrement tordus qu’il « vaut mieux en rire » ?
Sur une note plus sérieuse : ce ne sont pas tant les symboles religieux en général qui dérangent. C’est l’islam radical qui pose des problèmes et dont beaucoup craignent, avec raison, la propagation. Depuis longtemps, la société s’accommode du port de la kippa, par exemple. Comme il n’est pas possible de légiférer exclusivement sur le hidjab (et autres symboles islamiques), on s’enfarge dans les symboles religieux en général.
La législation proposée par la CAQ fera un grand bonheur des avocats et coûtera cher à la société sans régler quoi que ce soit. Une interdiction peut même rendre les intégristes encore plus déterminés à vouloir imposer leurs valeurs. La tolérance et l’éducation seraient sans doute de meilleurs remèdes.

Très bon texte ! Rien à dire, tout à été dit, et ce, avec authenticité ! Il y a bien d’autres chats à fouetter. Il ne faut jamais se comparer aux autres, en tant qu’étudiante, en tant que citoyenne, en tant que soeur… Il y a toujours mieux et pire ailleurs. Il faut être au meilleur de soi-même ! Vive le Québec multiculturel. Je rêve du jour où on n’accordera plus d’importance aux différences, pas parce qu’il n’y aura pas ou parce qu’elles ne seront pas visibles, mais parce que tout le monde est le même au bout du compte.

D’accord avec vous.Surtout apres avoir écouté Tout le monde en parle.A la polyvalente Gérard Filion de Longueuil,la directrice dit qu’il y a des enfants de 67 pays différents…et ils s’entendent aussi bien que dans les autres poly.. A mon avis, signes ou pas signes,les nouveaux arrivants vont s’intégrer et prendre leur place.Et les extrémistes n’appartiennent pas qu’a une race..

Merci Mme Cartier pour les références qui une fois lues élèvent grandement le niveau de compréhension des enjeux du débat sur la laïcité, la nécessité de l’intégration adéquate des immigrants et une mise en contexte des peurs et inquiétudes de nos sociétés. Ce sont des débats qui bénéficieraient grandement des arguments et analyses cités dans l’article de Mme Yolande Geadah .

Quel texte ! On dirait que rien n’ébranle le probable multicultura
lisme de ce monsieur . Grand bien lui fasse ! Toutefois ,
après 10 ans de blablabla sur ce sujet , je crois qu’il faut passer
à l’action , et n’en déplaise aux multiculti grincheux ,
ce gouvernement respectera son engagement . Ça suffit les
palabres !

N’est-il pas intéressant de savoir à qui on a affaire? Catholique, Juif, Musulman, Boudhiste, Sikh, Communiste, Mafioso, etc? L’absence de signes religieux va ressembler à une société Athée en apparence, parfois tatouée, mais sera en fait une société d’agents secrets spirituels. Notre conscience sera endormie de la même manière qu’avec le pot, l’alcool, les médicaments, etc.

Ça parle au diable! La liberté des uns commencent où celles des autres s’arrêtent. Dans les années 60, l’État Québécois s’est libéré de l’Église catholique. Les prêtres ont perdu leur soutane et les religieuses aussi avec leur coiffe. Ont-ils (elles) continué(e)s d’être catholiques? Sont-ils (elles) devenus des soumis(es) face à l’État laïc?
Charité bien ordonnée commence par soi-même. Il me semble qu’il revient à ceux qui ont façonné le Québec moderne et qui l’ont libéré de la religion de se faire entendre et de décidé de leur avenir. Les autres ont droit de parole mais malheureusement pour eux et elles, ils et elles ne sont pas majoritaires. En tant qu’invité à la grande table des Québécois depuis que l’immigration existe, savourez notre culture, jouissez de notre accueil, de notre générosité, de notre paisibilité, de notre respect et si vous êtes des gens civilisé(e)s, remerciez-nous en acceptant notre façon de vivre sans y porter de jugement offensant. Priez pour eux pauvres pêcheurs car ils ne savent ce qu’ils font!
À moins qu’ils ne le savent plus qu’on pense… Hum… Non, ce n’est pas possible!

Que vous ayez raison ou tort, un ton condescendant dénote aussi une personne qui juge les autres, la base des personnes racistes, sexistes, homophobe et dans votre cas qui est de vous croire supérieur. La société change avec des discours intelligents, logiques, objectifs.
Votre texte témoigne de la pauvreté de votre esprit pour vous exprimer, même si le fond a raison.

