Plus de chance que…

Nous vivons les dernières heures de la campagne électorale 2012. Ceux qui n’ont pas encore fait leur choix — entre 6 % et 18 %, selon les sondages — peuvent y réfléchir jusqu’à leur détour dans l’isoloir. Les autres ont certainement hâte que ça se termine. Les derniers jours n’ont rien apporté de substantiel au débat politique.

Si vous passez la soirée de mardi entre amis ou en famille pour le dévoilement électoral et que vous voulez alimenter la discussion (ou parier un vieux 2 $ papier avec le beau-frère), voici quelques réflexions de dernière minute sur ce qui a le plus de chance de se produire…

Mise en garde: il ne s’agit pas de prédictions! Bien des scénarios sont encore possibles — au grand plaisir des passionnés de politique! Même les preneurs aux livres de Las Vegas ne risqueraient pas une grosse somme mardi tellement la soirée sera imprévisible!

N’empêche, à la lumière des sondages et de l’allure de cette fin de campagne, il y a bien quelques tendances…

Voici:

– Il y a plus de chance mercredi matin de se réveiller avec un gouvernement majoritaire du Parti québécois qu’avec un gouvernement minoritaire de la Coalition avenir Québec.

– Il y a plus de chance de voir la Coalition avenir Québec remporter un gouvernement minoritaire que de voir le vote anglophone déserter le Parti libéral du Québec.

– Il y a plus de chance de voir Jean-Martin Aussant rester député à l’Assemblée nationale que de voir plus de 2 députés de Québec solidaire y faire leur entrée.

– François Legault a plus de chance d’être élu dans sa circonscription que Jean Charest.

– Gérard Deltell a plus de chance d’être député le 5 septembre que François Legault.

– Il y a davantage de chance de voir Jean Charest à la tête d’un gouvernement minoritaire que de voir les votes d’Option nationale dépasser les 5 %.

– Il y a plus de chance que le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé, se questionne sur l’impact de la performance du PQ sur son parti, que Thomas Mulcair sur le sien.

– Il y a plus de chance de voir Québec solidaire et Option nationale détenir la balance du pouvoir d’un gouvernement péquiste minoritaire que de voir le Parti libéral du Québec remporter un gouvernement majoritaire.

– Les chances de voir le PLQ ou la CAQ former l’opposition officielle sont aussi fortes l’une que l’autre.

– Il y a de bonnes chances que le vote libéral soit sous-estimé.

– Les chances que le taux de participation soit plus élevé qu’en 2008 (57 %) sont excellentes.

– Il y a de bonnes chances de voir au moins une course au leadership à l’issue de ce scrutin.

– Il y a de fortes chances que Pauline Marois et Jean Charest démissionnent s’ils ne sont pas au pouvoir le 5 septembre.

– Les chances de voir la CAQ perdre des luttes serrées dans le 450 contre le PQ en raison de sa machine électorale de sortie de vote moins bien huilée sont bonnes.

– Les chanceux qui peuvent se coucher tard vont pouvoir suivre la bagarre Françoise David-Nicolas Girard dans Gouin jusqu’à la fin.

– Pierre Duchesne a plus de chance d’être élu que Léo Bureau-Blouin.

– Jacques Duchesneau a plus de chance de faire son entrée à l’Assemblée nationale que Gaétan Barrette.

– Il y a de bonnes chances que la CAQ soit bientôt un parti reconnu à l’Assemblée nationale.

– Les chances sont fortes que le Québec instaure les élections à date fixe sous peu.

– Les chances qu’on comprenne avant mardi soir l’impact réel sur la politique québécoise des référendums d’initiative populaire sont nulles.

– Il y a de fortes chances que Stephen Harper émette un communiqué pour saluer la victoire du parti gagnant au Québec, tout en ne sachant pas véritablement ce que l’avenir des relations Ottawa-Québec lui réserve.

– Les chances que les gens soient irrités d’entendre toujours parler d’appel au vote stratégique sont bonnes. Mais…

– … les chances sont assez faibles que le scrutin proportionnel voit le jour au Québec à moyen terme.

– Il y a des chances que le goût du changement se manifeste plus fortement que prévu dans l’urne à l’avantage de la CAQ, mais tout autant que les électeurs de la CAQ changent d’idée à la dernière minute.

– Il y a toujours des chances que les sondages se trompent. Tout comme les analystes!

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

26 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Et quels sont les chances qu’on ait un référendum sur l’avenir du Québec dans la vie prévisible du prochain gouvernement? Moi, je dirais 5 % Alors ce que disent la CAQ et le PLQ c’est quoi au juste? Des sornettes.

PQ majoritaire: 73 comtés

PLQ: 27
CAQ: 23
QS: 1 (Khadir ou David?)
ON: 1 (Aussant)

Bonjour chez-vous!

Il y a plus de chance que tous les chefs de parti écrivent deux discours pour la fin de soirée; un en cas de victoire, un en cas de défaite.
Tous les chefs, sauf un, Jean Charest.

