Pourquoi la droite aime les hauts taux de suicide

Pour certains, à droite, il est important que les Québécois continuent à se penser dysfonctionnels.

Il y a des réflexes qui disent tout. Des moments où on agit ou on parle sans réfléchir, par instinct. Et ces moments nous dévoilent tel que l’on est, sans fard et sans masque. C’est ce qui s’est produit ce mardi, lorsque j’ai mis en ligne un extrait de l’intro de mon nouvel ouvrage, Comment mettre la droite K.-O.

J’entamais ma démonstration en crevant l’idée reçue voulant que le Québec ait, ou ait eu, un des taux de suicide les plus élevés au monde. Ce n’est pas un argument proprement économique, il n’est pas au cœur du procès permanent que fait la droite aux choix sociaux du Québec, mais il est utilisé comme une pièce à conviction supplémentaire.

Je sais d’où vient cette fausse information. Pendant quelques années, pour une raison que je ne m’explique pas, l’Institut de la santé publique du Québec, qui calcule notre taux de suicide, a présenté dans son rapport un tableau de « pays sélectionnés », dans lesquels le Québec figurait en cinquième place. C’est le cas dans son rapport de 2010.

Bizarre, car le tableau référait aux données beaucoup plus complètes de l’Organisation mondiale de la santé qui, elles, montraient que le Québec ne se plaçait que loin dans le palmarès, après le 20e rang.

Un peu comme si quelqu’un avait sélectionné les données exprès pour nous faire mal paraître. J’avais déjà démonté le phénomène dans un billet publié ici, en juin 2010. J’ai constaté ensuite que dans sa mise à jour 2011 du taux de suicide,  l’Institut avait abandonné toute comparaison internationale. Je ne sais pas si j’y suis pour quelque chose.

J’ai donc repris cet argument et, de façon un peu saugrenue, je me suis demandé tout haut pourquoi notre taux n’était pas effectivement un des plus hauts du monde, à force de se faire traiter de « médiocres » par notre droite.

Que s’est-il passé ce mardi ?

D’abord, Nathalie Elgrably, la chercheure vedette de la machine-à-idées de la droite dure québécoise, l’Institut économique de Montréal, s’est empressée de mettre sur son blogue le tableau fautif de 2010 de l’institut.

Dans les minutes qui ont suivi, le directeur de recherche de l’Idée fédérale et économiste aux HEC, Martin Coiteux, a renvoyé ce lien dans la gazouillosphère mettant en doute ma conclusion. Ensuite, tous les libertariens habituels ont fait de même.

Admirez la méthode. Ils ne se sont pas demandé comment j’en venais à une conclusion différente de celle de l’Institut. Ils n’ont pas attendu (on parle ici de deux universitaires) de lire le livre et de vérifier les sources. Ils ne m’ont pas écrit pour les obtenir (ce qu’un internaute a fait).

Ils ne se sont surtout pas dits, en citoyens québécois empathiques: « chouette, une bonne nouvelle, il y a moins de suicide que je ne le croyais ».

Non, il leur fallait de toute urgence réitérer l’argument voulant que les Québécois étaient des champions du suicide. Il était urgent de nourrir la machine à détester les Québécois.

Lorsque j’écris cette droite québécois carbure à la « détestation du Québec », c’est ce que je veux dire. Merci d’en avoir fait la démonstration.

Laisser un commentaire

Tout à fait juste. C’est ce qui s’appelle se faire prendre les culottes baissées. La droite carbure surtout à la démagogie. Ils ne sont pas vraiment de droite, ce sont des réactionnaires.

Bel exercice d’autodéfense intellectuelle, merci pour la démonstration.

Sylvain Bérubé, Sherbrooke

Vos explications tortueuses sentent le recyclage de dernière minute.

VOUS avez traîné le taux de suicide au Québec dans VOTRE argumentaire au sujet paradis québécois. Pas la droite.

Il est donc tout a fait normal que des gens rigoureux pour qui la précision est primordiale soulignent vos erreurs d’interprétation, surtout lorsque vos affirmations sont comparé aux statistiques officielles QUÉBÉCOISES (du Québec!!!).

Ça n’a rien à voir avec l’empathie et tout à voir avec la rigueur et vous devriez au moins les remercier d’avoir pris le temps de rectifier vote tir inexact.

Et maintenant, si nous comparions des comparables hein?

Quelqu’un peut-il enfin nous dire où se situe le Québec par rapport aux autres provinces canadiennes qui vivent dans le même Canada que nous?

« Pourquoi la droite aime les haut taux de suicide »

Quel titre saugrenu et insultant, et je ne me considère même pas de droite. Vous imaginez si un chroniqueur de droite titrait « Pourquoi la gauche aime les haut taux de suicide » ? Je parie que vous seriez le premier à vous ruer dans les brancards.

Que des gens, de droite ou de gauche, aient voulu contester vos chiffres, c’est une chose. D’affirmer qu’ils « aiment les haut taux de suicide », c’est risible. Vous venez malheureusement de perdre beaucoup de la crédibilité que je vous accordais jusqu’ici.

En fait, c’est le fédéralisme qui carbure à la détestation des Québécois. Le principe est simple: si on déteste être québécois, alors on voit son nationalisme comme une manifestation d’une bande de gens inférieurs, une espèce de tribu d’attardés( tribu:un mot qui revient souvent dans leur vocabulaire).
Et la bande de pseudos qui propagent leurs idées sont juste une bonne vieille espèce de fédéralistes.
Au fait: les fédéralistes nationalistes progressistes, ceux qui peuplaient le PLQ au temps de Bourassa, ils sont passés où?

C,est un aspect de la mentalité de droite dont je n,avais jamais pris conscience. En effet, c’est facile d’attribuer la faute d’un haut de suicide à tout ce qu’on déteste: le féminisme, les indépendantistes, les parents qui divorcent, etc… sans vérifier s’il y a un lien quelconque de causalité. Mais aussi, on pourrait penser que les gens de la droite (un bon nombre d’entre eux en tout cas) n’ont effectivement pas un grand sentiment de fierté et d’appartenance à une collectivité large. Ils sont généralement plus fiers d’appartenir à un petit groupe qui pense mieux et se débrouille mieux que les autres, sans avoir besoin des autres.

En passant, merci

Je ne savais pas que Nathalie Elgrably avait un blog

Ravi de l’avoir découvert grâce à vous 😉

Je ne suis plus capable d’entendre parler de ses jambons incultes engraissés au populiste et à l’avarice. Une bande d’anti-sociale de la première heure, des enfants roi. Ils veulent réécrire l’histoire, le dictionnaire et réinventer la roue à 4 trous. C’est au fond une nouvelle religion/secte qui ne cherche qu’a obtenir des baisses d’impôt. Leur souffre douleur est la connaissance. Et pas besoin d’être très élevé pour en payer le prix. Il ne suffit que de connaître le bouton à 4 trous pour se faire traiter de menteur et de conspirateur étatiste bolchévique. De tout façon, ils ont tellement un esprit de contrariété que vous n’avez qu’à dire comme eux pour qu’ils disent le contraire. Allé hop! tous au goulag! il vont savoir c’est quoi des bolchéviques 😉

Votre collègue blogueur Pierre Duhamel sera certainement heureux d’apprendre qu’il « déteste le Québec »…

Ceci dit, sur quelle planète ou dans quelle galaxie êtes-vous allé chercher que le taux de suicide est la base idéologique de la droite (sans parti politique) du Québec?

@Eric
Pierre Duhamel n’a joué aucun rôle dans cette affaire. C’est une de mes plumes de droite favorites.
jf

Ce n’est pas le Québec qui est médiocre, ce sont les commentateurs de droite qu’ils le sont en faisant de la projection.

Il faut être complètement bozos pour jubiler devant les malheurs du Québec. Il faut pas être bien dans la cervelle pour toujours cracher sur son propre peuple, sans lui reconnaître aucune qualité.

Ils se disent « Lucides ». Il faut manquer grave de lucidité lorsqu’on essaie de démentir tous les bonnes nouvelles à propos du Québec.

Le chômage est en baisse. Réponse: C’est parce qu’il y a de plus en plus de BS. (Complètement faux).

Les Québécois sont parmi les plus et les mieux scolarisés au monde. Réponse: Le taux élevé de décrochage est une preuve de la médiocrité de notre système d’éducation.

