Pourquoi Curzi est (et restera) le politicien le plus populaire…

Un sondage récent l’indique, l’ex-acteur et ex-syndicaliste artistique Pierre Curzi est LA personnalité politique la plus estimée par les Québécois (et les Québécoises!). Il est majoritaire ! 52% ont une bonne opinion de lui, contre 16% seulement qui ne l’apprécient pas. En plus, ça monte. Entre décembre 2009 et juin 2010, il a pris cinq points de plus.

Si vous voulez savoir pourquoi, allez visionner l’entrevue qu’il a accordée à Patrick Lagacé dans le dernier Francs-Tireurs. L’absence de langue de bois est évidemment ce qui, à première écoute, détonne. La franchise aussi, au risque de froisser la hiérarchie.

Mais il y a plus. L’authenticité et la sincérité lui sortent par tous les pores de la peau. Sont-ce ces denrées, si rares en politique, qui feraient de Curzi un phénomène ?

Détrompez-vous, cela ne suffit pas. On peut être franc, sincère et inintéressant, déprimant, éteignoir.  Curzi, lui, a la foi. La foi du Québec. Et il ne l’a pas qu’intellectuellement. Ça lui fait mal que le français soit en déclin, il est physiquement malade de voir le Canadien de Montréal s’éloigner de ses Habitants. On sent qu’il finirait sa vie dans le malheur et l’abîme, si le Québec ne devenait pas un pays.

Mais voyez vous-mêmes et dites-moi si vous êtes d’accord:

Un homme qui habite notre imaginaire.
Un homme qui habite notre imaginaire.

Laisser un commentaire

Une belle entrevue. C’est une des premières également où Patrick Lagacé n’est pas condescendant … ou, moins condescendant.

Curzi parle avec le coeur, avec ses trippes. Son incompréhension de voir Pauline Marois autant mal aimée par une partie de la population le blesse et ça se voit.

Bravo !

J’ai vu l’entrevue hier. je suis tout à fait d’accord avec votre conclusion.

Mais ça peut pas toujours aller mal dans la vie. Peut-être réussira-t-il enfin, à la fin.

D’accord avec vous. Mais je me demande comment Mme Marois a réagi. Une autre belle chicane en perspective.

Mais est-ce un feu de paille ? Le temps seul le dira. Mais maudit que je trouvais qu’il avait les mimiques de René Lévesque.

J’ai beaucoup apprécié l’entrevue. Si ce n’est que la réponse qu’il a donné à propos du Canadien de Montréal. Je suis jamais un grand partisan des théories de complot!
Mais sincèrement, pour tout le reste, chapeau!

Pierre Curzi est sincère, c’est vrai, mais ça ne suffit pas pour devenir le leader dont le Québec a besoin, ni pour suppléer aux importantes lacunes de son chef, Pauline Marois.

—————-

Cette belle reconnaissance populaire envers Pierre Curzi ne doit pas cependant détourner notre attention de la désastreuse gouvernance de Jean (John James) Charest qui peut rebondir, comme il l’a souvent fait, et décider de nous rejouer la scène de la sincérité une Xième fois.

Réalisons bien aussi que, comme Harper, c’est un politicien doué et particulièrement rusé. Il sait ce qu’il veut et ne lâchera pas le morceau facilement.

Quant à madame Marois. je lui souhaite de se rendre compte qu’elle n’a ni l’autorité, ni la maîtrise suffisante de la langue universelle qu’est devenu l’anglais, ni les qualités de leader dont le Québec a un très urgent besoin,

et que le temps est probablement venu pour elle de tirer sa révérence, de démissionner de ses postes de chef du PQ et de député et de quitter complètement la politique, pour laisser le champ totalement libre à l’avènement d’un Joseph Facal, d’un Lucien Bouchard ou d’un candidat ou candidate de cette trempe, qui a la formation, l’autorité morale, les qualités de leader et le ”drive” requis pour diriger le PQ et le prochain gouvernement du Québec.

Mais quelle déception…

Je me suis fait une joie de voir et entendre Pierre Curzi mais Télé-Québec ne diffuse pas en Europe. On me dit que »malheureusement », je ne suis pas dans la bonne zone géographique. Comme si la Hollande n’était pas une bonne zone géographique… Personnellement, j’ai déjà vu bien pire.

