Deux mai: Pourquoi Harper a gagné !

On a beaucoup discuté, sur ce blogue et ailleurs, de la vague orange qui a bousculé le Québec. Mais le fait politique le plus important de lundi dernier est la victoire, majoritaire, de Stephen Harper.

Dans un long article magistral dans le numéro courant de Maclean’s, nourri par plusieurs sources au sein des partis fédéraux, Paul Wells lève un coin du voile fort instructif pour comprendre le passé récent, et préparer l’avenir.

« Pour comprendre l’élection de 2011, écrit Paul Wells, il faut comprendre comment Michael Ignatieff est devenu le chef d’un ex-grand parti et comment Stephen Harper l’a détruit, morceau par morceau. »

Je vous invite, si votre english est bon, à lire l’ensemble, mais voici ce que j’en retiens d’essentiel.

Le nerf de la guerre

Vous vous demandez pourquoi la question politique la plus importante de l’heure est la décision, annoncée, du nouveau gouvernement conservateur d’abolir le financement public des partis et d’ainsi assécher les finances déjà chancelantes du Parti libéral du Canada, puis d’éclipser celles de leur nouvel ennemi principal, le NPD ? Voici pourquoi:

Michael Ignatieff est officiellement devenu chef du PLC le 2 mai 2009. Onze jours plus tard, les conservateurs ont lancé une campagne de publicité de plusieurs millions de dollars pour décrire Ignatieff comme un opportuniste « en visite » au Canada, un pays pour lequel il n’avait aucune loyauté. L’architecte de la campagne conservatrice avait même fait enregistrer un site internet au Montenegro pour pouvoir profiter du suffixe me sur le site www.ignatieff.me (moi).

Wells cite un des conseillers-clés d’Ignatieff, Dan Brock:

« Je pense que nous n’avons jamais compris combien ces publicités allaient être efficaces si elles étaient présentées pendant de longues périodes entre les élections. On s’est dit ‘les Canadiens vont rejeter ces pubs parce qu’elles sont exagérées. Les Canadiens vont dire: ‘ce n’est pas bien’. Mais nous avons eu tort. Les Canadiens n’ont pas dit ça. Ils sont trop occupés à vivre leurs vies. Ils prêtent un tout petit peu d’attention à la politique et si ce petit peu d’attention est dominé par un message en particulier, bien livré et répété encore et encore, ce message va s’imprimer. Et c’est ce qui est arrivé. »

Wells cite ensuite un membre de la campagne Harper qui lui a expliqué la stratégie à mi-campagne:

« Ils disent qu’on essaie de présenter Ignatieff dans nos pubs comme un professeur faible et agité. Non. Ca c’est ce qu’on a fait avec Stéphane Dion. Dion était faible, il n’était ‘pas un chef’. Nous n’avons dit que Michael Ignatieff n’était pas un chef. Nous ne l’avons jamais présenté comme faible. Et on n’a jamais dit qu’il était une girouette. Même quand il changeait d’avis, on ne l’a pas traité de girouette.

Dans la vision qu’on voulait projeter, Ignatieff est un opportuniste politique calculateur, qui dira ou fera n’importe quoi pour être élu. C’est un intriguant. […] Je pense qu’on n’a jamais dit, même à l’interne, ‘il est malveillant’, mais c’est le sentiment qu’on voulait répandre. […] Vous ne voudriez pas qu’il marrie votre fille, vous voyez? »

Riposter ? Mais comment ?

La persistance du message négatif, alimenté par une caisse électorale conservatrice apparemment sans fond, a commencé à inquiéter les proches d’Ignatieff. Que faire ? Le responsable de la publicité libérale, Bob Richardson, avait compris que la campagne électorale était ouverte dès que la première pub anti-Ignatieff avait été diffusée. Il fallait riposter. Oui, mais, avec quel argent ?

Le directeur de campagne, Gordon Ashworth, affirmait 1) qu’il n’y avait pas assez d’argent; 2) que le dommage causé par les pubs ne seraient pas durables. Wells cite un autre membre du cercle rapproché d’Ignatieff:

« C’était une bagarre qu’on ne pouvait simplement pas gagner, parce qu’ils [les Conservateurs] avaient plus d’argent que nous. »

Avant le budget 2010, croyant que les libéraux feraient tomber le gouvernement, les conservateurs ont relancé la machine anti-Ignatieff, achetant 1 600 publicités. Contraints de faire quelque chose, les Libéraux ont eu les moyens d’en acheter… 131. « C’était un massacre », conclut la source libérale. Lorsque la campagne de 2011 a débuté, la réputation d’Ignatieff était en lambeaux dans l’opinion. Il ne pouvait rien faire pour sortir du trou creusé par l’argent conservateur.

Puisque les gains conservateurs se sont principalement faits au détriment des Libéraux, et que les conservateurs savent que tout gain supplémentaire ne pourra se faire qu’en détournant vers eux les électeurs toujours fidèle aux rouges, le prochain chef libéral doit s’attendre à subir le même sort que Stéphane Dion et Michael Ignatieff. Jack Layton devrait, aussi, avoir quelques raisons de s’inquiéter.

Avec cette différence: l’abolition du régime de financement public des partis politiques rendra la tâche plus facile aux Conservateurs, et plus difficile aux autres partis. Bienvenue dans l’américanisation de la politique canadienne.

 

Laisser un commentaire

L’ironie profonde de la politique canadienne est ainsi faite que les Conservateurs vont finir par américaniser les Canadiens-anglais à un point tel que les derniers véritables Canadiens seront les Québécois.

Pigé?

Hip… (une dernière gorgée de rhum & coke)…

…et c’est pourquoi je donnerai à partir de mainteant 20$ par année à tous les partis politique ayant des députés en chambre, sauf un.

Devinez lequel.

Cette stratégie ne semble pas avoir fonctionné au Québec. Avec des chefs comme Dion et Ignatief à la tête d’un parti moribond miné par le scandale des commandites, les Conservateurs n’avaient pas besoin de dépenser tant d’argent.

Ce sera encore pire qu’aux États-Unis. Au moins eux, ils ont deux partis solides. Avec ces mesures pour couper le financement public aux partis, seuls les conservateurs auront les reins assez solides pour gouverner et n’auront, virtuellement, plus aucune opposition. Même le NPD aura peine à tenir face aux conservateurs. Un Âge sombre pour le « plus meilleur pays du monde », indeed.

L’américanisation de la politique canadienne est préférable à son européanisation, son arabisation, son islamisation , ou sa tiers-mondisation.

On dirait que M. Lisée pense que le mot « américanisation » est une insulte!

Bienvenue dans une ploutocratie théocratique.

