PKP : une photo qui fait du chemin

« Une seule image, deux solitudes. »

Le magazine Maclean’s a rendu publique la couverture de son édition du 24 mars, qui présente Pierre Karl Péladeau comme « l’homme qui pourrait briser le Canada ».

À peine l’image était-elle dévoilée que des lecteurs à l’œil aiguisé ont noté la ressemblance avec la couverture d’un numéro de L’actualité datant de novembre 2010, portant le titre « Pierre Karl Péladeau : L’homme le plus redoutable du Québec? »

Sur les réseaux sociaux circule un montage montrant les deux couvertures côte à côte. La comparaison fait jaser : « 2 publications de Rogers, 1 photo, 2 messages TRÈS différents », a commenté un internaute. « Une seule image, deux solitudes », a twitté un autre.

C’est bel et bien la même photo qui avait servi, à l’époque, à illustrer le grand portrait de PKP signé par notre reporter Jonathan Trudel. Ce texte s’était d’ailleurs mérité la médaille d’or dans la catégorie Affaires aux Prix du magazine canadien.

C’est le photographe Jean-François Bérubé qui avait croqué ce PKP au regard de glace, par grand vent, un jour d’été 2010, sur le toit vert du siège social de Quebecor, dans le Vieux-Montréal. Cette séance photo – un exercice auquel PKP s’est rarement prêté hors du giron des publications de Québecor – avait été organisée spécialement pour illustrer l’article dans nos pages. « On l’a préparée, se souvient Jean-François Bérubé, joint au téléphone. On est allés faire du repérage. On a travaillé très fort pour en faire une photo originale. J’ai convaincu Péladeau de se faire photographier à cet endroit en lui disant que le toit vert montrait un côté moderne et innovateur de l’entreprise qu’on ne lui connaissait pas. Il nous avait réservé 15 minutes, finalement, on a pu avoir une heure. »

Vrai, les magazines Maclean’s et L’actualité sont tous deux la propriété de Rogers, mais les deux publications sont totalement indépendantes sur le plan éditorial. Les droits de cette photo appartenant au photographe, le magazine Maclean’s a contacté ce dernier directement pour lui acheter les droits de la reproduire.

Qu’une même image puisse illustrer, à près de quatre ans d’intervalle, deux articles de nature aussi différente s’adressant à des lectorats distincts, n’est autre chose que la preuve du pouvoir d’une bonne photo…

Les commentaires sont fermés.

L’Actualité ressemble actuellement plus qu’on peut l’imaginer à son cousin Macleans.

Le PQ par ses chroniqueurs est traité plutôt mal.

Bonsoir,moi sur les deux couvertures je vois deux langues officiels,deux solitudes,et PFK qui peut apporter beaucoup de nouveaux commentaires et des changements majeure a la jeune constitution du Canada des aires moderne car le Quebec et le Canada est en pleine evolution avec plusieur nation et plusieur langue alors voila le role pour un leader qui n’est plus que de de reunir deux solitudes,mais il y a un mais de plusieur solitude et plusieur nation sur les terres du Canada.Le tout apres plus de 400 ans avec la non reconnaissance de la nation quebecoise ,il est temps de se faire reconnaitre comme l’une des nations fondatrices du Canada.et si il y a refus du federal alors nous serons un autre pays.Bonne reflexion.

L’article du Macleans par Martin Patriquin » Martin Patriquin writes about Quebec and sometimes everything else. » sic

« » »The Parti Québécois has long been a party of principled losers. » » sic Héééééééé, ça doit être vendeur dans le Rest Of Canada….

Du grand journalisme, je vous dis. Aïe, ça informe son citoyen, pas à peu près…..

Le pire c’est que j’ai une méchante gang de perroquet-traducteur qui ont pour mission existentielle de retransmettre tous ces beaux messages… pour essayer de se dissocier justement de l’image qu’ils véhiculent.

C’est sûr que cela va me prendre encore une couple d’autobus remplis de drapeau et de gens sincères pour me sentir aimé à nouveau. Maudite mémoire… Que j’oublie donc vite…