[Chantal Hébert] Place aux débats : François Legault (2/4)

Jeudi, chaque chef de parti débarquera sur le plateau du premier débat télévisé avec une mission et des stratégies distinctes. Quelles sont celles de François Legault, de la Coalition Avenir Québec ?

PolitiqueDisons d’emblée qu’un débat des chefs, ce n’est pas comme un pèlerinage à Lourdes.  Les miraculé de débats ne courent franchement pas les rues au Canada.

Aussi souvent qu’autrement — sinon plus —, le gagnant du ou des débats de la trentaine ou plus de campagnes que j’ai suivies n’a pas gagné les élections. Il est arrivé que la star d’un soir de débat soit le grand perdant de la soirée électorale.

Ce fut notamment le cas de Joe Clark aux élections fédérales de 2000.

Au cours de la campagne qui opposait Jean Chrétien, Stockwell Day, Alexa McDonough, Joe Clark et Gilles Duceppe, le chef progressiste-conservateur avait été déclaré grand gagnant des débats — en français comme en anglais.

Cela n’a pas empêché son parti de finir en cinquième position le jour du vote, avec à peine le nombre de députés nécessaires pour conserver le statut de parti officiel à la Chambre des Communes.

Le problème de Joe Clark, c’est qu’aux yeux de la vaste majorité des électeurs, y compris des progressistes-conservateurs qui avaient appuyé Jean Charest trois ans plus tôt, il n’était déjà plus dans la course quand il est débarqué aux débats.

Au Québec, en 2000, l’élection fédérale avait été référendaire. Son principal enjeu était la loi sur la clarté que venait de faire adopter le gouvernement libéral de Jean Chrétien.

Sur la foi de cet enjeu, le PLC avait fait le plein de votes fédéralistes — au point de finir la course avec quatre points d’avance sur le Bloc québécois dans le vote populaire.

La situation de François Legault dans la campagne en cours s’apparente, à bien des égards, à celle de Joe Clark en 2000.

Il y a des parallèles évidents entre la polarisation qui avait profité au PLC en 2000 et celle qui a changé la donne de la campagne actuelle en faveur du PLQ depuis deux semaines.

Avec à peine trois points d’avance sur Québec solidaire dans le plus récent sondage CROP sur les intentions de vote, François Legault est menacé de finir à la queue du peloton le 7 avril.

Malgré leurs scores comparables dans les intentions de vote, la situation du chef caquiste à la veille des débats est différente et nettement moins prometteuse que celle de sa rivale de Québec solidaire pour trois raisons.

1- La CAQ est en perte de vitesse dans les intentions de vote depuis des mois, tandis que Québec solidaire progresse (modestement) depuis le début de la campagne.

2- La base électorale de la CAQ est composée d’électeurs qui voulaient voir leur parti au pouvoir. Les militants de Québec solidaire veulent d’abord et avant tout que la voix distincte de leur formation soit entendue à l’Assemblée nationale.

3- En chemin pour la campagne, la CAQ s’est fait emprunter/voler plusieurs de ses idées par le PQ et le PLQ. Québec solidaire, par contre, fait davantage figure de voix de gauche dans un désert de centre-droit qu’en 2012.

François Legault jouera sans doute strictement pour l’honneur, jeudi soir. Mais c’est un personnage combatif, et n’avoir plus grand-chose à gagner, c’est aussi n’avoir rien à perdre.

Aussi bien Pauline Marois que Philippe Couillard auront intérêt à ne pas baisser la garde devant le chef caquiste, jeudi soir.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

1) Est-ce que Marois et Legault vont re-publier leur rapport d’impots comme en 2012?
2) Est-ce que Couillard va publier le sien? Les siens en fait depuis qu’il a quitté la politique en 2006?
3) Comment Legault peut-il prétendre que les riches sont saignés par l’impot alors qu’il n’a payé que 12,6% d’impot provincial sur des revenus de 156 231$?

http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2014/201209/01/01-4570330-marois-et-legault-devoilent-leur-declaration-de-revenus.php

« En 2011, Mme Marois a payé 25 200$ d’impôt sur un revenu total de 156 231$ (son salaire comme chef de l’opposition officielle et une petite pension comme travailleuse sociale), soit un taux d’imposition provincial de 16,1%. M. Legault a payé 20 838$ d’impôt sur un revenu total de 165 318$ (essentiellement son régime de retraite comme député et ses revenus de placements), soit un taux d’imposition provincial de 12,6% »

Bien que monsieur Legault soit une personne très sympathique, du moins c’est mon opinion. Je relève que comme politicien, il lui est plutôt difficile de livrer son message. Plus encore de faire porter le message. Monsieur Legault est marqué par son passé de ministre, sa profession de foi souverainiste et ses ambitions défaites, celles de prendre la direction du Parti-Québécois.