Le message a été multiple:
1. les boys, revenez à la maison, c’est à Québec et à l’ONU que ça va se passer
2. l’axe fédéral est maintenant gauche-droite
3. Jack est sympa
4. faudrait bien que ça change, on fait du sur place

Quand je lis les éditoriaux anglais de la fin de semaine, il m’arrive de me demander ce qui aurait dû arriver pour favoriser au maximum la souveraineté du Québec. Et je réalise de plus en plus que c’est exactement ce qui s’est passé.

Intéressant.

Monsieur Lisée,

En avez-vous d’autres sujets comme ça? C’est parce que je n’ai pas trop envie d’une dépression nerveuse.

C’est révoltant, mais pour des Conservateurs ça a l’air normal!?!? Vraiment, ils sont loin des latins que nous sommes!

Quand est-ce qu’on s’en va?

Je répondrais pourquoi Charest après deux mandats
après avoir créer une désorganisation fonction public et autres on a voter encore? Il demandait la majorité? Peu importe les réponses aux question ex: Caisse de dépôt etc.
Je regrette mais delà à cité d’américanisation le fait de subventionner ou pas les partis politique?
Le parti d’une seule personne année apres année qui recoit près de deux millions ça va pas. Que des poteaux? Quand le monde est écoeurer peu importe le budget le parti sera au pouvoir.

@honorable Parlons alors de la milliardisation de la politique canadienne. Car c’est de ça qu’il est question: le pouvoir de l’argent, pour l’argent, par l’argent…

L’idee ici est de savoir pourquoi les autres partis, qui sont assujettis au même règle que le PCC sont incapable de ramasser des dons.

Quoiqu’on en dise, la pluspart des dons recu par le parti Conservateur sont loins des limites maximales.
(au prorata les liberaux ont beaucoup plus de donateurs à 1100$)

Est-ce que les militants PC sont plus »imppliqués » je ne saurais dire.

Il me semble, sans aucun préjudice que les militants bloquistes par exemple, qui semblent plutôt feroce, devraient être capable »d’accoter » le PC….

si quelqu’un a la reponse….

Tout cela ressemble au réquisitoire d’un parti qui croyait faire l’économie d’une véritable révision de ses fondations politiques en changeant de chef.

L’effet Ignatieff, qui s’en souvient? Il était pourtant présent. La réputation internationale d’Ignatieff aussi. Mais l’envergure du parti était- elle à la mesure du nouveau venu?

Toute cette explication des déboires du PLC en relation avec les publicités négatives me semblent exagérées.

Le PLC s’est sabordé lui-même en essayant d’être le NPD à la place du NPD. Exit la coalition gauche-droite du « natural party of government ».

Le PLC s’est tiré dans le pied avec une présentation des « racines tsaristes » de Michael Ignatieff lorsque celui-ci a été présenté aux médias…

Toute la gestion catastrophique des « armes de séduction massive » que sont devenus les projets de loi du PCC en situation minoritaire, elle était orchestrée par le PCC? Non.

Et la dissension évidente au sein du caucus libéral, pendant les premiers mois de son leadership? Non plus.

Et la déclaration de Denis Coderre sur le Toronto-centrisme du parti, le fruit du travail de stratèges du PCC? Encore non.

Et ce fameux « I want my Canada back » qui rappelait de mauvais souvenirs à tout le monde, coast to coast, durant la campagne, en plus de trahir une nostalgie pour les années 1960 sans l’effervescence et la croissance économique qui allait avec elles? Une invention du PCC? Non plus.

Et qui est le « génie » qui a pensé à la « formule Matrix » de la porte Bleue et de la porte Rouge? Si ce n’était pas maladroit comme présentation, je me demande bien ce que c’était…

Pire encore, le PLC et son « rise up » d’inspiration américaine (Bruce Springsteen, c’est bien un chanteur US?), elle provenait du cerveau retors et « américanisée » du chef du PCC? Niet.

Toute cette BullShit sur l’américanisation des pratiques électorales du PCC ne peuvent être tenues responsables de la dérive idéologique du PLC.

Ce que les pubs négatives ont réussi à faire, c’est convaincre les sympatisans libéraux qu’ils n’avaient pas ce qu’il faut pour aller au front.

En ce qui concerne l’électeur moyen, c’est le manque de rigueur du PLC dans le renouvellement de son discours qui a coûté si cher.

Pour ma part, ce qui a vraiment « tué » de l’extérieur Ignatieff, ce fut le travail de sape et de longue haleine de Layton en Chambre ET lors du débat en anglais.

Lorsque le bon Jack a cédé à la bonne vieille démagogie et qu’il a traité Ignatieff de « meilleur ami de Stephen Harper », ce fut le coup de grâce puisque le principal intéressé n’a pas pu répondre à cette accusation du tac au tac. La faute à qui, alors? Celle du PLC. Point.

Bref, le parti libéral du Canada a été vaincu par deux forces opposées et écrasantes pour un parti qui refuse de se remettre en question: celle de l’inertie (votez PCC) et celle du changement (le NPD).

« La persistance du message négatif, alimenté par une caisse électorale conservatrice apparemment sans fond »

“C’était une bagarre qu’on ne pouvait simplement pas gagner, parce qu’ils [les Conservateurs] avaient plus d’argent que nous.”

« Jack Layton devrait, aussi, avoir quelques raisons de s’inquiéter. »

Et que dire des commandites!!!!!
Ajoutons le contrôle des média Gesca et radio-cacane par les fédéralistes.
C’est exactement ce qui se passe contre les souverainistes, le Bloc Québécois, le Parti Québécois, madame Marois, etc.
Je paranoïde???

Quitte à vous surprendre, Chuck Guitté exprimait la vérité et la perception d’Ottawa, lorsqu’il parlait des commandites, lors de la commission Gomery : « Nous étions en guerre! ».
Quand René Lévesque prit le pouvoir le 15 novembre 1976, Roméo Leblanc était ministre de Trudeau et il avait dit que face aux séparatistes que le Conseil des ministres du Canada devenait un »war room ».
« René Lévesque devait le [Trudeau] qualifier de « notre plus grand criminel de guerre en temps de paix. » » (Jean Dion, Le Devoir, 29 septembre 2000). P.367.
Ottawa et les anglais ont toujours été en guerre contre la nation Québécoise!

Voir « La Guerre secrète contre l’indépendance du Québec »

http://www.ameriquebec.net/2006/09/17-video-de-la-guerre-secrete-contre-l-independance-du-quebec.html

N’oublions jamais, que même si certains ont un beau sourire, nos adversaires ne sont pas des enfants de cœurs et notre deux siècles de vie commune démontre qu’ils sont prêt à tout!

Québec 475 ans en 15 minutes
http://www.dailymotion.com/video/xgm8li_quebec-475-ans-en-15-minutes_news

Si on ignore cela…. On est fait à l’os!!!!

