[Chantal Hébert] Place aux débats : Philippe Couillard (3/4)

Ce jeudi, chaque chef de parti débarquera sur le plateau du premier débat télévisé avec une mission et des stratégies distinctes. Quelles sont celles de Philippe Couillard, du Parti libéral du Québec ?

PolitiqueÀ la lumière de la montée de son parti dans les sondages, Philippe Couillard sera la cible de beaucoup d’attaques jeudi — en particulier en provenance de Pauline Marois.

Mais il n’y a pas de vases communicants entre le vote libéral et le vote péquiste, ou même celui de Québec solidaire. Et l’hémorragie des appuis de la CAQ vers le PLQ tient davantage à des circonstances à saveur référendaire qui échappent au contrôle de François Legault qu’aux faits d’armes de son adversaire libéral.

Un débat à quatre, c’est davantage une partie d’échecs qu’une partie de dames, et c’est doute tant mieux pour le chef du PLQ.

À première vue, Philippe Couillard a deux cartes dans sa manche en prévision du débat. Il peut compter sur une base fédéraliste cimentée et élargie par la tournure référendaire de la campagne électorale. Et aux yeux de la plupart des électeurs, il est le seul rival susceptible de ravir le pouvoir à Pauline Marois et au Parti québécois.

Des quatre chefs, il est également le seul à ne pas avoir été sur les rangs en 2012. C’est son premier exercice du genre.

Toutes ces caractéristiques ont un effet sur la commande que le chef du PLQ doit remplir jeudi.

En commençant par la fin :

1- Ce n’est parce qu’un chef en est à son premier débat qu’il part automatiquement perdant. Pensez au chef du NPD, Thomas Mulcair, dont ce sera le baptême du feu en 2015. Bien peu de gens croient qu’il ne tirera pas son épingle du jeu des débats.

Au cours de sa course au leadership, Philippe Couillard a démontré qu’il ne se laissait pas démonter facilement. Cela dit, il aurait bénéficié d’un plus long séjour à l’Assemblée nationale dans le rôle de chef de l’opposition. Quand des chefs croisent le fer tous les jours, ils découvrent, à l’usure, les forces et les faiblesses de leurs rivaux.

2- L’avantage de faire campagne pour la première fois, c’est que l’opinion de beaucoup d’électeurs au sujet d’un nouveau chef n’est pas encore irréversible. La page de chef de M. Couillard est plus blanche que celle de ses adversaires. Mais il ne faut pas confondre une page blanche avec une ardoise. Il n’y pas de brosses à effacer sur les lutrins des débats.

M. Couillard a encore à aménager une zone de confort et à établir un solide lien de confiance avec l’électorat. En politique, ce qui est nouveau est souvent aussi fragile qu’attirant. La performance du PLQ dans les sondages depuis son arrivée l’a démontré.

3- Être le mieux placé dans les sondages pour devenir premier ministre à la place de Pauline Marois, le 7 avril, cela veut dire que chaque point perdu par la chef péquiste au débat pourrait profiter, d’une façon ou d’une autre, aux libéraux. Mais du même coup, le prisme sous lequel le chef du PLQ sera examiné ne sera pas le même que dans le cas de Françoise David ou de François Legault.

Pour M. Couillard, le débat des chefs n’est pas une audition pour le rôle de chef de l’opposition. Sa mission ne se résume pas à convaincre que Mme Marois n’est pas un bon choix. Il devra également démontrer que lui (et son parti) sont à la hauteur de l’exercice du pouvoir ou, tout au moins, ne pas donner de raisons aux électeurs qui penchent pour les libéraux d’en douter.

4- L’idée qu’un mandat majoritaire péquiste pave la voie à un référendum pousse des électeurs qui ne votaient pas pour Jean Charest (ou qui avaient cessé de voter pour lui) à faire du lèche-vitrine au PLQ. Ces électeurs sont souvent davantage des non-péquistes que des fédéralistes à tout crin.

Ce qui m’amène au langage de plus en plus musclé du chef libéral. Contrairement à Jean Charest, Philippe Couillard ne suscite pas, pour le moment, le genre de hargne qui était souvent à la clé de la relation amour-haine de son prédécesseur avec les électeurs québécois.