« Les enseignants sont-ils une figure d’autorité? Sûrement, mais il ne faut pas exagérer non plus. » (Mathieu Charlebois)

Comme l’écrivait un certain Mathieu (avec un t) et que je récupère ici : « [J]’ai l’impression de me faire prendre, moi, [le lecteur], pour un nono. »

On comprend qu’il est question du foulard islamique porté par des enseignantes, dont la CAQ veut bannir dans les écoles publiques. Mathieu C. pourra toujours essayer de pousser quelques blagues niaises avec son guide après avoir lu ceci :

« La Cour admet qu’il est bien difficile d’apprécier l’impact qu’un signe extérieur fort tel que le port du foulard peut avoir sur la liberté de conscience et de religion d’enfants en bas âge. En effet, la requérante a enseigné dans une classe d’enfants entre quatre et huit ans et donc d’élèves se trouvant dans un âge où ils se posent beaucoup de questions tout en étant plus facilement influençables que d’autres élèves se trouvant dans un âge plus avancé. Comment dès lors pourrait-on dans ces circonstances dénier de prime abord tout effet prosélytique que peut avoir le port du foulard dès lors qu’il semble être imposé aux femmes par une prescription coranique qui, comme le constate le Tribunal fédéral, est difficilement conciliable avec le principe d’égalité des sexes. Aussi, semble-t-il difficile de concilier le port du foulard islamique avec le message de tolérance, de respect d’autrui et surtout d’égalité et de non-discrimination que dans une démocratie tout enseignant doit transmettre à ses élèves. » (Lucia DAHLAB contre la Suisse, Cour Européenne des Droits de l’Homme)

Woooo! Le foulard n’est pas signé islamique, que penser des religieuses qui nous soignent et de celles qui nous ont instruits?
Foulons aux pieds celles qui nous ont soigné et instruits.!
Pensons à notre passé.

Tiens…un autre traumatisé par un bout de chiffon…

Si les signes religieux avaient la moindre influence dans les écoles, nous serions noyés sous une avalanche de religieux et de religieuses, or, on n’en dénombre qu’une poignée au Québec. Pourtant, ce sont eux et elles, vêtues de leurs habits noirs, collets romains et cornettes inclus qui ont éduquées plusieurs générations de nos filles et garçons.

Si j’avais le choix entre faire éduquer mes enfants par une personne arborant un foulard mais compétente versus une « laïque » dont la compétence est douteuse, mon choix est vite fait. Et de quel droit pouvons-nous empêcher une personne de gagner honorablement sa vie et de le priver de ses moyens de subsistance? Est-ce la nouvelle façon de les « intégrer » de la CAQ?

Vous passez également sous silence le rôle primordial des parents dans l’éducation de leurs enfants.

@François 1
Si vous sortiez de temps à autre de votre pensée binaire, comme celle que vous me présenter du genre si j’avais le choix entre A ou B, je choisirais A quand la réponse pourrait être C ou D.

Si vous envisagiez autrement que c’est celle qui porte le foulard qui est la personne incompétente. Comment celle-ci, dont la religion prêche l’intolérance et qui le manifeste symboliquement, peut-elle enseigner l’indulgence, l’ouverture d’esprit ?

Quant au rôle des parents, n’ont-ils pas le droit de voir leurs enfants avoir une éducation neutre ?

En addenda
Toute personne qui refuse d’obéir à une règle conventionnelle (contrat) ou à une règle juridique reliée à son emploi, risque de se voir sanctionner par une mesure disciplinaire.

Si on exige à votre travail un code vestimentaire et que vous résistez à vous y soumettre, vous serez sanctionné suivant habituellement une progression (avertissement oral, réprimande à votre dossier, perte d’ancienneté, suspension, congédiement). Vous ne perdrez pas votre emploi à cause d’un morceau de textile, mais à cause d’un refus obstiné d’obéir à une mesure disciplinaire qui n’est pas exceptionnelle.