J’aime beaucoup le commentaire de Montréalais, je ne donnais pas aux partis fédéraux mais avec ce que Harper projette de faire, je vais me lancer dans le financement politique. Il se pourrait même que la stratégie de Harper, se retourne contre lui si les citoyens appuyant les autres partis se réveillent et commencent à leur donner directement au lieu que par l’entremise de leur vote et leurs impôts.

Il a pas de cachette a se faire les scandales
on eu raison des Libéraux et c est bon pour eux
d aller au purgatoire ca sert d example si les autre PC font pas attention ils subiront le meme
sort on avais pas le choix fallait du changement

Je seconde honorable. Qu’y a-t-il de mal à ce que notre pays accepte plus les opinions différentes? Aux ÉU, le 1er amendement de la constitution garantit la liberté de parole, et ça se reflète très bien. Même le très démocrate CNN reçoit régulièrement des républicains

Harper a démoli Ignatieff, ce tsariste de Harvard !!! … et la vague orange aveugle des québécois a anéanti Le Bloc, dont l’existence même n’avait pourtant pour but que de défendre les intérêts du Québec ! Triste jour pour la démocratie québécoise. Si le peuple a toujours raison, reste à espérer qu’il se rendra compte qu’il s’est tiré dans le pied …, heureusement qu’il y aura une prochaine fois, sauf que à coup de 4 1/2 ans, c’est la vie qui passe.

@honorable

Comme si la seule alternative était entre calquer les États-Unis ou alors s’islamiser(!?) Et si le système politique canadien restait en gros ce qu’il est?

Car le système politique américain a de graves lacunes. Alors que la médiatisation de la politique va toujours croissant et que la capacité d’inonder les réseaux de messages peut être déterminante, je ne tiens pas à changer le système: un homme, un vote en système: un dollar, un vote où l’industrie noyaute les régulateurs, où le processus législatif est entre les mains des plus riches donateurs et où les lobbyistes écrivent les lois.

Établir un genre de plancher salarial, avoir un système où les partis sont jusqu’à un certain point à niveau en autant qu’ils soient populaires auprès des électeurs et laisser les électeurs juger au mérite plutôt qu’à la démesure des campagnes de pub, ça ne me parait pas choquant.

@Honorable
Encore une fois vos propos son vicieux en ce sens que vous faites des amalgames inappropriés comme bon vous semble juste pour pouvoir beurrer épais. Votre stratégie de mettre sur le pied l’américanisation l’européanisation, l’arabisation, l’islamisation , ou la tiers-mondisation(sic) du Canada est mesquine et vicieuse. Si vous voulez vivre comme aux USA ? Allez-y et soyez heureux.

Une chose est certaine plus le ROC s’américanisera plus le Québec s’en différenciera.

Vous êtes un pyromane qu’on devrait isoler, tout simplement. Mais comme la liberté d’expression existe pour pouvez continuer à mentir comme bon vous semble.

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. » [Voltaire]

La réflexion de Tony Blair sur ses adversaires politiques est subtile et donne beaucoup d’efficacité à une stratégie négative… Si le PQ appliquait cette méthode à Charest, ça serait de le décrire non pas comme un menteur mais comme « quelqu’un qui a quelque chose à cacher ». Hélas, l’entourage de Mme Marois n’a pas le dixième de finesse politique des conservateurs canadiens sinon Charest serait déjà dans un bureau d’avocats (comme Bouchard d’ailleurs). La position des fédéralistes (en fait, les dépendantistes québécois) est fragile et peu être battue. Il ne manque que le courage et un peu d’imagination mesquine !
L’article du Maclean est super, merci!

Je me demande réellement si les Conservateurs adoptaient une loi pour cesser de subventionner les partis politiques pourquoi elle ne devrait pas être contester par le tribunaux et même se rendre jusqu’en Cour suprême.

Personnellement, même si je suis souverainiste j’accepterais de participer à un fonds spécial dédié à financer une telle action devant les tribunaux.

J’ai toutes les difficultés à comprendre les cons qui tiennent absolument à l’adoption de cette loi qui est en fait une attaque frontale à la démocratie et qui ouvre complètement la porte à la toute puissance de la richesse pour contrôler la politique du Pays. En plus d’être antidémocratique et immorale l’adoption d’une telle loi pourrait bien un jour ou l’autre se tourner contre ceux qui l’auront fait adopter. Les conservateurs devraient y réfléchir.

«Qu’il soit noir, juif ou arabe, un type bien est un type bien et un enfoiré sera toujours un enfoiré.» [Guy Bedos]

Il a gagné, malgré tout ! donc ne soyez pas inquiet pour une fois depuis trois élections, nous avons un gagnant, avons nous peur des gagnants.
moi non !!!

On a tendance à croire que la démocratie est vertueuse. Or il n’en n’est rien. La démocratie a ses limites.

Le fait que les partis politiques seront privés des montants d’argent qu’ils étaient en droit de recevoir est un déficit démocratique. Pire c’est de la dictature.

Si des compagnies pétrolières par exemple donne l’argent au parti conservateur et qu’en retour le parti conservateur donne des avantages fiscaux aux pétrolières et que ces mêmes pétrolières présente des profits records, il y a déficit démocratique et c’est de la dictature.

C’est bien évident que les intérêts et du parti et des pétrolières vont de pair.

Ces argents que le parti conservateur utilise pour des publicités négatives relève de l’éthique. Y-a-t-il de l’éthique chez les dictateurs.

Nous sommes toujours en attente d’un état pour une nation reconnue. Toutefois nous sommes gérés par une tutelle qui et l’avenir le prouvera permettra de se rendre compte que la tutelle n’est pas virtuelle mais bien réelle.

Personnellement je ne vivrai pas sous tutelle et sous dictature. J’ai été créé libre et je n’observerai pas ou subirai la loi de la dictature.

« Deux mai: Pourquoi Harper a gagné ! »

En fait, Harper a PERDU le Québec… c’est ce qui importe.

Et aujourd’hui dans les médias, Chrétien peut bien se moquer du NPD au Québec, c’est quand même lui LE responsable de la déconfiture du PLC au Canada, avec le mot «commandites» tatoué dans le front d’Ignatieff.
Chrétien a tenté de couler financièrement le Québec, il ferait mieux de ramasser ses millions de drapeaux et d’allez jouer au golf avec ses balles «Signatures» et de nous foutre la paix une bonne fois pour toute.
(Mais n’allez surtout pas écrire ça sur le site de Radio-Canada, on va rapidement vous censurer!)

Vivement l’abolition du régime de financement public pour les partis; les Québécois vont sortir encore plus vite du dicdat canadien-anglais!

@honorable

« L’américanisation de la politique canadienne est préférable à son européanisation, son arabisation, son islamisation , ou sa tiers-mondisation. »

À oui, on oubliait. Il n’existe que ces choix dans la vie. La Canadadianisation du Canada, ça vous est jamais venu à l’esprit.