Le Québec est l’une des sociétés les plus égalitaires et où il y a le moins de pauvres. Le Québec est l’endroit où il y a le moins de millionnaires, on est donc médiocre.

La droite déteste les bonnes nouvelles. Ça les excite de croire que nous sommes dans la dèche.

Une gang de complexé, sans colonne qui aime faire régner la peur et la honte sur notre société, car ils sont incapables de faire valoir leur idéologie insensée d’une autre façon.

Les québécois sont tellement médiocres, qu’ils sont incapables de faire des mathématiques statistiques comme du monde.

Imaginez des calculs différentiels et intégraux!

Vite, faut que j’aille chez mon médecin me faire prescrire de puissants antidépresseurs…

@Éric: où es-tu aller chercher que JF Lisée disait que le suicide était la base idéologique de la droite? Comme dans « Ce n’est pas un argument proprement économique, il n’est pas au cœur du procès permanent que fait la droite aux choix sociaux du Québec, mais il est utilisé comme une pièce à conviction supplémentaire. »
Comprends-tu la différence entre « pièce à conviction supplémentaire » et « base idéologique »?
Apparemment non.

On doit introduire le fait que le Québec est une colonie puisque que de nombreux troubles financiers menant au suicide dépendent de cette donnée.

Enfin, toute comparaison étant boiteuse, travaillons-donc à redonner aux Québécois-e-s, les pouvoirs, les modèles et les idéaux qui leur sont propres, qui sont à leur image.

Vive le Québec . . . Libre du régime colonial wasp.

À la fierté de se définir comme Québécois-e-s !

Pourquoi ne pas convier M. Éric Duhaime à un duel télévisé?
Je suis sûr que ce serait un évènement couru.

Voici la recherche que j’ai effectuée.

1) Selon le lien fourni dans le blog, le document de l’Institut de la Statistique du Québec indique un taux de mortalité du au suicide de 14,2 par 100000 en 2008 (hommes et femmes).

2) l’OCDE fournit des statistiques mondiales (http://stats.oecd.org/index.aspx?lang=fr).
Choisissez tout d’abord Santé – État de Santé – Mortalité.
Puis, cliquez sur ‘Variable’ en haut, puis ‘Déselectionner’ pour tout enlever les options; choisissez seulement ‘Lésions auto-infligées’.
Cliquez maintenant sur ‘Unités’ pour ne conserver que l’option ‘Décès par 100000’.
Et finalement, on peut tout classer pour 2008 (petite flèche sur colonne 2008).

Selon ce portrait, le Québec se classerait 7e par rapport aux pays de l’OCDE, si l’on tient compte de la Suisse qui était à 14,3 en 2007 (pas de données pour 2008).

@ François

« Quelqu’un peut-il enfin nous dire où se situe le Québec par rapport aux autres provinces canadiennes qui vivent dans le même Canada que nous? »

Au Canada? Pour quoi seulement au Canada? Sa paraît mieux que de se comparer à la planète?

Les bonhommes sept heures fédéralistes du Québec ont vu le ver frétillant et ont mordu à l’hameçon.

Les arroseurs n’aiment pas beaucoup se faire arroser. On le voit bien ici à leurs réactions qui frisent la panique. Les thuriféraires de la détestation québécoise s’agitent.

«L’idéologie, c’est ce qui pense à votre place.»
[Jean-François Revel]

Ah, les chiffres! Ça fait froid dans le dos. Plus il y aurait de capitalisme plus on se suiciderait. D’après le site donné par François 1, les pays où l’on se suicide le plus sont des pays depuis longtemps capitalistes et très performants. Corée du sud 21.5%, Japon, 19,4%, Finlande, 16.6%, Belgique, 16,7 (il n’y a pas que des Wallons socialisant, il y a aussi les très capitalistes Flamands), on peut ajouter la Hongrie 19,4%, pays capitaliste qui se gauchit (excusez l’oxymoron) actuellement vers la droite extrême, et même la Slovénie, 17,1%, le plus occidentalisé et capitalisé des pays de l’ancienne Yougoslavie. Même le Québec que Jean-François Lisée rêve keynésien, est à 15,9%, or, le pays est gouverné par le centre droit depuis au moins 2003 et a été longtemps dirigé par Robert Bourassa, que l’on a jamais soupçonné d’être un sous-marin d’un parti communiste. Et à ce qu’on sache, Jean Lepage n’était pas de gauche. 15,9%, il est bien évidant que ce n’est pas assez pour la droite, on imagine alors pour les libertariens. Le suicide comme forme de nationalisme. C’est nouveau. Par contre à l’autre bout du spectre, on trouve la Grèce avec 4,2%, qui souhaiterait se suicider sous ce ciel magnifique? et le Mexique 4,2%. Mais là, les chiffres sont en apparence truqués, un nombre importants de suicides sont soustraits des statistiques par les narcotrafiquant pour gonfler leur palmarès.

Il faut tellement être déconnecté de la réalité pour être séparatiste que vous avez décider de qualifier les plus lucide qui croit en la rationalité économique, pour construire une société (au lieu de fabulation et rêve en peltant par en avant les dettes), qui pètent la baloune des irréalistes en essayant de les faire participer à la construction d’un Québec autonome que la seule façon que vous avez trouver pour détruire tout les arguements rationnels, c’est que ceux qui s’en servent sont de méchants détracteurs. Une société fondé sur des coopérative serait solide parce que bâtie sur des entreprises rentables. Et non des entreprises ou on prot`ge l’incompétence et dilapide les ressources. Syndicats et cie internationales se donnent la main pour dilapidées les richesses des québécois en nous faisant croire qu’il ne faut pas regarder plus loin les conséquences de tout ce gaspillage.

@PBrasseur: « M. Lisée. Je ne vous crois pas. »

En effet, vous avez raison. Vous n’opérez pas sur le mode de l’argumentation rationnelle, mais de la croyance, comme celle des Raéliens ou des Scientologues.

@François 1: En quoi les gens sont-ils « rigoureux » lorsque l’on sélectionne les pays? Quels sont les critères de sélection? Ne me sortez pas que l’origine des statistiques sont « QUÉBÉCOISES »: votre jupon dépasserait un peu trop – c’est plutôt normal lorsque l’on a les culottes baissées! 😉

Il n’y a pas de différence entre le capitalisme sauvage des multinationales et des sociétés d’états, les 2 fonctionnent sur des conditions irréalistes et vivent a coup de subventions en endettant la société et enrichissant les étrangers(actionnaires).

Il est très difficile de mettre en doute des informations diffusées par J.-F. Lisée. Très difficile! Surtout qu’ici elles semblent pour le moins blindées.

Tout de même, je me souviens d’un éditorial dans Le Devoir de Lise Bissonnette (après 1995) qui n’est pas particulièrement à droite, qui parlait du taux de suicide dit juvénile, alors, il y a fort longtemps, un des plus inquiétants au monde!

De même que le taux de décrochage au secondaire, alors aussi très inquiétant, et du taux de parricides, de même très inquiétant. Les trois étant peut-être assez liés, c’est du moins assez intuitif de le croire… Leur conjonction est difficile à envisager!

Avec la société bloquée que nous laissait les deux référendums, la jeunesse étant présumément outrée de ce ‘non’ de toute évidence volé de justesse, ce qui fut démontré par la suite, y avait-il lieu d’être particulièrement surpris de ce qui peut être interprété comme une faillite des ‘pères’ (ou devrait-on parler des mères, toujours plus opposée à la souveraineté que les hommes)…

Quoi qu’il en soit, on peut comprendre la jeunesse de rejeter les pères faibles.

Les tactiques de la droite! c’est pas joli-joli. Il faut s’en débarrasser.

Cela dit, nous ne sommes pas une société à suicide des personnes âgées, comme en Suède (je crois?) ou Japon ou dans l’ancien empire romain.

