Pompière de l’année: Nathalie Normandeau

Le gouvernement Charest avec un visage humain. J’ose résumer ainsi la fonction de la vice-première ministre, Nathalie Normandeau. Hier ministre des municipalités, aujourd’hui des Ressources naturelles, Mme Normandeau, comment dire ?, occupe le territoire.

Excellente à défendre l'indéfendable et expliquer l'inexplicable (Photo PC)
Excellente à défendre l'indéfendable et expliquer l'inexplicable (Photo PC)

Lequel ? Celui de l’explication raisonnable des politiques gouvernementales. On l’observe défendre l’indéfendable — le refus de tenir une commission d’enquête sur la construction — ou expliquer l’inexplicable — la non-existence du Plan Nord — avec un talent rare. Elle se mérite ainsi le titre de Pompière de l’année. D’abord, grâce à la maîtrise du sujet et de son argumentation. Elle récite avec compétence et assurance les arguments mobilisés à l’appui de la thèse gouvernementale, avec le ton de la maîtresse d’école sûre de son autorité, mais ni agressive, ni prétentieuse. Elle le fait avec assurance et calme, une voix plutôt basse qui suggère l’autorité, et un ton qui aurait un effet soporifique si les traits agréables de son visage ne retenaient les téléspectateurs masculins autrement tentés de changer de poste.

Il y avait naguère, au gouvernement Charest, deux personnes indispensables: Philippe Couillard et Monique Jérôme-Forget. Maintenant que Jean Charest s’en est dispensé, il lui reste bien sûr plusieurs personnalités efficaces et compétentes, dont l’ancien péquiste Raymond Bachand n’est pas des moindres. Mais aucun ne peut, pour l’instant, prétendre être un pilier du gouvernement, comme les deux figures précitées.

Voilà peut-être pourquoi, dans ce groupe à la personnalité collective fade, dominé par un Jean Charest à l’énergie contenue mais palpable, Nathalie Normandeau peut ressortir du lot. Plusieurs lui voient un avenir, le jour ou le chef décidera qu’il en a assez de son emploi actuel.

Elle a la politique dans le sang, c’est sûr. Elle qui a fait ses études de ScPo à Laval alors qu’elle tenait l’agenda (assez léger, il faut le dire) de Robert Bourassa, puis fut brièvement mairesse de sa ville natale de Maria avant de prendre racine, depuis 11 ans, à l’Assemblée nationale.  Sa désignation en 2007 comme vice-première ministre, à 39 ans, en remplacement du moins soporifique mais moins diplomatique Jacques Dupuis, donnait un signal.

Il est fréquent en politique qu’un chef de gouvernement, mâle, souhaite se faire remplacer par une femme. C’est une façon très masculine de vaincre définitivement tous ses rivaux. Cela explique pourquoi Mulroney avait fait le choix malheureux de Kim Campbell, plutôt que de… Jean Charest. Et, je peux le dire aujourd’hui, pourquoi Jacques Parizeau aurait préféré que Pauline Marois lui succède, plutôt que… Lucien Bouchard. Certains libéraux estiment, dans l’hypothèse où Jean Charest ne terminait pas son mandat actuel, qu’il serait rusé d’opposer Normandeau à Marois dans le match historique visant la désignation de la future première première ministre du Québec.

Pour y arriver, être le visage raisonnable d’un gouvernement souvent déraisonnable ne suffira pas. Il faudrait que Mme Normandeau gère une ou deux vraies crises, prenne du coffre et quelques cicatrices. Couillard et Jérôme-Forget l’avaient fait. Empêcher les hommes du Québec de changer de poste lorsqu’elle parle est une bonne première étape. Mais si elle n’a que trois ans pour devenir indispensable, elle a encore beaucoup, beaucoup, de travail à faire.