D’ailleurs qu’est-ce que l’européanisation? Quoi, il existe des valeurs européennes? Pouvez-vous me les nommer? J’ai toujours cru que l’Europe étaient formé d’une cinquantaine de pays différents.

Son arabisation?

Comment peut-on s’arabiser? Il est possible de changer de sexe, mais changer de race? Par arabisation, voulez-vous dire que les Canadiens, en majorité de race blanche, deviendront de race arabe? J’ai beau réfléchir, je ne vois pas comment une telle chose peut arriver

…En passant, les nazis tenaient le même genre de propos. Il était même interdit de faire un enfant à une juive pour ne pas modifier la race allemande. Ce serait aussi un bon moyen pour éviter l’arabisation des Canadiens…

Islamisation?

Arrêtez de regarder Fox News. Il n’existe pas d’islamisation. Le Canada ne deviendra jamais une société islamique. Où voyez-vous que notre société adopte des valeurs et coutumes provenant de l’Islam?

Tiers-mondialisation?

Là, vous avez raison et ça la tiers-mondialisation vient avec l’américanisation. Les valeurs américaines étant « la loi du plus fort » où le peuple ne fait que s’appauvrir au détriment de la classe dominante. Exactement comme au tiers-monde.

Vous épouvantails style années 50 sont complètement bidons.

Pour en revenir à l’article du Macleans, on peut voir comment la politique n’est que manipulation des pensées. Que la façon de prendre le pouvoir est de jouer dans la tête des gens en créant des formules de phrases, des slogans et des images et, qu’au fond, les thèmes ne servent à rien. Il y a décidément vacuité de fond.

Finalement, on voit à quel point l’équipe de communication des Conservateurs est brillantes et qu’elle n’a rien a envié aux autres partis. Imaginez maintenant si les autres partis perdaient le financement public. Ils ne feraient plus le poids face aux Conservateurs. Ces derniers auront le champ libre pour nous manipulez et faire de nous des zombies.

Y’en a marre des «Bienvenue dans l’américanisation de la politique canadienne.»

J’imagine que c’est cette conceptualisation de la gauche pédante des méchants américains, mais qui se perd de toute façon avec Obama à la Présidence. Donc, on est à veille de parler de la canadianisation de la politique américaine. Car en effet, le beau fédéralisme décentralisé, il se brouille aux États-Unis et s’affirme ici.

Ce n’est donc pas nous qui devenons comme «eux», c’est «eux» qui se trompent en devenant comme «nous»… Dans le fond, il suive la piste désastreuse du progressisme. Alors que l’Occident en entier font élire des partis de droite pour sabrer dans les dépenses publics.

Donc, américanisation de qui… je crois que le seul endroit qui a besoin de s’américaniser… c’est les États-Unis d’Amérique!

A moins que je ne m`abuse,il me semble qu`au moment ou il m`a fallu quitte le Quebec,la grosse machine rouge me suggerait ceci:Quand la gestion interne est approprie,les pressions exterieures sont facilement manoeuvrable…Ca me reconforte tout de meme un peu l`ego cette situation la.
Andre de Calgary

J`ai oublie de dire.On a les conservateurs qui nous disent qu`ils vont respecte les competences des provinces,les liberaux ont finalement atteins un federalisme de respect et le bon Jack va virer ca en progressisme-conservateur-centralisateur.
Ha bon!

Pour quoi Harper a gagné ? Cela reste un mystère, comme le secret de Fatima ! Les explications qui disent qu’il y a des groupes extrémistes ne me convainque pas. On le saura avec le temps. Il faudrait faire un voyage dans le canada pour étudier la question. Il ne faut pas oublier que la polarisation entre le canada et le Québec n’est pas innocente, Diviser pour régner est une piste….

Ce qui a vraiment fait la différence pour que Harper obtienne sa majorité c’est (L’argent) et le vote ethnique:

How courting the immigrant vote paid off for the Tories

(…)

The transformation of the Conservative party began in 2006 when Mr. Kenney embarked on a cross-country listening tour, engaging ethnic community leaders who previously felt repelled by the party. He asked what government could do for them. Then he initiated a series of symbolic gestures designed to build relationships, such as the apology for the Chinese Head Tax and cutting the immigrant landing fee.

A Conservative source said there was a deliberate strategy to deliver on the issues that mattered to these communities, but not instantly. That way they could create a constituency of “askers,” motivated leaders who could be converted to supporters.

(..)

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/how-courting-the-immigrant-vote-paid-off-for-the-tories/article2009234/

….

P.s Ironie de l’histoire: Le clientélisme communautaire est un sous produit du multiculturalisme, qui achever le Parti Libéral qui l’a créer.

En 1958, Eisenhower avait sonné l’alarme en avertissant ses compatriotes que le complexe militaro-industriel était à mettre la main sur la gouvernance des USA par le biais des caisses électorales. Aucun de ses successeurs n’a daigné écouter son cri d’alarme. Aujourd’hui, aux USA, les citoyens sont les esclaves inconscients de machines électorales qui les dominent.Si bien, qu’à bien des égards, les USA n’ont de démocratique que le nom.
Ici au Canada, avec Harper, nous sommes en voie de suivre pareille route.Alors, avec notre système démocratique déjà fort bancal, nous aurons tôt fait d’être tout-à-fait esclaves des machines de propagande.
Heureusement qu’au Québec, nous avons déjà plafonné les dons à 1 000$ et le PQ promet de rabaisser ce plafond à 100$.

@ Leon Blanc-Sec
« Car le système politique américain a de graves lacunes. »
Un véritable système démocratique établit une nette différence entre les différents pouvoirs: le législatif fait les lois et met sur pied les programmes; l’exécutif applique les lois et réalise les programmes; le judiciaire interprète les lois.
C’est ce que nous avons aux USA. la seule véritable lacune est le financement des partis politiques qui est entièrement entre les mains des financiers qui, contrôlent totalement et les partis et le gouvernement. En 1958 Eisenhower les avait mis en garde contre pareille main-mise mais ses successeurs ne sont pas intervenus.
Notre système de gouvernance est bien plus bancal. Le premier ministre est un véritable monarque avec pleins pouvoirs réels. Il fait les lois et il applique les lois. Et rien ni personne ne peut y faire quoi que ce soit. La ligne de parti fait de nos députés des tampons à estampiller les décisions du chef. C’est pourquoi, nous pouvons voter pour n’importe qui puisqu’il ne pourra, pendant tout son mandat, que de répéter et approuver les paroles de son chef.
De plus, notre premier ministre, comme on l’a vu lors de la Commission Bastarache, a une influence certaine sur la nomination des juges. Il est un véritable dictateur pendant toute la durée de son mandat.
Démocratie, mon oeil!
Démocratie, mon oeil!