On est loin de la chanson de Robert Carlebois: »Le droit de s’en aller » Cherchez un peu. Vous la trouverez… C’était dans l’album « Charlebois » 1979. Tout y est. Ça n’a rien à voir avec les données ou des statistiques. Que ce soit un suicide personnel ou collectif c’est du pareil au même. On ne lis pas assez, on écoute pas assez. Jean-François, Lisez ce texte pis tant pis pour la droite qui ne survivra pas…

Merci, monsieur Lisée, de mettre du concret sur une impression que j’ai depuis un certain temps déjà. À mon avis, c’est ce que vous faites de mieux et de plus utile pour l’avenir du Québec et des québécois. L’estime de soi et la reconnaissance de sa juste valeur est, à mon sens, la plus grande des «conditions gagnantes» pour l’accession à la souveraineté et pour la construction d’une société plus juste. C’est probablement pour ça que certains s’emploient si ardemment à les détruire. Aux réactions qui ont suivi vos propos, on sent bien que le coup à porté.

Avec tous les filets parasitaires socials j’me serais pourtant attendu à ce que le taux soit parmis les plus bas de la planète.

Ce matin, je vous ai entendu à radio-canada. Vous m’avez fait du bien. En fait cela fait quelques années que je carbure à la colère de ces gens qui s’emploient à nous faire croire que nous sommes un petit peuple et que nous sommes nés pour un petit pain. Hier en écoutant, M. Eric Duhaime, je me suit revue à l’église et écoutant les discours des curés qui essayaient de nous garder dans l’ignorance. Charbonneau et le Chef, le remake à la saveur des années 2010.
Vous m’avez fait du bien avec vos arguments. Mais j’ai de la difficulté à penser que des gens veulent détruire ce que nous avons mis tant d’années à construire. Le RQAP ce ne sont pas les baby boomers qui en profitent mais bien nos enfants et ceux qui présentement tentent de voler toute notre société. Il est ainsi du système d’assurance maladie. Sur quelle planète vivent ces gens, quand j’entendais M. Duhaime dire que les gens ne se responsabilisaient pas en économisant pas pour leur retraite. Sur quelle planète vit-il quand la plupart de nos jeunes travaillent au salaire minimum et que cela ne leur permet même pas de se payer un loyer décent. Economiser pour la retraite est bien loin dans leur échelle de Maslow. Et savez vous ce qui m’indigne le plus, c’est que ce discours est repris par des « morrons » des radio poubelles qui eux ont étudier à l’université avec nos impôts et qui nous traitent de « morrons » ceux qui avons voulu bâtir une société plus juste, équivalente à nos valeurs. Dans mon patelin, il existait un Adage: Donne à manger à un cochon et il viendra chier sur ton perron. A tout hasard, ces bien pensants de la droite diront , qu’ils ont étudié au privé et là encore ils ont la pensée magique. L’école privée est largement subventionnée par nos impôts.
Voilà, je pense que j’en aurais bien long à dire. Je vous remercie de me lire. Vous avez mon courriel, en espérant une réponse

Si on prend la source d’info de Lisée, le Québec est 26e sur 107 pays.

Désolé mais ça se qualifie dans « un des taux les plus élevé du monde ».

Banaliser le taux de suicide au Québec en voulant faire croire aux gens qu’il n’est pas préoccupant, voilà un bon exemple de “détestation du Québec”.

@François 1: Il y a pas mal de trous dans les données de l’OCDE citées par des contradicteurs de M. Lisée (voir le fichier excel sur le site de l’OCDE). Tellement de trous que je me demande comment ils sont arrivés à leur graphique, parce que ça n’est vraiment pas clair. Peut-être est-ce juste un problème de citation précise de la source (ce serait bien d’avoir les sources de M. Lisée aussi). Mais pour le moment j’aime mieux une compilation complète comme sur le site de Wikipedia qu’une utilisation créative d’une base de donnée pleine de trous, méthodologie constante ou pas.

De la droite niaiseuse il y en a et de la gauche niaiseuse il y en a.

Mais je me demande bien en quoi le débat sur le suicide fait avancer quoi que ce soit. Moi je pensais que le taux de suicide était une donnée de santé publique, quelque chose relié à notre manque d’ensoleillement. D’ailleurs la plupart des pays avec un haut taux de suicide sont nordiques.

Si vous trouvez que Nathalie Elgrably fait des racourcis simplistes qui frisent le populisme, moi aussi. Je vous donne un point là dessus qui devrait vous faire plaisir. Cependant ça ne donne aucun point à la gauche que je trouve tout aussi simpliste souvent.

Vous voulez que les gens aient un meilleur sens critique lorsqu’on parle d’économie, et bien remettez les cours d’économie au secondaire. C’est un scandale que ces cours aient été supprimés du programme. Probablement une manœuvre gauchiste ça aussi!

@François 1

« Et voilà une réplique!!! »

Si ça c’est une réplique, on peut être certain que la crédibilité de M. Lisée n’est pas bientôt prête d’être menacée.

J’ai rarement vu une argumentation aussi mal formulée et factuellement fausse en plus.

En fait, cet article ne fait que confirmer ce que M. Lisée a observé : Certains éléments de la droite semblent aimer amplifier les problèmes des Québécois dont les taux de suicides par rapport au reste de la planète.

Bonsoir,

Et pourquoi la droite aime les hauts taux de suicide, c’est bien simple, sur infiniment de points, le Québec tangue depuis toujours à droite. Heureusement que dans l’Histoire Canadienne, nos compatriotes hors Québec se sont évertués en mettant l’épaule à la roue pour tasser le Québec plus à gauche car ce serait laid. Prenez la peine de lire l’Action Nationale, La Nation au cours des années 1940 avec Feu Paul Bouchard ainsi que le très à droite DEVOIR et vous finirez par comprendre. Tout en disant : Merci Canada de nous avoir donné le Québec d’aujourd’hui en donnant l’exemple car le Québec contemporain par le mimétisme est un peu le CANADA d’HIER. Au plaisir, John Bull.

« La détestation du Québec »…vous résumez tellement bien cette droite de jambons que nous avons au Québec (droite de jambons, probablement un pléonasme).

Quand on critique une société, ça ne veut pas dire qu’on la déteste. La gauche américaine critique souvent son propre pays, qui serait selon elle trop ancrée à droite. Au Québec, la droite critique une société qu’elle juge trop à gauche. Est-ce bien ça de la détestation?

René Lévesque, contrairement aux autres, était capable de dire aux Québécois qu’ils avaient des retards importants dans de nombreux domaines et qu’il fallait se retrousser les manches.

Au Québec, les Libéraux nous disent que tout va bien alors que le PQ nous dit que tout est de la faute des autres (mais que tout irait bien en se débarassant de nos méchants colonisateurs).

On peut adorer le Québec et penser qu’on pourrait faire mieux. Et la réalité c’est que notre taux de suicide se compare à celui de sociétés, qui bien que prospères, sont reconnues comme étant »étouffantes » pours leurs citoyens.

Les pays scandinaves sont loin d’être le paradis idylliques que la gauche québécoise essaie de nous vendre. Ce sont de beaux pays prospères certes, mais lorsqu’on voyage un peu et qu’on parle à des Suédois et des Finlandais, la plupart disent à quel point leurs pays sont control freak à plusieurs niveaux.

Et c’est d’être control freak de penser

Peu importe le nombre ! Peu importe le rang dans le monde !
Il faudrait peut-être s’attarder davantage sur les raisons de tous ces suicides.

Chacun de ces suicidés éprouve une douleur qu’il considère comme insurmontable qui le pousse à l’irrémédiable.

Mais ne serait-ce pas là la preuve d’un mal à l’âme encore plus profond, encré dans la conscience collective ?

Peut-être que, collectivement, nous sommes devant le suicide de notre nation qui a refusé 2 fois de se doter d’un pays normal.

Ou par désespoir, en constatant que notre disparition annoncée comme groupe linguistique en Amérique du nord, est inéluctable si nous demeurons une province pour toujours dans ce pays anglophone !

C’est peut-être dû aussi à l’humiliation subit quotidiennement quant à l’usage de notre langue dépréciée par le gouvernement Charest (école passerelles, affichage fautif toléré, postes occupée par des unilingues anglophones, anglais intensif en 6e année, etc. etc.) et par le gouvernement Harper qui nomme des juges, des vérificateurs généraux, des hauts-fonctionnaires unilingue anglais tout en coupant les cours de français pour les employés au Fédéral et par les intérêts privés qui nous inondent de publicités et de chansons anglaises tout en nous imposant des cadres et des modèles sportifs unilingue anglais !