C’est la semaine des prix du Blogue.
Mardi:  Recrue de l’année: Amir Khadir
Mercredi: Pompière de l’année: Nathalie Normandeau
Jeudi: Prix du groupe le plus prometteur: les députés péquistes
Vendredi: Jean Charest, Prix du parlementaire s’étant le plus illustré hors-Québec
Lundi:  Pauline Marois: Prix de la Wonder Woman translucide

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

31 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je suis un grand amateur de votre prose M. Lisée, mais je crains que vous ayez utilisé un terme fort imprécis qui contraste avec votre concision habituelle. Vous avez parlé d’expliquer l’inexplicable. Or, le plan nord n’est pas « inexplicable ». Il est « inexistant »…
Mouais. Ça fitte mal dans une phrase, ça, « Exister l’inexistant »… Peut-être « visualiser l’invisible »? « Substancier l’insubstanciel? » Non plus. Mon Word me le souligne en rouge.
Finalement, le plan Nord, il n’y a rien à faire avec ça…

M. Lisée,

Une suggestion de noms pour votre nouveau palmarès :
– le Fleur-de-Lisée (pour féliciter)
– l’En-Lisée (pour une performance déplorable)
– l’Électro-Lisée (soulignant l’énergie investie dans un dossier)
– le Bas-Lisée (pour un prix de pure mauvaise foi)
– l’Éga-Lisée (pour une performance trop moyenne)
– le Sty-Lisée (pour une mention honorable)
– le Déva-Lisée (pour une victime des événements)
– l’Ana-Lisée (pour l’ensemble de l’œuvre)
– l’Ava-Lisée, l’Avi-Lisée, l’Uti-Lisée, le Journa-Lisée, le Réa-Lisée, le Globa-Lisée, le Foca-Lisée, le Caramé-Lisée, le Fina-Lisée, etc.

C’est sans fin ! 😉

Le gouvernement de Jean Charest est un gouvernement d’image sans aucun contenu et malheureusement madame Normandeau va en faire les frais comme ses prédécesseurs Couillard et Jérome-Forget . Tout cela pour présever celle de Jean Charest qui se brûle de toute facon !

Mais elle a compris que, dans sa vie privée, il y a des limites à coucher avec les Libéraux…

——
Vous souvenez vous qui s’occupait de l’agenda de Bourassa avant elle? Vous souvenez-vous des Redresseurs?

Disons Monsieur Normandeau au lieu de Madame Normandeau: c’est secondaire…
Que ce personnage, bac- sc.po, maire(esse) d’une ville avec une population de 2,670 en 2000 et de 2,419 en 2005-dirige des ministères aussi importants que celui des municipalités(,Montréal, Laval, Québec, Chicoutimi, Sherbrooke, etc)et que celui des ressources naturelles( la PME Hydro-Québec)- il faut le faire et on ne voit ça qu’en politique.
Dans l’entreprise privée, madame( ou monsieur), serait- à 39 ans- adjoint à , ou gérant d’unité ou directeur régional…et suivrait des cours du soir en informatique ou en marketing..
.

La nature ayant horreur du vide, la place que laisse l’électorat aux errances du pouvoir autorise les décideurs à atteindre leurs fins sans ménager les moyens.

À l’époque du gouvernement Bourassa, on était déjà moins cynique et l’on espérait passer à la tempête suivante qui éclipserait celle du jour. Alors qu’aujourd’hui, l’état de crise permanente ne semble pas ébranler la dégaine « apparente » d’un Charest.

Mais à long terme, cette politique du « bulldozer » ne saurait entrainer autre chose qu’un ressac. Et les politiciens qui ne sont pas reconnus comme étant porteurs d’un véritable projet de société devraient se voir écarter du pouvoir. Et les Normandeau de ce monde sont de ce nombre.

Avec elle, le Plan nord est devenu une ébauche.
Est-ce une insulte à Johnny Boy ou les termes ont changé. Un plan devient une ébauche et une ébauche devient une illusion. Seul Bonnardel pourrait répondre. Peut-être que la pompière est est aussi une ébauche.
Semer des rêves dans le virtuel permet une hausse dans les sondages.
J’ai entendu plusieurs plans dont l’autoroute 30, les « chum » qui attendront aussi long que la 30.
On a dit également que l’on voulait aller sur Vénus juste pour « ouère » s’il y avait de l’eau.
On peut imaginer que cela est aussi une ébauche qui deviendra un plan.