Si au Québec, comme le dit Foglia, on est incapables de différencier la gauche de la droite, il appert qu’au ROC on n’arrive pas à différencier le Canada des USA. Et pourtant, c’est bien plus gros comme exemplarité de stupidité politique.

Lorsque Harper aura détruit ce à quoi tiennent les électeurs progressistes, le fruit aura mûri et il sera temps de le cueillir.

On va s’ennuyer du Roc c’est épouvantable !

Bonjour,
L’important dans tout ça, c’est que le Canada fonctionne et le Canada fonctionne bien et même très bien. En tant que fier libéral depuis toujours, ayant voté quelques fois NPD lorsque les libéraux n’avaient aucune chance dans un fief du Plateau, je veux bien croire que les publicités négatives depuis les touts débuts concernant Monsieur Michael Ignatieff lui ont fait un tort immense en le montrant comme un apatride qui a fait carrière dans le monde universitaire des grandes universités américaines. Cela est une partie du dilemme, mais ce n’est pas tout.
En effet, dès le début de leur gouvernance, les Conservateurs se sont approprié le programme électoral du Natural Governing Party en gouvernant au centre de l’échiquier politique Canadien dans la politique intérieure avec l’interventionnisme tout azimut de l’État Canadien et non pas de faire comme des Tory’s en laissant aller le marché à lui même. Les Conservateurs de Monsieur Steven Harper ont gouverné malgré eux comme des Reds Tory’s en ayant pris conscience que le Canada se doit d’être gouverné au centre de l’échiquier afin de réussir d’avoir la cote auprès de l’électorat Canadien. En gouvernant à la sauce Libérale face aux Canadiens, le Canada par ses politiques sociales continuait de se démarquer fortement des Yankees. Cela donna la résultante du 2 Mai qui confirme le tout.
Par ailleurs, il est bien évident que pour calmer la frange conservatrice de l’Alliance, les Conservateurs ont amené une droite moraliste au niveau des tribunaux en étant aidés à ce niveau par les Bleus québécois du Bloc Québécois qui proposaient des mesures à faire rougir les plus à droite de l’Alliance Canadienne comme le renversement de fardeau de la preuve et des lois anti gangs. Maintenant qu’il ne reste qu’un petit Morceau de Bloc, nous aurons la paix de ce côté. La politique extérieure Canadienne devra grandement retrouver son lustre d’antan et le NPD sera de rigueur pour le démontrer et rappeler aux Canadiens ce que doit être le Canada dans le monde avec dans sa petite poche arrière le Québec dans un Canada plus uni que jamais depuis Meech.
En outre, nous devrons nous y faire car dans ma boule de crystal, les Conservateurs gouverneront comme des Reds Tory’s en se tassant carrément au centre de l’échiquier politique Canadien face à une vraie gauche qui incarnera avec le NPD ce que doivent être les valeurs Canadiennes au lieu d’avoir toujours dans les jambes le chien dans le jeu de quilles que fut le Bloc Québécois qui finira d’ici 4 longues années son agonie en direct d’Ottawa.
Finalement, beaucoup de nos nationalistes vont continuer de revenir tranquillement à la raison en perdant leurs illusions l’une après l’autre. Les Conservateurs ont tout intérêt à se positionner au centre de l’échiquier pour les 4 prochaines années et c’est ce qu’il feront à coup sûr. Ce n’est pas les coups d’épées dans l’eau ni les cris d’orfraies poussés par les petites vierges offensées que sont nos nationalistes québécois qui y changeront quoi que ce soit.Car pour eux dont le sport favori est de se lamenter pour tout et pour rien, nos petits amis séparatistes devront se lamenter contre la vertu car ayant démonisé les Libéraux Canadiens, les Conservateurs ensuite, nos petites boules d’émotion nationale verront que s’attaquer à un parti de gauche comme le NPD qui défendra les valeurs Canadiennes et québécoises en même temps deviendra un sport extrême. En s’attaquant au NPD dans les derniers milles de la campagne électorale, le Bluff Québécois a complètement perdu la face et cela ne fait que commencer. En gouvernant au centre de l’échiquier politique Canadien en y étant contraint par des libéraux pressés que sont le NPD, le Canada en sortira plus fort que jamais. Bien à vous, John Bull.

Pourquoi vous n’avez rien vu venir de la débacle du camp souverainiste…? une debacle historique…pourtant je vous lis regulièrement…c,est le problème avec les idéologues…ils sont loin des réalités des gens…oui pourquoi Harper a gagné !!!

Est-ce qu’on a pris des notes au PQ?
C’est pas en disant le Canada est un beau pays, comme disait Duceppe, qu’on va faire l’indépendance. C’est en démonisant le Canada.

La politique que les conservateurs ont appliqué à Harper c’est la politique que le PQ devrait appliquer au Canada.

Le PQ prend le pouvoir et se lance dans une campagne sans fin de dénigrement du Canada basée sur des faits basics, genre

1) Harper et Martin ont tué 6 fois plus de Québécois (en Afghanistan) que les bombes du FLQ en 10 ans
2) Le Canada va compter plus d’immigrants en 2011 que de Canadiens français
3) Le Manitoba reçoit, per capita, deux fois plus de péréquation que le Québec

Etc.

C’est vrai qu’au niveau de la stratégie les souverainistes n’ont rien inventé. Le mouvement devrait penser à recruter chez les anglos pour ce qui est des idées tordues.

Faut absolument lire Pratte ce matin .Lui ce ne sera jamais un collecteur de fond pour le fédéralisme mais plutôt l’évesque à la limite de l’inquisition pour l’église du Canada, qui ce matin ne veut nous absoudre de notre péché d’avoir voté bloc pendant toute ces années.

@Denis Drouin: si le Canada s’américanise, il doit forcément s’éloigner d’une ou plusieurs autres tendances considérées comme non américaines, comme l’européanisation, l’arabisation, l’islamisation, ou la tiers-mondisation.

Cela tombe simplement sous le sens commun.

C’est bien beau de cracher sur l’américanisation, mais regarder aussi les alternatives!

Naturellement, pour vous, envisager ne serait-ce qu’une seconde que le gouvernement conservateur a gagné ses élections car il aurait plus d’allure que les autres, c’est impossible sur votre planète.

Vous n’avez pas une haute opinon de l’intelligence des électeurs, soit dit en passant…

Le Canada n’a plus rien à offrir au Québec.

Un peuple qui s’est approprié le nom, le drapeau et finalement l’hymne nationale d’un autre peuple, n’a aucun avenir. Ne sont même pas assez fier pour se proclamer pays et foutre la monarchie dehors.

