Pourquoi dévoiler l’existence de «Pierre»?

«Pierre» n’est pas une source comme les autres. Il n’a pas travaillé dans le secret. Tous les réseaux et groupes de presse ont été contactés.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

La saga entourant «Pierre» et les informations qu’il dit détenir a suscité beaucoup de commentaires et d’interrogations légitimes de toutes parts. Qui est-il? Quelles sont ses motivations? À qui veut-il s’attaquer? Pourquoi dévoiler l’existence de cette «source»? Je me suis évidemment posé toutes ces questions, particulièrement la dernière.

Tout d’abord, dans chacun de mes textes et dans toutes les interventions que j’ai faites sur le sujet, je n’ai dévoilé aucun renseignement qui permettrait d’identifier «Pierre». Impossible de faire autrement, puisqu’à ce jour je ne sais pas qui il est ni pour qui il travaille. Je suis cependant certain qu’il existe et qu’il a accès à des renseignements sensibles.


À lire aussi:

Qui veut faire dérailler le procès de Nathalie Normandeau?


Par ailleurs, dans toutes les conversations que j’ai eues avec lui — et elles furent nombreuses —, il a toujours été clair que j’allais raconter cette histoire. «Pierre» ne s’en est jamais offusqué. Encore vendredi, il m’a appelé à deux reprises après la publication de ce deuxième épisode. Nous avons parlé longuement, en toute cordialité, et il n’a jamais formulé l’ombre d’un reproche.

«Pierre» n’est pas une source comme les autres. Il n’a pas travaillé dans le secret. Tous les réseaux et groupes de presse ont été contactés, de Radio-Canada à TVA, du Journal de Québec à La Presse en passant par Cogeco, Radio X et L’actualité, évidemment. J’en suis à plus d’une dizaine de journalistes à qui «Pierre» a promis des documents… sans jamais les livrer. Vous admettrez qu’il s’agit d’une drôle de source!


À lire aussi:

Il y a plus d’un «Pierre» impliqué dans la fuite du dossier Normandeau


«Pierre» n’est pas non plus un classique lanceur d’alerte. Par définition, un lanceur d’alerte est une personne qui estime avoir découvert des pratiques illicites et cherche à les dévoiler au grand jour. Mais dans ce cas-ci, les informations sont déjà connues, puisqu’elles sont comprises dans un dossier de preuves actuellement devant les tribunaux. «Pierre» cherche plutôt à faire tomber «un gros poisson».

Au-delà des renseignements qu’il aurait pu fournir, le fait qu’un petit groupe de personnes («Pierre» ne travaille pas seul) puisse fragiliser le gouvernement en dévoilant la preuve accumulée contre Nathalie Normandeau et d’autres suspects constituait en lui-même une information aussi importante que les documents qu’il pourrait couler.

Bref, il est possible que «Pierre» retourne dans l’ombre aussi rapidement qu’il en est sorti. Mais l’inquiétude qu’il a suscitée durant son bref passage dans la lumière aura été suffisante pour amener une réflexion sur la fragilité des enquêtes anticorruption et de leurs suites.

Les commentaires sont fermés.

En ce qui me concerne, je vous appuie entièrement dans votre démarche et je pense qu’elle est d’intérêt public. Ce que j’aimerais nonobstant comprendre mieux, c’est la motivation qui existe dans ce collectif dont la seule voix connue de quelques initiés est pour le moment celle de « Pierre ».

La question serait encore de savoir ce qui motive la démarche entreprise. Est-ce la volonté de faire connaitre la « vérité » ? Ce qui formerait une démarche à la fois légitime et révolutionnaire. Ou bien cherche-t-on par divers artifices à ferrer le « gros poisson » ? Ou plus trivialement : à noyer le « poisson » pour discréditer et faire avorter le processus judiciaire, tout en faisant d’une pierre ou d’un « Pierre » deux coups : discréditer le travail des enquêteurs et des policiers ?

Dans ce cas, ce n’est pas le triomphe de la vérité qui est recherché, c’est plutôt la suprématie de la propagande à des fins malveillantes ou partisanes qui serait poursuivie.

Y’a-t-il dans « Pierre » du Vladimir Ilitch Lénine ? La suprématie et la force du destin qui magnifie l’humain. Ou plus sombrement la résurgence de forces exaltées gouvernées par l’obscur à l’instar de cet adepte du mensonge que fût Joseph Goebbels ?

D’un côté est-ce la vigueur généreuse et la prévalence du droit ? Ou bien de l’autre : est-ce celle qui consiste à flatter les desseins obscurs, les bas instincts de l’homme pour à toute fin utile imposer « sa » noirceur comme seule vision unificatrice ?

L’exercice alors serait plus terre à terre. Consisterait par un si infâme stratagème à tenter de déshabiller : Sam, Jean ou encore Philippe ; pour habiller : « Pierre » et les autres ou mieux encore ouvrir — faisant cette fois d’une pierre trois coups — la voie à Pierre-Karl, Bernard ou bien Jean-François, tout en réhabilitant simultanément Nathalie, Marc-Yvan et Bruno.

Ce qui ressort de ce billet à tout le moins, c’est qu’on a des gens qui s’y entendent assez bien pour se servir des journalistes et des médias, pour toucher le public ; que ces gens savent comment faire pour utiliser le quatrième pouvoir (la presse) à bon compte, lorsque telle entreprise se tient essentiellement à un niveau stratégique qui consisterait à se livrer en l’exercice du pouvoir par le simple jeu de la manipulation.

En conclusion, si « Pierre » et ses amis savent ce que nous (le public) ne saurions décidément pas. Veulent en faire mention. Pourquoi ne pas laisser tomber une bonne fois pour toute ce camouflage ; se présenter en chair et en os devant nous le « bon peuple » pour ainsi nous laisser le soin d’apprécier sans far tout ce qui fait foi ou alors ne l’est pas ?

— NB : Le choix dans ce commentaire de prénoms et de noms est pure fantaisie de ma part et pure fiction, toute référence à des personnes existantes, ou ayant existées, ne peut en la matière être que purement fortuite.