Pour fuir la haine nord-américaine : venez à Montréal !

Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de suicide québécois chute
Commentateur de droite apprenant qu'il y a moins de haine au Québec !

Il y a nettement moins de crimes haineux à Montréal et à Québec que dans les autres grandes villes canadiennes. Statistique Canada l’a indiqué  cette semaine dans son relevé des crimes haineux dans les grandes villes du pays.

J’ai croisé ces données avec celles du FBI américain pour la même année, 2008, dans la plupart des grandes villes. Voici ce que ça donne :

Éloquent ! Cliquez pour agrandir.
Éloquent ! Cliquez pour agrandir.

Un crime haineux est celui perpétré contre une personne à cause de son sexe, de son origine raciale ou ethnique, de son orientation sexuelle ou de son handicap.

On ne juge pas une société à ses seuls indicateurs économiques, bien qu’ils aient une grande importance. La qualité de la vie — qui est, en dernière analyse, le but du jeu — est aussi faite d’un environnement social respectueux. Montréal peut s’enorgueillir d’être la grande ville nord-américaine où la haine est à son niveau le plus  bas.

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Comparer des chiffres de 2 organisme différents est toujours hasardeux puisque les définitions et les méthodologies sont souvents différentes.

D’ailleurs, sur le site du FBI on peut lire au sujet des statistique:

« Each year when Hate Crime Statistics is published, some entities—news media, tourism agencies, and other groups with an interest in crime in our Nation—use reported figures to compile rankings of cities and counties. These rankings, however, are merely cursory classifications made by the data user; they provide no insight into the many variables that mold the crime in a particular town, city, county, state, or region. Consequently, these rankings lead to simplistic and/or incomplete analyses that often create misleading perceptions adversely affecting cities and counties, along with their residents. »

http://www.fbi.gov/ucr/hc2008/variables.html

Mais si l’on veut quand même se prêter à cet exercice, voici les chiffres pour les 10 États les moins « haineux »:

1-Alabama: 0,4
2-Mississippi: 0,5
3-Pennsylvania: 0,6
4-New Mexico: 0,8
4-Florida: 0,8
5-Texas: 1,0
6-Iowa: 1,1
6-Wyoming: 1,1
7-North Carolina: 1,4
7-Nebraska: 1,4
7-Oklahoma: 1,4
8-Utah: 1,5
8-Illinois: 1,5
9-Georgia: 1,6
9-Wisconsin: 1,6
10-Kentucky: 1,7
10-Missouri: 1,7

On retrouve beaucoup d’États républicains…

Les 10 États les plus haineux:

1-New Jersey: 8,6
2-District of Columbia: 7,1
3-Delaware: 6,6
4-South Dakota: 6,1
5-Michigan: 5,7
6-Massachusetts: 5,2
7-Oregon: 5,0
8-Kansas: 4,9
9-Maine: 4,8
10-Connecticut: 4,7

On retrouve beaucoup d’États démocrates…

Lorsque j’ai pris connaissance de l’étude de StatCan, j’étais certain que vous alliez en parler 🙂

Il reste tout de même que de nombreux crimes de ce type ne sont pas rapportés par les victimes (que ce soit à Montréal ou ailleurs) pour toutes sortes de raisons, ce qui devrait nous inciter à la vigilance.

Avez-vous pensez que si ces chiffres étaient plus largement connus aux USA, pour de nombreux américains Montréal serait perçu comme «platte» à mort ? On risquerait de perdre des touristes.

@David

Et les provinces?

Pourquoi pas nous faire un palmarès des nations? Tu pourras inclure le Québec.

San Francisco, la ville de l’amour, est au top… ça surprend beaucoup.

Est-ce une surenchère des crimes haineux envers la vaste communauté gai?

Voilà.

Je pars vivre à Amsterdam pensant y trouver un oasis de tolérence et ils votent pour l’extrême droite et font la chasse aux Musulmans.

En attendant, dans ma bonne vieille ville, les gens se respectent réellement.

Vive Montréal!

@ Benton

Je n’y peux rien si les faits entre en contradiction avec tes idées reçues…

@ François Isabelle

Selon Stats Can, le taux pour le Québec est de 1,2.