Ou de constater que la majorité des débats qui décident du fonctionnement de ce pays Canadian se passe dans une langue que nous ne comprenons pas et qui ne maîtrise pas toutes les subtilités du génie de la langue française, loin de là !

L’incompatibilité qui persiste depuis des siècles entre le Canada anglais majoritaire et dominant versus le Québec français minoritaire et dépendant !

La traîtrise de nos élites qui pour se faire valoir se complaisent à déprécier leurs origines québécoises et parviennent à s’élever dans la hiérarchie canadienne en cassant du Québécois. Comme Trudeau qui parlait de mettre le Québec à sa place et qui traitait le premier ministre québécois de « mangeux de hot dogs »! Ou Garcia qui parlait d’écraser les nationalistes.
Ou Bourassa qui, conseillé par Mario Bertrand, a refusé en 1992 de tenir un référendum tel que recommandé par la Commission Bélanger-Campeau, et qui était donné gagnant à plus de 70% !!! Ou Dion qui a concocté la Loi sur la Clarté, pour livrer le Québec pieds et mains liés au gouvernement central. Ou Chrétien qui a été médaillé pour avoir sauvé le Canada en empêchant la nation québécoise de prendre son envol !

On pourrait en trouver, dans notre Histoire passée et récente, des milliers d’exemples comme ceux-ci, qui s’insinuent sournoisement dans notre imaginaire collectif et qui minent notre fierté et notre confiance en nous jusqu’à l’âme.
Un peu comme ces jeunes qui, dans nos écoles, se suicident sous la pression intolérable et l’intimidation à répétition de ceux qui devraient être leurs compagnons d’étude, de jeu ou de vie !!!

Il serait étonnant de voir nos « illuminés » de la droite, déjà peu sensibles aux plus pauvres de notre Société, se soucier des causes réelles et profondes provoquant ce haut taux de suicide !!!

@Eric

Petit problème de compréhension ou interprétation fallacieuse des propos de M. Lisée ? Où voyez-vous que « le taux de suicide est la base idéologique de la droite » dans son texte, alors qu’il se limite à constater que « Ce n’est pas un argument proprement économique, il n’est pas au cœur du procès permanent que fait la droite aux choix sociaux du Québec, mais il est utilisé comme une pièce à conviction supplémentaire. »

Quand on parle de pièce à conviction supplémentaire, on ne parle pas de « base idéologique ». Il faut croire que la vérité choque et vous êtes quelques-uns à réagir aux propos de M. Lisée, ce qui démontre, s’il fallait encore le faire, le complexe de colonisé de la droite, qui se complaît à peindre les Québécois comme des loosers chroniques.

Cette droite imbécile, dépourvue de jugement et du plus élémentaire sens commun, s’est empressée de tomber dans le panneau. Très amusant !

Nos droiteux (à commencer par l’ineffable Elgrably) posent la question « pourquoi on a un taux plus haut qu’au Canada au fait? » Ils balancent ça comme une réponse, un argument, une preuve de quelque chose. Alors je retourne donc la question: ouais, c’est pourquoi, selon vous? Parce que bon, vu que ça semble être une preuve de quelque chose, vous pourriez au moins dire à quoi vous pensez au lieu de juste le sous-entendre?
Mais attention: Après ça, ne dites pas que vous ne vous délectez pas de cette stat si c’est pour la balancer ensuite en se donnant un air smatte. Parce que vous prouvez que l’auto-détestation, ça sert vos intérêts, SURTOUT si vous cherchez à en faire une quelconque preuve d’un système par rapport à un autre. Parce que Cuba a moins de suicidé que nous par 100 000 habitants. Sont pas en plein enfer socialiste, à Cuba?
C’est vrai! On est supposé être pire!
(Quand même drôle de vous voir dire que vous ne faites pas d’auto-détestation quand je lis des gens qui disent ce genre de conneries. Sont pas à gauche.)
En fait, ce qui vous choque, c’est qu’un de vos arguments souvent balancés (et ne faites pas les innocents, vous le faites) est altéré, amoindri et ça, ça vous choque. Juste 25e derrière plein de pays industrialisés? On varie son misérabilisme ici: hier, on était supposé être les CHAMPIONS du suicide. Malheureusement, vu qu’on est plus champion, faut quand même se plaindre.
Au fait: le taux de suicide est en chute libre depuis 10 ans. En tirez-vous une quelconque fierté ou est-ce que ça vous couterait trop d’apprécier une amélioration de notre beau modèle socialiste cubano-nord-corréen?
Ce serait donc beau de vous entendre là-dessus.

@John Bull

Je vous signale que nous ne sommes plus en 1940, mais en 2012. Le Devoir n’est pas un journal de droite, vous auriez intérêt à le lire, cela vous éviterait de raconter des sornettes. Tout ce qui est nationaliste n’est pas automatiquement à droite, là aussi vous en êtes encore à Duplessis et à Lionel Groulx. Cela commence à dater et vous devriez actualiser vos lectures.

Quant au ROC, je vous conseille le site d’Élections Canada, vous pourrez constater qu’il vote de plus en plus à droite et que le reform y a récolté près de 50 % du vote en mai dernier, alors que le Québec ne lui a donné que 16 % des suffrages exprimés et qu’il a opté massivement pour le très social-démocrate NPD.

Arrivez en ville monsieur, vos commentaires ont plus d’un demi-siècle de retard. Vous radotez pour demeurer polie.

@F. Brosseau

La question n’est pas de critiquer, elle se pose plutôt au niveau des arguments utilisés et de l’intention de celui qui critique.

La critique constructive est une chose valable, mais quand on ne fait que casser du sucre sur le dos des Québécois et que tout ce qui se fait ici est interprété négativement, cela devient inquiétant.

Je repose ma question à Monsieur Lisée:

Selon VOS statistiques, à quel rang se situe la province de Québec par rapport aux autres comparables (i.e.: autres provinces canadiennes qui vivent dans le même Canada que nous)?

Allez Jean-François…du nerf!

@ François Ricard (# 20):

Selon certaines sources, les deux seront invités à TLMEP ce dimanche-ci.

Monsieur Lisée, habitué qu’il est à faire du « shadow boxing », se fera probablement hacher menu, c’est sûr, par la logique implacable de Monsieur Duhamel.

Le résultat dépendra toutefois de l’animateur et de son bouffon qui controlent le temps de parole mais qui sont, comme nous le savons tous, d’une « objectivité indiscutable »… (c’t’une joke!).

Ce qui est totalement, mais totalement ridicule, c’est d’utiliser le taux de suicide comme étalon de mesure général pour évaluer une société.

Faites une recherche sur les facteurs que les statisticiens utilise pour estimer le taux de suicide des pays qui ne publient pas ces données; influence de la religion, taux d’analphabétisme, taux de femmes sur le marche du travail, latitude/taux d’ensoleilement, taux de divorces, etc, et vous comprendrez que mise à part des politiques qui ciblent les relations interpersonelles et l’aide/la prévention spécifique des depressions et suicide, il faudrait déplacer le Québec vers l’équateur(ce qui ne serait pas si mauvais mais difficile) et retourner au moyen age pour le réduire!

@ François Ricard (# 20):

Oh…j’oubliais.

La dernière fois où Monsieur Lisée s’est frotté à la compétition, ça a tourné à la catastrophe pour l’auteur de ce blogue.

Souvenez-vous de son acharnement à défendre le dossier du « Bonhomme Carnaval » de Québec contre son collègue de MacLeans qui affirmait, preuves à l’appui, que le Québec était corrompu. Le tout à TLMEP…

Qu’a-t-on appris quelques semaines plus tard (et les exemples pleuvent depuis!)?

Eh oui…Lisée avait tort et son collègue avait entièrement et totalement raison. Le Québec EST corrompu jusqu’à l’os mais Monsieur Lisée ne s’est toujours pas excusé publiquement.

L’autoflagellation est propre à la droite dogmatique ou extrême québécoise selon son choix.C’est cette droite qui passe son temps à dénigrer tout ce qui se fait ici et ne trouve rarement quelque chose de positif dans notre société dominée par la pensée anarchiste qu’on appelle faussement libertarian(du mot galvaudé de LIBERTÉ).Par chance que les médias sociaux existent et sont encore librement accessibles pour contrer cette propagande qui frise souvent la haine.

Oh boy..