Mais elle couche et se confie à un député de la 2 ième opposition récemment devenu indépendant et finira par révélé le jeu divisionniste des fédéralistes à tous prix comme elle qui font passer le pouvoir royaliste canadian avant leur peuple.
Je ne pense pas que cette Yvette ait un avenir prometteur et sans les Pratte et Dubuc elle sera déjà confondue à ses propres options totalement inacceptables pour l’avenir de la nation Québecoise . Charest utilise bien les femmes comme il fit en 1995 en violant la loi référendaire Québecoise .
Être une femme un chum comme Charest je n’en voudrais pas plus que deux Chums payés par les les francophones aux 8 % d’anglophones . colonisation oblige.
En fait elle est la nénette du Parti libéral off Quebec

La plus grande lacune des Fédéralistes et du PLQ au Québec outre leur manque d’idée et de contenu qui les obligent à apprendre et à réciter leurs cassettes,est ce manque de relève ,la qualité des candidats est très provincial.Le Québec ne peut aller de l’avant avec ce type de politiciens.De plus s’ajoute à leurs lacunes :la corruption érigée en système ,je demeure convaincu que dans les prochains mois nous en apprendrons plus et les cassettes seront plus difficiles à réciter même pour Nathalie Normandeau.

Bonjour,

Mme Normandeau toute pompière qu’elle soit n’aura eu à éteindre que des feux de pailles.

Bien que fort jolie, elle témoigne néanmoins d’une servilité que je ne prise pas du tout. Elle démontre qu’elle ne peut pas avoir d’autre opinion que celle qui permettra à son groupe de garder le pouvoir. Où est son intégrité intellectuelle ?

Pompière de l’année Mme Normandeau, pas certain.
Vous pouvez admirer son calme et son assurance ,mais il y a des feux qu’elle ne pourra pas éteindre.
Un vrai pompier s’assure qu’il n’y a aucune reprise d’incendie possible quand il quitte les lieux d’un sinistre.
Avec tout ce qu’on a appris dernièrement sur les attributions de contrats gouvernementaux sans appels d’offre,le manque d’éthique des D’Amour,Whissel et Couillard qui ont clairement favorisés des firmes où ils avaient des intérêts alors qu’ils étaient à l’emploi des citoyens ,je ne crois pas qu’une pompière aussi talentueuse soit-elle réussisse à éteindre le feu.
Seule une enquête publique impartiale et honnête pourrait répondre aux interrogations des contribuables Québecois et des observateurs de la scène politique.
Le problème pour les Libéraux c’est que pour eux toute vérité n’est pas bonne à dire…

La première qualité recherchée chez un pompier ou une pompière est sa compétence à éteindre les feux. À ce que je sache, madame n’a éteint aucun feu jusqu’à date. Elle a démontré une grande compétence à disserter sur les incendies et leurs causes généralement extérieures aux incendiaires eux-mêmes mais nous ne sommes pas naïfs et nous sommes bien conscients que, malgré les belles paroles doucereuses, la situation continue d’exiger (au moins) une enquête publique afin de lever le voile sur les pratiques douteuses du PLQ.

Historiquement nous savons que nous ne pouvons pas compter sur les libéraux, d’autant plus, ne l’oublions pas, qu’ils sont dirigés par un conservateur, pour faire la lumière sur ces pratiques douteuses, probablement criminelles.

Quant à monsieur Charest, l’entendre qualifier Mme Marois de vulgaire me rappelle ce qu’on disait quand j’étais petit: «Celui qui l’dit, c’est lui qui l’est»

Reste à rappeler aux citoyens du Québec que notre devise est JE ME SOUVIENS. Nous devrons y travailler ensemble.

Ce magnifique trait qui définit les fédéralistes : la vérité est dangereuse pour la survie du dogme.

Donc, faisons comme si elle n’existait pas ou adaptons-la aux circonstances.

Je n’aime pas le gouvernement Charest.

