Pour un Montréal majoritairement francophone !

Voici l’extrait du point de presse donné ce jeudi sur cette question essentielle.

https://www.youtube.com/watch?v=HgDd8Q8FDTU&feature=player_embedded#!

Pour une discussion de ces enjeux, voir mon billet: Français, en route vers l’imprudence !

Laisser un commentaire

Votons PQ, afin de garder la langue française vivante au Québec et à Montréal. Le français majoritaire c’est un obligation pour notre fierté et notre distinction en Amérique.
André Laplante

Bonjour

Je constate que vous aussi « oubliez »
l’existence d’Option nationale !

Merci

Hélène Mackay

Pour un Montréal majoritairement francophone, sans intervention politique à ce sujet mais ailleurs, relisez votre histoire sur les premières années de la colonie où le célibat était taxé. Pensez aussi à la législation sur le legs.

Le taux de natalité ailleurs au Québec qu’à Montréal doit passer de 1,75 à 2,35. C’est pas moi qui le dit autrement, c’est Jacques Henripin. Jean Charest n’a pas donné suite et ça fait deux ans. L’opposition ne s’est pas offusquée de cette inaction à ma connaissance, l’officielle, l’inofficielle, l’unique et l’oniste. Notre régénération s’amorcerait davantage en douceur s’il avait fait. L’affirmer, c’est vous poser la question.

Évidemment, il faudrait envisager remettre en question certains acquis, prendre le mal s’il y a lieu en patience, convenir que notre futur amphithéâtre multifonctionnel compte celle de notre régénération multinationale, condition d’une renaissance de notre sport national, le hockey.

Il faut fermer les ruelles aux automobiles et les ouvrir aux enfants. Il faut les éclairer, les verdir, les habiter. Ce sont des lieux bénis à Montréal, là où les enfants peuvent jouer ensemble, s’apprivoiser, se connaître, s’amuser et pour certains, s’intégrer! Dans mon enfance, on y apprenait la vie, mais seul le guenillou passait avec son cheval, c’était sans danger. Maintenant, il faut des dos d’âne pour ralentir la circulation! Dans ma rue, il y a plein d’enfants, vraiment! Mais ils ne peuvent pas jouer dans la ruelle, il faut que des parents ouvrent leur jardin aux autres, et c’est toute une responsabilité. Chacun dans sa cour, c’est pas une façon de vivre! À Montréal, ouvrons les ruelles aux enfants! et s’il n’y a pas de ruelle, ouvrons la cour d’école du coin. Avec des enfants heureux, les parents y penseront à deux fois avant de partir de Montréal vers la banlieue.

Montréal ville majoritairement anglophone à 53, 57% ce sont les conditions d’un Québec qui connaîtrait la situation de la Flandre dans le nord de la Belgique: une métropole Bruxelles en pays flamand dont la langue parlée est essentiellement le français isolée parmi des populations très majoritairement flamandes.
Où Montréal dans 17 ans anglophone qui serait en clivage avec un Québec francophone entre Maskinongé, Joliette, Victoriaville, Drummondville, Sherbrooke, la capitale Québec jusqu’à Sept îles, Gaspé.

Le Québec dans sa francité perdue serait sur voie du Néo Brunswick dans un continent anglophone à 98% et plus à ce moment là.
J’appui complètement J.F.Lisée et le PQ dans cette cause malgré que Radio Canada par son ton tente d’ignorer le dossier car c’en est un dossier comme pour les ressources, la santé, l’éducation, la tarification des services.

Mention défavorable à M.C.Auger qui dans le site web de SRC y a été d’un billet insensé sur la question à point tel que de l’entendre à la radio est devenu difficile pour plusieurs Québécois préoccupés par la question du français. Comment croire en l’objectivité de journalistes qui prennent des positions si tranchées sur un dossier.

Demain dans 20 ans verra t-on la tour de Radio Canada à Montréal comme un microcosme francophone sur l’île de Montréal?

Gilles Duceppe était l’invité de Jean Lapierre dans l’Express 2012 en fin de journée à TVA. Le son était mauvais et les mises en échec contre Amir Khadir n’ont pas eut lieu. Je suis resté sur ma faim. Peut-être qu’on va revoir Gilles Duceppe le soir de l’élection en compagnie de Pauline.
Tous les chefs de parti ont sûrement commencé à écrire leur deux discours pour le speach de fin de soirée; un en cas de victoire et un en cas de défaite. Tous! non, Jean Charest n’en a préparé qu’un seul.

Je préfère la position de François Legault sur l’immigration à celle du PQ de Pauline Marois et Jean-François Lisée.

Legault veut favoriser l’immigration économique.
Cela ne veut pas dire que le français n’est pas important, mais simplement que l’immigrant de Chine ou d’ailleurs peut apprendre le français une fois qu’il a été sélectionné. De plus, l’immigrant asiatique dont le sens de l’entreprenariat est une valeur culturelle… s’intègre très bien au marché du travail et au développement de notre économie. Les enfants de de l’immigrant chinois apprendront le français à l’école de la loi 101. Il ne faut pas paniquer avec la statistique de la langue parlée à la maison.

Il faut mettre l’accent sur la compatibilité culturelle de l’immigrant avec les valeurs du Québec ou de l’Occident en général dont l’égalité homme-femme. Les demandes d’accommodements et le voile islamique sont apparus au Québec suite à l’afflux d’immigrants s’exprimant en français et ce, parfois mieux que nombre de Québécois. Le Parti québécois a instauré cette politique d’immigration favorisant massivement les «francophones» ; le PQ est donc responsable de la crise des accommodements que le Québec a vécu avec la Commission Bouchard-Taylor.

Le PQ ne semble pas avoir compris le message de la population ?

Ce message est: «Les valeurs avant la langue dans la sélection des immigrants».

Legault parle de la politique d’immigration du Québec ici: http://www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=143308

« Le français majoritaire c’est un obligation pour notre fierté et notre distinction en Amérique. »

si on a besoin du gouvernement pour que ça se produise, alors le français n’est pas si important

Je viens d’entendre les explications de JFL sur les ondes de CJAD. Des explications posées et nuancées au point où Aaron ne semblait rien y trouver à redire.

Chapeau.

Voici ma réponse au Blogue de M. Martineau du J de Montréal. « Encore une fois M. Martineau simplifie au maximum et se permet de dire n’importe quoi! Facile! Trop facile! M. Martineau ce qu’il faut comprendre c’est que de vivre en français ce n’est pas juste la maîtrise du français comme vous le supposez, mais c’est aussi notre façon de concevoir notre société. Maîtriser une langue ne signifie pas nécessairememt que nous partagions sa culture! Le Shangainais qui vous décrivez élèvera sûrement ses enfants à la Chinoise en chinois et peut- être et sûrement en un peu de français!! Contrairement au citoyen de Bordeau! Les immigrants viennent en occident pour des raisons économiques et non culturelles! J’en connais pas de Chinois qui regardent TV5 à la journée longue! Ça existe uniquement dans notre imaginaire collectif, mais des Français qui ont à coeur le fait français il y en a des tonnes!! 

Donc, préoccupez vous de la culture française au Québec et pas juste uniquement de la langue et vous serez d’accord avec M. Lisée! » Qu’en pensez-vous M. Lisée?

Bonjour Monsieur le Député

Félicitations, remerciements d’accepter de nous représenter et de contribuer à la construction du Québec notre société.