@ François 1; Décidément, monsieur François, vous faites comme tous les multiculturalistes unipolaires en posant la mauvaise question; vous dites : ¨ Et de quel droit pouvons-nous empêcher une personne de gagner honorablement sa vie… ¨ ? Ce n’est pas ¨NOUS¨ qui les empêchons de gagner leur vie, mais ce sont eux et elles qui, en refusant de se plier à NOS règles et exigences sociétales, se privent de pratiquer leur profession sans aucun autre problème. Si on voulait être vraiment absurdes, accepterions-nous qu’un arabe qui veut faire partie de la police montée (GRC / RCMP) monte un chameau au lieu du cheval comme figure de cette police canadienne, sous prétexte que le cheval ne fait pas partie de ses convictions religieuses ?
Et ce n’est pas une bonne explication du fait qu’ils ou elles ne sont qu’une poignée au Québec qu’il faut attendre qu’ils et elles soient des milliers contre lesquels alors nous ne pourrions plus réagir car il serait alors trop tard. L’adage ¨ Mieux vaut prévenir que guérir¨ ne vous dit rien ?
Pour ma part, je ne nie pas les bienfaits qu’ont eu les communautés religieuses de mon enfance, mais je n’oublie pas non plus tous les méfaits qu’ont eu ¨une poignée¨ d’entre eux sur nombre de jeunes enfants marqués pour le reste de leur vie. On les a foutus dehors pour ces raisons et bien d’autres, et il n’est pas question qu’on en laisse d’autres prendre la place.
Si tu es un bon enseignant, bon policier, bon juge, t’as pas besoin d’une religion pour le démontrer.

J’espère que Mathieu Charlebois a bien rigolé en écrivant ce « regard humoristique » car en effet, c’est hilarant: À son avis, il faudrait tolérer ceux qui croient en une puissance divine, que l’Univers est une création spirituelle, que certains individus désignés pour leur sagesse interprètent une parole venue il y a des milliers d’années en obligeant des gens à porter des signes religieux.
Bien sûr, on peut tolérer ces croyances ésotériques, mais de les défendre dans une chronique, ça, c’est très drôle…

SIMPLISTE, Les Québécois n’ont pas besoin d’un «Petit guide» mais de vérités sur l’utilisation publicitaire des signes religieux comme le voile ou la soutane.
Dans un débat complexe où la majorité des gens a de la difficulté à mettre en contexte l’argumentation, c’est mettre de l’huile sur le feu que de simplifier à l’excès en tenant des propos réducteurs comme le fait cet article de l’Actualité.
Les Québécois savent très que tout symbole n’a pour but que d’influencer la pensée et refusent d’être manipulé sur le plan des croyances religieuses, par les personnes exerçant une autorité légale ou une influence morale sur leurs enfants.
Des études scientifiques ont clairement démontré que l’affichage d’un logo de Coca-Cola par exemple (même subliminal) n’a pour but que de donner envie d’en boire et conséquemment d’en acheter.
Un voile, une soutane, un crucifix ont le même effet qu’un logo publicitaire. Serait-il approprié d’afficher un logo Coca-Cola par une personne en position d’autorité?

Alea jacta est, le crucifix est là pour rester. Foi de gouvernement, parole de Mairesse que la chose ne « dérange pas »…

Grand bien nous en fasse. Moi non plus, il ne me «dérange» pas, le crucifix. Éminent philosophe ce Christ crucifié. Inspirant. Tellement qu’il est parlé davantage de Jésus dans le Coran que du Prophète même. Par contre…

Il ne l’aurait pas été crucifié, Jésus, selon l’Islam. Par quoi s’obstine-t-on donc, ainsi, à laisser figurer, ouvertement et publiquement, en lieux éminemment névralgiques et suprêmement significatifs, un signe entrant en collision directe avec l’autre plus grande confession religieuse monothéiste.

État neutre? C’est cela l’Important, clame-t-on? Un État ne peut prétendre à la neutralité en refusant de reconnaître, d’abord, puis d’agir en conséquence ensuite eu égard au fait on ne peut plus objectif d’incompatibilité entre affichage en lieux cruciaux d’une (re)présentation à connotation religieuse aussi forte, puissante et flagrante, pour ne pas dire provocante, qu’un Christ en croix.

OUI, il y a l’histoire, le patrimoine. Mais y a-t-il aussi, et plus encore, empreinte incontestablement religieuse en ce symbole le plus éminent de tous en chrétienté.

Si bien que si le PM Charest a pu dire à ce propos, il y a dix ans, qu’on allait quand même pas récrire l’histoire à l’envers; on peut lui répondre aujourd’hui que «l’envers», à en faire tomber à la renverse, c’est plutôt cette approche à l’aune de laquelle on voudrait interdire le port de signes religieux, somme toute inoffensifs, chez/pour des individus; alors qu’on tiendrait mordicus à conserver le CHRISTianisme comme religion (officielle)… d’État? Ça, c’est d’être «à l’envers»! Et pas à peu près.