Tu peux comparer avec les chiffres de mon commentaire précédant.

Fait très intéressant, le taux de crimes haineux est moins grand aux USA qu’au Canada (2,9 vs. 3,5). Voilà qui donne un éclaire nouveaux sur le prétendu racisme et le sentiment d’intolérance qui serait omniprésent aux USA.

Autre fait intéressant, tant aux USA qu’au Canada, les juifs sont beaucoup plus victimisés que les musulmans.

David, ça me semble absurde cette liste. Des crimes haineux au Maine, mais contre qui?

C’est blanc à 98%, majoritairement Protestant (descendance anglaise et allemande) avec une grosse proportion de Catholiques(descendance française et irlandaise), ainsi que 17% de gens irréligieux. Seulement 1% de gens d’une religion non-chrétienne. Seulement 0.77% de noirs. Donc, je m’explique mal, quel crime haineux, contre qui?

Ca bien l’air que San francisco n’est plus la ville de l’amour , autre temps autre moeurs

L’emphase sur la prévention et la réhabilitation au Québec donnent des résultats . Dommage que Harper fasse tout pour remplir les prisons avec son sénateur patenté …..
Un fait surprenant est tout les progrès accomplis par la ville de Chicago qui avait mauvaise réputation il y a quelques décennies ……

Les pays anglos protestants et multiethniques divisés en ghettos qui nous entourent sont plus violents car il sont sous développés aux niveaux des mesures sociales et de la réelle intégrations des immigrants . En plus ils sont plus pour l’incarcération( le plus grand commerce aux USA et avec Harper) et la non rééducation , sans pardon et sans rémission .
C’est l’enfer libéral conservateur anglosaxon et le règne de l’individualisme et de la loi des plus violents organisés en système .

@david

1) La Georgie et l’Alabama sont deux des États les plus Noirs. Étranges qu’ils soient les moins haineux (est-ce que les Noirs ont peur de porter plainte?)

2) Dans le cas du New Jersey ca pourrait s’expliquer par le fait qu’il y a une communauté juive importante qui a l’épiderme très sensible

Ce qui me gêne c’est que Claude Dauphin d’Option Canada qui est à la sécurité publique depuis un certain temps pourrait s’en péter les brettelles. Peut-être qu’on peut douter de l’intégrité des données ? On n’a pas retrouvé toute la paperasse des opérations d’option canada..

Que j’aime vos interruptions de programme du vendredi, je vous donnerais la Une de tous les journaux. Continuez!

@David
Avec les faits…. pardon, les chiffres que vous nous lancer, (il y a une différence entre chiffre et fait) ça explique pourquoi il y a tant de prisonnier dans les prisons américains. En analysant les chiffres, la conclusion est qu’ils doivent les enfermer de façon préventive dans les prisons!

Six fois plus de crime haineux a Vancouver, la si convoitée.

Cinque fois plus a Toronto ou Ottawa…

Me semble qu’il manque quelque chose comme le taux de crime général pour avoir un portrait plus significatif.

Mais je ne doute pas trop que Montréal y garderait tout de même une position enviable.

Ca va en boucher un coin à nos bons fédéralistes qui répètent ad nauseam que le nationalisme mène à l’intolérance. Pour avoir vécu longtemps dans le ROC, ces chiffres ne me surprennent pas du tout.

Encore une fois, il serait intéressant de vérifier les critères employés lors des différentes études.

Ces différents critères ( comme par exemple, la population carcérale, et son insertion ou non dans les calculs) peuvent vraiment changer le portrait général d’une étude scientifique.

Deuxièmement; oui en effet, les critères actuels de la croissance ( P.I.B, chômage, inflation etc..) ne donnent pas une image assez précise du dévelopment réel d’une société.

Notre ami québécois Renaud Gaucher tente actuellement d’amener de nouveaux critères de croissance et dévelopment d’une société.

Au niveau mondial, des sommités tels Amartya Sen et plus récemment Joseph Stiglitz s’y font les dents. Veuillez vous procurer leur dernier ouvrage là-dessus: « Richesse des nations et bien- être des individus » paru chez Odile Jacob!!

S’lut!

Raphaël Erkoréka, Débardeur.
Port de Montréal.