Peu de transparence, peu ouvert a la critique dans son opérations. Et pas plus dynamique qu’il ne le faut.

Il me semble que ce gouvernement voulait avoir les deux mains sur le volant pour prendre toute les mesures nécessaire à la gestion de la crise économique.

Quelqu’un a la liste de ces mesure?

Pour les gens qui ne suivent pas de près l’actualité à l’Assemblée nationale, Nathalie Normandeau ne fait pas que répondre aux questions. Son principal fait d’armes en tant que pompière est d’avoir relancé la réforme forestière que Claude Béchard avait, par incompétence ou maladresse, trop mal lancée. Le projet de loi de son prédécesseur était brouillon et a dû être réécrit de A à Z. Mme Normandeau a pour principale force de créer des consensus, qu’on soit d’accord ou non avec ses choix. Future PM ? Pas impossible considérant l’absence de candidature dans le clan libéral…

Comme pompier, on a déja vu mieux et dans ce gouvernement, il n’y en a pas mais seulement des allumeurs de feu…

Charest est une coquille vide et sème du vent…et

Comme pompier, on a déja vu mieux et dans ce gouvernement, il n’y en a pas mais seulement des allumeurs de feu…

Charest est une coquille vide et sème du vent…et ça sent mauvais…

Pour ma part, la palme va au maire Gérald Tremblay.
Toujours en me référant à votre critère:excellent à défendre l’indéfendable et expliquer l’inexplicable.

D’autre part défendre le bilan du gouvernement Charest relève de l’exploit…! Et malgré tout, les coffres du PLQ sont pleins. Drôle de contexte social:l’ex-patron, Rousseau, de la Caisse de dépôt a été applaudi lors de sa présentation à la Chambre de Commerce.Lui aussi défendait « l’indéfendable »!

« Future PM ? Pas impossible considérant l’absence de candidature dans le clan libéral…» >Maranta

La meneuse de claques qui devient quart-arrière, quoi… 😉

Le gouvernement libéral n’a plus de crédibilité. Charest symbolise ce régime mais c’est tout de même un gouvernement du PLQ qui est en cause depuis 2003. Madame Normandeau qui deviendrait premier ministre ne ferait pas disparaître sept ans de gouvernance glauque.

Tout ce qui est libéral au fédéral, au provincial est mauvais depuis 45 ans et plus. Derniers épisodes: collusion et construction au provincial, rappel des commandites au fédéral avec les Corbeil et Gagliano. Ses politiciens actuels mauvais tous comme ses ex dans les médias comme les douteuses figures, Liza Frulla et Jean Lapierre.

Monsieur Bouchard,

Nous devons aux libéraux provinciaux, depuis 45 ans.

Sous Bourassa
La loi 22 – première loi sur le statut francais
L’aide juridique
L’assurance-maladie
Le développement de la Baie-James.

Sous Charest
On pourrait dire la parité homme-femme au conseil des ministres?

Donc c’est faux de dire que rien de bon ne sort des libéraux ni au Québec, ni au Canada.

Il n’en sort par-contre pas que du bon. Ca je vous le concède.

Elle n’a vraiment pas réussi à éteindre les feux. Puisqu’elle est jolie, alors pourquoi ne pas la proposer en Fée des étoiles : elle rassurera pendant que Jean le Pére Noel distribuera ses cadeaux.

La perception que j’ai de Nathalie Normandeau diffère passablement de la vôtre. Qu’a-t-elle fait aux affaires municipales? Qu’a-t-elle fait pour contrer la malversation, la corruption et la collusion qui régnaient déjà à Montréal du temps où elle était ministre des Affaires municipales?

Comme le rapportait, avec preuve à l’appui, madame Agnès Maltais, députée de Taschereau, en commission parlementaire la semaine dernière, la ministre savait depuis 2007, que le dossier des compteurs d’eau soulevait des questions d’éthique. Elle n’a rien fait. Ce n’est pas ce que j’appelle avoir de la vaillance ni du courage.

