Pourquoi s’entendre?

Les négociations sont rompues à la Société canadienne des Postes. Selon le communiqué émis par la partie patronale,

«Postes Canada n’est pas en mesure d’accéder aux revendications du syndicat sans mettre en péril sa viabilité financière. L’entreprise ne peut tout simplement pas devenir un fardeau pour les contribuables canadiens ni s’attendre à pouvoir transférer des coûts additionnels aux clients qui comptent sur des solutions de livraison abordables».

Faut-il se surprendre quand Postes Canada sait qu’une loi spéciale sera adoptée au cours des prochains jours, le débat ayant démarré ce matin aux Communes? Une loi qui impose à l’arbitre des lignes directrices qui avantagent la position de l’employeur, comme je l’indiquais le 20 juin. Le libellé du communiqué y fait d’ailleurs écho, à sa manière.


Laisser un commentaire
Les plus populaires