Je ne crois pas que les Québécois et les Canadiens soient effrayés par le port d’un voile ou du hijab. Parlez-nous un peu plus sérieusement des problèmes que vivent plusieurs pays européens avec les musulmans qui ne s’intègrent pas au mode de vie de leur pays hôte et des femmes non-voilées qui se sentent menacées par des hommes qu’elles croisent sur la rue. Nous n’en sommes pas là, mais on ne veut surtout pas s’en approcher.

Vous êtes humoristes dites vous! Je ne vois pas d’humour dans votre texte. J’y vois une série de déclarations qui mélangent tout pour qu’il y ait racisme il doit inévitablement y avoir en jeux une question de race! En quoi la laïcité est elle raciste, elle ne traite ni de race, ni de couleur? Quand au rôle d’autorité des éducateurs/trices, ne vous en déplaise le fait d’avoir un prof de maths qui puisse vous convertir aux maths vs la banalisation d’un icône religieuse (quelle qu’elle soit) en banalise la symbolique et par le fait même sa promotion.

Et…

Le premier ministre proclame et réclame son droit à l’erreur ainsi que celui de tous les parlementaires. Bravo. Car ce n’est pas d’erreurs qu’on aurait manqué ou qu’on manquera, ni de sa part propre ni de celles des parlementaires en général, à en juger tant par leurs antécédents à tous que par la façon dont ç’a été parti, semaine dernière, avant même de commencer…

Saviez-vous qu’à l’Assemblée nationale, on aurait ce don inédit de s’y fourvoyer rondement et royalement? Le gouvernement? Le parti au pouvoir? Les oppositions? Non, tous. Toute la ‘gang’. D’une seule voix, en choeur, à l’unisson, unanimement. Et, ça, ça n’arrive pas qu’exceptionnellissimement. Ç’arrive couramment, à tout bout d’champ. C’est drôle, n’est-ce pas, hein, car ne serait-on pas enclin à présumer que si tout ce beau monde, si opposés les uns aux autres à une multitude d’égards, en arrive parfois à tomber, tous et toutes d’accord sur quelque chose ou à propos de qqn; eh bien, ils/elles doivent bien avoir raison alors, infailliblement. Or, il n’en est RIEN! Des «exemples»? Je n’en évoquerai que deux.

Il y a maintenant près d’une vingtaine d’années, l’Assemblée nationale toute entière, à l’unanimité, tous députés présents se sont levés un à un, du premier jusqu’au dernier, pour voter, frivolement, aussi à l’aveugle et à la légère que possible, complètement à tort, un blâme sévère à l’endroit d’un Yves Michaud n’ayant rien fait ni rien dit lui méritant pareil sort ou semblable traitement, et ce, de surcroît, sans sa présence, sans sa défense, en fait sans même «acte d’accusation», totalement et complètement ‘gratuitement’, sans la moindre vérification ni justification valable. Et, là, on ne parle pas de n’importe qui, n’est-ce pas. Il s’agit bien du Législateur, de ces gens qui votent nos lois – qui ont fait ça. Parmi eux, il n’en reste qu’un présentement à l’Assemblée nationale. Il s’appelle François Legault.

L’autre exemple. Il y a une dizaine d’années, de la même façon, tout pareillement, toute l’Assemblée nationale au grand complet — (100 personnes exactement cette fois-là) — s’est à nouveau levée comme un seul homme pour réitérer sa foi au maintien du crucifix trônant au-dessus de la Présidence, que, selon elle, il fallait sans faute maintenir là éternellement, alors que… Alors que c’était et que c’est justement là le tout premier symbole sacré à (faire) décrocher de là au plus sacrant — (d’aucuns diraient au p.c.).

Au lieu, donc, d’en profiter pour montrer sa bonne foi, en se hâtant de procéder à la descente de Jésus de ce haut lieu, où lui-même claironnerait n’avoir aucunement (d’)affaire, ces temps derniers a-t-on déjà eu le temps d’informer que des individus — (des femmes plus particulièrement puisque ce sont des femmes encore qui en immense majorité s’avéreront les plus touchées ou visées)* — devront apprendre à se (dé)vêtir comme il faut, sinon devront renoncer à leur emploi (qu’ils/elles occupent déjà ou auraient désiré occuper). Et ça, pareille «initiative», parce qu’apparemment il y en aurait qui ne sauraient pas comment s’habiller. Inaptes. Faudrait, donc, que l’État le leur indique ou prescrive. Les juges même étant considérés comme n’ayant pas assez de bon jugement pour savoir comment se vêtir correctement, l’État va le leur apprendre. Deo gratias.