Ne pas inspirer de sentiments tranchés dans un sens ou dans l’autre est un avantage dans une campagne qui se joue sur la capacité du PLQ de jouer un rôle rassembleur auprès de l’électorat qui n’est pas péquiste.

Mais le langage avec lequel il convient d’apprivoiser des électeurs n’est pas nécessairement celui qu’on emploie pour effaroucher ses adversaires.

* * *

À propos de Chantal Hébert

Chantal Hébert est chroniqueuse politique au Toronto Star depuis 1999. Elle signe également une chronique dans le magazine L’actualité et commente la politique à la radio (C’est pas trop tôt sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première) et à la télévision (Les coulisses du pouvoir à RDI / ICI Radio-Canada Télé et At Issue à CBC). On peut la suivre sur Twitter : @ChantalHbert.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

15 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je suis frappé qu’aucun commentateur ne porte attention à la plus ou moins grande habileté linguistique de chacun des quatre protagonistes. Serait-ce que dans une société qui tient autant à sa langue la qualité de sa maîtrise importe peu pour emporter l’adhésion? Je n’ose faire l’adéquation entre pensée complexe et nuancée et connaissance raffinée de la langue, mais si tel était le cas? Ce fut à mes yeux l’une des raisons de la performance remarquée de Françoise David au débat de 2012. Plus à l’aise en français que ses opposants, elle parut plus intelligente.

@jSerge Lusignan Je suis d’accord à 100% avec vos commentaires. Mme David semble la plus intelligente de tous. Elle est également plus calme et plus respectueuse…elle a aussi, il me semblait, un sens de l’écoute plus développé que les autres chefs. Ce soir nous verrons deux vieux Père Noël, offrir du « n’importe quoi »…as usual!

M. Couillard,

Combien d’argent avez-vous gagné ou perdu en association avec Porter?
Allez-vous publier votre rapport d’impot comme Mme Marois et M. Legault ont fait en 2012?

Cheap!

Pourquoi pas son NIP et le # de sa carte de crédit???

Rien sur le « deal » entre la Marois, son mari et la mafia syndicale et des gains ainsi illégalement obtenus?

N’importe quoi…

Moi j’aimerais mieux qu’il nous parle, je doute qu’il aborde ses sujets d’emblée et donc qu’il soit questionné sur entre autres les deux sujets suivants:
1- que la santé sous le trio des richissimes médecins libéraux et ce à 100% à cause d’eux, augmentera de près d’un milliards de dollars: 578 millions pour honorer les ententes avec les médecins, xxx millions pour la création des supers cliniques privées, 178 millions pour honorer les ententes avec les radiologistes et xxx millions pour les montants qui seront transférés dans les paradis fiscaux à la place d’être déclaré au fisc Québecois. Et tout ça: cette année, en 2014 ! Et c’est sans compter le reste. Et je rappelle que nous parlons ici que du poste de la santé pour l’année 2014. Comment fera-t-il pour trouver l’argent pour tout les autres domaines reliés à la santé?
2- combien d’argent a-t-il transféré dans des abris fiscaux à la place de le déclarer au fisc québécois?

Juste par curiosité ! Rien d’autres !

Lorsque vous écrivez : « M. Couillard a encore à aménager une zone de confort et à établir un solide lien de confiance avec l’électorat », je suis vraiment d’accord avec cela. C’était autant en substance ce que disait entre autre Jean Charest, lorsqu’il estimait que la confiance cela se gagne.

En politique, cela se gagne et cela se perd. Tout se gagne et rien n’est gagné. Plus le lien est solide et plus cela se garde. Établir cette confiance de l’électorat dans l’homme et la conserver sera toute une commande pour monsieur Couillard. C’est cependant une commande réaliste et je ne serais pas étonné qu’elle soit à sa portée.

Je vous rejoins sur le fait que monsieur Couillard devra trouver le langage, parler vrai tout comme il devra nous apprivoiser par son habileté de démontrer qu’il a vraiment envie de devenir notre premier ministre.