C’est quand même épouvantable écrire des affaires comme ça. « La droite aime les hauts taux de suicide ». J’espere sincèrement que c’est un titreur qui a décidé sa parce que franchement… Lisée peut en sortir des plus intelligentes que sa.

Pour les statistiques, c’est possible voir plausible, mais encore, directement accuser de mauvaise foie des gens sous de simples suspiscions et même après avoir lu l’article, je ne suis toujours pas certain en quoi Nathalie Elgrably est impliqué ou importante dans l’histoire.

Malheureusement, je dois dire que ce billet est dogmatique. Personne n’est heureux de voir un haut taux de suicide! Franchement! De gauche / De droite. C’est de la pure mauvaise foie et j’ai sincèrement de la difficulter à comprendre que des gens puissent être d’accord avec sa.

Bonjour,

Pourquoi la droite aime les hauts taux de suicide ? Poser la question, c’est d’y répondre !

La droite veut avoir une société toute aseptisée et qu’avec eux, tout baigne dans l’huile de l’économie triomphante. Point de faiblards ni de miséreux dans le cadrage du kodak pour démontrer par les pseudos économistes de l’économie 101, ces béni oui oui avec des salaires de famine pour LÉCHER LES BOTTES DU CAPITAL en se prostituant pour des peccadilles, tout ça pour faire la démonstration de la SOCIÉTÉ IDÉALE où il n’y a point de misère.

Et pourtant, la plupart du temps, ce haut taux de suicide incarnait bien souvent l’assisté social et le chômeur qui sont dans les faits les bras droits de cette économie néo-conservatrices car, sans eux, leurs fadaises économiques ne seraient que feu de paille….. Au plaisir, John Bull.

J’aurais aimé que l’étude soit poussée un peu plus loins. À savoir, les suicidés et les suicidaires font ils tous partie de l’audience des radios poubelles et les commenditaires de la droite?

Car, à entendre le discours des duhaime, Elgrably et autres imposteurs, c’est vrai qu’il y a à se lancé du haut d’un pont.

Ces anti-sociales qui veulent tout détruire au nom de dieu… et au nom de l’égo ou de Legault ou encore LEGO ????

bref, c’est pas ma tasse de thé.

Quand tout ce que tu as comme argument pour te valoriser c’est dévaloriser les autres, ce n’est pas fort et c’est souvent le cas de plusieurs qui ne cessent de dévaloriser le Québec.

Incapable de réfléchir et d’analyser il répète et répète ses erreurs du passé et reste coincé dans le shème d’illusions dans lequel toute sa vie durant il a détruit. Cessez de répéter des copier coller hors contexte et commencez a réfléchir avec votre tête, laissez le niveau des émotions et évoluer en regardant les conséquences des rêves irréalistes toutes votre vie durant, constatez l’état endetté dans lequel quittez le marché du travail, pour avoir profité et vouloir continuer a profiter d’un système en ayant des évaluations irréalistes, en croyant qu’en fermant vos yeux vos rêves se réaliseraient. Les fonds de pensions n’ont pas donnés les résultats attendues, le système d’éducation n’arrive pas a diplôme nos jeunes(syndiqué au point de protéger les incompétents et entretenir des programmes qui ne donnent pas les résultats attendus). Que dire du système de l’injustice sociale qui donne a des parents des droits sur des enfants, alors qu’ils sont indignes, et leurs laisse la liberté quand ils leurs enlèvent la vie. Que dire d’un syst`me de santé qui a des institutions aux conditions sanitaires qui rendent les gens malades parce que le personnels est proétégés par des conventions même quand ils sont insouciant et négligents. Nos sociétés d’états qui dilapident nos impôts en engraissant des actionnaires qui ne sont pas tributaires des pertes et des coûts des infrastructures mais seulement des profits.
Et ces rêveurs qui ont détruient collectivement nos richesses veulenet donner en pature notre sécurité trop insouciant pour voir que les autres pays qui se sont battus pour leurs libertés sont sous le contrôle des armées et des nations aliées parce qu’ils ont des richesses a exxploiter. Trop insouciante cette génération devrait perdre le droit de vote puisquelle ne veut que nous faire porter le poids de leur irresponsabilité. des émotifs incapables de réfléchir et de rationaliser.

M. Lemoine,

Je viens de lire votre commentaire et je ne saurais être plus d’accord avec ce que vous écrivez. Tout comme vous, je suis persuadé que chez certaines personnes la pulsion suicidaire trouve un terreau fertile où croître dans le sentiment de l’impossibilité sociale de vivre selon leurs valeurs fondamentales.

«Il est dans la nature de l’homme d’opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent.»
[Thucydide]

Selon M Lisée critiquer l’état Québécois et le modèle qu’il nous impose est la même chose que critiquer le Québec.

Selon sa logique tordue ça devient illico du « Québec bashing », fin de la discussion. En fait Lisée est tellement imprégné de ses biais partisans qu’il confond le Québec avec le modèle qu’il préconise. Il est même prêt à jouer avec les chiffres autant qu’il faudra pour jeter la poudre aux yeux nécessaire pour appuyer ses dires.

Pourtant c’est tout le contraire, si je n’aimais pas le Québec je m’en foutrait et je ne perdrait pas mon temps à critiquer son modèle qui nous entraine à chaque jour un peu plus vers le déclin.

Visons d’améliorer le Québec au lieu de s’obstiner sur la gauche et la droite.

Visons le dernier rang dans les taux de suicide au lieu de se dire qu’on est pas si pire que ça.

Visons l’excellence.

Je suis en production d’un documentaire et votre blog est probablement la chose la plus insensible que je n’ai jamais vu de toute ma vie. Le probleme du suicide est tres grave et si vous voulez en faire un jeu de conspiration de droite, c’est que votre realite n’a jamais ete affecter par une telle tragedie et que vous ne connaissez vraiment rien sur le sujet a par quelque statistiques ici et la. La prochaine fois au lieu de faire un blog sur le sujet, faite donc un article journaliste avec des faits recherches, et non des suppositions sur un sujet qui malgre vos theories est un vrai probleme au Quebec. VOUS N’AIDEZ PERSONNE QUI SOUFFRE DE TENDANCE SUICIDAIRE AVEC VOS GROSSIERETE SUR UN SUJET QUE VOUS NE CONNAISSEZ CLAIREMENT PAS DU TOUT.

« Quand on critique une société, ça ne veut pas dire qu’on la déteste. La gauche américaine critique souvent son propre pays, qui serait selon elle trop ancrée à droite. Au Québec, la droite critique une société qu’elle juge trop à gauche. Est-ce bien ça de la détestation? »

Il y a une différence entre critiquer et dénigrer. La gauche, comme plusieurs penseurs de droite sont capables de faire une critique constructive.

Cependant, il est ici question des pseudo-droites, populistes, hargneux et démagogues qui bavent littéralement sur les Québécois, comme peuple. Il n’est plus question de « critique » quand on lit et entend que les « Québécois se plaisent dans la médiocrité » (et c’est l’accusation la plus polie et « gentille » de celles que je peux relever quotidiennement).
Faites le tour des forums de discussions, vous verrez.

Ce qui est malheureux, ce que les porte-paroles, à la fois officiels comme simplement les plus « visibles », de la « droite »* carburent à ces arguments haineux et dénigrants envers leur propre peuple. Des propos qui suintent le mépris envers tous ceux qui osent penser différemment, ne serait-ce que sur des nuances (c-à-d la majorité de la population dont, paradoxalement, ils se sont auto-érigés en porte-parole).
L’influence délétère de l’extrême-droite néo-libérale états-unienne, enracinée dans l’ignorance (un fort courant affichant une fierté de sa propre ignorance face aux « intellectuels »), le mépris des autres (non seulement des « étrangers », mais aussi des voisins), l’intolérance et l’auto-martyrisation (même quand ils écrasent leurs adversaires et dominent les institutions, aussi bien politiques, qu’économiques et médiatiques).