* Il semble y avoir une aire, néanmoins, où les femmes bénéficieraient de plus de liberté vestimentaire que les hommes, laquelle se trouve être incidemment l’aire… politique. En effet, que ce soit au parlement ou au conseil de ville (e.g. de Montréal), la gent masculine se voit contrainte d’enfiler un «uniforme» uniforme (pas de passe-droit), t’es quasi là comme dans l’armée; alors que les femmes, elles, semblent pouvoir se parer pas mal comme bon leur semble, à leur gré; allant de tenues assez «straight» à d’autres, éminemment plus ‘libres’, évoquant davantage des tenues de soirée de gala.

Comme bien des journalistes, vous pouvez exprimer publiquement vos opinions sur ce sujet et prendre plaisir à traiter les québécois de raciste.
Personnellement, je fais une distinction entre laïcité et racisme, ce qui ne semble pas être votre cas.

Analyse très superficielle et partisane
Je t’invite à regarder la récente entrevue à l’émission Deux hommes en or, avec Boucar Diouf où celui-ci , ainsi que Pierre-Yves Lord, noir lui aussi, trouvent qu’on utilise le terme de raciste à toutes les sauces. Boucar rappelle que la religion n’est pas une race, que le racisme est quelque chose de très grave et que la race ce n’est pas quelque chose que tu choisis comparativement à la religion. Il dénonce le nombrilisme condescendant de Montréal envers les régions, fait remarquer que les seuls maires de villes issus de la diversité ( pas d’arrondissements) élus l’ont été en région à Amos et à Mont-Laurier. Il n’est pas d’accord avec le multiculturalisme à la britannique promu par Qs et le Canada dont on constate l’échec en Grande-Bretagne. Il considère que c’est une dérive très dangereuse de sortir la pancarte dès qu’il y a une anicroche et compare ces manifs à un «éclairage de face quand tu es sur scène» et qu’alors la pénombre s’installe autour de toi ( car tu ne vois pas ce qu’il y a autour)
http://deuxhommesenor.telequebec.tv/emissions/140/boucar-diouf-patrice-godin-emma-normand-mousseau/41250/boucar-diouf

Je t’invite aussi à lire des extraits du mémoire de la sexologue Jocelyne Robert à la Commission sur la loi sur la neutralité religieuse http://jocelynerobert.com/2013/11/28/le-voile-quelle-histoire-il-raconte-aux-tout-petits/

« « Les Québécois ne sont pas racistes! »
Ah ouais, encore sur le mode de SONT ou NE SONT PAS. Donc, c’est le « débat », si vous permettez ces guillemets, entre les deux assertions les plus extrêmes possibles : soit tout le monde est raciste, soit personne ne l’est. Ça ressemble, en gros, à « Les Québécois ne se lavent pas », mais où « ne se lavent pas » est remplacé par « sont racistes ». Et hop ! À peu de frais, vous voilà antiraciste. Bravo.

Mathieu Charlebois, tout en continuant de rigoler, devrait se demander « Qu’est-ce que le racisme ? » plutôt que « Qui est le racisme ? »