Bonjour,j’ecris avec un pointeur lazer,alors pas d’accent,ma reflexion porte sur la taxe sante de$$$$ 200.dollars par personne,pourquoi une taxe sante bien il n’avait pu d’argent dans les coffres du tresor.Le Quebec avec une dette de $$$$200 milliardset un depvaluation de $$$20 milliards pour l’entretient et la construction de nos infrastructures et l’entretient du transport en commun alors il faut une stabilisation de la dette et une stabilisation de nos infrastructures dans chaque ville avant de promettre le developpement du grand nord car le grand nord ses la construction de d’autre routes,ponts,port de mer,chemin fer,alors que la stabilisation de nos infrastructures dans chaque ville n’est pas fait.Alors la question a poser lors du debat de demain soir est ou vont-ils prendre l’argent ailleur que dans nos poches.Bonne reflexion mais il y a un mais un investissement dans le grand nord a une evalution de $$$$$$$$85 milliards mais ou vont-ils prendre l’argent?

Mme. Hébert, depuis longtemps, je suis vos articles plus approfondies de la version papier de la revue l’actualité. J’ai toujours apprécié le professionnalisme et pertinence de vos propos.

Je soupçonne que la section des blogues se prête moins à la profondeur des textes qu’à la provocation de chicanes débilitantes….

Néanmoins, je suis SURPRIS, et même déçu… de l’OMISSION (délibérée ?) de la dimension culturelle du parti politique libéral qui ne manquera pas de nuire à l’image de M. Couillard…

L’histoire, vieilles de plusieurs décennies, de corruption et de favoritisme avéré ou allégué, de cette famille politique ne peut être occulté… CELA SE DOIT d’être évoqué.

Ce n’est PAS VRAI que les citoyens doivent continuer à se dire que c’est la réalité politique qui le veut, que la politique ne peut se faire que par des retours d’ASCENCEUR et de POT DE VIN….

On ne devrait plus le taire ni l’endurer; nous les citoyens, nous devons nous responsabiliser et EXIGER de la transparence et de l’honnêteté de la part de ceux que l’on veut élire QUEL QU’IL ou Q’ ELLE SOIT…

Et qui d’autres que de VRAIS journalistes ont le pouvoir de nous aider à réussir cela? Les commissions d’enquête sont utiles, mais elles ne sont malheureusement pas permanentes (et elles se taisent lors des élections !!!!)

La série télévisée » LES JEUNES LOUPS » quoique caricaturale, nous amène à rêver d’une société qui pourrait se nettoyer…

Est-ce que l’on se donne les moyens ou nous laissons la RÉSIGNATION, le DÉFAITISME ou pire l’INDIFFERENCE faire le jeu d’une Avidité élevée au rang de Divinité…

Oui, vous avez bien raison Reflecteur.
Sauf que Philippe Couillard a dit plus d’une fois, avec colère d’ailleurs, qu’il ne voulait pas, qu’il ne voulait plus en parler. Si non gare à vous ! Car lui aussi est capable de s’y mettre à toutes ses basses tactiques politiques.
En bien, s’il peut rivaliser, voir mal paraître qui que ce soit, allez-y Monsieur Couillard. Je n’attend que cela. Que la vérité soit faites ! Toute la vérité, même sur mon meilleur ami. Ainsi peut-être apprendrais-je et lui aussi qu’il ne l’est plus ! Il ne faut pas vous gêner pour moi Monsieur Couillard.

« On ne devrait plus le taire ni l’endurer; nous les citoyens, nous devons nous responsabiliser et EXIGER de la transparence et de l’honnêteté de la part de ceux que l’on veut élire QUEL QU’IL ou Q’ ELLE SOIT… » (sic)

Exact, d’ailleurs, ne serait-il pas temps que le PQ fasse preuve de VRAIES transparence et honnêteté et qu’il nous dévoile une information de la plus haute importance pour la nation nationale, à savoir tiendra-t-il un référendum s’il est majoritaire?

Pourquoi vouloir cacher cette information CAPITALE???

Z’ont pourtant pas hésité à faire voter une loi sur des élections à date fixe (qu’ils se sont toutefois empressés de violer à la première occasion).