Ainsi l’homme a le don de prédire l’avenir et non celui de le réaliser. Que devrait-il faire lors du prochain débat ? Je pense que « le » Legault bon gars et prédicateur devrait se transformer en « super héros » pourfendeur et démolisseur des méchants lorsque dans ce cas sa cible de prédilection devrait être Pauline Marois. J’ai bien dit « devrait », mais est-il capable d’affronter son ancienne cheffe ?

Cela veut dire, qu’il devrait profiter de cette tribune pour régler une bonne fois pour toute publiquement le contentieux qui existe entre lui et son ancien parti. Peut-être que cela ne lui rapporterait pas de dividendes significatifs pour gagner les élections ; à tout le moins je pense que cela lui permettrait de préserver suffisamment de sièges pour s’en sortir avec les honneurs de la guerre. Établissant alors sa pugnacité.

La carte maitresse de la CAQ, tient en sa capacité d’arbitrer les débats quel que soit le pouvoir. Un message qui peut-être vendeur si bien employé justement pendant le débat.

Enfin, François Legault pourrait se positionner si tel est son choix, en vue de considérations futures, s’imposant aux yeux de l’opinion publique comme l’homme incarnant désormais le clair renouveau.

Bien sûr… Les Honneurs, la Pugnacité et des valeurs de SUPER-HÉROS, M. Legault pourrait aussi prendre sa carte du PLQ ( pour des considérations futures) Voter du bon bord comme mon grand-père disait..

Il devrait aussi laver son linge sale à la télé (une bonne fois pour toute publiquement, SIC ), se serait bien sûr extrèmement constructif et profitable pour notre collectivité ET pour le PLQ.

Pendant ce temps-là, de l’autre côté de la bouche croche, on fustige Mme. Fatima Houda-Pépin, parce qu’elle n’a pas suivi la ligne du Parti et qu’elle a manquer de respect à son CHEFFE (sic).

Petite petite petite politique de pacotille, PARODIE d’érudition de COPIÉ-COLLÉ. ( Ah oui, Merci pour le conseil: Cela va beaucoup plus vite…)

« Le courage est le juste milieu entre la peur et l’audace » — Aristote

Ce n’est pas faire preuve de beaucoup de courage que de prétendre mentionner des paroles d’internautes sans les citer nommément. Ce n’est pas faire montre de beaucoup d’audace que d’affirmer recopier des paroles ou des écrits, lorsque les dits écrits n’existent pas et n’ont jamais existés en l’état.

Vous écrivez : « Petite petite petite politique de pacotille, PARODIE d’érudition de COPIÉ-COLLÉ. » (tel quel)

Comment osez-vous m’accuser implicitement de fraude ou de plagia (copié-collé) sans me citer nommément lorsque vos propos font implicitement référence à des commentaires que j’ai mis en ligne ? Faites-nous bénéficier de vos preuves, s’il-vous-plait !

— Serait-il possible que l’égarement soit désormais en train de vous distinguer ?

Bonjour,j’ecris avec un pointeur lazer alors, pour les accents,pour le reste ma reflexion est comme electeur je voudrais de nos leaders savent que la dette du Quebec est a plus de 200 milliards sans mettre un deficit de 20 milliards pour la reconstruction et le renouvellement et l’entretient de nos infrastructures alors que les contribuables paye pour une taxe sante de $$$$ 200. dollars parce que dans les coffres du tresor il n’avait pas d’argent bien il faut la stabilisation de la dette de un,et ensuite des investissements pour nos infrastructures de base dans nos villes,pour les quatre prochaines annees pour le faire et au prochaine election ont verra.Si nos leadres lors du debat ne mentionne pas un traitement chock au niveau des depenses et de la dette, alors en toute democratie devant leur manque de position qui n’a pas ete a la hauteur alors je vais annule mon vote, bon debat car moi mon vote est a moi et fini le bla bla,le patinage la glace est en train de fondre et moi ils ont fini de piger dans mes poches.Bonne reflexion.

La CAQ est absolument victime du vote stratégique! Une bonne majorité de Québécois ne veulent absolument pas voir un autre gouvernement péquiste après la prochaine élection, et quoi faire?? C’est de voter PLQ, non pas par conviction tant que ça, mais pour un vote contre le PQ qui pèsera dans la balance