*Cela fait longtemps que je dis qu’on devrait rejeter les étiquettes gauche-droite parce qu’elles jettent de la confusion dans les débats au lieu de les éclairer (en plus de braquer les gens les uns contre les autres). Non seulement, cela réduit les « analyses » à une vision binaire (comme si la « droite » comme la « gauche » était uniforme et compacte et qu’il n’y avait pas de courants, très divergeants, dans ces « groupes »), mais en plus, on ne sait guère ce que ces termes décrivent.
Ils datent en fait du début du XIXe siècle, en France, quand le président de la chambre, pour des raisons pratiques, avaient demander aux royalistes de se mettre à sa droite et aux républicains à gauche. Depuis, les termes ont désigné des réalités très différentes selon les époques, les pays et même dans les mêmes pays aux mêmes époques.
Et certains courants sont inclassables. Hitler était de droite ou de gauche ?

On pourrais bien jouer le jeux et dire en quoi on aime le québec:

J’aime l’athéisme québécois.
J’aime la présence anglophone à montréal.
J’aime le multiculturalisme qu’on retrouve à montréal.
J’aime que les québécois francophones comme anglophones aient voté pour des partis fédéralistes.
J’aime que les québécois sont capables de changer d’idée et de rejeter les vieux dogmes.
J’aime qu’un débat droite gauche prenne de plus en plus de place et que le débat séparatiste de moins en moins.
J’aime qu’il y ait de l’opposition face au modèle établi.
J’aime que les syndicat prenne moins de place.
J’aime la montée de la droite et de retrouver au québec des gens qui pense comme moi.

J’espère qu’on pourra faire les réformes à temps.
J’espère qu’on améliorera notre performance à comparer du reste de l’amérique du nord.
J’espère qu’on luttera efficacement contre la corruption et l’état qui la permet.
J’espère la création de nouveaux partis de droite pour un meilleur choix et une meilleure représentation de l’opinion publique.

Bref, j’aime le québec, sans doute pas de la même façon que vous.

Cher JFL…

À voir les commentaires de certaines personnes à votre article, vous devez surement rire dans votre barbe! Votre démonstration est éloquente.

Que l’on me réfère à un site comme Antagoniste pour justifier sa malhonnêteté est une preuve flagrante d’un manque de jugement ou d,une certaine incapacité.

Je dois avouer que depuis un bout de temps, je me demande toujours qui sont ces gens pour être aussi malhonnêtes intellectuellement. Que cherchent-ils? Qui défendent-ils?

Finalement, à qui profite toute cette discorde?

Ils ont gagné!!! Ces gens ont réussi à faire croire que si nous étions de droite, il nous est impossible d’être souverainiste. Aucune personnalité de droite ne s’affiche comme tel.
Aucune! Est-ce possible qu’il n’y ait aucune personnalité de droite qui soit souverainiste? Sans crier au complot, c’est très troublant. Ça ne vous allume pas un peu M Lisée?

J’aimerais rappeler à ces personnes qui se disent de droite ou même libertarien que les valeurs fondamentales véhiculées sont:

1- assumer ses choix et cesser de rejeter la responsabilité de ses actions sur les autres

2- voir l’aventure humaine avec optimisme

3- refuser de s’en remettre à des abstractions collectives

4- viser une amélioration constante à long terme plutôt qu’une perfection statique à court terme

5- être tolérant et accepter la diversité

Source: http://www.quebecoislibre.org/philo1.htm

Tant que cette droite aura des porte-paroles comme les pisses-vinaigres que l’on retrouve souvent dans les commentaires, le Québec sera relativement protégé.

polq

« J’ai l’impression que Lisée est encore une autre fois mis K.O. avec ce billet de David »

Ma foi c’est bien vrai.

Faut croire que JF Lisée est prêt à utiliser n’importe quelle donnée, même la plus douteuse, en autant que ça appui ses thèses.

Belle rigueur…

Les limites de l’individualité on le voit quotidiennement dans les bouchons du matin et du soir sur les autoroutes de Montréal. En plus d’une perte de productivité de plusieurs millions par années, les coûts augmentent pour le maintient et le renouvellement de l’infrastructure routière, plus les coûts en santé causés par la pollution. Malgré qu’on nous surtaxe pour financer le transport en commun la fluidité routière ne s’améliore pas…la solution de droite serait probablement de mettre des péages pour limiter l’accès aux automobilistes. Ta mobilité dépendrait de ta capacité de payer. Envisagerait une amélioration en PPP. Les solutions des sociaux-démocrates seraient de mettre plus de transport en commun en le finançant avec une surtaxe sur l’essence et des péages. Les partis écologiques feraient la même chose que les sociaux-démocrates, mais en réduisant le financement des autoroutes pour accélérer l’implantation du transport en commun.

Pour un libertarien…il demeure dans le bouchon avec ascèse puisqu’il poursuit ses propres objectifs de façon libre et responsable. L’auto représente l’individualité assumée.

Je me trompe peut-être et je ne sais pas si cela vient des primaires et du retour de la droite chez nos voisins du sud mais les ultraconservateurs et libertariens occupent aussi en force les tribunes au Québec. Quelques spécimens sont chez Québécor (Elgrably, Duhaime, etc) mais aussi ailleurs. C’est particulièrement inquiétant car ils ont des idéologies extrêmistes et adorent traiter tous ceux qui sont en désaccord avec eux de gauchistes alors que même dans la frange de droite, ils ne sont pas majoritaires. Personnellement, je suis de centre-droit, d’origine française et gaulliste et je ne me sens pas du tout d’atomes crochus avec ces gens sectaires et avec des idées dépassés. Ce texte trouvé sur internet reflète bien leur état d’esprit : http://jeanneemard.wordpress.com/2010/03/28/les-libertariens-sont-ils-a-lextreme-droite/

Il y a pas à dire, vous avez fait trembler les colonnes du temple libertarien.

En tentant à tous prix de contredire vos statistiques sur le suicide au point d’utiliser des statistiques erronées, ils ont prouvé le point que vous avancez: l’extrême-droite au Québec aime regarder le Québec avec des lunettes sombres.

La preuve est maintenant faite, la droite québécoise est prêt à la malhonnêteté intellectuelle pour cracher sur le Québec.

En fait, la droite au Québec n’est qu’une pseudo-droite (à l’exception de quelques uns). Ce sont des fédéralistes colonisés persuadés que eux et leur société sont minables. Ils ont peur des bonnes nouvelles, car ce sont des arguments de plus en faveur de l’indépendance.

@David

« Si on prend la source d’info de Lisée, le Québec est 26e sur 107 pays.

Désolé mais ça se qualifie dans “un des taux les plus élevé du monde”. »

Dans ce cas, arrêter de nous casser les oreilles en disant que le Québec est l’un des États des plus endetté, car en fait le Québec est en fait le 26-27e État le moins endetté sur 192. Dans le top 15%!

Ça se qualifie dans « un des États les moins endetté au monde ».

même quand on parle de statistiques et d’analyse de tendance, on réussit à faire paniquer la population!

la droite sort ses gros mots pour accuser la gauche de ne pas vouloir faire mieux et la gauche de dire qu’à droite on ne voit que le pire!

un fédéraliste a été jusqu’à insinuer que le problème du suicide est lié au problème de l’amour du canada (quand on aime le canda on ne suicide pas parce qu’on est trop heureux)

pis l’autre qui part en part en peur, qui s’énerve du manque de sensibilité de jfl! une vallium svp!

en quoi le fait de dire que la situation du suicide est moins pire que ce que certains disent peut-il être offensant pour les fédéralistes, pour la droite qui veut le bien de tous ou même pour ceux qui font un documentaire sur le suicide?

la situation n’est pas aussi grave qu’on le pensait et on pourrait s’en réjouir au lieu de crier au meurtre!

la droite et les fédéralistes ont la peau un peu sensible vous ne trouvez pas? quand la moindre discussion factuelle dégénère en conflit qui se termine toujours sur la même conclusion que tous les maux de la terre incluant les taux de suicide sont liés à l’option nationale souverainistes ou pire à des idées gogauches comme ils disent!

@polq

Je suis allé consulter le lien dont vous parler et, en fait, vous confirmez plutôt ce que M. Lisée avance : que la droite déforme souvent la réalité. L’essentiel du « texte » que vous nous offrez débute en disant que les chiffres viennent de Wikipédia, alors que ce n’est pas vrai. Ensuite, dans ce même article, on se scandalise du fait que certains pays ne devraient pas apparaître dans le classement proposé par l’Orgnaisation Mondiale de la Santé. Bref, ça montre tout l’odieux de certains au Québec qui déforment les chiffres pour que ça rencontre leurs intérêts.