Je ne comprends pas pourquoi et où est l’intérêt de Télé-Québec de se priver de plus grand marché francophone de la planète. Il y a des Québécois qui émmigrent aussi vous savez. Mais on garde notre droit de vote et quant à moi, j’ai bien l’intention d’appuyer Pauline Marois aux prochaines élections.

Au début de l’entrevue, lorsque P.L lui a demandé pourquoi Pauline n’arrive pas à profiter des déboires du PLQ, ou pourquoi Pauline n’arrive pas à toucher le coeur des québécois, P.C a répondu qu’il n’en avait aucune idée.

Dans mon livre à moi, cela relève de la langue de bois. Il est inconcevable que les députés du PQ n’aient pas une opinion sur ce sujet. De toute évidence, on ne veut pas parler de ce problème publiquement. Si le PQ veut sortir du purgatoire, ils devront bien un jour faire face à ce problème.

Désormais, les québécois semble considérés le PQ comme incolore, inodore, et sans saveur. Il serait bien intéressant de bloguer sur ce que cela prendrait pour que les québécois s’intéressent à nouveau à ce parti.

Il faut qu’il démontre qu’il n’est pas seulement, un opposant séduisant. A-t-il la couenne assez dure et le coeur résistant pour être capable de diriger un pays? Le pouvoir surtout issu d’élections démocratiques, appelle obligatoirement à des écarts de certitudes. Saura-t-il naviguer parfois (souvent?) contre ses profondes obligations?

Vous avez raison. J’ai vu cet entrevue et ce qui m’a frappé c’est qu’il prend le temps de réfléchir avant de répondre aux questions.
Ses réponses ont l’air sincères et ne sonnent pas « cassette » comme celles d’un André Boisclair par exemple.

Il démontre de l’émotion quand il parle du Québec et de son avenir. Ça fait changement evec tous ces affairistes qui dirigent le Québec sans ame et sans passion ne cherchant à défendre que leurs intérêts personnels et ceux de leur parti.

C’est vrai que depuis René Lévesque on a pas eu un leader qui avait autant à coeur l’évolution de l’ensemble des Québécois et de leur avenir.

Il y a bien eu Lucien Bouchard et son charisme de facade, mais la suite des évènements nous démontrera que dans son cas son intérêt personnel et celui d’une petite élite financière prévalent sur celui de l’ensemble du peuple québécois.

Curzi parle avec son coeur « et » plusieurs perrsonnes sont d’accord avec lui.

N’importe qui peut parler avec son coeur, encore faut-il que ce coeur ne soit pas empoisonné ou en retard sur son temps ou trop en avance ou mal configuré ou trop grand ou mal placé.

Le coeur d’un politicien doit battre à l’unisson de son peuple, ainsi il sera estimé.

Mais il est vrai que la franchise est une denrée de plus en plus rare et digne d’estime.

Si on jette un regard sur les personnes qui ont du charisme, exemple : Lucien Bouchard, Jacques Parizeau, Obama(USA), ils ont tous en commun du charisme, mais est-ce qu’ils ont réussi pour autant?…le charisme ne remplace pas la compétence, l’intelligence et la maitrise du pouvoir car il faut aussi avoir ces 3 qualités pour diriger un peuple. Mr Curzi est un homme sensible, un homme de coeur mais je pensse qu’il n’a pas toutes les compétences pour gouverner actuellement.

Par contre Mme Marois a toutes ces compétences et plus. Il ne faut pas se fier aux apparences car c’est souvent trompeur et on a qu’a voir ce que Mr Charest est en train de nous servir en ce moment avec son charisme qui trompe tout le monde. Comme on dit il avait juste l’air et pas la chanson.

Je suis du comté de Borduas. Pierre Curzi est mon député. Vous ne pouvez pas imaginer comment il est populaire ici ! Je ne lui connais aucun ennemi

Pierre Curzi est un homme de coeur, un noble dans le sens qu’il cherche à exprimer le ressenti le plus vrai en lui. Félix Leclerc a déjà écrit, je crois, qu’un homme peut devenir une montagne à partir de soixante ans. Pierre Curzi a cette vision du montagnard, il voit le Québec comme pays ayant sa place dans le monde.
Son engagement est inspirant.

