[Chantal Hébert] Place aux débats : Pauline Marois (4/4)

Ce n’est pas un lutrin qui attend Pauline Marois au débat des chefs de ce soir, mais plutôt une corde raide, dit Chantal Hébert.

PolitiqueCe n’est pas un lutrin qui attend Pauline Marois au débat de ce soir, mais plutôt une corde raide.

Jusqu’à un certain point, la chef péquiste a besoin d’un bon débat de la part de François Legault pour ralentir l’élan actuel du PLQ dans les intentions de vote.

L’exode des partisans fédéralistes de la CAQ vers le Parti libéral plombe les chances du PQ de remporter le vote du 7 avril.  Ces électeurs sont insensibles, voire réfractaires, aux charmes politiques de Pauline Marois.

Certains d’entre eux appuient la Charte de la laïcité du PQ. Néanmoins, au déclenchement des élections, ils étaient encore caquistes. La perspective d’un référendum sous un éventuel gouvernement péquiste les a fait fuir vers le PLQ.

Cela suggère que l’hypothèse référendaire pèse plus lourd dans leur balance que le débat sur la laïcité. Et que plus ils seront convaincus que Mme Marois est «déterminée» sur ce front, plus ils seront susceptibles de faire tout ce qu’ils peuvent pour la défaire le mois prochain.

Si la chef péquiste ne réussit pas à rassurer cette tranche d’électeurs sur ses intentions référendaires, son rival caquiste aura de la difficulté à les faire revenir au bercail.

Le problème, c’est que si elle est rassure trop, elle risque de conforter les sympathisants de Québec solidaire dans leur choix, en plus de démobiliser une partie de son propre électorat.

Dans l’état actuel des choses, le PQ n’a pas les moyens de perdre des votes souverainistes à Québec solidaire. Dans un monde idéal, le mouvement irait dans l’autre sens.

Sauf que les partisans de Québec solidaire sont aussi réfractaires à la Charte que les nationalistes mous de la CAQ sont allergiques au référendum. Plus Mme Marois joue la Charte pour éloigner les sympathisants caquistes du PLQ, plus elle s’expose à consolider le vote de Françoise David.

Et si elle tente de minimiser l’hypothèse référendaire pour inciter la clientèle plus fédéraliste de François Legault à revenir à la maison caquiste, elle risque de souder davantage les troupes de Québec solidaire auxquelles le virage à droite au pouvoir de son parti, amplifié par le recrutement de Pierre Karl Péladeau, n’inspire rien de bon.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Bonjour,lors du debat de ce soir madama Marois doit faire un traitemant chock et choisir le peuple ou les idees de parti,pour proposer au trois autres chefs un referendum sur deux choix.Le premier choix est:voulez-vous la reconnaissance de la nation quebecoise et etre un Etat a l’interieur de la constitution canadienne.Le deuxieme choix:Voulez-vous etre un autre pays et faire secession.Voila bonne reflexion.

Est-ce qu’on va demander à Couillard s,il a encore la nationalité française? et si oui pourquoi avoir deux passeports est ok pour les chefs de l’Opposition à Québec et à Ottawa mais pas pour Joe Blow à Trois-Rivières ou Rimouski?

Est-ce qu’on va aussi demander à Couillard s,il va publier son rapport d’impot comme Marois et Legault ont fait en 2012?

Est-ce qu’on va revenir sur le rapport d’impot de Legault qui, avec des revenus de 156k, n’a payé que 20k d’impots québécois?

« Père, gardez-vous à droite ! Père, gardez-vous à gauche ! » — Philippe le Hardi, lors de la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356.

Bref, si je m’efforce de résumer et essayer « maladroitement » de résumer vos propos. Il faudrait que madame Marois repousse les attaques de tous fronts, de tous bords, tous côtés, qu’elle préserve ses ailes gauches tout en consolidant à droite, tout en séduisant tout pareillement les centres si bien de gauche, si bien qu’à droite, si bien de centre centriste. Hum ! Toute une commande, je dirais….

De plus, madame Marois devra convaincre qu’advenant un mandat majoritaire (difficile encore à confirmer), elle soit aux commandes pour durer. Ou bien est-ce le dernier « baroud » d’honneur d’une fière batailleuse ?

— Je n’en dirai pas plus. Qui ce soir sera le plus hardi, de Pauline, de Philippe, de Françoise ou bien de François ? Je conjecture que Dieu devrait reconnaître les siens.

J’ai surtout hâte de voir si Françoise David s’attaquera aux paradis fiscaux, aux minières, à l’environnement en visant Madame Marois et Monsieur Couillard aussi.
Un jour, les membres les plus à gauche devraient comprendre qu’il y a des moments ou il est mieux de prendre du recul et de lâcher prise pour mieux rebondir au moment opportun. À toujours se donner le choix entre tout ou trop vouloir tout tout de suite, ou rien avoir, spécialement dans une perspective ou clairement on ne peut d’une manière ou d’une autre qu’espérer peu, on se condamne à que faire du sur place à l’infini.
S’attaquer aux deux grands partis surtout sur des sujets ou ils ont de grandes faiblesses se ressemblant serait de bonne guerre.
Viser surtout le PQ en particulier ne ferait que condamner ceux qui comme eux à ce qu’il parait, voudraient tenter encore une fois le passage qui pourrait s’ouvrir pour la souveraineté, à le refermer peut-être définitivement.
Attention, surtout Francois1 ne concluez pas bêtement que j’admets qu’il s’agisse d’une élection référendaire.
Mais j’espère cependant, qu’un PQ majoritaire, avec un livre blanc sur la souveraineté et en ayant un « vrai » 4 ans pour gouverner le Québec convenablement et aussi remettre cette option dans une perspective plus positive aux yeux des Québécois et Québécoises, la prochaine élection pourrait en être une.