D’ailleurs, sur ce même sujet, voici ce que disait leur Drainville du temps qu’il était honnête et intègre:

«Les petits calculs, les petites stratégies, les petites tentatives de s’ouvrir une fenêtre qui pourrait nous permettre de déclencher quelque part dans la troisième année parce que les sondages sont bons, on va renoncer à ça.»

Vous l’aviez oublié? Ne vous en faites pas…lui aussi!!!

Vous dites : « Ce qui m’amène au langage de plus en plus musclé du chef libéral. Contrairement à Jean Charest, Philippe Couillard ne suscite pas, pour le moment, le genre de hargne qui était souvent à la clé de la relation amour-haine de son prédécesseur avec les électeurs québécois. »

Je crois plutôt que le ton utilisé par P.Couillard ces jours ci et aujourd’hui particulièrement démontre bien qu’il laisse déjà sortir une bonne dose de sa propre hargne et qu’il est bien parti pour s’attirer celle de ses adversaires.

Monsieur Couillard semble avoir enfilé l’habit et la tête et les tactiques de J.Charest qui pour compenser ses manques de contenu n’hésitait jamais à se comporter en chat de ruelle pour battre ses adversaires, il se permettait alors les
coups les plus bas; il a appris très vite ces techniques là P.Couillard il faut lui donner ça, reste à voir si les électeurs vont tomber dans le panneau lorsqu’il exécutera son numéro durant le débat… pas sûr.

Claude, au delà des personnalités et des traits de caractère de nos représentants politiques, ne vous semble-t-il pas qu’ils deviennent instrumentalisés…

Je m’explique, M. Couillard et Mme. Marois sont des personnes intelligentes et instruites, pas nécessairement éduquées et entrainées au combat de ruelles!!! Alors, pourquoi ces soudains coups de gueules? ( on dirait des bêtes que l’on excitent, avant le spectacle )

Qui sont ceux derrière tout cela, les « conseilleux » de la vieille cuisine politique ? Les ( j’ai du mal avec ce mot-là) journalistes provocateurs qui veulent un SHOW pimenté, qui se tortillent sur leur chaise télévisée, en nous faisant remarquer que la campagne sera « intéressante » ?

Pour ma part, je trouve cela DÉGRADANT, de continuer à juger nos Hommes et Femmes politiques sur leurs capacités à se crêper le chignon publiquement… A quand les câbles autour de la scène. Est-ce que les échanges à l’Assemblée nationale ont gagnées en utilité depuis qu’ells sont télédiffusées ?

Est-ce que NOUS voulons vraiment voir des bêtes de cirque? Est-ce MÉDIA OBLIGE ? Quelles sont les véritables intérêts à nous maintenir, nous les citoyens, au niveau de SPECTATEURS de SOIRÉE de LUTTE.

Vivement des outils comme la Revue l’Actualité et le 37ieme avenue nous propose !!! Nous pourrons alors nous sortir du GAVAGE PUBLICITAIRE qui nous informe tellement bien….

Monsieur Couillard, notre prochain Premier Ministre, a une carrure internationale, une intelligence bien supérieure à la moyenne et a su réunir autour de lui une équipe économique du Tonnerre.

Oui une équipe qui saura prendre notre argent en tonnerre pour la donner à ses ti-zamis médecins. Pis après il en restera plus beaucoup pour les autres !
Vrai qu’il a une carrure internationale, il a entre un ami qui a fait la pluie et le beau temps partout où il est passé sur la planète, avec qui il allait à la pêche. C’est vrai qu’il a dit qu’il ne l’a pas beaucoup fréquenté. Mais tout de même suffisamment pour allez à la pêche ensemble. D’ailleurs il est aussi médecin. Ce qu’on ne ferait pas pour les membres de la même confrérie ?

Ce qui mène le jeux et favorise Couillard , c’est l’aspect référendaire et indépendantiste pur , car tout le reste ( la personne, les performances libérales des dernières dix ans , la corruption/patronage et finalement la charte sont contre eux ).
On ne vote pas pour Couillard ou les libéraux ont vote contre le référendum et l’indépendance et malheureusement la CAQ écope