Ils ont voté pour la fin du Canada et pour une fois ils ne pourront pas blâmer les québécois!

honorable
américanisation et arabisation dans la même phrase? j’aurais plutôt utilisé sionisation…

M./Mme honorable

Je viens de lire votre commentaire sur l’américanisation du Canada. Vous êtes complètement obnubilé et vous en perdez toute votre faculté d’analyse. Votre thèse serait que faute de s’américaniser, le Canada, nécessairement subira l’européanisation, l’arabisation, l’islamisation, ou la tiers-mondisation(sic). Donc le Canada ne pourra jamais être lui-même, distinct de son voisin ou de d’autres entités ailleurs dans le monde.

Voilà une raison supplémentaire, si tant est que vous ayez raison, pour le Québec de décréter sa souveraineté. N’oublions-pas que pour de nombreux canadiens, pas souverainistes pour deux cennes, la spécificité québécoise, tant par sa langue, sa culture et ses valeurs en général est un réel et efficace rempart contre l’américanisation du Canada justement. Des personnages comme Trudeau (PET), Joe Clark, Brian Mulroney et même L.B. Pearson à son époque l’ont pleinement reconnu.

Votre culture historique aurait probablement besoin d’une bonne mise à jour objective afin de vous puissiez vous remettre les trous devant les yeux. Ça pourrait vous empêcher de dire n’importe quoi juste pour faire ch** le monde.

À bon entendeur, salut !

Harper a perdu, il n a pas gagne !

Le vrai gagnant, c est Layton
qui passe d une trentaine a plus de 100 deputes
qui devient l Opposition officielle
qui represente la Province de Quebec officiellement

Harper a seulement gagne les sieges
mais reste minoritaire en pourcentage des votes.

« Harper a gagné parce que les gens ont aimé son programme.

Aussi simple que ça. » (David)

Avis aux fédéraleux canadians Québcois gratons:

60,4 % des Canadiens n’ont pas aimé le programme de Harper.

C’est aussi simple que cela.

Bonjour,
Pourquoi les Conservateurs ont ils gagné de cette façon au Canada ? Il faut bien quelques fois se dire les vraies choses ! Les Conservateurs ont gagné en s’attaquant aux libéraux constamment avec de la publicité négative il est vrai depuis quelques années mais surtout, la stratégie des Tory’s était de diviser le vote centre et centre gauche en ayant eu la collaboration manifeste d’à peu près tous les médias d’information au pays. Tout de suite après les deux débats télévisés, des sondages sont sortis pour créer une tendance, une vague vers le NPD. En affaiblissant ainsi les libéraux, les sondages prétextaient une immense vague orange.
Finalement, comme le démontre bien la chronique de ce vieux bougre de Pierre Foglia de ce matin, les québécois non politisés comme sont les Canadiens en ne sachant même pas la différence entre la droite et la gauche ont voté comme des queues de veaux au printemps. Monsieur Jack Layton a enfourché ce cheval gagnant en disant aux québécois si complexés comment ils sont différents et uniques. Et le Québec est parti presque au complet sur la vague orange tout comme la même vague avait déjà fait l’affaire des nationalistes auparavant quand les pures laines se garrochaient tout d’un bloc pour le Bloc. Et pourtant, ce sont exactement les mêmes queues de veaux qui les portaient au pouvoir en se faisant dire qu’ils étaient donc uniques, si différents…… Monsieur François Legault n’aura qu’à répéter la même cassette et ce sera un balayage en règle du Québec en se tassant carrément à droite…… Branle sur un bord, branle sur l’autre pourvu que ça branle dans le manche. Un beau matin, le Canada va se lasser et va proposer aux québécois de les foutre dehors juste pour le fun….. Tout comme ce député conservateur il y un an qui proposait pour rigoler un référendum au 15 ans à date fixe. C’est là que nos nationalistes n’entendaient plus à rire …… Bien à vous, John Bull.

Tous ceux qui admirent le système politue américain soit n’y connaissent rien ou ne connaissent pas la définition du mot démocratie. Je suis assidument la politique américaine depuis 40 ans. C’est un système pourri jusqu’à la moelle. Le dernier clou dans le cercueil? La décision de la cour supême américaine de n’imposer aucune limite aux dons politiques des compagnies. Et en plus aucune obligation de dévoiler leur nom. Hugo Chavez n’en demanderait pas autant.

Comment faire dès maintenant une publicité négative contre Stephen Harper: en soulignant les demi-vérités, les dissimulations, les francs mensonges de son équipe, puis en montrant que, pour lui, ça n’a aucune importance…

@ Patriote_46 (# 28):

« En fait, Harper a PERDU le Québec… » (sic)

Toujours dans le déni hein?

En fait, vous auriez dû écrire « les séparatistes-bloquistes ont PERDU le Québec…c’est ce qui importe!!! »

Voilà…c’est mieux, c’est clair et ça correspond à la VÉRITÉ…

@honorable

Ce qui tombe sous le sens, c’est qu’avant Harper, nous n’avions pas ces publicités ridicules de dénigrement entre les campagnes électorales et que nous ne subissions pas ce discours simplet alors qu’aux USA, leurs publicités utilisaient déjà ces tactiques. Et nous n’étions ni arabisés, ni islamisés, ni européanisés, ni tiers-mondé. Admirez les USA tant que vous voulez, on n’est pas obligé d’importer ce qu’ils font de moins bon.
Et ce n’est pas une raison pour limiter ses alternatives aux régimes totalitaires ou rétrogrades. Je vous dis ça, mais je suis sûr que vous le saviez AVANT d’écrire votre texte.

Les gens ont tellement aimé Harper qu’ils ont voté à 60% contre. Comme dirait la madame des lignes ouvertes: « Félicitations pour votre beau programme! »
Sérieusement, si il fournit autant de cash pour obtenir une majorité aussi courte (une dizaine de députés), qu’est-ce qu’il va faire quand il aura un parti en santé en face de lui, avec un chef qui a de la répartie et un minimum de charisme?
Je gage un petit deux qu’il va continuer à subventionner le Bloc Québécois pour diviser le vote au Québec. En matière de démocratie et de transparence, ce ne serait pas la première fois qu’il change d’idée. À ce propos, maintenant qu’il est majoritaire, va-t-il respecter son engagement d’élections à date fixe, cette fois?

On est enfin débarrassé du Bloc… Vous pouvez démoniser Harper tant que vous voudrez! C’est fini la pension fédérale pour les syndicaleux Montréalais… Cessez de chercher de midi à 14 heures. On s’est volontairement débarrassé du Bloc, on en est content et on espère de plus que les subventions pour les « tartistes » qui ne sont pas bons vont cesser. Subventionnons le succès plutôt que la médiocrité. Un coup atteind, on subventionne quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui a du talent. Fini les bananes volantes subventionnées. Le plus tôt le mieux SVP. Bon vous allez dire que je suis américanisé et bien non… Je suis dé-Blocqué et en suis fier.