Parlant hockey, je trouve qu’il n’a pas beaucoup de glace. On ne le voit pas. On voit Mme Hivon tous les jours, on voit Pauline-revenant-de-la-plage de temps en temps, mais Poléon Plouffe?
Curzi a l’émotion qui manque terriblement au PQ, un parti plate qui ne parle que garderies et malades dans le corridor. Curzi a le charme, le charisme, l’intelligence, pour élever le débat, nous amener ailleurs. Alors pourquoi qu’on ne lui donne pas plus de glace?

Il est passionné, fougueux, ça ne fait aucun doute, et ça fait plaisir à voir. Mais il ne serait pas un brin parano aussi? Le recrutement des joueurs du CH est un complot fédéraliste? Je m’excuse mais c’est précisément le genre de propos qui mine la crédibilité du projet souverainiste.

On juge l’arbre à ses fruits Mathieu R. Bien que ce soit un sujet relativement secondaire, il m’apparaît qu’il faut être pratiquement myope, pour ne pas se rendre compte du dédain manifesté envers les francophones, qui sont la base de l’appui à ce club de hockey.

Comme cela est rafraîchissant! Le Parti Québécois a plein de femmes et d’hommes politiques de talent, de coeur qui partagent l’ambition de faire un pays. Il y a les députés, des jeunes et des moins jeunes. Beaucoup de compétences dans cette aile parlementaire. Et puis il y a aussi les militants, patients et ordonnés qui ne cessent de travailler, qui n’ont pas perdu espoir. Je suis de ceux-là depuis l’automne dernier et fier de l’être.
Raymond Archambault

Pierre Curzi est un homme libre, il exprime son opinion simplement, spontanément. Le parti québécois n’en est plus au stade du culte de la personnalité, je crois qu’il a dépassé cette manie propre à un peuple immature, enfin, je nous le souhaite.

Ce n’est pas un individu qui réalisera l’indépendance du Québec, c’est le peuple qui l’accomplira, guidé, inspiré en cela par ses représentants/es élus, choisis.

Madame Marois fait un excellent travail comme chef de l’opposition officielle et nous devons reconnaître que le parti québécois n’est pas en mauvaise posture présentement. Elle doit quand même y être pour quelque chose…Peut-être fait-elle de la politique autrement…Nous les souverainistes-indépendantistes, sommes passés maîtres dans l’art de brûler nos chefs! Pauline accomplit du bon travail, son équipe est jeune, dynamique. Il est fort probable que le parti québécois formera le prochain gouvernement et ce sera grâce à l’effort collectif.

Peut-être que nous usons nos chefs parce que nous nous appuyons trop sur eux au lieu de porter la charge avec eux. Ce sont des êtres humains comme nous, avec leurs talents, leurs forces et aussi leurs limites. Nous devons nous responsabiliser davantage et accepter nous aussi de payer le prix de la liberté, si le Québec nous tient vraiment à coeur, sans rien attendre en retour pour nous-mêmes que la satisfaction du devoir accompli. Les « égos » devraient être ravalés.

Dans le monde de l’économie d’abord, une équipe de hockey professionnel se résume à une entreprise commerciale. Tout le reste est à l’avenant…

Curzi est d’abord un comédien, ensuite un syndicaliste et un politicien. Excusez mon cynisme, mais je n’arriverai jamais à croire un triple diplômé en bullshit.

@ Déèle – Vous avez raison et tort à la fois, la bullshit est une matière très abondante dans la sphère politique, mais là où vous n’avez pas raison, ce ne sont pas les diplômes en bullshit qui comptent mais la compétence en la matière. il y faut de la volonté. Impossible de nommer tout le monde. Vous trouverez vous même dans les livres d’histoire et les médias actuels de quoi remplir la fosse septique des incapables et des dangereux pour confondre les homonymes de cette fameuse fosse. Pour Curzi, s’il vous plaît, laissons la chance au coureur déjà promu dans un célèbre poème de Paul Fort : » Le bonheur est dans le pré. Curzy vite. Le bonheur est dans le pré. Curzy-y vite. Il va filer.

Il est sincère, une des plus belles qualités humaines. 16% des sondés ne l’apprécient pas? Parions que ces derniers sont peinturés en rouge, rouge libéral.

Je dois avouer que Mr Curzi a l’air plutot moche en commission parlementaire sur les ecoles passerelles…