Je ne connais pas la moitié d’entre vous autant que je le voudrais, mais j’aime moins la moitié d’entre vous à moitié moins que vous ne le méritez !

Le seigneur des anneaux : la communauté de l’anneau, Bilbon

Wow! vous avez le don Alec de faire mijoter notre «marmite». Ça bouillonne déjà là-dedans. Je jetterai certainement un oeil sur ….vos prédictions.
Je souhaite que vous reveniez là-dessus la semaine prochaine.

Quelles sont les chances que le Parti québécois, s’il est élu, ait à la tête d’un SEUL ministère à vocation économique une économiste reconnu?

ZÉRO chance.

Alors, imaginez aux autres…

Finalement, à vous lire, j’en viens à croire que rien n’est joué. Comme disait Babe Ruth, « the game is not over until its over ». Par contre, je me risque à faire une prédiction: le 5 septembre, on se lèvera avec un nouveau gouvernement et on sera toujours les plus taxés en Amérique du Nord. Et ça n’ira pas en s’améliorant.

Disons :

65 PQ
30 CAQ
27 PLQ
2 Québec solidaire
1 ON

125 Total

Ou le contraire, si ça dérapait comme au fédéral avec le NPD dont les candidats inconnus, qui n’avaient pas fait campagne ni dépensé, ont été élus, avec de très grosses majorités, contre des députés du Bloc qui avaient dépensé, en moyenne 100 000 $ chacun, avaient fait du pointage, s’étaient démenés, fait du porte-à porte etc.

@Michel Lasalle, alors pourquoi donc voter PQ ? N’est-ce pas leurs but ultime ca l’indépendance ?

M. Garneau, même s’il serait très difficile pour le PQ de réussir l’indépendance du Québec, ce parti aide aux fédéralistes à réfléchir sur l’avenir du Canada et à y penser, avant de fermer la porte sur les doigts sur les demandes du Premier-ministre du Québec…séparatiste.

« – Il y a plus de chance de voir Québec solidaire et Option nationale détenir la balance du pouvoir d’un gouvernement péquiste minoritaire que de voir le Parti libéral du Québec remporter un gouvernement majoritaire. »

Si par bonheur QS et ON arrachaient la balance du pouvoir, considéreriez-vous une possible réorientation de carrière vers la politique active et partisane au sein du parti Liberull ?

Mes prédictions: PQ 60, QS 2, ON 1 = 63 = Balance du pouvoir au seul député Jean-Martin Aussant. Et des résidus à la CAQ 36 et PLQ 26. Bonne soirée d’élections à tous les…gagnants !

Très amusants vos pronostics.

– Il y a aussi une chance qu’il n’y ait pas de discours de triomphe et de défaites le 4 septembre prochain ou aux premières heures du 5, simplement parce que certains scrutins serrés commanderont un recomptage dans plusieurs comtés.

– Allons-nous prendre la chance de nous acheminer vers un scrutin aussi incertain que l’élection de George W. Bush en 2000 ?

– Il y a non seulement peu de chances qu’on comprenne avant mardi les impacts du référendum d’initiative populaire sur la politique et la société québécoise. Comme il y a peu de chance qu’on sacrifie les caribous de si tôt !

Bref, on verra !

Il ya plus de chance de voir Jean Charest faire un Robert Bourrassa de lui et de revenir fortement majoritaire après quelques années d’exil, à la tête du parti libéral que de Pauline Marois de déclencher un troisième référendum, le temps qu’il lui reste en politique.

Bonsoir.

Lors des derniers billets nous avons parlé des mauvaises décisions et du bilan mais il y a un mais et la pire décision du gouvernement de Jean Charest est le régime de peur,de division,iniquité,de mensonge ,comment un gouvernement peut protéger notre environnements notre législation,nos instistutions ,et équité entre un homme et une femme (le carré jaune )nos ressources naturelles quand un gouvernement fait des lois pour faire payer des amendes et des amendes et surtout la matraque contre notre jeunesse qui a été vue à travers le monde le gouvernement du québec au lieu de négocier dans harmonie et épanouissement avec notre jeunesse il a choisi la peur la crainte la division,dans se que nous avons de plus précieux au Québec notre jeunesse oui je me souviens de la matraque contre notre jeunesse et mon vote en sera un de sanction contre le gouvernement de Jean Charest.

Bonne réflexion et bon vote.

Bonsoir.

Mon chère Alec vous avez l’air frileux et je vous comprend quand nous regardons nos futurs politiciens nous promettre des dépenses et des dépenses alors que il y a encore une crise économique et financière encore présente en Europe au USA et en Chine et que nous voyons tous que les promesses au niveaux de chaque budget ne sera rencontré alors la question est?

Alec peut importe les partis ils prennent des décisions pour nous endettés vous et vos enfants et vos petits enfants , pour des années et des années a venir ni a t-il pas là M. Alec une cloche qui sonne que endetté la nation québécoise comme il se passe depuis 1976 avec le cumul de dette même avec une loi contre les déficits qui n’est pas respecté alors ma pensée est que les québécois vont êtres tellements endettés que il ne pourrons investir et là pour laisser toute la place au privé pour le dévelppement de leur richese naturelle.