Stéphane Dion avait expliqué cela, les campagnes de salissage faites par le Parti conservateur, à Isabelle Maréchal, la semaine dernière à la radio.
Le Parti libéral est au courant depuis lonptemps. M.Dion s’est fait faire le coup avant Ignatief.

On dit que le mépris n’aura qu’un temps… Ça fait près de 40 ans que j’entends ça, c’est pas demain la veille qu’on va s’en sortir.

Je constate que cette stratégie n’a pas fonctionné au Québec. Les libéraux sont morts depuis le scandale des commandites. Si le Bloc a mangé « sa rince » cette fois, c’est qu’il n’avait rien à défendre sauf sa propre peau. C’est aussi l’effet de vingt années de défense des intérêts du Québec. Ce fut efficace mais pas « glamour ».

Tous s’entendent pour dire que la souveraineté n’est pas morte ni même malade. Même les tenants du fédéralisme le disent que ça demeure une option valable pour les Québécois. Malheureusement, il n’y a pas de gens talentueux dans la députation du NDP pour assurer la protection des intérêts québécois. Ceux qui voudront sortir la tête du troupeau seront vite rabattus par les anciens; les « expérimentés » qui voudront les meilleures postes, dans les meilleures commissions et les meilleurs sièges autour de Smilling Jack. Le pauvre Jack n’entendra que l’anglais autour de lui, y compris provenant de Thomas Mulcair.

La force des Conservateurs est d’avoir très bien ciblée ses électeurs et tenue exactement le langage qui convient. En réalité, la majorité des canadiens ne savent pas le moindrement du monde la signification d’un outrage au Parlement. Tandis que : « donnez moi une majorité » ça tout le monde comprend, les québécois ont compris cela en 2008 aux provinciales et même les français ont très bien compris ça en 2007. Les canadiens sont-ils plus intelligents que le ROTW (Rest of the World), je ne penserais pas !

Dès le début de la campagne, je me suis dit que Michael Ignatieff avait commis une erreur fatale en faisant tomber le Parlement sur l’outrage. Il aurait été plus avisé de faire tomber le Gouvernement sur le budget. Parce que les questions sur : « qu’est-ce qui va rester dans – ma sacoche – après l’élection ? » ça tout le monde comprend.

Après, je me suis laissé entraîner par le rythme de la campagne et je me suis dit que l’outrage n’était pas un obstacle au succès. Faux ! Je ne croix pas que les publicités négatives sur la personne de Michael Ignatieff aient eu un impact si dévastateur. C’est ennuyeux à dire, pour gagner cela prend une campagne fruste qui s’adresse à des gens dépourvus d’une grande intelligence. Des gens sans éclats qui dans ce système électoral ont réellement la balance du pouvoir. Si vous parvenez à séduire plus ou moins deux mille insignifiants dans une circonscription, lesquels votent pour vous ; vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.

Les Conservateurs ont des stratèges de génies qui ont parfaitement compris que moins de 5% d’électeurs au Canada choisis parmi les classes moyennes sont en fait des rois. Et savez-vous quoi ? C’est qu’en 2015, rien n’indique que cette stratégie ne fasse pas encore des petits y compris au Québec, comme le québécois n’a pas démontré dans son déni aux couleurs orangées qu’il était tellement plus intelligent que les autres. Alors pourquoi pas les Conservateurs si on n’est éternellement pas prêt pour la Souveraineté ! – À quand un Bloc Conservateur Québécois ?

C’est très long, tous ces articles dans le MacLean’s…
Ce que je retiens, c’est surtout le pouvoir de l’argent dans cette campagne électorale. Dans le contexte où le financement public des partis risque fort d’être aboli, c’est très inquiétant.
À part les histoires de pubs télé que M. Lisée nous résume, les nombreux sondages et « focus-groups » doivent aussi coûter pas mal d’argent et ont été profitables pour Harper.
Aussi, alors que tout le monde parle des biais de Radio-Canada qui est toujours contre les conservateurs, je note que les stratèges conservateurs ont été très contents que les médias jouent leur jeu en parlant de coalition pendant au moins une semaine en début de campagne, plutôt que de parler de l’outrage au parlement qui a provoqué l’élection, comme l’aurait souhaité Igniatieff. Ils ont alors pu laisser croire aux canadiens qu’ils ont été battus sur leur budget.

Je n’appèle pas ces pubs de l’américanisaton de la politique canadienne, j’appèle çela un plan stratégique. Ignatief était un opportuniste avant ces pubs. M. Harper est excellent avec les stratégies et je l’admire pour çela…de défaire son adversaire pour l’éventuel victoire afin de pouvoir avancer. Ls meilleure stratégie de Harper est lorsqu’il répetait que l’opposition était responsable d’avoir déclanché une autre election, simplemenmt pour vouloir prendre le pouvoir. Ceçi a agacé tout le monde.

Ignatief n’a pas perdu simplement à cause de ces pubs, il avait tassé Dion pour son ambition de devenir chef des Libéraux, il se pensait totalement invincible et voulait maintenant tasser Harper… il a vu trop gros.

Deuxiemenment,son accent prétentieux, sa voix ennuyante et ses tactiques n’avaient pas de mordant…he was as dull as a professor. Jack was as fresh as sparkling water….et lui a tassé Ignatief etle hargneux Bloc. Surprise! C’est merveilleux la politique.

S.Gladu
J’ai souvenir que le parti concervateur organisait plusieurs événement pour le financement. Ils ont été très actifs et récolter en conséquence. Vous avez un site ou il est possible de voir les bilan financier

Le lien au fédéral : http://www.elections.ca/fin/pol/asset/2009/green_2009.pdf
Chaque année
Le parti vert 2009 : 1 863 155.00
Le Bloc Qc. 2009 : 2 742 215.00
AU provinciale:
Au Québec Le lien : http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/provincial/financement-et-depenses-electorales/allocation-versee-aux-partis-politiques.php
Chaque année
ADQ 470 605.46
QS 115 157.77
Vert 62 343.57
PQ 842 675.10
Libér 1 209 861.87

Le plus scandaleux dans tout ça, c’est la contribution gratuite des grands journaux Canadians à cette campagne de propagande par leur silence et surtout leur approbation du PCC comme gouvernement majoritaire en page éditoriale à la veille du vote.
Rarement je n’ai vu de ma longue vie un tel désengagement de la société Canadian face à un gouvernement qui se cache derrière une façade de démocratie mais qui est en réalité beaucoup plus proche du Tea Party des USA que l’on veut bien l’admettre dans les médias Canadians.
Ces mêmes médias ont de plus le culot de nous accabler de tous les maux inimaginables.Avec tout cet argent et tout le pouvoir qui va avec, où le le parti de Harper a t-il l’intention de conduire ce pays?