Ça me fait penser au discours franchement biaisé sur la dette au Qubéec qui, selon certains, serait la 5e plus imposante au monde. À en entendre plusieurs, le Québec et la Grèce serait rendu au même point. Franchement, n’importe qui qui sait lire les Comptes publics du gouvernement et qui sait faire la différence entre la dette brute, la dette nette et la dette représentant les déficits cumulés, sait très bien que ce discours d’une partie de la droite est tout ce qu’il y a de plus faux. Il ne faut pas se camper dans des discours gauche-droite constamment, du moins je crois. La vie est plus complexe que ça. D’ailleurs, certains tenant de la gauche utilisent eux aussi les chiffres qui font leur affaire. Le problème c’est la déformation de la réalité. Faut toutefois admettre qu’une certaine droite est particulièrement active à ce niveau et l’IEDM trône sans doute au sommet!

Quelle belle entourloupette pour essayer de se sortir de cette donnée sur le taux de suicide qui vient de, on ne sait pas encore où exactement.

C’est donc bien difficile de donner le ou les liens précis qui nous montrent que le Québec se classe au 26è rang dans le monde.

Par contre tout vos détracteurs peuvent prouvés facilement leurs chiffres avec des liens et des statistiques à l’appuies.

En ne voulant jamais regardé la réalité en face, vous faites pas mal plus de tord au Québec, que ceux qui travaillent à donner les vrais chiffres pour que les Québécois sachent la vérité et réagissent avant que la situation ne s’aggrave.

@ Kevin. Les deux pays les plus endettés au monde sont le Royaume-Uni et les États-Unis…mais là vous ne verrez pas beaucoup de Nathalie Elgrably ou Éric Duhaime en parler.

Il y a des choses sur le suicide et bien d’autres que les statistiques ne disent pas.

Le Québec francophone a depuis longtemps laissé tomber la religion et ses dogmes illogiques et non rationnels dont fait partie le suicide et l’avortement sans oublier la sexualité ce que les gens de droite en général ont gardée comme taboue.

La population du Québec est très ouverte au suicide logique et rationnel, ce dont la droite souvent religieuse est incapable. Il en est de même pour l’avortement. Ce sont presque toujours des gens de la droite qui sont contre l’avortement. Alors on sait très bien que l’avortement est une chose acceptée au Québec et que ce n’est pas un tabou, contrairement aux régions de droite qui vont jusqu’à commettre des meurtres pour contrer l’avortement au nom de quelques cellules.

En fait, le taux de suicide est certainement très influencé par la liberté de penser, la non culpabilité et la rationalité, c’est-à-dire ne pas vouloir souffrir d’un cancer mortel ou d’une maladie qui vous rend impotent et ne pas se sentir coupable de le faire devant le Ti-Jésus de plâtre.

Évidemment la droite incapable de nous donner des arguments valables fait des tentatives de nous détourner vers le bonhomme carnaval et le bonhomme sept heures. Ils nous réfèrent aussi à des informations et des sites que tous savent très malhonnêtes.

On peut très bien voir ici depuis le début tous les efforts que la droite profonde fait pour ridiculiser les Québécois et par le fait eux-mêmes.

@ Youlle. Votre commentaire est tout à fait juste.
C’est sans doute l’aspect moral qui revient derrière tout ça.

C’est la réplique la plus ridicule et la plus puérile que j’ai lue, venant d’une personne qui accepte sans broncher l’étiquette, plus que pompeuse, d’intellectuel.

Suivant votre logique odieuse, nous pourrions dire ceci :

Lorsqu’un médecin diagnostique un cancer à un patient, s’il en informe ce dernier, c’est parce qu’il le déteste, n’est-ce pas.

Poussez-vous l’odieux jusqu’à dire que le simple fait d’avoir diagnostiqué ce cancer, est un signe évident de détestation du médecin envers son patient?

Ensuite, le patient rencontre un guérisseur jovialiste qui lui révèle que, non seulement, il n’a pas le cancer, mais que sa maladie se guérit avec une simple breuvage à base de pisse de chat.

Celui qui aime vraiment le patient est le guérisseur jovialiste, selon vous.

Je comprends qu’il puisse être difficile de se rendre compte qu’un chapitre entier de son « oeuvre » soit devenu caduque avant même sa publication, mais vous pouvez garder votre pisse de chat pour vous.

Vous êtes pitoyable.

Hum… qui est le mieux placé pour avoir les VRAIES données sur le taux de suicide au Québec ?

Est-ce l’Institut de la santé publique du Québec ? ou l’OMS situé à Geneves ?

Je crois que poser la question, c’est y répondre…

Lisée c’est le docteur qui dit à son patient:

« Monsieur, vous avez un cancer colo-rectale mais ce n’est pas pas grave, ce matin j’ai vu un cas de cancer du poumon en phase terminale, Vous pouvez donc rentrer chez vous et ignorer ce cancer, il ne vous arrivera rien ».

Répétons que la 26e position dont parle Lisée est selon un classement en ordre décroissant.

Il y a donc près de 80 pays qui font mieux que le Québec et seulement 25 qui font pire.

Lisée utilise l’ordre décroissant dans son classement pour mieux induire les gens en erreur.

@ Yannick Gagné:

Je crois que vous avez complètement manqué le sujet de ce billet. Le but n’est pas tellement de dire « Ah! On n’est pas si mal, c’est pas grave, le suicide finalement, dirigeons nos efforts ailleurs! », c’est plutôt de souligner que l’argumentaire de la droite est erroné et malhonnête.

De toute façon, l’argument est bidon en partant: peu importe la situation du Québec, on pourrait l’utiliser pour justifier tout et n’importe quoi. Par exemple: « Si le taux de suicide est si haut, c’est pare que les Québécois mangent trop de pommes! » « Si le taux de suicide est si haut, c’est parce qu’on fait parti du Canada! » « Si le taux de suicide est si haut, c’est aprce qu’on n’a pas la gratuité scolaire! », « Si le taux de suicide est si haut, c’est parce que les riches de notre société paient trop d’impôts! », etc. Voyez, c’est facile, de dire n’importe quoi.

Pour reprendre votre exemple du docteur qui diagnostique le cancer, c’est aps vraiment parce qu’il diagnostique un cancer qu’il serait dans le tort, c’est parce que la deuxième partie de son annonce serait: « … vous avez le cancer parce que vous ne portez pas de chapeau: ça tombe bien, j’en vend justement de bons ».

@Yannick Gagné 77
Votre argumentation se rapproche du sophisme, comme par exemple: si j’affirme que les bananes sont jaunes, que le mur de mon salon l’est aussi, et que j’en conclu que le mur est une banane.
Vive les sophismes.

Vous dites:

« Un peu comme si quelqu’un avait sélectionné les données exprès pour… »

C’est précisément ce que vous faites constamment.

Dans votre billet sur le mal hollandais, le document auquel vous même faisiez référence ne supportait pas vos suppositions sur la montée du dollar canadien. Vous avez ilsolé les exportations des importations qui elles sont avantagées par un dollar plus fort, omettant de prendre en considération que le Québec est plus importateur qu’exporttateur. Pour nous dire que les Québécois sont aussi riches ou plus riches que les américains vous supprimez les plus riches de l’équation. Dans vos billets sur les détracteurs du modèle québécois vous comparez le taux de chomage avec les provinces et pays de votre choix pour nous faire croire que nous avons la médaille d’argent, … On pourrait continuer longtemps puisque c’est la façon dont vous procédez dans la grande mahorité de vos billets.

Cette affirmation, que vous essayez de coller aux autres, vous va à merveille!

Quant au titre, je vous soupçonne de l’avoir utilisé pour attirer l’attention, sortie de votre nouveau livre oblige j’imagine. Vous vous offusquiez du titre de laPresse: Mme Marois n’est pas au bout de ses peines, alors que la très grande majorité de la chronique traitait de la position précaire de Mme Marois, donc tout à fait approprié. Vous contestiez ce titre en y opposant un tableau, un seul, sur les intentions de vote (surprenant, vous avez sélectionné celui qui vous convenait parmi les chiffres cités dans la chronique) au lieu de considérer la chronique dans son ensemble. Dire que la droite aime les taux de suicide élevés, franchement, le titreur dans ce cas est passablement plus pathétique que celui de la presse.