Elle maîtrise ses dossiers, dites-vous. Je vous trouve bien généreux. Elle n’a de cesse de se faire l’écho de Jean Charest. Elle répète. Voilà tout. Ce n’est pas bien bien difficile et ça n’a, quant à moi, rien d’impressionnant.

Vous lui trouvez du talent à défendre l’indéfendable et à expliquer l’inexplicable. Pour moi, ce n’est pas avoir du talent, c’est manquer lamentablement d’honnêteté intellectuelle. C’est exactement ce que fait Liza Frulla au Club des ex. Elles sont de la même trempe.

Pour ce qui est du visage humain, franchement,je ne commenterai pas ça, je ne vous comprends plus.

Non, vraiment, monsieur Lizée, vraiment rien d’impressionnant chez Nathalie Normandeau. De l’ordinaire, rien que de l’ordinaire, quand ce n’est pas moins qu’ordinaire.

Madame Normandeau m’a beaucoup déçue en défendant l’indéfendable, soit la probité du gouvernement libéral alors que le refus d’une enquête publique sur la corruption sur la constructionnous incite que le gouvernement lébéral est plus corrompu que celui de Duplessis. Le seul appui des libéraux est la FTQ construction dont on connait l’accointance avec le crime organisé. Le ministère des transports, dirigé par la ministre-qui-dort-et-ne-sait-pas-ce-qui-s’y-passe, Julie Boulet, contrôlée par le ministre dans les faits, le dékonnincté professeur de mathématiques, continue à donner des contrats sans soumissions (c’est probablement trop de travail que de préparer des dossiers de soumissions et drôlement plus intéressant pour les compagnies à tendance libérale qui ont des cpntrats directs.

Nathalie Normandeau n’est pas une pompière (les vrais pompiers doivent être insultés d’être comparés à une politicienne à la langue de bois bien pendue) mais plutôt une «éteigneuse». Un autre politicien en qui j’avais confiance est Claude Béchard. Ce n’est plus le cas alors qu’il veut nous faire payer davantage pour des futurs députés d’arrière-banc en augmentant leur nombre de 7 ou 8, ce qui est inqualifiable et démontre qu’il est comme tous les autres politiciens, un membre inutile qui ne peut créer un nouveau mode de démocratie. Un autre qui ne veut pas d’enquête, protégeant ainsi le parti libéral corrompu.

Nathalie comme Fée des étoiles doit modérer les désirs des ti- vlumeux décolonisés qui veulent avoir des gros cadeaux du Père Noyelle John et Nathalie doit montrer aux colonisés fédéralisés donc à tous ses amis peu importe le parti que la grosse poche comme la grosse sacoche est pleine pour eux.

En ce qui a trait au choix de monsieur Charest de sélectionner madame Normandeau comme successeure, cette dernier ne serait que Première ministre par succession et non la première femme élue P.M.
Mais qu’en est-il vraiment du titre de Premier ministre élu dans notre système parlementaire,le Premier ministre est élu par les gens de sa circonscription et choisi par les membres de son parti…

Elle a du charme et une beauté éblouissante, c’est sûr.En observateur novice de la scène politique québécoise je n’oserai pas la comparer à Bécassine comme le fût Ségolène Royal en France en 2007 croyant que beauté et charme suffiront pour gagner la magistrature suprême.
Je n’irai pas non plus jusqu’à la comparer à Nadine Morano prête à tout pour lècher les bottes de Sarkozy pour un strapontin politique.
Défendre l’indéfendable et expliquer l’inexplicable en politique intérieure est l’exercice favoris des hommes/femmes politiques (ou politiciennes).À l’électeur/trice de cerner les enjeux et distinguer la bonne graie de l’ivraie. Mais tout compte fait, j’ai un à-priori
favorable chez Madame Normandeau et la politique qu’elle mène.

Donc chacun chacune apportera sa part d’eau pour éteindre le feu à ce que je comprends afin de seconder Nathalie Normandeau dans l’incendie…..vive l’entraide en 2010 !

Je te souhaite un Noel super génial,car tu es une personne super spéciale.

Georgette G. Horn