@ Joël Cuerrier

J’utilise la source d’information de J-F Lisée, rien de plus.

D’ailleurs si tu avais consulter le lien donné, tu aurais pu trouver les détails sur les crimes haineux commis dans le Maine:

http://www.fbi.gov/ucr/hc2008/data/table_13me.html

Race: 32
Religion: 8
Sexual orientation: 20
Ethnicity: 3

Avant de critiquer un commentaire, il faudrait que tu fasses l’effort de quelques recherches pour savoir si ta critique tient la route.

@ rod:

C’est un point intéressant que tu apportes.

Aux USA, 22,2% des crimes haineux sont commis par des noirs. Pourtant, il ne représente que 12,85% de la population.

Du côté des blancs, ils sont à l’origine de 61,1% des crimes haineux mais ils composent 79,96% de la population.

@ Benton:

Je ne « lance » aucun chiffre, je ne fais que rapporter les chiffres de la source utilisée dans ce billet.

Mais si je suis ton raisonnement sur les « arrestations préventives », tu affirmes que le nombre de crimes haineux aux USA est sur-évalué ?

@ David

Voici une citation intéressante provenant de ton hyperlien:

« These rankings, however, are merely cursory classifications made by the data user; they provide no insight into the many variables that mold the crime in a particular town, city, county, state, or region. Consequently, these rankings lead to simplistic and/or incomplete analyses that often create misleading perceptions adversely affecting cities and counties, along with their residents. »

Donc, qui as-tu trouvez un lien qui donne des chiffres avec des « misleading perceptions » avec dee « simplistics and/or incomplete analyses » pour les faire cadrer avec tes idées recues!!??

Et si ces statistiques nous démontraient plutôt que les autres villes que Montréal ont des programmes qui sont efficaces. Les gens victimes de crimes haineux sont souvent des ethnies qui ont peur de dénoncer (soit parce que dans leur pays la police = l’armée, soit qu’ils ont peur des représailles de leurs agresseurs). Que dire des victimes gaies, elles sont souvent la cible, mais pour prouver le caractère haineux de ce crime, ils devront avouer leur homosexualité (« sortir du garde robe ») et je ne crois pas que cela soit facile. À Vancouver, ils ont une Équipe provinciale qui s’occupe des crimes haineux. Les policiers sont formés et se dédient qu’à ce crime. Est-ce la même situation à Montréal? Ceux de Montréal savent-ils identifiés un crime haineux? A-t-on un programme provincial pour venir en aide à ces victimes? Les réponses : NON. Beaucoup de travail doit être fait par le gouvernement et les services policiers. Quand cela sera fait, on pourra se comparer avec les autres grandes villes Nord Américaines. N’oublier, on fait dire ce que l’on veut aux statistiques. En attendant, on fait semblant d’avoir une province (ou ville) sécuritaire. Avec une ville cosmopolite comme Montréal, il m’apparait claire que ces statistiques ne sont pas réalistes.

@ Pierre-Paul

Tu as pris le temps de lire mon commentaire #1 ?

Je dis exactement la même chose à J-F Lisée (c’est le lien qu’il donne dans son billet) !!!

Et toujours dans ce commentaire je dis:

Mais si l’on veut quand même se prêter à cet exercice, voici les chiffres pour les 10 États les moins “haineux”…

@David
Je ne conteste pas les chiffres mais l’interprétation que vous donnez à ces chiffres, d’où l’utilisation du mot « lancer »…

Pour le raisonnement, je n’affirme pas mais ne fait qu’appliquer a titre d’exemple le type de raisonnement que vous faites. Un raisonnement réduit a une ligne de pensée.

Il est vrai que le pourcentage de population noire carcérale aux USA est plus élevé que le pourcentage noir dans la population américain de même que que les personnes impliqués dans les crimes haineux sont plus élevés chez les afro-américains.
On peut dire cela sans autres précisions, ce qui sous-entends que les noirs sont de nature plus violents. C’est ça lancer des chiffres.
Mais il y a une raison derrière ces chiffres et l’oppression est sûrement une des ces raisons…

@ Benton

J’ai casser les États par ordre croissant et décroissant.

Tu n’es pas d’accord avec la logique qui veut que 3>2 ?