Pourquoi vous et nous savons très bien que la dette du Québec à toujours cumulé depuis 1976 et n’a jamais arrêter de augmenter et est rendu à 170 milliards donc la dette depuis 9 années de pouvoir du parti libéral à augmenté de 70 milliards en 9 années seulement et quand nous savons très bien vous et moi vous journaliste et moi un simple journalier que il y a un ralentissement du PIB depuis le mois de mai et que pour 12 mois une chûte 4,8 % sur douze mois pour un manque a gâgné de 300 millions durant l’année fiscale voulez vous bien dire notre élite politique va où?

Car à titre exemple si un parti politique promet 1 Milliards de dépense alors ce sera 1 milliards 300 millions et si il promettre 2 milliards alors ce sera 2 milliards 300 miilions de plus aux contribuables à payé alors le PLAN NORD ou nos routes et nos infratructures immobilères sont disuètes et avons de la misères à les réparés alors dans le grand NORD avec de nouvelle route et de nouveaux ponts et de nouveaux ports de mer et de nouveau chemin de fer et de nouveau système électrique et de nouveaux aréoports et de nouveaux centre d’achat nous allons prendre l’argent où et la je ne parle pas de la dépollution de notre territoire au bout de 25 ans exploitations comme l’Ontario a du subir comment a coûté la dépollution des grands lacs la décontamination des grands à commencé à 9 milliards et en 2012 la facture est rendu a combien?

Mais il y a un mais dans quel gouffre nos politiciens nous embarquent-ils vu notre dette qui depuis 1976 à cumulé et est rendu à 170 milliards et le tout sans compté la détoriation et la dévalution de nos infratructures à tous.

Les familles ou l’homme et la femme travaillent pour se payer certaine chose de surplus n’est plus le cas et ne tient plus la route car un des deux tombent malades et le tout va viré en catatrophes pour plusieurs.

M. Alec avant ont travaillaient pour se payer du luxe et maintenant l’autonomie est menacé si une ou l’autre du couple tombent malade.

Pour toute ses raisons mon vote en sera un de sanction pour m’avoir endettés moi et mes enfants et arrières petits enfants et l’ensembles des québécois de 70 milliards en 9 ans,

Voilà bonne réflexion et bon vote.

Bonsoir.

Question le gouvernement de M.Charest n’a pas été capable de négocier avec notre jeunesse étudiante sur les frais de scolarité.

Ma question est avec le PLAN NORD comment va-il faire la négociation avec les autres nations?

Bonne réflexion.

On sait aussi qu’il y aura un ménage de fait dans l’adjudication des contrats publics, peu importe le parti au pouvoir.

On sait aussi que le thème de l’intégrité rejoint de plus en plus de monde et que le gagnant n’aura pas le choix de poser des gestes concrets, particulièrement s’il est minoritaire.

On sait que Jean Charest prendra de grandes vacances et qu’il pourra retrouver sa famille. Il est sûr, sûr que le PLQ croupira dans l’opposition, surtout après les révélations de la commission Charbonneau.

On sait aussi que Mme Marois a sous performé et que les lendemains ne chanteront pas nécessairement. Les premiers gestes d’un PQ minoritaire seront déterminants sur les troupes péquistes.

On ne sait pas si les québécois sont convaincus par le nécessaire changement. Ils choisiront de bouger un peu mais dans une continuité, comme toujours.

L’erreur de la CAQ est d’avoir cru qu’il est facile d’associer la corruption au changement. Il est sûr que la CAQ travaillera son contenu pour étoffer le comment il compte améliorer la gestion de la chose publique.

Je tiens à vous féliciter, vous et votre équipe, pour la qualité du contenu et d’analyse. L’actualité fait maintenant partie de mes références.

advenant le PQ minoritaire, quelles sont les chances que les grosses vedettes de la CAQ et du PLQ jouent dans l’opposition? et supposons qu’il y ait des départs que se passera t’il dans des élections partielles en tout début de mandat?

Ça n’a rien de scientifique mais j’étais avec 6 amis ce week-end et 3 d’entre eux disaient voter PQ vendredi et ont changé pour CAQ rendu le dimanche.

«- Les chances sont fortes que le Québec instaure les élections à date fixe sous peu.»

Voila qui me plairait. Si nous ajoutons à cette mesure la réduction signification des dépenses électorales autorisées, nous pourrions voir émerger une nouvelle culture électorale. En effet, ayant moins de dollars à dépenser et connaissant l’échéance précise des nouvelles campagnes électorales, il y aurait moins une débauche de dépenses pour lancer des slogans superficiels et électoralistes destinés à vivre que quelques semaines. On risquerait d’assister à stratégies de communication plus axées sur le moyen terme ( 1 an, par exemple). Ceci pourrait inciter les partis politiques et leurs candidats à mieux communiquer avec les citoyens. Les messages pourraient devenir moins superficiels, plus solides, bref avoir plus de consistance.

Ça, ça serait une belle avancée démocratique.