Texte d’humour.
Même prévenu, je n’ai pas ri une seule seconde, c’est dire jusqu’à quel point je suis aveugle, trop sérieux ou encore l’humour est passé à la vitesse de l’éclair.
Pour ma part et sans chercher à faire de l’humour et encore moins à faire rire qui que ce soit et ça ne sera pas trop long, et ce sera très clair:
-les religions, toutes les religions sont des croyances au même titre jusqu’à ce que des preuves sérieuses soit apportées, que les OVNI ou que toutes autres croyances;
-je crois sincèrement avec beaucoup plus de convictions qu’on prouvera un jour l’existence d’être intelligents et plus avancés que nous sur d’autres planètes, que l’on prouvera un jour qu’il existe un être supérieur qui contrôle tout…mais cela demeure des croyances;
-sous aucun prétexte, qui que ce soit ne devrait pouvoir revendiquer quoi que ce soit au nom de croyances quelconques…à part en toute liberté dans sa sphère privée;
-il y a rien qu’y me titille plus au point que ça me fait l’éviter, que quelqu’un évoque un Dieu quelconque qui fera ou qui ne fera pas que quelque chose arrive ou n’arrivera pas, comme: si Dieu le veut, si Dieu me prête vie et le reste du genre, comme ma vieille soeur le fait trop souvent à mon goût, ou sans rapport avec aucune religion mais en évoquant tout aussi souvent et à toutes les sauces le destin et la destiné; si vous revenez du travail sans vous avoir fait frappé par une voiture, Dieu, votre ange favori et quoi d’autres pas plus que le destin vous a été favorable et si demain vous vous faite frapper, ils n’auront toujours rien à y voir;
-quoi que ça puisse peut-être arriver, avec ce qu’on constate présentement, les probabilités que l’Islam envahisse nos villes et contrôle nos vies un jour en occident, ici au Canada et au Québec ne m’inquiète pas du tout;
-ma voisine ou mon voisin peut bien se vêtir de la tête au dernier orteil comme bon lui semble, même se promener tout nu, chez eux, sur la rue, dans le métro, j’en ai rien à cirer, mais je refuserai toujours de développer une amitié, une relation quelconque, avec quelqu’un qui refuse de me donner la main et dont je ne vois que les yeux, peu importe ses raisons exception faite d’un problème de santé;
-et dans la continuité de cette pensée, je refuserai de me faire servir ou enseigner par quelqu’un dont je ne vois pas le visage, au public comme au privé, comme j’ai refusé cette année le poste temporaire de directeur d’un bureau électorale comme je l’ai fait plusieurs fois, parce que cette année , comme c’est arrivé au dernier scrutin, je n’ai pas voulu risquer de devoir appliquer la loi électorale tel qu’elle est écrite comme je l’ai fait cette fois là, en contradiction avec mes valeurs et pensées profondes, même si j’avais du le faire qu’une seule fois: la religion, cette croyance personnelle en quelque chose qui n’a jamais été démontrée, ne devrait pas apporter de traitement de faveur à qui que ce soit en dehors de son groupe;
-ce que la CAQ veut faire n’est pas tout à fait complètement claire encore, mais même si je n’ai pas voté pour la CAQ et à moins de surprises inattendues et qui me feraient changer de point de vue, je ne crois pas voté pour la CAQ un jour, mais il est probable que je sois favorable à tout ce que la CAQ fera pour limiter que la liberté de religion dépasse la sphère et la réalité personnelle des individus habitant au Québec (j’ai rien contre l’enseignante qui porte un foulard, à part si le fais de le porter devient un message religieux, puis-je être plus claire);
-cependant il faudrait aller beaucoup plus loin:
a) en abolissant complètement les financements et les subventions à toutes les écoles confessionnelles existantes (tout comme aux écoles privées d’ailleurs) et en arrêtant de reconnaître l’enseignement générale donné dans ses écoles;
b) en abolissant toutes les subventions et les crédits de toutes sortes aux institutions religieuses et en rétablissant à leurs représentants le rapport d’impôts obligatoire au même titre qu’à tous les autres citoyens et institutions;
c) il devrait au plus vite abolir tous les congés accordés en raison d’une fête religieuse en les remplaçant par le même nombre de jours de congés obligatoires mais à prendre au choix des individus…et ainsi ceux qui voudraient continuer à avoir 3 jours de congés à Noël pourraient continuer à les avoir pour ses raisons, ce qui seraient ses raisons, mais d’autres pourraient avoir d’autres jours qui correspondent à des jours lui permettant de prendre congé les jours correspondant à ses croyances, mais à la base pour la majorité non pratiquante, on cesserait d’obtenir des congés en l’honneur de croyances religieuses…
La religion est une croyance personnelle et doit-être traité comme toutes les autres croyances personnelles.
Et donc cessons les exemptions et les privilèges au nom d’une religion: le couteau qui est interdit mais pas si c’est un kirpan, le turban pour remplacer la casquette du policier et le chapeau de sécurité dans la construction, et le reste, les piscines réservées sous prétexte d’un principe religieux, la policière qui ne pourrait intervenir aussi chez certains groupes, et le reste du genre au nom d’une religion.
Pour ceux qui me diront que je cite des évènements isolés ou qui n’arrivent pas souvent: une fois est de trop! Pas de privilège au nom d’une croyance!