Que le Roc ait voté contre Ignatieff sur la base de publicités stupides et vides illustre bien que l’électeur Canadien n’est pas plus fort intellectuellement que l’électeur moyen du Québec.

Et c’est partout au Canada que les électeurs ont voté contre les Libéraux, sauf au Québec, où on a choisi le changement de parti en faveur du NPD mais en demeurant consistant : vote à gauche (contrairement à Foglia). Les Québécois désiraient deux choses : la minorité de Harper et un réel pouvoir de changer les choses à Ottawa avec leur vote orange.

Et croire que Harper est si fin qu’il naviguera plus au centre par stratégie c’est faire l’économie de sa véritable nature idéologique. J’en prendrai pour exemple ses lois concernant les contrevenants. Un épiphénomène qui illustre la fascination du contrôle et à tel point qu’il s’est donné comme bâton de pélerin ce sénateur Boisvenu, personne en processus de deuil, grand malade, incompétent de la chose juridique, qui nous éloigne de la justice équilibrée qui pourtant était le lot du Canada d’avant Harper.

Alors certains d’entre vous peuvent continuer de vous avilir en sortant toutes les épithètes négatives à l’endroit de la démarche nationaliste et de ses partisans, vous ne faites ainsi que la démonstration d’une manie : le mépris des autres et des pensées différentes de la vôtre.

On peut discuter des idées sans s’attarder à décrire le messager comme étant inférieur à soi.

« Qui parle de ses inférieurs n’en a pas ».

Le système démocratique fait la place à l’expression des différences. Si l’on nie ces différences, on verse du côté du totalitarisme. Ce que font certains ici avec condescendance et flagornerie.

@François 1 (#54)

Vous divaguez une fois de plus…

Personne ici n’a occulté la défaite du bloc au Québec mais votre «VÉRITÉ» confond l’idée de la souveraineté du Québec avec un des outils mis à la disposition des Québécois (le Bloc à Ottawa) pour y parvenir.
Et sans le vouloir, la hargne de vos commentaires ne fait que raviver le désir de souveraineté pour le Québec. Merci!

Pour aller chercher les votes qu’ils ont besoin, ni le PQ ni le Bloc n’arrivent à fournir une réponse claire à deux questions simples :

1- Qu’est-ce qui ira vraiment mieux après ?

2- Quelle est l’identité des Québécois qui veulent un pays ?

À force d’attendre ces réponses ont fini par se lasser… et on passe à autre chose…

( et qu’on nous sorte pas des réponses du style «on va être entre nous autres pour décider de nos affaires») SVP…

Les résultats des élections du 2 mai sont si clairs… comme de l’eau de ROC (Rest Of Canada).

Les Canadians et les Québécois sont à ce point diamétralement différents et opposés que occulter cette réalité par toutes sortes d’explications tordues tient à la fois de la myopie et de la presbytie politiques longuement encrassées.

Les Canadians sont supposés savoir où ils vont avec leur Canada. Les Québécois se sont fait piéger et flouer dans leur démarche d’indépendance par plusieurs Canadians mais aussi par plusieurs Québécois/Canadians. Souvenons-nous de la marche ON VOUS AIME QUÉBEC du Canada anglais le 27 octobre 1995 avant le Référendum. Plusieurs Québécois le voient maintenant qu’il s’agissait du baiser de la mort.

Car, Harper, c’est le Canada profond, le vrai Canada. Pas celui des Libéraux du Québec ou de l’Ontario dite progressiste. Tout le Québec a devant lui une réalité on ne peut plus limpide. Vivement l’indépendance !

L’histoire se répète… Mulroney et Chrétien on fini leurs mandats en queue de poisson après de belles majorités. La gangrène mine déjà les mollets du PC… Les exemples sont nombreux. Aucun édifice financier ne peut soutenir l’auto-destruction du parti ou d’un gouvernement puissant. L’histoire se répète.

@ Renée Houde

Politique des prix imbattables-WalMart = Pcc

Ils acheterons de tout jusqu’a se ruiner dans les aubaines.

Votre démarche en est une de consommation, cheap buyer = cheap thinker

Plus ou moins d’accord. Les libéraux, et non pas seulement Michael Ignatieff, ont perdu. Le Bloc qui s’était donné comme seule mission (du moins c’est ce que disait la publicité) d’empêcher l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire dirigé par un Stephen Harper a lui aussi causé sa propre perte. Pendant ce temps-là, le NPD, dirigé par un Jack Layton sympathique, souriant et défendant la veuve, l’orphelin, les chômeurs, les travailleurs et les retraités a frappé sur les bons clous pendant toute la campagne. Pendant ce temps là, au Québec, les médias ont commandé des sondages qu’ils ont immédiatement remis en doute dès leur publication parce qu’ils ne donnaient pas le Bloc gagnant. Les souverainistes mous et généralement indifférents à ce qui se passe vraiment à Ottawa se sont laissés dépassés dans l’indifférence par les « fédéralistes-nationalistes-québécois ». Le message de la gauche a effectivement porté fruit et l’appel aux jeunes a fonctionné à merveille. Au Québec, Stephen Harper a mordu la poussière parce qu’il savait, entre autres, que le Québec n’était plus indispensable à une majorité conservatrice. Il a laissé tomber.
En passant, Gilles Duceppe a arboré tout au long de la campagne un air « de démon de Tasmanie » et a donné l’impression que sans lui et son Bloc, il n’y avait pas de salut pour les Québécois. Le Québec ne veut plus être pris pour acquis par une formstion politique qui n’a que l’Opposition à offrir, tout simplement.

Croire qu’il n’y a d’autre choix que l’américanisation démontre une perte inquiétante du sentiment d’identité chez l’auteur de ce commentaire. Comme si la canadianisation n’était pas une option sérieuse. Mais voyons, on n’est pas obligé d’être des «suiveux»! Comme Canadiens, nous avons nos propres valeurs, nos traditions, notre histoire propre, notre mode de vie en fonction de notre climat et de notre géographie en plus de notre bilinguisme officiel. Ça c’est unique et ça nous définit. Nous devrions plutôt croire en notre rayonnement à l’échelle internationale grâce à nos valeurs, malheureusement compromis par les politiques de Harper et de ses ultra conservateurs, mais encore bien vivantes dans le coeur de la majorité de nos concitoyens. N’oublions pas que le modèle américain si cher à Harper connait de sérieuses ratées et a conduit jusqu’à maintenant à plus d’injustice et plus d’inégalité. Sans mentionner que les États-Unis sont le pays au monde où ça coûte le plus cher pour se faire soigner. Je n’en veux pas de ce modèle là, jamais.

Les plus populaires