Pourquoi ne pas scinder le C-38, sur le budget? Parce que!

Vous vous demandez pourquoi le gouvernement Harper refuse de scinder l’éléphantesque projet de loi budgétaire? Voici un échantillon du genre de réponses qu’offrent les conservateurs et qui est tiré de la période des questions d’aujourd’hui. On pourrait parler d’une version parlementaire du très enfantin «parce que».

Nathan Cullen (leader parlementaire du NPD)

Monsieur le Président, mon collègue nous dit que de séparer le projet de loi est une position idéologique, sauf que c’est la position que défendait le premier ministre lorsqu’il était dans l’opposition. Le pouvoir a-t-il fait changer ses principes? Pendant des années, les conservateurs ont promis de faire mieux que les libéraux, mais maintenant ils font exactement la même chose: pas de transparence, pas de reddition de compte. Pourquoi ne pas séparer ce projet de loi et permettre aux comités de faire leur travail?

Le ministre du Patrimoine, James Moore (au nom du premier ministre)

Monsieur le Président, les accusations sont franchement ridicules. On a présenté le budget de 2012 en Chambre le 29 mars. On est maintenant le 7 mai. Il est temps pour ce Parlement d’agir de manière responsable au profit de notre économie et pour nos communautés. On va garder nos promesses, comme gouvernement conservateur, de baisser les impôts des familles ainsi que des petites et moyennes entreprises partout au Canada pour qu’elles puissent créer des emplois et des opportunités pour l’avenir.

En quoi cela empêche-t-il un gouvernement majoritaire de scinder le projet de loi? Le morcellement permettrait une étude digne de ce nom au Parlement et donnerait aux citoyens une chance de se faire entendre devant les comités appropriés. Est-ce ce que le gouvernement veut empêcher?

Laisser un commentaire

Le gouvernement Royal Harper de sa Majesté la Reine du Chef du Canada n’apprécie pas la joute parlementaire.

Ils vont même jusqu’à affirmer que le budget 2012 aura eu le plus long temps d’étude parlementaire depuis une vingtaine d’années.

Si on moins, ce n’était qu’un véritable projet de loi ne portant exclusivement sur le budget plutôt qu’une loi omnibus qui amende une pléiade de lois par la bande.

Par ici et dans la gorge les couleuvres…

Gros «agenda» en perspective!