Vous vous faites encore une fois réduire en bouillie par Monsieur Coiteux ici:

http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/pourquoi-la-droite-aime-les-haut-taux-de-suicide/11580/

Extrait:

« Hier, Jean-François Lisée n’a pas contribué à la qualité du débat intellectuel au Québec en choisissant pour titre de son billet « Pourquoi la droite aime les hauts taux de suicide ». Quiconque a la capacité de prendre du recul par rapport aux écrits de son blogueur préféré admettra que ce titre aux relents démagogiques a quelque chose de proprement ignoble. Certains de ses lecteurs le lui ont d’ailleurs fait remarquer clairement dans leurs commentaires. »

Et par Alain Dubuc ici:

http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/pourquoi-la-droite-aime-les-haut-taux-de-suicide/11580/

Extrait:

Pour comprendre cette démarche, il faut la situer dans son contexte. Il s’agit d’un livre politique, qui s’inscrit dans les efforts de Jean-François Lisée pour faire la promotion de la souveraineté. Depuis des années, il pourfend les analyses qui peuvent remettre en question le modèle québécois. Pourquoi? Parce que ce modèle est le trait d’union entre le PQ et la gauche, surtout syndicale. Cela a entraîné mon collègue dans une croisade néo-jovialiste dont ce pamphlet est l’aboutissement.

Cela plaira peut-être à ses alliés de gauche. Mais pour le knock-out, il faudra repasser. Les seuls que cet ouvrage terrassera, ce sont les arbres qui ont involontairement contribué à sa production. »

ET VLAN!!!

@ Yannick Gagné

J’ai pratiquement envie de vous féliciter.

Vous tentez de nous écrire pas trop subtilement que les gens de droite profonde et les critiqueux négatifs croniques sont gentils en informant les Québécois de leur situation.

Alors ce que vous dites est faux.

Si je reprends votre comparaison en me mettant dans les culottes des gruges Québec basheux c’est que quand le médecin annonce à son patient qu’il a un cancer, il lui dit qu’il à un cancer parce qu’il a un corps piteux et trop fluet que c’est chronique et que c’est presque impossible à soigner.

Autrement dit, ils ne disent pas il faudrait que le Québec augmente sa productivité par tel ou tel moyen. Ils disent plutôt, pour la productivité le Québec est un Cancre et c’est à cause de ses ronds de cuir qui travaillent pour le gouvernement et que nous sommes paresseux.

Par la suite ils nous suggèrent de suivre les conseils de charlatans comme l’institut de l’Idée M leur guide spirituel.

Votre argumentation M. Lisée ne m’a pas tout a fait convaincu. Mais les commentaires et l’argutie de vos détracteurs ont fait le travail. Je suis, je dois l’avouer, profondément de droite. Et je demeure désespérément en attente d’un Messie qui vous donnera la réplique !

@david

Reprenons le classement de l’OMS.

Quel est la différence entre la position 26 et la position, disons 89, du classement? Une question de centiles?

Quand on parle du taux de suicide, on parle au-delà des données quantitatives, de situations particulières. Comment peut-on généraliser objectivement ces situations sans tomber dans la caricature?

Encore une fois vous manipulez les statistiques au profit de votre croisade. Au lieu de faire dans l’humour scatologique et douteux, vous devriez pratiquer l’honnêteté intellectuelle. Ce qui serait très difficile, étant donné votre obsession récurrente depuis des années sur votre blog et dans les forums de discussion.

@David

Pensez-vous que les stats sur le suicide en Corée du Nord sont fiables?
Dans beaucoup de pays, le suicide est un sujet tabou. Déclarer un suicide est impensable.
Bref, beaucoup de pays, pour des raisons culturelles, sous-estiment le suicide. Ce n’est pas le cas du Québec

@ Diogène le Cynique

La différence entre la 26e et la 89 place…

14,4 vs. 2,3. Une différence de plus de 6 fois !

Tu ferais mieux de t’informer avant de faire un commentaire…

Décidément, monsieur Lisée, beaucoup de vos lecteurs semblent très attachés à cette idée d’un très haut taux de suicide au Québec en comparaison des autres pays! Vos sources semblent les enrager…

Monsieur Lisée,

Je tiens à vous signaler mon admiration quand au travail que vous faites,particulièrement de remttre à sa place la madame Elgrably qui ne cesse, via le Journal de Montréal devenue la succursalle de mon oncle Paul de La Presse par ses éditoriaux d’une insignifiance crasse, qui ne cesse disais-je, de palabrer sur de telles énormités qu’on en serait venu à croire à de la propagande haineuse sous le couvert de nous aimer.
C’est comme l’anglo qui déteste tout ce qui nous affirme comme peuple en se créant des lois pour protéger notre langue et notre culture et qui affirme qu’il n’est pas raciste parce qu’il a des amis francos et même son voisin l’est et qu’il s’entend très bien avec lui (il ne dit jamais dans quelle langue ils se parlent ..). Il y aura toujours ce que j’appelle des ”frogs de service” qui nous disent de ne pas trop s’affirmer parce que cela les met dans l’embarras , qu’ils sont très bien ainsi gagnant leur vie confortablement en abaissant son propre peuple au grand plaisir des amants de The Gazette et autres médias du ROC.

Pour en terminer avec la madame Elgrably , je m’abstiendrai d’épiloguer sur ses ambitions et son parcours d’arriviste. Cependant, chaque fois que je lis ou entends son nom et ses élucubrations qui se disent savantes et documentées, il me vient toujours à l’esprit la pensée suivante :

” Son sommeil est, et de loin, ce qu’elle a de plus profond

Le nombre de diplome accrochés a votre mur ne fait pas de vous une personne plus intelligente que la moyenne. Mme Elgrably en est la preuve vivante!!! Comment peut-on déblaterré tant de conneries et se prendre au sérieu jour apres jour? Surement trop de pause-café avec Duhaime!!!

@ David

Encore une fois, la manipulation des statistiques pour dire n’importe quoi.

Que signifie [je souligne à gros traits] ces variations de centiles, à part dire que c’est « une différence de plus de 6 fois »?

Pouvez-vous me dire s’il est possible de généraliser objectivement les situations de suicide sans tomber dans la caricature? Pour reprendre le propos d’un autre lecteur de ce blog, est-ce possible que les statistiques ne tiennent pas compte de la culture des sociétés et des tabous autour du suicide?

Si vous êtes vraiment informé, vous devriez connaitre l’étude classique sur le suicide d’Émile Durkheim – qui n’a pas eu l’honneur de connaître Ludwig von Mises, j’en conviens. Durkheim soulignait l’importance de cerner les variables culturelles avant d’analyser le phénomène du suicide. Pour votre gouverne, voici la référence: http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/suicide/suicide.html

Mais je doute fortement que vous la consulterez, car cela remettrait en cause votre foi religieuse. On ne s’attend pas à cela d’un taliban du libérarisme.

bravo patmarx33,
mr lisée,
non désoler vous ne mérité pas mon respect,alors
lisée, comment pouvez vous juste qualifier de baisse ou meme mettre un pourcentage sur le taux de suicide au québec , vous etes null ,vous essayer de banaliser le suicide, mettons les fais exact…..continuer de vous moquer et d’injurier les québecois, vous manquer d’emphatie et d’indulgence dans vos propos ….je ne suis pas prophete de malheur,mais lorsceque vous recevrer une baffe en pleine gueule peut-etre changeriez vous vos propos…

@ Diogène le Cynique

Manipulation des chiffres ?

Je cite les chiffres utilisé par Lisée !!!

14,4 vs. 2,3 on ne parle pas de différences de quelques centiles.

ENCORE une fois, Lisée est dans l’erreur:

« TAUX DE SUICIDE

Hier, j’ai rencontré Bruno Marchand, le dynamique directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide.

Il m’a dit que contrairement à ce qu’affirme Jean-François Lisée, les chiffres concernant le suicide au Québec sont alarmants. Nous sommes encore les champions au Canada.

Il a aussi ajouté qu’il trouve bien mal venue l’idée de minimiser la situation dans le seul but d’alimenter un débat idéologique.

Tout à fait d’accord avec lui… »

Source:

http://www.journaldemontreal.com/2012/02/01/la-machine-a-payer

À quand les excuses Monsieur Lisée?